Navegação – Mapa do site

InícioLes + de l'ORDAComptes rendus2019Javier Maravall Yáguez. Las mujer...

2019

Javier Maravall Yáguez. Las mujeres en la izquierda chilena durante la Unidad Popular y la dictatura militar (1970-1990)

Nicolas Prognon
Referência(s):

Javier Maravall Yáguez. Las mujeres en la izquierda chilena durante la Unidad Popular y la dictatura militar (1970-1990), colección de estudios, UA ediciones, Madrid, 2014, 330 p.

Texto integral

1L’ouvrage de Javier Maraval Yáguez, professeur à l’Université de sciences humaines de Santiago du Chili (USACH), présente selon une approche féministe globale les rôles socio-politiques des Chiliennes engagées à gauche sous le gouvernement de Salvador Allende, la dictature du général Pinochet et au moment du retour de la démocratie. Ainsi, l’auteur s’interroge inévitablement sur « l’organisation traditionnelle de la famille, la domination masculine et l’hétéronormativité, les inégalités liées au sexe qui traversent notre société ». Ce travail transversal rassemble les diverses sources et méthodes propres à l’étude du temps présent en s’appuyant sur 44 entretiens menés suivant une méthodologie minutieuse (p. 29-34). Son caractère interdisciplinaire basé sur le « genre » donne une dimension particulière à cette approche de l’histoire du Chili qui nous plonge dans une micro-histoire des femmes méconnue. Le terme « genre » est dans cette étude polymorphe, il désigne les rapports sociaux entre les sexes et la construction sociale imposée sur un corps sexué

2Le livre est construit de façon chronologique et thématique autour de deux périodes : l’Unité populaire (UP) entre 1970-1973 et la dictature de 1973 à 1990. Pour élargir le champ d’étude, le dernier chapitre s’ouvre sur la parenthèse de la transition entre 1991 et 2004. Chaque phase est centrée sur la place des femmes dans la société patriarcale et conservatrice chilienne de la fin du XXe siècle.

3Après avoir précisé les contours méthodologiques de son étude, dans le premier chapitre, « La Mujer en los gobiernos de la Unidad Popular », l’auteur retrace l’histoire de la place des femmes au Chili et la lente reconnaissance de leur rôle politique au sein des principaux partis de gauche (MIR (Movimiento de Izquierda Revolucionaria), Parti socialiste et Parti communiste) de la fin du XIXe aux années 1970 (p. 35-84). La thématique féministe apparaît dans le débat public chilien en 1875 autour de la question de l’éducation. En 1915, une femme, Amanda Labarca, est nommée à un poste d’enseignant à la faculté de philosophie et de pédagogie de l’Université du Chili (p. 35). Dès lors, les revendications féminines sont lentement entendues et le 9 janvier 1949, elles obtiennent le droit de vote (p. 36). Pour autant, la prise en compte de leur activisme politique reste faible jusqu’à l’élection de Salvador Allende (p. 39-50). Sous l’Unité populaire, leur implication dans le processus de la « voie chilienne au socialisme » est réel et des mesures de reconnaissance sont prises : l’égalité salariale, l’obtention de la capacité juridique, la création d’un secrétariat de la femme, l’ouverture de centres de mères et la nomination à des postes ministériels. Néanmoins, le patriarcat perdure ; 80 % des femmes sont reléguées à des tâches domestiques non rémunérées. Ce volontarisme gouvernemental se traduit politiquement par un appui électoral féminin massif lors des élections de mars 1973, leur représentativité est encore mineure. Seuls les réseaux familiaux et le clientélisme permettent l’accès à une fonction politique publique. Toutefois au niveau social, les étudiantes s’investissent dans les poblaciones et les zones rurales avec les Juntas de Abastecimiento y Precios (JAP). Elles mènent des campagnes d’alphabétisation et proposent des plans de formation aux femmes. Sur ce thème, les témoignages font ressortir trois formes d’activisme durant cette période : les sympathisantes, les aspirantes et les militantes. Pourtant, ce militantisme est jugé mineur par les directions masculines, méfiantes et machistes des partis. (p. 51-85)

4Le second chapitre, intitulé « La dictatura militar : el rol de la mujer en el “nuevo orden” (1970-1990), » est introduit par le thème peu étudié de l’opposition féminine à Allende. Celle-ci éclate de façon virulente avec la crise socio-économique et les difficultés d’approvisionnement. Dans ce contexte, des femmes jusque-là peu politisées, occupent l’espace public et organisent des marchas de cacerolas u ollas vacías pour faire pression sur les forces armées. Elles se rapprochent des partis d’opposition, des groupements professionnels d’entrepreneurs et de commerçants (gremios) pour déstabiliser le gouvernement (p. 85-93). Cette opposition féminine partisane a peu d’incidences sur le sexisme des nouveaux gouvernants. L’auteur indique que las políticas de género bajo el gobierno militar restent traditionalistes et misogynes, qu’elles accentuent la précarité et le chômage des femmes des classes populaires. Inversement, cette marginalisation accroît leur politisation et les conduit à investir la sphère associative grâce au soutien des organismes internationaux (p. 94-102). Cependant la « révolution culturelle » entamée par les gouvernements civilo-militaires défend un idéal féminin de la « mujer pinochetista » gardienne du « monopolio de lo afectivo y lo moral », qui est à la fois la mère de famille, la génitrice et la gestionnaire du foyer (p. 103-110).

5Dans la troisième partie, J. Maraval étudie les rôles politiques et sociaux joués par les femmes sous la dictature, « Las mujeres en la opocición a la dictatura : militancia clandetina, exilio y movilización social (1973-1990) ». Politiquement, la violence du coup d’État a démantelé toutes les structures développées sous l’Unité populaire et la gauche a entamé une lente recomposition (p. 111-117). De leur côté, les femmes vont participer à ce travail de reconstruction (p. 119-125). Certaines choisissent même l’action directe en allant se former militairement à Cuba ou au Nicaragua avec les forces sandinistes (p. 124-131). Or nombre d’entre elles ont perdu des proches et ont été incarcérées. Durant leur réclusion, elles ont imaginé des formes de résistance originales comme les Carretas comunes ou la collecte d’informations à distribuer. De cette manière, des réseaux de solidarité se nouent qui favorisent l’émergence d’une conscience féministe (p. 131-141). Le militantisme est également transnational pour les Chiliennes qui participent à la résistance en exil afin d’isoler la dictature. En outre, dans certains pays d’accueil, elles sont initiées aux préceptes du féminisme européen et s’imprègnent de valeurs nouvelles. Après le retour, ces actions de solidarité se poursuivent dans des organisations de défense des droits de l’homme où elles mènent un travail de mémoire actif. Les retornadas coordonnent également des manifestations pour donner une visibilité internationale à la dénonciation de la répression. Ce militantisme est stigmatisé par la société chilienne (p. 141-169). Pourtant cet engagement a été sous-estimé en raison de l’inertie de la tradition masculine selon laquelle la femme est avant tout une mère de famille et non une militante (p. 173-199).

6L’ultime chapitre, La tortura sexual como estrategia represiva contra las prisioneras políticas, analyse les différents aspects de la torture sexuelle imposée par les forces armées et paramilitaires. Après un rappel des outils répressifs mis en place dès le 11 septembre, l’auteur montre que cet usage est intégré à la stratégie militaire (p. 211-216). La violence cible volontairement les femmes, politisées ou non, dans le but de neutraliser toutes les velléités de résistance, notamment dans les quartiers populaires et mettre la pression sur les maris incarcérés. Il explique que cette forme de répression est consubstantielle aux valeurs chiliennes issues d’un déterminisme biologique basé sur la supériorité de l’homme sur la femme et du poids d’un catholicisme réducteur pour lequel la fonction de mère reste primordiale (p. 219-222). C’est pourquoi la moindre dissidence doit être réprimée pour annihiler les comportements jugés contre nature. Selon les entretiens, la torture sexuelle n’a pas été constante et son degré de cruauté changeait en fonction des statuts familiaux et sociaux des prisonnières (p. 226). La maternité et la grossesse ont été instrumentalisées pour recueillir des informations en menaçant les enfants de représailles (p. 235-250). La plupart des prisonnières ont été traumatisées et elles ont dû bénéficier de soutiens thérapeutiques après leur libération. Mais la reconnaissance de ce statut a été lente ; il a fallu attendre la présidence de Ricardo Lagos (2000-2006) et la constitution de la commission Valech en 2004 pour que ces pathologies soient admises comme les conséquences directes de la torture (p. 245-250). Dans la seconde partie du chapitre est traitée la thématique délicate de la collaboration des victimes avec leurs tortionnaires. En effet, une minorité d’entre elles n’a pas pu résister à la violence des interrogatoires et a dénoncé des personnes. Pour les femmes interviewées, il faut distinguer la coopération propre au syndrome de Stockholm et celle ponctuelle circonstancielle consécutive à une séance de torture. Pour elles, la délation résulte principalement de leur isolement politique vis-à-vis des directions des partis qui les ont blâmées par la suite sans essayer de comprendre la réalité des faits dont la responsabilité incombe aux militaires qui parfois étaient des femmes (p. 250-260). Pour illustrer son propos, Javier Maravall s’appuie sur le cas de Lumi Videla, militante ardente du MIR qui a été enlevée, emprisonnée, torturée puis exécutée et dont le corps a été jeté dans la cour de l’ambassade d’Italie par des agents de la DINA en novembre 1974 (p. 260-266), et sur celui des hommes victimes de torture sexuelle (p. 269-272). Les deux dernières parties décrivent les centres de détention présentés dans les témoignages et dans les rapports des commissions Rettig en 1991 et Valech en 2011 (p. 272-290).

7Cet ouvrage constitue par sa thématique et sa méthodologie un apport supplémentaire pour la compréhension des événements qui se sont déroulés au Chili entre 1970 et 1991 et leurs incidences sur la conjoncture politique actuelle. Son axe d’analyse fondé sur le genre permet d’élargir le champ d’investigation de l’Unité populaire et de la dictature. Cette approche novatrice rappelle que la dynamique révolutionnaire sous les gouvernements de Salvador Allende et la répression des militaires ont été des processus globaux. L’ensemble de la société chilienne a été affectée et les femmes en particuliers. Par le biais de cette étude, leurs rôles, en tant qu’actrices socio-économiques majeures d’une histoire souvent déformée par le prisme masculin, sont reconnus et nombre de victimes enfin réhabilitées.

Topo da página

Para citar este artigo

Referência eletrónica

Nicolas Prognon, « Javier Maravall Yáguez. Las mujeres en la izquierda chilena durante la Unidad Popular y la dictatura militar (1970-1990) », L'Ordinaire des Amériques [Online], Comptes rendus, posto online no dia 05 abril 2019, consultado o 07 maio 2021. URL : http://journals.openedition.org/orda/4538 ; DOI : https://doi.org/10.4000/orda.4538

Topo da página

Autor

Nicolas Prognon

Université Toulouse 2 – Jean Jaurès
n.prognon@laposte.net

Artigos do mesmo autor

Topo da página

Direitos de autor

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Topo da página
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Pesquisar OpenEdition Search

Você sera redirecionado para OpenEdition Search