Navigation – Plan du site

AccueilLes + de l'ORDAComptes rendus2021Antoine Acker, Volkswagen in the ...

2021

Antoine Acker, Volkswagen in the Amazon. The tragedy of global development in Modern Brazil

Rodrigo Nabuco
Référence(s) :

Antoine Acker, Volkswagen in the Amazon. The tragedy of global development in Modern Brazil, Cambridge, Cambridge University Press, 2017, 314 p.

Texte intégral

1Issu du remaniement de sa thèse de doctorat, l’ouvrage d’Antoine Acker, aujourd’hui professeur d’histoire à l’Université de Zurich, est le résultat d’une recherche sur l’histoire récente du Brésil. Il nous fait découvrir la trajectoire de la Companhia do Vale do Rio Cristalino, projet d’élevage bovin conçu et mis en place par le constructeur automobile allemand Volkswagen. Le destin tragique de cette entreprise permet de comprendre les enjeux du développement économique de la région amazonienne pendant les années 1970 et 1980, ce qui inscrit ce travail dans une perspective d’histoire économique et environnementale, le croisement des méthodes donne lieu à une histoire globale, connectée mais néanmoins concentrée autour d’un sujet bien précis et balisé. L’auteur ne se contente pas de nous retracer la trajectoire de cette entreprise car son objectif est de montrer en quoi l’échec de Volkswagen est révélateur des combats politiques et sociaux qui traversent la fin de la dictature brésilienne.

2Lauréat du Warren Dean Memorial prize du meilleur livre d’histoire du Brésil, en 2017, Antoine Acker fait dialoguer entre eux un important volume de travaux sur la colonisation de l’Amazonie, au sens d’occupation territoriale et de mise en valeur économique. La grande diversité de sources qu’il consulte est un autre indicateur de l’ampleur de la tâche qu’il entreprend. L’auteur mobilise des documents publicitaires, des actes de vente, des actes des chancelleries, des registres paroissiaux, des échanges épistolaires. Il produit un récit dense et complexe sur le destin tragique de toute une région, en prenant pour exemple le projet de mise en valeur économique de la forêt tropicale. Cette recherche est d’une brûlante actualité car elle met en perspective la colonisation de l’Amazonie des années 1970 avec le projet de colonisation du gouvernement actuel.

3Après une longue introduction, où l’auteur pose le contexte de la découverte et de l’exploration de l’Amazonie (Setting the Stage : The Amazon as a Horizon), il divise son propos en trois grandes parties chrono-thématiques : le développement de l’agrobusiness de Volkswagen en Amazonie (The Making of a Model Ranch), l’impossible alliance entre développement économique et écologie (Development in the Age of Scarcity) et il conclut par la campagne menée par des associations tiers-mondistes allemandes pour dénoncer les conditions de travail des saisonniers (Out-of-Date Modernity : Forced Labor at Cristalino). Son objectif est de montrer que les politiques développementalistes à l’origine du projet avaient certes l’intention d’intégrer la région à l’économie mondiale, mais elles l’ont placée au cœur du débat politique sur le futur de l’humanité et ses relations avec la nature (p. 3).

4Le fond du problème est posé dès les premières pages : d’une part la déforestation en tant que politique planifiée par le gouvernement, de l’autre les conditions de travail des saisonniers qui étaient de surcroît retenus en captivité par un système de péonage. Ces deux sujets mobilisent alors l’opinion européenne et concourent à ternir l’image du constructeur automobile allemand. Les pratiques prédatrices et l’assujettissement des travailleurs saisonniers font l’objet d’une longue campagne internationale de dénonciation qui dévoile au grand public la situation du ranch de Volkswagen.

5La trame centrale porte sur l’histoire de la Compahnia Vale do Rio Cristalino (CVRC) dans la région des fronts pionniers au Pará dans l’Amazonie brésilienne. La CVRC était tout à la fois un projet international, un partenariat public-privé et une création personnelle et collective. C’était un domaine d’exploitation agricole hors norme de 140 000 ha, où le fleuron de l’industrie automobile allemande entendait élever plus de 100 000 têtes de bétail, en employant une technologie de pointe qui allait transformer l’exploitation agricole en véritable industrie. Acker nous révèle alors le détail de cette ferme modèle : surveillance du bétail par ordinateur, analyse des sols, des fourrages, suivi informatisé de l’état de santé des bêtes, croisements entre les races les plus robustes pour faire face à la dureté du climat tropical (p. 91). Mais l’investissement était aussi mesuré en fonction de la valeur en bois rares des forêts situées à l’intérieur de la propriété. Le lecteur suit le projet volontariste de Volkswagen, depuis sa conception idyllique, dans un contexte marqué par l’idée d’un développement économique infini, dans un territoire aux ressources naturelles jugées inépuisables, jusqu’à son échec à cause des contraintes environnementales et sociales. Le modèle d’agrobusiness de Volkswagen se heurte aux contraintes d’une région marquée par des archaïsmes comme le péonage. C’est en effet par un concours de circonstances qui conduit le constructeur automobile en Amazonie.

6La dictature militaire au Brésil vivait alors ses années de miracle économique (1969-1973) et les généraux sollicitaient les grandes multinationales dont le soutien était jugé indispensable pour construire les infrastructures nécessaires à la colonisation de l’hinterland brésilien. Le gouvernement organisait des voyages officiels notamment en Amazonie et invitait d’importants chefs d’entreprises sélectionnés en raison de leur sensibilité à l’égard des idées soutenues par les militaires au pouvoir. Volkswagen do Brasil répondait le mieux aux exigences brésiliennes : ses profits excédaient le montant autorisé aux multinationales pour transférer leurs bénéfices au siège en Allemagne (p. 69) et son PDG était très enthousiaste à l’idée de créer un ranch en Amazonie. Le projet était enfin présenté comme une opération d’optimisation fiscale. Le gouvernement brésilien appuyait financièrement le projet d’élevage bovin et n’hésitait pas à combler les déficits du ranch de Volkswagen.

7Il n’en reste pas moins que l’agrobusiness en Amazonie s’est révélé une affaire peu rentable, le marché brésilien n’était pas la cible première de ce projet démesuré, par conséquent, les distances à franchir pour exporter la viande étaient trop grandes, ajoutant une importante plus-value aux prix qui n’étaient donc plus compétitifs. Aux difficultés d’exportation s’ajoutaient les problèmes sociaux car VWB ne maîtrisait pas tous les facteurs de production, notamment l’accès à la main-d’œuvre qui restait sous la responsabilité des gatos, les recruteurs locaux aux méthodes brutales.

8À l’international, l’activisme des prêtres proches de la théologie de la libération, soucieux des conditions de vie des saisonniers, nuisait à l’image de l’entreprise allemande. Leur ténacité a finalement conduit à l’ouverture d’un procès qui a pu avoir lieu grâce au nouveau contexte politique : l’ouverture démocratique mit progressivement fin au gouvernement militaire et avec lui aux largesses dont avait pu bénéficier le constructeur automobile allemand. En guise d’épilogue, le lecteur apprend que le ranch a été bradé à une entreprise familiale japonaise qui s’est révélée incapable d’administrer la ferme. Ainsi les terres promises à un bel avenir sont-elles devenues un no-mans-land, un théâtre de violents affrontements entre latifundistes et paysans sans terre.

9Seul regret, l’auteur ne fait référence à Fordlândia – ville érigée en plein cœur de la forêt amazonienne en 1928 et abandonnée en 1934 – que dans les pages d’introduction. Or, l’échec du « rêve fordiste » éclaire celui de Volkswagen et aurait pu offrir un point de repère et de comparaison. Acker s’interroge néanmoins sur l’absence de référence à l’échec du constructeur automobile états-unien dans les archives de Volkswagen. Il se demande s’il n’a pas eu une volonté délibérée d’occulter cet échec afin de ne pas mettre en péril le projet allemand.

10Cet ouvrage est d’un intérêt majeur pour comprendre la situation actuelle au Brésil, mais aussi en raison de la maîtrise du sujet par Antoine Acker qui donne un nouveau souffle à l’histoire environnementale et économique du Brésil, grâce à un maniement rigoureux des sources et à la consultation d’une vaste bibliographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rodrigo Nabuco, « Antoine Acker, Volkswagen in the Amazon. The tragedy of global development in Modern Brazil », L’Ordinaire des Amériques [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 11 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/orda/6248 ; DOI : https://doi.org/10.4000/orda.6248

Haut de page

Auteur

Rodrigo Nabuco

Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA)
rodrigo.nabuco-de-araujo@univ-reims.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search