Navegação – Mapa do site

InícioLes + de l'ORDACoin des curiositésResistir às normas e enfrentar o ...Women and the crisis in Venezuela

Resistir às normas e enfrentar o backlash: gênero sexualidade nas Américas

Women and the crisis in Venezuela

An online conversation between Luisa Elena Molina and special issue editor Michael Stambolis-Ruhstorfer
Luisa Elena Molina

Notas da redacção

In the process of organizing this special issue, I had the great fortune to interact with Dr. Luisa Elena Molina about a manuscript. Our email exchange lasting over a year, made clear how difficult life in Venezuela has become. Yet despite regular power outages, shortages in basic necessities, and other issues stemming from political upheaval, Dr. Molina sent me messages documenting her experiences in the field while also carrying out academic service duties for the journal. These behind the scenes elements of editing this special issue merit our attention. Research is always contingent on material circumstances that reflect power dynamics on all scales, from interpersonal to geopolitical. That Dr. Molina continued to send updates in those rare windows with electricity and an internet connection is a testament to her determination as a scholar committed to improving people’s lives. Editing this special issue in comfort and safety in Europe brought into stark contrast the inequalities of our situations and my privilege. With Dr. Molina’s permission, I share here some of her notes and photographs related to her fieldwork in Venezuela and documenting the realities of conducting research and living in challenging circumstances. Bringing this story into focus is one small way I can thank her. What follows is a selection of Dr. Molina’s email updates, which I leave in their original French but edit for clarity.

Texto integral

Travail associatif dans le Barrio La Vega à Caracas

Travail associatif dans le Barrio La Vega à Caracas

Une réunion au Centro Gumilla

Luis Elena Molina, juin 2019

I/ avril 2018

1Je suis encore au terrain avec une étudiante qui est en train de faire sa thèse. La production de canne à sucre, comme la plupart des activités, a connu une chute énorme. Ceci est l’un des rares centres de transformation industrielle qui restent en activité à presque pleine capacité installée. J’écrit depuis mon téléphone je m’excuse des fautes. Je vous tiens au courant pour vous envoyer mon l’article sur la situation ici. 

2Le panne d’électricité continue et en plus cela a endommages m’on disque dur. Cela m’a fait perdre trois fois mon travail encours… C’est franchement assez terrible, ce que nous vivons, mais on continue de travailler avec force et avec l’espoir de voir un changement. La faim, la famine, le manque de médicaments s’accroissent alors qu’en même temps certaines personnes bien placées continuent de bien vivre. Cela nous affecte à tous. C’est très triste. Mais en travaillant on oublie un peu et on peut récupérer les forces et le sourire chaque matin.

II/ mai 2018

3Bonne semaine, je vous serais reconnaissante si vous me permettez de parler de cette situation dans le numéro spécial. Notre situation est d’une grande souffrance et la famine s’étend avec une vitesse incroyable. Dans les files dont les personnes se tassent pour acheter de produits à des prix contrôlés, les femmes étaient dominantes. La situation a changé un peu et se sont les personnes âgées et les femmes qu’y se trouvent en ce moment dans les foyers les mères, mais aussi les parents ont diminué leur niveau de consommation en faveur des enfants. Je t’envie toute de suite un rapport sur la situation en août 2016 dont j’ai déclaré par CNN internationale et dans un journal que nous étions en condition de crise humanitaire et alimentaire1. J’ai fait cette affirmation à partir de indicateurs mais aussi de rencontres et des entrevues que j’ai fait pendant plus de 10 mois.

4J’essaie d’avancer mais nous avons au Venezuela depuis plus de trois semaines une crise sévère du service d’électricité. Chaque jour nous avons des coupures qui durent 12 heures ! Ca réduit beaucoup de temps dont nous disposons pour travailler. En plus, dans ces conditions on ne peut rien planifier. Le calendrier devient imprévisible. Ça fait partie de nos pénuries et de la triste réalité que nous vivons. Pourtant, rassurez-vous, je travaille et je vous envoie le texte le plus tôt que possible.

III/ juillet 2018

5Les manques d’électricité et les travaux de terrain que j’ai dû faire m’ont retardé dans l’accomplissement de ce devoir pour mon texte pour toi. Ici la situation est de pus en plus insupportable et grave. Je vais t’envoyer des photos. La tristesse de voir le pays en miettes est trop difficile à gérer. On pourrait écrire une lettre à Gabriel García Márquez pour lui raconter comment ici les gouvernants on fait la magie d’utiliser les plus hautes ressources disponibles pour « construire » l’implosion d’un pays et pour faire effondrer l’espoir. Ici jamais nous avons vu des gens se déplacer par les routes à pied ou dans des camions, comme de bêtes. Les personnes prennent en ce moment des camions pour aller au travail, pour se mobiliser.

6Cela est une de choses plus humiliantes que j’ai vu dernièrement, Michael. Le transport publique s’ajoute à la crise alimentaire, de santé et de rareté. Chaque jour est un défi à surmonter.

7Je viens de voir les routes entre les principales villes du pays en complète solitude. Les routes qui étaient toujours congestionnées, au centre du pays, dont les industries et la concentration de la population est la plus importante sont presque vides. Cela est un indicateur de la paralyse du secteur productif car il n’as pas de mobilisation de produits, et de la paralyse de la population car les voitures privés et le transport publique sont aussi absents sur les routes. Je n’avis jamais vu ça chez nous.

8Au-delà des rôles sociaux ou économiques que jouent les femmes dans le monde, autant les mères, que les pères, jouent un rôle central dans la vie sentimentale et physique des membres de la famille, plus particulièrement pour les enfants et les personnes âgées. Alors imagine toi le niveau d’angoisse et de tristesse que monte en flèche avec la rareté de nourriture, dans un pays dont cela n’as pas fait partie de notre expérience. Donc les gens attendent dans des queues interminables pour se procurer un ou deux kilos de farine. Nous vivons dans un état de guerre intérieure dont les représentants de la dictature en démocratie (!) jouent leurs cartes sans respect pour la vie et les droits humains.

9Je te jure que j’écris mes pages avec trop de chagrin. Je n’avais pas vue dans toute ma vie une situation comme celle qui se produit en ce moment, dans notre pays. Pourtant, en même temps, je travaille sur une recherche qui porte sur des entreprises et de producteurs qui font des efforts incroyables pour continuer à produire des aliments, en faisant des efforts de résilience admirables pour survivre, avec un respect profond pour promouvoir et maintenir la qualité et sécurité des aliments, le respect aux employés et leurs conditions de bienêtre et le respect de l’environnement.

IV/ octobre 2018

10Notre situation se dégrade en vitesse et elle est d’autant plus grave lorsque la dictature avance.

V/ mars 2019

11Cher Michael, nous n’avons ni électricité ni internet ni Whatsapp depuis 2 jours. Chez moi il n’y as pas de gaz depuis 15 jours. Donc c’est difficile. Mais je viens de charger le téléphone chez une amie qui a un appareil de recharge dans son négoce. Il semblerait que la coupure d’électricité durera encore au moins deux ou trois jours. Nous ne savons rien sur ce qui se passe. Le téléphone capte très mal, mais j’ai pu communiquer avec mon fils aujourd’hui. C’est sa fête. Je vais bien.

12Cher Michael, pas encore d’internet sur mon ordinateur. C’est pourquoi je ne peux l’envoyer. depuis mon je ne peux pas le faire non plus. Ils ont dit que cette semaine peut être le service sera rétablie. Je peux t’envoyer par ici de photos et des entretiens que j’ai faits si tu veux pour avancer. Aujourd’hui j’ai fait un entretien très triste. Une femme ayant été diagnostiqué avec du cancer depuis un an. Elle n’as pas reçu de traitement. Elle m’a dit je pense que c’est un rhume pour maintenir ma morale... Elle reçoit l’aide d’une ONG familiale que je commente dans mon petit texte. Avec ça elle mange. Aujourd’hui elle été en train d’aider des femmes et la famille qu’amène chaque jeudi de la nourriture aux patients d’un hôpital car le réseau publique ne sert pas de nourriture aux patients, sinon dans de quantités dérisoires, par exemple deux cuillères de riz pour le déjeuner ! Si j’ai bien dit : deux cuillères !

VI/ juin 2019

13Voici quelques images de travaux que j’ai faites cette semaine au terrain dans une organisation qui s’appelle Gumilla et des écoles du programme Y Alegría qui est un référent majeur dans l’éducation dans des barrios comme celui des images que je t’envoie. L’un de plus grands et connus à Caracas qui s’appelle La Vega. Le travail des femmes au sein de cette organisation est important et vraiment remarquable. L’organisation prône non seulement pour combler des besoins alimentaires parce que la crise se prolonge, mais pour bien nourrir. Elles travaillent aussi pour donner aux enfants une éducation d’excellence, pour mener des actions de paix et de réconciliation au sein du barrio et pour former du point de vue politique et sociale les habitants, afin de leur accorder une autonomie décisionnelle avec une connaissance profonde leur permettant de prendre leurs décisions dans ce contexte de crise majeure, mais aussi dans un contexte sans pitié. Voici un lien vers un entretien que j’ai fait à ce sujet2. Cela veut dire que l’organisme se voit comme une institution que promue la formation et l’action à trois niveaux : individuel, communautaire et avec une politique et action sociale. Cette organisation compte aussi avec une revue qui s’appelle SIC qui a 60 ans et le mouvement de formation Fe y Alegría a 50 ans. Les programmes de formation de leader, le programme de formation dans les barrios et dans les communautés, le conseil de la revue sont très respectés par les intellectuels et les pairs universitaires. Tout ça se repose surtout sur la participation des femmes très engagées, comme tu le vois dans les photos d’une table ronde de travail dont j’ai été invitée pour parler de la crise humanitaire en alimentation et santé dans le cadre de la crise majeure dont le modèle politique est à la base des causes structurelles de la crise et de son ampleur. L’organisation Gumilla a été fondée par les jésuites que travaillent depuis l’approche de la théologie de la libération dont le changement des causes structurelles de la pauvreté et la marginalisation sociale et un centre de leurs activités de recherche action. Leurs travaux s’étendent à l’échelle nationale non seulement avec les écoles, mais aussi avec des programmes de formation politique et sociale. Tu n’imagines pas l’admiration que j’ai sentie par ce que j’ai pu constater et entend lors de la visite que j’ai faite pendant cette semaine. J’ai pu entendre et voir de première main leurs travaux de développement humain et la fierté des femmes de la communauté qu’y participent d’une façon humaniste et respectueuse de la dignité et de la liberté de choix. En fait même si l’organisation est née au sein des œuvres des jésuites, des gens de n’importe quelle orientation religieuse ou politique, même de personnes agnostiques, y participent. Pour mieux connaître mes travaux, tu peux voir ces deux chapitres3

Travail associatif dans le Barrio La Vega à Caracas

Travail associatif dans le Barrio La Vega à Caracas

Membres de l’assocation Gumilla

Luis Elena Molina, juin 2019

Topo da página

Índice das ilustrações

Título Travail associatif dans le Barrio La Vega à Caracas
Legenda Une réunion au Centro Gumilla
Créditos Luis Elena Molina, juin 2019
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/4927/img-1.jpg
Ficheiros image/jpeg, 2,7M
Título Travail associatif dans le Barrio La Vega à Caracas
Legenda Membres de l’assocation Gumilla
Créditos Luis Elena Molina, juin 2019
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/4927/img-2.jpg
Ficheiros image/jpeg, 4,2M
Topo da página

Para citar este artigo

Referência eletrónica

Luisa Elena Molina, « Women and the crisis in Venezuela », L'Ordinaire des Amériques [Online], Coin des curiosités, Resistir às normas e enfrentar o backlash: gênero sexualidade nas Américas, posto online no dia 15 julho 2019, consultado o 13 maio 2021. URL : http://journals.openedition.org/orda/4927

Topo da página

Autor

Luisa Elena Molina

Centro de Investigaciones Agroalimentarias
Universidad venezolana de los Andes de Mérida
lemolina.ula@gmail.com

Topo da página

Direitos de autor

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Topo da página
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Pesquisar OpenEdition Search

Você sera redirecionado para OpenEdition Search