Navigation – Plan du site

AccueilLes + de l'ORDAHors thème2019P-C La trajectoire d’un jeune Haï...

2019

P-C La trajectoire d’un jeune Haïtien au Brésil : habitus immigrant, distinction et capital

The trajetory of a young Haitian in Brazil : immigrant habitus, distinction and capital of mobility
A trajetória de um jovem Haitiano no Brasil : habitus imigrante, distinção e capital
Márcio de Oliveira

Résumés

Les Haitiens arrivés au Brésil en 2013 et 2014 étaient scolarisés et fortunés et, par conséquence, ils s’en sortaient mieux. Nous analysons ici la trajectoire d’un jeune Haïtien immigré au Brésil. Nous identifions les caractéristiques socioéconomiques de ce jeune pour ensuite les mettre en rapport à ses pratiques, depuis sa migration jusqu’à son parcours au Brésil. L’hypothèse est la suivante : le parcours migratoire, qui n’a pas forcément l’intégration en ligne de mire, est le résultat d’un concours de circonstances dans lesquelles se joue fortement le rapport entre l’habitus et les capitaux accumulés par les migrants. La trajectoire et la stratégie de ce jeune Haïtien semblent en être la démonstration.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Excepté le nombre de naturalisés résidants au Brésil cette année-là. Pour plus de détails, voir le (...)
  • 2 Il est question de latino-américains originaires de Bolivie, Colombie, Cuba, Équateur, Mexique, Par (...)
  • 3 Les chiffres ont été publiés par Lobo, Matos et Soares (2015).

1Au début du XXIe siècle, le Brésil n’était plus, de longue date, un pays d’immigrants. Entre 1920 et 2000, le pourcentage d’étrangers y est tombé de 4,94 % à 0,25 % de la population : le nombre d’étrangers est passé de 1 513 635 à 431 3191. Pourtant, des changements récents sont venus modifier ce panorama. Dans la première décennie du XXIe siècle de nouveaux flux migratoires internationaux sont apparus, en relation avec la croissance économique. Le nombre d’étrangers passe alors à 510 067, soit 0,27 % de la population totale. En effet, le nombre d’entrées de nouveaux immigrants latino-américains (hormis les Argentins, Chiliens et Uruguayens)2 est passé de 16 188 entre 1980 et 1991 (24,58 % du total) à 59 164 entre 2000 et 2010 (36 % du total)3. Dans le courant des années 2010, au moins jusqu’à 2014, les flux latino-américains sont restés à un niveau élevé et se sont même diversifiés. Les géants sud-américains, Brésil et Argentine en tête, ont reçu de plus en plus d’immigrants, originaires des pays limitrophes (Paraguay, Bolivie, Pérou et Colombie), de certains pays africains (République Démocratique du Congo et Sénégal) mais aussi d’Haïti, pays quasi inconnu des Brésiliens jusque-là (D’Andrea, 2007 ; Baeninger & Souchaud, 2009 ; Liberona, 2011 ; Souchaud, 2011).

  • 4 Ces chiffres ne tiennent pas compte des sorties. Pour plus de détails, voir Oliveira (2017: 51).

2Selon les données du Ministère de la Justice/Police Fédérale, le nombre d’entrées d’étrangers par an est passé de 54 876 en 2010 à 94 133 en 2016 (Oliveira, 2017 : 49). Entre 2010 et 2016, le nombre d’entrées par groupe national affiche les Haïtiens à la première place, avec 80 998 et les Boliviens en deuxième avec 60 836 entrées4. Ces chiffres sont surprenants lorsqu’on sait qu’en 2010, on ne comptait que 36 Haïtiens au Brésil. Néanmoins, entre 2012 et 2016, 48 361 visas leurs ont été accordés par le Ministère brésilien des Affaires Étrangères, dont 80 % délivrés par le consulat à Port-au-Prince.

  • 5 La MINUSTAH a été créée par la résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU, en février 2004 afin de (...)

3Par sa soudaineté et son aspect inédit, l’immigration haïtienne ne pouvait que manquer de susciter rapidement l’attention et d’alimenter le débat. En bref, l’intérêt pour la question a été tel, qu’il existe désormais au Brésil un champ d’études bien établi sur la question haïtienne. Elle a fait l’objet d’innombrables reportages dans la presse écrite, à la télévision et nourri de nombreux blogs sur l’internet. Elle a aussi éveillé l’intérêt des sciences sociales et a donné lieu à un large éventail de recherches. Les raisons du départ semblent être toujours les mêmes : la quête de travail et de meilleures conditions de vie. Par contre, l’envie de migrer au Brésil semble être le fruit d’un ensemble de circonstances, depuis le tremblement de terre de janvier 2010 jusqu’à la présence militaire brésilienne qui est resté en Haïti jusqu’au mois d’août 2017, dans le cadre de la Mission de l’ONU (MINUSTAH)5.

4D’autres recherches ont porté sur l’histoire d’Haïti et sa relation aux puissances coloniales (les USA et la France), sur l’histoire des migrations, sur la culture haïtienne, sur les causes de l’immigration actuelle au Brésil, sur les passeurs (surnommés coyotes), sur les itinéraires empruntés et les voies d’entrée au Brésil, sur le visa humanitaire et le permis de travail, sur les conditions de vie et de travail dans les grandes villes brésiliennes et sur l’apprentissage du portugais (Valler Filho, 2007 ; Rodrigues, 2008 ; Clémens, 2010 ; Rosa, 2010 ; Godoy, 2011 ; Caffeu & Cutti, 2012 ; Contiguiba & Pimentel, 2012 ; 2015 ; Caisse, 2012 ; Costa, 2012 ; Loquidor, 2013 ; Thomaz, 2013 ; Silva, 2013 ; Zefferino, 2014 ; Castro & Fernandes, 2014 ; Carrera, 2014 ; Cogo, 2014 ; Metzner, 2014 ; Handerson, 2015 ; Peres, 2015 ; Rosa, 2015 ; Sá, 2015 ; Baeninger et all., 2016 ; Cavalcanti, 2016 ; Oliveira, 2016).

  • 6 Il s’agit d’une enquête nationale sur 1.043 étrangers, dont 280 Haïtiens, résidant dans les états d (...)

5Les travaux évoqués ci-dessus nous renseignent sur leur insertion sur le marché du travail mais ne nous fournissent que très peu d’informations sur leur intégration. La recherche menée par Peres (2015)6 sur le coût du voyage et le profil socioéconomique de ces migrants indique qu’il s’agit d’un groupe bien spécifique, issu des couches moyennes. En effet, d’après notre propre recherche réalisée en 2015, les Haïtiens arrivés au Brésil sont plus scolarisés et plus aisés que la moyenne de leurs compatriotes (Oliveira, 2016). En revanche, il n’existe pas d’études mettant en relation les caractéristiques socio-économiques des Haïtiens, leur parcours migratoire et les processus d’intégration, de la recherche du travail jusqu’aux formes élémentaires de sociabilité à l’œuvre. Il n’existe pas non plus de recherche sur leurs projets futurs.

6L’étude qui suit s’appuie sur l’enquête de 2015 pilotée par l’Observatoire des Migrations Internationales7 de l’Université de Brasília, en partenariat avec le Ministère du Travail au Brésil. Elle a porté sur le marché du travail de l’immigrant haïtien dans divers états brésiliens. Nous avons personnellement mené la partie relative au Paraná lorsque nous avons interviewé 33 Haïtiens, dont 24 hommes et 9 femmes. Comme nous avons démontré, l’acte de migrer est conçu comme un moyen de s’affranchir de la société haïtienne qu’ils perçoivent sans avenir (Oliveira, 2016). Nous nous sommes alors posé les questions suivantes : Les Haïtiens sont-ils arrivés au Brésil pour y rester ou comptent-ils repartir ? Cherchent-ils à adopter les valeurs de la société brésilienne, voire à s’y intégrer ou sont-ils, au contraire, porteurs d’un nouveau type de transnationalisme ? Pour essayer de mieux comprendre les enjeux de cette nouvelle immigration, nous avons décidé d’analyser la trajectoire d’un Haïtien choisi parmi ceux que nous avons interviewés. Nous lui avons demandé de nous raconter son parcours migratoire et son installation au Brésil. Ceci nous a permis d’analyser son discours en relation avec ses caractéristiques socioéconomiques et ses pratiques, depuis la migration. À partir des concepts d’habitus immigrant et de capital de mobilité (Oliveira et Kulaitis, 2017), l’hypothèse que nous formulons ici est la suivante : le parcours migratoire – mesuré par la capacité de s’affranchir de la société d’origine, de s’installer ailleurs et de re-émigrer – est le résultat d’un concours de circonstances, dans lequel se joue fortement le rapport entre l’habitus et les divers types de capital accumulés par les migrants. Voyons cela de plus près.

I/ L’immigrant haïtien dans le Paraná

7La forte présence d’immigrants haïtiens dans le Paraná n’a pas vraiment de rapport avec l’histoire de l’immigration au Brésil. En effet, ils ne sont ni paysans, ni majoritairement catholiques. Au contraire, ils procèdent de populations urbaines, scolarisées, issues des couches moyennes et majoritairement de confession évangélique.

8En 2010, le Paraná ne comptait aucun travailleur haïtien. En 2011, ils n’étaient que 6. Depuis, leur nombre a fortement augmenté : 778 en 2012, 3 221 en 2013, 6 647 en 2014. Dès cette année-là, le nombre a baissé et en 2016, on ne comptait que 4 847 travailleurs haïtiens sur le marché local de travail. Entre 2010 et 2016, la plus grande partie est employée dans le secteur avicole, le BTP et la restauration. Les 4 847 Haïtiens de 2016 formaient environ le 1/3 des travailleurs étrangers embauchés dans le Paraná cette année-là. Au niveau national, entre 2010 et 2016, les Haïtiens ont été les plus importants bénéficiaires de permis de travail. Après l’état de São Paulo, ceux du Paraná et de Santa Catarina ont été leurs principaux employeurs. Finalement, en 2017, les Haïtiens étaient encore le principal groupe à avoir reçu le permis de travail au Brésil (Cavalcanti et al., 2017).

  • 8 Certains de nos interviewés ont fait état des fréquentes inondations dans leur ville natale de Gona (...)
  • 9 Handerson (2015) liste plusieurs expressions employées en langue créole pour décrire les diverses t (...)
  • 10 En janvier 2012, la résolution n° 97, du Conseil National de l’Immigration (CNIg) à créé le « visa (...)

9Lors de notre enquête sur le marché du travail dans le Paraná, les Haïtiens interviewés ont bien confirmé que leur émigration avait pour cause la situation sociale et économique de leur pays. Les problèmes de sécurité publique, l’instabilité politique, le manque d’infrastructure urbaine et les problèmes environnementaux8, entretiennent la volonté de migrer, qui peut s’intensifier en cas de circonstances exceptionnelles comme par exemple après le tremblement de terre de janvier 2010. L’émigration est également expliquée par le fait qu’il existe dans la société haïtienne, toutes couches sociales confondues, un consensus socioculturel autour de la migration, qui correspond à un désir profondément ancré dans les mœurs et dans l’histoire9. Néanmoins, au cours de nos entretiens (Oliveira, 2016), le Brésil n’a été jamais été cité comme destination favorite des immigrants, les USA, le Canada et la France ayant de très loin leur préférence. Leur installation au Brésil s’explique donc, en grande partie, par le visa humanitaire10 (faisant également office de permis de travail) accordé sur place, combiné aux difficultés d’entrée en France, au Canada et aux USA. Pour les premiers arrivés, les réponses à notre enquête ont confirmé le manque de connaissances résultant d’un mélange d’informations erronées et de croyances hasardeuses à propos du marché de travail brésilien. Ainsi, l’intégration, si importante dans les études migratoires, ne semblait pas être de mise.

10Arrivés notamment par la frontière brésilienne des états du nord, les Haïtiens ont pu poursuivre leur route vers l’intérieur du pays grâce à l’intervention directe de l’État. Dans les années 2012-2014, le Brésil manquait de main-d’œuvre. Selon l’un de nos interviewés, « un pays qui octroie le permis au travail ne peut qu’être un pays riche ». Dès lors, des réseaux haïtiens se sont mis en place. Au fur et à mesure et malgré les faibles salaires, les Haïtiens ont commencé à découvrir les autres occasions offertes par la migration vers le Brésil, notamment l’accès à l’enseignement public et aux soins médicaux dispensés gratuitement par les mairies et les états de l’Union. D’abord improvisée, l’émigration vers le Brésil a commencé à être pensée sur la longue durée, plus particulièrement par ceux qui envisageaient de poursuivre des études et/ou ceux qui pensaient à l’avenir de leurs enfants. Ce groupe spécifique d’immigrants issus des couches moyennes a consolidé la représentation des Haïtiens comme un groupe à haut niveau de scolarisation.

1/ Connaissances linguistiques, scolarisation et projet migratoire d’un immigrant haïtien dans le Paraná : le cas du jeune P-C11

  • 11 P-C sont des initiales fictives.
  • 12 La langue courante en Haïti est le créole (Bentolila 1981; Caisse, 2012). La totalité de la populat (...)

11En Haïti, la connaissance de la langue française résulte de la fréquentation de l’école vu que, dans le quotidien, la population s’exprime en créole12. Sachant que 60 % de la population haïtienne est illettrée et que, faute de moyens, l’école publique ne reçoit que le cinquième de la population, ceux et celles qui parlent le français font bien évidemment partie d’une élite intellectuelle et sociale. Faire partie de cette élite permet la lecture d’un plus grand nombre de journaux (en Haïti, il n’y a que deux journaux publiés en langue créole), de s’informer par la lecture (livres, sites, etc.), de suivre une formation supérieure et, surtout, de chercher un emploi dans des secteurs tels que la fonction publique, le tourisme et le commerce extérieur. En soi, la connaissance du français fait partie de la distinction sociale. Il s’agit d’un indéniable capital pour l’ascension sociale, comme nous le verrons par la suite.

II/ L’habitus et le capital du jeune Haïtien P-C

12Bourdieu (1980) affirme que l’habitus, sorte d’ajustement entre les chances objectives de réussite et les espérances subjectives, permet d’estimer la réussite de chacun. En serait-il de même en ce qui concerne les pratiques migratoires ? Autrement dit, l’acte de migrer ou encore le succès de la migration peuvent-ils être saisis à partir de l’habitus de l’immigrant ? La réponse n’est pas aisée car, mis à part l’habitus, Bourdieu (1980) nous invite aussi à interroger le capital, sous ses diverses formes, dont chacun dispose ou qu’il est en mesure d’accumuler, depuis le capital culturel jusqu’au capital économique. À partir de là, serait-ce possible d’établir de rapports entre l’habitus, le capital culturel et le parcours migratoire de chaque migrant dans la société brésilienne ? De façon combiné, peuvent-ils être la source d’un nouveau type de capital, le capital de mobilité ? Tentons de voir exactement ce qu’il en est à travers l’entretien que nous avons mené le 5 août 2015 avec ce jeune Haïtien dans les locaux de l’Université Fédérale du Paraná.

  • 13 Nous avons volontairement voulu matérialiser par la mise entre crochets [ ], les doutes, réflexions (...)

13Malgré le bon niveau de portugais, l’entretien, sous la forme d’une conversation informelle, a été conduit en français13. Au moment de l’entretien, P-C avait 25 ans. Il est né à Port-au-Prince dans une famille de petits commerçants du secteur de la restauration. Il nous a indiqué être le cadet de cinq enfants, deux garçons et trois filles, entre 25 et 40 ans. Son père et son frère aîné tenaient un snack-bar tandis que lui-même et ses trois sœurs trop jeunes pour travailler, allaient à l’école. Depuis le décès du père, survenu alors que le P-C n’avait que neuf ans, ils ont continué à avec leur mère. Par ailleurs, deux de ses tantes ainsi que sa grand-mère maternelle habitaient le quartier.

  • 14 Cela vaut aussi bien pour l’oral que pour l’écrit.

14En ce qui concerne le niveau d’étude de ses parents, P-C nous a indiqué que son père n’avait pas terminé ses études secondaires et que sa mère n’avait même pas conclu le cycle de l’école élémentaire. Son frère et ses trois sœurs ont suivi l’école élémentaire et secondaire, c’est-à-dire qu’ils sont censés savoir lire et écrire en français. Toutefois, le fait d’avoir appris le français ne signifie pas pour autant qu’il est parfaitement maîtrisé vu qu’il n’est guère pratiqué au quotidien14. D’où la réponse de notre interlocuteur à la question de la langue utilisée à la maison :

À la maison, on se parlait plutôt en créole. Mais on se parlait également en français pour se montrer, pour montrer notre niveau, pour s’amuser. [Montrer à qui, aux voisins ?] Aux voisins, non ! Pas besoin parce qu’ils le savent. Ils savent qui nous sommes. On est allés tous à l’école. On était tous des étudiants plutôt brillants. [Les profs vous disaient ça ?] Il y a les profs, il y a les résultats... il y a les écoles fréquentées aussi. Il y a des écoles, si vous arrivez à rester...

15On peut noter d’emblée le sentiment qui habitait la famille du jeune P-C. Ses enfants se savaient différents de ceux des autres familles haïtiennes du quartier. Ils se sentaient même « plutôt brillants ». À l’évidence, l’école leur avait inculqué cette fierté. Par son modus operandi (la qualité affichée et reconnue de l’école, les propos des professeurs, les notes, etc.), l’école (ou le système d’enseignement en tant que tel) établit la différence en marquant les individualités, ce qui finit par rejaillir sur l’environnement social. La fratrie s’employait même à entretenir la distinction sociale par la pratique du français à la maison pour bien s’en servir au quotidien. Pour quelle raison ? Pour montrer leur niveau ou se montrer, voire pour s’amuser, comme P-C l’a affirmé ? Toutes ces réponses sont plausibles. Parler le français à la maison peut signifier aussi que les situations où il faut parler en français ne sont pas si fréquentes. De même, la pratique du français était stratégique aux projets migratoires vers la France ou le Canada, les destinées préférées. En résumé, la langue française, en dénotant un certain niveau d’études et le capital culturel accumulé, est devenue le symbole de la distinction sociale tel que Bourdieu (1979) a défini ce concept. L’amusement dont nous parlait P-C n’est donc pas gratuit. Enfin,

16L’habitus et les pratiques sociales distinctives du jeune P-C s’inscrivent dans la société haïtienne. Ainsi, lorsque nous lui avons demandé à quoi rêvent les jeunes Haïtiens, il s’est référé au cursus universitaire et au monde professionnel :

Normalement en Haïti à l’âge de... disons des études primaires, tous les étudiants rêvent d’être médecins, avocats, c’est le rêve de tout jeune Haïtien. Médecin, avocat, agronome, tu vois. [Ce sont donc des professions bien payées ?] Je dirais que si vous êtes médecin, si vous êtes avocat, vous êtes quelqu’un. C’est le statut social, c’est déjà bien. [Et toi, tu voulais aussi être médecin ou avocat ?] Moi, je ne voulais pas être médecin. En fait, je dirais que je suis fait pour être avocat. C’est en moi, j’aime, C’est naturel. Sauf que dans mon parcours, j’ai dû laisser ce domaine pour étudier l’administration. Je dirais que c’est un rêve, on chérit toujours des rêves. Même à la fin, je crois que je vais étudier le droit.

17À l’évidence, P-C n’était pas le seul à chérir ce rêve. Comme tant d’autres, il était persuadé qu’un jour il deviendrait avocat, c’est-à-dire, qu’il s’en sortirait. Mais son histoire, avant de migrer, livre aussi d’autres éléments. Après avoir terminé ses études secondaires, il a essayé de s’en sortir par d’autres moyens que les études supérieures. Il nous dit avoir abandonné son projet de formation universitaire pour monter une enterprise avec des amis. Il s’agissait d’une petite affaire de construction au lendemain du séisme de 2010. Comment, a posteriori, analyse-t-il cette expérience ? « Il y avait des fonds étrangers qui finançaient ces initiatives » explique-t-il en connaissance de cause. Cela a marché un petit moment, mais il a fait faillite. « Je n’avais pas assez de moyens pour rivaliser », nous confie-t-il. C’est bien à ce moment-là qu’il a commencé à songer à son projet migratoire

1/ L’organisation du projet migratoire : l’habitus migrant se dessine

18Bourdieu, évoquant l’origine des goûts culturels, affirme :

Contre l’idéologie charismatique qui tient les goûts en matière de culture légitime pour un don de la nature, l’observation scientifique montre que les besoins culturels sont le produit de l’éducation : l’enquête établit que toutes les pratiques culturelles (fréquentation des musées, des concerts, des expositions, lecture, etc.) et les préférences en matière de littérature, de peinture ou de musique, sont étroitement liées au niveau d’instruction (mesuré au titre scolaire ou au nombre d’années d’études), et secondairement à l’origine sociale. (Bourdieu, 1979, I).

19Si les pratiques culturelles sont associées au niveau d’instruction et, secondairement, à l’origine sociale, peut-on aussi faire l’hypothèse que d’autres pratiques sociales, telles que la migration, sont-elles aussi liées à l’habitus et au capital scolaire acquis avant de migrer ? Si oui, serions-nous en présence d’une sorte d’habitus migrant qui permettrait d’accumuler d’autres types de capital ? Examinons cela de plus près.

20P-C nous dit avoir toujours pensé à quitter Haïti. Cette assertion rejoint l’analyse de Clémens (2010), pour qui migrer est devenue la meilleure solution en Haïti, ou celle d’Handerson (2015), pour qui il s’agit là d’un acte quasiment atavique qui soude et organise culturellement et socialement la société haïtienne. Nous avons demandé à PC si son frère et ses sœurs étaient partis ou bien s’ils en envisageaient.

Ils y pensent mais pour l’instant je dirais qu’à la fin ils pensent plus à monter une entreprise... que j’ai déjà montée mais... ça a foiré. Je dirais que c’est l’une de raisons de ma présence ici. Je dirais que le pays représentait pour moi une pression psychologique. Je voulais me libérer.

21Il rajoute encore, timidement, que son frère et soeurs voulaient aussi poursuivre des études supérieures, mais finalement, trois d’entre eux ont suivi une formation de comptabilité. Ensuite, P-C nous explique que sa famille l’a beaucoup soutenu, aussi bien lors de la création de son entreprise que dans son projet migratoire.  « C’était naturel », nous dit-il, avant d’expliquer qu’il y avait quand même des « causes profondes », ce qui renvoie aux éléments constitutifs de l’habitus migrant. En effet, son départ n’a pas trop ému ou contrarié les membres de sa famille. Ils ne se sont pas opposés à son projet parce que l’immigration est une pratique attendue en Haïti.

  • 15 En effet, l’une des premières questions demandées à n’importe quel migrant est toujours la raison d (...)

22 Entre la faillite de l’entreprise, survenue en 2013, et l’immigration en 2014, 18 mois se sont écoulés. Si partir était socialement attendu, le Brésil était-il, pour autant, la meilleure destination ? Quel était son degré de connaissance de la réalité brésilienne ? L’entretien étant parfois le moment de faire le bilan, de s’auto-analyser15, P-C en profitait pour revenir sur ses pas. Il nous a expliqué très calmement que, mis à part le football et quelques clichés, le Brésil ne lui avait jamais dit grande chose. En fait, il explique avoir voulu partir aux USA. Il est même allé à l’ambassade américaine et a engagé les formalités bureaucratiques afin d’obtenir le visa de touriste qui lui a été refusé, sans qu’il comprenne pourquoi. C’est alors, nous a-t-il expliqué, qu’il a commencé à chercher d’autres projets migratoires (« des choses qui pouvaient marcher »). Par hasard, il en a parlé (« comme ça ») à une relation, de la même Église que la sienne. Il lui a demandé comment faire pour se rendre au Brésil. Afin d’éviter d’être obligé à rendre la faveur reçue, il dit que ce n’était pas pour lui mais pour un ami (qui n’existait pas) qu’il demandait l’information. Cet ami, a-t-il dit, « veut partir mais il ne sait pas où aller. »

23La période comprise entre 2012 et 2014 peut être définie comme celle de la fièvre brésilienne. Le départ d’Haïtiens vers le Brésil s’est intensifié. De toute évidence, P-C était au courant. Son ami imaginaire voulait partir au Brésil mais il ignorait la nature des démarches à entreprendre. C’est bien l’ami réel, très avisé, qui lui a expliqué ce qu’il fallait faire. « Il faut avoir telles pièces. Et voilà. » L’ami de l’Église lui a rendu service et, selon P-C, il attendait la suite de la part de l’ami imaginaire. P-C s’est alors senti piégé : la honte d’avoir menti aidant, il a prétendu qu’il allait prendre la place de son ami qui s’était désisté au dernier moment. Embarrassé, il nous a raconté l’histoire en ces termes :

  • 16 À ce moment précis, nous lui avons demandé de confirmer qu’il s’agissait bien d’un ami fictif. Il n (...)

Donc je me lance [...] Il faut quand même donner une réponse. Si je dis non, si je désiste, demain il va m’arriver, je lui demande quelque chose, il va me dire, bon la première fois tu me disais que tu avais besoin et [...] et là je ne peux pas, tu ne m’as pas présenté, tu n’as pas tenu parole. Et puis bon, je me suis lancé.16

24Pris au piège de son invraisemblable histoire, le Brésil devient pour PC une réalité à part entière. Il connaissait les démarches et savait quoi faire. Aussitôt le visa obtenu, il est parti.

2/ Arrivée au Brésil et à Curitiba

  • 17 Les deux états de la région nord, l’Acre et l’Amazonas, ont représenté 47,24 % des entrées en 2011, (...)

25La grande majorité des Haïtiens sont entrés au Brésil par la frontière septentrionale après avoir traversé par terre les pays d’Amérique Centrale et du Sud17. En raison de son coût, le voyage par avion n’est pas le moyen de transport retenu. Néanmoins, P-C avait d’autres ressources. Il évoque en ces termes son projet migratoire :

J’avais un peu d’argent. Il fallait prendre la décision. Je voulais en finir avec l’échec de l’entreprise. Mais je suis seulement, ouais, je suis parti avec l’idée de retourner vite. De retourner rapidement mais qui va prendre un peu de temps parce que je dois retourner préparer [inaudible]. Une fois, je me suis dit, une fois que je vais retourner au pays, je vais rentrer et recommencer parce que j’ai appris de mon échec.

26Le projet n’envisageait donc pas une migration définitive d’autant plus que la possibilité du retour avait été pensé par avance. P-C, selon ses dires, avait bien planifié son voyage. « J’avais tout prévu. J’avais planifié déjà un tas de choses. Un voyage, ça se planifie ». Il est arrivé à São Paulo, le 14 septembre 2014 en provenance de Port-au Prince, par avion, ce qui témoigne de son origine sociale et de son habitus. En outre, il avait déjà des relais au Brésil dont un ami qui vivait et travaillait déjà à Curitiba et avait lui-même des contacts à São Paulo. C’est précisément ce contact qui s’est chargé d’aller le chercher à l’aéroport. De São Paulo, il a pris un bus pour Curitiba, point de chute déjà arrêté avant son départ d’Haïti. Il y est arrivé le jour même. Il précise en outre (sans qu’on lui pose la question) qu’il n’était pas possible de faire une réservation de vol à la destination de Curitiba à partir de Port-au-Prince. Mais une fois à São Paulo, vu le prix du billet d’avion, il a décidé de prendre le bus. Tout cela témoigne d’un capital de mobilité déjà acquis.

3/ Travailler et se loger à Curitiba, le rôle de l’habitus

27 « Et là, il fallait trouver du travail, aller à l’école dans un pays qui n’était pas le mien. » Une fois à Curitiba, P-C s’est installé dans la maison louée par son ami. Le loyer mensuel (toutes charges comprises) lui revient à R$ 350,00 (environ 1/3 du salaire minumum brésilien). Le lendemain de son arrivée, il commence à chercher du travail et une école de langues. Il nous avoue avoir été très attentif aux occasions qui se sont présentées même si, comme il nous a expliqué en parlant de son projet migratoire, il avait « tout planifié ». En 2014, la crise économique n’est pas encore là et les offres d’emploi sont encore nombreuses. P-C finit par être embauché dans l’industrie alimentaire comme auxiliaire de fabrication. Payé au salaire minimum local pour 40 heures de travail hebdomadaire, il décide de travailler la nuit afin, précise-t-il, de libérer du temps dans la journée pour apprendre plus vite le portugais.

  • 18 Il est à noter ici que l’entretien a été entièrement mené par le tutoiement. Néanmoins, par moment, (...)

28Il était conscient que sans une maîtrise satisfaisante du portugais, il ne pouvait espérer grande chose. « La barrière de la langue est parfois très dure. » Il parvient à suivre des cours de langue à l’Université Fédérale du Paraná qui commence à organiser des cours de portugais gratuits pour les étrangers. Son ami étant indisponible c’est seul qu’il entreprend les démarches d’inscription. Le rapport entre l’habitus et son capital scolaire sont on ne peut plus manifestes lorsqu’il nous explique les facilités de l’apprentissage de la langue portugaise. « Parce que, vous savez18, le portugais et le français ont, disons, une racine commune, latine. Donc, si vous parlez le français, c’est déjà facile, très facile ! »

  • 19 Il s’agit d’un nom fictif.

29 Les professeurs côtoyés au cours de portugais vont vite ouvrir d’autres portes au jeune P-C. Ainsi, la Professeure M19 qui lui a été recommandée parce qu’elle parle couramment le français. Il la décrit en ces termes : « elle était vraiment sympa. C’est elle qui a saisi mon niveau scolaire et m’a parlé du projet Politique Migratoire. » Ce projet, permet notamment l’inscription à l’Université Fédérale du Paraná des étrangers ayant déjà terminé les études secondaires ou commencé une formation supérieure dans leur pays d’origine. P-C a vite saisi la chance offerte. « J’ai déposé mon dossier [pour rentrer à l’université]. Je dirais sans doute que j’allais réussir parce que j’étais ici pour retourner avec le diplôme, au moins avec le diplôme. » P-C est effectivement rentré à l’Université où, à l’heure actuelle, il suit une formation en administration. Néanmoins, il n’insiste pas sur le fait qu’il a dû renoncer à la formation en Droit dont il rêvait fortement parce qu’il n’y avait de place dans cette filière et l’université lui a offert une formation en administration. Une telle stratégie renvoie à la capacité subjective d’anticipation du succès chère à Bourdieu :

Les pratiques peuvent se trouver objectivement ajustées aux chances objectives – tout se passant comme si la probabilité a posteriori ou ex post d’un événement, qui est connue à partir de l’expérience passée, commandait la probabilité a priori ou ex ante, qui lui est subjectivement accordée -, sans que les agents procèdent au moindre calcul et même à une estimation, plus ou moins consciente, des chances de réussite. (Bourdieu, 2000 : 259).

  • 20 « […] sans supposer la visée consciente des fins et la maîtrise expresse des opérations nécessaires (...)

30P-C ne nous a pas semblé être au courant des difficultés d’accès à l’université. Son parcours est si peu courant qu’il y a à peine 25 étrangers, toutes nationalités confondues, qui suivent des formations à l’Université Fédérale du Paraná. Ceci revient aux chances subjectives de réussite évoquées par Bourdieu ci-avant qu’il explique dans ces termes : « Je dirais sans doute que j’allais réussir parce que j’étais ici pour… ». Ici, c’est le sentiment de destin qui semble impregner l’habitus. C’est à ce moment-là, après seulement trois mois de travail, que P-C prend la décision de quitter le poste d’auxiliaire de fabrication afin de poursuivre des études universitaires. Lorsque son patron lui demande ce qu’il comptait faire pour survivre sans travailler, il n’a pas hésité : « Je ne sais pas, mais je dois, je vais rentrer à l’université parce que j’ai la foi, j’ai la foi en Dieu ». Ne pouvons-nous déceler, dans de tels propos, la présence de l’habitus, c’est-à-dire de ces structures capables de justifier et structurer l’action, en l’occurrence de présenter la réussite sous la forme des « dispositions inculquées par les conditions d’existence, sorte d’instinct socialement constitué », dont nous parle Bourdieu (1980 : 270), telles que le mérite ou la foi ou encore la capacité d’anticiper les résultats des stratégies choisies 20?

4/ Les dimensions personnelles de l’intégration

  • 21 Selon lui, le patron a été d’accord pour l’embaucher sans être déclaré.
  • 22 Il s’agit de bourses accordées pour des projets dits « de extensão » (pour la communauté). La valeu (...)

31Grâce, notamment, à son indemnité de départ et aux allocations-chômage, PC a même pu économiser et se permettre de ne pas travailler pendant trois mois. Étudiant régulier de l’Université Fédérale du Paraná, il se consacre entièrement à sa formation, ce qui montre bien l’importance conjuguée de l’habitus et du capital accumulé. Au bout de trois mois, il a commencé à chercher du travail mais, comme les horaires proposés ne lui convenaient pas, il a décidé de travailler sans être déclaré comme serveur dans la restauration. Il est rémunéré en fonction des heures travaillées auxquelles s’ajoutent les pourboires, ce qui, à quelque chose près, équivaut à son salaire antérieur. Une telle solution lui convient car elle lui permet de se consacrer pleinement à ses études : « Je ne veux pas travailler officiellement parce que je dois me consacrer à l’université »21. Le processus d’intégration et la réussite du jeune P-C ont largement bénéficié du milieu universitaire et du projet Politique Migratoire et, notamment de la bourse d’insertion (bolsa-extensão22) destinée aux étudiants étrangers. Lors de l’entretien, il venait d’être sélectionné et il allait commencer à être payé le mois suivant.

  • 23 Des exemples d’images négatives sur les étrangers aujourd’hui peuvent être consultés sur plusieurs (...)

32Au final, tout compte fait, P-C s’en sortait bien et se disait heureux. Il était très bien pris en charge, avait du travail, faisait ses études et touchait une bourse. Afin de percevoir la façon dont il se représente son parcours au Brésil, nous lui avons demandé ce qu’il pensait des actes discriminatoires envers les étrangers, notamment les Noirs haïtiens, dont la presse brésilienne fait état d’une manière très régulière23. Il nous a répondu être au courant, mais il a aussitôt avoué ne pas se sentir concerné, à la différence d’autres Haïtiens. Comment l’explique-t-il ? Il n’évoque ni son origine sociale ni son processus de socialisation. Il croit qu’il s’agit là d’une conséquence de ses croyances religieuses. « Je suis guidé par le bon Dieu. J’ai été amené ici par Lui. Je suis ici, c’est lui qui me guide. J’ai foi, je suis resté très positif. »

  • 24 Il est à souligner qu’à l’opposé des données officielles qui nous présentent le peuple haïtien comm (...)
  • 25 La « Pastorale » de Curitiba compte dans ses rangs, depuis plusieurs années, des prêtes haïtiens qu (...)

33L’évocation de la foi ou encore du sentiment d’être guidé par Dieu a été de mise tout au long de l’entretien. À maintes reprises, ces références ont remplacé des réponses plus élaborées ou bien elles ont été utilisées comme des raccourcis. Nous avons demandé à P-C sa religion. Il s’est dit catholique24. Pour les migrants, la croyance religieuse signifie surtout l’appartenance à une communauté de référence. Dans l’enquête nationale conduite par Peres (2015), parmi les activités de fin de semaine, aller à l’église le dimanche est arrivé en tête avec 38 %, devant même ceux qui préfèrent « rester à la maison » (37,3 %). De nombreux Haïtiens ont fait état de l’accueil chaleureux et très utile dispensé par les membres de ces communautés implantées au Brésil. À Curitiba, par exemple, la « Pastorale du Migrant » joue un rôle crucial dans l’accueil des étrangers et sert de référence dans la recherche de travail25. Cela n’a pas été différent chez le jeune P-C. Il nous a dit avoir été très actif dans son Église en Haïti. Mais au Brésil, « Je ne peux pas être actif. Je n’ai pas le temps ». Il en a profité quand même pour résoudre les petits problèmes du quotidien.

34Finalement, P-C a avoué n’avoir pas d’amis brésiliens. Il dit rester discret et ne pas se sentir encore capable de nouer de relations avec de Brésiliens car il juge son niveau de portugais encore insuffisant. Il n’a pas de loisir et il nous a avoué ne jamais être allé à la plage (qui se trouve pourtant à 100 km de Curitiba, soit 1 heure et 30 minutes en autocar) depuis son arrivée. Il aimerait bien qu’au moins son frère ou une de se soeurs le rejoigne mais, vu la situation économique du Brésil (en 2015 le PIB brésilien avait baissé de 3,8 %), il le leur a déconseillé. Malgré ces avertissements, son frère prépare sa venue. PC croit que le Brésil s’en sortira et que, de toute façon, des options existent, « [...] simplement il faut des idées, il faut trouver le financement. » Il paraît clair que l’habitus a préparé le projet migratoire de P-C et continue de le pousser à aller de l’avant. Par ailleurs, plus le temps passe, plus il semble accumuler de la connaissance et de capitaux de divers ordres (social, symbolique, etc.). « Si mon frère arrive, c’est moi qui vais tout planifier. Disons que je connais déjà le terrain ». Ces réponses apportent une démonstration pratique de ce que Bourdieu nomme le poids des expériences familiales :

[...] à la différence des estimations savantes qui se corrigent après chaque expérience selon des règles rigoureuses de calcul, les estimations pratiques confèrent un poids démesuré aux premières expériences, dans la mesure où ce sont les structures caractéristiques d’un type déterminé de conditions d’existence qui, à travers la nécessité économique et sociale qu’elles font peser sur l’univers relativement autonome des relations familiales ou mieux au travers des manifestations proprement familiales de cette nécessité externe (e. g. interdits, soucis, leçons de morale, conflits, goûts, etc.), produisent les structures de l’habitus qui sont à leur tour au principe de la perception et de l’appreciation de toute expérience ultérieure[...] (Bourdieu, 2000, 260).

35Enfin, P-C a affirmé être toujours resté positif. Il est revenu sur son parcours victorieux, et pour cause : « Je suis rentré à la fac, ce qui est déjà bien. »

III/ Considérations finales

36 Avant d’interrompre l’entretien, P-C nous a fait part de son dernier souhait. « Une chose que je n’ai pas mentionnée. J’aimerais que ma petite amie, ma femme à moi, ma femme de cœur, j’ai laissé quelqu’un là... [Tu avais une petite amie en Haïti ?] Je dis pas petite amie, c’est ma femme [Mais tu n’étais pas marié ?] Ouais, on n’était pas allé à l’église mais on est comme marié, le mariage civil, on l’a fait. [Tu veux qu’elle te rejoigne ?] C’est difficile, c’est fou de vivre seul. C’est ce que je souhaite mais il n’y a pas encore la possibilité. »

  • 26 À la fin de 2016, nous avons appris que l’un de nos interwievés est parti au Chili.

37Ce dernier témoignage soulève plusieurs questions et nous incite à mener la réflexion sur les migrations actuelles bien au-delà des débats courants. Migrer est un fait historique et culturel chez les Haïtiens comme l’a demontré Handerson (2015). L’habitus de P-C semble le confirmer. Cela peut signifier que les Haïtiens installés au Brésil peuvent partir d’un moment à l’autre sans préavis, mais sans retourner obligatoirement en Haïti26. Le processus de migration permet d’acquérir des connaissances juridiques, administratives et de l’expérience du voyage. En un mot, il permet l’acquisition d’un capital de mobilité. Par ailleurs, l’expérience migratoire semble être émancipatrice : plus on migre, plus on se sent en mesure de le faire. En sens inverse, migrer ne signifie pas abandonner sa culture ou ses origines. Il peut paraître paradoxal de l’affirmer, mais l’intégration ne semble pas, comme c’était le cas jadis, synonyme d’assimilation, comme l’ont confirmé Portes et Rumbaut (2001 ; 2005) dans leur recherche sur la seconde génération d’immigrants aux USA. Des nouveaux liens sociaux, ni forcément territoriaux, ni forcément étatiques, se tissent comme il en est question dans les familles transnationales (Razy et Babbi-Collin, 2011). P-C entend garder « son » Haïti, sa famille, son amour, au Brésil. L’habitus guidant ses choix, le jeune P-C veut et peut se sentir intégré tout en sauvegardant ses relations sociales et sa culture d’origine. En résumé, l’envie d’aller ailleurs, voire de s’intégrer dans les nouvelles sociétés – par le travail, par la formation supérieure ou encore par les sociabilités religieuses – ne semble plus rétrécir l’individu. Au contraire, l’insertion sociale semble être capable d’élargir les capacités de l’individu, voire même les limites des sociétés d’accueil. L’acquisition de nouveaux types de capitaux qui s’en suit fait que migrer n’est plus un processus univoque. Voici à quoi peuvent ressembler les nouveaux parcours migratoires et les nouveaux modes de vie et d’intégration.

Haut de page

Bibliographie

AUDERBERT, Cédric. La diaspora haïtienne : Territoires migratoires et réseaux transnationaux. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2012.

BAENINGER, Rosana, SOUCHAUD, Sylvain. « Étudier les liens entre les migrations intérieures et internationales en suivant les trajectoires migratoires des Boliviens au Brésil ». Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 25, nº 1, 2009, p. 193-213.

BAENINGER, Rosana et. al. Imigração Haitiana no Brasil. Campinas : Ed da UNICAMP, 2016.

BENTOLILA, Alain, GANI, Léon. « Langues et problèmes d’éducation en Haïti » Langages, Ano XV, nº 61, 1981, p. 117-127.

BOURDIEU, Pierre. La Distinction. Critique sociale du jugement. Paris : Ed. Minuit, 1979.

BOURDIEU, Pierre. Esquisse d´une théorie de la pratique. Précédé de Trois Études d´Éthnologie Kabyle. Paris : Éditions du Seuil. Collection Point Essais, 2000.

BOURDIEU, Pierre. Le sens pratique. Paris : Les Éditions Minuit, 1980.

CAFFEU, Ana P., CUTTI, Dirceu. « Só viajar! Haitianos em São Paulo: Um primeiro e vago olhar ». Travessia. Revista do Migrante, Ano XXV, nº 70, 2012, p. 107-114.

CAISSE, Peter T. A vitalidade linguística dos crioulos do Haïti e da Luisiana. Master en Langues, Campinas, Universidade Estadual de Campinas, 2012. [Consulté le 05/03/2015] www.bibliotecadigital.unicamp.br/document/?code=000856753.

CARRERA, Gabriela B. « Pourquoi migrer ? Notes sur les vieilles et nouvelles blessures d’Haïti ». Cahiers Migratoires, nº 6, 2014, p. 15-32.

CAVALCANTI, Leonardo. « Novos fluxos migratórios: Haitianos, Senegaleses e Ganeenses no mercado de trabalho brasileiro », in GEDIEL, José A. P., GODOY, Gabriel G. de. (org.). Refúgio e Hospitalidade. Curitiba, Kairós, 2016, p. 231-248.

CAVALCANTI, Leonardo et al. (2017). A inserção dos imigrantes no mercado
de trabalho brasileiro. Relatório Anual
2017. Série Migrações. Observatório das Migrações Internacionais ; Ministério do Trabalho/ Conselho Nacional de Imigração e Coordenação Geral de Imigração. Brasília, DF : OBMigra.

CASTRO, Maria da C. G de, FERNANDES, Duval (coord.). Projeto « Estudos sobre a migração haitiana ao Brasil e diálogo bilateral ». [Consulté le 20/07/ 2015] www.migrante.org.br/index.php/migracao-haitiana2/252-projeto-estudos-sobre-a-migracao-haitiana-ao-brasil-e-dialogo-bilateral.

CLEMENS, Michael E. L’émigration est la meilleure solution pour les Haïtiens, 2010. [Consulté le 04/02/2015] www.slate.fr/story/17091/lemigration-est-la-meilleure-solution-pour-les-haitiens.

COGO, Denise. « Haitianos no Brasil: Comunicação e interação em redes migratórias transnacionais ». Chasqui – Revista Latinoamericana de Comunicación, nº 125, 2014, p. 23-32.

CONTIGUIBA, Geraldo C., PIMENTEL, Maria L. « Deslocamento populacional contemporâneo, língua e história : uma contribuição para os estudos sobre a imigração haitiana para o Brasil », in Vanessa P. R. Fernandez, André Gattaz. Imigração e imigrantes. Uma coletânea interdisciplinar. Salvador : Editora Pontocom, 2015, p. 181-208.

CONTIGUIBA, Geraldo C., PIMENTEL, Maria L. « Apontamentos sobre o processo de inserção social dos haitianos em Porto Velho ». Travessia. Revista do Migrante, Ano XXV, nº 70, 2012, p. 99-106.

COSTA, Gelmino A. « Haitianos em Manaus: Dois anos de imigração - e agora! ». Travessia. Revista do Migrante, Ano XXV, nº 70, 2012, p. 91-97.

D’ANDRÉA, Nicolas. « Recomposition régionale dans le Sud bolivien et migrations vers l’Argentine ». Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 23, nº 2, 2007, p. 2-9.

GODOY, Gabriel G. de. « O caso dos haitianos no Brasil e a via da proteção humanitária complementar », in Guilherme A. Almeida, André de C. Ramos RAMOS, Gilberto Rodrigues (org.). 60 anos de ACNUR : perspectivas de futuro. São Paulo, Editora CL-A Cultural, 2011, p. 45-68.

HANDERSON, Joseph Diáspora. As dinâmicas da mobilidade haitiana no Brasil, no Suriname e na Guina Francesa. Doutorado em Antropologia, Rio de Janeiro, Universidade Federal do Rio de Janeiro, 2015.

LIBERONA, Nanette. « Nouvelles migrations sud-américaines au Chili : Rapports de sexe, classe, et “race” en santé ». Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM , vol. 22, 2011. [Consulté le 13/03/2016] www.alhim.revues.org/4117.

LOMBART, Marie, KEVIN, Pierrat, REDON, Marie. Port-au-Prince : un « projectorat » haïtien ou l’urbanisme de projets humanitaires en question. Cahiers d´Amérique Latine, nº 75, 2014, p. 96-123.

LOUIDOR, Woody E. Uma história paradoxal, in SANTIAGO, Adriana (org.). Haiti por si: a reconquista da independência roubada, Fortaleza, Expressão Gráfica e Editora, 2013, p. 13-31.

LUCENA, Laryssa L. M de. « O Brasil e a MINUSTAH – ou a busca de novos parâmetros para uma política externa brasileira “altiva” e “ativa” em operações de paz das Nações Unidas ». Século XXI, vol. 5, nº 1, 2014, p. 129-149.

METZNER, Tobiás. « La migration haïtienne vers le Brésil : étude dans le pays d’origine », Cahiers Migratoires, nº 6, 2014, p. 33-50.

OLIVEIRA, Antônio T. R. de (2017). Características da imigração regular no Brasil: um olhar através dos registros administrativos. Relatório Anual 2017 : a inserção dos imigrantes no mercado de trabalho brasileiro. Série Migrações. Observatório das Migrações Internacionais ; Ministério do Trabalho/ Conselho Nacional de Imigração e Coordenação Geral de Imigração. Brasília, DF : OBMigra, p. 44-64. [Consulté le 4/3/2018] http://obmigra.mte.gov.br/index.php/relatorio-anual.

OLIVEIRA, Márcio de. « Imigrantes haitianos no estado do Paraná em 2015 », in GEDIEL, José A. P., GODOY, Gabriel G. de. (org.). Refúgio e Hospitalidade. Curitiba : Kairós, 2016, p. 249-276.

PERES, Roberta (coord.). De norte a sul: imigração haitiana no Brasil. Diagnóstico de Pesquisa de Campo. Campinas : NEPPO/UNICAMP, 2015, s. p.

PORTES, Alejandro, RUMBAUT, Rubén G. Legacies: the story of the immigrant second generation. Berkeley, CA, University of California Press/Russell Sage Foundation, 2001.

PORTES, Alejandro, RUMBAUT, Rubén G. « Introduction: the second generation and the children of immigrants longitudinal study ». Journal of Ethnic and Racial Studies, 28 (6) : 983-999, 2005.

RAZY, Élodie, BABY-COLLIN, Virginie. « La famille transnationale dans tous ses états ». Autrepart 2011/1 (n° 57-58), p. 7-22.


Resenha de Imprensa Haitianos no Brasil, 2010-2013. [Consulté le 10/08/2015] www.migrante.org.br/images/arquivos/resenha-de-imprensa-2013.pdf.

RODRIGUES, Luiz C. B. Francês, crioulo e vodu : a relação entre língua e religião no Haïti. Tese de Doutorado, Rio de Janeiro, Universidade Federal do Rio de Janeiro, 2008.

ROSA, Renata de M. Subjetividade e subversão do racismo: um estudo de caso sobre os haitianos na República dominicana. Revista Interdisciplinar da Mobilidade Humana/REMHU, Brasília, v. XVIII, nº 34, 2010, p. 99-112.

ROSA, Renata de M. « As contradições da política migratória brasileira contemporânea: algumas reflexões a respeito das políticas públicas para os migrantes haitianos », in BOTEGA, Tuíla, VASCONCELOS, Ana M. N. (org). Política migratória e o paradoxo da globalização. Porto Alegre : EdPUCRS, 2015, p. 53-74.

SÁ, Patrícia R. C. de. « As redes sociais de haitianos em Belo Horizonte : análise dos laços relacionais no encaminhamento e ascensão dos migrantes no mercado de trabalho. » Cadernos Observatórios das Migrações, vol. 1, nº 3, 2015, p. 99-127.

SILVA, Sidney A. « Brazil, a new Eldorado for Immigrants?: The Case of Haitians and the Brazilian Immigration Policy ». Urbanities, 3(2), 2013, p. 3-18.

SOUCHAUD, Sylvain. « A visão do Paraguai no Brasil ». Contexto Internacional., vol. 33, nº 1, 2011, p. 131-153.

TÉLÉMAQUE, Jenny. Imigração haitiana na mídia brasileira: entre fatos e representações. Monografia de Conclusão de Curso de Comunicação Rio de Janeiro, Universidade Federal do Rio de Janeiro, 2012.

THOMAZ, Diana Z. « Migração haitiana para o Brasil pós-terremoto : indefinição normativa e implicações políticas ». Primeiros Estudos - Revista de Graduação em Ciências Sociais, nº 4, 2013, p. 131-143.

VALLER FILHO, Wladimir. O Brasil e a crise haitiana: a cooperação técnica como instrumento de solidariedade e de ação diplomática. Brasília, FUNAG, 2007.

ZEFERINO, Marco A. P. Os Haitianos à luz do Direito Internacional dos Direitos Humanos e da Soberania Estatal: deslocados ou refugiados ambientais? Dissertação de Mestrado, Ribeirão Preto, Universidade de Ribeirão Preto, 2014.

Haut de page

Notes

1 Excepté le nombre de naturalisés résidants au Brésil cette année-là. Pour plus de détails, voir le site de l’Institut Brésilien de Géographie et Statistiques (IBGE) https://seriesestatisticas.ibge.gov.br/series.aspx?vcodigo=CD105.

2 Il est question de latino-américains originaires de Bolivie, Colombie, Cuba, Équateur, Mexique, Paraguay, Pérou, et Venezuela. Les cas d’immigrants sud-américains venus de l’Argentine, du Chili et de l’Uruguay dans les années 1980 est à mettre en relation aux régimes militaires et à l’exil.

3 Les chiffres ont été publiés par Lobo, Matos et Soares (2015).

4 Ces chiffres ne tiennent pas compte des sorties. Pour plus de détails, voir Oliveira (2017: 51).

5 La MINUSTAH a été créée par la résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU, en février 2004 afin de rétablir la sécurité et la normalité institutionnelle du pays après plusieurs épisodes de troubles politiques et de violence qui culminèrent avec le départ en exil du président Jean Bertrand Aristide (Ministère de la défense, disponible à http://www.defesa.gov.br/relacoes-internacionais/missoes-de-paz/o-brasil-na-minustah-haiti. Accès le 27/02/2016). Pour plus de détails, voir Valler Filho (2007), Godoy (2011) et Lucena (2014).

6 Il s’agit d’une enquête nationale sur 1.043 étrangers, dont 280 Haïtiens, résidant dans les états de São Paulo, d’Amazonas, de Rondônia, de Santa Catarina et du Rio Grande do Sul. L’enquête a eu lieu entre juillet 2014 et juillet 2015.

7 Voir le site www.acesso.mte.gov.br/obmigra/home.htm

8 Certains de nos interviewés ont fait état des fréquentes inondations dans leur ville natale de Gonaïves.

9 Handerson (2015) liste plusieurs expressions employées en langue créole pour décrire les diverses types de migration.

10 En janvier 2012, la résolution n° 97, du Conseil National de l’Immigration (CNIg) à créé le « visa humanitaire ». Il a permis l’entrée légale au Brésil d’immigrants haïtiens au motif que le Brésil ne saurait « tourner le dos » à Haïti. Cette mesure était applicable pendant deux ans, mais elle a été depuis prolongé sans cesse.

11 P-C sont des initiales fictives.

12 La langue courante en Haïti est le créole (Bentolila 1981; Caisse, 2012). La totalité de la population parle le créole tandis que, selon de données de 1981, entre 15  et 20 % de la population parlait le français.

13 Nous avons volontairement voulu matérialiser par la mise entre crochets [ ], les doutes, réflexions et apartés surgis au cours de la transcription.

14 Cela vaut aussi bien pour l’oral que pour l’écrit.

15 En effet, l’une des premières questions demandées à n’importe quel migrant est toujours la raison de sa présence ailleurs.

16 À ce moment précis, nous lui avons demandé de confirmer qu’il s’agissait bien d’un ami fictif. Il nous a semblé embarrassé par la demande. Sans être vraiment convaincant, il a pourtant maintenu que l’ami était bien réel, qu’il comptait bien partir au Brésil. Il avait finalment dû renoncer, raison pour laquelle il avait pris sa place.

17 Les deux états de la région nord, l’Acre et l’Amazonas, ont représenté 47,24 % des entrées en 2011, 81,68 % en 2012, 58,08 % en 2013 et 35,58 % en 2014. L’entrée se faisait aussi bien par la Colombie que par l’Équateur, dans un trajet qui traversait parfois le Venezuela. À ce propos, voir également Silva (2015).

18 Il est à noter ici que l’entretien a été entièrement mené par le tutoiement. Néanmoins, par moment, il m’a vouvoyé.

19 Il s’agit d’un nom fictif.

20 « […] sans supposer la visée consciente des fins et la maîtrise expresse des opérations nécessaires pour les atteindre et, étant tout cela, collectivement orchestrées sans être le produit de l’action organisatrice d’un chef d’orchestre. »(Bourdieu, 2000, 256)

21 Selon lui, le patron a été d’accord pour l’embaucher sans être déclaré.

22 Il s’agit de bourses accordées pour des projets dits « de extensão » (pour la communauté). La valeur actuelle de cette bourse est de R$ 400,00 par mois, pas loin de la moitié du salaire minimum national. Pour plus de détails, voir le site http://www.prograd.ufpr.br/portal/manualacademico/bolsas/

23 Des exemples d’images négatives sur les étrangers aujourd’hui peuvent être consultés sur plusieurs sites dont http://www.migrante.org.br/migrantes

24 Il est à souligner qu’à l’opposé des données officielles qui nous présentent le peuple haïtien comme majoritairement catholique, nous avons rencontré un nombre important d’Haïtiens de confession évangélique, de l’ordre de 65 % du total.

25 La « Pastorale » de Curitiba compte dans ses rangs, depuis plusieurs années, des prêtes haïtiens qui servent d’interlocuteurs de la communauté. La presse fait régulièrement état du travail des prêtres Gustot et Agler, ce dernier actuellement en charge de la Pastorale. Lors de notre enquête, nous avons interviewé le Père Agler. Pour plus de détails sur le travail d’accueil de la Pastorale, voir le site http://pastoraldomigranteregionalsul.blogspot.com.br/p/contatos.html ou encore sa page sur facebook.

26 À la fin de 2016, nous avons appris que l’un de nos interwievés est parti au Chili.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Márcio de Oliveira, « P-C La trajectoire d’un jeune Haïtien au Brésil : habitus immigrant, distinction et capital », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], Hors thème, mis en ligne le 15 avril 2019, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/orda/4556 ; DOI : https://doi.org/10.4000/orda.4556

Haut de page

Auteur

Márcio de Oliveira

Université Fédérale de Paraná (Brésil)
marciodeoliveira62@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search