Navigation – Plan du site
2014

Olivier Dabène (ed), La gauche en Amérique latine

Paris, Les Presses de Sciences Po, 2012
Franck Gaudichaud
Référence(s) :

Olivier Dabène (ed), La gauche en Amérique latine, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2012

Texte intégral

1Penser politiquement la région Amérique latine, en particulier le sud du sous-continent, au cours des 15 dernières années, c’est indéniablement penser les gauches et ce que nous nommerons provisoirement « le progressisme » latino-américain. La victoire électorale de candidats et organisations considérés à gauche a été l’un des traits saillants de pas moins de 24 élections - ou réélections - présidentielles dans 13 pays entre 1998 et 2001. Pour le politiste Olivier Dabène, qui coordonne cet ouvrage collectif : « La vague « rose » des années 2000 n’est pas nouvelle en tant que vague, au sens de simultanéité et parallélisme entre les évolutions politiques des différents pays. Elle l’est en revanche parce qu’elle est rose ou rouge et met en scène des forces politiques qui ont été ostracisées et réprimées pendant des décennies ». Quel symbole, preuve en effet de l’ouverture d'un nouveau cycle sociopolitique, que de voir accéder par les urnes à la tête du gouvernement uruguayen, l’ex-guérillero José Mújica. Politiques sociales partiellement redistributives, baisse (relative) de la pauvreté et des inégalités, rejet du dogmatisme néolibéral des années 90, tout en combinant un progrès remarquable des coopérations et intégrations régionales avec croissance économique, représentent des données clefs de la conjoncture actuelle. Ce bilan, a priori flatteur, est-il le fait des nouveaux gouvernements en place ? Et ne s’agit-il pas d’un constat pour le moins superficiel cachant de nombreuses tensions et contradictions ? Autant de questionnement qui sont mis en lumière dans ce travail du projet « Gauche en Amérique latine » (GAL) qui a réuni, pendant deux ans, un groupe de chercheurs de SciencePo Paris et de l’OPALC (Observatoire politique de l’Amérique latine et des Caraïbes). Le parti pris est d’essayer d’éviter toute discussion sur la définition et la typologie de la gauche latino-américaine pour plutôt se centrer sur son bilan. Cependant, on sent à plusieurs reprises que cette question, théoriquement rejetée, mais dont on ne saurait selon nous faire l'économie, hante en fait de nombreux textes - et ce à commencer par l’introduction... « La » gauche est invoquée, mais ce singulier rend mal compte de forces hétérogènes aux parcours forts différents, présentés au fil des pages : réformisme du Parti des travailleurs au Brésil, anti-impérialisme bolivarien à Caracas, leadership paysan-indigène d'Evo Morales ou encore social-libéralisme fortement institutionnalisé de Michèle Bachelet. La liste pourrait être longue... Les gauches étudiées ici sont partisanes et gouvernementales, laissant de côté l’immense spectre du champ extra-parlementaire (fragmenté et foisonnant en Amérique latine) et aussi la « gauche sociale », c’est-à-dire les mouvements populaires dont les actions collectives ont pourtant alimenté le « tournant » politique actuel.

2Au delà de ces quelques remarques, l’ensemble offre un panorama large et stimulant, souvent basé sur des enquêtes de terrains récentes, dressés par de jeunes chercheurs en cours de thèse, ce qui constitue une force réelle de l’ouvrage. Une quinzaine de contributions balayent quatre axes problématiques transversaux, inégalement développés. Une première partie s’interroge pour savoir si la gauche a vraiment réussi à « faire de la politique autrement ». Et le constat est que, malgré les discours, l’inertie des systèmes et praxis politiques dominantes restent prégnantes. Ainsi, Frédéric Louault explique, chiffres à l’appui, comment au Brésil « l’arrivée au pouvoir de Lula n’a pas entraîné le remplacement d’une élite par une autre, mais plutôt l’imbrication entre anciennes et nouvelles élites ». Deuxième réflexion abordée, celle de l’État, vue au travers des cas équatorien et bolivien. L’une des marques de fabrique de ce progressisme gouvernemental est précisément celle d’une tentative d'une redéfinition du rôle de l’État, ou plutôt celle de son retour dans la régulation publique. En Équateur, en Bolivie (mais aussi au Venezuela) cela a signifié d’ambitieuses assemblées constituantes, mais toujours sous l’influence d’un présidentialisme fort et vertical, et au prix même de conflits parfois aigus entre mouvements sociaux, indigènes notamment et exécutifs. Le troisième temps du livre prolonge en fait le second. Il traite particulièrement des politiques publiques dans différents champs : politiques mémorielles, rapport aux agences de régulation, participation citoyenne, thématique sécuritaire, etc. L. Bosetti et N. Lazreg montrent ainsi qu’au Salvador, le Front Farabundo Marti de libération nationale n’a pas réellement rompu avec les pratiques répressives de ces prédécesseurs dans le combat du crime organisé. Johana Lévy confirme, quant à elle, ce que tous les observateurs un peu attentifs du Venezuela bolivarien ont pu constater : par delà la diabolisation médiatique ou l’hagiographie militante, le gouvernement Chávez aura réussi à impulser un processus de « démocratisation de la démocratie », qui reste confronté à d’importants obstacles institutionnel et culturels. La chercheuse se penche sur la mission de santé « barrio a dentro » : « les comités de santé ont fait preuve d’une capacité stratégique, se saisissant des opportunités liées au nouvel impératif participatif pour mettre en œuvre des mécanismes endogènes susceptibles d’ouvrir de nouveaux espaces de participation et de médiation avec l’Etat ». A noter aussi une étude pertinente sur le modèle de développement extractiviste : il s’agit là des plus importants talons d’Achille des expériences en cours. Les trois gouvernements analysés (Bolivie, Venezuela, Équateur), s’ils ont bien repris contrôle sur les ressources nationales n’ont pas remis en cause ce modèle rentier, et souvent prédateur pour l’environnement. Apparaît alors un « néoextractivisme progressiste » qui utilise cette rente à des fins sociales, dans un contexte mondial où le prix des matières reste élevé, ne favorisant pas la recherche d’alternatives dans ce domaine. Enfin, l’ouvrage s’achève sur une fenêtre internationale et particulièrement la question des intégrations. Les deux derniers textes sont assez originaux, puisqu’ils traitent de l’Amérique centrale (souvent ignorée) et des relations sud-sud.

3Au final, un livre collectif synthétique de bonne tenue scientifique et qui sera à n'en point douter un outil utile pour les étudiants et les chercheurs latino-américanistes. On pourra regretter certains absents, à commencer par une réflexion sur Cuba, pourtant indispensable pour penser les gauches aujourd'hui dans cette partie du monde. D’autre part, certains jugements normatifs et affirmations subjectives mériteraient de plus amples débats. Par exemple, dans la conclusion, O. Dabène écrit que si la gauche au pouvoir a « réussie sa mondialisation » c'est qu'après avoir « déployé beaucoup d’efforts pour inventer une alternative au néolibéralisme », elle aurait finalement su faire « preuve de pragmatisme » et devenir plus « consensuelle ». Et l’auteur de regretter que les pays gouvernés « par la gauche la plus radicale » ne respectent pas toujours « l’authenticité démocratique ». Comme on le voit, les typologies classificatoires écartées en introduction resurgissent, malgré tout... Ce que montre ce livre selon nous, c'est que ce « tournant à gauche » électoral (thème par ailleurs qui a fait l'objet de multiples publications), plus qu’une rupture, incarne un changement « incrémental », lent et modéré, alors que plusieurs éléments de continuité dominent encore les champs économiques et sociaux. Et, finalement, ces 15 ans de progressisme reposent avec acuité les immenses difficultés d’une perspective démocratique réellement post-néolibérale, à la périphérie du système-monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Gaudichaud, « Olivier Dabène (ed), La gauche en Amérique latine », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/orda/1766

Haut de page

Auteur

Franck Gaudichaud

Université de Grenoble, ILCEA (EA - 613)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • OpenEdition Journals