Navigation – Plan du site

AccueilLes + de l'ORDACoin des curiositésEau et Vulnérabilités dans les Am...Luz Caraballo

Eau et Vulnérabilités dans les Amériques

Luz Caraballo

Andrés Eloy Blanco

Entrées d’index

Index chronologique :

1935
Haut de page

Notes de la rédaction

« La loca Luz Caraballo »  est un personnage de la culture populaire immortalisé dans la littérature par l’écrivain et poète vénézuélien Andrés Eloy Blanco (1896-1955). Il s’agirait d’une femme de la région de Timotes, village où Juan Vicente Gómez avait confiné l'écrivain en 1932 durant sa dictature, que le poète aurait rencontré puis immortalisé dans ce texte. Cette femme de la période indépendantiste, serait devenue folle, errant dans le páramo en se lamentant et chantant, suite au départ de son mari et de ses enfants recrutés par l’armée de Bolivar. Selon la légende, elle aurait orienté les espagnols sur une route opposée à celle de Bolivar, permettant à ce dernier de poursuivre son périple dans les Andes. Diverses œuvres ont dérivé du poème original et un monument près d’Apartaderos dans l’Etat de Mérida est dédié à ce personnage légendaire célèbre de la tradition orale andine, « La loca Luz Caraballo ».

Voir sur Youtube :

https://www.youtube.com/watch?v=qZNEPraiTB0

https://www.youtube.com/watch?v=PHcArDxgHnA

https://www.youtube.com/watch?v=4p22DKwX51U

Texte intégral

1De Chachopo a Apartaderos
Camina Luz Caraballo,
con violetitas de mayo
con carneritos de enero
Inviernos del ventisquero
farallón de los veranos
con fríos cordilleranos
entre riscos y ajetreos
se te van poniendo viejos
los deditos de tus manos

La cumbre te circunscribe
al solo aliento del nombre
lo que te queda del hombre
que quien sabe donde vive
Cinco años que no te escribe
Diez años que no lo ves
y entre golpes y traspiés
persiguiendo tus ovejos
se te van poniendo viejos
los deditos de tus pies

2El hambre lleva en sus cachos
algodón de sus corderos
tu ilusión cuenta sombreros
mientras tú cuentas muchachos
una hembra y cuatro machos
Subida, bajada y brinco
y cuando pide tu ahínco
frailejón para olvidarte
la angustia se te reparte
uno, dos, tres, cuatro, cinco

Tu hija está en un serrallo
dos hijos se te murieron
los otros dos se te fueron
detrás de un hombre a caballo
La Loca Luz Caraballo
dice el decreto del juez
porque te encontró una vez
sin hijos y sin carneros
contanditos los luceros
seis, siete, ocho, nueve, diez

Femme mettant en scène la légende la « loca Luz Caraballo »

Femme mettant en scène la légende la « loca Luz Caraballo »

28 février 2015, Laguna Mucubaji, Mérida, Venezuela
Auteur : Alexandra Angéliaume-Descamps
Crédits : Alexandra Angéliaume-Descamps

Haut de page

Table des illustrations

Titre Femme mettant en scène la légende la « loca Luz Caraballo »
Légende 28 février 2015, Laguna Mucubaji, Mérida, VenezuelaAuteur : Alexandra Angéliaume-DescampsCrédits : Alexandra Angéliaume-Descamps
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/2019/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrés Eloy Blanco, « Luz Caraballo », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], Coin des curiosités, Eau et Vulnérabilités dans les Amériques, mis en ligne le 05 juillet 2015, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/orda/2019

Haut de page

Auteur

Andrés Eloy Blanco

Ecrivain et poète vénézuélien (1896-1955)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search