Navigation – Plan du site
Entre exil et ré-enracinement. Écrivains cosmopolites des Amériques

João Guimarães Rosa et ses lieux : l’écopoétique, nouveau cosmopolitisme ?

João Guimarães Rosa y sus lugares: la ecopoética, un nuevo cosmopolitismo?
João Guimarães Rosa and his places: Ecopoetics, New Cosmopolitanism?
João Guimarães Rosa e seus lugares: la ecopoética, novo cosmopolitismo?
Isabelle de Vendeuvre

Résumés

João Guimarães Rosa (1908-1967) a d’abord été vu comme un diplomate-écrivain à l’œuvre régionaliste. Rosa illustre en réalité deux types de cosmopolitisme, l’un biographique, lié à la vie itinérante du médecin du sertão, puis du diplomate en poste en Europe et en Amérique latine, et l’autre littéraire, à travers une grande créativité lexicale et un rêve littéraire post-babélien. Le double cosmopolitisme de Rosa peut être lu à la lumière de l’écopoétique et de la zoopoétique. La notion de traversée et de métamorphose – centrale dans l’œuvre et la vie du romancier brésilien – établit le lien entre le versant biographique et le versant littéraire du cosmopolitisme et permet d’envisager les rapports entre l’homme et son environnement à nouveaux frais. Figure de la pérégrination et habitant – plus que citoyen – du cosmos, l’âne est l’animal avec lequel l’homme rosien sillonne les espaces littéraires et géographiques, depuis l’Antiquité et L’Âne d’or d’Apulée jusqu’aux rivages de la mort.

Haut de page

Texte intégral

1Médecin, diplomate, écrivain, João Guimarães Rosa (1908-1967) exerce la médecine de 1930 à 1934, puis réussit le concours pour devenir diplomate au terme d’une scolarité rémunérée de 4 ans. En 1938, il prend son premier poste, consul-adjoint à Hambourg. Il occupe ensuite des fonctions à Lisbonne, Bogotá et Paris, dans les années cinquante.

2À la fois au cœur et en marge des tumultes de l’histoire de l’Europe, il délivre, avec l’aide de sa future femme, Aracy, des visas aux Juifs pour qu’ils puissent fuir le nazisme et se réfugier au Brésil lorsqu’il est en poste à Hambourg. Il quitte l’Allemagne en 1941, peu avant la rupture officielle des relations diplomatiques avec le Brésil, qui intervient en janvier 1942, avec pour conséquence le torpillage de sous-marins brésiliens par l’Allemagne, causant des centaines de morts, et l’entrée en guerre du Brésil le 22 août 1942.

3Son œuvre, ancrée dans le Minas Gerais, est composée d’un recueil de poèmes, de plusieurs recueils de contes (Sagarana, 1946 ; Corpo de baile, 1956 ; Primeiras estórias, 1964 ; Tutaméia (Terceiras estórias), 1967 ; Estas estórias, 1969 ; Ave palavra, 1970) et d’un grand roman, Grande Sertão: Veredas, publié en 1956. Reconnu de son vivant comme un écrivain majeur au Brésil, il est élu en 1967 à l’Académie brésilienne des lettres. Remarquable polyglotte, il parlait couramment les principales langues européennes, français, anglais, allemand, espagnol, italien, mais avait également étudié comme linguiste quantité d’autres idiomes.

  • 1 « Je veux tout : le mineiro, le brésilien, le portugais, le latin – peut-être même l’esquimau et le (...)

4Dans une lettre à son traducteur italien, Edoardo Bizzarri, datée du 2 novembre 1963, Rosa affirme qu’il veut toutes les langues, y compris celle qu’on parlait avant Babel1. Cette immense ambition littéraire révèle la voracité linguistique de Rosa, qui comprend non seulement les langues contemporaines, mais aussi les langues anciennes et les dialectes. Dans ce système, il n’y a pas de hiérarchie, tout est matériau : les langues savantes et les langues populaires, les langues dites mortes et les langues dites vivantes. La référence au mythe de la tour de Babel peut être interprétée de deux façons. Rosa ambitionne de créer un style si puissant et si original qu’il s’apparenterait à une langue à part entière, une aspiration sans doute commune à de nombreux écrivains. Si le projet est utopique, on peut qualifier l’intention de cosmopolite.

5Rosa rêve d’embrasser le phénomène linguistique et littéraire dans son ensemble, des origines à nos jours, pour en tirer une œuvre originale, voire originelle. En effet, vouloir la langue d’avant Babel, c’est exprimer sa nostalgie d’une époque mythique où les êtres humains se comprenaient, et ce au sens propre comme au sens figuré. Babel est le châtiment infligé par Dieu à la démesure humaine : Dieu crée la multiplicité des langues pour punir les hommes d’avoir voulu ériger une tour qui touche au Ciel et les disperse sur la terre. À la langue adamique parlée par tous succède le monde babélique d’incompréhension et de discorde. Par culture et par tempérament, par son métier de diplomate comme par son travail d’écrivain, Rosa est un citoyen du monde, à la recherche de concorde entre les hommes et entre les mots, aux prises, en outre, avec l’histoire. Mais le mythe de Babel peut être interprété, à l’inverse, comme une bénédiction : Dieu sauve les hommes de l’utopie délétère de l’Un en créant la pluralité linguistique qui oblige à la médiation, au partage et constitue un enrichissement de la pensée (Launay). Contre la volonté d’accaparement, qu’il s’agisse de pouvoir, d’idée ou de terres, Rosa propose un cosmopolitisme conçu comme une traversée, un nomadisme et une dépossession.

I/ Un parcours cosmopolite : voyages, exils

6La nomination de Rosa à Bogota est vécue comme une condamnation à mort, comme un exil forcé. Dans la nouvelle « Páramo », extraite du recueil Estas Estórias, le narrateur s’installe dans une ville en altitude, dans les Andes. Il a le « soroche », le mal des hauteurs. Il erre comme une âme en peine, au milieu d’habitants qui ont tous l’air de morts-vivants, en proie à des crises de pleurs incontrôlables, liées au « soroche ». Lorsqu’il croise un convoi funéraire, le narrateur décide de le suivre, de façon à ce que ses sanglots passent inaperçus. Les seuls êtres avec lesquels un échange a lieu sont la femme de chambre et le médecin, un être d’exil, un médecin juif allemand échoué dans ce pays inhospitalier avec sa famille pour fuir le nazisme.

7Le voyage prend chez Rosa une signification existentielle et métaphorique. Dans la première partie de sa vie, Rosa effectue plusieurs déplacements au sein du Minas : il habite des villes différentes dans l’État de Minas (Cordisburgo, Belo Horizonte, Itaguara). Puis, les voyages professionnels en tant que diplomate se succèdent. Son dernier poste est celui de responsable des frontières. Toute sa vie aura été placée sous le signe du déplacement.

8Mais le grand voyage, celui qui occupe une place centrale dans l’œuvre, est, métaphoriquement, le passage de vie à trépas. La vie humaine est passage. Le dernier mot du grand récit épique de Rosa, Grande Sertão: Veredas, traduit par Diadorim, est « traversée ». On s’exile pour fuir la mort, comme le médecin juif et sa famille, mais on est toujours devancé par l’ultime traversée. Le médecin, comme le narrateur, arrive dans un pays aux confins des terres habitées, comparé au pays des Cimmériens, pays de ténèbres à l’extrême ouest des terres connues et porte d’entrée vers le royaume d’Hadès (Odyssée, XI, XIV). Dans « Páramo », les Andins sont des Cimmériens. L’altitude et les profondeurs se rejoignent dans l’imaginaire du poète, dont l’œuvre va puiser ses sources loin dans le temps et profondément, dans l’épopée d’Homère, comme l’arbre du sertão dont les racines sont extraordinairement longues.

9En dehors de quelques récits, l’œuvre se déroule presque entièrement dans le sertão, l’intérieur du pays, caractérisé par l’alternance de chapadas (plateaux arides) et de veredas (basses plaines fertiles). Le cosmopolitisme rosien résulte d’une tension entre les expériences contraires du déracinement et de l’enracinement. Le sertão n’est pas seulement un décor, mais le lieu de cette tension entre le nomadisme des bandits de grand chemins – les jagunços – et la sédentarisation des fermiers, fazendeiros. Il constitue l’élément structurant d’une vision du monde et permet l’approfondissement de la dimension locale et régionale, jusqu’à une dimension universelle.

II/ Le cosmopolitisme comme approfondissement du régionalisme

10Outre la dimension biographique du cosmopolitisme rosien, due à son appartenance à une élite internationale, de diplomates ou d’écrivains, fréquentant des circuits clos, son cosmopolitisme est à chercher dans son œuvre. Or, l’œuvre est en quelque sorte régionaliste, ce qui peut apparaître comme un paradoxe, voire une contradiction. Rosa fut d’abord reçu, à tort, comme un écrivain « régionaliste » au sens étroit du terme, c’est-à-dire au sens où ce mot désignerait un lectorat spécialisé, cantonné à ou s’intéressant à une région.

11L’œuvre est régionaliste, en ce que la région « sertão » est omniprésente. Elle est dotée d’une charge symbolique exceptionnelle. C’est une création littéraire, qui possède une unité, une diversité, un rythme, et devient une métaphore du cosmos.

12Rosa décrit le sertão à son traducteur italien Edoardo Bizzarri. La végétation des chapadas est constituée de petits arbres bas, tordus, rachitiques, celle des veredas, à l’inverse, est une oasis où poussent les palmiers. Les plateaux arides et les basses-plaines fertiles donnent à voir une diversité de teintes de vert et une végétation luxuriante, aux noms évocateurs, buritis et sassafras.

  • 2 « L’air me manquait, je me débattais en soubresauts, je voulais être moi, je pouvais à peine me dem (...)

13Le « cœur » est le centre vital, d’où le sang et la vie partent et où ils reviennent. C’est le nom de la ville de naissance de Rosa – Cordisburgo ou ville-cœur. Le Minas Gerais est conçu comme un centre géographique et plus encore symbolique. Dans la nouvelle « Páramo », le lien entre le microcosme et le macrocosme est le cœur, siège de la sensibilité, qui permet de percevoir le monde. Lorsque la mort rôde, c’est le centre qui est menacé : « O ar me faltava, debatia-me em arquejos, queria ser eu, mal me conseguia perguntar, à amarga borda : ha um centro de mim mesmo ? Tudo era um pavor imenso de dissolver-me » (Estas Estórias 267)2. La ville cosmopolite, dans ce système, ce n’est pas la grande métropole moderne, c’est la petite ville qui tient à cœur, est un monde en soi, et revêt une importance symbolique et subjective particulière pour l’artiste.

14De son expérience découle le choix du sertão, ce que Rosa explique dans la préface de Sagarana, son premier recueil de nouvelles :

  • 3 « Arrivé là, toutefois, il me fallait choisir le terrain où localiser mes histoires. Ce pouvait êtr (...)

Aquela altura, porém, eu tinha de escolher o terreno onde localizar as minhas histórias. Podia ser Barbacena, Belo Horizonte, o Rio, a China, o arquipélago de Neo-Barataria, o espaço astral, o mesmo, o pedaço de Minas Gerais que era mais meu. E foi o que preferi. Porque tinha muitas saudades de là. Porque conhecia um pouco melhor a terra, a gente, bichos, arvores. Porque o povo do interior –sem convençoes, « poses »– da melhores personagens de parabolas: là se vêem bem as reações humanas e a ação do destino: là se vê bem um rio cair na cachoeira ou contornar a montanha, e as grandes árvores estalarem sob o raio, e cada talo de capim humano rebrotar com a chuva ou se estorricar com a seca (Guimarães Rosa 2001, 25)3.

15Le lieu cosmopolite est un microcosme paradigmatique et une métaphore de l’univers : « Qui habite les “gerais”, que ce soit une vereda ou une chapada, est geralista. Moi, par exemple ; vous dorénavant, également », écrit Rosa à son traducteur (Guimarães Rosa 1991, 22-23). Le terme de « geral », « général » porte en lui cette dimension universelle, archétypique. Qui plus est, on devient « geralista » par l’effort de traduction littéraire. L’appartenance à une terre n’est donc pas liée en priorité à la naissance, mais au lien concret tissé par l’existence ou par la langue. La traduction a une rétroaction sur le traducteur qui est transformé par son objet, le texte, et s’approprie, ou plutôt est saisi, happé. L’expérience linguistique est aussi concrète que peut l’être l’expérience de la nature. Il ne s’agit plus du Minas réel, mais d’un Minas médiatisé par une sensibilité et mis en mots.

16Si Rosa est un auteur cosmopolite, c’est à la fois par sa vie de diplomate itinérant et par son œuvre, qui élève l’intérieur du Brésil au rang de microcosme paradigmatique. Tout cela ne serait rien sans le passage par l’alambic de la création littéraire. Outre l’ancrage dans un lieu emblématique, la marque du cosmopolitisme de l’œuvre réside dans son utilisation de la langue et de la mémoire littéraire.

III/ Le cosmopolitisme à l’œuvre dans le lexique

  • 4 Lettre à Mme Strauss, 1908 (Proust 1981, 110).

17Selon Proust, « la seule manière de défendre la langue, c’est de l’attaquer, parce que son unité n’est faite que de contraires neutralisés, d’une immobilité apparente qui cache une vie vertigineuse et perpétuelle »4. Rosa aurait sans nul doute fait sienne cette réflexion car il s’emploie à attaquer la langue portugaise de tous côtés, par une invention pharamineuse.

18Tout d’abord, au moyen de la diversité lexicale. Le portugais de Rosa est envahi de locutions étranges et étrangères, de néologismes, d’emprunts. Bref, il est tout sauf pur, à telle enseigne qu’un lexique du vocabulaire de l’écrivain a été édité, comme si son style était en réalité une langue à part entière. Il contient 8.000 mots, dont plus d’un tiers de néologismes, mais aussi des mots-valises et du portugais médiéval.

19Dans « Páramo », Rosa évoque le brassage de l’air par l’adjectif « zunimensos », heureusement traduit par Matthieu Dosse par « sifflimmenses », mot qui réunit le vrombissement – « zunir » – et l’ampleur. Dans le même ordre d’idées, « lugubruivos » est traduit par « hurlugubres ». L’atmosphère particulière, cimmérienne, de ce lieu aux confins du monde habité et habitable, est rendue au moyen de mots nouveaux, aux sonorités évocatrices de l’altitude et du grand vent.

20Le plaisir des sons l’emporte sur la signification, et les recommandations de Rosa à son traducteur vont dans ce sens. Cette orgie sonore apparaît tout particulièrement dans le lexique de la nature, de la faune et de la flore, reflétant sa luxuriance native. La prosodie est également utilisée de façon heurtée, brute, pour exprimer la violence de la rencontre entre indigènes et colons, comme dans la nouvelle « Mon oncle le jaguar », monologue d’un homme qui vit seul dans la forêt et en fait entrer un autre, probablement égaré. Le chasseur raconte son tableau de chasse fabuleux ; il s’est spécialisé dans la chasse au jaguar. Mais il prétend que le jaguar est son oncle, se trouve pris dans des contradictions (a-t-il tué des jaguars en quantité ou pas du tout ?), pour finalement se transformer en jaguar et dévorer son visiteur. Le personnage du chasseur tantôt revendique de manière bravache ses exploits, tantôt nie avoir jamais tué un jaguar, clamant leur parenté. Son oncle maternel – et donc l’ascendant masculin dont on est sûr (contrairement au père) serait un jaguar. Le nom de la mère et le nom du jaguar femelle qui semble tomber amoureuse du chasseur sont étrangement proches : Mari-Iara (Iara, du tupi « Ouiara », divinité de l’eau des religions afro-brésiliennes) et Maria-Maria.

21La nature rosienne a la beauté native d’un jardin d’Éden, mais elle comporte les dangers d’après la chute. Tout être vivant peut à chaque instant y faire une rencontre fatale. Le destin peut frapper à tout moment. Cette nature devient une métaphore de la condition humaine, de la mortalité. Dans le sertão, tous les hommes sont ramenés à leur condition et sont égaux. La dureté de la vie dans cet univers renvoie à une dimension supérieure et conduit à s’interroger sur la place de l’homme dans la nature et dans l’univers. L’humain paraît relativement petit, comme un élément d’un univers qui le dépasse et qu’il ne peut maîtriser.

  • 5 « Mais un remous sinueux les a tous séparés. Le courant s’est crispé en systole violente. Et nul n’ (...)

22Dans « Le petit âne jaspé », lors de la crue qui engloutit huit vachers et leurs chevaux – crue dont seuls réchappent le petit âne, son cavalier et un autre vacher –, le fleuve est personnifié. Il a un cœur qui bat et rythme le flux d’eau : « Mas um rebojo sinuoso separou-os todos. O corrego crispou uma sistole violenta. E ninguem pôde mas acertar caminho. » (« O burrinho pedrês », Guimarães Rosa 2001, 78)5. Le fleuve est finalement comparé à un serpent qui engloutit ses proies, dans une image saisissante qui fait du fleuve un gigantesque corps mythique :

  • 6 « Et, dans le brame de cette mer, les multiples sons se dissociaient – glougloutis des remous, murm (...)

E, no bramido daquele mar, os muitos sons se dissociavam – grugulejos de remoinhos, sussuros de remansos, chupões de panelas, chapes de encontros de ondas, marulhar de raseiras, o tremendo assobio dos vórtices de calderões, circulares, e o choro apressado dos rabos-de-corredeira borborinhantes (ibid, 94-95)6.

23Rosa rend les mouvements et bruits de l’eau avec un sens prononcé de l’harmonie imitative. 

IV/ La figure de l’âne, emblème de la pérégrination cosmopolite

24Le cosmopolitisme littéraire de Rosa ne réside pas uniquement dans une ambition, dans un lexique et une prosodie singulière, mais aussi dans le caractère central du thème du voyage, ce que l’on perçoit jusque dans le choix du dernier mot de son épopée, Diadorim, qui est « Traversée », suivi du signe de l’infini mathématique. Dans Sagarana, premier recueil de Rosa, publié en 1946, chaque récit – il y en a huit – est une variation sur le thème du déplacement. La nouvelle « Duel », qui succède au « Petit âne jaspé » et au « Retour du mari prodigue » – dont le titre parle de lui-même –, narre une poursuite et « Les miens » un voyage. « São Marcos » emmène le lecteur dans des terres de superstition. Errance et vagabondage sont au cœur de « Corps cousu ». « Conversation de bœufs » raconte un charroi et le dernier récit, « L’heure et le tour d’Augusto Matraga » se présente comme un périple initiatique. Le titre envisagé par Rosa pour ce recueil était Contes de Viator, car Rosa savait qu’il allait entreprendre de longs voyages. Mais les raisons de ce premier choix ne sont pas uniquement biographiques ou anecdotiques.

25La première nouvelle du premier recueil de Rosa commence comme un conte (« Il était une fois… ») et met en scène un petit âne qui a une longue histoire. L’animal est passé de mains en mains, a connu de multiples aventures et au moins autant de noms. Il porte une marque en forme de cœur, indice de sa centralité qui le met en lien avec la ville de naissance de Rosa, Cordisburgo. Cet âne itinérant est un centre mobile, qui traverse les terres du Minas, mais aussi les siècles et les œuvres littéraires. Avec lui, le déplacement prend valeur de symbole. Il descend de l’âne d’or d’Apulée.

26Le roman Les Métamorphoses ou L’Âne d’or, est une histoire venue de Grèce et traduite en latin par Apulée. Apulée était célèbre en tant que philosophe dans tout l’Empire romain et avait la réputation d’être un initié aux mystères de la magie. Dans l’Apologie, composée vers 158 ou 159 de notre ère, Apulée se dépeint comme un grand voyageur, un philosophe, un lettré et un hellénophone. Le personnage de Lucius, dans Les Métamorphoses, vit un an dans la peau d’un âne à cause de sa curiosité. Pour retrouver forme humaine, il doit manger des roses. Le roman est un mélange de sérieux philosophique et de divertissement rhétorique, constitué de dix livres d’aventures, et dont le thème récurrent est le renversement de la fortune (fortunae commutatio). Le renversement de la fortune est également un des thèmes centraux de Rosa. La rencontre avec la mort, qui peut survenir à n’importe quel moment dans le sertão, sous la forme d’un serpent, comme dans « Mauvaise bête », ou d’un ennemi habité par le désir de vengeance.

27Compte tenu de l’érudition de Rosa, il ne paraît pas douteux qu’il ait lu Les Métamorphoses et qu’il ait été sensible au fait que son nom même, rosa, en latin, soit un élément décisif du récit. Le petit âne jaspé vient de plus loin qu’on ne croit, du lieu-dit « Passa-tempo ». Emblématique de la traversée, il est dépositaire d’une mémoire littéraire et ressemble selon le narrateur à un être humain au front surmonté de lunettes. Animal discret autant que répandu, il traverse les siècles et accompagne l’homme depuis des temps immémoriaux, transporte les biens et les personnes. L’âne est le symbole même du déplacement, voulu ou pas, du commerce et des échanges (Ordine 1993).

28Mais l’âne est un animal qui résiste aussi en quelque façon : un âne ne se dresse pas, lit-on dans « Le petit âne jaspé », il s’habitue. Il est humble, mais il a sa dignité ; il représente une forme de vie animale, qui, en dépit de sa proximité et de son dévouement, garde une part de mystère. L’âne est aussi celui qui, avec le bœuf, réchauffe Jésus dans l’étable, accompagne la fuite en Égypte. Finalement, il porte Jésus sur son dos au moment des Rameaux, de l’entrée de Jésus dans Jérusalem avant la Passion. Rosa a écrit un « catalogue épars » dans le recueil Ave, Palavra, une description des Nativités qu’il a pu voir dans tous les musées qu’il a visités, arrêtant son regard sur l’âne et le bœuf, ce qui atteste la fascination durable de l’écrivain pour les animaux qui accompagnent les hommes.

V/ L’écopoétique, nouveau cosmopolitisme

29Chez Rosa, plusieurs cosmopolitismes coexistent. Au cosmopolitisme professionnel, élitiste, lié à la vie du diplomate en chancellerie s’ajoute un cosmopolitisme paradoxalement ancré dans une terre, qui dépasse la dimension politique pour penser l’interaction entre l’homme et l’univers. En convoquant les langues dans leur diversité, ainsi qu’une considérable mémoire littéraire, Rosa brouille les frontières temporelles et géographiques et vise le rêve d’une langue qui conjure la malédiction de Babel.

30Mais ce rêve post-babélien passe par la pluralité des langues, la dépossession et le nomadisme, dans le but de recréer un monde littéraire. Dès lors, quel lien entre la vie et l’œuvre et entre deux formes de cosmopolitismes ? Le cosmopolitisme rosien permet en premier lieu de dépasser l’opposition entre un cosmopolitisme élitiste et un internationalisme populaire. Il s’intéresse en priorité à la population rurale et pauvre de l’intérieur du Brésil tout en émanant d’un auteur savant, un diplomate-écrivain appartenant à une élite internationale. Il fait d’une région le paradigme d’un espace ouvert. Il y a sans doute un point de convergence entre les deux cosmopolitismes rosiens, biographique et littéraire, qui serait le cosmopolitisme comme traversée des espaces géographiques et artistiques, motif mis en valeur entre autres par la figure de l’âne et ses réécritures empruntant à l’Antiquité, à l’histoire sainte, à l’art – la culture étant ré-enracinée dans le sertão brésilien, dans la terre sèche de la chapada ou fertile de la vereda.

  • 7 « L’analyse des interactions des habitants du monde ne peut plus se cantonner au seul secteur des i (...)

31Rosa est fasciné non par tant par l’être que par le passage, par la métamorphose et par la vie sauvage, comme par exemple la transformation de l’homme en jaguar dans « Mon oncle le jaguar » ou le mouvement du serpent qui s’éveille et s’étire dans « Mauvaise bête ». Son œuvre montre l’interdépendance de l’homme et de son milieu naturel et semble pour cette raison même pouvoir être redécouverte à la lumière des enjeux critiques contemporains de l’écopoétique, de la zoopoétique et des réflexions sur la nécessité d’une anthropologie de la nature menées par Philippe Descola7.

32L’écopoétique présente un grand intérêt pour renouveler la compréhension du cosmopolitisme, car elle l’étend à l’environnement. Ce courant critique, né aux États-Unis au milieu des années 1990, commence à être mieux connu en France, grâce notamment à Pierre Schoentjes, qui passe en revue les différents courants de l’éco-critique ou éco-poétique dans un essai publié en 2015. Il distingue l’éco-critique, souvent militante sur les questions d’environnement, de l’éco-poétique, qui se concentre sur la facture des textes et correspond mieux, selon lui à l’approche française. Il souligne la difficulté à penser à la fois le local et le global, à réconcilier « a sense of place » et « a sense of planet », afin d’échapper au localisme :

L’on aura compris que mes goûts, et au-delà, ma vision du littéraire me poussent à privilégier une littérature soucieuse de forme plutôt que d’engagement et de militantisme, une littérature cosmopolite aussi, qui met en avant la diversité et la mobilité et rejette toute idée d’enracinement. Je suis sensible par ailleurs à la réalité concrète des choses, plutôt qu’à leur généralité (Schoentjes, 17-18).

33Or, l’œuvre de Rosa montre les limites de l’opposition entre cosmopolitisme et enracinement. Le cosmopolitisme rosien n’est pas déraciné et l’enracinement rosien dans le sertão n’est pas synonyme d’immobilité ou de repli. En revanche, il allie réalité concrète et généralité, en faisant entrer, selon des configurations symboliques inédites, des objets jusqu’alors considérés peu dignes d’attention – la faune, la flore, les paysans pauvres et les bandits itinérants – en littérature.

Haut de page

Bibliographie

DESCOLA, Philippe. Par-delà nature et culture. Paris : Gallimard, folio Essais, 2005.

GUIMARÃES ROSA, João. Correspondance de Guimarães Rosa avec son traducteur italien Edoardo Bizzarri. São Paulo: éd. T. A. Guiroz, Instituto cultural italo-brasileiro, 1981.

GUIMARÃES ROSA, João. Sagarana, traduction Jacques Thiériot. Paris : Albin Michel, 10/18, collection « Domaine étranger », 1999.

GUIMARÃES ROSA, João. Estas Estórias. Rio de Janeiro: Nova Fronteira, 2001.

GUIMARÃES ROSA, João. Sagarana. Rio de Janeiro: Nova Fronteira, 2001.

GUIMARÃES ROSA, João. Correspondência com o seu editor italiano Edoardo Bizzarri. Rio de Janeiro : Nova Fronteira, 2003.

GUIMARÃES ROSA, João. Ave, palabra. Rio de Janeiro: Nova Fronteira, 2009.

GUIMARÃES ROSA, João. Mon oncle le jaguar et autres histoires, traduction Mathieu Dosse. Paris : éditions Chandeigne, collection « Bibliothèque Lusitane », 2016.

LAUNAY, Marc de. Lectures philosophiques de la Bible, Babel et logos. Paris : Hermann, collection « Le bel aujourd’hui », 2007.

ORDINE, Nuccio. Le Mystère de l’âne, essai sur Giordano Bruno. Paris : Les Belles Lettres, collection « L’âne d’or » (1987), 1993.

PROUST, Marcel. Correspondance. Volume 8 (1908). Paris : Plon, 1981.

SCHOENTJES, Pierre. Ce qui a lieu, essai d’écopoétique. S.l. : éditions Wildproject, collection « Tête nue », 2015.

Haut de page

Notes

1 « Je veux tout : le mineiro, le brésilien, le portugais, le latin – peut-être même l’esquimau et le tartare. Je voudrais la langue qu’on parlait avant Babel » (Guimarães Rosa 1981).

2 « L’air me manquait, je me débattais en soubresauts, je voulais être moi, je pouvais à peine me demander, à la rive amère : y a-t-il un centre de moi-même ? Tout n’était qu’une peur immense de se dissoudre » (Guimarães Rosa 2016, 43).

3 « Arrivé là, toutefois, il me fallait choisir le terrain où localiser mes histoires. Ce pouvait être Barbacena, Belo Horizonte, Rio de Janeiro, la Chine, l’archipel de Nouvelle-Baraterie, l’espace sidéral, ou, même, le bout de Minas Gerais qui était davantage à moi. Et c’est ce que j’ai préféré. Car j’en avais bien des « saudades ». Parce que j’en connaissais un peu mieux la terre, les êtres, les animaux, les arbres. Parce que les gens de la campagne, sans conventions ni poses fournissent de meilleurs personnages de paraboles : là on voit bien les réactions humaines et l’action du destin ; là on voit bien un fleuve dévaler en cascade ou contourner la montagne, et se briser les grands arbres frappés par la foudre, et chaque brin d’herbe humaine renaître avec la pluie ou se calciner avec la sécheresse » (Guimarães Rosa 1999, 10).

4 Lettre à Mme Strauss, 1908 (Proust 1981, 110).

5 « Mais un remous sinueux les a tous séparés. Le courant s’est crispé en systole violente. Et nul n’a plus été maître de son chemin » (Guimarães Rosa 1999).

6 « Et, dans le brame de cette mer, les multiples sons se dissociaient – glougloutis des remous, murmures d’eaux étales, succion de vortex, ploufs de vagues s’entrechoquant, clapotis des eaux plates, le terrible sifflement des tourbillons dans les gouffres circulaires, les pleurs précipités des cascatelles de rapides gargouillants » (ibid., 80-81).

7 « L’analyse des interactions des habitants du monde ne peut plus se cantonner au seul secteur des institutions régissant la vie des hommes, comme si ce que l’on décrétait extérieur à eux n’était qu’un conglomérat anomique en attente de sens et d’utilité. Bien des sociétés primitives nous invitent à un tel dépassement, car elles n’ont jamais pensé que les frontières de l’humanité s’arrêtaient aux portes de l’espèce humaine, elles qui n’hésitent pas à inviter dans le concert de leur vie sociale les plus modestes plantes, les plus insignifiants des animaux. L’anthropologie est donc confrontée à un défi formidable : disparaître avec une forme épuisée d’humanisme ou se renouveler. L’anthropologie de la culture doit se doubler d’une anthropologie de la nature, ouverte à cette partie d’eux-mêmes et du monde que les humains actualisent et au moyen de laquelle ils s’objectivent » (Descola, 18-19).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle de Vendeuvre, « João Guimarães Rosa et ses lieux : l’écopoétique, nouveau cosmopolitisme ? », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 223 | 2017, mis en ligne le 14 décembre 2017, consulté le 08 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/orda/3765 ; DOI : 10.4000/orda.3765

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals