Navigation – Plan du site

AccueilORDA226Un courant singulier au sein du c...

Un courant singulier au sein du conservatisme états‑unien ?

Le mouvement néoconservateur, de son renouveau des années 1990 à sa chute « post‑George W. Bush »
A Singular School of Thought Within American Conservatism? The Neoconservative Movement, from its Renewal in the 1990s to its “Post‑George W. Bush” Fall
¿Una corriente singular en el seno del conservadurismo estadounidense? El movimiento neoconservador, desde su renovación en los años 90 hasta su caída post‑George W. Bush
Pierre Bourgois

Résumés

Le néoconservatisme américain a reçu une attention considérable ces dernières années. On associe effectivement, à ce courant de pensée, la politique étrangère « agressive » menée par l’administration de George W. Bush au Moyen-Orient au début des années 2000. Le néoconservatisme est en réalité un mouvement bien plus ancien, dont la genèse demeure relativement « complexe ». D’une manière générale, on peut distinguer deux principales générations au sein du courant, l’une durant la Guerre froide et l’autre, à partir du milieu des années 1990. Notre travail vise à analyser, en détail, cette seconde génération du néoconservatisme, de son renouveau peu après la fin de la Guerre froide à son déclin progressif, notamment dans les années suivant le mandat de George W. Bush. Plus particulièrement, il s’agit de questionner son positionnement au sein des autres familles du conservatisme états-unien. À ce titre, le néoconservatisme semble développer une vision particulière des affaires intérieures comme internationales, faisant de lui un mouvement « à part » des autres courants conservateurs.

Haut de page

Texte intégral

1Le néoconservatisme américain a été l’objet de nombreuses critiques ces dernières années. On associe effectivement, à ce courant de pensée, la politique étrangère menée par l’administration de George W. Bush au Moyen-Orient au début des années 2000. Ainsi, les néoconservateurs sont le plus souvent considérés comme les artisans du « fiasco » irakien et plus largement, de la politique « agressive » menée à l’époque par les États-Unis à l’international.

  • 1 Outre les noms déjà mentionnés, on peut par exemple citer, à des degrés et sur des thèmes différent (...)
  • 2 On peut notamment citer les exemples, entre autres, de Elliott Abrams, Max Kampelman, Jeane Kirkpat (...)

2Le néoconservatisme est en réalité un mouvement bien plus ancien, dont la genèse demeure relativement « complexe » (Naves 7). Ses origines sont à rechercher avant la Seconde Guerre mondiale sur la côte Est des États-Unis, chez de jeunes intellectuels, « juifs ou d’origine irlandaise » pour la plupart, souvent trotskistes, qui « abhorrent Staline et le soviétisme » (Frachon, Vernet 48-49) et qui se regroupent, pour l’essentiel d’entre eux, au sein du City College of New York (CCNY). On pense notamment, ici, à Irving Kristol, Daniel Bell ou encore Nathan Glazer. Cependant, c’est surtout à partir de la fin des années 1960 que le courant émerge réellement, en réaction à l’évolution vers la gauche du libéralisme américain. Éloignés depuis du trotskisme mais toujours ancrés à gauche, les anciens du CCNY, rejoints progressivement par de nouvelles figures, s’opposent ainsi fortement à ce qu’ils considèrent, à l’époque, comme une dérive de la gauche américaine. En politique intérieure, ils dénoncent notamment les grands projets d’ingénierie sociale promus par la New Left et les atteintes au socle moral et culturel des États-Unis qu’elle induirait. En politique étrangère, ils dénoncent la bienveillance de ces nouveaux liberals vis-à-vis des adversaires de la démocratie libérale – notamment l’URSS –, et le peu d’enclin dont ils feraient preuve pour la défendre, si besoin par la force1. Ceux qui vont très vite être considérés comme des « néoconservateurs » (Harrington) vont donc progressivement s’éloigner, au cours des années 1970, des libéraux ainsi que du camp démocrate et, déçus notamment par la présidence de Jimmy Carter, vont rejoindre les rangs conservateurs à partir de l’élection de Ronald Reagan au début des années 1980, certains occupant même des places importantes au sein de son administration2.

  • 3 Joshua Muravchik fera cependant part de son regret à plusieurs reprises par la suite. Voir notammen (...)

3D’une manière générale, les années Reagan constituent, pour les néoconservateurs, un moment clairement positif pour l’évolution de la nation américaine et pour leurs idées. De fait, la fin de sa présidence et l’arrivée au pouvoir de George H. W. Bush, qui ne leur accorde pas une place aussi favorable qu’espérée (Dorrien 28), constituent un véritable tournant pour le néoconservatisme. Surtout, l’époque est marquée par la fin de la Guerre froide, qui enlève aux néoconservateurs leur ennemi de toujours, à savoir l’Union Soviétique – et plus largement la menace communiste, qui suffisait, à leurs yeux, à légitimer le combat idéologique qu’ils menaient depuis des décennies, en politique intérieure comme en politique étrangère. Ainsi, ces évènements, conjugués avec l’arrivée à la Maison-Blanche de Bill Clinton, même si certains membres du courant semblent au début s’en féliciter (Muravchik 1992)3, plongent à l’époque le néoconservatisme dans une véritable crise existentielle, certains néoconservateurs allant jusqu’à annoncer la fin du mouvement (I. Kristol 1995, xi, Podohoretz).

  • 4 Pour reprendre la classification en trois « âges » effectuée par Justin Vaïsse. Le premier âge s’ét (...)
  • 5 En effet, si l’on retrouve plusieurs néoconservateurs au sein du Département de la Défense et de la (...)
  • 6 En réalité, la prise de distance de Fukuyama vis-à-vis du néoconservatisme demeure clairement à rel (...)

4Pourtant, une nouvelle génération – un « troisième âge »4 – du néoconservatisme naît à partir du milieu de la décennie, réunissant, notamment autour de la revue The Weekly Standard (à partir de 1995) ou du Project for the New American Century (à partir de 1997), des personnalités telles que William Kristol (le fils d’Irving), Robert Kagan, Max Boot, Lawrence F. Kaplan ou encore, John Podhoretz (le fils de Norman Podhoretz). Ces derniers ne sont plus, pour la plupart d’entre eux, d’anciens liberals convertis au conservatisme, mais bel et bien des conservateurs à part entière. Durant la seconde moitié des années 1990, ces « nouveaux néoconservateurs » ne vont cesser, par l’intermédiaire d’ouvrages, d’articles, de lettres ou encore, de conférences, d’essayer d’infléchir la ligne du Président Clinton vers celle de l’idéologie néoconservatrice – en vain. Sur ce point, l’élection de George W. Bush change tout – ou plutôt, les événements qui vont suivre. En effet, si le 43e président des États-Unis accorde une place plutôt réservée aux membres du courant au sein de son administration5 et semble par ailleurs afficher, au début de son mandat, une ligne d’inspiration réaliste en politique étrangère, à l’instar de son père, le 11 septembre 2001 entraîne un changement radical d’orientation – vers la ligne néoconservatrice. Les membres du courant vont ainsi connaître leur « heure de gloire » pendant la suite du premier mandat Bush fils, marqué par les interventions en Afghanistan en 2001 et surtout, en Irak en 2003. Cependant, face à l’enlisement au Moyen-Orient, le néoconservatisme – considéré comme le principal responsable des interventions militaires – subit de plus en plus de contestations à partir du milieu des années 2000, parfois même venant de l’intérieur (Fukuyama 2004a ; 2006)6. Face à ces difficultés, nombreux sont ceux qui annoncent alors une nouvelle fois la fin du mouvement (Ikenberry ; Dworkin). Les élections de mi-mandat de 2006 (Heilbrunn 269) et surtout, l’élection de Barack Obama au dépend d’un John McCain proche du courant néoconservateur, confirment le déclin général du néoconservatisme qui semble ainsi avoir entraîné, à l’époque, l’ensemble du Parti républicain dans sa chute.

  • 7 Pour reprendre, par exemple, la classification effectuée par (Wolfson).

5Notre travail vise à analyser, en détail, cette seconde génération du néoconservatisme, de son émergence peu après la fin de la Guerre froide à son déclin progressif à partir de la fin de la présidence de George W. Bush. Plus particulièrement, il s’agit de questionner son positionnement au sein des autres familles du conservatisme états-unien telles que, par exemple, le conservatisme traditionnel, le paléoconservatisme ou encore, le libertarianisme7. Le néoconservatisme semble, sur ce point, porter une vision des affaires intérieures comme internationales qui le distingue des autres courants conservateurs. Dès lors, comment peut-on analyser la place réelle occupée par le courant néoconservateur aux États-Unis ? Plus particulièrement, qu’est-ce qui fait du néoconservatisme – dans sa version post-Guerre froide – un courant « à part » au sein du conservatisme américain ?

  • 8 Au sens américain du terme.

6Cette étude soutient ainsi l’idée d’une singularité de la pensée néoconservatrice, en politique intérieure comme en politique étrangère. Ce courant, tout en se rapprochant alternativement des autres tendances conservatrices sur des sujets majeurs, met en évidence des traits distinctifs clairs. À ce titre, une partie de cette singularité tient de sa trajectoire particulière et plus spécifiquement, des origines libérales8 du néoconservatisme. Si la seconde génération du courant – objet de notre travail – est bien née à droite, contrairement à la « génération de Guerre froide », elle s’inscrit cependant dans la continuité directe de cette dernière et semble de fait avoir conservé certains de ses aspects liés au libéralisme ce qui, malgré un ancrage conservateur indiscutable, contribue à la distinguer des autres tendances du conservatisme. En cela, ce travail vise à démontrer que le néoconservatisme, en associant son attrait indéniable pour de nombreuses positions conservatrices ainsi que ce relatif « héritage libéral » sur certains sujets, est bien un courant singulier au sein du conservatisme américain.

7Il s’agit donc, dans cet article, de présenter les principaux aspects de l’idéologie néoconservatrice – plus particulièrement dans sa variante post-Guerre froide – et, en cela, de montrer les similitudes mais surtout les différences existantes vis-à-vis des autres tendances conservatrices. Sans recourir à une comparaison systématique avec l’ensemble du mouvement conservateur, l’objectif est simplement, à travers quelques exemples choisis et selon nous révélateurs, de mettre en lumière la singularité du néoconservatisme : un courant qui, s’inscrivant pleinement dans le conservatisme américain, semble emprunter à des tendances diverses – de la droite mais également de la gauche états-uniennes – et qui, en cela, se démarque dans le paysage politico-intellectuel conservateur.

I/ Un mouvement singulier en politique intérieure

8Les premiers néoconservateurs s’étaient initialement éloignés de la gauche américaine, à partir de la fin des années 1960, par leur critique des programmes d’ingénierie sociale de l’époque. Ils mettaient par exemple en avant, notamment dans The Public Interest, la loi des « conséquences imprévues », selon laquelle les politiques sociales trop ambitieuses conduisent souvent à une situation pire qu’auparavant. C’est aussi ce que soutiennent les néoconservateurs post-Guerre froide. À l’instar de leurs aînés, ces derniers vont développer une critique appuyée de l’intervention de l’État en matière sociale, mais cette fois-ci, celle-ci émerge directement des rangs conservateurs. Il existerait, selon les membres du courant, de profonds obstacles culturels au volontarisme politique et cela peu importe la quantité de moyens mis à disposition. Par cette critique de l’interventionnisme étatique, le néoconservatisme crée des ponts indéniables avec certains autres courants du conservatisme états-unien, notamment le conservatisme traditionnel ou le libertarianisme. Dans son opposition aux politiques sociales de Bill Clinton, William Kristol a par exemple joué une part active dans la fondation du Project for the Republican Future, groupe ayant favorisé le triomphe du Parti républicain aux élections américaines de mi-mandat de 1994. De nombreux néoconservateurs de seconde génération se joignent ainsi, à l’époque, aux autres conservateurs dans la dénonciation de l’interventionnisme public, s’inspirant notamment de la célèbre critique de Charles Murray (1984). Ils se réjouissent en ce sens de l’arrivée de Newt Gingrich à la Présidence de la Chambre basse du Congrès américain, qui leur permet alors d’espérer une vraie réduction de la taille de l’État-providence. Cette thématique fait par ailleurs bien entendu également écho, ici, au discours libertarien faisant de l’État un outil de « servitude », pour reprendre le titre du célèbre ouvrage de Friedrich Hayek (1944/2013).

  • 9 Traduction issue de Francis Fukuyama, D’où viennent les néo-conservateurs ?, trad. française, Paris (...)

9Cependant, il ne faudrait pas faire du néoconservatisme une copie des autres courants conservateurs sur ce sujet. En effet, si les membres du néoconservatisme demeurent méfiants envers l’action publique, ils ne sont pas pour autant des adeptes d’un effacement de l’État. En d’autres termes, leur hostilité vis-à-vis d’un État paternaliste ne les amène pas à rejeter l’idée même d’un Welfare State limité, ce qui les distingue – dans des proportions différentes – d’autres courants de la droite américaine, tels que les conservateurs traditionnels de la National Review ou les libertariens. D’une manière générale, les néoconservateurs post-Guerre froide semblent avoir conservé un relatif attachement à l’État-providence, bien que moins marqué que celui de la première génération au passé ouvertement libéral. Ainsi, selon Francis Fukuyama (2006, 28)9, « tandis que straussiens et (plus généralement) néo-conservateurs étaient tactiquement alliés aux conservateurs traditionnels et aux libertariens sur des problèmes tels que la réforme de la protection sociale, ils entendaient lesdits problèmes en termes fort différents ». Les néoconservateurs s’intéresseraient effectivement, à juste titre selon lui, « aux effets corrosifs de cette protection sur le caractère de l’indigent – sans pour autant s’opposer par principe à une intervention de l’État en tant que telle ». Si cela est donc particulièrement vrai chez les premiers néoconservateurs, qui viennent pour la plupart de la gauche – si ce n’est de la gauche radicale –, c’est également le cas, bien que dans une moindre mesure, pour les néoconservateurs post-Guerre froide. Ces derniers semblent bien partager avec leurs aînés une conviction quant à la nécessité d’un État-providence – à condition, une nouvelle fois, qu’il soit limité (Frum 1996, 96).

  • 10 Le « godfather » du mouvement, Irving Kristol, n’accordait d’ailleurs quant à lui déjà que « two ch (...)
  • 11 Sur ce point, voir notamment (Vaïsse).

10Ces éléments nous amènent à la dimension économique, où l’un des traits majeurs du néoconservatisme demeure, sans surprise, le rejet de toute forme d’économie étatisée et l’attachement plus général au système économique capitaliste – un attachement là encore bien plus marqué chez les nouveaux néoconservateurs que chez leurs aînés, pour certains anciennement socialistes. Au contraire, les néoconservateurs des années 1990/2000 ne discutent même pas de sa supériorité sur tous les autres systèmes économiques possibles. Après tout, comme l’observe David Frum (2008, 23) : « La bataille entre le capitalisme et le socialisme est terminée. Le capitalisme a gagné ». Pourtant, là aussi, ils dénoncent tout effacement de l’État, mais cette fois-ci pour des motifs bien différents. Si, comme on l’a vu, les néoconservateurs dénoncent l’idée d’une totale économie de marché sous un angle social – plutôt libéral – d’une reconnaissance de certains bienfaits du Welfare State, ils le font également à travers un prisme bien plus proche des conservateurs moraux. En effet, tout en étant des défenseurs convaincus du capitalisme, ils soulignent aussi régulièrement ses défauts. En d’autres termes, leur célébration de ce système reste mesurée10. La raison principale est que le capitalisme, à lui seul, ne crée pas les normes morales et sociales nécessaires au bon fonctionnement de la démocratie. Au contraire, il aurait tendance à libérer les individus des contraintes collectives. Les néoconservateurs regrettent ainsi que certains courants, comme le libertarianisme, s’opposent à toute forme de régulation des valeurs hédonistes voire nihilistes générées par le système capitaliste et fassent du marché, d’une manière générale, le cadre ultime des interactions sociales au sein d’une société. Selon eux, loin de mener à la « servitude », l’État demeure au contraire – à condition qu’il soit utilisé avec mesure – un vecteur de moral et de culture, piliers du bon fonctionnement des sociétés modernes, notamment à travers ses différentes institutions telles que l’école ou l’armée par exemple. Les néoconservateurs post-Guerre froide vont d’ailleurs défendre, à partir des années 1990 et notamment dans les pages du Weekly Standard, ce qu’ils appellent un conservatisme de la « grandeur nationale » (Brooks 1997), contre un conservatisme simplement obsédé par la diminution des dépenses publiques, qui ne défendrait qu’une forme de « liberté négative » (Krauthammer 1995). Selon William Kristol et David Brooks (1997) : « Il manque quelque chose au cœur du conservatisme » d’aujourd’hui, incarné notamment par les conservateurs traditionnels de la National Review ou encore, les libertariens du Cato Institute. D’une manière générale, ces derniers sont systématiquement et à des degrés différents, antiétatiques. Or : « Comment les Américains peuvent-ils aimer leur nation s’ils haïssent son gouvernement ? », s’interrogent les deux néoconservateurs, ajoutant que la meilleure « façon de rétablir la confiance » de la population américaine envers le « gouvernement est de réduire sa mollesse tout en le rendant plus efficace »11.

11À ce titre, les néoconservateurs mettent également en avant l’importance de l’État en matière de contrôle technoscientifique. Les membres du courant sont effectivement méfiants vis-à-vis des diverses ambitions technophiles visant à « améliorer » l’être humain. Alors qu’à partir de la fin des années 1990, la société américaine se cristallise autour de la question du clonage, les néoconservateurs militent fortement pour une régulation des technosciences en général et pour une interdiction totale du clonage humain en particulier, celui-ci posant des questions éthiques majeures à leurs yeux. « Le moment de mettre un terme à tout cela est arrivé », observe par exemple Charles Krauthammer (1998) à ce sujet. On pense également, sur cette thématique, à William Kristol (W. Kristol ; Bottum, W. Kristol), mais encore et surtout, à Francis Fukuyama (1999 ; 2002a ; 2004b), qui demeure sûrement le néoconservateur le plus prolifique sur ces questions et qui fut membre, comme certains autres néoconservateurs, du President’s Council on Bioethics de George W. Bush. Selon les neocons, l’État reste ainsi le seul moyen de réguler et contrôler les progrès à l’œuvre dans le domaine des technosciences. À leurs yeux, les perspectives libertariennes sur ces sujets, portées notamment par des personnalités telles que Ronald Bailey ou Lee Silver, ne peuvent que conduire au chaos et à l’effacement même de l’humanité. Une position qui, tout en les éloignant des libertariens donc, les rapproche de nombreux autres conservateurs, notamment ceux de la droite chrétienne.

12Tout en dénonçant régulièrement un interventionnisme étatique trop poussé, les néoconservateurs s’opposent donc, dans le même temps, à toute idée d’un effacement de l’État, cela à des niveaux divers. Cette critique particulière – si ce n’est paradoxale – de l’interventionnisme étatique, mêlant influence libérale (à travers la défense – même si relativement limitée – d’un certain niveau d’État-providence) et conservatrice (notamment dans la dénonciation, sous l’angle moral, des limites du capitalisme ou de certaines perspectives technoscientifiques), est ainsi l’une des particularités du mouvement.

13Outre ces éléments relatifs à la place de l’État dans la société, les néoconservateurs craignent, d’une manière générale, un certain déclin de la culture américaine – sous un angle qui marque également leur singularité au sein du conservatisme états-unien. Cet aspect renvoie notamment aux premières manifestations du néoconservatisme contre les dérives contestataires et la « contre-culture », incarnées par la New Left à partir de la fin des années 1960. Comme leurs aînés, les néoconservateurs post-Guerre froide défendent certaines valeurs sociales et morales qu’ils associent à la culture américaine et qui, à leurs yeux, semblent menacées par la modernité, et les tendances à l’individualisme, l’hédonisme ou le relativisme qui l’accompagnent. Ils sont par exemple convaincus que la réussite de la démocratie états-unienne repose en grande partie sur des principes communs (confiance, sociabilité spontanée, honnêteté, réciprocité, etc.) permettant la coopération des individus entre eux et par conséquent, favorisant l’émergence d’une société civile saine. Comme l’observe Fukuyama (1999/2003, 27) : « La démocratie libérale a toujours été dépendante du partage de certaines valeurs culturelles pour fonctionner correctement ». William Kristol défend ainsi ce qu’il appelle une « politique de liberté » et une « sociologie de la vertu » (Alexander, Finn, Jr.), qui n’est autre qu’une défense assumée des corps intermédiaires constitutifs de la société civile américaine, ceux-ci étant les porteurs de certaines valeurs morales fondamentales, à leurs yeux, pour la réussite américaine. Pour les néoconservateurs, de la première comme de la dernière génération, toutes les valeurs ne se valent donc pas, à l’inverse de ce que la pensée relativiste tend à mettre en avant. Les membres du courant sont en effet convaincus que la famille, la religion ou encore, le patriotisme, constituent des éléments fondamentaux pour la réussite d’une société moderne. David Frum (1997) estime ainsi que « sans une compréhension commune de ce qui est juste, de ce qui est moral, aucun mouvement politique ne peut survivre longtemps », ce qui amène à la conclusion que : « Toutes les cultures ne sont pas égales » (Brooks 2005). En ce sens, il faut combattre, avec force, tout déclin moral et culturel des États-Unis – un déclin par ailleurs observé, à de nombreuses reprises, par William J. Bennett (1993), qui met en avant plusieurs vertus qu’il considère comme essentielles dans l’éducation des jeunes Américains, telles que la discipline, la compassion, la responsabilité, l’amitié, le travail, le courage, la persévérance, l’honnêteté, la loyauté ou encore, la foi. Cet attachement des néoconservateurs à certaines valeurs fondamentales les rapproche bien entendu de certains autres courants conservateurs, notamment les conservateurs traditionnels ou ceux de la droite chrétienne, tout en les éloignant des libertariens, qui n’accorderaient finalement que peu d’importance aux considérations morales et culturelles.

  • 12 Sur ce point, Irving Kristol écrit, à propos des néoconservateurs : « Bien qu’ils y trouvent beauco (...)

14Si une telle proximité avec ces tendances conservatrices est évidente, il ne faudrait pour autant pas minorer les différences existantes, qui tiennent parfois là aussi, d’une certaine manière, de leur héritage libéral. En effet, les néoconservateurs, tout en rejoignant plusieurs thèmes chers à de nombreux conservateurs, font également parfois preuve d’un relatif progressisme, délaissant donc la dimension nostalgique de certaines variantes conservatrices. Comme l’observe Adam Wolfson (40) : « La nostalgie d’un passé pré-industriel, antérieur au siècle des Lumières, tel qu’il se trouve dans le traditionalisme, est largement absente du néoconservatisme »12. Ainsi, pour le dire autrement, les néoconservateurs seraient bien davantage tournés vers le progrès que leurs homologues traditionnalistes.

  • 13 Pour sa critique du néoconservatisme, sur ce thème comme sur d’autres, voir également (Buchanan 200 (...)

15Cette position se retrouve particulièrement dans leur rapport aux minorités. Certes, à l’instar de nombreux conservateurs, ils dénoncent la tendance à l’« égalitarisme » d’une manière générale, et à l’« affirmative action » en particulier. Outre l’aspect contre-productif, ils y voient une perversion du principe traditionnel d’égalité et, par conséquent, de la culture démocratique même de l’Amérique (Krauthammer 1995 ; Fukuyama 1995/1997). De même, comme plusieurs variantes du conservatisme, les membres du courant sont relativement méfiants si ce n’est critiques vis-à-vis du multiculturalisme (Brooks 1999 ; W. Kristol, Brooks) et du communautarisme. Selon eux, les immigrés, comme les minorités ethniques du pays, doivent d’une manière générale s’assimiler à la culture nationale américaine dominante, seul procédé par lequel l’unité du peuple américain peut être garantie (Krauthammer 2005). Pour autant, là encore, ils ont développé une vision singulière qui les distingue de nombreux autres conservateurs. En effet, alors que certains d’entre eux, comme Patrick Buchanan (2002 ; 2006)13 et les paléoconservateurs, tendent à être largement méfiants – voire tout simplement hostiles – à l’immigration, les néoconservateurs, eux, la voient comme un phénomène globalement positif, ce qui semble une nouvelle fois renvoyer, ici, à leur héritage libéral. Pour les néoconservateurs, les conservateurs opposés à l’immigration ont tort de considérer un tel phénomène comme une menace (Frum 1995 ; W. Kristol, Brooks). Au contraire, observe par exemple Fukuyama, que ce soit en matière économique ou encore, sur le plan culturel, « l’immigration dans son ensemble confère de grands avantages aux États-Unis » (Alexander, Finn, Jr. 105 ; Fukuyama 1993). La plupart des néoconservateurs post-Guerre froide contestent donc les positions clairement nativistes de certaines figures conservatrices sur l’immigration, telles que Patrick Buchanan donc, mais aussi Peter Brimelow, Thomas Fleming ou Samuel Francis. Dans les années 1990 fortement marquées par ces thématiques, ils considèrent que cette forte opposition est clairement détachée d’une forme de réalité, à savoir que l’immigration demeure globalement une bonne chose pour l’Amérique. Renier ce constat revient finalement à minimiser l’identité même des États-Unis, qui se sont justement construits grâce à des générations entières d’immigrés venus sur le sol américain au cours des siècles passés et ayant permis la réussite aussi bien économique que politique du pays – et dont la plupart des membres sont d’ailleurs issus. Une vision qui, une nouvelle fois, laisserait transparaître un certain héritage libéral au sein du mouvement.

16L’ensemble de ces éléments liés à la sphère intérieure, qu’ils soient relatifs à la place de l’État dans la société ou à la culture même des États-Unis, mettent en évidence, malgré des similitudes existantes, une réelle singularité du mouvement par rapport aux autres tendances conservatrices. Le néoconservatisme semble cependant également se distinguer sur un tout autre plan, à savoir la politique internationale.

II/ Un mouvement singulier en politique étrangère

17Le néoconservatisme se préoccupe des questions internationales depuis son émergence, à la fin des années 1960. Tout au long des années 1970 et 1980, les néoconservateurs vont effectivement, dans un contexte de Guerre froide délicat, militer pour une défense active de la démocratie à travers le monde, cela contre ses principaux adversaires, en premier lieu, bien sûr, l’URSS.

  • 14 Traduction issue de Francis Fukuyama, D’où viennent les néo-conservateurs ?, op. cit., p. 66.
  • 15 Le terme est donc ici employé sur le plan des théories des relations internationales. Sur les appro (...)

18D’une manière générale, les néoconservateurs post-Guerre froide se situent là aussi, à l’instar de la politique intérieure, dans l’héritage direct de leurs prédécesseurs. Dans ce nouveau système international « unipolaire » (Krauthammer 1990/1991), les États-Unis, en tant que superpuissance – si ce n’est « hyperpuissance » (Védrine 814) –, se doivent d’incorporer une dimension morale – idéaliste – dans la poursuite de leur politique étrangère. En effet, les membres du courant placent les valeurs démocratiques comme l’un des éléments fondamentaux devant guider la politique états-unienne à l’échelle internationale. Les neocons s’opposent ainsi aux réalistes qui, dans la tradition théorique des relations internationales, tendent à minimiser le caractère interne des régimes politiques. Sur ce point, Fukuyama (2006, 48)14 écrit : « L’idée que la nature du régime importe à son comportement extérieur est soutenue par les néo-conservateurs de façon beaucoup plus cohérente que la théorie concurrente des réalistes selon laquelle tous les États recherchent la puissance, quel que soit leur type de régime ». Du fait de leur intérêt pour l’aspect interne des États d’une manière générale, et pour la démocratie plus particulièrement, les néoconservateurs se rapprochent à l’inverse d’un autre paradigme important en matière de théories des relations internationales, à savoir le libéralisme15. Ils reprennent plus particulièrement la théorie libérale de la « paix démocratique », selon laquelle les démocraties agiraient différemment des régimes non démocratiques sur le plan international. Plus précisément, elles seraient plus pacifiques que les États non libéraux, preuve en est l’absence de guerre entre elles au cours des dernières décennies (Doyle ; Russett). Dans leur célèbre ouvrage The War Over Iraq, publié en 2003, Lawrence F. Kaplan et William Kristol (132-133) affirment par exemple que « les démocraties se font rarement la guerre, voire jamais […]. Les règles et les institutions de la démocratie », poursuivent-ils, « encouragent le compromis et diverses autres normes que les États démocratiques appliquent alors aux relations qu’ils ont les uns avec les autres. Ce n’est évidemment pas le cas des États non démocratiques ». C’est également ce qu’affirme Charles Krauthammer (2001), pour qui : « La zone de démocratie est presque toujours une zone de paix ». Selon lui, c’est un fait implacable que les démocraties ne se comportent pas de la même manière que les régimes politiques tyranniques. Elles sont effectivement « moins belliqueuses envers leurs voisins et généralement plus enclines à la paix » (Krauthammer 2004, 15).

  • 16 Pour une explication de la genèse de cette expression par le speechwriter de George W. Bush, voir ( (...)

19Fondée sur les principes de liberté et d’égalité, la démocratie libérale représente donc bien, chez les néoconservateurs, un régime supérieur aux autres. En cela, les membres du courant dénoncent le principe de l’« équivalence morale » faisant que tous les régimes se valent à l’échelle internationale et défendent, au contraire, une politique de « clarté morale » (Bennett 2002/2003). Si ce principe s’appliquait dans le contexte de Guerre froide et d’opposition à l’empire soviétique – raison pour laquelle les néoconservateurs de l’époque s’opposaient à la politique réaliste de Richard Nixon et Henry Kissinger –, il demeure tout autant essentiel dans le monde des années 1990 et 2000. En effet, malgré l’effondrement de l’Union soviétique et le triomphe de la démocratie (Fukuyama 1992), le monde n’en est pas moins débarrassé des régimes non démocratiques « voyous » – ceux que George W. Bush dénonce aussi comme l’« Axe du Mal » (Bush 2002)16 au début des années 2000. « Plus on en apprend sur le dictateur irakien », observent par exemple William Kristol et Lawrence Kaplan (19-20), « plus il devient clair qu’il incarnait, autant qu’Oussama Ben Laden, le mal à l’état pur » et « une menace pour la civilisation ».

20Ces quelques éléments les éloignent de la plupart des tendances conservatrices de l’époque. Ainsi, selon William Kristol et Robert Kagan (18), les conservateurs des années 1990 sont complètement « à la dérive » en matière de politique étrangère. Ces derniers rejoindraient le consensus de l’après-Guerre froide qui serait celui d’un certain « retour à la normale » après l’effondrement de l’URSS. Ils en appellent donc au contraire à une solide politique de « clarté morale » d’inspiration reaganienne, bien loin de la ligne réaliste dominante au sein du Parti républicain au cours des années 1990. Les États-Unis ne peuvent pas prétendre représenter des principes supérieurs, dénoncer avec force la cruauté et la barbarie et s’accommoder, dans le même temps, avec les régimes tyranniques. La nouvelle génération de néoconservateurs entend donc bien mener la bataille, dès le milieu des années 1990, pour reconquérir le GOP et plus largement, pour réorienter le conservatisme vers une ligne plus en phase avec leur vision. Pourtant, ils sont globalement déçus de la nomination de George W. Bush par le Parti républicain pour la présidentielle de 2000, eux qui lui préfèrent un John McCain qui leur semble bien plus en phase avec leur vision. Après tout, comme l’observe Jacob Heilbrunn (229) : « Il n’y avait pas de raison de penser », de la part des neocons, « qu’il romprait avec les principes réalistes de son père ». Cependant, les attentats du 11 septembre 2001 changent radicalement le discours et la politique du Président George W. Bush, qui semble à partir de ce moment-là effectuer un virage néoconservateur radical. On retrouve d’ailleurs bien, parmi les éléments du néoconservatisme repris par le Président, le concept de « clarté morale », dont les attentats n’ont fait que renforcer la nécessité pour les membres du courant (Kagan 2001 ; Krauthammer 2001).

21Si la démocratie représente la meilleure forme d’organisation politique possible, alors les Etats-Unis – en tant que première démocratie du monde – se doivent de la promouvoir. Les néoconservateurs sont ainsi convaincus que l’Amérique doit rester engagée dans les affaires du monde, à l’encontre de ce que pensent notamment les conservateurs isolationnistes, cela dans une perspective idéaliste, contrairement à la vision de nombreux conservateurs réalistes qui tendent à délaisser de telles considérations au profit de la poursuite d’intérêts nationaux étroitement définis. Selon les neocons, la promotion de la démocratie couvrirait un double intérêt. Moral, tout d’abord, puisque la démocratie est le régime le plus respectueux des droits et libertés des individus ; mais également stratégique, puisque comme le soutient la théorie de la « paix démocratique », un monde plus démocratique sera nécessairement moins menaçant vis-à-vis des États-Unis et par conséquent, bien plus en phase avec leurs intérêts. Les néoconservateurs défendent ainsi un internationalisme américain au service de la démocratie et apparaissent, en ce sens, relativement « à part » au sein du conservatisme états-unien – et donc bien plus proche, sur ce plan, d’une partie des liberals de l’époque. En effet, malgré ses défauts, les néoconservateurs reconnaissent par exemple au moins à Bill Clinton son intérêt – certes limité et parfois hypocrite à leurs yeux – pour la promotion de la démocratie, à l’inverse de nombreux conservateurs. Plus généralement, si les neocons font de la politique étrangère de Reagan un modèle, ils se placent volontiers, à ce sujet, dans l’héritage d’un libéralisme de Guerre froide qu’ils jugent « moralement clair » et de présidents démocrates tels que Harry S. Truman ou John F. Kennedy – que leurs aînés avaient pour la plupart soutenus à l’époque.

  • 17 Sur les changements entre la première génération de néoconservateurs et le néoconservatisme post-Gu (...)

22Dans leur défense d’une politique « néo-reaganienne », William Kristol et Robert Kagan, on l’a vu, souhaitent alerter le Parti républicain et plus largement, la droite américaine, sur le peu d’ambition en politique étrangère qui semble exister à l’époque. Selon eux, alors que les conservateurs méprisent fortement « le multilatéralisme wilsonien de l’administration Clinton », ils sont de plus en plus « tentés, mais ont jusqu’ici résisté, au néo-isolationnisme de Patrick Buchanan » (Kagan, W. Kristol 18). Ainsi, regrettent-ils, la période de l’après-Guerre froide semble avoir nourri une certaine volonté de repli sur soi chez une partie importante des Américains et des conservateurs, pour qui compteraient uniquement l’équilibre du budget et la situation intérieure du pays. Pour Robert Kagan et William Kristol (20), « il est temps de remettre en cause une Amérique indifférente et un conservatisme américain confus » puisque, selon eux : « Les conservateurs ne pourront pas gouverner l’Amérique à long terme s’ils ne parviennent pas à offrir une vision plus élevée du rôle international de l’Amérique ». Pour les néoconservateurs des années 1990 et 2000, les États-Unis doivent tout simplement rester impliqués dans les affaires du monde mais surtout, exercer une « hégémonie bienveillante » (Kagan 1998). D’importants néoconservateurs tels que Elliott Abrams (1995), Paul Wolfowitz (2000) ou Charles Krauthammer par exemple, défendent ainsi une vision internationaliste contre celle aspirant à un repli de soi des États-Unis, portée notamment, à droite, par Patrick Buchanan. Selon Krauthammer (2004), les perspectives internationalistes se sont bien révélées être les plus pertinentes pour guider la politique étrangère de l’Amérique dans le monde post-Guerre froide, les attentats du 11 septembre n’ayant fait que confirmer, à ses yeux, la nécessité pour les États-Unis de s’impliquer de manière considérable dans les affaires du monde. Pour les néoconservateurs post-Guerre froide, il ne s’agit donc plus « simplement », comme ce fut le cas pour leurs aînés, de défendre les principes politiques libéraux pour contrer la menace communiste, mais plutôt d’essayer de démocratiser le plus de pays non démocratiques possible17. Ce serait la « destinée manifeste » (Stephanson) des États-Unis, contre une vision isolationniste mais aussi réaliste trop étroite. Après tout, observe par exemple Fukuyama (2004a 58), « un certain degré d’universalisme messianique à l’égard des valeurs et des institutions américaines a toujours été une composante incontournable de l’identité nationale américaine ».

  • 18 Les termes de libéralisme et de réalisme étant bien entendu pris ici dans un sens très général, au (...)
  • 19 La version de février 1992 est produite par Paul Wolfowitz, alors sous-secrétaire à la politique de (...)

23Par leur volonté de diffuser la démocratie à travers le monde, les néoconservateurs se distinguent donc clairement des conservateurs réalistes ou isolationnistes et rejoignent, en ce sens, la tendance idéaliste de certains liberals. Cependant, si les finalités apparaissent idéalistes, les moyens mis en avant, quant à eux, relèvent bien de la « politique de puissance » chère aux réalistes, et non pas du multilatéralisme inspiré de Woodrow Wilson. Pour le dire autrement, les neocons sont certes des wilsoniens, mais des wilsoniens avant tout « durs » (Boot 24), « bottés » (Hassner 43) ou « avec des dents » (Mearsheimer)18. L’échec du projet wilsonien de la Société des Nations (SDN), au lendemain de la Première Guerre mondiale, est pour les néoconservateurs l’illustration parfaite que tant qu’il y aura des régimes non démocratiques, les règles de la politique de puissance devront prévaloir. Plus particulièrement, les membres du courant insistent sur l’importance de la puissance militaire américaine. Sur ce point, ils défendent, cela de manière continue, un budget significatif pour les États-Unis en matière de défense et dénoncent, de fait, les perspectives de certains conservateurs, notamment libertariens, obsédés par la réduction du budget de l’État. Celui-ci, notamment par l’intermédiaire de la puissance militaire, reste un élément primordial à leurs yeux, y compris dans le monde post-Guerre froide. À ce titre, William Kristol et Robert Kagan apparaissent une nouvelle fois les plus actifs sur cette question. S’inspirant notamment des idées du Defense Planning Guidance (U.S. Department of Defense 1992a ; 1992b ; Cheney 1993)19, ces derniers mettent en effet en avant, cela dans une multitude de travaux et de manière continue, l’importance de disposer d’un budget militaire conséquent. Une vision en tout point révélatrice, donc, de la position des néoconservateurs de la dernière génération à partir du milieu des années 1990. L’idée est bien de faire pression à la fois sur le Parti républicain mais plus largement, sur la présidence des États-Unis, afin de réorienter la politique étrangère des États-Unis vers une ligne dure et sans concession vis-à-vis des États non démocratiques. Pour cela, l’Amérique ne peut se passer de sa puissance militaire – le fameux hard power (Nye). Une insistance sur l’outil militaire qui les rapproche donc, d’une manière générale, des conservateurs réalistes.

  • 20 Il convient bien entendu de nuancer ici notre propos, les réalistes n’étant aucunement opposés par (...)

24Ainsi, les néoconservateurs, dans les années 1990, « ont critiqué à plusieurs reprises l’idée que la mondialisation économique inaugurait un monde où le pouvoir étatique s’érodait et où la force armée devenait de moins en moins pertinente » (Hurst 78). Ce constat est d’ailleurs on ne peut plus clair, à leurs yeux, au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, qui marqueraient tout simplement « la chute des libertariens » (Fukuyama 2002b). Selon les neocons dans un monde encore menaçant, les démocraties libérales, et plus particulièrement, donc, les États-Unis, doivent pouvoir avoir recours à la force armée, que ce soit pour des objectifs moraux ou sécuritaires. En cela, ils sont assez méfiants, comme beaucoup de conservateurs réalistes d’ailleurs (Macleod 72)20, vis-à-vis de l’efficacité du droit international en général et de plusieurs des institutions internationales qui sont censées l’incarner en particulier. Ainsi, les membres du courant sont très critiques vis-à-vis de ce qu’ils perçoivent comme un multilatéralisme « naïf », parfaitement incarné, selon eux, par Bill Clinton et les internationalistes libéraux et plus spécialement, par l’Organisation des Nations Unies (ONU) qu’ils chérissent. Dans un monde post-Guerre froide encore peuplé de régimes tyranniques hostiles aux valeurs – universelles – de l’Amérique, seul compte, in fine, la puissance militaire et la capacité d’en faire usage, si besoin de manière unilatérale.

25Si les néoconservateurs empruntent à certains liberals leur idéalisme en politique étrangère à travers l’objectif de promotion démocratique constamment mis en avant, ils s’en distinguent donc très clairement quant aux moyens qu’ils préconisent, ces derniers les rapprochant, entre autres, des conservateurs réalistes. Les membres du courant apparaissent donc bien comme des « hard Wilsonians » ce qui, une nouvelle fois et malgré l’existence de certaines similitudes avec d’autres conservateurs en politique étrangère, marque leur profonde singularité au sein de la droite états‑unienne.

Conclusion

26Le néoconservatisme semble donc bien être un courant singulier au sein du conservatisme américain. S’il peut entretenir plusieurs similitudes, sur des sujets variés, avec les autres tendances conservatrices, il s’en démarque également, à de nombreuses reprises et pour des raisons diverses. Sur ce point, il apparaît d’ailleurs que l’une de ses particularités repose sur son histoire atypique et plus spécifiquement, sur sa trajectoire personnelle. Comme nous avons pu le voir, le néoconservatisme naît effectivement à gauche. Les premiers néoconservateurs sont des liberals de guerre froide – certains, d’anciens trotskistes – qui ne supportent pas, à partir de la fin des années 1960, l’évolution de leur propre camp. Ces derniers vont peu à peu basculer vers les rangs du conservatisme et rejoindre, au début des années 1980, Ronald Reagan, dans ce qui deviendra le premier « moment néoconservateur ». Alors que nombreux sont ceux (y compris au sein du courant) qui croient le néoconservatisme « mort et enterré » à la suite de sa présidence, une nouvelle génération émerge au milieu des années 1990, cette fois-ci directement au sein de la droite américaine. Là encore, à l’instar de la décennie 1970, ces nouveaux néoconservateurs devront attendre l’élection d’un président prêt à porter et assumer le poids de leurs idées, ce qui sera le cas au début de la décennie 2000 avec George W. Bush – dont la présidence marquera le second « moment néoconservateur ». Ainsi, une part importante de l’identité du néoconservatisme repose sur ce passage de la gauche vers la droite de l’échiquier politique américain, et sur une temporalité marquée par deux principaux « moments » forts, à savoir les années 1980 et les années 2000. À ce titre, malgré le changement d’époque, cette seconde génération de néoconservateurs s’inscrit bien dans la continuité directe de la première, ce qui n’est pas sans conséquence sur la vision du monde qu’elle met en avant. En effet, l’originalité des néoconservateurs, que ce soit durant ou après la Guerre froide, tient du fait de leurs idées mêlant souvent un ancrage conservateur et un certain héritage libéral.

27En politique intérieure, nous avons par exemple pu voir que malgré une méfiance partagée avec les conservateurs traditionnels et libertariens vis-à-vis de l’interventionnisme étatique, les neocons ne sont pas, par principe, opposés à l’action de l’État dans la société. Bien au contraire, ils développent une vision paradoxale de cet interventionnisme, ce dernier, malgré ses nombreuses limites, pouvant s’avérer nécessaire sur le plan social, notamment à travers un Welfare State encadré au sein d’une économie de marché, mais également au plan moral en tant que potentiel vecteur ou gardien de valeurs indispensables à la survie du capitalisme et de la démocratie aux États-Unis. Concernant l’aspect moral et culturel, ils partagent d’ailleurs l’attachement des conservateurs traditionnels vis-à-vis de certaines valeurs fondamentales et sont inquiets, contrairement aux libertariens, de la perte d’identité du pays. Pour autant, à l’inverse de courants conservateurs, notamment le paléoconservatisme, ils demeurent relativement progressistes sur des sujets tels que l’immigration par exemple, qu’ils considèrent, d’une manière générale, comme un phénomène largement positif pour la nation américaine. C’est donc un certain mélange de progressisme – issu notamment de leur héritage libéral – et de valeurs conservatrices – preuve de leur évolution et ancrage à droite – qui semble animer leur vision des affaires intérieures et qui, en cela, marque leur réelle singularité dans le paysage conservateur.

28Il en est de même concernant la politique internationale. S’inscrivant ouvertement dans l’héritage wilsonien, les néoconservateurs partagent les finalités idéalistes de certains liberals dans la poursuite de la politique étrangère américaine. Pour eux, les États-Unis, en tant que nation exceptionnelle, ne peuvent se détourner de la démocratie et des droits de l’homme et doivent, au contraire, s’employer à les promouvoir. Du fait de cette ambition, les néoconservateurs se distinguent de nombreux conservateurs, isolationnistes mais aussi réalistes qui, pour leur part, ont tendance à minimiser de telles considérations morales afin de se focaliser respectivement sur la sphère intérieure ou la défense des intérêts nationaux. Cependant, contrairement à des libéraux tels que Bill Clinton et à l’instar de la plupart des conservateurs réalistes, ils placent leurs espoirs non pas dans les organisations internationales, mais bien dans l’usage – si besoin unilatéral – de la force armée. Les néoconservateurs se différencient par ailleurs, en cela, d’autres tendances du conservatisme – notamment les libertariens – qui, au lieu de défendre ardemment un niveau élevé de dépenses militaires, militent activement pour réduire le budget états-unien en matière de Défense. Ainsi, en politique étrangère, le néoconservatisme semble bien se rapprocher de certaines variantes de gauche concernant les finalités idéalistes poursuivies, mais demeure proches des conservateurs réalistes à propos des moyens préconisés. Ces éléments font indéniablement de lui un courant singulier au sein du conservatisme américain.

29Ainsi, comme l’observe Adam Wolfson (34) : « Il semble désormais plus probable qu’une chose comme le néoconservatisme représente une réponse conservatrice naturelle à la modernité, du moins en Amérique, avec ses propres qualités distinctives, son propre style et sa propre substance, ses propres forces et ses faiblesses ». Sur ce point, sa substance et son originalité tiennent en grande partie aux emprunts qu’il a su faire vis-à-vis des autres courants conservateurs. « De Milton Friedman », observait par exemple Irving Kristol à la fin des années 1980 concernant la vision intérieure du courant, « le néo-conservatisme a appris à reconnaître les vertus d’une économie de marché comme moteur de la croissance économique. De Friedrich Hayek, il a appris à apprécier cette vérité importante que les institutions de la société sont le produit de l’action humaine mais rarement celui d’un dessein humain. Des conservateurs culturels et du philosophe politique Leo Strauss », poursuit-il, « il a appris à apprécier la portée des traditions morales et philosophiques précapitalistes. À cet égard », selon le « godfather », « le néoconservatisme est un mouvement intellectuel syncretiste. Mais », précise-t-il, « il vise davantage qu’un syncretisme ; il recherche une nouvelle synthèse. Car, à côté de ce dont il a hérité en provenance des optiques conservatrices antérieures, il a ses propres inclinations distinctives » (I. Kristol 1983/1987, 11-12). Sur ce point, notre travail a cherché à montrer qu’en plus d’emprunter au conservatisme, le néoconservatisme semble également nourri par un héritage libéral complexe lié à son histoire particulière, qui influence sur certains aspects sa vision des affaires intérieures comme de la politique étrangère des États-Unis. Pour toutes ces raisons, il reste indéniablement un courant singulier au sein du conservatisme américain.

Haut de page

Bibliographie

Abrams, Elliott. Security and Sacrifice: Isolation, Intervention, and American Foreign Policy. Indianapolis : Hudson Institute, 1995.

Alexander, Lamar et Chester E. Finn, Jr. (ed.). The New Promise of American Life. Indianapolis : Hudson Institute, 1995.

Battistella, Dario. Théories des relations internationales. 2003, 5e édition, Paris : Presses de Sciences Po, 2015.

Bennett, William J. (ed.). The Book of Virtues: A Treasury of Great Moral Stories. New York : Simon and Schuster, 1993.

Bennett, William J. Why We Fight: Moral Clarity and the War on Terrorism. 2002, 2e edition, Washington : Regnery, 2003.

Boot, Max. « Neocons ». Foreign Policy. Janvier/février 2004, n° 140, p. 20-28.

Bottum, Joseph et William Kristol. « For a Total Ban on Human Cloning ». The Weekly Standard. 2 juillet 2001.

Brooks, David, « A Return to National Greatness: A Manifesto for a Lost Creed ». The Weekly Standard. 3 mars 1997.

Brooks, David, « Politics and Patriotism ». The Weekly Standard. 26 avril 1999.

Brooks, David. « All Cultures Are Not Equal ». The New York Times. 10 août 2005.

Buchanan, Patrick J. The Death of the West: How Dying Populations and Immigrant Invasions Imperil Our Culture and Civilization. New York : Thomas Dunne Books, 2002.

Buchanan, Patrick J. State of Emergency: The Third World Invasion and Conquest of America. New York : Thomas Dunne Books, 2006.

Buchanan, Patrick J. Where the Right Went Wrong: How Neoconservatives Subverted the Reagan Revolution and Hijacked the Bush Presidency. New York : Thomas Dunne Books, 2004.

BUSH, George W. « President Delivers State of the Union Address ». The White House – President George W. Bush [en ligne]. 29 janvier 2002. [Consulté le 10 février 2020]. https://georgewbush-whitehouse.archives.gov/news/releases/2002/01/20020129-11.html.

Cheney, Dick. « Defense Strategy for the 1990s: The Regional Defense Strategy ». The National Security Archives [en ligne]. Janvier 1993. [Consulté le 11 février 2020]. https://nsarchive2.gwu.edu//nukevault/ebb245/doc15.pdf.

Daalder, Ivo H. et James M. Lindsay. America Unbound: The Bush Revolution in Foreign Policy. Washington : Brookings Institution Press, 2003.

Dorrien, Gary. Imperial Designs: Neoconservatism and the New Pax Americana. New York : Routledge, 2004.

Doyle, Michael W. « Kant, Liberal Legacies, and Foreign Affairs ». Philosophy and Public Affairs. Été 1983, vol. 12, n° 3, p. 205-235 et 323-353.

Dworkin, Anthony. « Chastened Hegemon ». Prospect. Mai 2006, n° 122.

Frachon, Alain et Daniel Vernet. L’Amérique des néo-conservateurs. L’illusion messianique. 2004, édition revue et augmentée, Paris : Perrin, coll. « Tempus », 2010.

Frum, David. « Patrick J. Buchanan, Left-Winger ». The Weekly Standard. 27 novembre 1995.

Frum, David. What’s Right: The New Conservative Majority and the Remaking of America. New York : Basic Books, 1996.

Frum, David. « The Libertarian Temptation ». The Weekly Standard. 21 avril 1997.

Frum, David. The Right Man: The Surprise Presidency of George W. Bush. New York : Random House, 2003.

Frum, David. Comeback: Conservatism That Can Win Again. New York : Doubleday, 2008.

Fukuyama, Francis. La fin de l’histoire et le dernier homme. trad. française, Paris : Flammarion, 1992.

Fukuyama, Francis. « Immigrants and Family Values ». Commentary. Mai 1993, vol. 95, n° 5, p. 26‑32.

Fukuyama, Francis. La Confiance et la Puissance. Vertus sociales et prospérité économique. 1995, trad. française, Paris : Plon, 1997.

Fukuyama, Francis. « La post-humanité est pour demain ». Le Monde des débats. Juillet/août 1999, n° 5, p. 16-20.

Fukuyama, Francis. La fin de l’homme. Les conséquences de la révolution biotechnique. Trad. française, Paris : La Table Ronde, 2002.

Fukuyama, Francis. « The Fall of the Libertarians ». The Wall Street Journal. 2 mai 2002.

Fukuyama, Francis. Le grand bouleversement. La nature humaine et la reconstruction de l’ordre social. 1999, trad. française, Paris : La Table Ronde, 2003.

Fukuyama, Francis. « The Neoconservative Moment ». The National Interest. Été 2004, n° 76, p. 57‑68.

Fukuyama, Francis. « Transhumanism ». Foreign Policy. Septembre/octobre 2004, n° 144, p. 42‑43.

Fukuyama, Francis. America at the Crossroads: Democracy, Power, and the Neoconservative Legacy. New Haven : Yale University Press, 2006.

Gagnon, Frédérick et Guillaume Mascotto. « Le néoconservatisme ». In Macleod, Alex et Dan O’Meara (dir.). Théories des relations internationales. Contestations et résistances. 2007, 2e édition, Outremont : Athéna éditions, 2010, p. 177‑193.

Harrington, Michael. « The Welfare State and Its Neoconservative Critics ». Dissent. Automne 1973, vol. 20, n° 4, p. 435‑454.

Hassner, Pierre. « L’empire de la force ou la force de l’empire ? ». Cahiers de Chaillot. Septembre 2002, n° 54.

Hayek, Friedrich. La Route de la servitude. 1944, trad. française, 6e édition, Paris : PUF, 2013.

Heilbrunn, Jacob. They Knew They Were Right: The Rise of the Neocons. New York : Doubleday, 2008.

Hoeveler, J. David, Jr. Watch on the Right: Conservative Intellectuals in the Reagan Era. Madison : University of Wisconsin Press, 1991.

Hurst, Steven. « Myths of Neoconservatism: George W. Bush’s ‘Neo-conservative’ Foreign Policy Revisited ». International Politics. Mars 2005, vol. 42, n° 1, p. 75‑96.

Ikenberry, John G. « The End of the Neo-Conservative Moment ». Survival. Printemps 2004, vol. 46, n° 1.

Kagan, Robert. « The Benevolent Empire ». Foreign Policy. Été 1998, n° 111, p. 24-35.

Kagan, Robert. « We Must Fight This War ». The Washington Post. 12 septembre 2001.

Kagan, Robert et William Kristol. « Toward a Neo-Reaganite Foreign Policy ». Foreign Affairs. Juillet/août 1996, vol. 75, n° 4, p. 18-32.

Kaplan, Lawrence F. et William Kristol. Notre route commence à Bagdad. Trad. française, Paris : Saint-Simon, 2003.

Krauthammer, Charles. « The Unipolar Moment ». Foreign Affairs. Hiver 1990/1991, vol. 70, n° 1, p. 23‑33.

Krauthammer, Charles. « Dodging and Weaving on Affirmative Action ». The Washington Post. 03 mars 1995.

Krauthammer, Charles. « A Critique of Pure Newt ». The Weekly Standard. 18 septembre 1995.

Krauthammer, Charles. « Of Headless Mice… And Men ». Time Magazine. 19 janvier 1998.

Krauthammer, Charles. « The Bush Doctrine ». The Weekly Standard. 4 juin 2001.

Krauthammer, Charles. « Voices of Moral Obtuseness ». The Washington Post. 21 septembre 2001.

Krauthammer, Charles. Democratic Realism: An American Foreign Policy for a Unipolar World. Washington : AEI Press, 2004.

Krauthammer, Charles. « Assimilation Nation ». The Washington Post. 17 juin 2005.

Kristol, Irving. Two Cheers for Capitalism. New York : Basic Books, 1978.

Krauthammer, Charles. Réflexions d’un néo-conservateur. 1983, trad. française, Paris : PUF, 1987.

Krauthammer, Charles. Neoconservatism: The Autobiography of an Idea. New York : The Free Press, 1995.

Krauthammer, Charles. —. « Profession de foi néoconservatrice. Pour le passé et pour le présent ». Commentaire. Hiver 2003/2004, vol. 4, n° 104, p. 990-993.

Kristol, William. « The Future is Now ». The Weekly Standard. 12 février 2001.

Kristol, William et David Brooks. « What Ails Conservatism ». Wall Street journal. 15 septembre 1997.

Legaré-Tremblay, Jean-Frédéric. « L’idéologie néoconservatrice et la politique étrangère américaine sous George W. Bush ». Études Raoul Dandurand [en ligne]. 2005, n° 9. [Consulté le 11 février 2020] https://dandurand.uqam.ca/wp-content/uploads/sites/3/2016/04/ERD_ideologie_neoconservatrice_Legare.pdf.

Macleod, Alex. « The Neoconservative Challenge to Realist Thinking in American Foreign Policy ». In Charbonneau, Bruno et Wayne S. Cox (eds.). Locating Global Order: American Power and Canadian Security after 9/11. Vancouver: UBC Press, 2010, p. 67‑83.

McClelland, Mark J. L. « Exporting Virtue: Neoconservatism, Democracy Promotion and the End of History ». The International Journal of Human Rights. 2011, vol. 15, n° 4, p. 520‑531.

Mearsheimer, John J. « Hans Morgenthau and the Iraq War: Realism versus Neoconservatism ». Open Democracy. 19 mai 2005.

Muravchik, Joshua. « Conservatives for Clinton ». The New Republic. 2 novembre 1992.

Muravchik, Joshua. « Lament of a Clinton Supporter ». Commentary. Août 1993, vol. 96, n° 2, p. 15‑22.

Murray, Charles. Losing Ground: American Social Policy, 1950-1980. New York : Basic Books, 1984.

Naves, Marie-Cécile. La fin des néoconservateurs ?. Paris : Ellipses, 2009.

Nye, Joseph S. Le leadership américain. Quand les règles du jeu changent. trad. française, Nancy : Presses Universitaires de Nancy, 1992.

Podhoretz, Norman. « Neoconservatism: A Eulogy ». Commentary. Mars 1996, vol. 101, n° 3, p. 19‑27.

Russett, Bruce. Grasping the Democratic Peace: Principles for a Post-Cold War World. Princeton : Princeton University Press, 1993.

Stephanson, Anders. Manifest Destiny: American Expansion and the Empire of Right. New York : Hill and Wang, 1995.

U.S. Department of Defense. « Defense Planning Guidance. FY 1994-1999 ». The national Security Archive [en ligne]. 18 février 1992. [Consulté le 11 février 2020] https://nsarchive2.gwu.edu/nukevault/ebb245/doc03_extract_nytedit.pdf.

U.S. Department of Defense. « Defense Planning Guidance. FY 1994-1999 ». National Archives [en ligne]. 16 avril 1992. [Consulté le 11 février 2020] https://www.archives.gov/files/declassification/iscap/pdf/2008-003-docs1-12.pdf.

Vaïsse. Justin. Histoire du néoconservatisme aux États-Unis. Paris : Odile Jacob, 2008.

Védrine, Hubert. « Le monde au tournant du siècle ». Politique Etrangère. Hiver 1999/2000, vol. 64, n° 4, p. 813‑821.

Wolfowitz, Paul. « Statesmanship in the New Century ». In Kagan, Robert et William Kristol (eds.). Present Dangers: Crisis and Opportunity in American Foreign and Defense Policy. San Francisco : Encounter Books, 2000, p. 307‑336.

Wolfson, Adam. « Conservatives and neoconservatives ». The Public Interest. Hiver 2004, n° 154, p. 32‑48.

Haut de page

Notes

1 Outre les noms déjà mentionnés, on peut par exemple citer, à des degrés et sur des thèmes différents, Pen Kemble, Jeane Kirkpatrick, Seymour Martin Lipset, Daniel Patrick Moynihan, Joshua Muravchik, Michael Novak, Norman Podhoretz, Eugene Rostow ou encore, Ben J. Wattenberg.

2 On peut notamment citer les exemples, entre autres, de Elliott Abrams, Max Kampelman, Jeane Kirkpatrick, Richard Perle, Eugene Rostow ou encore, Paul Wolfowitz, même si certains restent démocrates. Sur l’évolution plus générale des conservateurs américains au cours des années 1970 et 1980, voir notamment (Hoeveler).

3 Joshua Muravchik fera cependant part de son regret à plusieurs reprises par la suite. Voir notamment (Muravchik 1993).

4 Pour reprendre la classification en trois « âges » effectuée par Justin Vaïsse. Le premier âge s’étend ainsi « de 1965 aux années 1990 », le deuxième âge « de 1972 à 1992 » et le troisième âge « à partir de 1995 ». Voir (Vaïsse 2008). Nous choisissons pour notre part de regrouper, sous la même bannière de « néoconservateurs de Guerre froide », les deux premiers « âges » du néoconservatisme mis en avant par Justin Vaïsse et, en ce sens, de conserver le troisième âge sous l’étiquette de « néoconservateurs post-Guerre froide ». Ce choix semble par ailleurs renforcé par la convergence observée par l’auteur lui-même, au cours des années 1980, entre les deux premiers âges du mouvement (20 ou 222).

5 En effet, si l’on retrouve plusieurs néoconservateurs au sein du Département de la Défense et de la Vice-Présidence (Paul Wolfowitz, Douglas J. Feith, I. Lewis « Scooter » Libby, etc.), le Département d’État semble globalement dominé par les réalistes. Par ailleurs, les néoconservateurs sont le plus souvent positionnés à des rangs secondaires, Donald Rumsfeld et Dick Cheney ne pouvant officiellement être considérés comme tels, mais plutôt comme des « nationalistes agressifs ». (Vaïsse 2008, 255-256). Concernant ce terme, l’auteur cite ici (Daalder, Lindsay).

6 En réalité, la prise de distance de Fukuyama vis-à-vis du néoconservatisme demeure clairement à relativiser.

7 Pour reprendre, par exemple, la classification effectuée par (Wolfson).

8 Au sens américain du terme.

9 Traduction issue de Francis Fukuyama, D’où viennent les néo-conservateurs ?, trad. française, Paris, Grasset, 2006, p. 32‑33.

10 Le « godfather » du mouvement, Irving Kristol, n’accordait d’ailleurs quant à lui déjà que « two cheers » au capitalisme, et non pas « three », comme le veut la formule. Voir (I. Kristol 1978).

11 Sur ce point, voir notamment (Vaïsse).

12 Sur ce point, Irving Kristol écrit, à propos des néoconservateurs : « Bien qu’ils y trouvent beaucoup à critiquer, ils cherchent plus volontiers à se laisser guider par la sagesse démocratique d’un Tocqueville que par la nostalgie tory d’un Russell Kirk, pour ne citer que lui ». (I. Kristol 2003/2004, 991).

13 Pour sa critique du néoconservatisme, sur ce thème comme sur d’autres, voir également (Buchanan 2004).

14 Traduction issue de Francis Fukuyama, D’où viennent les néo-conservateurs ?, op. cit., p. 66.

15 Le terme est donc ici employé sur le plan des théories des relations internationales. Sur les approches réalistes et libérales en la matière, voir notamment (Battistella).

16 Pour une explication de la genèse de cette expression par le speechwriter de George W. Bush, voir (Frum).

17 Sur les changements entre la première génération de néoconservateurs et le néoconservatisme post-Guerre froide, voir notamment (McClelland).

18 Les termes de libéralisme et de réalisme étant bien entendu pris ici dans un sens très général, au vu de la complexité et de la diversité caractérisant ces deux approches. Sur les similitudes avec les deux courants, voir notamment (Gagnon, Mascotto) ou encore, (Legaré-Tremblay). William Kristol et Lawrence Kaplan (73) soulignent d’ailleurs eux-mêmes que leur vision « s’efforce d’associer les éléments les plus positifs du réalisme et du libéralisme ».

19 La version de février 1992 est produite par Paul Wolfowitz, alors sous-secrétaire à la politique de Défense, cela sous la direction du Dick Cheney, secrétaire à la Défense des États-Unis. Suite à une fuite dans la presse créant la controverse, une version légèrement révisée est transmise en avril 1992. Finalement, une dernière version est publiée par Dick Cheney lui-même en janvier 1993.

20 Il convient bien entendu de nuancer ici notre propos, les réalistes n’étant aucunement opposés par principe, à l’instar des néoconservateurs d’ailleurs, au droit international ou au multilatéralisme. Leur accent mis sur l’État-nation les empêchent simplement de souscrire à la vision mise en avant par de nombreux internationalistes libéraux sur le sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Bourgois, « Un courant singulier au sein du conservatisme états‑unien ? », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 226 | 2021, mis en ligne le 09 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/orda/5920 ; DOI : https://doi.org/10.4000/orda.5920

Haut de page

Auteur

Pierre Bourgois

Institut de recherche Montesquieu (IRM-CMRP), Université de Bordeaux
Center for Global Peace and Conflict Studies (CGPACS), University of California, Irvine, pierre.bourgois@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search