Navigation – Plan du site
Eau et Vulnérabilités dans les Amériques

Derecho de páramos des espagnols

Alexandra Angéliaume-Descamps

Notes de l’auteur

Voir aussi http://geocarrefour.revues.org/9278

Texte intégral

  • 1 Droit ouvert en quelconque partie du páramo.

1Lorsque les espagnols occupent cette région dès le XVIème siècle, c’est pour la niche agroécologique qu’elle constitue. Ils introduisent alors dans le cadre des grandes encomiendas la culture du blé (photo 20) - que les colons ne pouvaient importer d’Espagne - et l’usage de l’araire ou encore des bovins, tout en conservant certaines productions et pratiques traditionnelles, pratique s’établissant à l’étage inférieur de celui du páramo. Ils introduisent toutefois une pratique et un droit d’usage nouveau affectant le páramo : le derecho de páramo. Il s’agit d’un droit acquis à vie et qui attribuait aux populations indigènes le droit d’utiliser le páramo pour le pâturage. L’activité agricole sous forme de culture n’était pas concernée du fait des faibles températures de cet étage. Ce droit s’est précieusement transmis de génération en génération jusqu’à l’époque actuelle. Même si ce droit peut se vendre ou s’échanger, il est transmis de père en fils. On ne vend pas un droit de páramo, c’est un héritage qui montre l’ancienneté de l’implantation de la famille et son importance. On le conserve car il prend valeur de patrimoine. Il n’existe pas de document écrit faisant état de ce droit, on sait que telle ou telle famille le possède du fait de la transmission orale des connaissances. Le droit n’attribue pas une zone spécifique, mais un droit ouvert sur n’importe quelle zone du páramo (derecho abierto en cualquier parte1). On lâche ainsi les animaux dans le páramo qui, par instinct, se regroupe autour des zones humides qui procurent des fourrages denses, et abondants toute l’année. En effet, les versants, généralement rocailleux, aux sols peu épais (squeletiques), avec une végétation dispersée, dominée, entre autres, par le fralejon qui n’est pas mangé, sont délaissés par les bêtes. En revanche, elles se regroupent autour des zones humides situées sur les replats de versants ou au fond des vallons, où pousse une végétation dense (graminées) et régulière qui attire le bétail et constitue, par ailleurs, un point d’eau. Cette activité de ganaderia a été développée par les espagnols, mais en complète harmonie avec le milieu naturel : les animaux changeant d’étage agricole au grès des cycles culturaux. Ainsi, pendant les périodes de jachère (descanso) ou d’interculture (barbecho), les animaux - ovins, bovins et équidés - rejoignaient les parcelles qu’ils fertilisaient de leurs déjections, puis pendant les périodes de culture, ils rejoignaient le páramo (à l’exception des vaches laitières qui demeuraient dans les pâturages des fonds de vallées près des fermes).

Photo 20 : Aire de battage du blé, construction en pierre sèche introduite par les espagnols, Llano el alto, 1975, Mérida, Venezuela

Photo 20 : Aire de battage du blé, construction en pierre sèche introduite par les espagnols, Llano el alto, 1975, Mérida, Venezuela

Auteur : Jean Christian Tulet

Jean Christian Tulet

Photo 21 : Trampa jour de neblina, 1978, Mérida, Venezuela

Photo 21 : Trampa jour de neblina, 1978, Mérida, Venezuela

Auteur : Jean Christian Tulet

Jean Christian Tulet

Photo 22 : Trampa jour de neblina, 1978, Mérida, Venezuela

Photo 22 : Trampa jour de neblina, 1978, Mérida, Venezuela

Auteur : Jean Christian Tulet

Jean Christian Tulet

Haut de page

Notes

1 Droit ouvert en quelconque partie du páramo.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 20 : Aire de battage du blé, construction en pierre sèche introduite par les espagnols, Llano el alto, 1975, Mérida, Venezuela
Légende Auteur : Jean Christian Tulet
Crédits Jean Christian Tulet
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/2030/img-1.png
Fichier image/png, 112k
Titre Photo 21 : Trampa jour de neblina, 1978, Mérida, Venezuela
Légende Auteur : Jean Christian Tulet
Crédits Jean Christian Tulet
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/2030/img-2.png
Fichier image/png, 100k
Titre Photo 22 : Trampa jour de neblina, 1978, Mérida, Venezuela
Légende Auteur : Jean Christian Tulet
Crédits Jean Christian Tulet
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/2030/img-3.png
Fichier image/png, 57k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Angéliaume-Descamps, « Derecho de páramos des espagnols », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], Coin des curiosités, Eau et Vulnérabilités dans les Amériques, mis en ligne le 05 juillet 2015, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/orda/2030

Haut de page

Auteur

Alexandra Angéliaume-Descamps

GEODE 5602 UT2J France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • OpenEdition Journals