Navigation – Plan du site

AccueilORDA223Cosmopolitismes dans les Amérique...Cosmopolitisme et politiques publ...

Cosmopolitismes dans les Amériques (1900-1968)

Cosmopolitisme et politiques publiques : New York Ville Providence (1933‑1975)

Cosmopolitismo y políticas públicas: Nueva York cuidad providencial (1933‑1975)
Cosmopolitismo e políticas públicas: Nova York cidade providencial (1933‑1975)
Cosmopolitanism and Public Policy: New York Providential City (1933‑1975)
Catherine Pouzoulet

Résumés

Le New York du New Deal, où l’administration La Guardia engage sa ville dans la construction à l’échelle municipale d’un modèle de social-démocratie que l’on peut qualifier de ville providence, démontre l’importance de politiques publiques locales pour entretenir une tradition culturelle de cosmopolitisme. Ces choix politiques qui traitaient à égalité tous les espaces urbains n’ont pas survécu au passage après 1975 à une économie financiarisée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Référence à l’expression de Rem Koolhas dans Delirious New York, « New York sera remplacée par une (...)

1Si l’idée du cosmopolitisme est très ancienne et remonte à la Grèce Antique avant de s’être épanouie, comme le rappelaient Sonia V. Rose et Paul-Henri Giraud dans leur argumentaire, au dix-huitième siècle puis de se faire éclipser par la montée des nationalismes au dix-neuvième siècle (Coulmas), c’est en fait le contexte de l’entre-deux-guerres qui, aux États-Unis comme plus généralement dans les Amériques, a vu la résurgence de cet idéal humaniste de « citoyens du monde ». Notre propos est toutefois de montrer que, comme pratique culturelle et forme de sociabilité, le cosmopolitisme ne peut éclore que dans un cadre politique qui lui est favorable, et plus spécifiquement grâce à des politiques publiques qui favorisent cette tolérance à l’Autre et ce goût des métissages culturels, à l’opposé donc, comme nous en faisons l’expérience aujourd’hui dans nos villes, des séparatismes territoriaux et des sécessions identitaires qui accompagnent la montée des populismes dont on comprend bien, tant aux États-Unis qu’en Europe, quelle menace ils constituent pour nos démocraties représentatives. Il nous paraît donc y avoir une urgence à rappeler ce qu’a été l’idéal cosmopolite, tel qu’il a pu être mis en œuvre dans un contexte urbanistique et politique spécifique, celui du New York du New Deal, qui devait survivre jusqu’en 1975, date de la crise budgétaire de la ville. Alors mise sous la tutelle d’un consortium de banquiers qui imposèrent une réduction drastique des dépenses publiques et ainsi contribuèrent à précipiter l’avènement d’une nouvelle gouvernance de la ville, la municipalité fut contrainte de démanteler les politiques publiques généreuses qui remontaient à l’ère La Guardia, le maire progressiste dont les mandats s’exercèrent en parallèle de la présidence de Franklin Delano Roosevelt, et qui avait, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, laissé sa ville profondément transformée. Après avoir traversé une grave crise de désindustrialisation dans les années 1960, c’est une ville paupérisée qui se retrouve en 1975 au bord de la faillite, et qui, menacée de mise à mort, renaît de ses cendres pour devenir la première place du nouveau capitalisme financier. Cette renaissance voit aussi l’émergence d’une nouvelle forme urbaine, la « global city » conceptualisée par Saskia Sassen, ville monde qui devient le nouveau visage des grandes métropoles internationales qui dominent l’économie mondiale. Mais cette renaissance spectaculaire ne doit pas occulter la disparition de ce New York cosmopolite de l’entre- deux guerres qui n’a en fait pas survécu au passage à une économie post-industrielle, financiarisée et mondialisée, faisant dire à ceux qui ont été les témoins de cette transformation que New York « [a été] remplacée par une autre ville »1, comme Luc Sante qui parle avec une certaine nostalgie de la ville perdue de sa jeunesse.

2Au lendemain de la Grande Guerre, les États-Unis plus encore que l’Europe connurent une période de forte mutation économique, avec une sorte de seconde révolution industrielle produite par la prolifération des inventions des ingénieurs et l’introduction des nouvelles formes de production industrielle (le « taylorisme » introduit dès le début du siècle dans les usines automobiles d’Henry Ford pour la production à la chaîne de sa fameuse automobile « Model T », surnommée affectueusement « Lizzie » par les Américains qui sont déjà un cinquième de la population à être motorisés, lorsqu’à pareille époque la voiture n’est réservée en France qu’à une élite économique). Les années vingt, ces années qu’aux États-Unis on surnomme les « Roaring Twenties », ou encore le « Jazz Age » selon l’expression de Fitzgerald, sont aussi une décennie terriblement réactionnaire qui voient le retour au pouvoir de Républicains ultra-conservateurs et ploutocrates qui servent d’ailleurs de modèle à Donald Trump (voir Paxton). Même culte des hommes d’affaires, même xénophobie assumée, même célébration d’une certaine américanité qui exclut les derniers immigrants. À l’époque ce ne sont pas les Mexicains ou les Musulmans qui font l’objet du nativisme le plus virulent, mais les Juifs d’Europe de l’Est et les Italiens arrivés au début du siècle avant que les quotas adoptés par le Congrès en 1921 puis 1924 ne viennent leur fermer les portes des États-Unis…

3Dans ce climat détestable qui pousse nombre d’intellectuels et d’artistes américains à quitter les États-Unis et à venir se réfugier à Paris, la ville par excellence cosmopolite, plaque tournante de l’art et de l’intelligentsia, New York se singularise par un climat de tolérance et une célébration de la différence. Et l’explosion de créativité qui préside notamment au magnifique mouvement de la Renaissance de Harlem, première célébration de la négritude qui fait découvrir le jazz, les claquettes, le charleston et autres danses « zazou » inspirées d’une lointaine Afrique, va être le prélude, sur fond d’une formidable effervescence intellectuelle des Noirs mais aussi des Blancs, à la refondation d’une politique municipale de diffusion de la culture et d’amélioration des conditions de vie des New-yorkais. La Dépression avait laissé la ville exsangue mais aussi révélé l’indigence d’une gestion locale corrompue alors que le contournement de la Prohibition avait permis un gigantesque enrichissement des mafieux qui, en pratique, contrôlaient les élus, et tout particulièrement le Maire de la ville.

4Ainsi, au moment où Roosevelt avec son New Deal donne une nouvelle impulsion à son pays, La Guardia à New York est élu sur les décombres de la « machine » démocrate, appareil de parti clientéliste qui gérait la ville depuis plusieurs décennies. Au pouvoir de 1934 à 1945, La Guardia fait de sa ville une « Ville Providence » et de fait la prépare à devenir la capitale du Siècle Américain lorsque, sous l’égide des élites new-yorkaises, se met en place une Pax Americana largement inspirée de l’idéal wilsonien. Si le Sénat américain avait refusé de ratifier l’entrée des États-Unis dans la Société des Nations, cette fois les États-Unis jouent un rôle déterminant dans la mise en place des Nations Unies qui, inaugurées à San Francisco en plein deuil national après la mort de Roosevelt en avril 1945, finalement élisent domicile sur le East Side de Manhattan sur un terrain donné par les Rockefellers dans un quartier auparavant dévolu à des habitats de la classe ouvrière (tenements) et à des abattoirs. L’installation des Nations Unies à New York, hautement symbolique du nouveau rayonnement international de la ville, consacre cette vocation cosmopolite mais ouvre aussi une nouvelle période de transformation massive des quartiers centraux de Manhattan, un processus de rénovation urbaine qui, sur fond de guerre froide, eut un coût social irréversible. Et avant même que n’éclate quelque vingt ans plus tard la crise budgétaire qui allait sanctionner et faire abandonner les programmes sociaux mis en place sous La Guardia, la ville était donc déjà profondément divisée par ces grandes opérations de rénovation urbaine. La multiplication d’espaces de rejet dans les outer boroughs où étaient concentrées les plus pauvres, singulièrement les populations noires et portoricaines, allait poser de nouveaux défis, alors que l’émergence d’une nouvelle économie s’accompagna vite d’une gestion particulièrement inégalitaire des espaces urbains.

5Au moment où dans toutes nos grandes villes se développe une réflexion sur le déficit de mixité sociale, où l’on déplore la montée de la violence et des communautarismes, cette évocation du New York de l’entre-deux-guerres a pour dessein de démontrer le lien étroit entre les politiques publiques et la préservation du lien social, a fortiori de l’expression d’une tolérance à l’Autre dont le cosmopolitisme est l’expression la plus aboutie.

I/ L’exceptionnalisme cosmopolite de New York

6Si les États-Unis sont un pays de peuplement dont l’essor économique n’a été possible que par l’afflux sans cesse renouvelé d’immigrants, et où en fait seuls les « Indiens », quoique d’origine asiatique, étaient véritablement nés sur le sol américain, leur politique de la « porte ouverte » jusqu’à l’adoption des quotas des années 1920 ne signifiait pas nécessairement une absolue tolérance. En fait, tout en ayant une tradition d’accueil illimité des populations désireuses de venir rejoindre la « Terre Promise », la société américaine a favorisé un grand degré d’homogénéité culturelle et même religieuse, et en pratique émergèrent deux grands modèles, la petite ville des Puritains de Nouvelle Angleterre, la « shining city upon a hill » chère à John Winthrop, le gouverneur de la Compagnie de la Baie du Massachusetts, véritable théocratie qui ne tolérait aucune dissidence, et ne laissait aux libres penseurs que le choix de s’exiler pour aller fonder une autre communauté plus conforme à leurs vues, ce que choisit de faire par exemple Roger Williams, très critique des autorités anglicanes et qui se fit expulser de Salem et s’établit dans le Rhode Island où il fonda la première communauté baptiste, et la petite ville pionnière de l’agrarianisme jeffersonien, bien connue des amateurs de westerns où précisément l’arrivée de tout étranger est un élément perturbateur (Voir Bender, « New York as a Center of Difference »). D’emblée, New York affirma – et assuma – sa différence. Dès la période coloniale qui vit en 1664 les Anglais conquérir les armes à la main (fait unique dans la colonisation britannique en Amérique du Nord) le comptoir de commerce auquel les Hollandais avaient donné le nom de New Amsterdam et qui, en l’honneur du frère du Roi, le duc de York, fut donc rebaptisée New York, la ville, d’abord marchande et fondée « pour le profit, et non pour la gloire » (Tobier 79), se distingua par son pluralisme religieux, son abondance de tavernes, un goût immodéré de l’argent et du commerce, mais aussi sa multiplicité de nationalités, de langues et la fascinante diversité de ses habitants. Cet aspect de New York, véritable Babel, avait quelque chose de repoussant pour les contemporains, habitués donc à des environnements nettement plus aseptisés, et est à l’origine de ce rapport amour-haine que les Américains n’ont cessé d’entretenir avec New York, réputée être atypique et accusée de ne pas être une bonne représentation de l’Amérique, à coup sûr pas de l’Amérique profonde des petites villes de la Nouvelle Angleterre ou de l’Ouest pionnier.

  • 2 « The citizens of New York are tolerant not only from disposition but from necessity. The city has (...)

7Au lendemain de la Guerre de Sécession, New York devient une véritable « métropole universelle » (Coulmas 267) et, première ville américaine, ne cesse de croître pour dépasser le million d’habitants dès 1880. L’échiquier inter-ethnique continue à se diversifier, et crée un processus de succession, le marché du travail fonctionnant de fait aux États-Unis sur des filières d’embauche ethniques (voir Waldinger 1996). Ainsi la domesticité, d’abord noire, devient irlandaise, puis juive ou italienne, portoricaine ou cubaine, et aujourd’hui polonaise ou russe. Les épiciers, d’abord allemands, puis juifs d’Europe de l’Est, ou italiens, sont après la guerre nombreux à être grecs, avant dans une période récente de devenir coréens ou dominicains. De grands secteurs de l’économie, comme la confection, dont New York resta longtemps la capitale, malgré la désindustrialisation, connaît les mêmes mutations au gré des vagues d’immigration, des premiers ateliers où travaillaient majoritairement des ouvrières juives et italiennes au tournant du vingtième siècle, où se sont ensuite succédé des portoricaines, des mexicaines puis des chinoises (voir Waldinger 1986)… Le melting-pot new-yorkais est si varié qu’écrivant en 1949 son chef-d’œuvre « Here’ s New York », instantané du New York de l’après-guerre, le journaliste E. B. White dépeint une foule bigarrée composée d’une telle diversité de nationalités qu’adopter une posture « cosmopolite » est, de son propre aveu, la seule façon de pouvoir survivre et coexister pacifiquement2.

8En 1910, Manhattan, cœur du « Grand New York » dont l’unité a été réalisée en 1898 par annexion de Brooklyn (alors la troisième ville des États-Unis), Queens (la partie occidentale de Long Island), Staten Island (dont l’insularité n’est brisée qu’en 1964 par la construction du pont Verrazano mais dont le célèbre ferry jusqu’au Lower Manhattan reste une excursion favorite des New-yorkais) et le Bronx (la seule partie de la ville reliée au continent, ce qui fait de New York essentiellement un archipel d’îles !), Manhattan dans un paroxysme de densité digne du tiers monde rassemble 2,3 millions d’habitants et concentre la moitié des habitats et trois quarts des emplois. Grâce à la construction d’un réseau de transports en commun particulièrement efficace pour diffuser la population à l’échelle de la ville, notamment par l’ouverture de lignes de métro en association avec les promoteurs immobiliers, New York dans les deux décennies suivantes voit sa population encore augmenter de 45 % mais Manhattan, pour la première fois, connaît une diminution spectaculaire de 20 % de ses habitants. Et de fait en 1930, ce sont 75 % des New-yorkais qui habitent désormais en dehors de Manhattan, même si la région reste marquée par les trajets pendulaires vers le centre des affaires où les emplois continueront de rester concentrés jusque dans les années 1970 (voir Pouzoulet 1999).

9Dans les années 1920, New York connaît une période faste et sert de vitrine au miracle économique des Années Folles. New York découvre le jazz, les claquettes, le charleston, et les New-yorkais de toutes classes viennent se divertir dans les cinémas et « vaudevilles » de Times Square et les théâtres de Broadway, tandis que les plus riches vont s’encanailler dans les cabarets de Harlem où musiciens de jazz, claquettistes et danseuses noirs se produisent pour un public blanc dans des clubs ségrégués qui servent à la mafia de blanchiment des sommes considérables récoltées dans le négoce illégal de l’alcool, au summum de la Prohibition. En pleine hystérie xénophobe où les Républicains prônent l’ « Américanisme à 100 % » et réclament une totale assimilation des immigrants, mettant par exemple en avant une acquisition rapide de l’anglais et rejetant toutes formes de bi-culturalité comme une menace de conflits de loyauté entre la nation dont ils étaient citoyens antérieurement, et leur nouvelle patrie américaine., des intellectuels new-yorkais (John Dewey, Randolph Bourne...) tentent de faire entendre leur voix dissidente et plaident pour une reconnaissance du pluralisme culturel et de la contribution positive que les immigrants apportent à la société américaine.

10La face sombre de ces Années Folles est la corruption généralisée de l’administration municipale, qui est en collusion, à travers ses liens étroits avec la « machine » démocrate, avec le crime organisé. Cette gestion indigente conduit la ville au bord de la faillite et provoque la chute du maire dandy Jimmy Walker, contraint de démissionner à la suite des révélations de la commission d’enquête Seabury, qui apporte la preuve de son détournement de fonds publics… C’est ce climat délétère qui permet à Fiorello La Guardia, surnommé Little Flower, de faire campagne contre la « machine » démocrate en faisant acte de candidature sous pavillon républicain. Réformateur convaincu, dénonçant ouvertement la Prohibition, les formes de discrimination raciale, et le capitalisme sauvage, il prône une réglementation de l’économie et illustre une tolérance et un respect de toutes les communautés ethniques qui composent la population de sa ville. Italien par son père mais juif par sa mère qui est d’origine autrichienne, La Guardia a été élevé dans la religion protestante dans une église épiscopalienne et à lui tout seul, il incarne donc non seulement la richesse du creuset new-yorkais, mais aussi son cosmopolitisme. La Guardia a vécu à l’étranger, notamment en Hongrie, et en campagne électorale, il est capable de s’adresser à son auditoire, selon les quartiers, en italien, croate, hongrois, yiddish ou allemand. Il a d’ailleurs travaillé comme interprète à Ellis Island, le centre d’accueil des immigrants dans le port de New York. Très populaire, La Guardia fut réélu trois fois, et occupa la mairie jusqu’en 1945, recevant l’investiture tant des Républicains que des Démocrates, mais soutenu aussi par l’American Labor Party, une formation politique qui n’avait d’américaine que le nom car elle était en fait strictement new-yorkaise et rassemblait une gauche pro-communiste à une période de courte durée où les États-Unis connaissent aussi une sorte de front populaire avant que le pacte germano-soviétique ne porte atteinte à cette gauche américaine particulièrement forte à New York, où le parti communiste compte 38 000 membres, la moitié de son effectif national, et diffuse un journal largement distribué, The Daily Worker (créé en 1929) tandis que deux revues intellectuelles de gauche voient le jour, The New Masses en 1926, et The Partisan Review en 1934.

II/ New York Ville Providence

11Cette vie politique luxuriante, qui fait même une part belle aux communistes, est aussi un aspect de ce cosmopolitisme de New York, qui est loin de trouver des équivalents dans les autres villes du pays. Lorsque La Guardia arrive au pouvoir, il a l’idée de faire de New York un véritable lieu de vie. Il a été traumatisé par la mort en 1921 de sa jeune femme et de leur bébé de la tuberculose contractée dans l’insalubrité de leur logement dans le quartier ouvrier de East Harlem, et il ne va avoir de cesse d’améliorer le cadre de vie de ses concitoyens, sans faire de distinction entre les riches et les pauvres. Politiquement La Guardia est aussi élu comme un réformateur qui a fait campagne contre la corruption et le clientélisme de Tammany, la « machine » démocrate, appareil de parti clientéliste, et il va présider à la mise en place d’une véritable administration municipale recrutée sur concours, là où avant il n’y avait que des emplois de faveur, ou pire des emplois fictifs.

12C’est aussi cette notion de service public, très caractéristique plus généralement du New Deal, qui va permettre la mise en place, à l’échelle de la ville, d’un véritable régime providence. Roosevelt inaugure en effet une politique de la ville tout à fait inédite en accordant aux municipalités qui soumettent des projets ambitieux, des financements généreux, une sorte, avant l’heure, de Plan Marshall municipal, et à ce jeu, New York va s’avérer comme toujours particulièrement habile, parvenant à capter au total 1,5 milliard de dollars qui vont radicalement transformer l’environnement urbain des New-yorkais. Ce partenariat entre Roosevelt à la Maison Blanche, et La Guardia dans sa Mairie de New York, n’avait rien d’évident sur le plan politique et humain : a priori tout opposait les deux hommes, Roosevelt le patricien, et La Guardia le plébéien. Le WASP et l’enfant d’immigrés, tout les oppose mais beaucoup les réunit : la même proximité de leurs concitoyens, le même goût et art de la communication, le même charisme et la pratique des « bains de foule ». Tandis que Roosevelt entretenait sa popularité avec des « causeries au coin du feu » chaque semaine à la radio, La Guardia n’hésita pas, un jour de juillet 1945 où il y avait une grève des journaux, à lire leur bande dessinée, Dick Tracy, aux enfants de sa ville, et s’il se passait quelque chose de dramatique, comme une inondation ou un incendie, il était connu pour toujours être aux côtés des pompiers au secours de la population. L’un et l’autre eurent une formidable ambition pour leur pays comme pour leur ville, et il n’est pas étonnant qu’aujourd’hui encore, leur empreinte ait été si forte que certains se réclament encore de leur démarche.

13Le contexte urbanistique est particulièrement favorable. L’exposition universelle de Chicago en 1893 avait été suivie de la première conférence à Washington en 1909 sur la « planification des villes et les problèmes de congestion », c’est à dire qu’elle avait à la fois donné naissance à un mouvement d’embellissement des villes américaines (City Beautiful), jusque-là dépourvues de tout monumentalisme et uniquement dédiées au profit, sans attachement esthétique ou moral aux architectures, produisant des villes en constante recomposition, où l’on détruisait sans états d’âme dès que le besoin économique s’en faisait sentir... Mais pour la première fois il y a aussi une prise de conscience que l’absence de service public a été responsable d’une urbanisation anarchique, au gré des initiatives des propriétaires privés, responsable en ce début de siècle de gigantesques problèmes de circulation dans des villes maintenant envahies par les automobiles. Au moment où La Guardia arrive donc à la mairie de New York, la demande est forte pour embellir, rationaliser et planifier les villes (City Efficient). La notion de planification urbaine vient d’ailleurs de voir le jour, et se traduit par la première production de la jeune association d’Urban Planning, le magistral Plan Régional de la Région de New York de 1929 qui, pour la première fois, replace la ville au sein d’une région de 33 000 km2 sur 31 comtés, à cheval sur trois États, New York, New Jersey et Connecticut, et au cœur de son espace portuaire.

14La Guardia va vite comprendre le parti qu’il a à tirer de son alliance avec Robert Moses, l’administrateur surdoué des parcs et jardins de l’État, qui venait de réaliser toute une série de parcs naturels prestigieux sur Long Island, comme Jones Beach, et à qui il va confier la réalisation des grands travaux de New York et la planification de la région. Grâce aux subsides glanés par La Guardia auprès de Roosevelt, Moses va sans relâche construire les routes, ponts et tunnels qui font de lui le démiurge du New York moderne et laissent un fantastique héritage urbanistique. Même les aéroports, La Guardia, inauguré en 1939, et Kennedy en 1948, voient le jour grâce à Moses, dont la dernière grande réalisation a été le parc de Flushing Meadow, cadre de la dernière World’s Fair en 1964. Grand nageur lui-même, Robert Moses va d’abord se soucier de doter la ville de multiples terrains de jeu, de jardins publics, de nouveaux parcs et espaces récréatifs pour les familles. Ainsi la plage d’Orchard Beach, aménagée dans le Bronx en plein cœur de la ville, et accessible même par métro, fait l’objet d’une fastueuse scénographie avec la construction sur le front de mer d’un portique de colonnes qui, à l’origine, abritait boutiques et restaurants pour les baigneurs. Moses s’attache aussi à remettre en état les espaces verts et les jardins laissés à l’abandon depuis le début de la Dépression, au premier chef Central Park dont la municipalité s’était désintéressée. Les New-yorkais, et tout particulièrement les enfants et les jeunes, vont ainsi pouvoir profiter de tous les stades, piscines et autres équipements sportifs nouvellement construits (voir Kessner).

  • 3 Cycles courts professionnalisants.

15La volonté politique de La Guardia de créer une véritable « ville providence » ne s’illustre pas seulement dans ces domaines récréatifs. Il s’agit d’abord de permettre aux classes populaires de bénéficier de logements dotés de tout le confort moderne et grâce à La Guardia, New York est la première à se doter d’un parc de logements sociaux, véritables cités-jardins qui rendaient abordable pour des familles à revenus modérés une habitation dans un cadre verdoyant et avec des espaces collectifs (buanderie, garderie pour les plus petits..). La Guardia va aller encore plus loin et généraliser pour ses concitoyens l’accès à la santé, à l’éducation et à la culture. Il met ainsi en place une sorte de sécurité sociale municipale (Health Insurance Plan of New York City) tandis que sont construits de nouveaux hôpitaux et dispensaires, et modernisés les hôpitaux existants. Dans le domaine de l’éducation l’idée est de permettre une véritable « démocratie culturelle », en permettant à chacun de trouver la formation adaptée à son projet, et l’université publique City College, qui avait été fondée en 1897, se voit compléter par quatre « community colleges »3 mais surtout en 1926 la création du complexe universitaire de CUNY (City University of New York) dont les campus sont répartis à travers les cinq « boroughs ». Ce système d’enseignement supérieur municipal gratuit pour les New-yorkais, qui fut abandonné après la crise budgétaire de 1975, allait servir d’ascenseur social à toute une génération de jeunes new-yorkais issus des vagues d’immigration du début du siècle et qui, d’origine juive ou italienne, purent ainsi accéder à des professions libérales, et participer aussi au renouvellement des universitaires. New York qui avait aussi deux universités privées, la vénérable Columbia et la moins prestigieuse New York University, devint le centre d’une vie intellectuelle intense, encore enrichie par l’afflux des réfugiés du nazisme qui fondent en 1933 l’« université en exil » à la New School for Social Research. Les intellectuels sont dans la ville, et il est tout à fait remarquable d’insister sur ce rôle central des universités, et plus généralement des intellectuels, des artistes et des universitaires qui par leur présence et leurs manifestations, irriguent la ville. Lorsque Roosevelt accorde des financements à travers la Works Progress Administration pour subventionner des activités artistiques dans les quartiers populaires et financer des cours de musique ou d’arts plastiques, il s’avère que 78 % des artistes sélectionnés par le gouvernement résidaient à New York. Par ailleurs, La Guardia dote sa ville des grandes institutions culturelles capables de lui donner un statut international de véritable capitale, en créant une compagnie de danse (New York City Ballet), un opéra, et un centre municipal des arts, qui au lendemain de la Seconde Guerre, accroîtront le rayonnement mondial de New York.

  • 4 La Reconstruction avait été une expérimentation de démocratie inter-raciale qui fut définitivement (...)

16Pendant toute cette période que l’on peut qualifier d’un âge d’or, ce qui est remarquable est l’égalité de traitement des territoires, et l’ambition de La Guardia pour sa ville. Le Bronx, qui est le « borough » le plus étroitement associé à cette période puisqu’il fut urbanisé à ce moment-là, et qui ultérieurement allait devenir un symbole international de la déchéance des villes américaines gangrénées par les ghettos, est au contraire à cette époque un paradis urbain dont les protagonistes, comme le grand réalisateur Martin Scorcese, gardent une formidable nostalgie. Le Bronx est en effet à cette période un quartier nouvellement construit selon les dernières normes, le plus vert de New York avec son zoo, son jardin botanique, et de nombreux parcs et jardins, sa plage, mais aussi le cadre le plus favorable pour ces familles juives et italiennes qui sont en train de s’intégrer, envoient leurs enfants à l’école américaine et vont pouvoir leur faire faire des études, secondaires puis supérieures. Seule demeure en suspens la question noire, car même sous La Guardia, les Noirs, dont la population a considérablement grossi pour constituer environ 12 % des habitants, continuent de faire figure de parents pauvres. Ainsi d’emblée, les nouveaux logements sociaux leur sont interdits, et il faudra une émeute à Harlem pour que La Guardia accepte de construire une résidence exclusivement réservée aux Noirs, un compromis choquant dans une municipalité aussi progressiste mais qui ne s’est pas attaquée, il est vrai, à la ségrégation de facto – par opposition aux lois Jim Crow, de jure, adoptées dans le Sud à la fin de la Reconstruction4.

III/ New York capitale du Siècle Américain

17En avril 1945, l’inauguration des Nations Unies à San Francisco, les drapeaux en berne alors que Roosevelt venait de mourir brutalement d’une hémorragie cérébrale dans sa propriété de Warm Springs, en Géorgie, marque l’avènement d’un nouvel ordre mondial au sein duquel les Américains sont cette fois prêts à assumer un rôle central. New York, ville par excellence progressiste et cosmopolite, s’impose rapidement comme capitale du « Siècle Américain », selon l’expression consacrée d’un autre New-yorkais, Henry Luce, fondateur du magazine Life, dans un éditorial de 1942 où il exhortait ses concitoyens à abandonner leur traditionnel isolationnisme pour assumer pleinement le nouveau destin international des États-Unis (voir Shefter). De fait, contre ses rivales San Francisco, Boston, ou encore Moscou, c’est New York qui l’emporte comme siège des Nations Unies, lequel siège va donc être construit en bordure de l’East River à hauteur de la 42e rue, sur un terrain de sept hectares qui s’étend sur six blocks jusqu’à la 48e rue, racheté en 1946 par John Rockefeller Jr. au promoteur William Zeckendorf pour la somme de 8,5 millions de dollars et donné aux Nations Unies, à charge pour la ville de le livrer aux architectes. Cet emplacement était en effet à l’époque dévolu à des habitations insalubres où trouvaient à se loger les ouvriers qui travaillaient dans les abattoirs et les brasseries avoisinantes. Inauguré en 1950, entraînant dans son sillage la construction d’immeubles de luxe pour loger tous les diplomates et délégations à proximité de leurs bureaux, le siège des Nations Unies comprenait en fait plusieurs bâtiments, dont le gratte-ciel de verre de 39 étages du Secrétariat et l’immeuble de l’Assemblée Générale avec son dôme, symbole architectural d’un nouvel urbanisme moderniste, mais annonçait aussi les grandes opérations de rénovation urbaine qui allaient complètement transformer des quartiers entiers de Manhattan dans les années qui suivent. New York au sortir de la guerre était encore une ville industrielle, ouvrière et ethnique, marquée, surtout à Manhattan, par la dégradation de nombreux quartiers populaires, où les plus pauvres se concentraient alors que de nouveaux quartiers bien reliés par les transports s’étaient ouverts dans les « boroughs » aux populations mieux rémunérées.

  • 5 De son vrai nom Olesh Royz, né à Varsovie en 1898 et arrivé en 1913 aux États-Unis.

18Alors que le départ de La Guardia marque le retour au pouvoir des maires démocrates plus ou moins corrompus et qui entretiennent des liens avec le crime organisé (O’Dwyer contraint de démissionner en 1950, Impelliteri recyclé en ambassadeur au Mexique…), c’est aussi le retour du clientélisme politique ethnique un moment éclipsé par la montée en puissance de l’American Labor Party, formé en 1936 par des syndicalistes juifs des métiers de la confection pour soutenir Roosevelt et le New Deal. À l’origine d’obédience socialiste, l’American Labor Party était rapidement tombé sous la domination des Communistes, très représentés à New York, au point que deux de ses fondateurs, Alex Rose5 et David Dubinsky, firent sécession en 1944 pour fonder un autre parti progressiste ouvertement anti-communiste, le parti Libéral, qui allait finir par le supplanter, provoquant la dissolution de l’ALP en 1956. New York, au lendemain de la guerre , est donc le théâtre d’une tension entre l’engagement internationaliste des élites, anciennes élites protestantes comme nouvelles élites juives, qui, tout en restant attachées à leur cosmopolitisme, vont rapidement, dans le contexte de la guerre froide dans laquelle Truman engage les États-Unis dès 1947, se rallier à l’anti-communisme ; et au niveau de la politique municipale, l’ancrage dans les électorats ethniques dont certains, particulièrement juifs et noirs, sont au contraire dominés par les Communistes. La gauche new-yorkaise aborde donc l’après-guerre divisée.

19Or la nouvelle position de New York dans le système international et le nouvel ordre mondial rendent impératifs des travaux de modernisation (voir Ward, Zunz). Au moment où le gouvernement fédéral s’engage dans une politique de la ville avec le passage en 1949 de la loi Wagner-Steagall, les financements existent pour de grandes opérations de rénovation urbaine. Orchestrées par Robert Moses, qui avait été l’urbaniste de la Guardia, et qui, mis à la tête de ces opérations par ses successeurs, allait être tout aussi habile à négocier avec l’administration fédérale dans les années clés 1949-1958 qu’il l’avait été sous le New Deal, ces grandes opérations en moins de dix ans transformèrent des quartiers entiers de New York, qui furent non seulement reconstruits mais qui changèrent de vocation car des immeubles insalubres furent rasés et remplacés par des résidences de standing. Le coût social de ces opérations fut très élevé car les habitants les plus pauvres, environ 100 000, furent chassés de leur logement et, dans le meilleur des cas, rejetés dans des cités de logements sociaux et relégués dans des barres au milieu de quartiers excentrés voués à se ghettoïser. Or ces populations étaient aussi noires et hispaniques à 40 %. Une telle politique n’aurait jamais pu être menée hors du contexte de guerre froide qui à la fois divisa les forces progressistes et délégitima les détracteurs de Moses à cause de leurs sympathies communisantes. Contrairement donc à la thèse selon laquelle les progressistes new-yorkais ignoraient les ravages de la politique de Moses, il apparaît que la volonté de certains parmi les plus progressistes, en particulier les syndicalistes juifs, de se désolidariser de toute forme d’alliance avec les Communistes, les conduisit à cautionner cette politique. Malgré leur cosmopolitisme, les élites new-yorkaises ne s’opposèrent donc pas à des politiques publiques clairement discriminatoires qui laissèrent New York très divisée et dévastèrent des quartiers entiers en créant des espaces de rejet ultérieurement générateurs de criminalité, délinquance et violence (voir Schwartz).

20Le cosmopolitisme de New York avait failli être remis en cause. Pendant la guerre, de nombreux intellectuels et artistes européens s’étaient réfugiés à New York, notamment André Breton, Miro, Duchamp, Fernand Léger, Max Ernst et Peggy Guggenheim, contribuant à l’atmosphère cosmopolite de New York (voir Loyer) et à la fin de la guerre leur retour en Europe crée une période de flottement, mais à la fin des années 1940 New York s’impose comme la place internationale de l’art, détrônant Paris. Grâce à l’ouverture de nouvelles galeries et au rayonnement de ses musées d’art moderne récemment créés, le MOMA, le Whitney et le Guggenheim, l’influence culturelle et artistique de New York est à son apogée, et contribue à faire sortir l’art américain de son complexe d’infériorité, de sa forme de « provincialisme » envers la scène artistique européenne, particulièrement parisienne, dans tous les domaines. Intellectuels, peintres avec le mouvement des expressionnistes abstraits (De Kooning, Pollack, Rothko, Gottlieb…), danseurs, musiciens du monde entier, les artistes convergent vers New York où se manifeste une fantastique vitalité créatrice (voir Cohen-Solal, Goldberger, Gottlieb).

21Mais surtout les élites new-yorkaises jouent un rôle déterminant dans la mise en place des institutions qui consacrent le rôle international des États-Unis. Tant dans le domaine monétaire et financier, que de la politique étrangère, ce sont des New-yorkais, banquiers de Wall Street et membres des milieux d’affaires qui ont œuvré à faire des États Unis le nouveau leader international, en remplacement de la Grande-Bretagne, et à faire de New York la première place financière. Ainsi le Council on Foreign Relations qui avait été fondé en 1921 à l’initiative de grandes familles d’industriels et de banquiers new-yorkais (les Pratt, Morgan, Rockefeller...) pour combattre le lobby isolationniste et maintenir des relations étroites avec la Grande-Bretagne, fut un cénacle dont faisaient partie un grand nombre de ceux qui furent les architectes du Siècle Américain et inspirateurs de ce nouvel ordre mondial autour des Nations Unies, du système de Bretton Woods, de l’OTAN, qui consacraient le multilatéralisme et un libéralisme international sur fond de rivalité géopolitique avec les Soviétiques. De tous ces Pères Fondateurs de la Pax Americana (notamment Dean Acheson et John McCloy, avocats d’affaires, Averell Harriman, Robert Lovett, James Forrestal, banquiers), seul George Kennan, le théoricien de la politique de Truman de l’endiguement (containment), n’était pas un New-yorkais du monde de la finance mais un haut fonctionnaire de la diplomatie américaine.

  • 6 Nous reprenons ici en partie l’argumentation de James R. Kurth.

22Le cosmopolitisme des élites new-yorkaises n’était donc pas qu’intellectuel mais aussi politique. Il était le reflet d’un engagement idéologique en faveur de trois grandes orientations, internationaliste, libérale et moderniste, qui scellait une coalition entre d’une part, les vieilles élites (grandes familles patriciennes comme les Rockefeller, Roosevelt ou Whitney…) et les nouvelles élites juives (les Guggenheim ou les Lehman…). Sous le New Deal, l’expression politique de cette coalition fut Roosevelt à la présidence, Herbert Lehman comme gouverneur de l’État de New York et La Guardia à la mairie, respectivement un WASP, un juif, et un Italo-américain, forts du soutien des élites économiques et des syndicats. Au sortir de la guerre, New York sortit grandie de son rôle politique central dans la mise en place des nouvelles institutions qui consacraient le nouveau rôle international des États-Unis et conquit une influence prépondérante sur la diplomatie et la finance internationale. En particulier, les élites new-yorkaises parvinrent à rallier au libre-échange et à l’internationalisme les industriels du Midwest et les grands propriétaires terriens du Sud, qui y avaient été jusque-là hostiles, une coalition qui ne parvint pas à se maintenir au-delà des années 1960 où les élites new-yorkaises furent concurrencées par d’autres élites régionales, en particulier texanes et californiennes. Ce fut la Seconde Guerre mondiale qui avait permis l’émergence de cette coalition, et ce fut la guerre froide qui continua de voir converger les intérêts des élites new-yorkaises avec ceux des élites régionales du Sud et du Midwest, alors qu’il y avait un consensus bipartisan autour de la politique étrangère américaine6. La guerre du Vietnam porta un coup fatal à cette domination sans partage de New York, alors que le libéralisme rooseveltien était remis en cause par la montée d’un mouvement conservateur puissant qui allait porter au pouvoir Richard Nixon.

IV/ Conclusion : New York est une autre ville

23Le cosmopolitisme des élites new-yorkaises, qui porta à son zénith l’influence politique de New York sur la politique étrangère américaine et la finance internationale, ne s’opposa pas en revanche , dans le contexte de la guerre froide, à une politique de rénovation urbaine massive et autoritaire menée de main de maître par Robert Moses qui sut diviser pour régner mais finit par faire l’objet d’une vive contestation lorsqu’il fut contraint de démissionner en 1968, après une longévité exceptionnelle puisqu’il avait présidé aux destinées urbanistiques de New York sous huit maires et cinq gouverneurs. Mais il était parvenu à rallier à sa méthode expéditive d’expropriation et de reconstruction, en partenariat avec les promoteurs, un grand nombre des acteurs progressistes qui, d’une part, trouvaient un intérêt direct dans ces grandes opérations, et de l’autre avaient le souci, en plein maccarthysme, de ne pas entacher leur respectabilité en se désolidarisant de toute forme d’activisme politique commune avec des militants communistes ou sympathisants, très présents dans la lutte contre toutes les discriminations, en particulier raciales. Ce fut l’activiste et intellectuelle Jane Jacobs qui mena la fronde contre Moses (voir Flint), mais si elle sauva le Village des bulldozers, le mal était déjà fait et la trop grande concentration de barres de logements sociaux dans des quartiers laissés à l’écart du développement économique allait s’avérer désastreuse lorsque la désindustrialisation précipita le passage à une nouvelle économie financiarisée. Les choix politiques qui furent faits dans la période de l’après-guerre furent donc déterminants et allaient engager la géographie sociale de la ville pour plusieurs décennies.

  • 7 « If Andy White could visit New York once again (he died in 1985), I think that he would want to ru (...)

24Le New York cosmopolite du New Deal n’allait pas survivre dans les années 1970 à la transformation de New York, certes en capitale du monde, mais surtout première place financière d’une économie mondialisée. Ce qui a été perdu est un traitement égalitaire de tous les territoires et de tous les citadins, alors que de grands contrastes ont été renforcés par des politiques publiques qui favorisent d’abord les quartiers centraux prisés par les hommes d’affaires, les « travailleurs du savoir » et les touristes, au détriment de quartiers périphériques dépourvus d’investisseurs privés et publics (voir Fainstein 1994 et Pouzoulet 2000). Dans sa préface à la réédition de Here Is New York en 1999, le journaliste Roger Angell déplorait déjà une Cinquième Avenue défigurée par Trump et Times Square transformé en Disneyland7 et dénonçait les inégalités criantes entre les quartiers huppés de Manhattan et les conditions de vie des minorités. Il voyait une perte générale de sophistication au profit d’un consumérisme généralisé et pensait aussi que dans la foule bigarrée, il y avait moins de poètes et de journalistes, et plus de cinéastes, de stylistes et d’hommes d’affaires. Cette éclipse d’un cosmopolitisme qui, à l’âge d’or de New York dans l’après-guerre, avait été intrinsèquement lié à la création artistique et à une vie intellectuelle luxuriante, s’est aussi traduite par une relative marginalisation de l’université qui pendant toute cette période avait rayonné sur la ville. La dernière manifestation d’une université « hors murs » est peut-être la lecture que donna le poète Allen Ginsberg en 1958 à Columbia de son poème épique « Howl » à un moment où il fréquentait dans le Village Jack Kerouac, William Boroughs et Herbert Huncke, ses compagnons de bohême qui allaient avec lui lancer la mouvance de la « Beat Generation ». Ensuite, New York cessa d’être irriguée par les artistes et intellectuels qui trouvaient à Columbia un refuge et un espace de parole. Et là est peut-être la leçon ultime que nous donne ce New York cosmopolite aujourd’hui disparu : si l’on veut lutter efficacement contre la montée des populismes, de la violence et des communautarismes, il faut non seulement rétablir des politiques publiques généreuses et attentives à un traitement égalitaire de tous les territoires urbains, mais aussi encourager un lien étroit avec les universités. Les universités ont besoin des villes, mais plus encore les villes ont besoin des universités. Et Thomas Bender ne dit pas autre chose lorsqu’il conclut son essai sur la vie intellectuelle new-yorkaise par ces mots : « dans une ville qui n’a cessé d’accueillir de nouvelles populations et de nouvelles cultures, il est nécessaire d’avoir une culture publique qui soit démocratique, intégratrice et dédiée à toutes les formes d’excellence, en principe et en pratique » (Bender, New York Intellect, 343).

Haut de page

Bibliographie

BENDER, Thomas. New York Intellect. Baltimore: John Hopkins University Press, 1987.

BENDER, Thomas. « New York as a Center of Difference: How America’s Metropolis Counters American Myth ». In Search of New York: Dissent. Fall 1987, p. 429-435.

COHEN-SOLAL, Annie, GOLDBERGER, Paul et Paul GOTTLIEB. New York 1945-1965, Art, Architecture, Design, Danse, Théâtre, Musique. Paris : Editions Hazan, 2015.

COULMAS, Peter. Les Citoyens du monde : Histoire du cosmopolitisme. Paris : Albin Michel, 1995.

FAINSTEIN, Susan. The City Builders; Property, Politics and Planning in London and New York. Cambridge: Blackwell, 1994.

FLINT, Anthony. Wrestling With Moses: How Jane Jacobs Took on New York’s Master Builder and Transformed the American City. New York: Random House, 2009.

KESSNER, Thomas. Fiorello La Guardia and the Making of New York. New York: McGraw Hill, 1989.

KURTH, James R. « Between Europe and America: The New York Foreign Policy Elite ». In Martin Shefter (éd). Capital of the American Century: The National and International Influence of New York City. New York : Russell Sage Foundation, 1993, p. 71-115.

LOYER, Emmanuelle. Paris à New York : Intellectuels et artistes français en exil, 1940-1947. Paris : Editions Grasset et Fasquelle, 2005.

PAXTON, Robert. « Trump est un ploutocrate, pas un idéologue ». Le Monde, 7 mars 2017.

POUZOULET, Catherine. New York : Construction historique d’une métropole. Paris : Ellipses, 1999.

POUZOULET, Catherine. New York, New York ; Espace, pouvoir, citoyenneté dans une ville monde. Paris : Belin, 2000.

SANTE, Luc Sante. My Lost City. Paris : Editions Inculte, 2009.

SASSEN, Saskia. The Global City: New York, London, Tokyo. Princeton: UP (1991), 2001.

SCHWARTZ, Joel. The New York Approach: Robert Moses, Urban Liberals and Redevelopment of the Inner City. Columbus: Ohio State University Press, 1993.

SHEFTER, Martin (éd.). Capital of the American Century: The National and International Influence of New York City. New York: Russell Sage Foundation, 1993.

TOBIER, Emanuel. « Manhattan’s Business District in the Industrial Age ». In J. Mollenkopf (éd), Power, Culture and Place. New York: Russell Sage Foundation, 1988.

WALDINGER, Roger. Through The Eye of the Needle: Immigrants and Enterprise in New York’s Garment Trades. New York: New York University Press, 1986.

WALDINGER, Roger. Still the Promised City? New Immigrants and African Americans in Post-Industrial New York. Cambridge: Harvard University Press, 1996.

WARD, David et Olivier ZUNZ (éd.). The Landscape of Modernity. New York: Russell Sage Foundation, 1992.

WHITE, E.B. Here Is New York. New York: The Little Bookroom, 1999 (1949).

Haut de page

Notes

1 Référence à l’expression de Rem Koolhas dans Delirious New York, « New York sera remplacée par une autre ville », citée par Sante, 13.

2 « The citizens of New York are tolerant not only from disposition but from necessity. The city has to be tolerant, otherwise it would explode in a radioactive cloud of hate and rancor and bigotry. If the people were to depart even briefly from the peace of cosmopolitan intercourse, the town would blow up higher than a kite » (White 47).

3 Cycles courts professionnalisants.

4 La Reconstruction avait été une expérimentation de démocratie inter-raciale qui fut définitivement abandonnée après le retrait des troupes fédérales de l’Union qui avait maintenu le Sud sous occupation militaire et tenté de veiller au respect des droits civiques des Noirs affranchis.

5 De son vrai nom Olesh Royz, né à Varsovie en 1898 et arrivé en 1913 aux États-Unis.

6 Nous reprenons ici en partie l’argumentation de James R. Kurth.

7 « If Andy White could visit New York once again (he died in 1985), I think that he would want to rush back home to Maine the same afternoon, appalled by its crime and violence, dismayed by the worsening conditions in the inner city and the enormous, widening distance between the city’s impoverished minorities and grossly rich Upper East Siders, and turned off by a sharp diminishment in charm and tone. Fifth Avenue, he would find, has been Trumped, and Broadway Disneyfied ». Roger Angell, Introduction à Here Is New York (White 13).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Pouzoulet, « Cosmopolitisme et politiques publiques : New York Ville Providence (1933‑1975) », L’Ordinaire des Amériques [En ligne], 223 | 2017, mis en ligne le 13 décembre 2017, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/orda/3650 ; DOI : https://doi.org/10.4000/orda.3650

Haut de page

Auteur

Catherine Pouzoulet

Université Charles de Gaulle- Lille III
catherine.pouzoulet@univ-lille3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search