Navigation – Plan du site
2015

Claire Parfait, et Marie-Jeanne Rossignol (eds), Revue du Philanthrope, n5/2014. Écrire sur l’esclavage

Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014
Lea Stephan
Référence(s) :

Parfait Claire et Marie-Jeanne Rossignol (eds). Revue du Philanthrope, n5/2014. Écrire sur l’esclavage. Mont-Saint-Aignan : Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Texte intégral

1La Revue du Philanthrope propose dans ce recueil, « Écrire sur l’esclavage », des articles issus du colloque éponyme qui s’est tenu à l’université du Havre, en novembre 2013, dans le cadre du programme de recherche de l’UMR IDEES 6266 et du CNRS. Ce colloque a marqué le début du nouveau projet « Écrire l’histoire depuis les marges : le cas des Africains-Américains », proposé par Sorbonne-Paris-Cité et coordonné par C. Parfait, H. Le Dantec-Lowry et M-J. Rossignol.

2Ce recueil offre une série d’articles très complémentaires qui mettent en lumière différents aspects des récits d’esclaves, principalement dans une perspective civilisationniste.

3Bien que de qualité inégale, notamment en ce qui concerne la clarté du propos, cette série d’articles offre une grande complémentarité. Ce numéro compile treize articles. Bien qu’abordant l’Amérique dans son ensemble, la plupart des articles traitent de l’Amérique du Nord. La très grande variété des articles a été regroupée de manière thématique. La première partie se penche sur des aspects plus historiographiques liés à l’histoire du livre aux États-Unis ; la deuxième partie propose des études de cas étasuniens, auxquels s’ajoute une analyse du récit d’esclave en littérature contemporaine. Les études concernant les autres aires géographiques (Canada, Caraïbes, Cuba et Brésil) sont regroupées dans une troisième partie. L’ouvrage se termine sur la présentation de deux publications récentes. Ce numéro met en avant les études de cas, afin de montrer des aspects plus nuancés d’un genre qui est souvent traité de façon monolithique. Plusieurs articles réussissent à montrer la richesse et la valeur historique de certains récits « singuliers » ou « atypiques ». De plus, l’enchaînement des articles permet de montrer la grande variation de récit d’esclaves en fonction des aires géographiques, bien que ce soit souvent le manque, voire l’absence, de ces récits qui soit mis en avant, ainsi que la manière de traiter et contourner cette absence.

4Cependant il n’est pas facile de se repérer dans l’ouvrage, car ces regroupements ne sont pas indiqués dans le sommaire. La navigation entre les articles est facilitée par les résumés regroupés en fin d’ouvrage et complétés par des présentations assez détaillées des auteurs. Par contre l’absence totale de bibliographies est à déplorer. Les reproductions de bonne qualité de photographies, ou de couverture de livres pour certains articles, rendent le contenu plus vivant et plus proche, ce qui est particulièrement appréciable pour les études de cas.

5En revanche, ce numéro de La Revue du Philanthrope ne réussit pas à remplir un de ses buts annoncés : mettre en avant la traite et le mouvement abolitionniste en Normandie et les restituer dans un cadre de réflexion générale. Ce cadre général (ou américain au sens large) est proposé, mais aucune étude comparative n’est menée, et seuls deux des articles traitent de cas français : l’un d’un esclave brésilien venu en France, et l’autre d’un récit semi-fictionnel écrit par Alexis de Tocqueville et Gustave de Beaumont sur les États-Unis. La patte « normande » que l’on peut distinguer se trouve essentiellement dans la localisation du colloque, car aucun des auteurs n’est affilié à l’université du Havre.

6Les trois premiers articles s’attachent à proposer des approches méthodologiques pour l’analyse des récits d’esclaves. Ainsi, Claire Parfait, dans son article « Le récit d’esclave : une source pour l’histoire de l’esclavage ? », fait une étude historiographique du récit d’esclave longtemps dénigré par les historiens blancs. Elle montre la différence d’utilisation de ces récits faite par les historiens noirs et blancs. Cette dimension historiographique est complétée avantageusement par l’article de Michaël Roy intitulé « Williams, Douglass, Northup : les dispositifs éditoriaux du récit d’esclave ». Roy apporte beaucoup de nuance à ce genre particulier qu’est le récit d’esclave en se concentrant sur l’histoire éditoriale, et particulièrement sur le type d’édition. Lucia Bergamasco, dans « Honneur et Réputation dans les récits d’esclaves fugitifs », mène une analyse thématique sur les notions d’honneur et de réputation. Elle en montre la fonction, autant pour l’auteur que pour le récit lui-même.

7Les deux articles suivants proposent deux analyses complémentaires des récits de Sojourner Truth. Marie-Jeanne Rossignol étudie le cas très particulier de Sojourner Truth dans « La fin de l’esclavage à New York ou le contexte du récit de Sojourner Truth », afin de montrer la richesse d’informations contenu dans ce récit atypique, difficile à classer. Une deuxième analyse de ce récit est livrée dans l’article « L’ombre et la substance : le récit de Sojourner Truth », par Claudine Raynaud, sous l’angle de la publication de la propagande abolitionniste. Raynaud cherche à démêler la voix de Truth de celle de sa rédactrice, ainsi que d’autres influences, afin d’en faire un matériau historique exploitable. Cette approche a aussi été choisie par Ada Savin qui se penche sur un récit peu commenté dans « Transgression et subversion dans Running a Thousand Miles for Freedom de William et Ellen Craft (1860) ». Elle aussi cherche à mettre en avant les aspects exploitables d’un récit très singulier sous de nombreux aspects. L’analyse de récits d’esclaves dans la littérature contemporaine de Françoise Pelleau-Papin dans « Métamorphoses contemporaines du récit d’esclave » montre l’actualité littéraire qui revisite le genre, mais n’offre pas réellement de pertinence historique.

8Les quatre articles suivants se préoccupent des récits d’esclaves dans d’autres pays. Le grand point commun est la singularité des récits, soit par leur histoire, soit par l’absence d’autres récits connus. Ainsi Jean-Pierre Le Glaunec, dans « Mary Prince, James Williams et la recherche de nouveaux « récits » d’esclaves en fuite dans la Caraïbe anglophone », s’attelle à reconstituer des récits (autrement absents) à travers les annonces de fuites. Sandrine Ferré-Rode tente d’établir un type de récit d’esclave canadien à travers l’étude de Le Récit de Thomas Smallwood (homme de couleur) (1851). Rahma Jerad étudie le seul récit cubain connu à ce jour dans « L’abolitionnisme anglais et l’autobiographie aliénante de Juan Francisco Manzano, esclave cubain émancipé », particulièrement sous l’angle des conditions de publication. Enfin, Aderivaldo Ramos de Santana étudie le cas de Ofisekunde, un esclave brésilien. Santana met en avant les outils empruntés aux historiens qui permettent d’exploiter des récits problématiques.

9Les deux derniers articles proposent des présentations de rééditions récentes de récits d’esclaves. Matthieu Renault présente la postface de la réédition française de Douze ans d’esclavage en 2013 dans le contexte de la sortie du film. Cette postface est condensée mais a l’intérêt de présenter une analyse rapide des notions de vérité et de résistance dans l’ouvrage de Northup. Laurence Cossu-Beaumont, quant à elle, offre aussi une postface à la réédition de 2014 de Marie ou l’esclavage aux États-Unis. Tableau de mœurs américaines, écrit par Gustave de Beaumont (1835). Ce point de vue français met notamment en avant la peur du métissage qui empreigne la culture des États-Unis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lea Stephan, « Claire Parfait, et Marie-Jeanne Rossignol (eds), Revue du Philanthrope, n5/2014. Écrire sur l’esclavage », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 09 novembre 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/orda/2352

Haut de page

Auteur

Lea Stephan

Université Toulouse-Jean Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • OpenEdition Journals