Navigation – Plan du site

AccueilORDA226Un parti de la loi et de l’ordre ...

Un parti de la loi et de l’ordre aux États-Unis ? Essai généalogique et historiographique

Are Republicans the party of Law and Order? An essay in historiography and genealogy
¿Un partido de la ley y del orden en Estados Unidos ? Ensayo genealógico e historiográfico
Yann Philippe

Résumés

Comment la sécurité peut-elle être définie aux États-Unis à la fois comme un thème privilégié de la droite et comme une question consensuelle traversant l’échiquier politique ? Afin de répondre à cette question, cet article propose un bilan historiographique permettant de dépasser le paradigme de la polarisation. La mise au jour des sources de l’idéologie sécuritaire contemporaine permet de comprendre comment la politisation de la loi et de l’ordre a contribué à la fois à la résurgence du parti républicain et à la recomposition du paysage politique depuis la Seconde Guerre mondiale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 J’utilise alternativement la traduction littérale de l’expression « law and order » et ses équivale (...)
  • 2 Je me contente de renvoyer ici aux décomptes opérés par des titres de presse comme le Washington Po (...)

1La mort de George Floyd a fait surgir le thème des violences policières dans la campagne présidentielle de 2020 aux États-Unis et donné lieu à des interprétations médiatiques soulignant les positionnements inversés des deux candidats. Dans un contexte de polarisation partisane extrême et face à un candidat démocrate, Joseph R. Biden rangé, prudemment, du côté du soutien à Black Lives Matter, Donald J. Trump se présente et est présenté comme le candidat de « la loi et de l’ordre »1. En se posant en soutien inconditionnel des policiers et en accentuant la dimension sécuritaire de son message de campagne, le président candidat s’inscrirait, avec toute sa singularité politique, dans un sillon stratégique ouvert par d’autres candidats républicains (Richard Nixon en 1968 ou George H. W. Bush en 1988). Si l’on cherche à comprendre pourquoi les violences policières ont été si tardivement posées au cœur du débat politique national en dépit de leur effrayante régularité2, une première hypothèse peut être invoquée. Les Républicains auraient opéré une captation « de la loi et de l’ordre » et l’auraient utilisée comme une arme politique de dissuasion massive contre les Démocrates – un « rappel à l’ordre » pour reprendre la formule heureuse d’Alexandre Rios-Bordes (53). Ceci aurait empêché pendant cinquante ans toute véritable discussion critique sur l’action des forces de police.

  • 3 « With eyes fixed on the incendiary sins of conservative law-and-order, liberal agendas become cont (...)
  • 4 Sauf mention contraire, je traduis.

2Si cette interprétation a une grande part de vérité, elle laisse en partie dans l’ombre les positions des Démocrates sur les questions de police et de justice3. Une représentation exagérément symétrique du système politique bipartite laisse supposer des positions systématiquement inverses des deux partis quand certains positionnements sont partagés ou complexes. J. R. Biden a construit une grande partie de sa carrière politique sur la lutte contre la criminalité et peut également mobiliser l’exemple de prédécesseurs démocrates (Bill Clinton). De plus, l’appréhension de la politique américaine contemporaine en termes de polarisation fait fi d’un autre paradigme interprétatif : celui d’un néo-consensus dépassant les divisions partisanes (Lassiter 2011 ; Cebul, Geismer, Williams ; Schulman 2019). Les questions de justice et de police jouent précisément un rôle majeur dans ce paradigme. Dès 1997, Katherine Beckett note que la « criminalité et sa répression occupent le devant de la scène du théâtre politique américain » (Beckett 3)4. Vingt ans plus tard, Jonathan Simon pose un « ordre politique et civique » « désormais structuré autour du problème de la criminalité violente » (Simon 2007, 3-4). Une deuxième hypothèse sur le retard du débat national sur les violences policières serait donc que le soutien apporté aux forces de l’ordre traverse une grande partie de l’échiquier politique. S’interroger sur le positionnement de la thématique sécuritaire sur un arc droite/gauche aux États-Unis revient ainsi à énoncer le paradoxe suivant : comment celle-ci peut-elle être à la fois identifiée à droite ET consensuelle ?

3Cet article a pour but d’examiner cette dissonance cognitive contemporaine en opérant un bilan historiographique sur la relation des droites états-uniennes à la question sécuritaire. Il repose sur plusieurs choix méthodologiques. Le premier consiste à croiser les bibliographies sur les questions sécuritaires et sur le conservatisme, toutes deux considérablement renouvelées depuis vingt ans mais rarement mises en perspective. Il est ainsi désormais bien établi que la nouvelle droite qui a émergé depuis les années 1970 est plurielle et qu’elle articule non seulement des électorats différents (chrétiens fondamentalistes, classes moyennes et supérieures, électeurs blancs du Sud ou de la classe ouvrière) mais des idéologies diverses (conservatisme traditionnel, anticommunisme, néo-libéralisme, populisme) (Phillips-Fein ; Vinel). Surtout, il ne s’agit pas de considérer cette coalition comme donnée mais d’étudier les éléments ayant permis de la rassembler et de la faire tenir (Phillips-Fein 735). Or, la question sécuritaire est étonnamment peu présente dans les discussions générales sur le conservatisme, alors même qu’elle semble jouer un tel rôle de ciment politique, compatible de surcroît avec les deux interprétations principales de la montée des droites états-uniennes, centrées sur leur dimension populiste et réactionnelle ou sur leur dimension de mouvement social et politique (Phillips-Fein ; Vinel). De fait, les recherches en politique américaine ont longtemps été marquées par un faible investissement sur les questions policières (Potter 1-2 ; Rios-Bordes 53) par opposition au rôle économique et social de l’État, à la fiscalité ou au mouvement pour les droits civiques. Les histoires générales du parti républicain n’évoquent que cursivement cette question même pour les périodes récentes (Gould ; Critchlow). La configuration historiographique a cependant récemment évolué, à la faveur de la constitution rapide d’un champ d’études historique autour de l’État carcéral venant s’ajouter à de nombreux travaux en sciences politiques ou en sociologie. Une partie des débats s’est focalisée sur le partage exact des responsabilités entre Démocrates et Républicains dans la construction du gigantesque système carcéral états-unien. Si les lignes de fracture interprétatives apparaissent parfois grossies par les modes de discussion scientifique aux États-Unis, le débat a mis au jour les dimensions proprement politiques du maintien de l’ordre.

4Le deuxième choix méthodologique est d’opérer un décentrement chronologique par rapport à la composition de ce numéro de revue centré sur les droites américaines depuis les années 1990. Cette proposition est appuyée sur un des débats traversant l’historiographie du conservatisme : la question de son origine et de son héritage (Phillips-Fein). Il s’agit de contribuer au débat en posant une chronologie spécifique de la question sécuritaire, dépassant les années 1980 mais ne remontant pas au-delà de la Seconde Guerre mondiale puisque la thématique est certes présente mais peu structurante politiquement avant 1945. Une perspective généalogique permettra ainsi d’esquisser les origines diverses de l’idéologie sécuritaire contemporaine.

5Enfin, un troisième postulat a guidé ma réflexion : l’idée qu’on ne saurait comprendre l’emprise contemporaine du parti républicain sur la sécurité sans prendre en compte les modifications du champ politique dans son ensemble et la dynamique relationnelle qui lie les deux principaux partis politiques états-uniens (Phillips-Fein 739-40). L’article épousera ainsi successivement les paradigmes de la polarisation puis du consensus, avant d’examiner questions en suspens et pistes de recherche.

I/ Paradigme de la polarisation et politisation conservatrice et républicaine de la loi et l’ordre

6La domination contemporaine des droites états-uniennes sur les questions de sécurité a été permise par la conjonction et la circulation d’influences idéologiques et géographiques diverses.

1/ Généalogie sudiste et racialisée de la politisation de la criminalité : des conservateurs démocrates aux Républicains

  • 5 Le premier tiers du XXe siècle et notamment la question de la prohibition furent l’occasion d’une p (...)

7Selon l’interprétation la plus courante, la politisation des questions de sécurité trouve son origine dans les campagnes présidentielles de Barry Goldwater en 1964 et de Richard Nixon en 1968 et dans la campagne de Ronald Reagan pour devenir gouverneur de Californie en 1966, soit aux prémices du renouveau républicain. Pourtant K. Beckett et N. Murakawa ont mis en évidence une généalogie plus longue du discours sécuritaire qui trouve sa source dans le Sud démocrate de l’immédiat après-seconde-guerre-mondiale5. La politisation sudiste de la sécurité se construit dès l’après-guerre dans l’opposition au mouvement pour les droits civiques et devient visible à l’échelle nationale lors des deux campagnes présidentielles de George Wallace (1964, 1968) qui rencontrent des succès étonnants dans le Nord en raison de leur identification à une défense racialisée de la loi et de l’ordre. Des façons de poser le problème de la criminalité sont ainsi établies qui ne disparaissent pas à la fin des années 1960.

8La première consiste à associer explicitement criminalité et question raciale. Aux élus blancs du Nord tentés d’adopter l’horizon national de l’intégration, ceux du Sud rétorquent que la ségrégation produit de la sécurité et que l’intégration conduira, comme dans les villes du Nord, à la montée de la criminalité. Par ailleurs, ils opèrent dès la fin des années 1940 une focalisation sur les victimes féminines – implicitement blanches – de la criminalité et s’opposent à l’interdiction fédérale du lynchage. Ils réactivent ainsi le stéréotype du prédateur sexuel noir popularisé après la guerre de Sécession (Murakawa 2008, 238-244). Cette façon genrée et racialisée de poser les enjeux de la criminalité s’impose durablement, traverse le paysage politique et se retrouve chez les candidats républicains. Goldwater, Reagan et Nixon mobilisent dans leurs campagnes respectives des images similaires de femmes trop inquiètes pour se promener à la nuit tombée dans la rue ou au parc (Flamm 36, 75, 178). En 1988, la campagne de G. H. W. Bush instrumentalise contre Michael Dukakis la figure d’un criminel noir récidiviste, Willie Horton, ayant violé une femme blanche (Carter 72-85 ; Critchlow, 225-226). Dans sa campagne sénatoriale en Caroline du Nord de 1990, Jesse Helms mobilise des images de femmes violées contre son adversaire noir, démocrate et opposé à la peine de mort (Black, Black 107-109). Les propos sur les immigrés mexicains violeurs, répétés par Donald Trump lors de sa campagne présidentielle de 2016 changent certes de cible mais s’inscrivent dans une longue lignée d’ethnicisation et de racialisation de la question sécuritaire.

9Un deuxième type de discours né dans le Sud après la guerre vise à remettre en cause la légitimité du mouvement pour les droits civiques au nom de l’illégalité de certaines de ses actions. Les lois sur les droits civiques (1957, 1960, 1964) sont interprétées par les élus sudistes comme une façon de récompenser ceux – les noirs américains – qui violent les lois ou revendiquent le droit d’y obéir de façon sélective (Beckett 28-30 ; Murakawa 2008, 239-244). Une culture de la permissivité aurait ainsi été mise en place par les élites politiques libérales du Nord-Est, le monde judiciaire et les leaders du mouvement pour les droits civiques. Là encore, ce discours de criminalisation de la contestation politique est vite repris par les candidats républicains qui mobilisent le choc considérable créé dans l’opinion par les émeutes des années 1960 en liant irrespect de la loi et désobéissance civile et en confondant délinquance, criminalité de rue et protestation politique (Flamm ; Rios-Bordes). Les attaques de D. Trump contre Black Lives Matter reprennent ce type de discours.

10La généalogie sudiste pourrait dès lors laisser penser à une simple appropriation opportuniste des questions de sécurité par le parti républicain. Cette dimension stratégique est manifeste dans les campagnes de Goldwater, Nixon, G. H. W. Bush ou Trump (2016, 2020) ou dans de nombreuses campagnes au poste de gouverneur comme celle de Reagan (Californie) ou de G. W. Bush (Texas). Elle est parfois attestée explicitement par les sources de la campagne (Goldwater, Reagan, Nixon). L’adoption d’un discours racialement codé mais non explicitement raciste, vise à attirer des suffrages spécifiques (électeurs blancs de la classe ouvrière ou du Sud) tout en construisant une large coalition électorale. Dans des contextes tumultueux marqués notamment par des émeutes urbaines (1964-68, 2014-2016), par des faits divers médiatisés (1964, 1988) ou par la croissance de la criminalité enregistrée par les services de police (années 1960, début des années 1990), l’insistance sur la sécurité permet d’attaquer les candidats démocrates sur leur bilan (Flamm 41-42, 68-76, 173-178 ; Coste 112-113, 120-123 ; Mason 219-222 ; Lowndes 117-118). Cependant, la politisation sécuritaire est également un phénomène dont il faut rendre compte en tant que tel.

2/ La construction partisane d’une arme politique : la fermeté face au crime

11Entre les années 1960 et les années 1990, les Républicains parviennent progressivement à faire des questions de sécurité un problème politique national et un élément d’identité partisane.

  • 6 Les termes « libéralisme » et « libéral » renvoient à leur sens spécifique en anglais-américain.

12La politisation sécuritaire émerge à la droite du parti républicain dans les années 1960, au terme des campagnes de Goldwater et Reagan. S’ils apparaissent extrémistes sur le moment, ces derniers modifient le jeu politique en utilisant la sécurité comme un levier politique pour articuler critique du libéralisme6 et refondation du conservatisme. En proposant une vision alternative de l’État, associant défense de l’État pénal et critique de l’État social, ils vont au-delà de l’expression d’un ressentiment régional ou racial à la Wallace. Les élites libérales sont accusées d’avoir entravé à tous les niveaux du pouvoir (présidence, Cour Suprême, États fédérés) l’action des forces de police et d’avoir permis un relâchement moral, lui-même responsable du déchaînement de la violence dans les rues. (Beckett 10 ; Flamm 33-34, 71-76). Les Républicains affirment en même temps que l’État fédéral doit être réduit et qu’il a un rôle nouveau à jouer en matière de sécurité.

13C’est ensuite l’ensemble du parti qui se rallie à la cause sécuritaire entre la fin des années 1960 et les années 1980 à la faveur de la compétition entre les principaux candidats à l’investiture présidentielle (Reagan, Nixon et Rockefeller). Nixon remporte en 1968 l’investiture républicaine puis l’élection présidentielle en faisant campagne sur la loi et l’ordre tout en réussissant à se situer au centre du parti, voire du paysage politique (Small 144, 153-154 ; Perlstein 2008). Percevant un basculement de l’opinion, le gouverneur Nelson Rockefeller abandonne son positionnement libéral et propose un arsenal législatif sécuritaire bientôt adopté dans son État de New York (Kohler-Hausmann 25-31, 87-120). Reagan mobilise quant à lui un nouveau registre de politisation. Alors qu’il a peu fait campagne sur l’insécurité en 1980 et 1984, il utilise la tribune présidentielle pour placer le thème au centre du débat public. Réinvestissant la conception conservatrice de la criminalité élaborée dans les années 1960, il y ajoute une utilisation sélective de la criminologie mettant l’accent sur les criminels récidivistes vus comme responsables de l’essentiel de la violence. Une commission spéciale sur la criminalité violente est rapidement mise en place et conclut à la nécessité de durcir le droit pénal afin de le rendre plus rigide et plus punitif. En 1982, Reagan déclare la « guerre nationale à la drogue » puis la relance en 1986 alors qu’une infime minorité d’Américains identifient le sujet comme le problème le plus important du pays (Beckett 16-61 ; Gest 43-44 ; Hagan 101-114, 142-145 ; Alexander 58-94 ; Roesch 65-96). Son successeur, G. H. W. Bush, illustre la normalisation sécuritaire à l’œuvre au sein du parti républicain. Candidat, il remobilise la sécurité comme outil électoral en 1988, donne des gages aux conservateurs du parti républicain qui le jugent trop modéré et inaugure la pratique consistant à apparaître à la tribune en compagnie de policiers en uniforme (Gest 170). Président, il amplifie les politiques punitives mises en place par Reagan.

14Les années 1990 finissent enfin d’associer le parti républicain à la fermeté sécuritaire (« Tough on crime ») – ce que résume le sénateur Orrin Hatch à la fin des années 1990 : « I’ve come to the conclusion that we can’t be tough enough » (Gest 162). En trente ans, les Républicains ont réussi à construire auprès des media, de l’opinion et de l’électorat l’idée d’une compétence spécifique du parti sur le terrain sécuritaire (Bénédic-Meyer ; Body Gendrot 1999). Les mandats médiatisés du maire Rudolph Giuliani à New York (1994-2001) ou du shérif Joe Arpaio, élu dans le comté de Maricopa en Arizona entre 1993 et 2016, offrent deux modèles distincts mais populaires et complémentaires au niveau national : un modèle managérial et agressif de lutte contre la criminalité adapté aux grandes métropoles (New York) et une version modernisée du conservatisme de cow-boy pour les territoires moins urbanisés du Sud-Ouest du pays (Arizona) (Body-Gendrot 1998 ; Rios-Bordes). Dans les États du Sud, les Républicains remportent dans les années 1990 un nombre croissant de postes de shérif et ce type d’élection est celui qui leur est le plus favorable (Lublin 57‑60).

3/ Géographie de la politisation sécuritaire : du Sud au Nord en passant par l’Ouest, des banlieues à la nation

15La logique géographique de la politisation conservatrice révèle le rôle des questions de police et de justice dans la genèse de la nouvelle droite. Élaborée dans le Sud démocrate, la politisation sécuritaire migre ensuite vers le Sud-Ouest républicain pour triompher à l’échelle nationale, ce qui confirme l’importance de la Sunbelt comme berceau du conservatisme moderne (McGirr 2001 ; Lassiter 2006). Selon Mona Lynch il y a ainsi un modèle pénal régional (« Sunbelt Justice »). En 2000, près de 50 % des détenus des prisons d’État le sont dans des États de la Sunbelt, contre seulement 27 % en 1950 et tous ces États ou presque ont des taux d’incarcération supérieurs à la moyenne nationale, en dépit de traditions politiques et pénales diverses (Lynch 9).

16Arizona et Texas offrent un premier modèle. L’Arizona est à la fois imprégné d’une culture sudiste et d’une culture politique libertarienne. Cette dernière accorde un rôle moindre aux valeurs religieuses et ouvre la voie à un renforcement sécuritaire à travers l’idée que la délinquance constitue un choix, dans un espace géographique où les réformes pénales du tournant du xxe siècle en faveur de la réhabilitation des détenus ont été peu implantées et où la volonté punitive était déjà fortement affirmée (Lynch 8-52). Pour Michael Campbell le basculement républicain du Texas se fait également sur fond de continuité de la culture pénale régionale. La stratégie de politisation sécuritaire du gouverneur Clements au début des années 1980 mobilise fortement les forces de police qui apportent un relais politique décisif et un soutien aux réformes législatives (Campbell 144-145). La Californie est un modèle inverse. Le virage initié par Reagan et poursuivi par les gouverneurs Deukmejian et Wilson fait passer en une vingtaine d’années un des États les plus progressistes en matière de réhabilitation à un État gouverné par le populisme pénal. Initiatives venues d’en haut et activisme citoyen aboutissent à l’adoption, par la voie de référendums d’initiative populaire, de la « Proposition 8 » en 1982 qui rend plus sévères les sanctions contre les récidivistes et accorde une reconnaissance institutionnelle aux victimes, puis de la « Proposition 184 » en 1994 qui allonge considérablement les peines de prison pour les récidivistes (« Three Strikes you’re out ») (Barker 47-78 ; Zimring, Hawkins, Kamin 3‑7).

17Au total, Californie, Arizona et Texas partagent cependant des éléments communs : décentralisation du système politique, primat de la liberté et de la responsabilité individuelles sur la vie collective et sentiment que les criminels doivent être punis à la hauteur de la menace qu’ils font peser sur un modèle idéalisé de société (Barker 50 ; Lynch 208-220 ; Campbell). Par ailleurs, le Sud-Ouest reste imprégné d’un héritage culturel spécifique. Certains élus républicains comme le shérif Arpaio en Arizona invoquent la mythologie de la Frontière et du western. Arpaio prétend avoir trouvé une inspiration pour ses innovations policières dans « les souvenirs de ces vieux films de cow-boys » d’autrefois, notamment une version modernisée du posse (des « volontaires, ayant prêté serment et reçu un entraînement sommaire… et participant à leurs frais aux missions de police dans le comté », Rios-Bordes 61‑62).

18Une lecture géographique incite par ailleurs à établir une continuité entre les deux généalogies sécuritaires esquissées plus haut. D’une part, elle semble confirmer la stratégie sudiste qu’aurait poursuivie le parti républicain et la méridionalisation de la vie politique américaine (Perkinson). L’imprégnation sudiste du parti républicain est symbolisée en 1972 par l’adhésion du transfuge Jesse Helms, représentant jusque-là du Vieux Sud démocrate. Entre la fin des années 1970 et les années 1990, Helms se forge depuis la Caroline du Nord une audience nationale en élaborant un style politique nouveau fait de dénonciations régulières des Démocrates pour leur mollesse face au crime et de recours massif aux sondages et aux publicités négatives (Black, Black 103, 277 ; Link 7-8, 144). Inversement, le maire de New York, John Lindsay, représentant républicain du libéralisme du Nord-Est, fait le chemin inverse et rejoint en 1971 le parti démocrate (Kohler-Hausmann 86). Le tropisme sudiste du parti républicain aboutit enfin à la conquête électorale historique de 1994 qui voit les Républicains dominer le Congrès et le Sud et les élus du Sud dominer le parti.

19D’autre part, la question sécuritaire s’accorde également à une vision géographique plus fine, non plus à l’échelle des États ou des régions mais à celle du lieu d’habitation. Le succès du conservatisme républicain moderne tient alors moins à un prisme sudiste qu’à un prisme résidentiel (Lassiter 2006). Les inquiétudes en termes de sécurité et de mixité raciale traversent la nation et notamment ses quartiers résidentiels. Lors de son élection au poste de gouverneur en 1966, Reagan obtient 72 % des suffrages dans le comté d’Orange. Le succès des nouveaux élus républicains dans le Sud doit beaucoup à la configuration particulière de leurs circonscriptions souvent blanches et résidentielles, comme celle de Newt Gingrich dans le comté de Cobb au nord-ouest d’Atlanta, qui partagent valeurs conservatrices, peur de la criminalité et goût de l’entre-soi social et racial. À Detroit, de nombreuses associations de quartier se mobilisent entre les années 1940 et 1960 pour maintenir une ségrégation résidentielle au nom de la défense de leur patrimoine immobilier ou de la peur de la criminalité. En 1968, George Wallace rassemble et électrise des foules importantes dans le Nord (Flamm 68, 163-166 ; Carter 19 ; Black, Black 6-7 ; Sugrue 211-229). Aussi est-il possible de voir dans la mobilisation des questions de police et de justice un élément de consensus national plutôt que de division partisane.

II/ La défense de la loi et de l’ordre : un consensus politique depuis les années 1960

20Le champ nouveau de l’État carcéral tend à mettre l’accent sur les responsabilités politiques partagées dans le tournant punitif de l’État américain. Un consensus politique se serait ainsi progressivement constitué autour de la construction des politiques publiques, de la rhétorique politique et enfin de la conception même du politique.

1/ Généalogie libérale de l’État carcéral dans les années 1960

21Elizabeth Hinton et de Naomi Murakawa ont mis en évidence la genèse libérale de la guerre au crime et de l’État carcéral. L’État fédéral ne serait pas soudainement devenu agressif et punitif pour les populations noires défavorisées durant les années Reagan mais aurait commencé à l’être dès les années 1960, soit au zénith de l’influence libérale et de l’idéal d’égalité raciale. La guerre au crime serait une réaction aux transformations démographiques du milieu du siècle, au mouvement pour les droits civiques et à la persistance des soulèvements urbains. Il n’y aurait pas ainsi d’opposition conceptuelle entre les projets de guerre à la pauvreté et de guerre au crime ou de basculement chronologique de l’un à l’autre, comme le laisse penser le prisme du glissement à droite des années 1970 (Berman ; Schulman, Zelizer), mais construction croisée des deux entreprises. Lyndon B. Johnson estimait qu’il fallait à la fois affronter les raisons structurelles de la criminalité par des politiques sociales et répondre aux menaces immédiates par une réaction policière modernisée (Hinton 1, 11).

22La présidence Johnson est marquée par le vote du Law Enforcement Assistance Act (1965) et du Safe Streets Act (1968) qui font de l’État fédéral un acteur majeur en matière policière. Entre 1968 et 1981, celui-ci déverse une manne considérable (10 milliards de dollars, soit l’équivalent de 25 milliards de dollars actuels) sur le système pénal, essentiellement vers les forces de police locales qui reçoivent près de 75 % des sommes totales – en dépit de bilans contrastés ou négatifs en matière de justice raciale – et en profitent pour s’équiper en matériel moderne et militarisé. Là où Flamm voyait une réaction visant à neutraliser la thématique sécuritaire conservatrice et à répondre au problème des émeutes urbaines (Flamm 52), Hinton place ces initiatives au cœur des politiques libérales. La genèse même de la guerre à la pauvreté remonte au projet de Kennedy de lutte contre la délinquance juvénile lancé en 1961 et aux travaux de la commission mise en place à cet effet. L’ambition de contrôle social est présente dès le départ, appuyée sur un ensemble de présupposés sur les africains-américains que les experts et législateurs libéraux partagent avec leurs homologues conservateurs en dépit de cadres de pensée moins explicitement raciaux. Les quartiers urbains dégradés sont envisagés sous l’angle de leurs pathologies sociales et culturelles, les pauvres dépourvus individuellement et culturellement (Hinton, 2, 27-62 ; Murakawa 2014, 16). Une fois arrivés au pouvoir avec Nixon, les Républicains n’ont eu qu’à désamorcer les outils sociaux de l’État fédéral et à renforcer ses outils punitifs. Le changement fut réel mais la voie avait été ouverte par l’administration Johnson et la capacité administrative de l’État singulièrement renforcée dans les quartiers urbains : « des postes de police furent installés dans des quartiers de HLM dans les espaces laissés vacants par les programmes d’action communautaire » (Hinton 98). La police devient le premier et parfois le seul service public au contact des citoyens pauvres. Hinton concède qu’un certain nombre des effets des politiques menées par les Démocrates n’étaient pas anticipés et ne devinrent des objectifs que sous leurs successeurs républicains (Hinton 9, 22, 96-133,). Elle prête ainsi le flanc à la critique d’une surévaluation de la continuité entre les deux partis. Le tournant punitif apparaît cependant indéniablement comme une histoire bipartisane :

Indeed, crime control may be the domestic policy issue in the late twentieth century where conservative and liberal interests most thoroughly intertwined. (Hinton 8)

2/ Travail législatif bipartisan et rhétorique partagée (des années 1980 aux années 2010)

23Les lois anti-criminalité ont généralement fait l’objet d’un large consensus au Congrès et ont été votées à de très fortes majorités, parfois même sans opposition : Law Enforcement Assistance Act (1965) ; Safe Streets Act (1968) ; Anti-Drug Abuse Act (1986) ; Anti-Drug Abuse Act (1988). Quand les majorités ont été moins larges (Violent Crime Control 1984), voire réduites (Violent Crime Control and Law Enforcement Act, 1994), l’adoption a été rendue possible par une coopération bipartisane entre élus au Congrès et administration au pouvoir (Gest 74). Les années Reagan furent à la fois un temps de forte opposition partisane et de compromis législatif. Une grande partie de la législation sur la criminalité a été préparée et votée grâce au travail de binômes bipartisans, notamment animés à la chambre haute par les sénateurs J. S. Thurmond et J. R. Biden, présidents successifs du Judiciary Committee entre 1981 et 1995. Leurs efforts ont été décisifs dans les champs de la législation anti-drogue ou de l’homogénéisation des peines (Gest 48-54 ; Murakawa 2014, 69-147).

  • 7 Discours lors de la signature du Law Enforcement Assistance Act, 22 Septembre, 1965 [en ligne] The (...)
  • 8 Remarques lors de la signature du Violent Crime Control and Law Enforcement Act of 1994, 13 Septemb (...)
  • 9 J. Reno, US Attorney General, Keynote Address at the Adams Mark Hotel, Tulsa, Oklahoma, Thursday, A (...)

24La rhétorique politique sur la sécurité traverse d’ailleurs depuis longtemps l’échiquier politique. Dès 1965 L. B. Johnson indique se soucier de la sécurité des commerçants, des femmes, des enfants et des quartiers résidentiels et fait des policiers les gardiens de la ligne de front en la matière – soit des éléments identifiés au discours conservateur7. B. Clinton semble regretter en 1994 le bon vieux temps où la surveillance parentale, le contrôle social au sein du quartier et la certitude d’un châtiment rapide et certain garantissaient la sécurité quotidienne8. Enfin Janet Reno, Attorney General du président Clinton, mobilise en 1996 le registre religieux pour évoquer l’inspiration trouvée dans la douleur des victimes et de leurs proches9. La rhétorique de la fermeté traverse également les groupes sociaux et trouve des soutiens marqués dans la communauté noire (Fortner ; Forman).

25Les années 1990 constituent ainsi un moment singulier de rapprochement entre Républicains et Démocrates. En 1992, B. Clinton modèle son image de « New Democrat » en conversant avec des dirigeants policiers, en martelant son message sur la nécessité de châtiments certains et rapides et en promettant l’embauche de 100 000 policiers supplémentaires dans le pays. Il interrompt sa campagne des primaires dans le New Hampshire pour superviser l’exécution d’un prisonnier (reconnu coupable du meurtre de deux personnes dont un policier et présentant des troubles mentaux) dans l’État de l’Arkansas dont il est gouverneur. Il désamorce ainsi l’avantage supposé du candidat républicain G. H. W. Bush lors de l’élection présidentielle. En 1996 comme en 2000, les candidats démocrates et républicains à l’élection présidentielle semblent à égalité sur le sujet de la sécurité (Gest 169 ; Simon 58-59 ; Flamm 183-184 ; Courtwright 157 ; Holian 117).

26Le projet de loi anti-criminalité le plus âprement discuté est adopté en 1994, au moment où les deux partis se disputent le terrain sécuritaire et rivalisent de propositions visant à augmenter le nombre de policiers et de places de prison. Quand l’obtention d’une majorité paraît menacée par les deux sujets qui continuent de diviser les deux partis – le contrôle des armes et les programmes de prévention – Clinton mobilise le soutien des policiers : une visite est organisée en urgence au congrès annuel de la National Association of Police Organizations (NAPO) à Milwaukee où le président lance un appel solennel à voter la loi (Beckett 60 ; Gest 238). À partir de l’élection de 1992, les candidats à l’élection présidentielle se disputent le soutien des syndicats policiers. La fédération la plus puissante, le Fraternal Order of Police (FOP), adoube régulièrement les candidats républicains (1972, 1988, 1992, 2000, 2004, 2008, 2016, 2020) mais soutient Clinton en 1996 et hésite à soutenir Gore en 2000 (aucun candidat soutenu en 2012). La deuxième fédération du pays, NAPO, soutient souvent les candidats démocrates : Clinton en 1992 en 1996, puis Gore en 2000, Kerry, en 2004, Obama en 2008 et 2012, mais Trump en 2020 (aucun candidat en 2016) (Beckett 98-99, Zoorob 244-45).

27Les années Obama semblent confirmer le consensus bipartisan. Dans un contexte marqué par plusieurs homicides policiers, par le retour de soulèvements raciaux (Ferguson, Baltimore) et par l’émergence de Black Lives Matter, l’administration Obama adopte une perspective prudente, souvent proche de celle des forces de l’ordre. Elle peine à réorienter les subventions fédérales vers des dispositifs moins punitifs et plus sociaux ou à reformuler les façons de parler de sécurité (« Tough and smart »). Soucieux de ne pas apparaître comme le président des noirs américains et contraint par l’absence de majorité au Congrès après 2010, Obama laisse son ministre de la Justice Eric Holder – premier noir américain à occuper la fonction – intervenir en matière de justice raciale et dévoiler le caractère inégalitaire et punitif du système pénal. Pourtant proche de Holder, Obama semble tardivement « trouver sa voix » sur ce sujet. Ses diverses allocutions (août et novembre 2014) au sujet du soulèvement de Ferguson semblent dépassionnées aux yeux des militants et les brutalités policières renvoyées à une affaire de perceptions, différenciées selon la police et la communauté noire. La persistance des protestations, la nomination du premier comité présidentiel consacré exclusivement à la police et l’évolution d’Obama en fin de deuxième mandat atténuent in fine quelque peu ce constat (Peniel 252-257 ; Dyson 193-199 ; Lassiter 2018 ; Walker, Archbold, 3‑4).

28Au total, les difficultés de l’administration Obama à faire émerger une alternative claire illustrent les contraintes imposées par le cadre politique. C’est le politique lui-même qui semble désormais remodelé par les questions sécuritaires.

3/ Gouverner grâce au crime : la transformation du politique

29La guerre au crime s’est accompagnée d’une transformation de l’exercice du pouvoir politique qui voit l’État pénal occuper le centre du jeu : celui-ci est pensé du côté progressiste en conjonction avec l’État social et du côté conservateur comme une alternative à l’État social. Dès 1991, Stuart Scheingold avait noté que le problème de la criminalité contribuait à construire une forme d’autorité politique au niveau national, d’autant plus singulière qu’elle était en partie symbolique et dissociée de la responsabilité directe de la lutte contre la criminalité qui relève essentiellement des États, des comtés et des villes (Scheingold 23). Quinze ans plus tard, J. Simon conclut à un remodelage de l’exercice politique : celui-ci ne consiste plus seulement à gouverner le crime mais à gouverner grâce au crime. En augmentant le poids des institutions de lutte contre la criminalité au sein du système politique, l’impératif de sécurité a reconfiguré jusqu’au rôle présidentiel. Une nouvelle forme d’autorité politique liée au pouvoir de punir s’est construite qui magnifie le rôle du pouvoir exécutif et construit les figures symboliques des procureurs et des policiers (Simon 5).

30Pour Simon, un nouveau modèle de dirigeant a remplacé la figure, issue du New Deal, de l’administrateur capable d’établir des politiques publiques apportant des bénéfices matériels à la population. Désormais, la légitimité politique est liée à la capacité à se ranger du côté des victimes et des policiers en demandant un châtiment maximal pour les criminels assimilés à des monstres. Cette évolution s’est traduite par la promotion des compétences exécutives aux dépens des compétences législatives et par l’ascension des gouverneurs au plan national. Entre 1948 et 1976, aucun président n’avait auparavant été gouverneur : remporter l’élection présidentielle nécessitait d’acquérir une expérience à l’échelon fédéral, notamment par la carrière sénatoriale. Entre 1976 et 2008, tous les présidents sont d’anciens gouverneurs à l’exception de G. H. W. Bush, lui-même vainqueur du gouverneur Dukakis. Cette dernière exception confirme cependant la règle puisqu’elle se joue sur la lutte contre la criminalité et la peine de mort. L’autorité nouvelle des gouverneurs est en effet associée au pouvoir de donner la mort. G. W. Bush supervise 152 exécutions capitales comme gouverneur du Texas et aucun gouverneur d’un État abolitionniste n’a été élu président (Simon 60-70 ; Perkinson 335).

  • 10 Tessa Duvall, « What to know about Daniel Cameron, the attorney general deciding the Breonna Taylor (...)
  • 11 Fred Lucas, « Who Is the New Attorney General Pick, Jeff Sessions? », Newsweek [en ligne], 21 novem (...)

31L’alourdissement et l’uniformisation des peines comme la capacité à prendre le parti des victimes et des policiers ont étendu le pouvoir, l’autonomie et la légitimité des procureurs – locaux ou fédéraux – aux dépens des juges, jugés trop cléments ou trop neutres. R. Giuliani a entamé sa carrière politique en brandissant son bilan de procureur fédéral. La fonction d’Attorney General, au niveau fédéral comme fédéré, a été considérablement politisée. Premier africain-américain à occuper ces fonctions dans le Kentucky et étoile montante du parti républicain, Daniel Cameron a, lors de sa campagne de 2019, recherché le soutien du syndicat policier FOP en promettant de se faire l’avocat des procureurs et de la communauté policière10. Le département fédéral de la Justice a vu son rôle croître depuis les années 1960 à la faveur du renforcement du pouvoir pénal de l’État fédéral et de son imbrication croissante avec celui des États fédérés. Le poste d’Attorney General a gagné en poids au sein des administrations présidentielles au point de faire désormais figure de procureur national – ce qui permet par ricochet au président d’être perçu comme commandeur en chef de la guerre au crime. Des proches des présidents sont souvent nommés à ces fonctions. John Mitchell est l’ancien directeur de campagne de Nixon. Edwin Meese travaille avec Reagan en Californie, puis devient son conseiller en matière de criminalité avant d’être un des rares ministres de la Justice à avoir été effectivement procureur professionnel. John Ashcroft construit sa carrière politique sur la sécurité dans le Missouri où il devient Attorney General, puis gouverneur avant d’être l’Attorney General du président Bush Jr. (Simon 44-60). Avant d’être nommé à ce poste par Trump, Jeff Sessions, ancien procureur fédéral puis Attorney General en Alabama, fut le premier sénateur à rejoindre le candidat Trump.11 Son successeur William P. Barr avait déjà occupé le poste sous G. W. Bush.

32La redéfinition de l’État consacre enfin l’élévation symbolique des policiers. Encore associés dans l’opinion publique des années 1950 à la corruption et à l’inefficacité, ils sont hissés dans le discours politique au rang de protecteurs et de proches des victimes : tout en apportant les premiers secours, ils subissent la violence de la rue et les verdicts indulgents des cours de justice venant anéantir leur travail. Le soutien accru de l’État fédéral depuis les années 1960 sert ainsi à compenser leur faiblesse relative face à la criminalité (Simon 96-99). Dans le climat récent d’hyper-politisation de la question policière, le discours conservateur a ajouté un élément de victimisation : les critiques que les policiers subissent sur les réseaux sociaux et dans les media. D. Trump affirme lors d’un débat en 2016 que les policiers sont les gens les plus maltraités du pays (Zoorob 246). De plus, le policier incarne désormais l’État. L’expression « law enforcement » sert à désigner à la fois la police et l’ensemble du système de justice pénal (Simon 97). La métaphore du front désormais courante dans le lexique politique place le policier à l’intersection exacte de l’État et de la population alors que la police tend à devenir le principal voire le seul service public disponible dans certains quartiers. Cela s’accompagne d’un retour aux patrouilles de police à pied et de politiques de reconquêtes des espaces publics (Body-Gendrot 1998, 86-91 ; Hinton 187‑194).

III/ La loi et l’ordre en débat : questions et pistes de recherche

33Afin de discuter les paradigmes concurrents de la polarisation et du consensus, on peut esquisser, à titre exploratoire et en guise de longue conclusion, quelques pistes de recherches. Selon M. Flamm, un des secrets de la campagne sécuritaire victorieuse de Reagan en Californie en 1966 fut d’exercer un attrait viscéral et volatile en s’appuyant sur un message simple, adapté à l’environnement médiatique et suffisamment malléable pour être approprié de façon diverse par les électeurs (Flamm 71). Examinons successivement ces différents éléments.

1/ Une thématique volatile ou structurante ?

34L’hypothèse de J. Simon de la structuration sécuritaire du système politique états-unien est séduisante mais appelle des vérifications empiriques. La sécurité fait assurément partie de l’arsenal politique républicain, notamment à l’échelle des élections locales. Cependant, le fait qu’elle disparaisse à plusieurs reprises du débat politique national pose question. Elle est peu invoquée dans les campagnes présidentielles de 1972, 1976, 1980, 1984, 1996, 2000, 2004, 2008 et 2012, soit qu’aucun candidat n’apparaisse en position de force (1996, 2000), soit que d’autres problèmes plus pressants monopolisent le débat, soit même qu’aucun thème ne se détache véritablement (Flamm 181 ; Gest 41, Roesch 65 ; Perlstein 2011 ; Miezckowski ; Schoenfeld 160-161). Par ailleurs, le modèle d’une nouvelle forme d’autorité politique ne semble plus aussi valide depuis 2008 : sur les 16 membres des tickets présidentiels constitués depuis l’élection de 2008 incluse, seuls six (Palin, Romney, Pence x 2, Kaine, Harris) sont d’anciens gouverneurs ou procureurs, pour deux victoires (Pence ; Harris). Palin et Romney ont certes été gouverneurs mais dans des États ayant aboli la peine de mort ; Biden et Obama s’inscrivent dans le modèle précédent ; Trump fait figure d’apax.

35À quelles conditions dès lors l’agenda politique peut-il être façonné de manière à faire de la thématique sécuritaire une donnée essentielle de l’élection ? La politisation sécuritaire n’est en effet ni corrélée aux statistiques de la criminalité enregistrée, ni même nécessairement aux attentes de l’opinion (Beckett 14-27 ; Tonry 2004, 14). Par ailleurs, l’instrumentalisation des désordres ou des soulèvements urbains est généralement pensée comme un outil de conquête du pouvoir (1968, 2016), moins comme un outil de conservation (2020). Une analyse détaillée des résultats de l’élection présidentielle de 2020 sera nécessaire pour le confirmer. Un travail empirique mêlant reconstitutions de carrière et entretiens permettrait enfin de vérifier les bénéfices réels de l’investissement dans la sécurité pour les acteurs politiques.

36Enfin, le problème se pose du coût politique à déclarer des guerres (au crime, à la drogue) qui ne sauraient être gagnées. M. Flamm a souligné, avec d’autres, à quel point la formulation en ces termes des politiques publiques avait pu être préjudiciable à l’administration Johnson : la démesure de l’ambition ne pouvant mener qu’à la perception d’un échec (Flamm 51-66). Pourtant, les Démocrates semblent avoir été plus vulnérables face à ce type de bilans chiffrés que les Républicains. Le constat que l’État social ne pouvait pas tout et ne pouvait donc pas éliminer les causes profondes de la criminalité s’est imposé dans l’opinion publique jusqu’à être repris par Clinton et Obama. Les politiques républicaines de guerres contre la drogue – dont l’échec fait figure de secret de polichinelle – n’ont pas fait l’objet de constats médiatiques et politiques aussi partagés. Est-ce simplement une question de temps (le constat d’échec sur l’incarcération de masse progresse) ou est-ce lié à une imperméabilité plus grande des Républicains à l’évaluation chiffrée de la réalité ? Reagan a pu tout au long de sa carrière politique mobiliser de façon désinvolte des données statistiques et, à la moindre difficulté, se réfugier dans la défense de principes politiques (Coste). Trump a franchi une étape supplémentaire à travers la formulation de « vérités alternatives ». Il faudrait tester l’hypothèse de G. McGovern que les candidats républicains manient mieux le « négativisme politique » que les Démocrates (Courtwright 255) ainsi que celle d’un imaginaire politique conservateur pessimiste s’accommodant mieux de l’absence de progrès chiffré que l’imaginaire progressiste. Enfin, la perception que les Républicains défendent des principes politiques essentiels (responsabilité individuelle, défense des victimes) en partie imperméables aux coûts financiers de leurs politiques est discutée plus bas.

2/ « Getting Tough » : plasticité discursive et style politique

37Le caractère apparemment simple et viscéral du message sécuritaire semble appeler à des recherches, notamment sur la revendication conjuguée des émotions et du bon sens.

  • 12 Éditorial du New York Times, « Willie Horton, Updated for the Trump Era », 6 novembre, 2017, p. A‑2 (...)

38En quoi le propos sécuritaire fait-il appel à des émotions viscérales ? La question s’apparente à un truisme mais révèle un des présupposés de toute politisation sécuritaire. En quoi est-ce plus puissant d’évoquer des crimes de rue plutôt que l’angoisse pécuniaire des fins ou même des débuts de mois ? Quels facteurs culturels et cognitifs garantissent la persistance émotionnelle – de l’émetteur au récepteur – d’un message sécuritaire ou sa durabilité médiatique et politique ? La dimension raciale est souvent présentée comme un catalyseur de telles émotions. Une histoire de la communication politique sécuritaire reste ainsi à écrire, de la campagne de Goldwater à celles de G. H. W. Bush et J. Helms, jusqu’aux campagnes récentes centrées sur des membres de gang centre-américains12. Pourtant au-delà de la dimension raciale, il semble que d’autres éléments entrent dans la composition détonante du cocktail sécuritaire. La culture médiatique (faits divers) et populaire (fictions policières) constitue un univers cognitif favorable à la composition émotionnelle du message. Reconstituer de façon précise les circulations entre fiction et communication politique supposerait de faire dialoguer histoire culturelle, histoire politique, sociologie et science politique. Le chantier ouvert par Christopher P. Wilson dans Cop Knowledge est loin d’être achevé en ce domaine.

  • 13 Gerald M. Boyd, « Bush's Attack on Crime Appeals to the Emotions », The New York Times, 11 Octobre (...)

39Un des ressorts puissants du propos sécuritaire est sa revendication de simplicité et de bon sens. L’entreprise de dépolitisation confère des avantages politiques paradoxaux. La lutte contre la criminalité est posée comme un champ de l’action publique où une approche technique et non partisane est non seulement possible mais nécessaire. G. H. W. Bush appelle en 1988 à abandonner les querelles partisanes au nom de l’effort national en matière de lutte contre la criminalité (« My point is that a tough approach to crime isn’t a Republican issue or a Democratic issue. It’s vital for all Americans »13). Proposer une alternative est dès lors interprété comme la preuve d’une approche idéologique, libérale et condamnée par les échecs passés, ce qui place les Démocrates dans une impasse : soit ils prêtent le flanc à la critique, soit ils acceptent le cadrage républicain et ont du mal à faire entendre leur voix. Clinton a certes réussi à neutraliser l’avantage sécuritaire républicain en se réappropriant la rhétorique de fermeté mais cette victoire politique a plus profité au président qu’au parti démocrate (Holian 117‑118).

40Reste aussi à expliquer comment la définition de ce qui relève du bon sens s’est imposée. Dépolitiser les questions de criminalité a souvent signifié adopter le point de vue des policiers. C. P. Wilson formule ce paradoxe de la vie culturelle américaine contemporaine : une grande partie du savoir commun sur le désordre et la criminalité provient d’une économie du savoir ayant pour moteur les forces de l’ordre (Wilson 5). Au début du xxe siècle, les policiers ont érigé leur compétence technique et leur autonomie vis-à-vis du politique en ciment de leur professionnalisme. La force singulière de leur discours est d’avoir imprégné la culture ordinaire et la rhétorique politique en dépit de son apolitisme revendiqué. La métaphore de la ligne de front entre ordre et anarchie (« thin blue line ») solidement ancrée dans la culture policière intègre le vocabulaire politique à partir des années 1960 et les termes de « beat », de « good cop/bad cop » entrent dans le langage courant. L’influence politique et culturelle de J. E. Hoover, déjà étudiée, doit faire l’objet d’un prochain ouvrage de Beverly Gage. L’influence des syndicats policiers très peu étudiés ou l’écart grandissant entre les dirigeants réformateurs – peu mis en scène dans la culture populaire – et la base policière – largement représentée à l’écran – offrent des pistes de recherche prometteuses.

41Si la question complexe de la lutte contre la criminalité peut apparaître simple, c’est parce que le public dispose en la matière d’un « savoir policier » façonné par la culture populaire, les faits divers et la communication policière. Ce discours n’est pas seulement entré en concurrence avec le discours des experts (universitaires ou non) mais a contribué à démonétiser ce dernier, en le faisant passer pour élitiste, sentimental ou idéologique. En 1968, G. Wallace jetait l’anathème sur ces « pseudo-intellectuels » libéraux qui rationalisent le crime en expliquant que « l’assassin a été privé de pastèque quand il avait dix ans » (Flamm 165 ; Rios-bordes, 56). En 1974, Reagan déclarait que la criminalité n’était pas un problème abstrait dont on pouvait débattre entre universitaires autour d’un thé mais une menace quotidienne pour la vie et la sécurité des gens (Hinton 254). Des études supplémentaires permettraient de mettre en évidence la série d’opérations discursives ayant permis de « dépolitiser » le discours policier, de le diffuser dans la société et d’en faire in fine une arme politique.

42La rhétorique du « Getting Tough » relève dès lors autant d’un style que d’un message politique, ce qui permet de comprendre le caractère fluctuant du discours sécuritaire. Afficher sa fermeté permet de constituer un capital politique viriliste, transférable ensuite d’une thématique à l’autre. Reagan a pu au cours de sa carrière utiliser le registre de la fermeté sur des thèmes différents mais apparentés. L’homme politique débutant qui s’était fait remarquer en 1964 par l’anticommunisme vigoureux de son soutien à Goldwater trouva en 1966 dans la lutte contre la criminalité une forme de substitut à sa verve belliqueuse dans le contexte d’une élection locale (Coste 120). Puis, il revint dans ses campagnes nationales de 1976 et 1980 à son tropisme anti-communiste préférentiel. Il relança enfin la guerre contre la drogue en donnant à celle-ci un tour militarisé et international en cohérence avec son patriotisme exacerbé (Kuzmarov). La conversion de G. W. Bush, de gouverneur ultra-punitif à président de la guerre au terrorisme, révèle pour J. Simon la restructuration à plus long terme du champ politique : la guerre au crime a préparé et permis la guerre au terrorisme (11).

3/ Quel consensus sur la loi et l’ordre ?

  • 14 Presidential Debate 2020, USA TODAY [en ligne] [Consulté le 3 octobre 2020]. https://www.youtube.co (...)
  • 15 Eric Lichtblau, « Bush Sees U.S. as Meddling in Local Police Affairs », Los Angeles Times [en ligne (...)

43Lors du premier débat présidentiel de 2020, les deux principaux candidats ont affirmé que la question policière constituait un sujet de division partisane. Biden fut sommé à plusieurs reprises par Trump de dire s’il était en faveur de la loi et de l’ordre – ou même de prononcer seulement ces mots. Biden répondit par la formule « Law and order with justice »14. Le slogan avait déjà été utilisé par Humphrey en 1968, sans grand succès : pas plus que Johnson, celui-ci n’avait été capable de convaincre l’opinion publique que cette idée abstraite renvoyait à une politique bien identifiée. Les trois mots furent étrangement repris par Nixon au cours de la même campagne (Flamm 167-175). Au-delà des slogans, ce constat appelle à établir un bilan précis des politiques mises en œuvre respectivement par les Démocrates et les Républicains depuis les années 1960 afin de prolonger et discuter les analyses de Hinton et Murakawa. Le rapprochement des années 1990 a pu ainsi engendrer une tendance à l’accroissement des petites différences. Le financement de programmes de prévention prévu dans le Violent Crime Control and Law Enforcement Act (1994) agit comme un chiffon rouge empêchant longtemps un accord bipartisan et conduit les Républicains, après leur victoire aux élections de mi-mandat à rayer d’un trait de plume tout effort budgétaire en ce sens (Beckett 61 ; Gest 240-44). Si le financement par l’État fédéral des forces de police locales fait peu débat entre les deux partis, il n’en est pas de même de la responsabilité qu’il implique. Le droit d’enquête du ministère fédéral de la Justice sur les forces de police prévu par la loi de 1994 fut mis en œuvre très différemment selon la couleur politique des administrations. Promptement appliqué sous Clinton, il le fut de façon réticente par l’administration de G. W. Bush, comme celui-ci l’avait promis afin d’obtenir le soutien du FOP en 200015. Activé de nouveau sous Obama, le programme fut mis en sommeil en 2017 sous Trump (Walker 542-543 ; Walker, Archbold, 49). Architecte de la loi de 1994, Biden a promis en 2020 de le raviver.

44Une autre façon de mesurer la réalité du consensus consiste à faire varier l’échelle de l’analyse. The Perils of Federalism de Lisa L. Miller permet de comprendre les effets d’optique institutionnels qui ont longtemps rendu peu visibles nationalement les violences policières alors que celles-ci étaient récurrentes et identifiées localement. Selon Miller, le partage fédéral des responsabilités en matière policière contribue à rendre peu audible la voix des plus défavorisés. Au niveau local, un large éventail de politiques de lutte contre la criminalité – allant au-delà de la seule volonté de punir et prenant en compte les causes profondes de la criminalité – peut être envisagé. À l’inverse, plus on monte dans l’échelle fédérale et plus les options se réduisent. La centralisation du débat pénal à l’échelon de l’État fédéral et de l’État fédéré limite les participants et les positions susceptibles d’être entendus. Les victimes de violences policières et les populations susceptibles de subir des actions policières accrues ont ainsi longtemps manqué des ressources politiques nécessaires à une influence aux divers niveaux législatifs, contrairement à des groupes institutionnels puissants (policiers, procureurs, juges, gardiens de prison) ou à des groupes d’intérêt centrés sur une cause unique (NRA, ACLU, Mothers Against Drunk Driving, Women against Rape), ce qui conduit à une dépolitisation des causes et des conséquences de la criminalité et à une dissociation entre ceux qui élaborent les politiques pénales et ceux qui les subissent (Miller 3‑38).

45Cependant, le consensus en trompe-l’œil sur la loi et l’ordre peut également être le produit d’une stratégie politique et non de contraintes institutionnelles. Le gouverneur républicain Clements construit, durant son deuxième mandat au Texas, une coalition politique permettant d’opérer un nouveau tournant punitif. Lors d’un sommet consacré en 1988 à la justice pénale sont exclus les « théoriciens » (i.e. les universitaires) et les représentants des populations pauvres tandis que les acteurs du système de justice pénale (procureurs, juges, policiers et gardiens de prison), les acteurs politiques (maires, législateurs, responsables exécutifs) et un certain nombre de représentants du monde des affaires ont la part belle. Les groupes ayant un intérêt direct à la construction supplémentaire de prisons sont ainsi surreprésentés et l’émergence de propositions alternatives rendue difficile (Campbell 653‑656).

46Par ailleurs, les départements de police des grandes villes sont devenus des acteurs politiques à part entière au niveau local. À New York ou Los Angeles, ils ont délibérément entrepris d’affaiblir l’activisme africain-américain en l’accusant de favoriser la criminalité et systématiquement contesté l’idée que les brutalités policières constituaient un problème systémique. Utilisant relais syndicaux et médiatiques, ils sont parvenus à neutraliser la création ou l’influence de comités indépendants chargés d’examiner les brutalités policières. Ils ont également fait preuve d’une capacité à modeler les politiques urbaines dans différents domaines et à limiter les options des maires : Bill de Blasio, maire de New York, élu sur un programme de réforme de la police fut contraint d’augmenter en 2015 le budget du NYPD afin de ne pas menacer sa réélection ; Tom Brown, premier maire noir de Los Angeles et lui-même ancien policier, peina à accroître le contrôle de la mairie sur le LAPD (Taylor 129-175, 227-244 ; Flamm 76-80 ; Felker-Kantor 113‑138).

47Éléments structurels et évolutions de long terme ont abouti à renforcer le pouvoir des forces de police et à les protéger de la critique. Pourtant l’émergence de Black Lives Matter montre qu’une vision exagérément unanimiste du système politique tend à ignorer les possibilités d’évolution.

4/ À l’aube d’un nouveau tournant ?

48De nombreux auteurs (Alexander, Simon, Gottschalk, Hinton, Murakawa) ont mis en évidence le poids écrasant des facteurs structurels faisant de l’emprisonnement de masse et des violences policières des phénomènes constitutifs du système politique américain. Seule une évolution de très long terme et/ou une mobilisation de masse, jugée plus ou moins improbable, étaient susceptibles d’apporter des changements significatifs (Dagan, Teles 267). La question se pose de savoir si l’année 2020 constitue un tel tournant, en raison de la superposition de deux phénomènes. Le premier, plus ancien, est le discrédit qui touche désormais les politiques d’emprisonnement de masse. Le second est la montée en puissance du mouvement Black Lives Matter.

49La population carcérale a cessé d’augmenter aux États-Unis vers 2007. Entre « 2009 et 2016, le nombre d’Américains enfermés dans l’ensemble des centres de détention des États et du système fédéral a diminué de 7 % ». Certes, la baisse est limitée et le pays reste le plus punitif du monde. Cependant des États pionniers en matière d’incarcération de masse ont initié le mouvement : Californie (- 17,5 % entre 2010 et 2013) ou Texas (- 5 % entre 2009 et 2016). Des États du Sud, bastion du conservatisme pénal, ont suivi : Géorgie, Mississippi, Kansas, Caroline du Sud et du Nord. L’État fédéral a accompagné le mouvement : plusieurs lois ont été adoptées (Second Chance Act en 2008, Fair Sentencing Act en 2010 et First Step Act en 2018) et Obama est devenu en juillet 2015 le premier président en exercice à se rendre dans une prison et à mettre l’accent sur les problèmes systémiques de la politique pénale états-unienne (Vindevogel 299-300 ; Weisberg-Petersilia 126). L’idée d’un tournant est cependant moins liée à l’évolution des statistiques qu’à un changement dans le débat public et à l’émergence d’un mouvement bipartisan de réforme pénale. Or, une partie de l’énergie réformatrice vient de la droite, notamment de N. Gingrich :

There is an urgent need to address the astronomical growth in the prison population, with its huge costs in dollars and human potential […]. The criminal-justice system is broken, and conservatives must lead the way in fixing it (Dagan, Teles 267).

  • 16 Maggie Haberman and Annie Karni, « White House Celebrates Criminal Justice Overhaul », The New York (...)

50Lors de sa prise de fonctions en 2011, le gouverneur républicain de Géorgie Nathan Deal a fait de la réforme pénale une priorité urgente. Diverses organisations conservatrices (Texas Public Policy Foundation, Cato Institute, Manhattan Institute, Right on Crime) ou évangéliques (Prison Fellowship) sont impliquées. La droite n’est plus associée de façon monolithique à la fermeté pénale comme auparavant et Trump pose même en champion de la réforme pénale16. Certes, les crises financières ont mis sous tension les budgets des États fédérés tandis que les coûts démesurés de l’emprisonnement de masse menaçaient de rendre obsolète le conservatisme fiscal. Mais il y a aussi des raisons proprement politiques : outre l’exigence de rigueur budgétaire du Tea-Party et la baisse de la criminalité, l’alignement sécuritaire des Démocrates sur les Républicains a redonné à ceux-ci une marge de manœuvre, leur permettant de se positionner en faveur de la réforme sans perdre en crédibilité. Les Démocrates les plus impliqués dans le tournant punitif (Clinton, Biden) ont également réévalué leur position (Bédénic-Meyer) et la figure du procureur progressiste a émergé. Un espace politique s’est ainsi formé au centre réunissant Républicains soucieux de discipline budgétaire et Démocrates désireux d’atténuer les inégalités raciales (Coalition for Public Safety par exemple). Cependant, l’État carcéral n’a été amendé qu’à la marge (les peines plancher et les procureurs zélés n’ont pas disparu) et certains États comme la Floride ont été peu touchés par le phénomène. Par ailleurs, le mouvement de réforme a souvent été mené par des hommes politiques en retrait de la vie politique élective : N. Gingrich, Rick Perry (ancien gouverneur du Texas), Jeb Bush (ancien gouverneur de Floride), William John Bennet (ancien « Drug Czar »), E. Meese. Le phénomène, encore récent, appelle de nouvelles recherches sur divers sujets identifiés par H. Schoenfeld (Dagan, Teles 270 ; Gottschalk 8 ; Schoenfeld 156-171 ; Tonry 2016, 93, 206 ; Vindevogel 307‑308).

51La mobilisation qui a suivi l’assassinat de George Floyd au printemps 2020 s’est très largement située, par contraste, en dehors de l’espace institutionnel. Historique par son ampleur, son extension nationale et la diversité de ses participants, elle a été précédée et préparée par la structuration depuis 2013 d’un mouvement social massif et intersectionnel : Black Lives Matter (Célestine, Martin-Breteau). S’il est trop tôt pour se prononcer sur les conséquences à moyen et long terme de ces mobilisations, on peut faire l’hypothèse qu’elles entrent dans la catégorie « mobilisation de masse » évoquée par les chercheurs pour envisager un changement de grande ampleur. Elles ont de surcroît remis au premier plan les notions de droits humains et de racisme systémique, laissées en arrière-plan par les initiatives plus centristes sur la réforme des prisons.

  • 17 Scott Clement et Dan Balz, « Americans Back Protests : A Poll Shows Overwhelming Support », The Was (...)
  • 18 Catie Edmondson et Nicholas Fandos, « G.O.P. Blindsided By Public’s Rage At Floyd Killing », The Ne (...)
  • 19 Sabrina Tavernise et John Eligon, « Protests Swayed Voters, Either as Inspiration or as Intimidatio (...)

52L’énorme soutien que la mobilisation a trouvé initialement dans l’opinion publique a un temps déstabilisé un parti républicain installé dans sa position de parti de la loi et de l’ordre. Un sondage du Washington Post début juin 2020 indiquait que 70 % des Américains estimaient que le meurtre de George Floyd révélait un problème plus large au sein de la police, un chiffre nettement en hausse par rapport à d’autres homicides policiers comme celui de Michael Brown à Ferguson17. La mission confiée à Tim Scott, seul sénateur républicain noir, de coordonner une réponse législative rapide au problème des violences policières a surtout révélé la paralysie du parti républicain18. Le positionnement de Trump, le raidissement de certains policiers ayant bruyamment manifesté leur soutien au président et à leurs collègues mis en cause, la lassitude croissante d’une partie de l’opinion publique vis-à-vis des violences et pillages qui ont accompagné les manifestations ont ensuite précipité le retranchement républicain sur des positions traditionnelles. L’élection de novembre 2020 a enfin révélé les réactions contrastées de l’électorat : selon un large sondage, neuf électeurs sur dix ont déclaré que les protestations contre les violences policières avaient joué un rôle dans leur vote et pour près de huit sur dix un rôle important ; un électeur sur cinq en a fait la raison majeure de son vote ; cependant ces électeurs se sont répartis entre Biden et Trump dans des proportions relativement proches du résultat final19.

53L’avenir et de nouvelles recherches diront si ces deux mouvements sont suffisamment concordants pour mettre fin à la configuration offrant un avantage à la droite états-unienne sur le plan sécuritaire. Au-delà des contraintes constitutionnelles limitant la possibilité d’une solution nationale, la future administration Biden-Harris peut être présentée à la fois comme la mieux ou la moins bien placée pour lancer un ambitieux chantier de réformes sur la police. Biden et Harris sont-ils à la fois trop compromis par leur proximité passée avec le monde policier et trop encombrés par leur nouvelle image de déserteurs de la cause policière ? Ou idéalement situés, à l’instar d’un L. B. Johnson, sur les lignes de fracture de la société états-unienne ?

Haut de page

Bibliographie

ALEXANDER, Michelle. The New Jim Crow: Mass Incarceration in the Age of Colorblindness. New York : The New Press, 2010.

BARKER, Vanessa. The Politics of Imprisonment : How the Democratic Process Shapes the Way America Punishes Offenders. New York: Oxford University Press, 2009.

BECKETT, Katherine. Making Crime Pay : Law and Order In Contemporary American Politics. New York: Oxford University Press, 1997.

BÉNÉDIC-MEYER, Diane. « L’ascension des conservateurs et le traitement de la délinquance aux États-Unis : le cas du Violent Crime Control and Law Enforcement Act (1994) », Crime, Histoire & Sociétés [En ligne]. 2016, n° 2. [consulté le 15 septembre 2020]. http://journals.openedition.org/chs/1674.

BERMAN, William C. America’s Right Turn: From Nixon to Clinton. 1994. Baltimore : Johns Hopkins University Press, 1998.

BLACK, Earl et Merle BLACK, The Rise Of Southern Republicans. Cambridge : Harvard University Press, 2002.

BODY-GENDROT, Sophie. Les villes face à l’insécurité : Des ghettos américains aux banlieues françaises. Paris : Bayard, 1998.

« La politisation du thème de la criminalité aux États-Unis ». Déviance et société, 1999, 23, n° 1. p. 75‑89.

CAMPBELL, Michael C. « Politics, Prisons, and Law Enforcement: An Examination of the Emergence of “Law and Order” Politics in Texas ». Law & Society Review, 2011, 45, n° 3, p. 631‑665.

CAMPBELL, Michael C. et Heather SCHOENFELD. « The Transformation of America’s Penal Order: A Historicized Political Sociology of Punishment ». American Journal of Sociology, mars 2013, 118, n° 5, p. 1375–1423.

CARTER, Dan T. From George Wallace to Newt Gingrich: Race in the Conservative Counterrevolution, 1963-1984. Baton Rouge : Louisiana State University Press, 1996.

CEBUL, Brent, Lily GEISMER et Mason WILLIAMS. « Beyond Red and Blue: Crisis and Continuity in Twentieth-Century U.S. Political History ». In Cebul, Geismer et Williams. (eds.) Shaped By The State: Toward A New Political History of the Twentieth Century. Chicago : University of Chicago Press, 2019, p. 3‑23.

CÉLESTINE, Audrey et Nicolas MARTIN-BRETEAU. « “Stop killing us”: Mobilizing against structural racism in the United States from Black Lives Matter to the Movement for Black Lives ». In VERGNIOLLE DE CHANTAL, François (ed.), Obama’s Fractured Legacy: The Politics and Policies of an Embattled Presidency, Édimbourg : Edinburgh University Press, 2020, p. 289‑313.

COSTE, Françoise, Reagan. Paris : Perrin, 2015.

CRITCHLOW, Donald T. The Conservative Ascendency: How the GOP Right Made Political History. Cambridge : Harvard University Press, 2007.

DAGAN, David et Steven M. TELES. « Locked In? Conservative Reform and the Future of Mass Incarceration », The ANNALS of the American Academy of Political and Social Science, janvier 2014, n° 651, p. 266‑276.

DYSON, Michael Eric. The Black Presidency: Barack Obama and the Politics of Race in America. New York : Houghton, 2016.

FELKER-KANTOR. Max, Policing Los Angeles: Race, Resistance, and the Rise of the LAPD. Chapel Hill: University of North Carolina Press, 2018.

FLAMM, Michael. Law and Order: Street Crime, Civil Unrest, and the Crisis of Liberalism, New York : Columbia University Press, 2005.

FORMAN, James Jr., Locking Up Our Own: Crime and Punishment in Black America. New York: Farrar, 2017.

FORTNER, Michael Javen, Black Silent Majority: The Rockefeller Drug Laws and the Politics of Punishment, Harvard University Press, 2015.

GEST, Ted. Crime & Politics : Big Government’s Erratic Campaign for Law and Order. New York: Oxford University Press, 2001.

GOTTSCHALK, Marie. Caught: The prison state and the lockdown of American politics. Princeton, NJ : Princeton University Press, 2014.

GOULD, Lewis L. Grand Old Party. A History of the Republicans. New York: Oxford University Press, 2012 (2003).

HAGAN, John. Who Are The Criminals? The Politics of Crime Policy from the Age of Roosevelt to the Age of Reagan. Princeton : Princeton University Press, 2010.

HINTON, Elizabeth. From the War on Poverty to the War on Crime: The Making of Mass Incarceration in America. Cambridge : Harvard University Press, 2016.

HOLIAN, David B. « He’s Stealing My Issues! Clinton’s Crime Rhetoric and the Dynamics of Issue Ownership ». Political Behavior, Juin 2004, 26, n° 2, p. 95‑124.

KOHLER-HAUSMANN, Julilly. Getting Tough: Welfare and Imprisonment in 1970s America, Princeton : Princeton University Press, 2017.

KUZMAROV, Jeremy, « The Crackdown in America: The Reagan Revolution and The War on Drugs ». In Andrew L. Johns ed. A Companion to Ronald Reagan. Malden: Wiley-Blackwell, 2015.

LASSITER, Mathew D. The Silent Majority: Suburban Politics in the Sunbelt South. Princeton : Princeton University Press, 2006.

LASSITER, Mathew D. « Political History Beyond the Red-Blue Divide ». Journal of American History, 98, Décembre 2011, p. 760-764.

LASSITER, Mathew D. « ‘Tough And Smart’: The Resilience Of The War On Drugs During The Obama Administration », In Zelizer, Julian (ed.). The Presidency of Barack Obama: A First Historical Assessment. Princeton University Press, 2018, p. 299‑328.

LINK, William A. Righteous Warrior: Jesse Helms and the Rise of Modern Conservatism. New York : St. Martin’s Press, 2008.

LOWNDES, Joseph E. From the New Deal to the New Right: Race and The Southern Origins of Modern Conservatism. New Haven : Yale University Press, 2008.

LUBLIN, David. The Republican South: Democratization and Partisan Change. Princeton : Princeton University Press, 2007 (2004).

LYNCH, Mona. Sunbelt Justice: Arizona and the Transformation of American Punishment, Stanford: Stanford University Press, 2010.

McGIRR, Lisa. Suburban Warriors: The Origins of the New American Right. Princeton : Princeton University Press, 2015 (2001).

MASON, Robert. The Republican Party and American Politics from Hoover to Reagan. 2012. Cambridge, New York : Cambridge University Press, 2013.

MIECZKOWSKI, Yanek. « Reagan Runs: His Campaigns for the Presidency, 1976, 1980, and 1984 ». In Andrew L. Johns ed. A Companion to Ronald Reagan. Malden: Wiley-Blackwell, 2015.

MILLER, Lisa L. The Perils of Federalism: Race, Poverty, and the Politics of Crime Control. New York: Oxford UP, 2008.

MURAKAWA, Naomi. « The origins of the carceral crisis: Racial order as “lawand order” in postwar American politics ». In Joseph Lowndes, Julie Novkov, and Dorian T. Warren, (eds.). Race and American Political Development, New York : Routledge, 2008, p. 234‑255.

MURAKAWA, Naomi. The First Civil Right How Liberals Built Prison America. New York : Oxford University Press, 2014.

PENIEL, Joseph E. « Barack Obama and the Movement for Black Lives : Race, Democracy, And Criminal Justice In The Age Of Ferguson ». In Zelizer, Julian (ed.). The Presidency of Barack Obama: A First Historical Assessment. Princeton University Press, 2018, p. 227-254.

PERKINSON, Robert. Texas Tough : The Rise of a Prison Empire. New York : Metropolitan Books/Henry Holt, 2010.

PERLSTEIN, Rick. Nixonland : The Rise of a President and the Fracturing of America. New York : Scribner, 2008.

PERLSTEIN, Rick. Before the Storm: Barry Goldwater and the Unmaking of the American Consensus. New York : Nation Books, 2009 (2001).

PERLSTEIN, Rick. « The Election of 1972 ». In Melvin Small (ed.). A Companion to Richard M. Nixon. Malden : Blackwell, 2011.

PHILLIPS-FEIN, Kim. « Conservatism: A State of the Field », The Journal of American History, 98, n° 3, Décembre 2011, p. 723‑743.

POTTER, Claire B. War on Crime: Bandits, G-Men and the Politics of Mass Culture, New Brunswick : Rutgers University Press, 1998.

RIOS-BORDES, Alexandre. « L’arme sécuritaire. La rhétorique sécuritaire du “rappel à l’ordre” de New York à l’Arizona ». In HURET, Romain (dir.). Les Conservateurs américains se mobilisent. L’autre culture contestataire. Paris : Autrement, 2008.

ROESCH, Laurent. Les États-Unis de l’« État-Providence » à l’État pénal. Lormont : Le Bord de l’eau, 2013.

SCHEINGOLD Stuart A. The Politics Of Street Crime : Criminal Process and Cultural Obsession. Philadelphia: Temple University Press, 1991.

SCHOENFELD, Heather. « A Research Agenda on Reform: Penal Policy and Politics across the States ». The ANNALS of the American Academy of Political and Social Science, 664, Mars 2016, p. 155‑174.

SCHULMAN, Bruce J. « Post-1968 U.S. History: Neo-Consensus History for the Age of Polarization », Reviews in American History, septembre 2019, 47, n° 3, p. 479‑499.

SCHULMAN, Bruce J. et Julian ZELIZER (ed.). Rightward Bound: Making America Conservative in the 1970s. Cambridge : Harvard University Press, 2008.

SIMON, Jonathan. Governing Through Crime: How the War on Crime Transformed American Democracy and Created a Culture of Fear. New York : Oxford University Press, 2007.

SMALL, Melvin, « The Election of 1968 ». In M. Small (ed.). A Companion to Richard M. Nixon. Malden : Blackwell, 2011.

SUGRUE, Thomas J. The Origins of the Urban Crisis : Race and Inequality in Postwar Detroit. Princeton ; Princeton University Press, 1996.

TAYLOR, Clarence. Fight the Power: African Americans and the Long History of Police Brutality in New York City. New York: New York Press, 2019.

TONRY, Michael H. Thinking About Crime: Sense and Sensibility in American Penal Culture. New York Oxford University Press, 2004.

TONRY, Michael H. Sentencing Fragments: Penal Reform in America, 1975-2025. New York : Oxford University Press, 2016.

VINDEVOGEL, Franck. L’Amérique des prisons : Origines et bilan d’une incarcération de masse. Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion, 2020.

VINEL, Jean-Christian. « “Pseudo-conservateurs” ou “créateurs du futur” ? Le conservatisme américain du New Deal à Ronald Reagan » (1932-1980). In BERTHEZENE Clarisse et J.‑C. VINEL (dir.), Conservatismes en mouvement : une approche transnationale au XXe siècle. Paris : EHESS, 2016.

WALKER, Samuel E. « The Community Voice in Policing: Old Issues: New Evidence ». Criminal Justice Policy Review, 2016, 27, n° 5, p. 537‑552.

WALKER, Samuel E. et Carol A. ARCHBOLD. The New World of Police Accountability, Los Angeles : Sage, 2020 (2014).

WEISBERG Robert et Joan PETERSILIA. « The dangers of Pyrrhic victories against mass incarceration », Dædalus, Summer 2010, p. 124‑133.

WILSON, Christopher P. Cop Knowledge: Police Power and Cultural Narrative in Twentieth-Century America. Chicago : University of Chicago Press, 2000.

ZIMRING, Franklin E., Gordon HAWKINS et Sam KAMIN. Punishment and Democracy: Three Strikes and You’re Out in California. New York : Oxford University Press, 2001.

ZOOROB, Michael. « Blue Endorsements Matter: How the Fraternal Order of Police Contributed to Donald Trump’s Victory ». PS: Political Science & Politics, 52, n° 2, avril 2019, p. 243‑250.

Haut de page

Notes

1 J’utilise alternativement la traduction littérale de l’expression « law and order » et ses équivalents dans le langage politique français : l’expression police-justice (courante pour désigner les journalistes spécialisés en ce domaine) offre l’avantage de redonner à la police la place centrale, quoique non explicite, qu’elle a dans les expressions « law and order » et « law enforcement » en anglais-américain ; les termes de « sécurité » ou de « question sécuritaire » sont fréquents dans le vocabulaire politique hexagonal.

2 Je me contente de renvoyer ici aux décomptes opérés par des titres de presse comme le Washington Post ou le Guardian ou par des sites internet spécialisés.

3 « With eyes fixed on the incendiary sins of conservative law-and-order, liberal agendas become contrast background, glossed quickly and presumed virtuous » (N. Murakawa 2014, 8).

4 Sauf mention contraire, je traduis.

5 Le premier tiers du XXe siècle et notamment la question de la prohibition furent l’occasion d’une première conversation nationale sur la criminalité mais la déclinaison de celle-ci en termes partisans semble moins claire que celle de la deuxième partie du siècle.

6 Les termes « libéralisme » et « libéral » renvoient à leur sens spécifique en anglais-américain.

7 Discours lors de la signature du Law Enforcement Assistance Act, 22 Septembre, 1965 [en ligne] The American Presidency Project [consulté le 18 septembre 2020]. https://www.presidency.ucsb.edu/documents/statement-the-president-following-the-signing-law-enforcement-assistance-bills.

8 Remarques lors de la signature du Violent Crime Control and Law Enforcement Act of 1994, 13 Septembre 13, 1994 [en ligne] The American Presidency Project [consulté le 9 octobre 2010]. https://www.govinfo.gov/content/pkg/PPP-1994-book2/html/PPP-1994-book2-doc-pg1539.htm.

9 J. Reno, US Attorney General, Keynote Address at the Adams Mark Hotel, Tulsa, Oklahoma, Thursday, August 15, 1996 [en ligne] US Department of Justice [consulté le 9 octobre 2010] https://www.justice.gov/archive/ag/speeches/1996/08-15-1996.pdf.

10 Tessa Duvall, « What to know about Daniel Cameron, the attorney general deciding the Breonna Taylor case », Louisville Courier Journal [en ligne], 15 juillet 2020 [consulté le 25 septembre 2020]. https://eu.courier-journal.com/story/news/2020/07/15/who-is-kentucky-attorney-general-daniel-cameron-deciding-breonna-taylor-case/5400028002/.

11 Fred Lucas, « Who Is the New Attorney General Pick, Jeff Sessions? », Newsweek [en ligne], 21 novembre 2016 [consulté le 5 octobre 2020]. https://www.newsweek.com/who-new-attorney-general-jeff-sessions-523460.

12 Éditorial du New York Times, « Willie Horton, Updated for the Trump Era », 6 novembre, 2017, p. A‑24.

13 Gerald M. Boyd, « Bush's Attack on Crime Appeals to the Emotions », The New York Times, 11 Octobre 1988, p. A‑28.

14 Presidential Debate 2020, USA TODAY [en ligne] [Consulté le 3 octobre 2020]. https://www.youtube.com/watch?v=l6sKgs9U8iY (58:44-1:00:49).

15 Eric Lichtblau, « Bush Sees U.S. as Meddling in Local Police Affairs », Los Angeles Times [en ligne], 1er juin 2000 [consulté le 10 octobre 2020]. https://www.latimes.com/archives/la-xpm-2000-jun-01-mn-36333-story.html.

16 Maggie Haberman and Annie Karni, « White House Celebrates Criminal Justice Overhaul », The New York Times, 2 avril 2019, p. A‑18.

17 Scott Clement et Dan Balz, « Americans Back Protests : A Poll Shows Overwhelming Support », The Washington Post, 10 juin 2020, p. A‑1.

18 Catie Edmondson et Nicholas Fandos, « G.O.P. Blindsided By Public’s Rage At Floyd Killing », The New York Times, 10 juin 2020, p. A‑1.

19 Sabrina Tavernise et John Eligon, « Protests Swayed Voters, Either as Inspiration or as Intimidation », The New York Times, 8 novembre 2020, p. A-17.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Philippe, « Un parti de la loi et de l’ordre aux États-Unis ? Essai généalogique et historiographique », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 226 | 2021, mis en ligne le 09 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/orda/6105 ; DOI : https://doi.org/10.4000/orda.6105

Haut de page

Auteur

Yann Philippe

Université de Reims Champagne Ardenne – CENA-Mondes Américains (EHESS)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search