Navigation – Plan du site

AccueilORDA226La militante conservatrice Phylli...

La militante conservatrice Phyllis Schlafly et le candidat Donald Trump : convergence ou croisée des chemins ?

Conservative activist Phyllis Schlafly and republican candidate Donald Trump: Orchestrated Encounter or Genuine Convergence?
La militante conservadora Phyllis Schlafly y el candidato Donald Trump: ¿convergencia o encrucijada
Amélie Ribieras

Résumés

En 2016, la militante conservatrice Phyllis Schlafly choisit d’appuyer la candidature de Donald Trump à la présidence des États-Unis. Ce geste politique, jugé surprenant par les fidèles de son organisation Eagle Forum, soulève de nombreuses questions quant l’authenticité de leur alliance et à la trajectoire de la droite américaine. Tous deux longtemps en marge du domaine politique, ils ont recours aux mêmes outils de mobilisation, à savoir la rhétorique populiste, les émotions et la réputation personnelle. Toutefois, Donald Trump s’insère difficilement dans la tradition conservatrice « pro‑famille » dont Phyllis Schlafly est la figure de proue – ce qui ne l’empêche nullement de s’approprier son héritage. Le soutien de Schlafly au candidat transgressif des primaires est donc à envisager comme l’aboutissement d’un combat mené par les frondeurs du Parti républicain en faveur de causes contestataires et comme un effort de préservation de l’unité partisane et de la mobilisation des femmes conservatrices.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Donald Trump ne serait ni tout à fait un outsider ni un frondeur car il n’est pas issu du monde pol (...)
  • 2 Le magazine Forbes estime que le patrimoine de Trump s’élèverait à 3,1 milliards de dollars, faisan (...)
  • 3 En novembre 2016, Donald Trump remporte une majorité des voix au collège électoral – 306 contre 232 (...)

1Lorsque le candidat républicain Donald Trump est élu à la présidence des États-Unis en novembre 2016, le pays cherche à comprendre comment cet homme, un outsider politique aux propos teintés de nationalisme, de racisme et de misogynie, est parvenu à accomplir cet exploit1. En effet, Trump n’a jamais eu de mandat électif et il n’est pas connu dans la sphère politique ; il est cependant un homme d’affaires renommé, à la tête d’une grande fortune2. Dès lors, comment expliquer ce succès électoral3 ?

  • 4 Voir David Weigel & Jose DelReal, « Phyllis Schlafly Endorses Trump in St. Louis », The Washington (...)

2Si le candidat Trump s’est efforcé de courtiser des secteurs clés de l’électorat américain – notamment le vote ouvrier blanc des zones urbaines désindustrialisées – il a également pu prendre appui sur un vaste réseau de citoyen.ne.s et militant.e.s politiques, déterminé.e.s à changer la donne après l’ère Obama (2009-2017). C’est ainsi que lors d’un meeting de campagne dans la ville de Saint-Louis (Missouri) en mars 2016, Donald Trump reçoit le soutien de la militante conservatrice Phyllis Schlafly (1924-2016)4. Connue pour son action militante contre le communisme, pour son pamphlet A Choice not an Echo publié en 1964 au bénéfice du candidat Barry Goldwater et pour son combat contre l’Equal Rights Amendment (ERA), Schlafly est une des figures de proue du conservatisme américain.

3Au début de l’année 2016, son organisation Eagle Forum est contrainte d’entamer une transition vers un nouveau leadership, Schlafly étant très affaiblie par la maladie. Aux enjeux très concrets d’héritage et de mémoire s’ajoute la nécessité d’inscrire la lutte antiféministe dans le XXIe siècle. Lorsque Donald Trump, qui est pourtant loin de faire l’unanimité, devient le champion du Parti républicain, Phyllis Schlafly se range derrière l’homme dont l’ascension semble irrésistible. L’alliance symbolique entre ces deux acteurs du jeu politique interroge néanmoins sur leurs intentions respectives, sur les modalités de leur entente ainsi que sur la probable reconfiguration qui se joue à droite. Que dit-elle de la contestation conservatrice des cinquante dernières années ? Ayant fait l’objet de nombreuses études depuis les années 1990, le conservatisme américain n’a cessé d’interpeller les historien.ne.s qui enrichissent constamment ce champ. La trajectoire de Phyllis Schlafly dans le monde politique et militant présente un intérêt certain pour qui s’intéresse à la droite américaine car elle se conjugue à la montée en puissance du mouvement conservateur depuis l’après-guerre jusqu’à l’élection de Donald Trump.

  • 5 Notre thèse, intitulée « Le discours socioculturel et les pratiques militantes des conservatrices a (...)

4L’étude en miroir de ces deux voix contestataires, ancrée en partie dans notre recherche de doctorat5, nous permettra d’évaluer la crédibilité du geste politique de Schlafly, au regard de leur parcours respectif et de la tradition conservatrice. Nous nous intéresserons d’abord au croisement inattendu de la trajectoire de Schlafly et de celle de Trump, en revenant notamment sur leurs faits d’arme. Nous tenterons ensuite d’évaluer la convergence de leurs intérêts, en étudiant plus particulièrement les outils et postures politiques qu’ils ont en commun. Et enfin, après avoir mis en évidence leurs divergences, nous interrogerons la vraisemblance du lien qui unit Donald Trump au mouvement mené par Phyllis Schlafly.

I/ Rencontre surprenante de deux trajectoires

1/ Phyllis Schlafly : une militante conservatrice aguerrie et antiféministe reconnue

5Depuis les années 1950, Phyllis Schlafly œuvre pour la droite américaine, surtout en coulisse. Elle s’investit à la fois dans l’antenne féminine du Parti républicain et dans le mouvement anticommuniste. Ce sont les années 1960 qui offrent à Phyllis Schlafly un tremplin politique et militant. Après avoir ardemment soutenu la candidature du sénateur de l’Arizona, Barry Goldwater à l’élection présidentielle de 1964 – sans résultat – elle perçoit dans la vague de contestation sociale qui secoue le pays l’occasion de relancer sa carrière. Le mouvement féministe qui émerge, nourri par les différents combats à gauche, a entrepris d’interpeller l’opinion publique et le gouvernement au sujet du statut des femmes. Toutes sortes d’organisations voient le jour, de la première, la National Organization for Women (1966), aux groupes de parole les plus informels, les consciousness raising groups. Peu à peu, les sujets relevant du domaine privé revêtent une envergure politique. Malgré leurs différences idéologiques et politiques, féministes réformistes et radicales questionnent les normes de genre patriarcales qui enferment femmes et hommes dans des catégories genrées prédéfinies et considérées comme immuables et elles débattent de problèmes tels que le mariage ou l’accès à l’emploi et à l’avortement. En 1972, l’Equal Rights Amendment est fermement soutenu par le Congrès et est envoyé dans les États pour être ratifié ; cette mesure phare inscrirait l’égalité des sexes dans la Constitution des États-Unis. Mais Phyllis Schlafly saisit l’opportunité de mobiliser les femmes conservatrices contre ce projet. Dénonçant les conséquences désastreuses que l’amendement pourrait avoir, selon elle, non seulement sur les privilèges accordés aux femmes en matière d’union maritale et de droits sociaux mais aussi sur le fédéralisme américain, Schlafly lance un appel aux mêmes citoyens et citoyennes déjà profondément ébranlé.e.s par les mobilisations de la décennie précédente.

  • 6 Le mouvement conservateur peut compter sur des PACs (political action committee) qui financent les (...)

6Avec l’aide des militantes de son organisation (STOP ERA puis Eagle Forum), elle met un coup d’arrêt au processus de ratification en mobilisant les femmes sur la base de leurs convictions antiféministes si bien que l’ERA échoue en 1982. Ainsi, cette femme influente parvient-elle à formuler un discours suffisamment consensuel pour fédérer les convictions des femmes militant au profit de la droite. La défense de la famille « traditionnelle », une famille nucléaire réunie autour d’un couple hétérosexuel marié et de leurs enfants et où prévalent les rôles genrés conventionnels, devient le prisme à travers lequel s’exprime une contestation conservatrice protéiforme. Cela donne naissance à un puissant contre-mouvement dit « pro-famille », qui s’insère dans le réseau en pleine éclosion de la Nouvelle Droite, caractérisé par des groupes de réflexion, des revues spécialisées et d’impressionnants moyens financiers (Ben Barka 1999)6. Plusieurs chercheurs et chercheuses soulignent la participation exceptionnelle des femmes à ce mouvement et Phyllis Schlafly semble y être pour beaucoup (Klatch 1987). Elle est l’architecte de ce militantisme « pro-famille » qu’elle canalise en faveur de la droite américaine jusqu’à sa mort en 2016.

2/ Donald Trump : un homme d’affaires milliardaire aux opinions modérées

7Loin d’être un politicien de premier plan, Donald Trump est quant à lui issu du milieu des affaires. Il hérite à la fin des années 1960 de la société immobilière érigée par son père et la métamorphose en empire personnel. La Trump Organization est aujourd’hui un conglomérat familial qui rassemble hôtels, appartements, casinos et terrains de golf à travers le monde. Le nom de Trump est d’ailleurs devenu une marque, visible dans de nombreuses villes américaines, New York en premier chef. Trump est donc un magnat de l’immobilier, aux moyens financiers colossaux – bien que basés selon certains sur une dette abyssale. Il fait partie des hommes les plus fortunés du pays mais il est aussi une véritable célébrité à la carrière médiatique retentissante. Si son ouvrage The Art of the Deal (1987) figure parmi les best-sellers du New York Times et ses mariages successifs aux unes des tabloïds américains, sa série de téléréalité The Apprentice participe aussi à sa popularité (Kaspi & Harter 2018 : 155-156). Donald Trump est un homme charismatique et puissant dont la personnalité flamboyante passionne les médias.

  • 7 En février 2020, il a été condamné à trois ans et quatre mois de prison par la justice américaine p (...)

8Toutefois, il manque d’envergure politique. Trump fait valoir ses premières ambitions politiques à la fin des années 1980, encouragé par le consultant politique Roger Stone7. Ancien membre de l’équipe de campagne de Richard Nixon, Stone suggère à Trump de se présenter comme gouverneur de l’État de New York en 1987, ce à quoi il renonce finalement (Bercoff 2016 : 147-148). Convaincu qu’il ne se présentera à l’élection présidentielle que s’il est certain de l’emporter, Trump évalue ses chances en 2000 auprès du Reform Party, créé par le milliardaire Ross Perot pour sa propre campagne en 1996. Il cède finalement la place au conservateur Pat Buchanan. S’il est intransigeant sur l’équilibre budgétaire, le Donald Trump d’alors est alors plutôt modéré sur les sujets relevant du domaine socioculturel ; il parle de réduire le déficit fédéral en instaurant un nouvel impôt sur les riches, tout en conservant les programmes d’aide social comme Medicare et Social Security et en proposant une forme d’assurance santé organisée à l’échelle nationale, mais il n’est pas opposé au droit à l’avortement – un sujet sur lequel il fera volte-face lors de sa course à la Maison-Blanche en 2016 (Ibid. : 152-155). Alors qu’il consolide ses positions politiques publiquement, il fait montre d’un style de communication déjà exubérant. Pour le journaliste André Bercoff, il s’agit « d’occuper plus ou moins talentueusement le territoire de la parole et de l’image, du son et des lumières, du slogan et de la marque (…) » (Ibid. : 157). Trump est avant tout un homme d’affaires qui maîtrise l’art de la vente et du marketing, un talent qu’il n’hésite pas à exploiter dans le domaine politique.

9Ce n’est qu’à partir des années 2010 que la candidature de Donald Trump à la présidence des États-Unis se concrétise. Après l’échec de Mitt Romney en 2012, il saisit sa chance. Dans son manifeste de campagne publié en 2016 sous le titre de Crippled America, il fait connaître son projet pour restaurer la grandeur de l’Amérique. Son programme inclut la construction d’un mur avec le Mexique, un plan fiscal qui augmenterait les impôts des riches et baisserait ceux des classes moyennes et des foyers aux bas revenus, la consolidation des forces armées pour agir en position de force, la création d’emplois industriels par relocalisation, le remplacement de l’Affordable Care Act de 2010 par un projet de concurrence entre assurances santé, l’introduction de la concurrence dans le milieu scolaire et un investissement massif dans les infrastructures du pays (Trump 2015). Son programme, qui se veut être une entreprise de rénovation de l’Amérique, ébranle les dogmes républicains ; pourtant, cela n’empêche pas Phyllis Schlafly de s’intéresser à son profil.

3/ Rapprochement de deux électrons libres

10Au regard de leurs convictions et de leurs carrières respectives, Phyllis Schlafly et Donald Trump ne semblent pas faits pour se rencontrer. Néanmoins, en 2016, la présidente d’Eagle Forum lie son destin et celui de son mouvement au candidat républicain. Dans le livre qu’elle lui consacre, The Conservative Case for Trump (2016), elle affirme qu’en dépit des réticences exprimées par de nombreux politiques, Donald Trump est le candidat providentiel des conservateur.rice.s :

  • 8 « Donald Trump might seem an unlikely candidate to some, but he offers the American public somethin (...)

Donald Trump peut sembler être un candidat incongru pour certains ; cependant il propose aux Américains une chose à laquelle ils aspirent : « un choix, non un écho » (…). Nous choisissons Donald Trump comme président non seulement parce qu’il peut gagner (…) mais aussi parce que lorsqu’on examine ce qu’il dit et ce en quoi il croit, on découvre un patriote américain prônant des mesures qui redonneront sa grandeur à l’Amérique (Schlafly in Schlafly, Martin & Decker 2016, ix‑x)8.

  • 9 Il commence sa carrière au cinéma en Californie dans les années 1930 et est élu à deux reprises pré (...)

11L’incongruité de Trump, dénoncée par certain.e.s, s’explique surtout par son statut de frondeur : il n’a pas d’expérience dans le monde politique et n’a jamais obtenu de mandat électoral. Pourtant, si l’on scrute l’historique des préférences de Schlafly lors des élections présidentielles, on constate qu’elle se prononce souvent en faveur de candidats atypiques, en marge du système – comme Barry Goldwater, un anticommuniste hardi au discours va-t-en-guerre ou Ronald Reagan, un acteur de carrière et ancien démocrate9.

  • 10 « Nowadays, in the knowledge‐based economy, experts of various kinds, journalists, and intellectual (...)

12Pour Schlafly, Donald Trump n’est pas un candidat comme les autres ; il est même en dehors de la machine politique, c’est-à-dire de l’establishment. Ce terme s’applique à un groupe d’individus qui seraient « établis » dans le système par opposition à d’autres qui en seraient exclus. Il suggère donc un déséquilibre dans la répartition du pouvoir politique, social ou culturel. Pour la linguiste Ruth Wodak, spécialiste du discours de droite, l’establishment correspond à un certain type d’« élite », elle-même décrite par le sociologue C. Wright Mills comme les hommes qui contrôlent le processus de décisions et les ressources au sein des groupes industriels dominants. Wodak considère que dans nos sociétés contemporaines l’establishment est incarné par ceux qui détiennent le savoir, soit « les expert.e.s de tous types, les journalistes, les intellectuel.le.s, les chercheur.e.s et les enseignant.e.s » (Wodak 2017)10. En réalité, c’est un groupe aux contours fluctuants mais ils ont en commun leur statut privilégié et leur pouvoir d’influence.

  • 11 L’un des slogans de campagne de Trump sera « Drain the swamp » (Drainons le marais).
  • 12 Phyllis Schlafly occupe une position plutôt marginale dans la sphère politique. En 1967, alors qu’e (...)

13Si Donald Trump est un candidat transgressif, qui se désolidarise avec insistance du « marigot de Washington »11, Phyllis Schlafly a également construit sa carrière en dehors des cercles politiques traditionnels12. Cette similitude conduit Schlafly à passer le flambeau à cet outsider. À première vue, ils semblent partager des préoccupations similaires : l’Amérique a perdu de sa splendeur et de sa force, notamment à cause de la mainmise de l’establishment sur les leviers de pouvoir. Désireux de mobiliser les citoyen.ne.s délaissé.e.s par une élite arrogante, Trump et Schlafly déploient tous deux une stratégie politique qui conjugue arsenal rhétorique, appel aux émotions et popularité.

II/ Exploitation des mêmes ressorts politiques

1/ Un discours populiste

  • 13 La tradition populiste américaine remonterait au milieu des années 1890 lorsque le People’s Party, (...)
  • 14 Il résume sa pensée par la phrase : « nous – et seulement nous – représentons le peuple véritable » (...)

14S’étant battue toute sa vie contre ce qu’elle considère être une élite politique décadente et déconnectée des préoccupations des citoyen.ne.s de la base, Phyllis Schlafly est une fervente pratiquante du populisme. Ce phénomène politique, en dépit des nombreuses recherches dont il a fait l’objet, demeure protéiforme. Pour l’historien Michael Kazin, qui l’étudie dans le contexte étatsunien, c’est un mode de persuasion consistant à établir une mise en tension entre les citoyens ordinaires et les élites ; ces dernières auraient trahi l’idéal démocratique au cœur de la nation américaine, soit le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple (Kazin 1995)13. Le politologue allemand Jan-Werner Müller, qui ne s’attache pas à une zone géographique en particulier, pense ainsi que l’étude du populisme touche aux fondements de la démocratie. Malgré une promesse de démocratie radicale, le populisme peut se montrer résolument anti-démocratique car il ne suffit pas de s’opposer aux élites pour entrer dans cette catégorie. Müller défend l’idée que l’anti-pluralisme, qui se traduit par un monopole de la représentation populaire, est également constitutif de cette posture politique (Müller 2016 : 31)14. On le voit, c’est une approche politique qui privilégie le conflit, la polarisation et le rejet, ainsi que l’absolutisme.

  • 15 « secret groups of persons high in finance and government who meet secretly to make important polit (...)

15Dès les années 1960, Phyllis Schlafly puise dans cette tradition pour défendre les intérêts du mouvement conservateur alors en pleine expansion. Dans l’ouvrage A Choice not an Echo (1964), cité précédemment, elle dénonce les faiseurs de roi (kingmakers) du Parti républicain, « [ces] groupes secrets d’individus haut placés dans les mondes de la finance et du gouvernement, qui se rassemblent secrètement pour élaborer des tractations politiques qu’ils ne révèlent pas au grand public » (Schlafly 1964 : 107)15. Elle vise ici les républicains modérés de la côte Est comme Nelson Rockefeller, gouverneur de l’État de New York, qu’elle accuse de monopoliser le pouvoir. Chez Phyllis Schlafly, le populisme se décline donc en une série d’antagonismes : la majorité s’oppose à l’oligarchie, l’élite se heurte au peuple et la région nord-est – où sont concentrés pouvoirs politiques et économiques – contraste avec le cœur des États-Unis (heartland) – où se déploie l’Amérique laborieuse et patriote.

  • 16 « After months of waiting for Trump to self-destruct, the Washington-based Republican establishment (...)

16En 2016, elle envisage la course à la présidence sur le thème de l’affrontement entre des groupes aux intérêts opposés : spéculant sur les agissements de Paul Ryan, président de la Chambre des représentants, elle affirme qu’« après des mois passés à attendre que Trump s’autodétruise, l’establishment républicain de Washington a enfin trouvé un moyen de reprendre le contrôle du Parti au détriment des outsiders et de la base » (Schlafly 2016)16. À nouveau, l’élite politique est décrite comme fomentant contre les exclus et le peuple, dont Trump apparaît comme le digne porte-parole. Ainsi qu’il l’annonce dans son discours à la convention républicaine en juillet 2016, Donald Trump fait de la défense du « peuple » son crédo. Après avoir dénoncé les grandes entreprises, les élites médiatiques et les grands donateurs, il précise le profil du peuple qu’il valorise. Il rend ainsi hommage aux citoyen.ne.s travailleur.euse.s et dévoué.e.s, touché.e.s de plein fouet selon lui par la crise économique, les accords de commerce international et les flux migratoires :

  • 17 « Every day I wake up determined to deliver for the people I have met all across this nation that h (...)

Je me lève tous les jours un peu plus déterminé à servir les gens que j’ai rencontrés dans tout le pays et qui ont été négligés, ignorés ou abandonnés. J’ai rendu visite aux travailleurs licenciés des usines et aux communautés dévastées par des accords de commerce ignobles et injustes. Ils sont les hommes et les femmes oubliés de ce pays. Ce sont des gens qui travaillent dur mais qui ne sont plus entendus (Trump 2016a)17.

  • 18 L’expression désigne selon l’historien Matthew Lassiter les Américain.e.s moyen.ne.s blanc.he.s des (...)

17Ressurgit dans les propos de Donald Trump le motif des « Américain.e.s oublié.e.s », d’abord employé par Franklin D. Roosevelt à la fin des années 1920 pour faciliter la mise en place de son New Deal, puis par le président Richard Nixon dans les années 1960 sous la forme de la « majorité silencieuse »18. Ces métaphores récurrentes du champ politique faisant référence aux citoyen.ne.s lésé.e.s mobilisent une palette d’émotions qui nous semblent être des catalyseurs de mobilisation politique. Phyllis Schlafly, dans les années 1970-80, et Donald Trump au XXIe siècle, s’appuient sur des foyers de mécontentement et un sentiment d’insécurité afin de nourrir leur cause respective, ainsi que leurs ambitions.

2/ La manipulation des émotions

  • 19 Voir par exemple : Ruth Wodak, The Politics of Fear: What Right-Wing Populist Discourses Mean, Los (...)

18Phyllis Schlafly et Donald Trump attisent deux émotions aux puissantes retombées : la colère et la peur. De nombreux travaux récents sur le discours ou sur les mouvements sociaux ont montré qu’elles contribuaient bien souvent à révéler les mécanismes de l’engagement19. C’est notamment le cas de la frustration, instrumentalisée par le discours populiste.

19Dans Crippled America, Trump lance un appel « à la classe moyenne, ainsi qu’[aux] 45 millions d’Américains victimes de la pauvreté, [qui] ont vu leurs revenus baisser depuis une dizaine d’années » (Trump 2015 : 10). Le candidat a bien compris l’importance qu’accordent certain.e.s citoyen.ne.s à l’évolution de leur situation économique, et notamment les classes moyennes et ouvrières de la Rust Belt, fragilisées par la crise économique de 2008 et l’abandon progressif du modèle industriel (Boussac 2018). À cet égard, le politologue Yascha Mounk semble dire que « ce qui compte (…) n’est pas tellement la réalité mais l’angoisse économique » (Mounk 2018 : 225). Donald Trump séduirait celles et ceux qui vivent encore dans un certain confort mais qui craignent pour l’avenir. En effet, « la promesse du progrès économique qui fait partie intégrante du rêve américain est devenue une chimère », surtout à partir des années 1980 quand l’économie a commencé à stagner et les inégalités de revenus se sont creusées (Ibid. : 221). Lorsque l’idéal de la « poursuite du bonheur » – inscrit dans la Déclaration d’Indépendance – n’est pas atteint, cela déclenche des frustrations dont les populistes se délectent.

  • 20 « the recent images of violence in our streets and the chaos in our communities ». Un article du Ti (...)

20L’instrumentalisation du mécontentent s’accompagne alors de la désignation d’un bouc émissaire. Pour le journaliste John Judis, le populisme à droite s’organise bien autour d’une triade composée du peuple, de l’élite et d’un troisième groupe, nécessairement bénéficiaire d’un système préférentiel, au détriment des citoyen.ne.s méritant.e.s. (Judis 2016). La mise en évidence de ce groupe tiers permet de rediriger la peur et la colère vers une cible identifiée. Donald Trump attise par exemple le ressentiment des Blanc.he.s des classes ouvrières face aux programmes sociaux à destination des plus pauvres et des minorités ethniques. Il le conjugue d’ailleurs avec une rhétorique sécuritaire, comme en témoigne son discours à la convention républicaine. Il y mentionne « les récentes images de violence dans nos rues et le chaos dans nos communautés », le résultat selon lui de la négligence du gouvernement en place en matière de répression criminelle (Trump 2016a)20. Conditionnant la prospérité au rétablissement de l’ordre, il fait ici l’amalgame entre pauvreté, immigration et violence, comme Richard Nixon avant lui.

  • 21 Avec l’arrêt de la Cour suprême Brown v. Board of Education of Topeka (1954), qui proscrit la ségré (...)
  • 22 Sa biographe Carol Felsenthal la surnomme « l’enfant chérie de la majorité silencieuse » (Carol Fel (...)
  • 23 Archives de la Bibliothèque Schlesinger, Cambridge, Massachussetts, États-Unis, Collection Phyllis (...)

21En effet, dans les années 1960, le pays connaît une vague de mouvements sociaux sans précédent, menés par les Noir.e.s, les étudiant.e.s ou les femmes qui s’insurgent contre les inégalités endémiques. D’abord réformistes, ces mouvements basculent vers un militantisme plus radical, voire violent, dans la seconde moitié de la période. Exploitant les inquiétudes collectives liées à la contestation sociale, Nixon tente de séduire ce qu’il appelle « la majorité silencieuse » qui s’allie sur la base d’un ressentiment profond face aux mouvements sociaux21. À la même époque, Phyllis Schlafly tire elle aussi parti de ce climat pour accompagner l’essor du mouvement antiféministe22. Elle agite les chiffons rouges de la subversion et de la menace en entretenant les émotions du conflit social. Elle s’appuie en particulier sur les débats autour du genre et du statut des femmes pour mobiliser les Américaines. Les féministes se seraient prétendument alliées à l’État fédéral pour s’attaquer aux valeurs fondatrices des citoyen.ne.s, en particulier la famille « traditionnelle ». La prétendue collusion entre une élite politique et les féministes est révélée au grand jour en 1977, au moment de la conférence nationale sur les droits des femmes. Ce « festival frivole pour féministes frustrées financé par les autorités fédérales » est la preuve que certains groupes sociaux reçoivent une attention privilégiée lorsque d’autres sont dupés ou laissés pour compte23. Les Américain.e.s sont non seulement spolié.e.s mais pour Schlafly ils et elles sont aussi affecté.e.s par l’insécurité culturelle provoquée par le féminisme. Néanmoins, cette défense des « vrai.e.s » Américain.e.s, du côté de Schlafly et de Trump, ne parvient pas à dissimuler leur positionnement atypique.

3/ Des leaders opportunistes et populaires

  • 24 « Traitor to your own sex » (Friedan citée dans Felsenthal 1981 : 301).

22La démarche populiste de Phyllis Schlafly et Donald Trump soulève des interrogations quant à leur légitimité à se positionner en porte-parole du « peuple » américain. Tous deux sont issus des rangs d’une certaine élite, sociale pour Schlafly et économique pour Trump. Si elle naît dans une famille modeste – mais cultivée – la présidente d’Eagle Forum accède à un statut social élevé lors de son union avec Fred Schlafly, un riche avocat de la région de Saint-Louis. Loin d’être une Américaine moyenne, Phyllis Schlafly bénéficie du réseau social de son époux et de son capital socioéconomique, en revendiquant notamment le statut de femme au foyer entretenue. Les féministes qui l’affrontent dans les années 1970 ne manquent pas de souligner cette situation. Si, comme le dit la féministe Betty Friedan, elle trahit son propre sexe du fait de sa vision rétrograde de la femme, elle n’est pas non plus une fidèle représentante du peuple américain du fait de sa condition sociale24.

  • 25 « Nobody knows the system better than me ».

23De même, Donald Trump est « un candidat improbable pour une campagne populiste » (Judis 2016 : 71). On l’associe plus aisément à la figure d’un Ross Perot qu’au nouveau prophète de la « majorité silencieuse ». Milliardaire, héritier d’un empire immobilier et diplômé d’une université prestigieuse, il est l’antithèse de l’Américain.e qu’il prétend défendre. Le paradoxe notoire de son populisme est tout à fait visible dans son discours à la convention républicaine de 2016, dans lequel il affirme s’opposer aux élites et aux intérêts privés tout en revendiquant aussi que « personne ne connaît le système mieux que [lui] » (Trump 2016a)25. Néanmoins, cette imposture ne semble pas avoir dissuadé les Américain.e.s des classes ouvrières de voter pour lui.

24En réalité, Trump et Schlafly ont affirmé leur légitimité grâce à un projet de séduction savamment élaboré. Donald Trump fait par exemple sa propre promotion dans son manifeste de campagne :

  • 26 Malgré les apparences, Trump a connu quelques déboires financiers, comme par exemple la faillite de (...)

On a besoin de quelqu’un qui ait déjà démontré son talent dans les affaires et qui comprenne ce qu’est la grandeur ; quelqu’un qui puisse rassembler autour de l’excellence comme norme, excellence que nous avons autrefois incarnée (…)26. (…) Je savais aussi que la marque Trump est un des grands symboles de qualité et d’excellence dans le monde (Trump 2015 : 12).

25Ventant son talent et son succès sans la moindre réserve, il fait de son parcours personnel une garantie de confiance. De manière tout à fait assumée, sa richesse se trouve au cœur de son autoportrait : « Je suis riche, et quand je dis riche : vraiment riche. J’ai gagné plus d’argent que je n’aurais jamais imaginé (…) » (Ibid. : 119). En réalité, sa réputation est fondée sur sa réussite : il incarne véritablement le rêve américain. Donald Trump, expert en présentation de soi, est ainsi parvenu à construire un personnage sur lequel il capitalise pour la course à la présidentielle.

26Quant à Phyllis Schlafly, elle a aussi minutieusement façonné son image et a cherché à susciter l’admiration des femmes conservatrices, notamment en combinant le statut d’experte sur les questions de politique étrangère – et plus tard sur la famille – et celui de parfaite femme au foyer. Ce travail de représentation, à l’œuvre dans l’organisation de Phyllis Schlafly, nous a d’ailleurs conduite à mettre en évidence ses performances, destinées à nourrir un véritable culte de la personnalité (Ribieras 2019). Forts de leur charisme et leur capacité à créer la polémique, Schlafly et Trump ont donc en commun leur position intéressée de leader populiste — qui dissimule en réalité un projet de préservation des « dominants » (Agrikoliansky & Collovald 2014). Cependant, ils n’appartiennent pas au même monde et leur combat est d’une nature bien différente. Ainsi, le soutien de Schlafly au candidat Trump ne va pas de soi et sa décision témoigne davantage d’un geste destiné à assurer la victoire républicaine plutôt que d’une réelle communion idéologique.

III/ Sacrifice du mouvement « pro‑famille » sur l’autel de l’unité partisane

1/ Contourner les divergences

  • 27 « conservative movement’s founding mother ». La CPAC, fondée dans les années 1960 par les organisat (...)

27L’année 2016 est une date cruciale pour Phyllis Schlafly, en quête d’un héritier politique, au moment où le Parti républicain se cherche un nouveau leader pour mener l’offensive anti-Obama. Le soutien de la militante conservatrice est un bien convoité car elle apparaît comme une figure de droite de premier plan. En 2003, à l’occasion de la Conservative Political Action Conference (CPAC), elle est adoubée comme la « mère fondatrice du mouvement conservateur »27 (Critchlow 2005, 270). En réalité, à l’intérieur de cette mouvance, elle est la cheffe de file autoproclamée du mouvement « pro-famille », ouvertement antiféministe et très conservateur sur les questions socioculturelles.

28Il va sans dire que Donald Trump, qui n’a pas réellement d’assise politique lorsqu’il démarre sa campagne, s’inscrit difficilement dans cette lignée idéologique, ce que ne manque pas de souligner la revue National Review, revue conservatrice reconnue et instrument de la résurrection conservatrice d’après-guerre. Dès l’annonce de la candidature de Trump, elle se prononce en sa défaveur et dénonce l’escroquerie :

  • 28 « Trump brings out two of the Right’s worst tendencies: the inability to distinguish between entert (...)

Trump fait apparaître deux des pires inclinations de la droite : l’incapacité à faire la différence entre les amuseurs et les leaders politiques et la tendance à faire de l’exercice politique un vecteur d’émotions vindicatives (Williamson 2015)28.

29La sentence est sans appel : ce populiste n’est pas l’un des leurs. Comme vu plus haut, son programme politique n’est pas en adéquation avec la cause conservatrice. Pour le chercheur Blaise Fontanellaz, Trump « incarne une rupture avec le “credo” traditionnel républicain américain » (Fontanellaz 2019).

  • 29 « Critics can, and will, go on and on about Trump having been married three times, and about how, i (...)
  • 30 « (…) he could be the most conservative president we’ve had since Ronald Reagan ».

30Néanmoins, Phyllis Schlafly entreprend de défendre la cohérence du candidat. Dans The Conservative Case for Trump, outre une tentative désespérée de dépeindre Trump comme un bon père et un homme repenti29, elle travestit la réalité historique afin de combler son manque d’envergure politique. Schlafly imagine donc une continuité historique entre lui et les champions du conservatisme. Dès les premières pages du livre, il est doté de la même aura que Barry Golwater en son temps : il est lui aussi « un choix, non un écho » (Schlafly in Schlafly, Martin & Decker 2016 : ix‑x). Cet effet de résonnance historique vise à rapprocher les deux hommes dont la posture non-conformiste à l’intérieur du Parti républicain semble comparable. De manière encore plus audacieuse, Schlafly dresse un parallèle avec Ronald Reagan, ultime champion des conservateur.rice.s dans les années 1980 : « (…) il pourrait bien être le plus conservateur des présidents que nous ayons eu depuis Ronald Reagan » (Ibid. : x)30. Le « maquillage » biographique dont Donald Trump bénéficie sous la plume de Schlafly lui confère ainsi une profondeur historique inespérée.

31Cette entreprise montre bien que Schlafly est consciente de la personnalité atypique de Donald Trump et donc de la difficulté de l’inscrire dans la lignée conservatrice. D’ailleurs, si l’on y regarde de plus près, le soutien de la militante conservatrice arrive tard dans la course à la présidentielle. Elle ne se prononce en sa faveur qu’en mars 2016, après le « Super Tuesday » du 1er mars, au moment où la popularité de Trump, annoncée dès 2015 dans de nombreux sondages, se confirme dans les résultats des primaires31. La possible réticence de Schlafly laisse cependant place au pragmatisme, comme cela s’est vu par le passé – notamment lorsqu’elle est contrainte de soutenir Richard Nixon à la présidentielle de 1968. La militante conservatrice a en effet deux impératifs : faire gagner son Parti et assurer la perpétuation du mouvement « pro-famille ». En mêlant le destin de ce dernier à celui de Donald Trump, elle lui assure une continuité. Par ailleurs, ce soutien politique est une aubaine pour Trump, qui voit se rallier à sa campagne une partie des républicains les plus conservateurs, et en particulier les femmes. Son opportunisme révèle l’étendue de son ambition, en dépit de l’incohérence idéologique qui, nous l’avons vu, peut toujours être estompée a posteriori. L’assimilation du patrimoine militant de Phyllis Schlafly n’en demeure pas moins artificielle.

2/ Réappropriation et mise en scène d’un héritage convoité

  • 32 Lors de nos recherches de terrain en 2016, nous avons eu l’opportunité d’assister à ce service et d (...)

32Cette annexion politique prend les traits d’une conquête. Trump s’approprie en effet le patrimoine schlaflyen avec beaucoup d’aplomb et il vient prendre possession de son dû à l’occasion du décès de la militante en septembre 2016. Invité d’honneur de la cérémonie religieuse en la cathédrale de Saint-Louis, il prononce un discours dans lequel il met en évidence les liens qui l’unissent à Schlafly. Le portrait dithyrambique qu’il fait de la défunte – une « héroïne », une « patriote », une « guerrière » – sert à conquérir le cœur de ses disciples et à opérer un rapprochement entre leurs deux personnalités32. Il profite ainsi de son oraison funèbre pour réitérer les principes qui leur sont chers :

  • 33 « Her legacy will live on every time some underdog, outmatched and outgunned, defies the odds and d (...)

Son héritage triomphera chaque fois qu’un homme sous-estimé, dépassé et moins bien armé, déjouera les pronostics et offrira une victoire au peuple. En Amérique, il a toujours été question des hommes sous-estimés et de déjouer les pronostics. L’idée que le soi-disant « petit peuple » ou les « petites gens » – qu’elle aimait tant – puissent gagner contre le système (souvent truqué, comme vous pouvez l’entendre en ce moment), l’idée que les Américains de la base puissent être plus puissants que tous les intérêts particuliers du monde réunis — et c’était ce que pensait Phyllis, depuis toujours — c’est ça l’idylle américaine. C’est cette histoire, celle d’une mère et patriote que nous honorons aujourd’hui (Trump 2016b)33.

  • 34 Un numéro de la newsletter de Phyllis Schlafly, créée en 1967, y fait par exemple allusion : « Big (...)
  • 35 « righteous candidate ». Ted Cruz est un républicain conservateur et le fils du pasteur Raphael Cru (...)

33Forçant ainsi le trait sur leur parenté populiste, il exploite au maximum leur préoccupation commune pour le peuple américain. Il joue à nouveau la carte du candidat non-conformiste qui brave toute la classe politique, un combat qu’il rapproche de celui de Schlafly lorsqu’elle défie, dans les années 1970, l’appareil « tentaculaire » de l’État (parfois assimilé au Big Brother de George Orwell34) qui tente alors de s’octroyer plus de pouvoirs à travers l’Equal Rights Amendment. Néanmoins, malgré la similitude de son combat avec Schlafly, Donald Trump ne convainc pas tous les sympathisant.e.s d’Eagle Forum et son audace fait grincer des dents. D’abord, il faut le souligner, son geste est cavalier. Voici un protestant, a priori peu pratiquant, qui s’invite dans une église pour encenser une catholique. Par ailleurs, certaines proches de Phyllis Schlafly et militantes actives à Eagle Forum lui auraient préféré Ted Cruz, le « candidat de la vertu » (Drapper 2016)35.Ce désaccord lié à la présidentielle de 2016 est l’une des raisons qui précipitent un conflit successoral dans l’organisation.

34Les tensions sont également dues à la prise de pouvoir d’un nouveau venu à la tête d’Eagle Forum. Ed Martin, un républicain impliqué dans le Parti dans l’État du Missouri s’est rapproché de Schlafly et a gagné sa confiance. C’est un fervent défenseur de Donald Trump, comme en témoigne le meeting politique qu’il organise en son honneur lors de la conférence annuelle d’Eagle Forum en 2017. Il y convie Steve Bannon, l’un des plus proches conseillers de campagne du président. Mais une poignée de responsables de sections menée par la vice-présidente Eunie Smith dénonce l’opportunisme d’Ed Martin et conteste sa légitimité à la tête de l’organisation, donnant lieu à une querelle idéologique et à des actions en justice. L’organisation est à ce jour scindée en deux : d’un côté, Phyllis Schlafly Eagles, dirigé par Ed Martin et soutenu par cinq des enfants Schlafly, et de l’autre Eagle Forum, emmené par Eunie Smith et la dernière des filles de Phyllis Schlafly, Anne Schlafly Cori. Le climat délétère qui s’est installé entre les deux groupes reflète l’importance vitale que revêt l’héritage schlaflyéen pour les conservateur.rice.s. Dès lors, on est en droit de se demander si l’élection de Donald Trump en 2016 a contribué à changer la donne pour l’organisation, et plus généralement pour les femmes conservatrices.

3/ Les femmes conservatrices et la présidence Trump

35La mort de Phyllis Schlafly et les conflits liés à la transmission de son héritage ont laissé des militantes dans l’amertume, à quelques semaines de l’élection présidentielle. Cependant, Schlafly a dessiné un cap pour Eagle Forum : se ranger derrière Donald Trump. L’émergence de ce dernier est-elle finalement un atout ou un désavantage pour le mouvement « pro-famille » et les conservatrices qui l’animent ?

36En premier lieu, les femmes conservatrices en tant que groupe semblent avoir suivi les consignes de leur leader en contribuant à porter Trump aux plus hautes fonctions du pays. À cet égard, l’élection présidentielle de 2016 a d’ailleurs confirmé la vacuité de la notion de « vote féminin » car les femmes ne votent pas de façon homogène. En dépit du scandale provoqué par les commentaires obscènes du candidat républicain et des pronostics quant à une possible solidarité de genre jouant en faveur de la candidate démocrate, les résultats des sondages effectués à la sortie des bureaux de vote indiquent que 42 % des votantes ont tout de même choisi le Parti républicain, un chiffre relativement stable par rapport à 2012 (Pew Research Center 2016). Le fameux écart entre le vote « masculin » et le vote « féminin » (gender gap) n’est donc pas aussi prononcé que les observateurs l’avaient annoncé. Pour les politologues Mark Setzler et Alixandra Yanus, la prise en compte d’autres facteurs que le genre permet de comprendre la persistance d’un « vote des femmes » pour le Parti républicain : le degré de ressentiment racial et de sexisme relevés dans les opinions de l’électorat républicain (féminin et masculin) semble avoir constitué un meilleur indicateur (Setzler & Yanus 2018). Le facteur genre, envisagé de manière isolée, ne constitue donc pas à lui seul un outil permettant de prédire convenablement le vote.

37Ces résultats sont à rapprocher des conclusions de la politologue Angie Maxwell qui constate que l’intersection entre genre, couleur de peau et géographie débouche sur des informations intéressantes. Pour elle, ce sont surtout les Blanches du Sud qui font la différence dans le groupe des votantes. Dans les années 1970-80, elles auraient déjà fortement contribué aux succès des républicains (Maxwell 2019). Brandissant l’étendard des valeurs familiales (family values), le Parti républicain a su capitaliser sur la croisade antiféministe de Phyllis Schlafly pour fidéliser cette partie de l’électorat (Ibid.). Tout comme Ronald Reagan dans les années 1980, Donald Trump est plébiscité par ces femmes blanches en 2016 puisqu’il obtient un score de 58 % parmi celles issues des anciens États confédérés (Maxwell 2019). On comprend ainsi que racisme et sexisme – banalisés par le discours de Trump – peuvent façonner le positionnement électoral des femmes, au même titre, d’ailleurs, que celui des hommes. Cela ressort particulièrement bien chez les femmes du Sud car c’est une région historiquement traversée par d’intenses tensions raciales et fortement imprégnée de normes culturelles traditionnelles.

  • 36 Prolife, religious liberty, border security (résultat d’une recherche Google).
  • 37 Constitution, family, national sovereignty, liberalism and conservatism (https://www.phyllisschlafl (...)

38Deuxièmement, si la mobilisation des conservatrices a pu jouer en faveur de Donald Trump, on peut émettre l’hypothèse que son émergence sur la scène politique a elle aussi eu un impact sur les femmes de droite, en particulier à Eagle Forum. L’offre militante proposée par les deux organisations nées du combat fratricide évoqué précédemment montre que la raison d’être historique du combat de Phyllis Schlafly s’efface peu à peu pour laisser place à de nouvelles préoccupations, parfois très proches de celles développées par Donald Trump. Eagle Forum semble toujours « pro-famille » mais l’organisation affiche aussi de nouveaux objectifs tels que la lutte anti-avortement, la liberté religieuse et la sécurité aux frontières36. Une transformation similaire est notable chez Phyllis Schlafly Eagles dont les sujets de prédilection sont la Constitution, la famille, la souveraineté nationale et le combat entre libéralisme et conservatisme, comme l’indique la page d’accueil de son site internet37. Si Donald Trump n’est pas directement responsable de cette évolution, il a sans aucun doute contribué par ses diatribes et son succès à accélérer une transformation déjà peut-être enclenchée avant la mort de Schlafly. Le conservatisme porté par ces deux organisations n’est donc plus uniquement « pro-famille » et, dans le même temps, moins vigoureusement antiféministe. L’avenir nous dira l’effet que cela aura sur la mobilisation conservatrice féminine ; cette évolution pourrait poser les fondements d’une participation politique moins ouvertement genrée de la part des conservatrices de cette organisation.

Conclusion

39L’analyse du point d’intersection entre Donald Trump et Phyllis Schlafly nous a permis d’établir les circonstances de leur rapprochement. L’intérêt de la présidente d’Eagle Forum pour ce candidat hors norme semble être né par opportunisme car, comme en témoigne leurs parcours, ils n’étaient pas destinés à collaborer. Cet entrepreneur très médiatisé a ainsi croisé la route d’une des militantes conservatrices les plus tenaces de l’histoire du mouvement conservateur, bénéficiant par là même d’un précieux soutien politique. Schlafly et Trump se sont par ailleurs trouvé des points communs ; tous deux outsiders, ils ont su jouer des subtilités du monde politique et médiatique pour gagner en visibilité. Nous avons aussi constaté qu’ils avaient eu recours aux mêmes ressorts politiques. S’inscrivant dans une longue tradition populiste aux États-Unis, qui devient à partir des années 1950 « un rouage essentiel à la reconfiguration de la droite américaine », ils ont contribué à renforcer des antagonismes de classe, de race et de genre et à exacerber un sentiment d’aliénation, un combustible essentiel du populisme (Capdevila, De Chantal & Vinel 2019). Les postures de Trump et Schlafly révèlent pourtant une forme de paradoxe : un leader issu de l’élite peut tirer une certaine légitimité de sa position privilégiée. La mise en parallèle de ces deux figures laisse aussi apparaître le caractère artificiel de leur entente, qui relève parfois d’un exercice habile de maquillage. Donald Trump n’est ni réellement un champion conservateur ni un digne représentant du mouvement « pro-famille », ce qui interroge sur la viabilité du lien qui l’unit aux héritiers de Schlafly et plus généralement aux femmes conservatrices.

40Il nous semble ainsi que le soutien accordé par Phyllis Schlafly à Donald Trump à l’occasion de la présidentielle de 2016 soit plus symbolique qu’authentique. Le pragmatisme dont elle fait preuve montre que l’offre républicaine n’est pas suffisamment convaincante pour que les conservateur.rice.s y trouvent leur compte. L’éparpillement à droite permet à Trump de réaliser « un coup d’État inédit au sein d’un Parti républicain transformé de fond en comble » (Bercoff 2016 : 229). En dépit de la présence de Mike Pence à ses côtés – sa « caution conservatrice » (Naves 2016 : 74) – le président Donald Trump n’a jusqu’ici pas su convaincre les plus orthodoxes. Il a certes nommé deux juges conservateurs à la Cour suprême mais il n’a pas réussi à faire l’unanimité, loin s’en faut, comme le montre notamment le soutien du célèbre magazine évangélique Christianity Today à la procédure de destitution entamée contre le président fin 2019 – et de laquelle il est sorti indemne38. Est-ce à dire que tous les organes conservateurs l’abandonneront au moment de sa réélection ? Pour une organisation comme Eagle Forum, en proie aux dissensions internes, on peut raisonnablement pressentir du caractère forcé d’un nouveau soutien politique au président sortant. De surcroît, il reste à apprécier le renouvellement que sera capable d’engranger l’organisation dans les années à venir.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

SCHLAFLY, Phyllis. A Choice not an Echo. Alton, Ill., Pere Marquette Press, 1964.

SCHLAFLY, Phyllis. « Will the Republican Establishment Stand Down? ». Townhall, 19 janvier 2016 (consulté le 5 janvier 2020) https://townhall.com/columnists/phyllisschlafly/2016/01/19/will-the-republican-establishment-stand-down-n2106375

SCHLAFLY, Phyllis. Ed Martin & Brett Decker, The Conservative Case for Trump. Washington D.C. : Regnery Publishing, 2016.

TRUMP, Donald. Crippled America. New York : Simon & Schuster, 2015 [trad] Thierry Giaccardi, L’Amérique paralysée, Monaco : Éditions du Rocher, 2016.

TRUMP, Donald. Retranscription du discours à la convention républicaine de Cleveland. Politico. 21 juillet 2016a (consulté le 20 mars 2020) https://www.politico.com/story/2016/07/full-transcript-donald-trump-nomination-acceptance-speech-at-rnc-225974

TRUMP, Donald. discours dans la cathédrale de Saint-Louis (notes de l’auteure), 10 septembre 2016b.

WILLIAMSON, Kevin D. « The Art of the Con, by Donald Trump », The National Review, 21 juin 2015 (consulté le 19 mars 2020) https://www.nationalreview.com/2015/06/donald-trump-puts-camp-campaign/

Sources secondaires

AGRIKOLIANSKY, Éric & Annie Collovald. « Mobilisations conservatrices : comment les dominants contestent ? », Politix, 2014, vol. 106, n° 2, p. 7-29.

BEN BARKA, Mokhtar. La nouvelle droite américaine : des origines à l’affaire Lewinsky. Paris : Ed. du temps, 1999 [1996].

BERCOFF, André. Donald Trump : les raisons de la colère. Paris : Éditions First, 2016.

BOUSSAC, Tamara. « Le vote ouvrier et l’élection de Donald Trump : histoire et limites du discours populiste ». LISA, 2018, vol. 16, n° 2, https://journals.openedition.org/lisa/9795#ftn47.

CAPDEVILA, Luc, François VERGNIOLLE DE CHANTAL et Jean-Christian VINEL. « Populisme dans les Amériques », IdeAs, 2019, n° 14, https://journals.openedition.org/ideas/6816.

CRITCHLOW, Donald T. Phyllis Schlafly and Grassroots Conservatism: A Woman’s Crusade. Princeton, Oxford: Princeton University Press, 2005.

DRAPPER, Robert. « Ted Cruz’s Evangelical Gamble ». The New York Times, 26 janvier 2016 (consulté le 11 septembre 2019) https://www.nytimes.com/2016/01/31/magazine/ted-cruzs-evangelical-gamble.html

FONTANELLAZ, Blaise. « Le conservatisme américain et Donald Trump ». Genève : GSI, 2019.

JUDIS, John B. The Populist Explosion. New York : Columbia Global Report, 2016.

KASPI, André & Hélène Harter, Les présidents américains : de George Washington à Donald Trump, Paris : Éditions Tallandier, 2018.

KAZIN, Michael. The Populist Persuasion: An American History. New York : Basicbooks, 1995.

KLATCH, Rebecca. Women of the New Right. Philadelphia: Temple University Press, 1987.

MAXWELL, Angie. « What We Get Wrong About the Southern Strategy ». The Washington Post, 26 juillet 2019 (consulté le 5 janvier 2020) https://www.washingtonpost.com/outlook/2019/07/26/what-we-get-wrong-about-southern-strategy/

MOUNK, Yascha. The People Vs. Democracy: Why our Freedom Is in Danger and How to Save it. Cambridge Massachusetts : Harvard University Press, 2018 [trad] Jean-Marie Souzeau, Le people contre la démocratie, Paris, Éditions de l’Observatoire, 2018.

MÜLLER, Jan-Werner. What is Populism? Philadelphia : University of Pennsylvania Press, 2016 [trad.] Frédéric Joly, Qu’est-ce que le populisme ? Définir enfin la menace, Paris, Premier Parallèle, 2016.

NAVES, Marie-Cécile, Trump : l’onde de choc populiste, Limoges, FYP Éditions, 2016.

SETZLER, Mark et Alixandra B. Yanus. « Why Did Women Vote for Donald Trump? », PS: Political Science & Politics, juillet 2018, vol. 51, n° 3, p. 523‑527.

TYSON, Alec et Shiva Maniam. « Behind Trump’s Victory », Pew research Center, 9 novembre 2016 (consulté le 22 mars 2020) https://www.pewresearch.org/fact-tank/2016/11/09/behind-trumps-victory-divisions-by-race-gender-education/

RIBIERAS, Amélie. « Le discours socioculturel et les pratiques militantes des conservatrices aux États-Unis. Le cas de Phyllis Schlafly et Eagle Forum », thèse de doctorat sous la direction d’Hélène Le Dantec-Lowry, soutenue à la Sorbonne Nouvelle le 29 novembre 2019.

WODAK, Ruth. « The “Establishment”, the “Élites”, and the People: Who’s Who? », Journal of Language and Politics, janvier 2017, vol. 6, n° 4, p. 551‑565.

Haut de page

Notes

1 Donald Trump ne serait ni tout à fait un outsider ni un frondeur car il n’est pas issu du monde politique ; il serait un outsider au sens large (Robert R. Barr, « Populists, Outsiders and Anti-Establishement Politics », Party Politics, 2009, Vol. 15, n° 1, pp. 29-48).

2 Le magazine Forbes estime que le patrimoine de Trump s’élèverait à 3,1 milliards de dollars, faisant de lui le premier président américain milliardaire (« Donald Trump », Forbes, 9 janvier 2020, https://www.forbes.com/profile/donald-trump/ [consulté le 9 janvier 2020]).

3 En novembre 2016, Donald Trump remporte une majorité des voix au collège électoral – 306 contre 232 – mais il perd le vote populaire au profit de la démocrate Hillary Clinton – 45,9 % contre 48 % (« Presidential Election Results: Donald J. Trump Wins », The New York Times, 9 août 2017, https://www.nytimes.com/elections/2016/results/president (consulté le 6 janvier 2020)).

4 Voir David Weigel & Jose DelReal, « Phyllis Schlafly Endorses Trump in St. Louis », The Washington Post, 11 mars 2016, https://www.washingtonpost.com/news/postpolitics/wp/2016/03/11/phyllis-schlafly-endorses-trump-in-st-louis/ (consulté le 2 septembre 2019). L’appui de Phyllis Schlafly lui sera assuré à nouveau pendant la convention républicaine de juillet à Cleveland.

5 Notre thèse, intitulée « Le discours socioculturel et les pratiques militantes des conservatrices aux États-Unis. Le cas de Phyllis Schlafly et Eagle Forum » et dirigée par Hélène Le Dantec-Lowry, a été soutenue le 29 novembre 2019 à la Sorbonne Nouvelle. Nous avons effectué deux séjours de recherche aux États-Unis en 2016 et 2017 dans les fonds d’archives d’Eagle Forum à Saint-Louis, de la Bibliothèque du Congrès à Washington et de la Bibliothèque Schlesinger à Cambridge. Nous avons également mené des entretiens en histoire orale avec les proches et fidèles de Phyllis Schlafly et avons participé à trois conférences nationales de l’organisation ainsi qu’aux funérailles du leader.

6 Le mouvement conservateur peut compter sur des PACs (political action committee) qui financent les campagnes des candidats conservateurs et fournissent des fonds aux organisations militantes ; on peut citer par exemple le Committee for the Survival of a Free Congress (CSFC) créé en 1974 par Paul Weyrich.

7 En février 2020, il a été condamné à trois ans et quatre mois de prison par la justice américaine pour avoir menti au Congrès au moment de l’enquête sur l’ingérence russe dans l’élection présidentielle. Voir cet article du Monde du 20 février 2020 : https://www.lemonde.fr/international/article/2020/02/20/l-ancien-conseiller-de-donald-trump-roger-stone-condamne-a-trois-ans-de-prison_6030263_3210.html (consulté le 16 mars 2020).

8 « Donald Trump might seem an unlikely candidate to some, but he offers the American public something it’s been yearning for: “a choice, not an echo” (…). Donald Trump is our choice for president not only because he can win (…) but also because when you examine what he says and believes you discover an American patriot with policies that will make America great again ». (Les traductions sont celles de l’auteure, sauf dans le cas des ouvrages traduits).

9 Il commence sa carrière au cinéma en Californie dans les années 1930 et est élu à deux reprises président du syndicat des acteurs. Il se tourne vers la politique dans les années 1960 et devient gouverneur de cet État en 1967, alors qu’il est déjà passé dans le camp des républicains. Il se lance dans la course à la présidentielle en 1976 contre Gerald Ford, sans résultat, puis à nouveau en 1980, en tant que champion du mouvement conservateur.

10 « Nowadays, in the knowledge‐based economy, experts of various kinds, journalists, and intellectuals, scholars and teachers are labelled as élites, governing regimes of knowledge ». Nous faisons ici référence à l’ouvrage Power Elite de Mills écrit en 1956.

11 L’un des slogans de campagne de Trump sera « Drain the swamp » (Drainons le marais).

12 Phyllis Schlafly occupe une position plutôt marginale dans la sphère politique. En 1967, alors qu’elle brigue la présidence de l’antenne féminine du Parti républicain, elle est évincée en raison de ses positions jugées trop conservatrices. Elle tente également à deux reprises, et sans succès, de se faire élire à la Chambre des représentants en 1952 et 1970.

13 La tradition populiste américaine remonterait au milieu des années 1890 lorsque le People’s Party, composé de petits fermiers, dénoncent les conditions économiques défavorables du marché. Elle est ensuite portée par différents acteurs – notamment le mouvement ouvrier et les femmes de la classe moyenne sous l’ère progressiste, le père Coughlin pendant la Grande Dépression ou encore la Nouvelle Gauche blanche dans les années 1960 – pour s’épanouir pleinement à droite dans la deuxième moitié du XXe siècle.

14 Il résume sa pensée par la phrase : « nous – et seulement nous – représentons le peuple véritable » (Ibid.).

15 « secret groups of persons high in finance and government who meet secretly to make important political plans they do not reveal to the public ».

16 « After months of waiting for Trump to self-destruct, the Washington-based Republican establishment has finally found a way to take back control of the party from the outsiders and grassroots ».

17 « Every day I wake up determined to deliver for the people I have met all across this nation that have been neglected, ignored, and abandoned. I have visited the laid-off factory workers, and the communities crushed by our horrible and unfair trade deals. These are the forgotten men and women of our country. People who work hard but no longer have a voice ».

18 L’expression désigne selon l’historien Matthew Lassiter les Américain.e.s moyen.ne.s blanc.he.s des zones périurbaines qui voient leur échapper le rêve américain, auxquel.le.s s’ajoutent les ouvriers et petits fermiers blancs. Voir son ouvrage : The Silent Majority: Suburban Politics in the Sunbelt South, Princeton, Princeton University Press, 2006, p. 2.

19 Voir par exemple : Ruth Wodak, The Politics of Fear: What Right-Wing Populist Discourses Mean, Los Angeles, Sage, 2015 et James Jasper, « The Emotions of Protest: Affective and Reactive Emotions in and around Social Movements », Sociological Forum, 1998, Vol. 13, n° 3, pp. 397‑424.

20 « the recent images of violence in our streets and the chaos in our communities ». Un article du Time atteste par exemple de l’augmentation des homicides dans les grands centres urbains en 2016 : Josh Sanburn & David Johnson, « Violent Crime Is on the Rise in U.S. Cities », Time, 30 janvier 2017, https://time.com/4651122/homicides-increase-cities-2016/ (consulté le 19 mars 2020). L’attentat terroriste dans une boîte de nuit LGBT d’Orlando en Floride vient aussi tout juste de se produire, le 12 juin 2016.

21 Avec l’arrêt de la Cour suprême Brown v. Board of Education of Topeka (1954), qui proscrit la ségrégation raciale dans les écoles publiques, et tout au long des années 1960, les Américain.e.s les plus conservateur.rice.s s’insurgent contre les mesures de justice sociale, en particulier la « discrimination positive » (affirmative action) mise en place pour endiguer la pauvreté et les nouvelles lois sur les droits civiques (1964‑65). La « majorité silencieuse » les considère comme des passe-droits qui compromettent le système d’égalité des chances. Richard Nixon n’est d’ailleurs pas le seul politicien à courtiser ce groupe ; George Wallace, gouverneur d’Alabama, remporte près de 13 % des suffrages à la présidentielle de 1968.

22 Sa biographe Carol Felsenthal la surnomme « l’enfant chérie de la majorité silencieuse » (Carol Felsenthal, The Sweetheart of the Silent Majority, New York, Doubleday, 1981).

23 Archives de la Bibliothèque Schlesinger, Cambridge, Massachussetts, États-Unis, Collection Phyllis Schlafly Report, Livre 1 : 1975-78. Phyllis Schlafly, « Federal Financing of a Foolish Festival for Frustrated Feminists », The Phyllis Schlafly Report, mai 1977.

24 « Traitor to your own sex » (Friedan citée dans Felsenthal 1981 : 301).

25 « Nobody knows the system better than me ».

26 Malgré les apparences, Trump a connu quelques déboires financiers, comme par exemple la faillite de son casino Trump Taj Mahal à Atlantic City.

27 « conservative movement’s founding mother ». La CPAC, fondée dans les années 1960 par les organisations American Conservative Union et Young Americans for Freedom, est une conférence qui réunit les conservateur.rice.s américain.e.s chaque année.

28 « Trump brings out two of the Right’s worst tendencies: the inability to distinguish between entertainers and political leaders, and the habit of treating politics as an exercise in emotional vindication ». La revue se prononce progressivement en faveur de Trump et publie même un mea culpa en 2020 (voir David Harsanyi, « “Never Trump” Revisited », The National Review, 9 janvier 2020, https://www.nationalreview.com/magazine/2020/01/27/never-trump-revisited/, consulté le 21 mars 2020).

29 « Critics can, and will, go on and on about Trump having been married three times, and about how, in the past, he boasted about his indiscretions. But anyone who meets him today will meet an old-fashioned man grounded in his two great priorities—hard work and family—and a man who in other respects has led a remarkably clean life (…) » (Schlafly in Schlafly, Martin & Decker 2016 : 88).

30 « (…) he could be the most conservative president we’ve had since Ronald Reagan ».

31 Voir par exemple ce sondage de la Quinnipiac University du 30 janvier 2015 : https://poll.qu.edu/national/release-detail?ReleaseID=2264 (consulté le 20 mars 2020).

32 Lors de nos recherches de terrain en 2016, nous avons eu l’opportunité d’assister à ce service et d’entendre ces mots prononcés par le candidat.

33 « Her legacy will live on every time some underdog, outmatched and outgunned, defies the odds and delivers a win for the people. America has always been about the underdog, and always been about defying the odds. The idea that so called little people or little person, that she loved so much, could beat the system, oftentimes the rigged system, you can hear a lot about it, that the American grassroots is more powerful than all of the world’s special interests put together and that’s the way Phyllis felt, she’s always felt that way. That’s the romance of America, that’s the story of a mother and a patriot that we honor here today ».

34 Un numéro de la newsletter de Phyllis Schlafly, créée en 1967, y fait par exemple allusion : « Big Brother Wants to Be Big Mama », The Phyllis Schlafly Report, décembre 1986 (Archives de la Bibliothèque Schlesinger, Cambridge, Massachussetts, États-Unis, Collection Phyllis Schlafly Report, Livre 5 : 1985‑90).

35 « righteous candidate ». Ted Cruz est un républicain conservateur et le fils du pasteur Raphael Cruz. Avant de devenir sénateur du Texas en 2013, il travaille comme conseiller dans le gouvernement de George W. Bush. Il se présente aux primaires républicaines de 2016 et tente alors de rallier les protestant.e.s évangéliques.

36 Prolife, religious liberty, border security (résultat d’une recherche Google).

37 Constitution, family, national sovereignty, liberalism and conservatism (https://www.phyllisschlafly.com, consulté le 20 mars 2020).

38 L’article est consultable à l’adresse suivante : https://www.christianitytoday.com/ct/2019/december-web-only/trump-should-be-removed-from-office.html (consulté le 18 mars 2020).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie Ribieras, « La militante conservatrice Phyllis Schlafly et le candidat Donald Trump : convergence ou croisée des chemins ?  », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 226 | 2021, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/orda/6016 ; DOI : https://doi.org/10.4000/orda.6016

Haut de page

Auteur

Amélie Ribieras

Sorbonne Nouvelle, EA CREW 4399, a.ribieras@laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search