Navigation – Plan du site
2017

Erasmo Sáenz Carrete. L’exil latino-américain en France de 1964 au début du XXIe siècle

Nicolas Prognon
Référence(s) :

Erasmo Sáenz Carrete. L’exil latino-américain en France de 1964 au début du XXIe siècle. L’Harmattan, 2016.

Texte intégral

1Cette publication, au titre et projet ambitieux, souhaite retracer, dans toutes leurs variétés, les migrations politiques latino-américaines en France de 1964 à nos jours, avec pour objectif de « saisir l’inscription de la migration politique dans un rapport de force au sein de l’État, par l’intermédiaire des partis de gauche, des intellectuels, des syndicats, des Églises et des institutions bénévoles, nous permettant ainsi de rendre compte de l’impact culturel de cette migration » (p. 15). En liminaire, Erasmo Sáenz Carrete note que « cette étude entend analyser les enjeux de l’État […] qui […] ont joué dans l’accueil des réfugiés latino-américains en France entre 1964 et 1979. Elle suit également l’évolution de cette population jusqu’en 2005, cette diaspora ayant eu un impact culturel certain sur la société française, de 1970 à 1990, notamment » (p. 10). Aussi, dès le départ, apparaît une certaine ambiguïté pour délimiter le champ chronologique de l’objet d’étude que l’on retrouvera à travers les nombreuses approximations, en termes de périodisation, incluses dans cet ouvrage.

2Erasmo Sáenz Carrete a découpé son travail en six chapitres équilibrés voulant offrir au lecteur des préalables cognitifs indispensables à la compréhension des flux migratoires latino-américains en les replaçant dans l’histoire contemporaine mouvementée de l’Amérique latine. Une contextualisation (p. 17-32), complétée par une longue présentation des textes réglementant le droit d’asile à l’échelle du sous-continent (p. 32-46), fait office de premier chapitre sans que cela n’éclaire vraiment la problématique initiale, sauf à introduire le suivant tout aussi déconnecté du sujet évoquant « Les migrations politiques en Amérique latine 1964-2005 » (p. 47-74). En effet, alors que l’auteur insiste sur la pertinence du choix de la France (p. 9 à 15) est-il utile de connaître de façon, plus ou moins, exhaustive les migrations internes à l’Amérique latine en regard des fluctuations socio-politiques nationales ? Autres éléments préjudiciables, la confusion faite, puis réitérée, entre le COMAR (Comité mexicain d’aide aux réfugiés) et le CONAR (Comité national d’aide aux réfugiés) mis en place au Chili à la suite du coup d’État du 11 septembre 1973 ou le recours à des tableaux statistiques partiels pour illustrer son propos.

3Avec le chapitre III, nous entrons dans le vif du sujet par le biais d’une présentation des « migrations politiques latino-américaines en France 1964-2005 » (p. 75-130) selon une périodisation précise, voire annuelle entre 1974 et 1980 puis décennale jusqu’en 1994. L’auteur explique alors :

« nous avons situé cette population dans le temps (1964-2005) et, dans ce chapitre nous mettrons l’accent sur les variables politiques et sociales qui déterminent le scénario de l’accueil et de l’intégration initiale de cette migration politique. L’arrivée progressive de la migration latino-américaine se fera en fonction d’un rapport de forces constitué par les partis au pouvoir, les formations politiques de gauche, les intellectuels et les Églises de la Ve République » (p. 75).

Si la question paraît sensée, la réponse est pour le moins nébuleuse pour plusieurs raisons qui tiennent aux choix méthodologiques. De ce fait, la chronologie pour la chronologie n’est pas une fin en soi même si l’on étudie des flux migratoires car la périodisation retenue n’apporte pas d’éléments tangibles à la compréhension des migrations politiques, comme en attestent les données statistiques pour les années 1964-1968. Toutefois, l’auteur égrène une série d’événements locaux concernant les réfugiés dominicains et mexicains dont le nombre excède péniblement la centaine d’individus. Pourtant à partir de 1973, l’exil des Chiliens modifie radicalement les rapports de la France avec les flux migratoires en provenance d’Amérique latine au niveau des dispositifs élaborés en réseau par les organisations internationales (HCR, CIME), les associations (Cimade, FTDA), le Ministère des Affaires étrangères et l’OFPRA (p. 93-120). Le nombre de réfugiés va alors progresser puis se stabiliser au milieu des années 80. Cette dernière étape n’est pas très claire avec l’énumération de multiples événements diffus qui se déroulent à la fois dans les années 80 que 90 tels : la démocratisation de l’Uruguay, de l’Argentine, du Chili, les régularisations de François Mitterrand ou le nombre de réfugiés statutaires aux États-Unis entre 1983 et 1989 (p. 123-128). De même, l’ultime sous-chapitre intitulé « le départ des Chiliens » reste équivoque sur la question du retour (p. 128-129).

4Cependant, les chapitres IV, V et VI nous semblent être, à des degrés divers, les plus discutables dans leurs relations avec les réfugiés. Ceci dès la formulation de la problématique :

« nous verrons comment les diverses vagues de migrations : politiques latino-américaines participent à la formation sociale française dans un rapport de forces des partis de gauche, des Églises, des syndicats et des intellectuels au sein de l’État » (p. 130).

Le chapitre IV sur « L’État et les migrations politiques latino-américaines » procède d’une grille de lecture très personnelle avec une mise en perspective des flux migratoires intégrée à une historicisation sommaire des rapports gauche-droite en France et des raccourcis surprenants : « l’accroissement industriel au début des années 1970 rendra indispensable l’augmentation parallèle des migrations de type économique » (p. 132) car l’immigration de travail liée à l’industrialisation commence dès les années 1950, ou encore « l’enjeu de la fin de la Ve République sera de remplacer les migrations économiques par des migrations politiques », cette affirmation sans explication dénote d’une méconnaissance de l’histoire de l’immigration et du droit d’asile en France. En outre, la lecture de ces pages n’a pas d’intérêt pour saisir l’évolution de l’exil latino-américain en France depuis 1964 (p. 131-170) tant le parti pris d’Erasmo Sáenz Carrete paraît évident comme l’illustre sa conclusion « les migrations politiques latino-américaines, se situant à gauche, subissent à travers l’État l’accumulation d’un rapport de force qui favorise ou non l’accueil et leur intégration à la formation sociale française » (p. 170). Comprenne qui voudra, mais résumer les fluctuations du droit d’asile aux incidences de la lutte des classes est pour le moins singulier. À l’instar de l’auteur, on admet malgré tout que les trajectoires des réfugiés n’ont pas été faciles au niveau de l’emploi et du logement, notamment dans un contexte de durcissement législatif ; néanmoins, opposer la docilité des réfugiés d’Asie du Sud-Est aux potentialités révolutionnaires des exilés d’Amérique latine procède d’une vision déformée de la réalité lorsque l’on se pose en observateur scientifique des migrations. Le chapitre cinq portant sur « Les partis de gauche, les syndicats, les Églises, les intellectuels et les migrations politiques latino-américaines » (p. 173-236) offre un panorama détaillé des actions menées en France pour accueillir les réfugiés latino-américains entre 1964 et 1979. Il permet d’aborder de façon pertinente la thématique au-delà de la lourdeur inhérente aux historiques des associations, des partis politiques, des syndicats et des courants religieux. Ici, l’auteur confirme l’idée, déjà énoncée dans les chapitres deux et trois, selon laquelle il a bien existé « un avant » et « un après » accueil des exilés chiliens en auscultant la littérature grise des acteurs d’accueil.

5Le dernier chapitre sur « L’impact et influence des réfugiés latino-américains en France » (p. 237-273) tente « d’étudier les incidences de la présence des différentes vagues de réfugiés latino-américains sur la société française au niveau institutionnel, culturel, politique et religieux » (p. 2309). Il rappelle, à nouveau les conséquences liées à l’arrivée des Chiliens à partir de 1973. Or, l’auteur se perd ensuite en une série de circonvolutions d’idées au sujet d’« un accueil de plus en plus laïcisé » (p. 241) et « de l’accueil individuel à l’accueil collectif » (p. 242) démontrant que l’augmentation du nombre de réfugiés implique une plus forte laïcisation et une concertation entre les structures d’accueil. La sous-partie sur « L’apport culturel » dresse un tableau des représentations culturelles de l’exil latino-américain en France sans réelle volonté analytique. « L’apport politique » est intéressant sur la période 1973-1979, l’auteur évoque les différents réseaux qui se sont tissés entre les différentes diasporas latino-américaines et leur capacité d’adaptation aux contingences politiques. Par contre, le point sur « l’apport de la diaspora chrétienne latino-américaine » est dénué d’intérêt pour le sujet. En effet, constater la proximité culturelle entre les réfugiés latino-américains et le christianisme, la relier symboliquement aux apports de la théologie de la libération est une réalité peu représentative des diasporas latino-américaines dont les capacités d’intégration, d’insertion et les apports culturels s’évaluent à l’aune de leurs parcours personnels, des contextes socio-politiques des pays d’origine pré et post exil et des structures d’accueil en France.

6La conclusion va indubitablement contenter l’auteur tout en nous laissant pantois lorsqu’il est écrit que « la diaspora latino-américaine a donc eu une action tant au plan institutionnel, que culturel, politique ou religieux, à la faveur de son insertion dans la réalité politique et idéologique française, exerçant ainsi une incontestable influence sur la formation sociale française » (p. 274) et surtout « l’unité latino-américaine dans l’exil n’est pas une illusion volontariste, elle existe bel et bien dans les faits sociaux : c’est le Nicaragua, en effet, qui a permis aux Latino-Américains de se regrouper en exil, au-delà de leurs appartenances politiques » (p. 278). Nous sommes au regret de contester cette assertion qui n’est nullement explicitée dans l’ouvrage et qui est démentie par le rôle de la diaspora chilienne. Aussi, si cet ouvrage a le mérite de proposer une problématique inusitée, la déception du lecteur est à la hauteur de l’originalité du sujet. L’ensemble repose, principalement, sur un exposé de faits ponctuels construit à partir de sources récurrentes, les quelques recherches scientifiques brièvement citées en introduction n’apparaissent jamais en notes de bas de page, d’éléments statistiques épars et d’une histoire de la France contemporaine et immédiate contestable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Prognon, « Erasmo Sáenz Carrete. L’exil latino-américain en France de 1964 au début du XXIe siècle », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 26 janvier 2017, consulté le 18 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/orda/4162

Haut de page

Auteur

Nicolas Prognon

FRAMESPA/CNRS - UMR 5136

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • OpenEdition Journals