Navigation – Plan du site

AccueilORDA226Les droites dans les Amériques : ...

Les droites dans les Amériques : mouvements, politiques, idées et stratégies (1991‑2018)

Marion Douzou, Diogo Cunha et Vincent Michelot

Texte intégral

1L’idée d’un dossier sur les droites dans les Amériques a germé et commencé à être discutée entre les organisateurs et le comité éditorial de l’ORDA en 2017. À ce moment-là, les droites radicales et populistes consolidaient leur montée en puissance dans plusieurs pays, et particulièrement dans les Amériques. Le 8 décembre 2016, Donald Trump était élu quarante-cinquième président des États-Unis. La victoire du candidat républicain marqua un tournant. Porteur d’un discours volontiers réactionnaire, raciste et xénophobe, soutenu par une droite nationaliste identitaire aux excroissances inquiétantes, un leader populiste qui n’avait jamais cessé de remettre en question l’État de droit [rule of law] et le principe de séparation des pouvoirs arrivait à la tête d’un pays dont l’identité politique s’enracine dans la Déclaration d’indépendance et la Déclaration des droits, deux textes fondateurs des démocraties modernes. Depuis, mouvements, manifestations, « intellectuels » et revues se revendiquant d’un conservatisme brutal et simpliste, jusqu’alors peu connus du grand public, ont fait surface. Plus récemment le refus de Donald Trump de reconnaître les résultats de l’élection de 2020 ainsi que ses discours encourageant ses soutiens à témoigner leur colère face à une élection qu’il a présentée comme frauduleuse ont permis de montrer la radicalisation du mouvement conservateur aux États-Unis : de nouvelles mouvances peu évoquées ou peu prises au sérieux jusqu’alors se sont manifestées sur la scène publique aux yeux du pays et du monde. Cette droite, si elle a été défaite au niveau fédéral, a remporté des victoires conséquentes aux niveaux fédéré et fédéral et va continuer de peser dans les années à venir sur le débat public états-unien.

  • 1 Nous laissons de côté le cas du Pérou qui traverse une crise politique et institutionnelle qui a dé (...)

2Au Sud du Rio Grande, ce « tournant à droite », amorcé dès la première moitié des années 2010, mettait fin à presque deux décennies d’hégémonie de la gauche au pouvoir, dont le coup d’envoi avait été l’élection d’Hugo Chavez au Venezuela en 1998. Par la suite, d’autres victoires de la gauche survinrent dans la région amenant au pouvoir des gouvernements qui, tout en gardant d’importantes spécificités, rejetaient les réformes dites néolibérales des années 1990. À partir de 2012, les gauches commencèrent à décliner en Amérique latine : soit lors d’élections (Argentine, Chili et Uruguay), soit à l’occasion de coups d’État « classiques » (Honduras et Bolivie), ou encore, lorsque deux présidents furent destitués par le pouvoir législatif (au Paraguay en 2012 et au Brésil en 2016), procédures dont la légitimité et le déroulement furent largement contestés1. Bien que certains de ces gouvernements soient repassés à gauche récemment – avec la victoire d’Alberto Fernández en Argentine, en 2018, et de Luis Arce, en Bolivie, en 2020 –, le sous-continent reste aujourd’hui majoritairement gouverné par la droite. Au Brésil, si la destitution de Dilma Rousseff en 2016 a permis au politicien chevronné de centre-droit Michel Temer d’accéder à la présidence, l’ampleur de la crise politique qui a découlé de l’opération Lava Jato a ouvert un boulevard à l’extrême droite. En 2018, le pays a élu Jair Bolsonaro, notoire pourfendeur de la démocratie et défenseur de la dictature militaire et de ses tortionnaires.

3Cette montée en puissance des populistes autoritaires de droite et les récessions démocratiques en cours dans plusieurs pays du continent américain méritent d’être étudiées de façon approfondie. Malgré la prolifération des travaux sur les droites, renforcée par la création d’associations et de réseaux académiques ayant pour objectif de réunir les spécialistes de ce sujet, les questions soulevées par ces changements sont loin d’être épuisées. À partir des perspectives de la science politique et de l’histoire, et en privilégiant la période contemporaine (1991-2018), les articles qui composent ce dossier proposent des études sur les droites dans les Amériques, au Nord comme au Sud, à partir d’approches diverses.

4Une des préoccupations des responsables de ce dossier concernait l’épineux problème de la traduction/translation/application de termes tels que « fascistes » ou « fascisants », « extrême droite ou droite extrême », droite « nationaliste », « identitaire » ou « autoritaire ». On le sait, ces termes historiquement construits ne recouvrent pas les mêmes réalités politiques à Washington, Santiago du Chili, Buenos Aires, ni bien sûr de l’autre côté de l’Atlantique lorsque les chercheurs européens conceptualisent les droites américaines à partir de l’expérience nationale de pays qui ont connu des régimes fascistes ou totalitaires dans leur histoire récente. Deux articles de ce dossier portent donc sur les concepts et le lexique des droites. Dans Principios legitimadores de la matriz ideológica doctrinaria de la derecha chilena, 1973 – tiempo presente, Jorge Olguín Olate examine ce qu’il entend être les principes qui ont légitimé l’idéologie de la droite chilienne à partir d’un ensemble de témoignages et d’autobiogarphies de ses acteurs les plus célèbres. Ces principes, d’origine catholique et scolastique – droit de propriété, ordre, inégalité, assistance, antimarxisme, droit à la rébellion et bien commun –, ont traversé plusieurs générations et familles de la droite chilienne, ainsi que des régimes démocratiques et des dictatures. Penser l’idéologie de la droite dans la durée en termes de « principes légitimants », comme le fait Olate, permet également d’éclairer les continuités d’une forme de pensée, malgré les changements de générations d’une part, et, d’autre part, les spécificités du néolibéralisme dans ce pays dont la dictature militaire commandée par le général Pinochet a longtemps été considérée comme une sorte de laboratoire.

5Au Brésil, passé le stade de la stupéfaction, l’élection de Jair Bolsonaro à la présidence de la République a aussi éveillé le sentiment d’urgence d’approfondir les études sur les droites extrêmes dans ce pays. Odilon Caldeira Neto, auteur de plusieurs études sur ce sujet, particulièrement dans la période qui s’ouvre avec la redémocratisation du pays à la fin des années 1980, s’interroge sur la notion de « néointégralisme ». On le sait, l’Intégralisme fut le mouvement fasciste brésilien le plus important et fut particulièrement actif dans les années 1930. Dissous officiellement à la suite du coup d’État de Getúlio Vargas et de l’instauration de la dictature de l’Estado Novo en 1937, des groupuscules ont pourtant continué à exister et à se revendiquer de ce célèbre mouvement à travers les années. Dans ce sens, 1975 répresente une rupture importante car c’est l’année de la mort de son leader incontesté, Plínio Salgado. En conséquence, c’est l’année choisie par Caldeira Neto comme repère à partir duquel on peut parler de « néointégralisme ». Dans son article Neointegralismo: do debate historiográfico a uma possível definição, l’auteur revient sur une très large littérature sur le sujet, ainsi que sur des sources issues des nouvelles organisations d’extrême-droite, pour soutenir la validité de la notion de « néointégralisme » en tant que catégorie analytique apte à rendre compte des mouvances qui se revendiquent de l’héritage de l’Intégralisme des années 1930 et de Plínio Salgado, depuis sa mort jusqu’à nos jours.

6Les articles consacrés aux États-Unis reviennent tous les trois sur les différents courants à l’œuvre au sein du Parti républicain et du mouvement conservateur ainsi que sur les thématiques qui les rassemblent et leur servent de ciment. À l’heure où un nouvel équilibre est en train de se mettre en place au sein du mouvement conservateur états-unien, revenir sur ces différentes étapes paraît fondamental. Ces contributions montrent les alliances fluctuantes, parfois uniquement liées à des questions pragmatiques qui se nouent et se dénouent au fil des décennies, et permettent de mettre en lumière des questions peu abordées par l’historiographie.

7Dans son article Un courant singulier au sein du conservatisme états-unien ? Le mouvement néoconservateur, de son renouveau des années 1990 à sa chute “post-George W. Bush”, Pierre Bourgois revient sur le néoconservatisme qui fut l’un des courants majeurs du conservatisme des années 1990 et 2000. Il réfléchit à son positionnement vis-à-vis des autres tendances tel que le conservatisme traditionnel, le libertarianisme ou le paléoconservatisme et le présente comme un mouvement « à part ». À travers cet article, on voit bien que ces différents courants ne sont en réalité pas aussi nettement circonscrits qu’on pourrait le penser et qu’il existe des points communs et des dialogues entre eux. Pierre Bourgois montre également le combat que les néoconservateurs mènent pour s’emparer du Parti républicain mais aussi pour redéfinir les contours du mouvement conservateur.

8Dans son article La militante conservatrice Phyllis Schlafly et le candidat Donald Trump : convergence ou croisée des chemins ?, Amélie Ribieras revient sur l’alliance surprenante qui s’est formée entre la militante conservatrice chevronnée des années 1970, Phyllis Schlafly, et le candidat Donald Trump. Amélie Ribieras souligne la dimension pragmatique de ce soutien : Phyllis Schlafly voulait, d’une part, voir le Parti républicain l’emporter et, d’autre part, assurer la survie d’un mouvement « pro-famille ». Donald Trump avait, quant à lui, tout intérêt à gagner le soutien des femmes conservatrices qui composent ce mouvement. À travers cette association de deux figures de droite, la dimension populiste est mise à l’honneur. Schlafly et Trump se sont mis en scène dans un combat pour le peuple américain et contre un État tentaculaire qui voudrait imposer sa vision des choses aux citoyen.nes américain.es. Ainsi, on voit comment Donald Trump s’inscrit dans la mouvance conservatrice et parvient à composer avec ses différentes factions.

9Dans son article Un parti de la loi et de l’ordre aux États-Unis ? Essai généalogique et historiographique, Yann Philippe identifie quant à lui la question sécuritaire comme un ciment politique pour le mouvement conservateur. Il dresse un bilan historiographique sur le lien qui unit les droites états-uniennes à cette question. L’article de Yann Philippe invite également à s’interroger sur les modifications de l’ensemble du champ politique ainsi que de la dynamique qui unit le Parti républicain et le Parti démocrate. Ainsi, il interroge les paradigmes de la polarisation et du consensus avant de présenter des pistes de recherches fructueuses pour analyser, entre autres, la récente évolution d’un Parti républicain qui, avec Trump, s’est éloigné de l’image du parti de la fermeté pénale pour se présenter comme défenseur de la réforme pénale.

Haut de page

Notes

1 Nous laissons de côté le cas du Pérou qui traverse une crise politique et institutionnelle qui a déjà entraîné l’ouverture de quatre processus de destitution depuis 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Douzou, Diogo Cunha et Vincent Michelot, « Les droites dans les Amériques : mouvements, politiques, idées et stratégies (1991‑2018) », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 226 | 2021, mis en ligne le 09 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/orda/5766 ; DOI : https://doi.org/10.4000/orda.5766

Haut de page

Auteurs

Marion Douzou

Université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Diogo Cunha

Université Fédérale de Pernambouc/Brésil

Articles du même auteur

Vincent Michelot

Sciences Po – Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search