Navigation – Plan du site

AccueilORDA227Introduction. Transformer la vill...

Introduction. Transformer la ville : émergence des villes durables dans les Amériques

Pablo Ligrone et Laurent Roesch

Texte intégral

1Depuis la « naissance » de l’urbanisme dans les dernières décennies du xixe siècle (terme employé pour la première fois dans « Teoría general de la urbanización » par Ildefonso Cerdá, 1867), l’humanité déploie une myriade d’actions planifiées consacrées à l’aménagement des villes. Une succession de types de plans cherchent à dépasser les échecs de la génération précédente, tout en intégrant leurs réussites et en se référant à des utopies diverses : plans régulateurs / utopie du formalisme naïf ; plans directeurs / contrôle fonctionnel permanent ; urbanisme urbain / pragmatisme des actions concrètes ; absence de plan / laisser-faire, laisser-passer ; plans stratégiques / sélection efficace des stratégies ; plans des acteurs / participation ; prospective / scénarios ; GIS-Big Data / information et contrôle ; pseudo-planification / phrases magiques. Quelques doctrines, influenceurs et instruments s’internationalisent : l’hygiénisme, le fonctionnalisme, le rationalisme, le zonage ; Patrick Geddes, Lewis Mumford, Le Corbusier, Franck Lloyd Wrigth, les Congrès Internationaux d’Architecture Moderne CIAM, le plan régional du Tennessee Valley de 1930, le Greater London Plan de 1944 de Patrick Abercrombie, l’aménagement du territoire français et européen (Torremolinos, 1983) et la ordenación del territorio « a la española ».

2Avec l’expansion du paradigme environnemental face au changement climatique et avec, l’« insurrection digitale » (selon l’expression d’Alessandro Baricco dans le roman The game paru en 2019), les deux étant associées à la globalisation, à la crise de l’unification techno-économique et à l’urbanisation exponentielle du monde, des experts renommés ont défini des projets pour les territoires urbains qui sont passés du simplisme à la complexité, le réalisme et l’empathie. Dans ce sens, le « Proyecto Cities » (Fundación Metrópoli 1998-2002) et « La inteligencia del territorio. Supercities » (Alfonso Vegara y José Luis de las Rivas, 2016) ont offert un cadre conceptuel, analytique et de projet de territoires des Smart Places, qui peut être appliqué aux villes durables, en dépassant les courants technologico-technocratiques restrictifs en vogue. Ainsi, les Smart Places, ou villes durables, ont les caractéristiques suivantes : 1) design et définition par la population ; 2) sensibilité environnementale et responsabilité face au changement climatique ; 3) capacité de création d’avantages compétitifs ; 4) compromis avec la cohésion et le développement social ; 5) cohésion entre les différents structures de gouvernance du territoire ; 6) dialogue avec le milieu ; 7) compromis avec l’innovation ; 8) connexion en réseau de villes ; 9) intégration du monde physique et virtuel.

3Ainsi, une ville durable est avant tout un espace urbain qui met en avant des dynamiques de développement durable dans le but d’améliorer la qualité de vie des habitants et de favoriser le vivre ensemble des générations actuelles et futures. Dans une ville durable, l’accès aux services (culture, loisirs, transport, éducation, santé, logement, sport, festivités) occupe une place fondamentale et le souci de la préservation de l’environnement, ainsi que du développement harmonieux et respectueux de celui-ci au service de l’humain, est essentiel. La ville durable est un espace dans lequel les habitants se réapproprient un projet politique collectif viable au profit d’un cadre de vie amélioré, d’une mixité sociale, culturelle et fonctionnelle favorisée. Elle met donc en avant un projet urbain à la fois économique, social, culturel et environnemental, et encourage la solidarité, l’éthique, l’écocitoyenneté et la cohésion du territoire.

4L’édition 2016 du Forum mondial de l’économie sociale qui s’est tenu à Montréal a porté sur « Gouvernements locaux et acteurs de l’économie sociale. Alliés du développement intelligent et durable des villes ». Ce fut l’occasion pour de nombreux participants de découvrir ou redécouvrir Vancouver, la grande ville de la côte ouest du Canada qui, grâce à son maire Gregor Robertson, est souvent perçue comme un laboratoire de l’écologie urbaine, un défi de taille pour un continent caractérisé par le processus d’urbanisation et la consommation de masse. Or, au xxie siècle, les défis environnementaux (recul de la biodiversité, épuisement des ressources naturelles, changement climatique, risques et catastrophes liées aux activités humaines, mobilités et déplacements, migrations) sont considérables. Ils augmentent avec la croissance de la population urbaine, la densification et les processus d’étalement urbain. Ainsi, la ville durable n’est pas un choix, mais une nécessité, un projet à mettre en œuvre dans les meilleurs délais et de nombreuses villes ont déjà mis en place des politiques innovantes et intelligentes compatibles avec la protection de l’environnement. Il est désormais plus que nécessaire de définir et d’analyser les indicateurs et symptômes de ces innovations, d’étudier les territoires intelligents qui utilisent de nouvelles technologies de l’information, de compter sur la participation de la société civile et une plus grande interaction entre les institutions au service d’une plus forte cohésion sociale, d’un développement économique raisonné, d’une sensibilisation aux défis environnementaux et d’un aménagement de l’espace urbain favorisant la réduction des inégalités.

5Le principal objectif de ce numéro de L’Orda est d’observer les transformations à l’œuvre dans le cas de plusieurs villes dans les Amériques et de s’interroger sur la nature des défis, des innovations, des freins et des échecs des politiques durables. Ainsi, les contributions tentent de questionner la ville durable comme espace de vie partagé dans laquelle l’empreinte des êtres humains est diminuée et gérée de manière éthique. Les enjeux sont multiples : dans quelle mesure la mise en place de politiques culturelles et éducatives innovantes favorise-t-elle l’intergénérationnel et la mixité des populations ? Qu’en est-il des politiques de logement face à la pauvreté et aux inégalités ? À quelles solutions énergétiques renouvelables les villes ont-elles recours et pour quelles raisons ? Que font les villes durables pour favoriser le vivre ensemble ? Comment l’espace public est-il mieux pris en compte, ou pas ? D’autres questions, sur des thématiques liées plus directement à l’environnement, sont également essentielles : quelles politiques ont été mises en œuvre pour la réduction des nuisances sonores et des émissions polluantes, pour une gestion responsable de l’eau, pour la reconversion des friches urbaines, en faveur de parcs et de jardins partagés et/ou associatifs, de la création de véritables éco-quartiers innovants et de solutions alternatives à l’étalement urbain ?

6Dans son article « Políticas públicas para ciudades sostenibles. El caso Puertas del Sol en el ciudad de Quito, Ecuador », Marco Córdova et Jonathan Menoscal se focalisent sur les défis que de nombreuses municipalités latino-américaines affrontent en matière d’expansion urbaine informelle, de vulnérabilité des établissements humains et des installations, dans un contexte d’inégalités et de pauvreté. Dans la périphérie de Quito, un ensemble d’actions innovantes, sur initiative des habitants et avec l’appui de la coopération internationale et des autorités locales, ont réussi à inverser le passif environnemental de la décharge dans la quebrada de Pucará Rumi, en en faisant un grand parc public essentiel à une grande partie de la ville, et en régularisant l’installation des populations, cette régularisation étant promue depuis les années 1990 en Amérique latine par des financements internationaux selon des objectifs standardisés (Programmes de régularisation des établissements humains irréguliers, ONU-Habitat-Banque Interaméricaine de Développement-Corporación Andina de Fomento). Toutes les interventions ne sont pas positives ; dans certains cas, des situations, inappropriées d’un point de vue environnemental, sont consolidées et elles sont vouées à l’échec à moyen terme. La marginalité, en l’occurrence dans les quebradas profondes de Quito, a été dépassée par la participation précoce et soutenue des habitants pendant deux décennies, par une gouvernance interactive, la coordination et la convergence des différents niveaux de gouvernement (national, provincial, municipal). La population responsabilisée et pro-active continue à améliorer son habitat et son environnement avec innovation et intelligence : jardins potagers urbains, brigades de sécurité, formation sociale et de convivialité, gardiennage du parc, diffusion des expériences.

7Dans son article « Évaluation des éco-quartiers : pour quelle intégration territoriale dans le contexte carioca ? », Claire Doussard aborde la problématique des condominiums fermés de haut de gamme, analysés par des bureaux d’étude selon les paramètres et méthodes d’évaluation des éco-quartiers, avec pour but de les labelliser. Le cas d’Ilha Pura à Rio de Janeiro permet de s’interroger sur l’utilisation de référentiels standardisés internationalement alors que les principes du développement durable exigent que les projets s’intègrent aux contextes locaux. Pour ce faire, l’auteure retient les critères de la mixité sociale à travers la question du logement et la gestion de la ressource en eau, deux aspects territoriaux relatifs à l’aménagement durable des territoires. Cet article est ainsi une contribution qui questionne le discours publicitaire implicitement contenu dans le label de l’éco-quartier qui peut être obtenu en fonction d’indicateurs (gestion de l’eau, systèmes de conservation passive de l’énergie, jardinage, design, dispositifs technologiques) qui bénéficient aux habitants du soi-disant éco-quartier, engendrant dans le cas des quartiers fermés, des enclaves sans dialogue avec le tissu socio-urbain des quartiers environnants. Or, ces enclaves portent préjudice à l’intégration, à la mixité, à la cohésion sociale et territoriale, principaux vecteurs de l’aménagement urbain en tant que politique publique visant l’intérêt général et l’objectif de « faire ville ».

8Dans son article « A materialidade do domínio comum na cidade contemporânea: Coeficiente de Espaço Público em Curitiba, Brasil », Alessandro Rosaneli Filla étudie la distribution et la quantification des composants des espaces publics, et leur relation avec la qualité environnementale et le paysage urbain. Il attire notre attention sur la valeur intrinsèque des espaces publics dans la vie en société, de par leurs fonctions diverses et les services écosystémiques de leurs composants, leur présence étant indispensable au développement durable de la ville. Leur nombre, leur qualité, leur type et leur distribution spatiale sont menacés par les processus de privatisation des espaces d’interaction sociale et l’exploitation vorace des superficies commercialisables, que ce soit dans les aires consolidées ou dans celles en périphérie ou en expansion. Le travail exhaustif de relevés, quantification et croisement des données en valeur absolue, en appliquant le CEP-coefficient d’espace public, met en évidence sa versatilité au moment de l’analyse spatialisée et son utilité au moment de la prise de décision technique et politique pour la planification urbaine. Le constat de leur distribution inégale des composants de l’espace public permet de proposer des mesures de correction et de compensation. L’étude d’une ville comme Curitiba, avec un grand prestige international en matière de planification, dotée d’un organisme qualifié comme l’Instituto de Pesquisa e Planejamento Urbano de Curitiba, IPPUC, peut être réalisée pour d’autres villes. Mais, l’absence de systèmes d’information géographique, avec des indicateurs objectifs et géo-localisés actualisés, utilisés par des personnes compétentes, des planificateurs et des décideurs, est une carence endémique d’une grande partie des villes latino-américaines. La généralisation d’indicateurs simples comme le CEP, la diffusion de leurs résultats et la possibilité de leur utilisation permettent de responsabiliser les habitants (empowerment) en ce qui concerne la revendication de leur droit à un habitat urbain de qualité.

9Dans son article « Urbanismo colaborativo y transición ecológica en inmuebles vacantes de Montevideo », Adriana Goñi Mazzitelli rappelle le processus continu de départ des habitants du centre-ville de Montevideo et s’intéresse à une initiative de planification collaborative en tant que réaction innovante de reconquête des logements abandonnés. En effet, Montevideo souffre depuis les années 1980 d’une involution urbaine généralisée dans les quartiers les plus anciens, avec un processus migratoire vers le littoral du Río de la Plata pour les classes moyennes et aisées, et en direction de bordure de l’aire urbaine pour les classes modestes, à l’interface avec les espaces ruraux de la première couronne de l’agglomération et les axes de pénétration. Les politiques de la municipalité et sa gestion des terrains vacants où sont construits des logements financés par le gouvernement national n’ont pour effet que d’engendrer une dualité croissante entre les quartiers dont les interstices urbains et les périphéries voient se multiplier les installations illégales et précaires. Alors que la « Ciudad Vieja » est identifiée depuis plus de quarante ans comme un patrimoine à valoriser, elle a perdu la moitié de sa population et aucune politique n’a pu freiner et renverser cette tendance. Une étude récente a comptabilisé les nombreux édifices à l’abandon et, en 2019, l’approbation d’une norme a permis d’intervenir dans des immeubles vides et dégradés. Dès lors, un mouvement de planification participative, avec l’appui de la mairie de Montevideo et de l’Instituto de Estudios Territoriales y Urbanos de la Universidad de la República a pris forme.

10Dans son article « Le “droit à l’espace public” et la durabilité sociale à Los Angeles », Marine Dassé s’intéresse aux thèmes-clés de l’inclusion et du vivre ensemble. Elle cherche avant toute chose à s’interroger sur « le droit à la ville » et, plus singulièrement, sur le droit à l’espace public à notre époque. Elle aborde la question de la néo-libéralisation de l’espace public aux États-Unis et la contestation militante vis-à-vis de ce phénomène. L’article, qui traite du cas emblématique de Los Angeles, propose une réflexion plus large sur la question de la démocratie urbaine, superposable à d’autres villes des Amériques et à d’autres continents. Par une approche à la fois interdisciplinaire et empirique, elle démontre que les considérations théoriques sur le « droit à la ville » pour tous sont souvent pertinentes et la diversité des exemples mobilisés permet une réflexion sur l’occupation de l’espace public par des personnes qui en sont fréquemment exclues. Grâce à une première partie plutôt théorique sur la manière de penser la ville et les problématiques d’inclusion, et à une seconde partie présentant des initiatives concrètes, Marine Dassé cherche à savoir comment l’espace public est conçu différemment par les acteurs importants de la société civile à Los Angeles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pablo Ligrone et Laurent Roesch, « Introduction. Transformer la ville : émergence des villes durables dans les Amériques », L’Ordinaire des Amériques [En ligne], 227 | 2021, mis en ligne le 08 novembre 2021, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/orda/6354 ; DOI : https://doi.org/10.4000/orda.6354

Haut de page

Auteurs

Pablo Ligrone

Pablo, Ligrone, FADU, Universidad de la República, Uruguay, pablo.ligrone@gmail.com

Laurent Roesch

Laurent, Roesch, Avignon Université, laurent.roesch@univ-avignon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search