Navigation – Plan du site

AccueilLes + de l'ORDACoin des curiositésInégalités environnementales dans...A la découverte d’une Réserve de ...

Inégalités environnementales dans les Amériques

A la découverte d’une Réserve de Biosphère : Mapimí au cœur du désert de Chihuahua (Mexique)

Alexandra Angéliaume-Descamps, Gérard Briane, Victor Reyes et Zoé Wurtz

Le ricon se décompose en 1 texte introductif et 7 planches de photos par thèmes illustrant le texte

Texte

Issu du Programme Biologique International de l’UNESCO de 19711, le programme MaB (Man and Biosphère) donne naissance à un réseau mondial qui a pour but de tester des sites de Développement Durable et d’apprentissage par l’échange - les Réserves de Biosphère (RB) -, pour « Etudier et faire connaitre des voies de développement humains respectueux des ressources naturelles ». Les premières réserves voient le jour en 1976. Il s’agit de zones peuplées où sont développées des actions de recherche et de formation en faveur d’un Développement Durable. Plusieurs grands congrès établissent et régissent les fondements de ces formes d’espaces protégés : en 1984 le Congrès de Minsk, en 1995 le Congrès de Séville, en 2008 le 3e Congrès de Madrid et en 2016 le 4e Congrès de Lima introduisant les RB marines et les RB urbaines. Actuellement, on dénombre 686 RB dans le monde dans 122 pays (UNESCO, 2018), dont 130 dans 21 pays d’Amérique latine et des Caraïbes. Aujourd’hui le Mexique qui figure parmi les 5 pays du monde présentant la plus grande biodiversité compte 45 réserves de biosphère2 directement intégrées dans sa politique de gestion des espaces protégés (au même titre que les Parc Nationaux), mais son implication dans le concept et sa mise en œuvre vont bien au-delà…

Le Mexique a joué un rôle essentiel dans l’histoire du programme MAB en introduisant dès 1974 l’idée de « développement de réserves pour les hommes » et l’émergence de « la Propuesta Mexica ». Longtemps ont prévalu les parcs à forte biodiversité et excluant les populations. Au cours des années 1970 émerge une nouvelle forme d’aire protégée, habitée, qui cherche à concilier la présence de l’homme et de la nature avec une gestion soutenable des ressources. Ce concept est initié par Gonzalo Halffter, chercheur à l’INECOL, Instituto de Ecología du Mexique, qui est par ailleurs le « père fondateur » des Réserves de Biosphère au Mexique et plus particulièrement de l’origine des deux premières réserves du territoire : Mapimí et La Michilla.

La Réserve de Mapimí voit le jour suite à un évènement insolite : en 1970 une capsule militaire américaine chute dans le cœur du désert de Chihuahua, donnant naissance au Mythe de la « Zona del Silencio ». Cette zone est en effet identifiée comme le siège d’activités paranormales et serait le cœur d’anomalies magnétiques ; des phénomènes étranges qui ont donné libre cours aux croyances les plus diverses et attirés une fréquentation abondante, désordonnée et dégradante pour l’environnement. Cette période est associée à l’arrivée de convois américains, d’allées-et-venues, à un extractivisme extrême lié à une fréquentation sauvage et débouche sur la prise de conscience de la dégradation environnementale générée et la volonté de protéger le site, puis sur la mise en place de la réserve et le développement de l’écotourisme. La tortue du désert - Gopherus flavomarginatus - en deviendra le symbole emblématique. Ce reptile d’origine marine ayant vécu une longue adaptation est en effet particulièrement menacé du fait du prélèvement de sa carapace pour réaliser des objets d’ornement, de la consommation de sa chair ou tout simplement de son utilisation comme animal d’agrément.

  • 3 Littéralement « poche », désigne un territoire

La région de Mapimí, bien que située au cœur du désert Chihuahuense, a connu une histoire riche dont témoignent les peintures rupestres, traces des premiers habitants ou les pointes de flèches égarées dans les sables. Les indiens Tobosos, Cocoyomes, Tepehuanes ou Irritila sillonnèrent ces terres désertiques. Mais c’est la colonisation espagnole qui va entrainer un peuplement sédentaire au cœur du bolsón seco de Mapimí3. Entre le XVIe et le XIXe siècle, la région "chichimèque" est progressivement peuplée : les Haciendas et les mines se développent avec un élevage équin à destination des mines mais ces activités restent extensives en raison de la présence indienne. Au début du XIXe, les Apaches et les Comanches, mis sous pression par la colonisation du Texas, appuient les révoltes des populations indigènes locales par des incursions à partir du nord. Pendant tout le siècle, les Comanches en particulier, sillonnent le bolsón pour voler le bétail des Haciendas et fuir les troupes militaires qui les pourchassent ralentissant la colonisation générale de la région. Vers 1850 à la mort du chef indigène Patule Grande, les Haciendas s’installent plus durablement développant un élevage extensif de chevaux et de mules destinées à transporter les charges de minerais, mais aussi à construire les canaux pour conduire l’eau nécessaire au fonctionnement des mines d’or, d’argent et de cuivre. C’est aussi à cette époque que s’implantent les premières exploitations salines. La Révolution Mexicaine laissera aussi quelques traces dans l’histoire locale, il se dit que l’Empereur Maximilien y aurait caché son trésor au cours de sa fuite ou encore que Pancho Vila y aurait séjourné.

A partir des années 1960 des changements notables s’initient : l’élevage se diversifie avec de nouveaux arrivants originaires de Chihuahua, Durango ou Zacatecas qui introduisent l’élevage bovin extensif et de nouvelles formes de propriétés – collectives - apparaissent : les éjidos. La notion d’éjido est une spécificité mexicaine. L’éjido correspond à une forme de propriété collective attribuée à un groupe de paysans pour y effectuer des travaux agricoles. Ils apparaissent suite à la Révolution mexicaine de 1917 dont ils constituent une revendication majeure et se substituent aux Haciendas permettant ainsi une redistribution des terres. Le gouvernement mexicain en fera usage encore de longues années utilisant cette forme d’attribution de la terre pour déplacer des paysans sans terre vers des zones dépeuplées afin d’en assurer l’aménagement et le développement : à l’exemple du Fundo Candelerio qui permit le déplacement de paysans pauvres de la région de Zacatecas vers le bolson pour y développer les activités d’élevage. C’est de ce mouvement migratoire que sont issus certains éjidatarios de Las Tortugas. En 1992 une nouvelle réforme ouvre la possibilité de dissoudre les éjidos et d’attribuer la possession de la terre aux paysans qui en font l’usage. Dans la réserve, les éjidos n’ont pas été dissous et sont au contraire restés très actifs, caractérisés par des clôtures ceinturant des terres ejidales et par un accès très contrôlé et restreint au seul membre de l’éjido, ce qui constitue à la fois un atout rendant la réserve peu accessible mais aussi un inconvénient pour la circulation du bétail en période de sècheresse et de recherche de point d’eau et de fait une source de conflits. Les éjidos de la réserve se consacrent à l’élevage des bovins, animaux destinés à l’exportation vers les Etats Unis, comme au sein des éjidos de La Flor, Las Tortugas ou Los Alamos. Les conditions de vie y sont particulièrement difficiles en particulier lors des épisodes de sècheresses, sécheresses qui semblent prendre plus d’importance ces dernières années et renvoient vers une image « très noire du futur ». Certains ont trouvé une solution dans une migration provisoire aux Etats Unis, mais l’attachement à la terre et au désert les a conduits à revenir, ce qui n’est pas le cas des plus jeunes.

Dans ce tableau, l’ejido de la Flor fait figure d’exception : l’ouverture vers l’écotourisme et le tourisme à la ferme a permis de développer une activité qui permet des conditions de vie correctes, les enfants partis à la ville pour étudier reviennent et s’engagent dans le prolongement de l’activité. Plusieurs actions sont en cours en collaboration avec la CONANP (Comisión Nacional de Áreas Naturales Protegidas) telles que la restauration des sols et la mise en place de pâturage constitués de plantes natives, ou encore la valorisation des productions via par exemple la labélisation d’une viande organique et l’exploitation extensive de sel… mais la vulnérabilité des agriculteurs reste forte : les plus anciens s’adaptent et les jeunes partent mettant en péril le maintien de l’activité dans la réserve.

Parmi les activités qui permettent à la réserve de maintenir un rayonnement figure l’accueil et la sensibilisation environnementale. Eduquer à l’environnement constitue un des principaux objectifs des réserves de biosphère, dans la continuité de leurs objectifs de recherche scientifique et de préservation et développement associé. Dans la Réserve de Mapimí, la surfréquentation touristique des années 1980-90 avec ses déchets et ses prélèvements de tortues ou de plantes a très tôt donné un sens essentiel à cet objectif du Réseau Man and Biosphère. A Estacion Carillo, les acteurs de la réserve – la CONANP et les femmes regroupée en association - ont su initier une dynamique de collecte et de stockage des déchets ou de suivi des espèces invasives. Concernant les eaux usées, problème fort dans ces espaces ruraux reculés où l’essentiel de l’eau d’alimentation vient des puits et où les eaux usées sont directement rejetées dans l’environnement, l’association de la Flor a mis en place des toilettes sèches pour les touristes, la collecte et le traitement des eaux usées via une station d’épuration unique localement. Mais c’est à travers les enfants et jeunes que l’on espère impacter le plus l’avenir : avec l’accueil d’enfants des écoles de la région ou d’étudiants d’université de tout le pays.

Gestionnaire du site de la RBM depuis 2000, la CONANP apparait comme l’acteur privilégié des actions de conservation et d’aide au développement des activités. Son statut de gestionnaire lui confère aussi une légitimité dans la prise de décision et son rapport avec les communautés ainsi que la possibilité de mise en œuvre de démarches collectives. Dans le cadre de la lutte contre la désertification engendrée par le surpâturage et les conditions climatiques de plus en plus contraignantes, la CONANP a engagé un vaste programme de restauration les sols, de la ressource en eau et des herbages sur l’ensemble de la zone protégée, un programme participatif emblématique. Les actions portent aussi sur la protection des espèces, le recensement des espèces invasives ou encore le contrôle de la fréquentation touristique. La participation des communautés reste essentielle comme pour le suivi de la fréquentation du territoire en lien avec les éjidos. Les aides au développement ou simplement au maintien des activités déjà en places sont tout aussi importantes comme l’aide à un programme de carne organica, viande bio pour améliorer les revenus des agriculteurs et leur assurer une pérennité.

  • 4 LTER

Par ailleurs, l’avenir de la réserve reste conditionné par le changement climatique on l’a vu avec les fortes sécheresses des dernières décennies et donc l’intégration de ce facteur dans les modalités de gestion et les actions d’aménagement (murets en pierres ou dunes artificielles en demi-lune pour retenir l’eau et4 favoriser la repousse de la végétation). Au final, la perception de ces actions par la population est globalement positive, même s’il reste encore des attentes fortes et des tensions liées à des relations complexes entre les acteurs usagers.

  • 5 Endoréique : qualifie un milieu dont l’écoulement des eaux n’atteint pas la mer mais se déverse dan (...)

Le dernier volet emblématique des Réserve de Biosphère est la recherche. Depuis la mise sous statut de Réserve de Biosphère, cette partie du désert est l’objet de diverses études. Les travaux d’investigations scientifiques commencent au sein de la réserve dès les années 1976 avec l’installation de la station de recherche INECOL, Institut National d’ECOLogie, puis se renforce au cours des années 1980-90 avec l’implication de l’ORSTOM, Office de la Recherche scientifique et technique des Territoires d’Outre-Mer, aujourd’hui IRD, Institut de Recherche et Développement. Ils se poursuivent et s’inscrivent actuellement dans des réseaux nationaux ou internationaux tel que le Red Mexicana de Investigación Ecológica a Largo Plazo, réseau mexicain d’investigation en écologie, s’intégrant au réseau international LTER (Long-Term Ecosystem Research). Ce réseau regroupe 40 pays membre sur tous les continents, avec de multiples sites de suivis permanents permettant la production de données, un réseau qui se réunit régulièrement pour présenter ses résultats et échanger sa vision sur les différents sites. L’objectif de ces travaux est de « mieux connaître la biosphère » et plus spécifiquement dans le cas de Mapimí, le fonctionnement de cet écosystème endoréique5, la spécificité et la dynamique de la faune et de la flore, l’impact des pratiques pastorales ou encore l’impact du changement climatique.

En 2015, après la découverte inattendue de cette réserve et de ses habitants grâce à nos collègues chercheurs mexicains est né le projet de ressource UVED (Université Virtuelle de l’Environnement et du Développement Durable)6, un projet pédagogique appuyé sur une ressource audio-visuelle7. Cette ressource a pour objectif de faire découvrir à la fois un socio-écosystème unique et exceptionnel, mais aussi d’apporter un éclairage sur le concept de RB en particulier avec les témoignages du professeur Gonzalo Halffter et de Catherine Cibien du MaB France. A partir de presque 40 ans de recul, dans un contexte de fortes pressions anthropiques et de changements globaux marqués, nous avons essayé de dresser un tableau de la situation de la réserve de Mapimí, une des premières Réserve de Biosphères (RB) mise en place à partir des années 1970 sous l’égide de l’UNESCO dans le cadre du programme MaB. Mais cette ressource apporte surtout un éclairage sur une communauté et un environnement exceptionnel. Le tournage réalisé en mars/avril 2016 nous a permis de partager puis de faire connaître la biodiversité et les paysages exceptionnels du désert, de rencontrer des habitants passionnés, amoureux de leurs terres et pourtant soumis à des conditions de vie rude en quête de solutions. Le statut de Réserve de Biosphère constitue une opportunité, certes, une source d’espoir, certainement, un objet d’attentes perpétuelles…

Planche 1. Le Mexique au cœur du programme MAB « Man and Biosphère » de l’UNESCO

1. Inauguration de la Réserve de Mapimí en présence de Gonzalo Halffter et du Gouverneur de l’Etat, 1974

Image 100000000000012C000000E6DED3E1BBF1373907.jpg

Crédit Victor Reyes

2. La tortue du désert (Gopherus flavomarginatus)

Image 1000000000000708000004B06C29EE373F1D09E7.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

3. Panneau routier à l’entrée de la Réserve

Image 1000000000000708000004B0BF7C690C721E4447.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

4. Panneau indiquant la « Zona del silencio » au sein de la Réserve

Image 1000000000000708000004B07B94A28220D1EACD.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

5. Couverture Revue Nomadica illustrant l’enjeu touristique, 2010

Image 10000000000004B00000070871E3969FBFD0F074.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

6. Panneau indiquant le point d’accueil des visiteurs de la Réserve

Image 10000000000000D60000017894A465B1D0A9C2A2.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

7. 4e Congrès de Lima introduisant les RB urbaines et marines (Sergio Guevarra Sada à gauche)

Image 100000000000066A00000446A0CAD6510541CA4A.jpg

Crédit Sergio Guevarra Sada, INECOL, Chaire UNESCO RB et environnement urbain

Planche 2. Mapimí entre paysages du désert et biodiversité

1. Paysage du désert

Image 10000000000005DC000003E8CDE707CBF66F8F0F.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

2. Paysage du désert

Image 10000000000005DC000003E82725E4D6F565C944.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

3. Paysage du désert

Image 10000000000004800000036026180214EC209153.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

4. Paysage du désert

Image 100000000000048000000360D6FC5FBB6F848F90.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

5. Paysage du désert

Image 100000000000048000000360F8FD04B93F3CDC80.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

6. Paysage du désert

Image 100000000000048000000360ECDECE76E80C5865.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

7. Peniocereus greggii

Image 10000000000001F4000002F0A3C1DA090917C4C2.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

8. Fouquieria splendens (ocotillo)

Image 100000000000014F000001F7D0D044098CB81BB0.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

9. Echinocereus enneacanthus

Image 10000000000003E8000002321AA677EB86B5496C.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

10. Opuntia macrocentra, endémique du désert

Image 10000000000002F0000001F434872E04206E23A3.jpg

Crédit Gérard Briane

11. Arbre à miel (Prosopis glandulosa)

Image 10000000000002F0000001F46FFAB65CC20FA684.jpg

Crédit Gérard Briane

12. Larrea tridentata

Image 10000000000002F0000001F49E0E3B3A4FD9E54C.jpg

Crédit Gérard Briane

13. Jatropha (Jatropha doica), endémique du désert

Image 10000000000001F4000002F0C79304C45146595C.jpg

Crédit Gérard Briane

14. Cactus raquette (Opuntia microdasy)

Image 10000000000002F0000001F42C0F0F8046EB77CC.jpg

Crédit Gérard Briane

15. Cactus Echinocereus enneacanthus

Image 100000000000012C000000C72056579087BFEBE8.jpg

Crédit Gérard Briane

16. Opuntia imbricata

Image 1000000000000146000000D9E65D8A709D886F46.jpg

Crédit Gérard Briane

17. Cactus raquette (Opuntia rastrera)

Image 1000000000000146000000D925251F29275E395A.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume.

18. Petit reptile

Image 10000000000003E500000214D7070337615A89B5.jpg

Crédit Zoé Wurtz

19. Tarentule

Image 10000201000002A2000001D1F5EEBF85AAD15EDE.png

Crédit Carmen Reyes

20. Lièvre du désert

Image 100000000000019600000130080ECE8E1B2386AF.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

21. Grand Géocoucou

Image 1000000000000208000001863DDC566007B9FAA8.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

22. Petit reptile

Image 10000000000005DC000003E822881332A963A5A0.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

Planche 3. Mapimí et son histoire

1. Pointe de flèche en os trouvée lors du tournage

Image 100000000000034000000200DCA1AB439268384F.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

2. Collection de pointes de flèches de la Station INECOL au cœur de la réserve

Image 1000020100000168000000A8C9488797C23B6740.png

Crédit Alexandra Angéliaume

3. Peinture rupestre au cœur de la réserve sur un flanc de rocher

Image 100000000000038600000258F5A1F7EFA1EA6EC6.jpg

Crédit Gérard Briane

4. Danseurs du groupe folklorique Xotal (terme tepehuana qui signifie « grande fête »)

Image 1000000000000708000004B01EF5B7120280162B.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

5 Danseuse du groupe folklorique Xotal (terme tepehuana qui signifie « grande fête »)

Image 10000000000004B000000708FF692E75FB631763.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

6. Danseur du groupe folklorique Xotal (terme tepehuana qui signifie « grande fête »)

Image 1000000000000708000004B0CDE4D79F01B9037D.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

7. Danseuse du groupe folklorique Xotal (terme tepehuana qui signifie « grande fête »)

Image 10000000000004B00000070892A48B1C0B522624.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

8. Danseuse du groupe folklorique Xotal (terme tepehuana qui signifie « grande fête »)

Image 10000000000004B00000070867B71D90B26C4C82.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

9. Danseurs du groupe folklorique Xotal (terme tepehuana qui signifie « grande fête »)

Image 1000000000000708000004B07537221FFB74E330.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

10. Danseurs du groupe folklorique Xotal (terme tepehuana qui signifie « grande fête »)

Image 1000000000000708000004B001A9550B718450F3.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

11. Danseur du groupe folklorique Xotal (terme tepehuana qui signifie « grande fête »)

Image 10000000000004B0000007083BC6FAFD1BFCA0AC.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

12. Danseurs du groupe folklorique Xotal (terme tepehuana qui signifie « grande fête »)

Image 10000000000004B0000007086C760663E5216F0C.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

13. Ruines de l’Hacienda San Ignacio

Image 10000000000005660000040D86AD0D6E8946A62E.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

14. Ruines de l’Hacienda La Flore

Image 1000000000000708000004B09756EC6F55E9F191.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

Planche 4. Mapimí : la vie d’aujourd’hui

1. Ejido Los Alamos

Image 1000000000000708000004B07EEAC11D84EA7D29.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

2. Troupeau Ejido Los Alamos

Image 1000000000000708000004B05BD6BB7F3281EFA9.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

3. Agriculteur de l’Ejido Los Alamos et membre de comité de vigilance de la réserve. Revenu dans le réserve après un exil aux Etats‑Unis

Image 10000000000003860000025881E5DA6DAA64BC5D.jpg

Crédit Gérard Briane

4. Ossements de vache suite aux sécheresses des années 2000, Ejido Los Alamos

Image 10000000000005660000040DE0E06F81251C8874.jpg

Crédit Gérard Briane

5. Ejido Las Tortugas, à quelques heures de pistes du premier village, au cœur de la réserve

Image 1000000000000708000004B04F288FE6AB2A5891.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

6. Plan d’eau de l’Ejido Las Tortugas

Image 1000000000000708000004B0B4B44B3215E57B74.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

7. Enfants de Granja Morelos, près de l’ejido Las Tortugas

Image 1000000000000708000004B0E32436555D212629.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

8. Chevaux, Ejido La Flor

Image 1000000000000708000004B0A0A33B6FC05D092D.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

9. Puit à La Flor

Image 10000000000004B0000002A2E2B212825AFC71EC.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

10. Enfant de la Flor

Image 1000000000000708000004B04064E8CF9D9B68CF.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

11. Enfant de la Flor

Image 1000000000000708000004B0DFFDC64995519378.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

12. Cléo, accueil à la ferme et écotourisme

Image 1000000000000708000004B0EC64E769F8C8C992.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

13. Fabrication de fromage dans le cadre de l’accueil à la ferme

Image 10000000000004B0000003844C813ABF265677B5.jpg

Crédit Zoé Wurtz

14. Tourisme à la ferme, Ejido La Flor

Image 1000000000000386000002589CACEEB1A6AC2ECD.jpg

Crédit Gérard Briane

15. Logement écotourisme, Ejido La Flor

Image 10000000000001D20000010A1B9E7FF04B90F5C0.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

16. Démonstration d’activités traditionnelles à la Flor

Image 10000000000003B7000002331C12FAF205F8ED84.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

17. Sergio, guide pour l’écotourisme dans la « Zona del Silencio »

Image 1000000000000708000004B0BCA00BE3891552EE.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

18. Les vestiges du passé agricole à la Flor

Image 10000000000004B0000002A20F1CF1652229FD62.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

19. Cheval en liberté dans la réserve

Image 1000000000000708000004B0546F4487DAB572DD.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

20. Vaches en liberté dans la réserve

Image 1000000000000386000002583C6E15829EE84961.jpg

Crédit Gérard Briane

21. Saline en « charcas » de l’Association de femmes del Carillo

Image 100000000000038600000258AE04FE00A00C7AEE.jpg

Crédit Gérard Briane

22. Saline en « charcas » de l’Association de femmes del Carillo

Image 10000000000003860000025851BAC39B7DF8F2B4.jpg

Crédit Gérard Briane

23. Saline en « planillas » de l’Ejido del Carillo

Image 100000000000038600000258550329784DB14A3D.jpg

Crédit Gérard Briane

24. Les déchets sur les marches de la réserve

Image 1000000000000708000004B0F6B371AF999AFA6C.jpg

Crédit Gérard Briane

25. Les déchets sur les marches de la réserve

Image 10000000000005660000039A6FCFCD3AE5EB2D58.jpg

Crédit Gérard Briane

Planche 5. Les chercheurs dans la réserve

1. Suivi des petits mamifères par l’INECOL

Image 1000000000000708000004B0BE1D7988CCE3E127.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

2. Raton kangourou

Image 1000000000000708000004B018B7E5E07DD8DB70.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

3. Suivi des gros mamifères par l’INECOL

Image 1000000000000708000004B0CA33DD36AE732AF9.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

4. Suivi de la végétationpar l’INECOL

Image 1000000000000708000004B059547A05599760EC.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

5. Suivi des tortues, par l’INECOL

Image 10000000000004B000000708AFBCE3A8C7593B73.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

6. Pesée et mesure de la tortue, par l’INECOL

Image 1000000000000708000004B045358BD57A819D44.jpg

Crédit Victor Reyes

7. Incubateur pour réintroduction de tortue, par l’INECOL

Image 100000000000021700000165545EF6E17BB3558A.jpg

Crédit Victor Reyes

8. Marquage des tortues, juvenil avec mini marqueur, l’INECOL

Image 10000000000001F10000014E531EC2FF260013D4.jpg

Crédit Victor Reyes

9. Station de recherche INECOL, inaugurée en 1977 au cœur de la réserve

Image 1000000000000708000004B08093B42654BFFBE2.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

10. Station de recherche INECOL, inaugurée en 1977 au cœur de la réserve

Image 100000000000038600000258639538396E56D0CD.jpg

Crédit Gérard Briane

Planche 6. Le statut de réserve de biosphère : une opportunité pour les communautés

1. Panneaux solaires pour l’extraction d’eau

Image 10000000000004B0000002A29966B2732BB5ABD9.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

2. Education à l’environnement sous forme de jeux avec les enfants

Image 1000000000000708000004B07B7281C494113BFD.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

3. Murets de pierre réalisés par les communautés avec le soutien de la CONANP pour retenir les écoulements d’eau

Image 1000000000000708000004B070382C55F2C26C86.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

4. Création d’espace de semis fourrager pour le bétail selon la technique en demi-lune de la FAO réalisé par la CONANP

Image 1000000000000708000004B08AED8B30C8177B80.jpg

Crédit Gérard Briane

5. Collecte des déchets par l’Association des femmes de El Carillo avec le soutien de la CONANP

Image 10000201000004ED00000250C176944122C28778.png

Crédit Zoé Wurtz

6. Station de traitement des eaux à la Flor

Image 1000000000000708000004B023EAA12A9668AE3C.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

7. Réunion du Comité de gestion de la réserve avec le responsable de la CONANP et la communauté

Image 1000000000000311000001D192D3F13610C24A81.jpg

Crédit Victor Reyes

8. Association des femmes de El Carillo et exploitation extensite de sel

Image 100000000000040D0000056671B865EE8E007396.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume.

9. Signalisation dans la réserve à l’initiative de la CONANP

Image 10000000000002A2000004B06C0523F61A7BC0F3.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume.

Planche 7. Faire connaitre une réserve de biosphère : un projet de ressource pédagogique

1. Image du tournage UVED, 2016

Image 10000000000004B000000708D3611BDD7BC47F63.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

2. Image du tournage UVED, 2016

Image 10000000000004B000000708BACDFADB4E344F87.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

3. Image du tournage UVED, 2016

Image 1000000000000708000004B0AC87FFE4258AF4DD.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

4. Image du tournage UVED, 2016

Image 1000000000000708000004B0C2C6A99B4B036824.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

5. Image du tournage UVED, 2016

Image 1000000000000708000004B05206717EA4E4846C.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

6. Image du tournage UVED, 2016

Image 10000000000003B900000237C9A75971359BB1CA.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

7. Image du tournage UVED, 2016

Image 10000000000003B70000026730A8604D7B4CD3BF.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

8. Image du tournage UVED, 2016

Image 10000000000004B000000708BD6EFC389728497F.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

9. Image du tournage UVED, 2016

Image 1000000000000708000004B0DDCAA6AA961E2073.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

10. Image du tournage UVED, 2016

Image 1000000000000708000004B0BC5B89DC5807DE87.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

11. Image du tournage UVED, 2016

Image 1000000000000708000004B0A8F99702977FA10A.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

12. Image du tournage UVED, 2016

Image 1000000000000708000004B05C4CF4252DB3F290.jpg

Crédit Alexandra Angéliaume

Notes

1 Voir http://www.unesco.org/new/fr/natural-sciences/environment/ecological-sciences/biosphere-reserves/

2 Voir https://www.youtube.com/watch?v=Qm1mafufHhw et https://www.youtube.com/watch?v=YDxCcPLZpvU

3 Littéralement « poche », désigne un territoire

4 LTER

5 Endoréique : qualifie un milieu dont l’écoulement des eaux n’atteint pas la mer mais se déverse dans un point bas continental.

6 http://www.uved.fr

7 http://www.mapimi.uved

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search