Navigation – Plan du site
1968 aux Etats-Unis

Quarante ans après le rapport Kerner : progrès et contrastes

Forty years after the Kerner Commission: progress and contrasts
Cuarenta años después del informe Kerner: avances y contrastes
Quarenta anos após o relatório Kerner: avanços e contrastes
Anne Urbanowski

Résumés

Faisant suite aux violentes émeutes de la seconde moitié des années soixante, le rapport de la Commission nationale sur les désordres civils, plus connu sous le nom de rapport Kerner, expose en 1968 les causes majeures qui ont conduit à ces soulèvements. Racisme et discrimination mais également pauvreté, exclusion économique et absence d’opportunités éducatives sont les facteurs qui auraient poussé au désespoir et à la violence les populations noires enfermées dans les ghettos des grands centres urbains. Au cours des quarante années qui se sont écoulées depuis 1968, quelles ont été les évolutions majeures pour la population afro-américaine dans ces domaines ? L’analyse des données en matière de pauvreté, d’éducation, d’emploi, de revenus et de patrimoine, dresse un tableau contrasté de la situation des Afro-américains aujourd’hui. Alors que certains d’entre eux ont vu enfin se réaliser les promesses de la nation américaine, promesses réitérées dans le rapport Kerner, d’autres, au contraire, encore prisonniers des ghettos des grandes villes, donnent aujourd’hui, comme en 1968, raison à l’introduction de ce même rapport selon laquelle la nation américaine était en train de se fracturer en deux sociétés « l’une blanche, l’autre noire, séparées et inégales ».

Haut de page

Texte intégral

1Pour beaucoup l’été 1968 aux États-Unis reste l’été de la fin d’un rêve. Le 4 avril 1968 Martin Luther King est assassiné à Memphis et avec lui nombre des espoirs d’un mouvement pacifiste réformateur aspirant à l’égalité des droits entre Blancs et Noirs et à davantage de justice sociale pour tous. Dans les heures qui suivent l’annonce de sa mort, la ville de Washington s’embrase et la violence des émeutes, qui ne s’éteindra que plusieurs semaines plus tard, provoque la destruction de nombreux commerces dans les quartiers noirs de la ville, cause la mort de treize personnes, et, pour beaucoup, anéantit l’espérance d’une vie meilleure (Lanier Schaffer, 5-6). Cette violence s’étend par la suite à plus d’une centaine de villes et entraîne avec elle partout les mêmes destructions matérielles.

2Mil-neuf-cent-soit-huit demeure donc dans le souvenir de nombreux Américains une année violente et meurtrière marquée par l’assassinat de personnalités majeures comme Martin L. King Jr. et Robert Kennedy, par des émeutes raciales qui secouent les grandes villes du pays, l’année de la montée en puissance des protestations estudiantines contre la guerre du Vietnam et de la convention nationale du Parti démocrate à Chicago qui, elle aussi, donne lieu à des actions violentes et à une répression brutale.

3Pourtant, 1968 n’est que le point saillant d’un long et douloureux processus entamé quelques années plus tôt. Les premiers soulèvements se sont en effet produits dès juillet 1964 dans le quartier de Harlem à New York, puis se sont rapidement étendus à celui de Brooklyn ainsi qu’à d’autres villes du Nord Est. Les émeutes du quartier de Watts à Los Angeles ont quant à elles été parmi les plus meurtrières et dévastatrices que le pays ait connues.

4En avril 1968 les émeutes de Washington retentissent donc comme une confirmation de ce que le rapport de la Commission nationale consultative sur les désordres civils (National Advisory Commission on Civil Disorders) avait annoncé à peine un mois plus tôt. Réunie par le président Johnson après les terribles émeutes de Detroit en 1967, le groupe d’experts, présidé par Otto Kerner, prévenait de la situation explosive du pays. Il décrivait une nation tourmentée et divisée, rongée par le racisme et des inégalités si criantes que la plupart des Noirs américains se voyaient dans l’incapacité de tirer parti des ressources matérielles et immatérielles de leur pays, autrement dit de bénéficier à la fois de la même sécurité économique que les Blancs, mais également de voir reconnaître leur droit à la dignité et au respect (Kerner, 204).

5Il était grand temps, prévenait le rapport, faisant ainsi écho à la célèbre analogie de Martin Luther King lors de son discours de 1963, que le pays honore ses créances et que la démocratie américaine tienne ses promesses et offre à tous ses citoyens les mêmes opportunités. Parmi les principales causes de ces émeutes, le rapport insistait sur le racisme, la discrimination, notamment dans le domaine de l’emploi et du logement, ainsi que sur la concentration de la pauvreté et ses conséquences néfastes. Le rapport Kerner dressait, en particulier, le portrait d’une Amérique noire vivant dans le centre des grandes métropoles. Des populations noires exclues et paupérisées, privées de tout moyen d’action politique, profondément déçues et frustrées par les espérances non réalisées du Mouvement pour les droits civiques (Kerner, 205).

6Plus de quarante ans après la publication du rapport Kerner, il semble opportun de dresser aujourd’hui le tableau de deux sociétés, celle de 1968 et celle de 2008, et de s’interroger sur les évolutions majeures qui ont eu lieu au cours de cette période pour les Afro-américains, en particulier dans les domaines de l’éducation, de l’emploi et des revenus. Cette analyse détaillée, basée en grande partie sur les données statistiques collectées par le Bureau du recensement américain, se propose à la fois de mettre en regard deux Amériques, d’exposer les transformations opérées au cours d’une période de quatre décennies et de s’interroger ainsi quant à la réalisation du souhait majeur formulé par le rapport. Ces quarante années ont-elles enfin permis à l’ensemble de la population afro-américaine de tirer profit de la prospérité économique de leur pays et de se voir offrir les pleins bénéfices de la démocratie américaine?

Les émeutes des années soixante et la situation en 1968

7En 1964, malgré la signature du Civil Rights Act quelques mois plus tôt, différents quartiers noirs de la ville de New York sont secoués par des émeutes provoquées par des violences policières. En une semaine, elles font une victime, plus d’une centaine de blessés, et entraînent des pertes matérielles estimées à plusieurs millions de dollars. D’autres villes du Nord Est sont, dans les semaines suivantes, touchées par des explosions de violence (Graham, 1980, 11-12). Les émeutes les plus meurtrières de la période vont se produire sur la côte Ouest des États-Unis. En août 1965, à la suite de l’arrestation de deux automobilistes noirs pour conduite en état d’ivresse, le quartier de Watts à Los Angeles s’embrase : 34 personnes perdent la vie au cours de ces émeutes, les blessés se comptent par centaines et les dégâts matériels sont estimés à plusieurs dizaines de millions de dollars (USC, 3).

8Si les émeutes de Watts ont pendant longtemps retenu l’attention des historiens, les années qui suivent sont également marquées par une série de soulèvements, souvent motivés par des violences policières envers des Afro-américains qui provoquent la colère et bientôt la violence et la destruction de quartiers entiers. En 1966 c’est d’abord Chicago qui est touchée, puis Cleveland, Dayton, San Francisco, Atlanta et Omaha. L’année suivante Boston, Nashville, Cincinnati, Newark, Milwaukee, et surtout Detroit sont confrontées à des émeutes raciales. Ces dernières (43 morts, 7 200 arrestations, 50 millions de dollars de dégâts) provoquent la réaction du gouvernement Johnson (Graham, 1980, 14-15). Le président demande alors la formation d’une commission chargée d’enquêter sur les causes d’une telle vague de violence et de proposer des mesures afin de corriger les dysfonctionnements sociétaux profonds qui ont conduit à ces révoltes.

9Entre 1964 et 1968, 257 villes des États-Unis sont touchées par 329 émeutes au cours desquelles plus de 50 000 personnes sont arrêtées, plus de 8 000 blessées et 220 tuées, la plupart, comme le soulignera plus tard la Commission, des civils afro-américains (Graham, 1980, 12).

  • 1 Traduction de l’auteur.

10La Commission nationale consultative sur les désordres civils (National Advisory Commission on Civil Disorders) est réunie le 28 juillet 1967 par le président Johnson. Composée essentiellement d’élus modérés (dont Fred Harris, sénateur démocrate de l’Oklahoma et Edward Brooke, sénateur républicain du Massachusetts) et de Roy Wilkins, directeur de la NAACP, elle est dirigée par Otto Kerner, gouverneur démocrate de l’Illinois, qui laissera son nom au volumineux rapport publié en mars de l’année suivante. Dès janvier 1968, anticipant probablement les réactions du président Johnson lui-même, Otto Kerner prévient : les conclusions de la commission provoqueront « inévitablement mécontentement [et] déplaisir » à certains.1 Il va même plus loin et précise : « the panel report is going to be uncomfortable for the people of the United States (…) in some places it may even appear to be abrasive» (Graham, 1980, 15; Semple, 28).

11Résultat de nombreuses enquêtes de terrain, de 1 200 entretiens, de rapports et d’études de spécialistes et de dizaines d’auditions, le rapport Kerner identifie trois causes principales aux émeutes des années précédentes. Le racisme et le comportement des Américains blancs sont à l’origine de ce que le rapport décrit comme : « the explosive mixture which has been accumulating in our cities since the end of World War II » (Kerner, 203). Conséquences directes de ces attitudes, la discrimination (dans les domaines éducatif et de l’emploi) et la ségrégation (à la fois résidentielle et à l’école) sont les principaux facteurs de l’exclusion économique des Afro-américains qui les éloignent toujours plus des bénéfices de la prospérité économique (Kerner, 203). Viennent ensuite les mouvements migratoires à l’intérieur du pays et à l’intérieur même des métropoles qui ont conduit à une concentration de la pauvreté dans le cœur des ces villes, créant des enclaves où la population se voit privée de l’ensemble des opportunités offertes aux autres citoyens américains. Enfin, alors que Blancs comme Noirs ont profité du progrès économique des décennies précédentes, la plupart des pauvres, contraints de vivre dans ces ghettos, doit affronter les conséquences néfastes de cette pauvreté : délinquance, dépendance vis-à-vis du système d’aide sociale, consommation de drogues, autant de conditions de vie dégradées qui nourrissent toujours plus le ressentiment à l’égard de la majorité blanche (Kerner, 204 ; Boskin, 5). Témoins trop longtemps mutiques face à cette richesse que les médias de masse n’ont de cesse de déployer sous leur yeux, ils ne peuvent que constater le fossé qui se creuse entre les promesses du Mouvement pour les droits civiques et de la « Guerre contre la pauvreté » déclarée par le gouvernement Johnson et leur mise en œuvre concrète (Kerner, 205 ; Boskin, 8). La violence, conclut le rapport, apparaît alors à ces populations sans voix et privées de tout moyen d’expression politique comme la seule alternative face à l’incurie et au mépris des Blancs.

12En 1969, l’historien Joseph Boskin, l’un des rédacteurs du rapport, analysait les causes des émeutes et expliquait :

Taken together, the riots were the actions of a people, poor and dispossessed and crushed in huge numbers into large slum ghettos, who rose up in wrath against a society committed to democratic ideals. Their outburst was an expression of class antagonism, resentment against racial prejudice, anger at the unreachable affluence around them, and frustration at their sociopolitical powerlessness. (8)

  • 2 En outre, les dates anniversaires du rapport ont été l’occasion d’études faisant le point sur la si (...)

13La publication de ce rapport, qui mécontenta le président Johnson qui y vit là une critique de son programme de réformes sociales, n’aura que peu d’impact dans le domaine législatif, si ce n’est de favoriser le passage du Fair Housing Act de 1968, alors bloqué au Sénat (Graham, 1985, 16 ; Larkin, 1625). Sa large diffusion lui assura cependant un fort retentissement dans la communauté scientifique américaine et, au cours des décennies suivantes, nombre de chercheurs se sont penchés sur les données du rapport Kerner, étudiant de manière approfondie les inégalités persistantes entre Blancs et Noirs aux États-Unis, par exemple en matière d’éducation et de revenus, d’accès au logement, de différences de taux de criminalité ou plus récemment sur l’application de certaines politiques répressives (Farley, 1984 ; Jaynes et Williams ; Grodsky et Pager ; Hacker ; Wilson, 1980, 1987 ; Massey et Denton ; Therstrom et Therstrom ; Alexander).2

14Quatre décennies plus tard, la confrontation entre deux pôles, 1968 et 2008 (cf. note 2), permet un retour sur les nombreuses données publiées au cours de cette période et, ainsi, d’exposer des points de convergence des trajectoires socio-économiques des Américains blancs et noirs, convergences qui nuancent les conclusions, souvent pessimistes, quant aux évolutions générales pour l’ensemble de la période. Cette analyse permettra, au-delà des similitudes entre Américains blancs et noirs, de révéler la situation contrastée de certains groupes à l’intérieur de la population afro-américaine, une population par conséquent qui apparaît aujourd’hui plus complexe et plus hétérogène que les tableaux d’ensemble ne laissent paraître.

1968-2008 : quarante années de progrès ?3

1/La pauvreté

15Identifiée comme l’une des causes principales des émeutes, le niveau de pauvreté des populations afro-américaines constitue le point de départ de la plupart des analyses contenues dans le rapport Kerner. Ses auteurs y voient la conséquence inévitable d’une situation de l’emploi dégradée dans les quartiers centraux des grandes villes et insistent à de multiples reprises sur le phénomène connexe de concentration de la pauvreté et sur ses conséquences néfastes : logements en nombre insuffisant et indécents, éducation de piètre qualité, problèmes sanitaires et de santé mais aussi délinquance, criminalité, usage et trafics de stupéfiants, dépendance vis-à-vis de l’aide sociale (Kerner, 252, 267-277). En 1967, précise le rapport, 35 % des Afro-américains sont considérés comme vivant en dessous du seuil de pauvreté (contre 11,9 % des Blancs) (Kerner, 258).

  • 4 Cf. annexe 1
  • 5 Ce taux s’explique en partie par le plus grand nombre de familles monoparentales, dont les revenus (...)

16En quarante ans, même si elles n’ont pas disparu, ces inégalités se sont réduites puisqu’en 2007, 24,5 % des Afro-américains sont considérés comme vivant en dessous du seuil de pauvreté contre 8,7 % des Blancs non hispaniques. Mais la situation ne s’est pas améliorée sur tous les fronts. Les Afro-américains ont en effet trois fois plus de risque de connaître des situations d’extrême pauvreté que les Blancs et la situation apparaît d’autant plus inquiétante pour les enfants (Bello). En 2007, alors que 14,4 % des enfants blancs vivaient en dessous du seuil de pauvreté, c’était le cas de plus d’un enfant afro-américain sur trois (34,3 %) (SA 20124, 465).5 La pauvreté engendre des conséquences sanitaires dramatiques comme, par exemple, un taux de mortalité infantile 1,5 fois plus élevé chez les Afro-américains que chez les Blancs, et ce pour l’ensemble de la période (Bonacich, 87). Dans leur ensemble, à niveau de revenus égal, les Afro-américains sont plus susceptibles que les Américains blancs de vivre dans des quartiers où le taux de pauvreté est plus élevé, et ce y compris les Afro-américains appartenant à la classe moyenne (Austin Turner et al ; Patillo-McCoy ; Lacy).

17Les effets néfastes de la concentration de la pauvreté pour les populations concernées ne divergent pas aujourd’hui de la situation décrite en 1968 (Massey et Denton ; Sampson). Les conditions de vie dégradées des centres-villes produisent les mêmes effets délétères sur les conditions de vie et les opportunités offertes à leurs résidents : moindres perspectives d’emploi, en particulier d’emplois stables et bien rémunérés et donc de mobilité sociale, accès réduit aux réseaux informels qui, ailleurs, fournissent les informations nécessaires à propos d’éventuelles opportunités d’emploi ; résignation, fatalisme, et retrait du marché du travail réduisent d’autant, pour les habitants de ces quartiers, tout espoir d’amélioration de leur situation et de celles de leurs enfants. (Wilson, 1987 ; Wilson, 2007, 220 ; Sharkey).

2/L’éducation

18Le rapport Kerner n’a de cesse de dénoncer l’état déplorable du système éducatif dans les villes touchées par les émeutes. Rapidement débordés par un afflux de nouveaux arrivants et par le départ des classes les plus favorisées (et avec elles des ressources qui auraient permis de maintenir le système à flot), les grands centres urbains sont confrontés à un manque criant de moyens conduisant à des classes surchargées, un manque chronique de professeurs et de ressources appropriées, et par conséquent à des taux d’échec bien supérieurs à ceux constatés dans la périphérie des villes. Des écoles où, en somme, comme l’écrit le rapport, « children are processed instead of educated » (Kerner, 204).

  • 6 Au cours de la même période, les taux de scolarisation des enfants blancs et noirs âgés de cinq à v (...)

19Les efforts et les politiques menées depuis les années soixante en matière de lutte contre la ségrégation scolaire et l’ensemble des discriminations ont permis des progrès spectaculaires dans le domaine de l’éducation et une réduction importante du fossé éducatif entre Blancs et Noirs aux États-Unis. Depuis une centaine d’années à présent, chaque génération d’Afro-américains est plus éduquée que la génération précédente. La proportion d’Afro-américains âgés de cinq à vingt ans qui sont scolarisés a commencé à très fortement augmenter après la Seconde Guerre mondiale, avec un taux de 62 % en 1940, atteignant 87 % en 1975, année où pour la première fois le pourcentage d’enfants à l’école est le même pour les Blancs et les Noirs (Billingsley, 172-173). Ce taux a décliné légèrement à la fin des années soixante-dix, s’est accru de nouveau au cours des décennies suivantes pour atteindre 88,5 % en 2000.6 Quant à l’ensemble de la population noire en âge d’être scolarisée, en intégrant cette fois les étudiants (individus âgés de 3 à 34 ans), ce taux a continué à s’améliorer ces vingt dernières années ; malgré un léger recul dans les années quatre-vingt, il est passé de 54 % en 1980 à 58,4 % en 2005, dépassant les taux de la population blanche (49 % en 1980 et 55,5 % en 2005). Pour les Afro-américains le taux de scolarisation a progressé de manière plus significative pour les tranches d’âges les plus élevées, c'est-à-dire au-delà de vingt ans, conséquence de l’allongement des études et de l’amélioration du niveau des diplômes obtenus. En 2005, plus d’un tiers des Afro-américains (37,6 %) entre 20 et 21 ans était scolarisé contre moins d’un quart vingt-cinq ans auparavant (23,4 %) (pour les 22-24 ans ce pourcentage atteint 28 % en 2005 alors qu’il n’était que de 13,6 % en 1980 et de 24,2 % en 2000). De plus, pour les plus jeunes, le fossé entre Blancs et Noirs semble s’être comblé ; à titre d’exemple en 2000, 98,3 % des enfants blancs entre 7 et 15 ans étaient scolarisés contre 98,8 % des enfants noirs du même âge (SA 2002, 136 ; SA 2012, 142).

20Le niveau éducatif des Afro-américains s’est également élevé considérablement depuis les années soixante. Le pourcentage qui termine le lycée a plus que doublé entre 1960 et 1979, passant de 20,1 % à 49,4 %, alors qu’il était seulement de 7,1 % en 1940. Cette proportion n’a fait que croître de manière régulière pour atteindre 84,2 % en 2010, soit seulement 3,4 points de pourcentage de moins que pour les Blancs (SA 1980, 148 ; SA 2012, 151). À titre de comparaison, en 1970 moins d’un tiers (31,4 %) des Afro-américains avait terminé le lycée alors que cela était le cas de plus d’un Américain blanc sur deux (54,5 %) (SA 2012, 151).

  • 7 Une analyse plus fine des données par groupes d’âge démontre par ailleurs que le pourcentage de dip (...)

21D’autre part, la proportion d’Afro-américains qui suivent des études supérieures, l’un des vecteurs essentiels de mobilité sociale, s’est également fortement accrue depuis les années soixante. Ce pourcentage est passé de 18,7 % en 1960 à 26,7 % en 1970 et 34,7 % en 2000. Le nombre total d’étudiants afro-américains a été multiplié par trois entre 1960 et 1970 (de 141 000 à 437 000) et malgré un certain ralentissement dans les années quatre-vingts, 785 000 Noirs américains suivaient des études supérieures en 1988 ; en outre, entre 1980 et 2000, leur nombre augmente de plus d’un million (1 001 000) pour une population qui elle est restée stable sur l’ensemble de la période (en 2009 près de trois millions d’Afro-américains étaient inscrits à l’université). Sur l’ensemble de la période 1960-2009, l’augmentation est plus sensible pour les femmes noires (+ 1,145 million) que pour les hommes (+ 582 000) (SA 2002, 38-39 ; SA 2012, 181).7

  • 8 33,2 % des hommes blancs contre 19 % des hommes noirs sont titulaires d’un BA, soit un écart de 15, (...)

22Malgré ces évolutions positives, une comparaison du niveau d’études atteint, en 2007, par les différents groupes ethniques, ainsi qu’entre hommes et femmes, démontre que, pour l’ensemble de la population, un fossé reste à combler entre Blancs et Noirs, et ce à tous les niveaux d’études. Si 89,4 % des Blancs ont au moins terminé leurs études secondaires, c’est le cas de 80,1 % des Noirs (il est à noter que la situation des Hispaniques est quant à elle encore plus problématique puisque seulement 60 % atteignent ce niveau d’études). Dans le domaine des études supérieures, 30,5 % des Blancs (non hispaniques) possèdent au moins un Bachelor’s Degree (équivalent de la Licence) contre seulement 17,6 % des Afro-Américains. L’écart est cependant plus marqué, à ce niveau d’études, entre les hommes, confirmant la situation plus favorable des Afro-américaines dans ce domaine (US Census Bureau, Educational Attainement, 2013).8

  • 9 L’Associate Degree sanctionne deux années d’études supérieures dans un Community College, généralem (...)

23Si les Afro-américains sont de plus en plus nombreux à suivre des études supérieures, ils poursuivent également leurs études de plus en plus longtemps. Ainsi de 1981 à 2000, par exemple, le pourcentage d’Afro-américains titulaires d’un Master’s Degree (équivalent du Master européen) est multiplié par 1,34 (coefficient multiplicateur à peu près équivalent à celui des autres diplômes – de l’Associate Degree au doctorat).9 La plus forte augmentation du nombre d’Afro-américains obtenant un diplôme de l’enseignement supérieur se produit au niveau des diplômes ouvrant l’accès aux professions libérales (leur proportion a été multipliée par 1,70), indication du nombre croissant, au cours de ces trente dernières années, d’Afro-américains ayant accès aux professions libérales, professions à haut niveau de revenus et bien souvent garantie de mobilité sociale importante et d’accession à la classe moyenne ou moyenne supérieure (SA, 2002, 175).

24Ces progrès indéniables doivent néanmoins être nuancés par la persistance d’inégalités importantes entre Blancs et Noirs. Les études récentes qui distinguent les niveaux d’études atteints selon les catégories de revenus montrent que si peu d’écart subsiste pour les Américains, Blancs et Noirs, appartenant à la classe moyenne, ce n’est pas le cas pour les groupes aux plus faibles revenus. Les Afro-américains appartenant à cette catégorie sont moins susceptibles d’être diplômés de l’enseignement secondaire que les Blancs appartenant à la même catégorie de revenus. (71 % contre 78 % en 1999). De plus, une différence demeure (même si elle tend à se réduire à la fin des années quatre-vingt-dix) pour les catégories de revenus les plus élevées : 27 % des Afro-américains contre 34 % des Blancs étaient diplômés de l’enseignement supérieurs en 1999 (Austin Turner et al, 8-9).

  • 10 Pour les facteurs de cette hausse de la ségrégation scolaire, cf. E. Frankenberg, C. Lee et G. Orfi (...)

25Le principal facteur, cependant, qui contribue aux disparités en matière éducative reste le maintien d’un fort degré de ségrégation résidentielle, qui, si elle a grandement été réduite depuis les années quatre-vingts, reste relativement élevée sur l’ensemble du territoire américain (Massey et Denton ; Iceland et al.). Cette ségrégation résidentielle entraîne à son tour une forte ségrégation scolaire qui altère la qualité éducative de certains établissements. Après avoir décliné dans les années soixante et soixante-dix, la ségrégation scolaire est de nouveau en constante augmentation depuis environ une vingtaine d’années (Frankenberg, Lee et Orfiled ; Eisenhower Foundation, 6). Aujourd’hui un élève afro-américain est scolarisé dans une école où, en moyenne, 54 % des élèves sont afro-américains alors qu’un Américain blanc fréquente une école où, en moyenne, 78 % des élèves sont blancs (Orfield et Lee, 12).10

  • 11 Les 10 % des school districts les plus riches dépensent près de 10 fois plus que les 10 % les plus (...)

26Cette ségrégation scolaire, et en particulier la concentration des élèves issus de minorités ethniques dans les centres-villes, se trouve aggravée, aux États-Unis, par d’immenses écarts de financement entre les écoles et, par conséquent, des moyens et des résultats éducatifs extrêmement inégaux entre les écoles des centres-villes et celles de la périphérie des centres urbains. Les conditions éducatives que dénonçait le rapport Kerner restent malheureusement encore d’actualité et les élèves des centres-villes sont confrontés à des écoles sous dotées, au personnel éducatif peu ou mal formé et aux résultats médiocres (Austin Turner et al, 10-11).11 Nombreux sont ceux qui appellent de leur voeux une réforme globale du système éducatif américain, en particulier une égalisation des ressources entre toutes les écoles qui, enfin, mettrait fin au manque de ressources des établissements situés dans les zones les plus pauvres et permettrait un accès égalitaire à de véritables opportunités éducatives pour tous (Eisenhower Foundation, 10 ; Austin Turner et al, 10-11 ; Tavernise).

3/La révolution de l’emploi

  • 12 Traduction de l’auteur.
  • 13 Traduction de l’auteur.

27Parmi les principaux facteurs permettant d’expliquer les émeutes des années soixante, le rapport Kerner souligne la situation économique désastreuse dans laquelle se trouve une grande majorité d’Afro-américains, en particulier ceux concentrés dans le cœur des grandes cités. Ainsi les études de terrain menées dans les principales villes concernées soulignent combien la situation de l’emploi y est particulièrement dégradée. A Newark, par exemple, un taux de chômage très élevé est décrit comme une caractéristique « typique12 » de la vie du ghetto (Kerner, 59). À Detroit, le rapport souligne que le taux de chômage est également particulièrement élevé, y compris pour ceux qui ont terminé leurs études secondaires, puisqu’il touche 90 % des jeunes diplômés (Kerner, 90). Dans l’ensemble, le taux de chômage des populations afro-américaines concentrées dans les ghettos urbains est en moyenne deux fois supérieur à celui de l’ensemble de la population américaine, et ce, souligne le rapport, malgré un contexte de croissance économique sans précédent (Kerner, 253). Outre un difficile accès à l’emploi, résultat de pratiques discriminantes à l’embauche mais également de la part des syndicats, la piètre qualité des emplois proposés est également un facteur contribuant à ce que le rapport n’hésite pas à nommer un sentiment de « nihilisme13 » dans ces quartiers (Kerner, 90-91, 255). Peu qualifiés, peu rémunérés, offrant peu de perspectives d’avancement, les quelques emplois disponibles permettent à peine à ces travailleurs de s’élever au dessus du niveau de la simple survie quotidienne :

Negro workers are concentrated in the lowest-skilled and lowest-paying occupations. These jobs often involve substandard wages, great instability and uncertainty of tenure, extremely low status in the eyes of both employer and employee, little or no chance for meaningful advancement, and unpleasant or exhausting duties. (Kerner, 253)

  • 14 Ces dernières continuent à accéder à des emplois plus qualifiés mais à un rythme moins soutenu qu’a (...)

28Pour l’ensemble des Afro-américains, la situation de l’emploi, ou plus précisément les types d’emplois occupés ont, depuis la fin des années soixante, connu des transformations majeures. Au début du XXe siècle, la moitié d’entre eux occupe encore des emplois d’ouvriers agricoles, et dans le Nord, d’ouvriers non qualifiés ou d’employés de service. En 1940, trois quarts des hommes travaillent encore dans le secteur agricole et 68 % des femmes sont ouvrières agricoles ou domestiques (Farley, 1984). La progression des Afro-américains vers de meilleurs emplois s’amorce dès les années cinquante, en particulier dans les emplois d’encadrement ou les professions libérales. Les gains en termes d’accès à des emplois mieux qualifiés et mieux rémunérés sont plus rapides durant la période pour les Afro-américains que pour les Blancs, ce que le rapport Kerner soulignait déjà pour la période 1960-1966 (Jaynes et Williams ; SA 2002, 381-383 ; Kerner, 251). Il convient néanmoins de noter que cette progression, en particulier vers des emplois très qualifiés, semble marquer le pas dans les années quatre-vingts et quatre-vingt-dix, et ce de manière plus prononcée pour les hommes noirs que pour les femmes.14

29En 1968, le rapport Kerner, bien que cela ne soit pas l’un de ses aspects les plus commentés, souligne l’existence d’un groupe, au sein de la communauté noire, qui a su tirer parti de la croissance économique, dont les revenus sont en progression constante et qui est donc en mesure de partager les bénéfices d’une société américaine prospère (Kerner, 251). Dans la préface de l’édition de 1988, Tom Wicker reprend ses remarques de la préface originale et réaffirme l’existence d’une classe moyenne noire, certes minoritaire, mais qui a vu son revenu médian s’accroître avant de subir les conséquences du ralentissement économique de la fin des années soixante-dix (Kerner, xiii).

30Ainsi, se dessine depuis la fin des années soixante une situation de plus en plus contrastée ; alors que la situation générale des Afro-américains ne semble pas s’améliorer et que leur taux de chômage reste deux fois supérieur à celui de la population blanche, on note, pour certains d’entre eux, une très nette progression en direction d’emplois plus qualifiés et mieux rémunérés. Entre 1940 et 2000, par exemple, le pourcentage d’Afro-américains exerçant une profession libérale a été multiplié par 6,5 pour les hommes et par quatre pour les femmes (Thernstrom et Thernstrom, 185 ; SA 2002, 381-383). Si l’on agrège l’ensemble des emplois considérés comme permettant aux individus d’appartenir à la classe moyenne, la progression est encore plus spectaculaire pour les femmes, puisque leur nombre occupant ces emplois a été multiplié par dix au cours de la même période.

  • 15 À titre d’exemple, entre 1980 et 2000, alors que leur représentation reste stable dans le secteur s (...)

31Dans un premier temps ces progrès majeurs s’expliquent par les déplacements de populations vers les centres industriels et leurs bassins d’emplois, principalement entre 1940 et 1980. Les progrès éducatifs indéniables restent néanmoins le facteur majeur de cet accès à des emplois mieux rémunérées car plus qualifiés.15 Les Afro-américains restent cependant sous-représentés dans ces catégories professionnelles. En 2007, alors qu’ils représentaient 13,5 % de la population, seuls 7,1 % par exemple des directeurs financiers et 5,6 % des enseignants à l’université étaient afro-américains (SA, 2009, 383).

  • 16 Pour la catégorie des emplois de nettoyage et d’entretien, la proportion d’Afro-Américains s’est ré (...)

32Par ailleurs, une autre évolution doit être soulignée. La proportion d’Afro-américains occupant des emplois à domicile, ainsi que des emplois de service liés au nettoyage et à l’entretien des habitations privées s’est fortement réduite depuis la période de l’après-guerre, en particulier à partir des années quatre-vingts. Ainsi, en 1982, les Afro-américains représentaient 30 % des employés à domicile, contre seulement 12 % en 2001 alors que la proportion d’employés hispaniques a augmenté de 7 à 16 % (SA, 2002, 381-383).16 Le lumpenprolétariat et l’underclass noirs, abondamment décrits dans les années quatre-vingt-dix, n’ont certes pas disparu, mais ils semblent avoir été progressivement remplacés par un autre type de population, d’origine hispanique cette fois, qui vient aujourd’hui occuper ces emplois peu rémunérés et peu attractifs.

33Un autre aspect souligné par le rapport Kerner, et ce pour l’ensemble des villes étudiées, était la faible représentation des Afro-américains parmi les forces de police. Source d’incompréhension et bien souvent de ressentiment, cette exclusion avait grandement contribué à dégrader la situation lors des émeutes et à retarder la recherche de solutions efficaces (Kerner, 85). À titre d’exemple, la population de la ville de Newark comptait, en 1967, 52 % d’Afro-américains et des forces de police très nombreuses proportionnellement à sa population. Or les Afro-américains y étaient très peu représentés, les policiers étant en grande majorité italiens-américains. Les rapports entre les deux communautés s’étaient, en outre, particulièrement tendus avant que n’éclatent les émeutes de l’été 1967 (Kerner, 57). Le manque de représentation des Afro-américains s’étendait par ailleurs à toutes les composantes des forces du maintien de l’ordre ; ainsi  à Newark, en juillet 1967, pour un total de 17 529 National Guards, seuls 303 étaient afro-américains (Kerner, 67).

34Conformément à l’une des recommandations émises par le rapport Kerner, les chiffres montrent que le secteur du maintien de l’ordre est celui où la proportion d’Afro-américains a le plus augmenté depuis les années soixante. Ils sont désormais de plus en plus nombreux à exercer des emplois dans ce secteur (forces de police, shérifs, gardiens de prison, par exemple). En 2007, ils représentaient 19 % des personnes employées dans ces secteurs contre 13,6 % en 1983, progression qui s’explique indéniablement par le recrutement actif de minorités suite à la mise en place des politiques d’Affirmative Action, et qui confirme également que le secteur public reste un secteur d’emploi privilégié pour les Afro-américains (SA 2000, 418 ; SA, 2009, 385 ; Collins).

  • 17 Dans un marché du travail racialisé certains emplois ne sont pas accessibles aux Noirs, en raison d (...)

35C’est incontestablement un tableau contrasté qui émerge aujourd’hui dans le domaine de l’emploi. Aux progrès indéniables décrits ci-dessus se confrontent des chiffres qui dépeignent toujours une situation générale inégalitaire entre Blancs et Noirs. En effet, alors que les différences de taux d’emploi s’étaient réduites dans la deuxième moitié des années quatre-vingt-dix, le ralentissement économique du début des années 2000 et la reprise peu créatrice d’emplois à partir de 2004 ont entraîné une dégradation de la situation relative des Afro-américains au niveau national. En 2007, leur taux d’emploi était inférieur de 6,5 points de pourcentage à celui des Blancs (Austin, 13). Mais ces données d’ensemble dissimulent une réalité plus nuancée. En effet, alors que pour les hommes l’écart des taux d’emploi s’élève à 9,4 points de pourcentage (60,4 % contre 69,8 %), il est de moins de 1 point pour les femmes (56,6 % contre 57,3 %) ; la différence de taux d’emploi entre Blancs et Noirs est donc très largement due à la situation relative particulièrement défavorable des homme afro-américains (Austin, 18). De plus, alors que des pratiques discriminatoires et un marché du travail fortement racialisé continuent d’expliquer une grande partie de ce différentiel entre Blancs et Noirs (Austin ; Wilson 2007 ; Wilson et al.), les lieux de résidence des travailleurs impliquent des situations également très contrastées.17 En 2007, les Afro-américains résidant dans la périphérie des grandes villes avaient un taux d’emploi supérieur de 9,2 points de pourcentage à celui des résidents des centres-villes (Austin, 19). Pour les hommes noirs habitant les ghettos des grandes villes, l’on voit là se confirmer le maintien d’une situation de l’emploi tout aussi dégradée qu’en 1968, tandis que les hommes noirs résidant en dehors de ces grands centres urbains, bien que n’ayant pas atteint la parité avec les Américains blancs, ont su tirer bénéfice des opportunités matérielles offertes depuis les années soixante.

4/Revenus et patrimoine

36La période de l’après guerre, aux États-Unis, a été marquée par une forte prospérité économique. De 1940 à 1970, les revenus du travail ont fortement augmenté, et ce toutes catégories confondues. Les revenus des hommes blancs ont été multipliés par deux et ceux des hommes noirs par trois (Farley, 1993). Au regard de ces chiffres on comprend mieux les frustrations et le sentiment de colère grandissant qui s’empare des populations des ghettos qui, au cours des années soixante, se contentent d’être les témoins passifs de la prospérité économique de leur pays sans que jamais ses effets ne se fassent sentir dans le coeur des grandes métropoles américaines. Ou plus exactement si effets il y a, ce ne sont que les images, les reflets inaccessibles de cette prospérité, qui parviennent aux populations des ghettos par l’intermédiaire des médias de masse et qui, pour reprendre les termes du rapport Kerner, sont littéralement jetées à la figure des Noirs pauvres et de la jeunesse de ces quartiers (Kerner, 204).

37La décennie qui s’ouvre en 1970 est cependant marquée par un déclin des revenus, déclin causé essentiellement par les transformations démographiques du marché du travail et celles de l’appareil productif du pays qui ne parvient pas à absorber un grand nombre de jeunes travailleurs aux compétences de plus en plus élevées. Ce recul est également provoqué par l’impact cumulatif des deux chocs pétroliers et du ralentissement économique qui en sera la conséquence. Les années quatre-vingts et quatre-vingt-dix sont donc caractérisées par un déclin des salaires réels qui affecte tous les Américains, blancs et noirs (Freeman et Rodgers, 1).

  • 18 Les Afro-Américains détenteurs d’un Bachelor’s Degree recevaient 75,2 % du salaire d’un Blanc au mê (...)
  • 19 Traduction de l’auteur.

38Si ces quarante dernières années ont vu le fossé des disparités salariales entre Blancs et Noirs se réduire, des inégalités ont persisté en termes de revenus du travail. En 1975, par exemple, un travailleur afro-américain ne percevait que 70,2 % du salaire d’un travailleur blanc ; en 1991, ce ratio avait quelque peu progressé (73,4 %) pour atteindre 77,2 % en 2007 (Crockett et Coy ; CPS, tableau A-3). Pour les Afro-américains ayant terminé le lycée, il est passé de 78,2 % en 1975 à 84, 3% en 2007, catégorie pour laquelle le fossé s’est le plus réduit. Il n’en va pas de même pour les travailleurs plus qualifiés pour lesquels le différentiel de salaires s’est maintenu entre travailleurs blancs et noirs sur la même période.18 L’on ne peut que constater que, en dépit d’une réduction du fossé des revenus du travail entre Blancs et Noirs depuis le début des années soixante-dix, celui-ci demeure, et ce quelque soit le niveau d’études atteint. En 1995, Margaret Simms, Directrice des programmes de recherche au Joint Center of Political and Economic Studies, concluait que cette différence de revenus du travail « [semblait] indiquer la persistance du racisme sur le marché du travail » (Simms).19 Les dernières données disponibles en la matière indiquent que cette conclusion reste toujours aussi pertinente (Austin ; Wilson, 2007).

39Les revenus du travail ne couvrent cependant qu’une partie de l’ensemble des revenus perçus par un ménage donné. Il convient d’ajouter à ceux-ci les revenus du capital ou de divers placements, les dons provenant de membres de la famille ou les versements des organismes sociaux. Un tableau plus complet apparaît donc si l’on compare l’évolution de l’ensemble des revenus entre Blancs et Noirs au cours de ces quarante dernières années, évolution qui montre une progression constante des revenus des Afro-américains.

40La comparaison des ratios de l’ensemble des revenus entre Blancs et Noirs (annexe 2) indique qu’il convient de nuancer les évolutions d’ensemble. Alors que la situation relative des individus, après s’être améliorée, notamment dans les années quatre-vingt-dix, s’est à nouveau détériorée au cours des années les plus récentes, les revenus des ménages noirs comparés à ceux des ménages composés d’Américains blancs restent stables. Ceux des couples mariés ont connu une nette amélioration jusqu’au début des années 2000 avant de régresser en termes relatifs au cours de ces dernières années (bien que les comparaisons soient rendues difficiles par des modifications de méthodes de collecte des données). Là encore, la situation des Afro-américains est plus complexe qu’il n’y parait de prime abord. Alors que les individus qui se trouvent dans les situations les plus précaires tirent inévitablement les revenus de l’ensemble des Afro-américains vers le bas, les ménages, et surtout les couples mariés, ont vu leur situation relative s’améliorer au cours de ces trente dernières années, avant de subir un net ralentissement, sans aucun doute dû à une situation économique moins favorable, depuis le début du XXIe siècle. Il convient donc de distinguer les évolutions se rapportant à l’ensemble des individus de celles des autres catégories de ménages qui nuancent des conclusions souvent pessimistes sur les transformations opérées depuis la fin des années soixante.

41Le rapport Kerner s’attachait à décrire la situation économique et sociale des populations les plus pauvres, exclues des opportunités à la fois éducatives et d’emploi que l’Amérique, alors prospère, semblait offrir au reste de la population. Afin d’affiner l’analyse et de rendre compte des changements intervenus depuis les années soixante, il convient d’aborder les évolutions de la situation économique des différents groupes de revenus, des plus pauvres aux plus aisés.

  • 20 Le bureau américain du recensement divise la population en cinq groupes de revenus. Il s’agit là de (...)

42L’évolution des ratios de revenus démontre que la situation des plus pauvres s’est aggravée par rapport aux Blancs appartenant à la même tranche de revenus à partir de la seconde moitié des années soixante-dix, preuve d’une paupérisation encore plus grande des couches les plus défavorisées de la communauté noire.20 En outre, si dans les années quatre-vingt-dix leur situation relative semble s’être quelque peu s’améliorée, ils ne retrouvent pas, au début des années 2000, la position qui était la leur en 1970, leur revenus ayant même décliné (Census Bureau, Historical Income Tables). En ce qui concerne la tranche médiane des revenus les Afro-américains semblent avoir été davantage affectés que les Blancs par le ralentissement économique de la deuxième moitié des années soixante-dix (et dans une moindre mesure par celui du début des années quatre-vingt-dix) ; cependant leur position relative n’a fait que s’améliorer depuis le début des années quatre-vingts, leurs revenus augmentant significativement et se rapprochant de ceux des Blancs au cours de la décennie suivante, preuve tangible de la croissance d’une classe moyenne afro-américaine. La dernière tranche de revenus, celle dont le niveau de revenus est celui qui se rapproche le plus de celui des Blancs appartenant à la même tranche de revenus, a connu quant à elle une relative stabilité au cours de la même période, bien qu’un certain recul soit observable à partir du milieu des années quatre-vingts. Quant aux cinq pour cent les plus riches, après une période de forte progression de leurs revenus dans les années soixante-dix, ils voient leur situation relative reculer dans les deux décennies suivantes, en raison notamment de la forte progression des revenus des Américains blancs les plus riches (Census Bureau, Historical Income Tables).

43Ainsi, malgré des évolutions d’ensemble parallèles, des différences « raciales » subsistent au regard de l’évolution des revenus entre Blancs et Noirs. Là où la population afro-américaine subit une perte de revenus, perte causée par les soubresauts de la croissance économique américaine et des bouleversements économiques mondiaux, la population blanche quant à elle, si elle est également affectée, ne voit pas ses revenus diminuer mais seulement stagner. Se trouve reflété ici l’héritage historique de la position économique de la communauté noire dans son ensemble qui d’une part se caractérise par la présence d’un groupe aux revenus plus faibles, plus précarisé que celui de la population blanche (prévalence plus importante du chômage, du travail à temps partiel et temporaire) et d’autre part la constitution d’une classe moyenne plus récente historiquement dont l’assise économique semble moins solide et moins à même de résister aux évolutions négatives de la conjoncture économique.

44L’évolution des ratios de revenus pour les deux dernières catégories de revenus démontre deux tendances distinctes qui semblent les isoler à la fois des plus pauvres et de la classe moyenne. Les catégories les plus aisées tendent à faire preuve d’une certaine insensibilité aux variations de l’économie et plus particulièrement quand celle-ci subit de plein fouet, dans la deuxième moitié des années soixante-dix, les répercussions du choc pétrolier. Les plus démunis, au contraire, vont se trouver davantage éloignés des emplois qualifiés et stables. En 1968, déjà, le rapport Kerner notait que les revenus des Blancs et des Noirs étaient en forte progression et les auteurs remarquaient les progrès indéniables réalisés par certains Afro-américains, en soulignant la croissance rapide de la fraction de la population afro-américaine recevant de hauts revenus :

The Negro upper-income group is expanding rapidly and achieving sizeable income gains (…) Moreover, the proportion of Negroes employed in high-skill, high-status, and well-paying jobs rose faster than comparable proportions among whites from 1960 to 1966. As Negro incomes have risen, the size of the lowest-income group has grown smaller, and the middle and upper groups have grown larger—both relatively and absolutely (251).

45Pointant l’émergence d’un mouvement qui allait s’accentuer au cours des décennies suivantes, les constatations du rapport Kerner se trouvent confirmées par les données statistiques. Dans les années quatre-vingt-dix en particulier, les différences de rémunérations à l’intérieur des groupes ethniques se sont accrues, en grande partie à cause de la forte différentiation de salaires par niveau éducatif (Couch et Daly, 8, 18). Alors que ce phénomène devient de plus en plus aigu, son impact est cependant limité, mais réel, pour les Afro-américains grâce aux progrès continus de ces derniers en matière d’éducation et d’emplois occupés combinés à un déclin de la discrimination sur le marché du travail (cf. infra). Les effets de l’éducation et l’amélioration des compétences professionnelles qui avaient été si déterminants pour les progrès réalisés dans les années soixante, sont aujourd’hui contrebalancés par une structure inhérente au marché du travail américain qui exige des compétences très élevées, et fortement rémunérées, tout en reléguant les moins éduqués vers des emplois n’offrant ni perspective d’avenir ni salaire décent.

  • 21 En 2008 23, 6 % des ménages noirs gagnent moins de 15 000 dollars par an contre 10,9 % des ménages (...)

46Ainsi se trouve pour une part résolu ce paradoxe qui affirme la croissance d’une classe moyenne afro-américaine de plus en plus prospère, occupant des emplois qualifiés et bien rémunérés alors que le tableau plus souvent dépeint de la communauté noire américaine est celui de la pauvreté et du désespoir engendré par l’exclusion économique et sociale. La situation réelle est davantage celle d’une communauté fracturée en son centre et séparant les individus bénéficiaires de ces progrès éducatifs et professionnels, contribuant à cette stabilisation du fossé des salaires entre Blancs et Noirs et ceux toujours contraints, aujourd’hui comme en 1968, d’accepter des emplois peu rémunérés et sans avenir ou bien encore réduits au chômage ou au retrait du marché du travail, empêchant ainsi ce fossé de se combler. La situation de ces populations et les causes de ces inégalités persistantes ne sont pas l’objet de cette présente étude, mais il est nécessaire de préciser que la surreprésentation, dans la population noire américaine, des plus pauvres et des moins éduqués explique en grande partie les inégalités qui se font jour dans de nombreux domaines entre Blancs et Noirs.21 Sujet de l’attention de nombreux chercheurs, la persistance de ces situations extrêmes ne doit cependant pas remettre en question le fait que depuis les années soixante, en matière de rémunération du travail, se produit une convergence indéniable entre travailleurs blancs et noirs. Education, avancées professionnelles, croissance économique, mais aussi lutte contre toutes les pratiques discriminatoires, ont, sans aucun doute, contribué à ce que, peu à peu le marché du travail américain tende – sans toutefois y parvenir – vers une égalité de salaires.

5/Richesse et patrimoine

47Les Afro-américains sont sans conteste dans une position moins favorable que les Américains blancs en termes de salaires, de revenus et d’emploi, et ce en dépit de la progression constante, en termes relatifs, de la classe moyenne depuis quarante ans. En outre, le niveau de patrimoine mérite d’être étudié car il influence directement les capacités de progression, notamment dans le domaine de l’éducation, des générations futures. Dans ce domaine, encore davantage que dans d’autres, des inégalités subsistent et là où l’on observe, depuis les années soixante, une convergence générale des revenus, il n’en va pas de même dans le domaine du patrimoine. Parmi les causes identifiées de ces différences une moindre proportion de chefs d’entreprises (les ménages noirs américains étant par conséquent moins nombreux à posséder des parts dans des activités commerciales) et de propriétaires de leurs habitation, (47,2 % contre 72 % pour les Blancs en 2007) (CPS/HVS, 2007). Par ailleurs, les portefeuilles des Afro-américains qui possèdent divers investissements boursiers sont en général moins diversifiés (Gittleman et Wolff, 4).

  • 22 À titre d’exemple, une récente étude a estimé que les héritages (et autres dons) expliquaient envir (...)

48Le frein principal à une accumulation de patrimoine à un rythme similaire à celui des Américains blancs réside dans les disparités qui existent dans les transferts de patrimoine entre générations. Les recherches en la matière s’accordent en effet pour souligner ce handicap initial pour les Afro-américains.22 Aujourd’hui, les Afro-américains sont cinq fois moins susceptibles que les Américains blancs de recevoir un héritage ou un don important et, lorsque cela se produit, le legs ou le don reçu est en moyenne inférieur de 5 000 dollars (McKernan et al.). S’est donc établi un déficit historique de niveau de patrimoine entre Blancs et Noirs qui tend à se perpétuer de génération en génération. Les circonstances socio-économiques historiques des groupes ethniques aux États-Unis ont ainsi établi et maintenu une inégalité de situations qui, en dépit des gains économiques réalisés par les Afro-américains, ne pourra disparaître avant plusieurs générations (Oliver et Shapiro).

49La plupart des études récentes rapportent néanmoins une progression du patrimoine moyen des Afro-américains comparé au patrimoine détenu par les familles blanches, en particulier dans la seconde moitié des années quatre-vingt dix (Austin Turner et al., 23 ; Wolff, 6 ; Straight, 330-334). Malgré ces signes encourageants, des écarts importants subsistent en termes de niveau de patrimoine et de richesse. En 1998 la richesse médiane des ménages blancs non hispaniques s’élève à 81 700 dollars contre 10 000 dollars pour les Afro-Américains non hispaniques (en progression sensible néanmoins par rapport à 1989, où l’écart était de 84 900 dollars pour les Blancs pour seulement 2200 dollars pour les Noirs) ; en 2005 elle s’élevait à 130 350 dollars contre 11 013 dollars (Wolff, 7, 19 ; Census Bureau, Wealth and Asset Ownership, 2005).

  • 23 Un quart des ménages blancs, contre 61 % des ménages afro-américains et 54 % des ménages hispanique (...)
  • 24 D. Conley a établi que le niveau de patrimoine d’une famille est la troisième variable (après le ni (...)

50D’autre part, la composition du patrimoine varie fortement d’un groupe ethnique à l’autre. Moins susceptibles de posséder des avoirs financiers, les ménages afro-américains se trouvent pénalisés lorsqu’ils ont besoin de mobiliser rapidement ces avoirs dit « liquides »23 c'est-à-dire qui peuvent être rapidement transformés en ressources afin de faire face à une période de chômage ou de maladie par exemple. Ils constituent de plus une réserve nécessaire au financement des études supérieures pour les familles ayant des enfants, ressources indispensables dans un pays où ces études sont particulièrement onéreuses (Oliver et Shapiro, Clark).24 Ainsi, en moyenne, plus de la moitié du patrimoine des Afro-américains est composée de leur habitation principale, et 10 % par la valeur de leur(s) véhicule(s) alors qu’une part beaucoup plus négligeable de leur patrimoine est constituée d’avoirs financiers qui génèrent des revenus. En 2000, ces différences dans la composition du patrimoine ne s’étaient pas estompées : 71 % des Blancs non hispaniques possédaient des placements qui leur rapportaient régulièrement des intérêts contre seulement 41,6 % des foyers afro-américains (US Census Bureau, 2000, tableau 2). De telles disparités influent directement sur les revenus de ces familles mais également sur l’évolution de leur patrimoine, les Américains blancs voyant leur richesse s’accroître d’elles-mêmes, de manière régulière, et ce grâce à des investissements très diversifiés alors que les biens des Afro-américains sont, pour la majorité d’entre eux, concentrés dans l’immobilier, et plus particulièrement dans leur habitation principale, contribuant ainsi à perpétuer le fossé qui existe entre les niveaux de richesse.

  • 25 Les Blancs dont le revenu se situe entre 25 000 et 50 000 dollars et qui sont diplômés de l’enseign (...)
  • 26 Par exemple la part des biens immobiliers dans leur patrimoine diminue au profit des investissement (...)

51Ce fossé tend néanmoins à se réduire, même s’il demeure très important, à mesure que le revenu et le niveau éducatif s’élèvent.25 Il en va de même pour la composition des patrimoines qui tend à devenir similaire entre Blancs et Noirs à mesure que les niveaux de revenus, d’études et l’âge augmentent (Oliver et Shapiro, 107 ; Straight, 332).26

52Sans entrer ici dans le détail de l’évolution des patrimoines, il convient de préciser que les gains enregistrés dans la seconde moitié des années quatre-vingt-dix se sont très nettement érodés depuis le début des années 2000, en raison principalement d’une polarisation des situations et d’une concentration plus marquée des revenus pour l’ensemble des Américains (en d’autres termes une détérioration de la situation des plus pauvres alors que les catégories les plus riches ont vu leur situation se stabiliser, voire s’améliorer) ainsi que, plus récemment, par l’impact de la récession amorcée en 2007 qui a eu un effet très marqué sur les revenus et par conséquent le niveau de richesse des Afro-américains (Austin Turner et al., 24 ; Shapiro, Meschede et Osoro) .

Conclusion

53Progrès et inégalités persistantes composent donc aujourd’hui le tableau d’une Amérique noire qui semble, parfois, bien éloignée des sombres descriptions du rapport Kerner de 1968, alors que nombre de ses conclusions pourraient aujourd’hui encore s’appliquer à certains quartiers des métropoles américaines. Là où certains Afro-américains ont pu encaisser le chèque tant promis par la démocratie américaine, étudier dans les meilleures universités, occuper les emplois mieux rémunérés et accéder aux meilleures conditions de vie offertes par la prospérité économique de leur pays, d’autres au contraire, se trouvent prisonniers d’une situation qui n’a pas ou peu évolué depuis les émeutes des années soixante.

54En tout état de cause, les principales évolutions décrites ici doivent avant tout nous alerter quant aux généralisations hâtives trop souvent construites à partir de données économiques d’ensemble. Les nuances apportées par différents niveaux d’analyse nous montrent qu’il convient de traiter avec prudence des conclusions générales qui tendraient à dépeindre une « communauté » noire dont tous les membres, en vertu de la couleur de leur peau, seraient affectés de la même manière par les transformations économiques et sociales de leurs pays. Comme cela était déjà le cas en 1968, au cours de ces dernières décennies tous les Afro-américains n’ont pas emprunté le même chemin. Cette année charnière, qui mit en lumière les difficultés et le désespoir des populations des ghettos urbains, a marqué le début d’une recherche encore plus féconde sur la situation des minorités aux États-Unis. Depuis, cette recherche n’a eu de cesse de multiplier ses champs d’investigation tout en perfectionnant ses méthodes, affinant sans cesse les connaissances et se détachant peu à peu de visions imprécises car trop globales. Ainsi, l’on peut conclure, à l’étude des données socio-économiques de ces quarante dernières années, que, certes, depuis 1968, le racisme, les préjugés et les pratiques discriminatoires n’ont pas disparu, mais que malgré tout, certains Afro-américains, pour reprendre les termes du rapport Kerner, ont pu profité des ressources matérielles offertes par la nation américaine. Pour d’autres au contraire, tout comme en 1968, le rêve semble, encore et toujours, différé.

Annexe 1

Liste des abréviations :

Kerner

THE KERNER REPORT. 1968 Report of the National Advisory Commission on Civil Disorders. New York: Pantheon Books, 1988 [1968]

SA 1980

US Census Bureau, Statistical Abstract of the United States, 1980

SA 2002

US Census Bureau, Statistical Abstract of the United States, 2002

SA 2012

US Census Bureau, Statistical Abstract of the United States, 2012

USC

University of Southern California

Annexe 2

Tableau 1 : Ratios du revenu total moyen entre Blancs et Noirs, par catégorie de ménage, 1980-2007

Année

Ensemble des ménages

Individus

Ménages composés de couples mariés

2007

64

59

74.2*

2000

66,1

64,8

83,2

1995

65

58

83,4

1990

63,7

57,3

79,1

1985

63,9

57,9

76,4

1980

63,7

57,4

77,9

Haut de page

Bibliographie

ALEXANDER, Michelle. The New Jim Crow: Mass Incarceration in the Age of Colorblindness. New York: The New Press, 2010.

AUSTIN, Algermon. « Why is the Black Male Employment Rate So Low ? ». Joint Center for Political and Economic Studies. Mars 2010. Disponible en ligne : <http://www.jointcenter.org/research/why-is-the-black-male-employment-rate-so-low>.

AUSTIN TURNER, Margery, Marla MCDANIEL et Daniel KUEN. Racial Disparities and the New Federalism. The Urban Institute, octobre 2007. Disponible en ligne : <http://www.urban.org/UploadedPDF/411563_racial_disparities.pdf>.

BELLO, Marisol. « Goals for Black America Not Met ». USA Today, 28 février 2008. Disponible en ligne : <http://usatoday30.usatoday.com/news/nation/2008-02-28-kerner-commission_N.htm?loc=interstitialskip>.

BILLINGSLEY, Andrew. Climbing Jacob’s Ladder. The Enduring Legacy of African-American Families. New York: Simon and Schuster, 1992.

BISHAW, Alemayehu et Jessica SEMEGA. Income, Earnings, and Poverty. Data From the 2007 American Community Survey. U.S. Census Bureau, American Community Survey

Reports, ACS-09, U.S. Government Printing Office, Washington, DC, 2008. Disponible en ligne : <http://www.census.gov/prod/2008pubs/acs-09.pdf>.

BOBO, Lawrence D. « Somewhere between Jim Crow & Post-Racialism: Reflections on the Racial Divide in America Today ». Daedalus 140: 2 (2011) : 11-36.

BONACICH, Edna. « Inequality in America: The Failure of the American System for People of Color ». Sociological Spectrum 9 (1989): 77-101.

BOSKIN, Joseph. « The Revolt of the Urban Ghettos, 1964-1967 ». Annals of the American Academy of Political and Social Sciences 382 (1969): 1-14.

CLARK, Kim. « A Failing Financial Aid System Keeps Students Out of College». U. S. News and World Report. 4 septembre 2008. Disponible en ligne : <http://www.usnews.com/education/articles/2008/09/04/a-failing-financial-aid-system-keeps-students-out-of-college>.

COLLINS, Sharon M. Black Corporate Executives, The Making and Breaking of a Black Middle Class. Philadelphia: Temple University Press, 1997.

CONLEY, Dalton. Being Black, Living in the Red. Race, Wealth, and Social Policy in America. Berkeley, CA: University of California Press, 1999.

COUCH, Kenneth A. et Mary Colleen DALY. « The Improving Relative Status of Black Men ». Federal Reserve Bank of San Francisco Working Paper No. 2004-02.

CROCKETT, Roger O. et Peter COY. « For Blacks, Progress without Parity ». Business Week. 14 juillet 2003. Disponible en ligne : <http://www.businessweek.com/magazine /content/03>.

DAVERN, Michael E. et Patricia J. FISHER. Household Net Worth and Asset Ownership, 1995. US Census Bureau, Current Population Reports, Households Economic Studies, Series P70-71. U.S. Government Printing Office, Washington, DC 20222, février 2001.

EDSALL, Thomas B. et Mary D. EDSALL. Chain Reaction: The Impact of Race, Rights, and Taxes on American Politics. New York: W. W. Norton and Company, 1991.

FARLEY, Reynolds. Blacks and Whites: Narrowing the Gap? Cambridge, MA: Harvard University Press, 1984.

_________________ « The Common Destiny of Blacks and Whites ». In: Herbert HILL et James E JONES (eds.). Race in America. The Struggle for Equality. Madison: University of Wisconsin Press, 1993.

FRANKENBERG, Erica, Chungmei LEE et Gary ORFIELD. A Multiracial Society With Segregated Schools: Are We Losing the Dream ? Cambridge, MA: The Civil Rights Project, Harvard University, janvier 2003. Disponible en ligne : <http://civilrightsproject.ucla.edu/research/k-12-education/integration-and-diversity/a-multiracial-society-with-segregated-schools-are-we-losing-the-dream>.

FREEMAN Richard B. et William M. RODGERS. « Area Economic Conditions and the Labor Market Outcomes of Young Men in the 1990s Expansion ». National Bureau of Economic Research, Working Paper No. W7073, avril 1999.

GITTLEMAN, Maury et Edward N. WOLFF. « Racial Wealth Disparities: Is the Gap Closing? ». Jerome Levy Economics Institute, Working Paper n°311, Bard College, août 2000.

GOLDSCHEIDER Frances K. et Calvin GOLDSCHEIDER. « The Intergenerational Flow of Income: Family Structure and The Status of Black Americans ». Journal of Marriage and the Family 53 (1991): 499-508.

GRAHAM, Hugh Davis. « On Riots and Riot Commissions: Civil Disorders in the 1960s ». The Public Historian 2 (1980): 7-27.

GRAHAM, Hugh Davis. « The Ambiguous Legacy of American Presidential Commissions ». The Public Historian 7 (1985): 5-25.

GRODSKY, Eric et Devah PAGER. « The Structure of Disadvantage: Individual and Occupational Determinants of the Black-White Wage Gap ». American Sociological Review 66 (2001): 542-67.

HACKER, Andrew. Two Nations. Black and White, Separate, Hostile, Unequal. New York: Scribner, 1992.

HARRIS, Fred R. et Roger W. WILKINS. Quiet Riots: Race and Poverty in the United States. New York: Pantheon Books, 1988. 

ICELAND, John, Daniel H.WEINBERG et Erika STEINMETZ. Racial and Ethnic Residential Segregation in the United States: 1980-2000. Washington, D.C.: U.S. Government Printing Office, 2002.

JAYNES, Gerald D. et Robin M. WILLIAMS. A Common Destiny: Blacks and American Society. Washington: National Academy Press, 1989.

THE KERNER REPORT. The 1968 Report of the National Advisory Commission on Civil Disorders. New York: Pantheon Books, 1988 [1968].

KOPKIND, Andrew. « White on Black: The Riot Commission and the Rhetoric of Reform ». In: Anthony M. PLATT (éd.). The Politics of Riot Commissions, 1917-1970. New York: Macmillan, 1971, 378-91.

LACY, Karen. Blue-Chip Black: Race, Class, and Status in the New Black Middle Class. Berkeley, CA: University of California Press, 2007.

LANIER SCHAFFER, Dana. « The 1968 Washington Riots in History and Memory ». Washington History, Fall/Winter 2003-2004: 5-33.

LARKIN, Brian Patrick. « The Forty-Year ‘First Step’: The Fair Housing Act as an Incomplete Tool for Suburban Integration ». Columbia Law Review 107 (2007): 1617-1654.

LIPSKY, Michael et David OLSON. Commission Politics: The Politics of Liberation in America. New York: Random House, 1967.

MARABLE, Manning. The Great Wells of Democracy. The Meaning of Race in American Life. New York: Basic Civitas Books, 2003.

MASSEY, Douglas et Nancy DENTON. American Apartheid: Segregation and the Making of the American Underclass. Cambridge, MA: Harvard University Press, 1993.

MCKERNAN, Signe-Mary, Caroline RATCLIFFE, Margaret SIMMS et Sisi ZHANG. Do Financial Support and Inheritance Contribute to the Racial Wealth Gap? The Urban Institute, 26 septembre 2012. Disponible en ligne : <http://www.urban.org/UploadedPDF/412644-Do-Financial-Support-and-Inheritance-Contribute-to-the-Racial-Wealth-Gap.pdf>.

NICHOLS, Darren A. « Kerner Commission: Not Enough Progress Made on Poverty ». The Detroit News. 28 février 2008. In: What Together We Can Do. A Forty Year Update of the National Advisory Commission on Civil Disorders. Washington D. C., The Eisenhower Foundation, 2008. Disponible en ligne : <http://eisenhowerfoundation.org/docs/Kerner%2040%20Year%20Update,%20Executive%20Summary.pdf>.

OLIVER, Melvin L. et Thomas M. SHAPIRO. Black Wealth, White Wealth. A New Perspective on Racial Inequality. New York: Routledge, 1997.

ORFIELD, Gary et Chungmei LEE. Why Segregation Matters: Poverty and Educational Equality. Cambridge, MA: The Civil Rights Projects at Harvard University. Disponible en ligne : <http://civilrightsproject.ucla.edu/research/k-12-education/integration-and-diversity/why-segregation-matters-poverty-and-educational-inequality/orfield-why-segregation-matters-2005.pdf>.

PATILLO-McCOY, Mary. Black Picket Fences: Privilege and Peril Among the Black Middle Class. Chicago: University of Chicago Press, 2000.

PILKINGTON, Ed. « Katine Projects Wins Praise». The Guardian, 13 mars 2008. Disponible en ligne : <http://www.guardian.co.uk/katine/2008/mar/13/background.internationalaidanddevelopment >.

SAMPSON, Robert J. « Urban Black Violence: The Effect of Male Joblessness and Family Disruption ». American Journal of Sociology 93 (1987): 348-382.

SAWHILL, Isabel. « Reaganomics in Retrospect ». In: John L PALMER (ed.). Perspectives on the Reagan Years. Washington D. C.: The Urban Institute Press, 1986.

SEMPLE, Robert B. « Kerner Says U. S. Riots Report May Appear Abrasive to Some ». The New York Times, 11 juin 1968, 28.

SHAPIRO, Thomas, Tatjana MESCHEDE et Sam OSORO. « The Roots of the Widening Racial Wealth Gap: Explaining the Black-White Economic Divide ». Brandeis University, 2013. Disponible en ligne : <http://iasp.brandeis.edu/pdfs/Author/shapiro-thomas-m/racialwealthgapbrief.pdf>.

SHARKEY, Patrick. « The Intergenerational Transmission of Context». American Journal of Sociology 113 (4) 2008: 931 – 969.

SIMMS, Margaret C. « More of Us Are Working ». Black Enterprise, vol.25, April 1995, 26.

STRAIGHT, Ronald L. « Wealth: Asset-Accumulation Differences by Race-SCF Data, 1995 and 1998». AEA Papers and Proceedings 92.2 (2002): 330-334.

TAVERNISE, Sabrina. « Education Gap Grows Between Rich and Poor, Studies Say ». The New York Times. 9 février 2012. Disponible en ligne : <http://www.nytimes.com/2012/02/10/education/education-gap-grows-between-rich-and-poor-studies-show.html?pagewanted=all&_r=0>.

THERNSTROM Stephan et Abigail THERNSTROM. America in Black and White. New York: Simon and Schuster, 1999 [1997].

TUCKER, Neely. « The Wreckage of a Dream ». The Washington Post. 24 août 2004, B01. Disponible en ligne : <http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/articles/A27044-2004Aug23.html>.

University of Southern California (USC). Violence in the City: An End or a Beginning? Disponible en ligne : <http://www.usc.edu/libraries/archives/cityinstress/mccone/contents.html>.

U.S. Census Bureau. Statistical Abstract of the United States, 2012. US Census Bureau: Washington, D. C., 2013. Disponible en ligne : <http://www.census.gov/compendia/statab/>.

_________________. Statistical Abstract of the United States, 2009. US Census Bureau: Washington, D. C., 2010. Disponible en ligne : <http://www.census.gov/compendia/statab/2009/2009edition.html>.

_________________. U.S. Census Bureau News. Black History Month, février 2009.

Disponible en ligne : <http://www.census.gov/newsroom/releases/pdf/cb09-ff01.pdf>.

_________________. Statistical Abstract of the United States, 2000. US Census Bureau: Washington, D. C., 2001. Disponible en ligne : <http://www.census.gov/prod/www/statistical_abstract.html>.

_________________. Statistical Abstract of the United States, 2002. US Census Bureau: Washington, D. C., 2003. Disponible en ligne : <http://www.census.gov/prod/www/statistical_abstract.html>.

_________________. Statistical Abstract of the United States, 1980. US Census Bureau: Washington, D. C., 1981. Disponible en ligne : <http://www.census.gov/prod/www/statistical_abstract.html>.

_________________. American Fact Finder, Selected Population Profile in the US. Disponible en ligne : <http://factfinder2.census.gov/faces/tableservices/jsf/pages/productview.xhtml?pid=ACS_11_1YR_S0201&prodType=table>.

_________________. Asset Ownership of Households: 2000, Table 2. Asset Ownership Rates for Households, by Selected Characteristics: 2000. Disponible en ligne : <http://www.census.gov/hhes/www/wealth/1998_2000/wlth00-2.html>.

_________________. Current Population Survey, mars 2000. Disponible en ligne : <http://www.census.gov/cps/>.

_________________. Educational Attainment. CPS Historical Time Series Tables.

Table A-2. Percent of People 25 Years and Over Who Have Completed High School or College, by Race, Hispanic Origin and Sex: Selected Years 1940 to 2012. 2013. Disponible en ligne : <http://www.census.gov/hhes/socdemo/education/data/cps/historical/>.

_________________. Educational Attainment. CPS Historical Time Series Tables.

Table A-3. Mean Earnings of Workers 18 Years and Over, by Educational Attainment, Race, Hispanic Origin, and Sex: 1975 to 2011. Disponible en ligne : <http://www.census.gov/hhes/socdemo/education/data/cps/historical/index.html>.

_________________. Historical Census of Housing Tables. Tableau 1a, « Percent of High School and College Graduates of the Population 15 Years and Over, by Age, Sex, Race, and Hispanic Origin: March 2000 » US Census Bureau Homeownership Rates by Race and Hispanic Origin: 2000. Disponible en ligne : <http://www.census.gov/hhes/www/housing/census/historic/ownershipbyrace.html>.

_________________. Historical Income Tables. Households. Disponible en ligne :

<http://www.census.gov/hhes/www/income/data/historical/household/index.html>.

_________________. Housing Vacancies and Homeownership (CPS/HVS) Annual Statistics: 2007 Table 20. Homeownership Rates by Race and Ethnicity of Householder: 1994 to 2007. Disponible en ligne : <http://www.census.gov/housing/hvs/files/annual07/ann07t20.txt>.

_________________. Labor Force, Employment, & Earnings, 2012. Disponible en ligne :

<http://www.census.gov/compendia/statab/cats/labor_force_employment_earnings.html>

_________________. Money Income of Households--Percent Distribution by Income Level, Race, and Hispanic Origin in Constant (2009) Dollars. Disponible en ligne : <http://www.census.gov/compendia/statab/cats/income_expenditures_poverty_wealth/household_income.html>.

_________________. Census 2010 CPH-T-4. Hispanic Origin and Race of Coupled Households: 2010 Table 5 Households by Type by Race and Hispanic Origin of the Householder: 2010. Disponible en ligne : <http://www.census.gov/population/www/cen2010/briefs/cph-t-4.html>.

_________________. Wealth and Asset Ownership Table 1. Median Value of Assets for Households, by Type of Asset Owned and Selected Characteristics: 2005. Disponible en ligne : <http://www.census.gov/people/wealth/>.

What Together We Can Do. A Forty Year Update of the National Advisory Commission on Civil Disorders. Washington D. C., The Eisenhower Foundation, 2008. Disponible en ligne: <http://eisenhowerfoundation.org/docs/Kerner%2040%20Year%20Update,%20Executive%20Summary.pdf>.

WILSON, George. « Racialized Life-Chance Opportunities across the Class Structure: The Case of African Americans ». Annals of the American Academy of Political and Social Sciences. 609 (2007): 215-232.

WILSON, William Julius. The Declining Significance of Race, Blacks and Changing American Institutions. Chicago: The University of Chicago Press, 1980.

_________________ The Truly Disadvantaged: The Inner City, the Underclass, and Public Policy. Chicago: The University of Chicago Press, 1987.

WILSON, GEORGE, Ian SAKURA-LEMESSY et Jonathan P. WEST. « Reaching the Top: Racial Differences in Mobility Paths to Upper-Tier Occupations ». Work and Occupations 26.2 (1999) :165-186.

WOLFF, Edward N. « Recent Trends in Wealth Ownership ». Jerome Levy Economics Institute, Working Paper N° 300, Bard College, avril 2000.

Sources : D’après US Census Bureau, Historical Incomes Tables, Households, 1980-2001, tableaux H-9a, H-9b,H-12a, H-12b et H-15.

*2007: “two-earners” households Historical Income Tables - Households Table H-12. http://www.census.gov/hhes/www/income/histinc/inchhtoc.html

Haut de page

Notes

1 Traduction de l’auteur.

2 En outre, les dates anniversaires du rapport ont été l’occasion d’études faisant le point sur la situation en actualisant ses données. On pourra citer par exemple, en 1988, l’ouvrage de F. Harris et R. Wilkins, Quiet Riots ou, en 2008, le rapport publié par la Fondation Eisenhower. Le rapport lui-même ainsi que ceux qui l’ont précédé et suivi ont également fait l’objet d’études (Graham, 1980, 1985 ; Lipsky et Olson ; Kopkind).

3 Cet article ayant pour but de dépeindre les évolutions de la situation relative des Afro-Américains dans des domaines essentiellement économiques, les données utilisées couvrent une période antérieure à 2008. Elles excluent par là même les indicateurs de ces dernières années dans la mesure où de nombreuses tendances ont été profondément altérées par la récession qui a touché les États-Unis entre 2007 et 2012. Lorsque cela a été possible le dernier point de comparaison diachronique est donc l’année 2007.

4 Cf. annexe 1

5 Ce taux s’explique en partie par le plus grand nombre de familles monoparentales, dont les revenus sont inférieurs chez les Afro-Américains. US Census Bureau. Recensement 2010, tableau 5.

6 Au cours de la même période, les taux de scolarisation des enfants blancs et noirs âgés de cinq à vingt ans sont demeurés très semblables. Dans les années quatre-vingt-dix, néanmoins, ce taux a augmenté légèrement pour les Blancs alors qu’il est resté stable pour les Noirs.

7 Une analyse plus fine des données par groupes d’âge démontre par ailleurs que le pourcentage de diplômés du secondaire (niveau d’études au moins équivalent à la fin du lycée) ne cesse de s’élever au fur et à mesure que l’on remonte l’échelle des groupes d’âge, des groupes les plus âgés au plus jeunes, et ceux à la fois pour les hommes et pour les femmes. Pour l’ensemble de la population noire en 2000, ainsi que pour les hommes, le groupe des 45-49 ans se distinguait par une proportion importante (19,7 %) de détenteurs d’un Bachelor’s Degree (quatre années d’études supérieures) alors que ce pourcentage était inférieur pour les 40-44 ans (17 %) ; cette proportion s’accroissait de nouveau pour les 35-39 ans (19,9 %) puis déclinait pour les 30-34 ans (17,8 %). Ces données démontrent par conséquent que les individus ayant fait leurs études à la fin des années soixante et au début des années quatre-vingts ont bénéficié d’un climat économique, social et politique plus favorable, permettant à un plus grand nombre d’entre eux de suivre des études supérieures et d’obtenir un niveau de diplôme assez élevé, que les tranches d’âge qui sont arrivées immédiatement après eux – ce qui est également vrai pour la population dans son ensemble et les Américains blancs non hispaniques. Au contraire, les cohortes qui ont fait leurs études au début des années quatre-vingt-dix ont dû faire face à un ralentissement économique assez marqué en 1990-1991 et à l’impact des politiques conservatrices, notamment la réduction des aides allouées aux étudiants dans les années quatre-vingts (Sawhill). Le remplacement progressif des bourses d’études par des prêts étudiants au cours des années quatre-vingts a, en particulier, eu un impact très négatif sur les taux d’inscription des minorités et des plus pauvres à l’université (Jaynes et Williams ; Edsall et Edsall ; Marable).

8 33,2 % des hommes blancs contre 19 % des hommes noirs sont titulaires d’un BA, soit un écart de 15,2 points de pourcentage. Pour les femmes, l’écart n’est que de 11,6 points de pourcentage (30,6 % conte 19 %). Depuis le début des années 2000, la différence entre hommes et femmes tend à se combler en raison d’une augmentation significative du nombre de femmes blanches qui obtiennent un moins un BA. Ainsi entre 2000 et 2007, cette proportion est passée de 25,5 à 30,6 %.

9 L’Associate Degree sanctionne deux années d’études supérieures dans un Community College, généralement public.

10 Pour les facteurs de cette hausse de la ségrégation scolaire, cf. E. Frankenberg, C. Lee et G. Orfield, 2003.

11 Les 10 % des school districts les plus riches dépensent près de 10 fois plus que les 10 % les plus pauvres (Einsenhower Foundation, 5).

12 Traduction de l’auteur.

13 Traduction de l’auteur.

14 Ces dernières continuent à accéder à des emplois plus qualifiés mais à un rythme moins soutenu qu’auparavant.

15 À titre d’exemple, entre 1980 et 2000, alors que leur représentation reste stable dans le secteur secondaire, que leur proportion décline dans le secteur primaire (suivant ainsi l’évolution de l’ensemble de la population américaine), les plus fortes augmentations de la représentation de ceux-ci se produisent en effet dans des emplois tels que les ingénieurs (par exemple leur proportion parmi les ingénieurs civils est multipliée par trois), les juges et les avocats (de 2,7 % à 5,3 %), les professions libérales, notamment les dentistes (leur nombre est multiplié par 1,7), mais également les professeurs d’université.

16 Pour la catégorie des emplois de nettoyage et d’entretien, la proportion d’Afro-Américains s’est réduite de 32 % à 22 % de 1982 à 2001 et celle des Hispaniques a augmenté de 10 % à 28,5 % (SA, 2002, 381-383).

17 Dans un marché du travail racialisé certains emplois ne sont pas accessibles aux Noirs, en raison de pratiques discriminatoires (Austin ; Wilson, 2007).

18 Les Afro-Américains détenteurs d’un Bachelor’s Degree recevaient 75,2 % du salaire d’un Blanc au même niveau de diplôme en 1975 et 79,3 % de ce même salaire en 2007. Pour les détenteurs d’un Advanced Degree les ratios ont progressé également, de 73,9 % en 1975 à 78 % en 2007.

19 Traduction de l’auteur.

20 Le bureau américain du recensement divise la population en cinq groupes de revenus. Il s’agit là des 20 % de la population les plus pauvres.

21 En 2008 23, 6 % des ménages noirs gagnent moins de 15 000 dollars par an contre 10,9 % des ménages blancs. (SA 2012, Money Income of Households, 2009).

22 À titre d’exemple, une récente étude a estimé que les héritages (et autres dons) expliquaient environ 10 % de la croissance de la richesse des ménages blancs entre 1984 et 1994, alors qu’ils étaient complètement absents de cette même progression dans le cas des Afro-Américains (Gittleman et Wolff , 8).

23 Un quart des ménages blancs, contre 61 % des ménages afro-américains et 54 % des ménages hispaniques, ne possèdent pas d’avoirs financiers (Oliver et Thomas, 87).

24 D. Conley a établi que le niveau de patrimoine d’une famille est la troisième variable (après le niveau éducatif et l’âge des parents) influençant directement les chances de réussite au niveau des études secondaires (Conley, 65). Une étude similaire indique que la richesse nette des parents est la deuxième variable (après le niveau éducatif) déterminant le taux de réussite des enfants dans leurs études supérieures (Goldscheider et Goldsheider, 505).

25 Les Blancs dont le revenu se situe entre 25 000 et 50 000 dollars et qui sont diplômés de l’enseignement supérieur, disposent d’une richesse nette s’élevant à plus de 44 000 dollars contre 17 400 dollars pour les Noirs, soit environ 39,5 % de la richesse détenue par les Blancs. Pour les 25 % de la population qui disposent des revenus les plus élevés, la valeur des patrimoines respectifs s’élevait, en 1995, à 123 800 dollars pour les ménages blancs contre 40 900 dollars pour les ménages afro-américains (Davern et Fisher).

26 Par exemple la part des biens immobiliers dans leur patrimoine diminue au profit des investissements générateurs de revenus En 1998, parmi les ménages dont les revenus étaient supérieurs à 75 000 dollars par an, 86,4 % des ménages blancs et 85,2 % des ménages afro-américains disposaient de placements financiers (Wolff, 19).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Urbanowski, « Quarante ans après le rapport Kerner : progrès et contrastes  », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 217 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/orda/1668 ; DOI : 10.4000/orda.1668

Haut de page

Auteur

Anne Urbanowski

Université Paul Valéry - Montpellier 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • OpenEdition Journals