Navigation – Plan du site

AccueilORDA227Évaluation des éco-quartiers : po...

Évaluation des éco-quartiers : pour quelle intégration territoriale dans le contexte carioca ?

Assessment of sustainable neighborhoods: for which levels of territorial integration in the carioca context?
Evaluación de los ecobarrios: ¿para qué integración territorial en el contexto carioca?
Avaliação de eco‑distritos: para qual integração territorial no contexto carioca?
Claire Doussard

Résumés

La propagation des éco-quartiers à travers le monde est notamment due à la multiplication du nombre de référentiels d’évaluation des projets, qui procurent une réponse technique à une demande politique nationale et locale d’aménagement durable. Ces derniers, souvent standardisés, sont en outre susceptibles d’être exportés à l’international, indépendamment du milieu naturel et culturel dans lequel ils s’appliquent. Au Brésil, plusieurs référentiels étrangers, tels que l’américain LEED-ND, et le brésilien AQUA B&L établi à partir du référentiel français HQE-A, contribuent ainsi à l’évaluation et à la certification de projets d’éco-quartiers, notamment à Rio de Janeiro. Ainsi, l’article interroge la production des quartiers durables dans le contexte carioca, au prisme de l’utilisation de référentiels d’évaluation et de leur impact sur le territoire. L’étude de l’éco-quartier d’Ilha Pura, mettra en exergue les divergences entre la demande politique, la réponse technique associée aux référentiels, importés ou non, et la réalité du terrain une fois le projet construit. L’étude révèle ainsi que quelle que soit la composition des référentiels établis à partir d’une demande politique de développement durable, ou les évaluations obtenues par les projets, ceux-ci n’ont en fait que peu d’influence sur la performance réelle des quartiers et sur leur intégration territoriale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les éco-quartiers contribuent, depuis la fin du XXe siècle, à l’essor d’un modèle de ville durable à travers le monde. Ils sont conçus sur la base d’une politique de développement durable internationale et commune qui doit résoudre les problèmes issus d’une urbanisation accélérée à partir de solutions nationales et locales (Carley, Christie 2017). Ainsi, en raison de la très grande variabilité des territoires, les modalités d’application des principes de développement durable à l’aménagement sont multiples et diverses. Au Brésil, l’application de ces principes pour la réalisation d’éco-quartiers s’appuie, d’une part, sur une réflexion de différents acteurs nationaux en lien avec l’aménagement à l’échelle des villes, et, de l’autre, sur l’apport d’expertises internationales, notamment américaine et européenne (Doussard 2017).

2Ceci se traduit dès la fin des années 2000 par le développement, le déploiement, et l’import de référentiels de suivi et d’évaluation des éco-quartiers au Brésil. La fondation Vanzolini, une institution privée à but non lucratif brésilienne portée par l’Université de São Paulo, a par exemple développé son propre référentiel dénommé Alta Qualidade Ambiental Barrio e Loteamento (AQUA B&L) à partir de l’adaptation du référentiel français Haute Qualité Environnementale-Aménagement (HQE-A) (Fondation Vanzolini, 2011). Par ailleurs, le référentiel américain Leadership in Energy and Environmental Design - Neighborhood Development (LEED-ND) a contribué à certifier trois éco-quartiers, dont un à Rio de Janeiro en 2016 (USGBC 2018). Alors que ces référentiels ont contribué au développement de pratiques d’aménagement durable à l’échelle du quartier, leurs limites sont prégnantes, particulièrement lors de leur export à l’échelle internationale. Haapio (2012) et Cole et Jose Valdebenito (2016) soulignent la faible importance accordée aux niveaux d’intégration des parties prenantes et au suivi des modes de gouvernance alors même que les politiques nationales (brésiliennes), tendent à développer des pratiques d’aménagement durable. Enfin, ces référentiels, souvent standardisés, sont appliqués indépendamment du milieu naturel et culturel dans lequel ils s’appliquent. Ceci représente un paradoxe vis à vis du concept de développement durable qui promeut l’intégration des projets à un territoire spécifique.

3Cet article explore la production des quartiers durables dans le contexte brésilien en général, et carioca en particulier, au prisme de l’utilisation de référentiels d’évaluation et de leur impact sur le territoire. L’étude de l’éco-quartier Ilha Pura, localisé dans le barrio de Barra da Tijuca à Rio de Janeiro, sélectionné en raison de son évaluation par AQUA B&L et LEED-ND, permet de mieux comprendre les réussites, les freins et les échecs de l’utilisation de tels référentiels. L’article interroge les divergences entre demande politique, utilisation du référentiel en tant que guide d’aménagement de projet, et réalité du terrain une fois le projet construit. Il cherche de plus à comprendre si l’import, ou l’adaptation de référentiels étrangers, présentent une contradiction avec l’intégration territoriale des projets en lien avec les principes de développement durable. Dans ce but, l’article introduit tout d’abord le lien entre demande politique et réponse technique au travers du développement des référentiels dans le contexte brésilien. Ensuite, après avoir explicité notre approche méthodologique, nous présentons comment les référentiels AQUA B&L et LEED-ND s’appliquent à un projet d’éco-quartier carioca, Ilha Pura. L’article se concentre enfin sur l’évaluation de deux aspects territoriaux relatifs à l’aménagement durable des territoires, à savoir la mixité sociale au travers de la question du logement, et la gestion de la ressource en eau.

I/ Entre demande politique et technique d’évaluation : le cas carioca

1/ Cycles d’évaluation des projets d’aménagement durable

4Depuis les années 1990 et suite à la réalisation des premiers référentiels à l’échelle du bâtiment, la mise en place de modalités d’évaluation des éco-quartiers découle de processus incrémentaux qui ont permis de les faire évoluer (Sharifi, Murayama, 2015). Ces processus se basent sur une alternance entre demande politique relative à une situation urbaine donnée, et réponse technique mise en place dans le temps (Figure 1).

Figure 1 - Cycle d’évaluation des projets d’urbanisme

Figure 1 - Cycle d’évaluation des projets d’urbanisme

Source : élaboration de l’auteur

5La demande politique émane de décisionnaires souhaitant mettre en place de nouvelles stratégies d’aménagement durable, ou les faire évoluer dans le temps : hommes politiques, technocrates, responsables d’entreprises susceptibles de prendre des décisions affectant une population importante grâce aux moyens financiers et humains à leur disposition (Holden 2013). Ceci implique cependant une approche de type top-town qui n’est pas toujours la plus efficace dans des contextes nationaux décentralisés (Flynn et al. 2002). C’est prégnant au Brésil (État fédéral) où les prises de décisions importantes concernant le territoire brésilien peuvent se prendre à des échelles plus locales, notamment celle des municipalités (Malheiros et al. 2008).

6De plus, dans un contexte démocratique, les citoyens doivent être informés sur ces sujets afin de pouvoir accepter et légitimer les projets en lien avec le développement durable. Des décisions prises à un haut niveau de gouvernance sans prendre en compte les populations tendent en effet à être inefficaces en raison des forces et processus démocratiques contraires qui émergent en conséquence (Graymore et al. 2008). Dans le contexte brésilien et carioca, l’organisation de méga-événements tels que la Coupe du monde de football de 2014 ou encore les Jeux Olympiques de 2016, et les travaux d’aménagement subséquents, ont accéléré et amplifié des mouvements populaires de protestation (Sánchez, Broudehoux 2013 ; Chetry, Legroux 2015 ; Castilho 2016 ; Vainer et al. 2013). En revanche, les actions qui sont comprises et acceptées par le public tendent à être répétées et renforcées. L’utilisation des référentiels d’évaluation, et parfois l’attribution de certifications, labels ou awards qui leur sont associés, permettent alors une meilleure valorisation des projets et dispense de l’information auprès des populations qui doivent s’approprier le concept de développement durable (Doussard 2017).

7Par ailleurs, au-delà de la mise en place de nouvelles approches pratiques d’aménagement durable acceptables pour les populations, une amélioration continue des pratiques existantes est nécessaire. Les référentiels d’évaluation et les indicateurs qui leur sont associés permettent un retour d’expérience au sujet des projets d’aménagement durable (Holden 2009 ; Holden 2013). Dans le cas qui nous intéresse, le référentiel d’évaluation est un outil mesurant l’écart de performance entre une définition théorique et spatiale du modèle d’éco-quartier, et la réalité opérationnelle et technique du projet. La notion de performance, définie par le résultat obtenu suite à la mesure d’attributs urbains, est estimée par plusieurs indicateurs (Sharifi 2013). La mise en place de niveaux de performance se base souvent sur des standards afin qu’une évaluation puisse être reproduite facilement dans l’espace et le temps, et valorisée efficacement auprès des décisionnaires publics et privés (Holden 2006). Un standard est défini ici comme un « document, établi par consensus et approuvé par un organisme reconnu, qui fournit, pour des usages communs et répétés, des règles, des lignes directrices ou des caractéristiques, pour des activités ou leurs résultats, garantissant un niveau d’ordre optimal dans un contexte donné » (ISO 2018). La production des standards et leur diffusion dans le domaine de la construction et de l’urbanisme sont assurées par des institutions à vocation techniciste. Elles évaluent et certifient parfois des éco-quartiers dans le monde entier. Ainsi, HQE-A s’exporte au Brésil au travers de l’adaptation de ce référentiel par la fondation Vanzolini, et ce afin d’établir le référentiel brésilien AQUA B&L (Fondation Vanzolini 2011). La certification LEED-ND a, quant à elle, été attribuée à près de 216 éco-quartiers, et ce dans 8 pays différents en 2018 (USGBC 2018). Au Brésil, cette certification est attribuée à quelques opérations dès le début des années 2010, suite à son appropriation par plusieurs architectes et porteurs de projets privés (Gonçalvez, Klaus 2015). Elle soutient également le développement de l’architecture durable au Brésil au travers de la mise en œuvre, depuis les années 2000, de nouvelles méthodes de conception et d’enseignements sur le sujet (Gonçalvez, Duarte 2006).

8Cependant, l’exportation de référentiels d’évaluation standardisés est une pratique que plusieurs auteurs questionnent dans la littérature (Dall’O & al. 2013 ; Sharifi, Murayama 2015 ; Komeily, Srinivasan 2016 ; Doussard 2016). Ces auteurs énoncent souvent l’inadaptation des référentiels à un contexte particulier. Selon Conte et Monno (2012), le contexte est l’élément le plus influent lors de l’évaluation. Ce dernier doit être compris en tant que l’agrégation d’aspects physiques tels que la géographie, le climat, les constructions, et non physiques (habitudes des habitants, législation, autres facteurs intangibles à l’origine de la culture d’un lieu). Or, le Brésil et Rio de Janeiro présentent des spécificités territoriales auxquelles ces référentiels doivent s’adapter.

2/ Des politiques d’aménagement durable aux éco‑quartiers carioca

9Dans le contexte brésilien, la demande politique relative à l’aménagement durable s’établit suite à la Conférence des Nations Unies sur l’Environnement et le Développement de 1992, qui démocratise le terme de développement durable à l’issue de la publication du rapport Brundtland de 1987. Sous l’impulsion des discussions et des résultats de cette conférence, le gouvernement brésilien s’engage à une série d’actions visant à élaborer l’Agenda 21 aux niveaux national, régional et local (Malheiros et al. 2008). Ces agendas contribuent à transcrire le développement durable dans un territoire donné, au travers d’actions programmées par différentes parties prenantes selon les dimensions environnementales, sociales et économiques.

10Bien que ces actions restent initialement peu développées au niveau de la Fédération brésilienne et des États, de nombreuses municipalités ont pris l’initiative de construire leur propre Agenda 21 local, en insistant sur les processus établis notamment pour ceux de São Paulo-SP (1996), Rio de Janeiro-RJ (1996), Vitória-ES (1996), Joinville-SC (1998), Florianópolis-SC (2000), Jaboticabal-SP (2000), Ribeirão Pires-SP (2003), entre autres. Cette forte décentralisation des Agendas 21 auprès des municipalités brésiliennes, traduit l’intérêt et le pouvoir de certaines d’entre elles, à s’engager dans une réelle démarche de développement durable et ce dès les années 1990, alors que l’Agenda 21 national ne sera établi qu’en 2002 (Malheiros et al. 2008).

11À Rio de Janeiro, une commission de 21 citoyens nommés pour représenter différents secteurs de la société, sont à l’origine du premier Agenda 21 local. Ses travaux ont permis d’établir une première série de programmes, notamment en lien avec la dimension environnementale du territoire, dans une optique de potentielle participation aux Jeux Olympiques de 2004. Bien que ces derniers ne prennent place à Rio de Janeiro que 12 ans plus tard, l’influence des méga-évènements sur l’aménagement durable demeure une tendance non négligeable pour la municipalité (Ninnin 2014). Cependant, il faudra attendre les années 2000, années stratégiques en ce qui concerne la conception et mise en place d’outils de planification urbaine pertinents. Le « plan directeur de développement urbain soutenable de la municipalité de Rio de Janeiro » entre en vigueur en février 2011. La deuxième phase du premier plan d’aménagement stratégique, le POS 2016, valable de 2013 à 2016, et élaborée en collaboration avec les consultants de McKinsey and Company, inclut un volet consacré à la question du développement durable sur les dix que contient le plan. Il est à noter que le POS 2016 associe le développement durable uniquement à la question environnementale, et ce sans l’attacher à une quelconque action d’aménagement à l’échelle des quartiers. Le POS 2020 couvrant la période de 2017 à 2020 s’inscrit, quant à lui, clairement dans une démarche de développement durable, au travers de sa structure qui en reprend les dimensions principales. La place des quartiers y est prépondérante comme espaces d’actions contribuant au développement durable de la ville de Rio de Janeiro.

12Or, malgré l’établissement de documents réglementaires d’urbanisme à l’échelle de la municipalité, la réalisation des éco-quartiers découle principalement d’initiatives privées, notamment en lien avec la promotion immobilière. Les pouvoirs publics n’ont que peu de poids lors de la conception, du développement, de la construction, et de la maintenance des projets d’éco-quartiers livrés. C’est le cas pour l’éco-quartier d’Ilha Pura.

II/ Méthodologie : entre évaluation et mesure de l’intégration territoriale de l’éco‑quartier Ilha Pura

1/ Ilha Pura, un cas emblématique

  • 1 Au-delà de toute description formelle et architecturale, le terme de condominio est avant tout juri (...)

13Ilha Pura, à Rio de Janeiro, est l’une des infrastructures construites pour les Jeux Olympiques de 2016 au Brésil. Sa vocation première était d’accueillir les athlètes, avant d’être reconverti en quartier résidentiel. Le quartier se situe à l’interface des bairros de Barra da Tijuca, Camorim, Jacarepagua et Recreio dos Bandeirantes. Sa superficie est de 24,7 ha, par l’agrégation de 7 condominios fechados1. Le quartier devrait néanmoins être agrandi lors d’une seconde phase de développement dans les dix prochaines années pour atteindre 82 ha. Ilha Pura est un projet d’éco-quartier exclusivement résidentiel. Il est constitué de 31 immeubles de 17 étages et prévoit 3 604 logements répartis en 7 condominio fechados. Chaque habitant de condominium a accès à un jardin comprenant un espace de piscine et de barbecue, et à un parc semi-privé de 65 000 m2 avec des équipements tels que des terrains de sport et des aires de jeux reliés par un réseau de pistes cyclables (Real Nobile, 2018) (Figure 2).

14Ilha Pura est le résultat d’un partenariat public-privé en ce qui concerne certaines installations. Pour le secteur public, la Prefeitura de Rio de Janeiro a conjointement financé les infrastructures (voirie et réseaux) avec plusieurs entreprises du secteur privé, qui sont responsables du reste du projet. Le promoteur principal, Carvalho Hosken, est également à l’origine du développement du bairro de Barra da Tijuca. Les architectes et urbanistes à l’origine du projet ne sont pas nommés dans la littérature car ils sont employés ou sous-traitants des conglomérats Odebrecht et Andrade Gutierrez, en charge de réaliser le projet.

Figure 2a. Description du quartier d’Ilha Pura. Représentation schématique

Figure 2a. Description du quartier d’Ilha Pura. Représentation schématique

Source : élaboration personnelle de l’auteur

Figure 2b. Description du quartier d’Ilha Pura. Photographie depuis le jardin privatif de l’immeuble Millenio, Mai 2016

Figure 2b. Description du quartier d’Ilha Pura. Photographie depuis le jardin privatif de l’immeuble Millenio, Mai 2016

Source : élaboration personnelle de l’auteur

15Aucune concertation citoyenne n’a été envisagée lors de la réalisation du projet, bien que plusieurs plans d’urbanisme alternatifs établis par les associations d’habitants, les professeurs et étudiants de la faculté publique d’urbanisme de Rio, aient été proposés. Les nombreuses évictions des résidents des favelas voisines, à savoir la Vila Autódromo et la Vila União da Curicica, ont mené à de violents affrontements dans l’espace public (Vainer et al. 2013). Or, le quartier d’Ilha Pura est un cas intéressant dans le sens où il a été évalué cinq fois par deux référentiels d’évaluation : le Brésilien AQUA B&L établi à partir du référentiel français HQE-A, et l’Américain LEED‑ND.

2/ Évaluer la quintuple évaluation d’un projet d’éco‑quartier

16Nous nous intéressons ici à l’impact de ces évaluations sur la conception, le développement et la livraison des projets. Nous avons choisi d’utiliser une approche statistique quantitative appliquée à l’évaluation de ratios relatifs au poids des indicateurs qui constituent ces référentiels. Ces indicateurs ont été analysés selon deux approches : en premier lieu, nous les avons regroupés au sein de cinq thématiques liées d’une part aux trois dimensions du développement durable, à savoir les ressources environnementales, notées (En) dans les figures suivantes, l’équité sociale (So), le dynamisme économique (Ec), auxquelles nous avons ajouté, d’autre part, 2 thématiques, l’habitat (Ha) et « autre » (Au). Nous avons fait le choix délibéré d’assigner chaque indicateur à une de ces thématiques à des fins de lisibilité et de calcul. Nous reconnaissons que plusieurs indicateurs auraient pu être assignés à plusieurs d’entre elles. Lorsque le choix de plusieurs thématiques était possible, nous avons pris le parti d’assigner l’indicateur à celle favorisée par la majorité des référentiels.

17En second lieu, nous avons étudié le degré de standardisation des indicateurs que nous avons regroupé en trois thématiques : indicateurs standardisés, indicateurs standardisés-contextualisés et indicateurs contextualisés, et qui sont définis de la façon suivante (Doussard 2016, 2017) :

  • l’Indicateur Standardisé (IS) établit un seuil de performance à atteindre de manière systématique, quel que soit le contexte d’application. Il peut être un seuil quantitatif prédéfini, un processus d’aménagement qualitatif que le projet doit suivre point par point, ou peut encore se référer à une documentation extérieure au référentiel relative à des standards. C’est par exemple le nombre d’intersections au km2 associé à un certain nombre de crédits.

  • l’Indicateur Standardisé–Contextualisé (ISC) répond partiellement à la définition précédente, dans le sens où il établit un seuil de performance à atteindre de manière systématique, tout en incluant un élément de contexte. Il s’agit donc d’un indicateur hybride. Par exemple, le référentiel LEED-ND v2009 requiert que les acteurs du projet mettent en place des processus précis de participation citoyenne et qui doivent être suivis de manière systématique pour obtenir des crédits (indicateur standard). Mais, cette participation dépend des habitants du territoire dans lequel le projet est construit (indicateur contextualisé).

  • l’Indicateur Contextualisé (IC) n’établit pas de seuil de performance à atteindre de manière systématique, celui-ci étant adapté au cas par cas selon le territoire dans lequel il s’applique.

18Notre étude établit ensuite une analyse statistique de la satisfaction des indicateurs traduisant la performance du quartier, selon ces référentiels, et à partir des données primaires transmises par les institutions à l’origine des évaluations (Fondation Vanzolini et USGBC). Nous notons les écarts de Score de Performance (ΔSPx), entre les seuils de performances optimum requis par le référentiel pour obtenir un crédit, et ceux obtenus par le projet, le « x » correspondant à l’une des catégories explicitées plus haut, à savoir :

  • pour les dimensions du développement durable : En, So, Ec, Ha, Au ;

  • pour le degré de potentiel d’intégration territoriale : IS, ISC, IC.

19Afin d’obtenir des écarts comparables entre les référentiels, ces performances relatives sont toutes converties en pourcentages et présentées sous la forme de diagrammes radar.

20L’objectif de ces catégorisations est alors d’estimer dans quelles mesures :

  • un référentiel représente une certaine vision de l’aménagement durable associée à une demande politique nationale, et comment cela se traduit dans l’établissement d’un processus d’évaluation ;

  • un référentiel est adaptable à un certain contexte, les référentiels les plus standardisés étant moins flexibles et adaptables lors de leur transfert dans un contexte territorial autre que celui dans lequel ils ont été produits.

3/ Évaluer l’intégration territoriale d’un quartier certifié durable

21Notre étude permet ensuite de voir si l’évaluation menant à une certification contribue à l’intégration territoriale d’un éco-quartier au niveau local. Elle s’établit selon trois échelles territoriales : celle du projet, celle du quartier élargi, de superficie 10 fois supérieure à celle de l’éco-quartier, afin d’étudier les relations entre celui-ci et son voisinage immédiat, et celle de la métropole de Rio de Janeiro, échelle indispensable à la compréhension du positionnement du projet dans un contexte géographique spécifique. Notre analyse s’appuie enfin sur l’étude de deux critères spécifiques :

  • la capacité d’accès au logement à des visées de mixité sociale, et

  • la bonne gestion de la ressource en eau.

22En ce qui concerne la capacité d’accès au logement à des visées de mixité sociale, nous nous sommes appuyée sur l’étude du Median Multiple Indicator (MMI) et avons réalisé des cartes représentant leur répartition géographique. Cet indicateur, recommandé par la Banque Mondiale et les Nations Unies, évalue si le logement est considéré comme accessible pour la population d’une communauté et pour un territoire donné. Sa formule mathématique est la suivante :

MMI est un nombre réel

PLmédian est le prix médian d’un logement au sein de la communauté à l’étude

Rmédian est le revenu annuel médian des foyers de la communauté à l’étude avant impôts

23La valeur du MMI démontre le niveau d’« abordabilité » du logement en accession au sein d’un territoire donné. Pour des valeurs :

  • inférieures à 3, le logement au sein d’un territoire donné est considéré comme abordable ;

  • de 3,1 à 4, le logement est considéré comme modérément inabordable ;

  • de 4,1 à 5, le logement est considéré comme sérieusement inabordable ;

  • supérieures à 5, le logement est considéré comme sévèrement inabordable.

24Nous nous sommes également intéressée au nombre de logements au loyer abordable. Au Brésil, c’est principalement le programme gouvernemental Minha Casa Minha Vida qui assure la distribution de logements sociaux par un système de loterie proposé aux ménages à faibles revenus, c’est-à-dire gagnant moins de 6 500 R$ par mois (soit 1 930 €), ou moins de 78 000 R$ par an (soit 23 600 €), avant impôts et entre autres critères (Ministério das Cidades, 2016). Donc, pour l’évaluation de cet indicateur, nous avons relevé la localisation des logements inclus dans le quartier élargi et les avons représentés sur les cartes relatives à l’évaluation du MMI.

25Pour la ressource en eau, l’outil utilisé est le diagramme de Sankey permettant de visualiser les flux associés à un système donné. De manière générale, à gauche du diagramme sont représentées toutes les entrées notées Exeauinitial (eau extraite) tandis qu’à sa droite sont présentées les sorties notées Ueaufinal (utilisations de l’eau finales). Entre ces deux états, il décrit les productions et consommations intermédiaires.

26Ces deux aspects ont été sélectionnés en raison de leur niveau d’évaluation par les référentiels étudiés. Alors que la gestion de la ressource en eau présente les plus hauts niveaux de performance du quartier d’après les référentiels AQUA B&L et LEED-ND, la mixité sociale au travers de la question du logement présente les niveaux de performance les plus bas. La dernière phase d’analyse permet, grâce à des observations in situ et des analyses de données géo-spatiales, d’observer les divergences entre une mesure technique d’évaluation et la réalité territoriale du projet.

III/ L’évaluation des éco‑quartiers : des niveaux de performances relatifs ?

1/ Deux référentiels d’évaluation des éco‑quartiers : AQUA B&L et LEED‑ND

27Le quartier d’Ilha Pura est un cas intéressant dans le sens où il a été évalué cinq fois par deux référentiels d’évaluation différents : le brésilien AQUA B&L, établi à partir du référentiel français HQE‑A, et l’américain LEED‑ND.

28Le référentiel LEED-ND est initialement établi par trois organismes à but non lucratif et non gouvernemental : le United States Green Building Council (USGBC), le Congress for the New Urbanism (CNU) et le Natural Resources Defense Council (NRDC). Une première version pilote est développée en 2007, la deuxième version évolue vers la LEED-ND v2009 et une dernière version v4 est élaborée en 2014. Afin d’être certifié, un projet de quartier doit satisfaire plusieurs pré-requis obligatoires et gagner des crédits calculés à partir de la mesure d’indicateurs. Pour être certifié, le minimum de points à obtenir est de 40 sur 110 pour la version v4. L’obtention de crédits supplémentaires permet d’atteindre les niveaux « Silver » (50 points et plus), « Gold » (60 points et plus), et « Platinum » (80 points et plus). Les indicateurs sont classés suivant quatre thématiques : « Localisation Intelligente et Réseaux », « Modèle de Quartier et Conception », « Infrastructure et Bâtiments Verts » et « Innovation ». Une cinquième catégorie, « Priorités Régionales », est constituée d’indicateurs choisis par les acteurs du projet en fonction des spécificités du territoire dans lequel il s’inscrit. Dans le cadre de la version v4, deux types de certifications existent : la version Plan évalue les projets lors de la phase de conception jusqu’à 75 % du quartier construit ; la version Built Project sert à évaluer le quartier lorsque celui-ci est construit à plus de 75 %. Quatre étapes sont nécessaires pour obtenir la certification : 1) le projet doit être enregistré sur le site web du United States Green Building Council (USGBC) ; 2) le client doit développer son projet idéalement avec l’aide d’un professionnel assermenté LEED ; 3) suite au paiement des frais et à la soumission des documents nécessaires en ligne, le projet est évalué par le Green Building Certification Institute (GBCI), organisation indépendante qui réalise les évaluations entre 20 et 25 jours ; 4) si la revue du projet par les experts du GBCI est positive, le projet est certifié (USGBC, 2017).

29Au Brésil, le système AQUA B&L de la Fondation Vanzolini est basé sur l’approche utilisée par le référentiel français HQE-A, adapté au contexte brésilien. Comme énoncé plus haut, la fondation Vanzolini est une institution privée à but non lucratif portée par l’université de Sao Paulo. Le référentiel HQE-A est quant à lui porté par l’association HQE. Par ailleurs, les évaluations sont effectuées par Certivéa, une filiale du Centre Scientifique et Technique du Bâtiment, un établissement public français à caractère industriel et commercial. Le référentiel AQUA B&L est établi à partir d’une démarche SMO (Système de Management de l’Opération) de type in itinere. Celle-ci ne se base pas sur l’obtention de crédits ou de satisfaction d’indicateurs compris au sein d’une grille comme pour LEED-ND. Elle contribue au contraire à fixer les objectifs d’aménagement durable justifiés et cohérents dans le contexte d’une opération, et l’organise en maîtrisant les processus de pilotage, de participation, d’évaluation, et d’amélioration du projet de sa conception à sa livraison.

30Le référentiel reprend la structure de la démarche SMO en 6 phases, et selon 3 thèmes et 17 sous-thèmes, comme pour le référentiel HQE-A. Cependant, les deux référentiels présentent des différences : AQUA B&L repose sur 35 critères et 70 indicateurs, alors que ce nombre est variable pour HQE-A en fonction des projets. Alors que HQE-A réalise des audits de suivi annuels, l’ingénierie de la certification AQUA B&L est fondée sur des audits en Phases « Programme », « Conception », et « Réalisation ». Par ailleurs, pour obtenir la certification, les auditeurs doivent évaluer chaque critère du projet selon trois niveaux de performance : bon, supérieur et excellent. Un projet doit ainsi obtenir au minimum excellent pour quatre sous-thèmes, supérieur pour cinq sous-thèmes, et bon pour le reste des sous-thèmes. Enfin, le référentiel AQUA B&L propose une phase optionnelle de certification en phase d’« Usage » de l’aménagement, sur une base d’audits annuels de suivi que ne propose pas HQE-A (Fondation Vanzolini 2011).

31Ces référentiels témoignent de deux stratégies relatives à l’adaptation de référentiels étrangers au territoire brésilien. Dans le cas de LEED, la version v2009 prévoit un volet « Priorités Régionales » constitué de quatre crédits basés sur des indicateurs complémentaires sélectionnés au sein d’une liste préétablie. Pour Ilha Pura, les acteurs du projet devaient donc obtenir des crédits à partir d’une liste de sept indicateurs sélectionnés par LEED. Dans le cas de AQUA B&L et de HQE-A, la liste des critères est identique, la différence demeure au niveau des indicateurs et de leur niveau de standardisation. Le système brésilien est en effet beaucoup plus normalisé que le système HQE-A. La stratégie d’adaptation du référentiel HQE-A par la Fondation Vanzolini est par conséquent de conserver une méthodologie et une structure du référentiel commune, tout en adaptant les indicateurs au contexte territorial brésilien.

32Nous allons maintenant nous intéresser à la traduction de ces différences lors de l’évaluation d’Ilha Pura.

2/ Ilha Pura : quels niveaux de performance et de prise en compte du développement durable ?

33Ilha Pura a obtenu la certification LEED-ND v2009 Plan « certified » en 2014 grâce à son score de 47 points sur 110, et la certification Built project « certified » en 2016 grâce à son score de 43 points sur 110. Ces scores représentent 42 % pour la phase plan et 39 % pour la phase construite. Ils indiquent qu’Ilha Pura est peu performant selon le référentiel LEED-ND. Le projet a également été évalué par le système AQUA B&L près de trois fois pour la phase programmation en juin 2013, la phase conception en avril 2014 et la phase réalisation en mars 2016. Pour chacune de ces phases, le projet a obtenu les scores de performance respectifs de 62,1 %, 79 % et 69 %, soit nettement supérieurs à ceux du référentiel LEED-ND. L’analyse de ces scores obtenus par la satisfaction de l’évaluation de certains indicateurs dans les thématiques qui nous intéressent, est présentée dans les Figures 3 et 4.

Figure 3a. Comparaison du poids des différentes thématiques associées au développement durable

Figure 3a. Comparaison du poids des différentes thématiques associées au développement durable

A. entre le référentiel LEED‑ND v2009 et Ilha Pura
B. entre le référentiel AQUA B&L et Ilha Pura

Source : élaboration personnelle à partir de USGBC, 2018 ; Fondation Vanzolini, 2016

Figure 4. Comparaison du poids des différentes thématiques associées au degré de standardisation des indicateurs

Figure 4. Comparaison du poids des différentes thématiques associées au degré de standardisation des indicateurs

A. entre le référentiel LEED-ND v2009 et Ilha Pura
B. entre le référentiel AQUA B&L et Ilha Pura

Source : élaboration personnelle à partir de USGBC, 2018 ; Fondation Vanzolini, 2016

34Concernant l’obtention de crédits selon les dimensions du développement durable, nous pouvons observer des différences notables entre l’évaluation du quartier par le référentiel LEED-ND et par le référentiel AQUA B&L.

35Dans le cadre du référentiel LEED-ND, des écarts significatifs sont observables entre le profil du quartier et celui du référentiel pour les thématiques relatives à l’environnement et à la catégorie « autre ». Les ΔSPen atteignent en effet -6 % et -9,3 % respectivement pour les phases Plan et Built project, et les ΔSPau près de +12,2 % et +9,5 %. Pour le reste des thématiques, les écarts présentent une dynamique d’évolution entre les phases Plan et Built project, ce qui indique une relative remise à niveau du projet entre ces phases. Par exemple, pour la thématique sociale, ΔSPso était de -6 % pour la phase Plan avant d’atteindre 0 % pour la phase Built Project. Ceci indique que les acteurs du projet ont amélioré leurs stratégies d’aménagement relatives aux facteurs sociaux entre la phase Plan et Built project.

36Dans le cadre du référentiel AQUA B&L, les écarts observés ne sont pas les mêmes que pour LEED pour toutes les thématiques. Par exemple, la dimension environnementale est bien traitée, puisque les écarts observés ne sont pas significatifs pour les trois phases d’évaluation. En revanche, on observe une évolution de ΔSPso similaire à LEED-ND lors de l’évaluation des trois phases d’AQUA B&L. ΔSPso atteint alors les -0,9 %, +5,3 % et +7,9 %. Ceci confirme que les acteurs du projet ont amélioré leurs stratégies d’aménagement en lien avec la dimension sociale.

37Quant aux thématiques en lien avec le degré de standardisation, des différences peuvent être observées entre les référentiels. Pour LEED-ND, des écarts significatifs peuvent être observés pour les deux phases d’évaluation pour les catégories IS et ISC qui présentent respectivement des ΔSP de +11,6 % et ‑11,7 % pour la phase Plan, et +10,9 % ‑15,4 % pour la phase Built project. Ilha Pura a donc obtenu majoritairement des crédits lorsque les indicateurs ne présentaient pas de lien avec le contexte territorial. Pour AQUA B&L, les écarts significatifs sont observables pour les catégories IS et IC, avec des ΔSP respectivement de +15 % et ‑19,7 % pour la phase programmation, +15 % et ‑16,3 % pour la phase conception et +10,2 % ‑11,8 % pour la phase réalisation. Cela confirme les observations faites pour LEED-ND : les acteurs de l’aménagement ont privilégié des indicateurs qui ne prennent pas en compte le contexte territorial.

38En synthèse, notre analyse démontre qu’Ilha Pura est un éco-quartier qui présente à la fois des similitudes et des différences en termes d’évaluation par LEED-ND et AQUA B&L. De manière générale, le quartier est plus performant d’après le référentiel AQUA B&L que pour LEED-ND, ce qui indique des divergences entre la demande théorique d’une performance en fonction des référentiels et, par conséquent, des projets potentiellement évalués. Les évaluations diffèrent dans leur estimation de la performance environnementale du projet : LEED-ND affirme être faible et AQUA B&L relativement bonne. Néanmoins, les deux référentiels concordent sur la dimension sociale qui est de mieux en mieux traitée par les acteurs du projet au cours du temps et des différentes phases de l’évaluation. Ils s’accordent aussi sur le fait que le projet est très standardisé et satisfait peu d’indicateurs contextualisés. Ilha Pura prend donc peu en compte le contexte territorial dans lequel il s’inscrit quelle que soit l’origine, américaine ou franco-brésilienne, du référentiel utilisé.

39Afin de préciser ces résultats observés à partir des évaluations, la dernière partie de cet article s’attarde sur une observation territoriale pour deux critères plus spécifiques.

IV/ L’évaluation des éco-quartiers : pour quelle intégration territoriale ?

1/ Divergence d’évaluation en fonction de l’origine des référentiels

40Afin de comparer la divergence entre mesure technique d’évaluation et réalité territoriale du projet, cette dernière partie se concentre sur la mixité sociale au travers de la question du logement, et sur la gestion de la ressource en eau. Les scores obtenus pour ces différents critères et selon les référentiels AQUA B&L et LEED-ND sont récapitulés dans le Tableau 1.

Tableau 1. Comparaison des scores de performance obtenus par Ilha Pura entre LEED‑ND et AQUA B&L pour les critères en lien avec la mixité sociale et la gestion de la ressource en eau

Mixité sociale

Gestion de la ressource en eau

LEED-ND Plan

0/7 crédits

3/6 crédits

LEED-ND Built project

2/7 crédits

2/9 crédits

AQUA-BL Programme

Bon

Bon

AQUA-BL Conception

Bon

Excellent

AQUA-BL Réalisation

Bon

Excellent

Source : élaboration personnelle à partir de USGBC, 2018 ; Fondation Vanzolini, 2016

41La mixité sociale est d’après LEED-ND mieux traitée en phase Built Project qu’elle ne l’était en phase Plan. Le référentiel AQUA B&L, quant à lui, indique que, quelle que soit la phase évaluée, l’indicateur mixité sociale n’évolue pas et demeure au niveau « bon », qui est le niveau minimum requis pour obtenir la certification. Il est à noter que pour évaluer la mixité sociale, LEED-ND s’appuie sur plusieurs indicateurs, notamment la mesure de l’indice de diversité de Simpson et de l’accessibilité à un logement à loyer abordable pour les ménages au revenu inférieur au revenu médian pour l’aire de recensement concerné. Dans le cas de AQUA B&L, le référentiel demande à ce que seulement deux classes sociales, sur les huit proposées, soient représentées au sein du quartier et aient accès aux logements. Ces deux classes sociales peuvent être issues des classes populaires ou aisées. Peu importe donc le revenu des habitants du quartier, seul le nombre de classes sociales présentes sur le site est évalué par le référentiel. Le référentiel LEED-ND est donc plus contraignant que le référentiel AQUA B&L, et plus favorable à l’implantation de classes sociales plus populaires.

42En ce qui concerne la ressource en eau, alors que LEED-ND indique que ce score diminue au cours de l’avancement du projet, ce qui est l’inverse pour le référentiel AQUA B&L. Ceci est dû au fait que les crédits obtenus pour LEED-ND dans ce domaine sont associés à plusieurs crédits qui peuvent évoluer entre les phases Plan et Built Project. Or, pour LEED-ND, Ilha Pura présente moins de crédits liés à la gestion de la ressource en eau pour la phase Plan que pour la phase Built Project. En outre, les indicateurs de LEED-ND s’appuient sur des mesures quantitatives. Au contraire, pour AQUA B&L, le nombre de crédits liés à la gestion de la ressource en eau n’évolue pas au cours du temps, et les indicateurs évalués sont de nature plus qualitative, et simples à satisfaire. Là encore, le référentiel LEED-ND est donc plus contraignant que le référentiel AQUA B&L.

43Afin de voir comment ces résultats traduisent une situation spatiale donnée, la suite de l’analyse s’intéresse à l’intégration territoriale d’Ilha Pura au regard de ces deux critères. L’objectif est d’observer les divergences entre l’analyse d’une seule mesure d’indicateur et la complexité d’un territoire observé sous le prisme de ce même indicateur.

2/ De l’évaluation à la réalité territoriale : quels niveaux d’intégration ?

44Le quartier d’Ilha Pura se situe dans une zone relativement inabordable pour ce qui est de l’accession au logement (Figure 5). D’après nos estimations, le MMI moyen pour la ville de Rio de Janeiro atteindrait le nombre de 14, et pour le bairro de Barra da Tijuca près de 17. Ceci indique un marché du logement très défavorable, d’où la multiplication de logements informels au sein des favelas. Malgré tout, Ilha Pura représente un quartier à destination des classes sociales les plus aisées. Bien que les plaquettes d’information et le site web d’Ilha Pura ne transmettent pas les prix moyens d’un appartement en raison des fortes négociations entourant la vente des appartements, le quotidien Folha de São Paulo rapporte qu’une résidente aurait payé près de 1,7 million de réais, soit environ 500 000 euros pour un appartement de 160 m2 (Mergulhão, 2016). Selon le revenu médian d’un foyer carioca de 41 702 réais (Prefeitura do Rio de Janeiro, 2017), cela reviendrait à un MMI de près de 41. Les appartements du quartier ne sont donc pas abordables pour la classe moyenne brésilienne. Par ailleurs, le projet ne fait pas état de logements sociaux ou de programmes permettant de rendre les logements plus abordables. Ilha Pura représente donc un groupement de condominio fechado de luxe à moins de 2 km de la Vila Autódromo, la favela la plus proche à l’échelle du bairro. Certains appartements de Jacarepagua au Nord-Est du projet disposent néanmoins de subventions associées au programme Minha Casa Minha Vida, sans que des logements soient directement construits par le gouvernement et dépendants du programme. A l’échelle de la métropole, le quartier d’Ilha Pura demeure finalement un projet qui se détache des stratégies d’aménagement relatives à la mixité sociale.

Figure 5. MMI et répartition spatiale de logements à loyers abordable

Figure 5. MMI et répartition spatiale de logements à loyers abordable

A. Ilha Pura B. Barra da Tijuca. C. Métropole carioca

Source : élaboration personnelle à partir de INDE (2016) et Prefeitura do Rio de Janeiro (2017)

45Concernant la gestion de la ressource en eau, les acteurs de l’aménagement d’Ilha Pura ont établi des stratégies à deux échelles. Tout d’abord, la consommation est régulée au niveau du bâti au travers de plusieurs dispositifs d’économie d’eau tels que des installations à faible débit pour les éviers, les toilettes et les douches. L’objectif visé est de réduire de 40 % la consommation d’eau potable selon les seuils fixés par le référentiel LEED BD+C. Par ailleurs, 16 tours présentent des toitures partiellement ou totalement végétalisées afin de diminuer l’écoulement des eaux de pluie dans le réseau d’égouts. À l’échelle du quartier, les eaux de toitures qui ne se sont pas été infiltrées sont récupérées afin d’irriguer le parc semi-privé central. Enfin, les eaux grises seront à terme traitées par une petite station d’épuration constituée de bioréacteurs et de membranes d’ultrafiltration sous haute pression. Cependant, cette station sera construite lors du projet extension prévu à l’horizon 2025 (Rios, 2014). La consommation d’un des foyers d’Ilha Pura est d’après nos estimations de 409 litres/jour contre 683 litres en moyenne par foyer carioca (Figure 6).

Figure 6. Diagrammes de Sankey explicitant les flux d’eau dans les territoires étudiés en lien avec Ilha Pura

Figure 6. Diagrammes de Sankey explicitant les flux d’eau dans les territoires étudiés en lien avec Ilha Pura

Source : élaboration personnelle à partir des données de Agencia Nacional de Aguas, 2017 ; Prefeitura do Rio de Janeiro, 2017 ; Ministério das Cidades Secretaria Nacional de Saneamento Ambiental, 2014

46À ce jour, bien que le projet d’extension du quartier prévoie une certaine indépendance future pour le traitement des eaux grises, la ressource en eau est distribuée et traitée à l’échelle de la métropole. Celle-ci tire principalement l’eau de sources localisées dans l’État voisin de São Paulo qui alimentent la rivière Paraíba do Sul avant d’atteindre la station de Guandu, l’une des plus grandes stations de traitement d’eau du Brésil. Or, la production d’électricité est une grande consommatrice,juste après le secteur résidentiel. De plus, près de 28 % de cette eau n’est pas traité et est directement rejeté dans l’océan atlantique ou les lacs présents dans la métropole (CEDAE, 2017).

47Comme nous le voyons donc ici pour les deux critères choisis, nos résultats démontrent que, quelle que soit la composition des référentiels établis, ceux-ci n’ont en fait que peu d’influence sur la performance réelle des quartiers et leur intégration territoriale. Plusieurs facteurs peuvent expliquer de telles observations. En premier lieu, la performance d’un quartier ne peut être seulement estimée par une quantité limitée d’indicateurs. En effet, les référentiels ne peuvent couvrir la complexité et la diversité des stratégies d’aménagement inhérentes aux quartiers et aux contextes physique et humain dans lesquels ils sont construits. Il s’agit alors de questionner le lien entre le niveau de performance établi par le référentiel et l’intégration territoriale des quartiers. Ces niveaux de performance sont associés aux contextes territoriaux préexistants et se font le miroir des stratégies d’aménagement envisagées par les différents acteurs. La corrélation ne se trouve alors pas entre référentiels et performance, mais entre contexte préexistant et performance. En effet, la performance d’un éco-quartier dépendra de deux types de facteurs : un contexte territorial favorable d’une part, et les dynamiques d’acteurs impliqués dans le développement du projet d’autre part. Un contexte territorial favorable peut être défini comme étant un environnement physique, naturel ou construit, propice à la satisfaction des indicateurs de développement durable. Les dynamiques d’acteurs, quant à elles, fortement orientées vers le secteur privé au Brésil, favorisent en amont les choix de conception du projet, et la sélection de paramètres de l’évaluation susceptibles de satisfaire un certain niveau de performance pour l’obtention d’une certification. Dans le cas d’Ilha Pura, cela se traduit par la satisfaction d’indicateurs relatifs à l’eau, et la non satisfaction de ceux portant sur le logement et la mixité sociale, qui n’est pas recherchée par le promoteur. L’évaluation, si elle estime bien une performance de développement durable discutable, est un outil politique de communication et de marketing favorable aux différents acteurs des projets.

Conclusion

48La production des quartiers durables dans le contexte brésilien en général, et carioca en particulier, s’appuie en grande majorité sur le secteur privé, au travers de promoteurs immobiliers tels que Carvalho Hosken. Les politiques d’urbanisme de la municipalité de Rio de Janeiro se réfèrent aux plans d’aménagement stratégiques en lien avec le développement durable, mais elles représentent peu de contraintes pour les promoteurs et constructeurs qui ont le pouvoir de choisir le type de projets. C’est dans cette optique qu’ils peuvent décider, ou pas, de construire un éco-quartier et de faire appel à un système d’évaluation tel que LEED-ND ou AQUA B&L à des fins de gouvernance de projet ou de green marketing, en vue de la commercialisation des logements et des équipements.

49Les limites d’une telle démarche sont mises en lumière dans l’étude d’Ilha Pura, un projet somme toute au succès mitigé. Le quartier constitue un projet de gated community pour classe sociale aisée, une « île pure » en milieu suburbain à la périphérie de Rio de Janeiro. Les critères relatifs aux ressources environnementales sont en général assez bien traités, comme celui de la gestion des ressources en eau. Cependant, cette bonne gestion l’est le plus souvent à l’échelle du bâtiment. La programmation du projet repose avant tout sur l’aspect résidentiel, et ne présente pas de stratégies d’aménagement socio-économiques fortes. Ilha Pura contribue à la fragmentation socio-spatiale de la banlieue de Rio de Janeiro, et s’inscrit dans une dynamique territoriale et de marché de l’immobilier type des grandes agglomérations brésiliennes. Paradoxalement, Ilha Pura est un quartier clos vis-à-vis des stratégies d’aménagement spatial utilisées, tout en dépendant du reste de la métropole carioca en ce qui concerne l’accès à certaines de ses ressources (eau).

50Enfin, les référentiels n’ayant qu’une très faible influence sur l’intégration territoriale des projets urbains, il est difficile d’établir s’il existe une réelle corrélation entre import du référentiel et faibles niveaux d’intégration territoriale du projet d’éco-quartier, notamment au Brésil. Le cas d’Ilha Pura est révélateur : quels que soient le référentiel occidental exporté, et les stratégies d’adaptation territoriale des référentiels utilisées, le projet demeure plus ou moins intégré suivant les échelles et les paramètres d’évaluation choisis. Nous l’avons démontré grâce à l’analyse territoriale relative à la mixité sociale et à la gestion de la ressource en eau. Par ailleurs, les faibles niveaux de performance observés pour le critère en lien avec la mixité sociale et le logement sont dus aux caractéristiques relatives à un contexte périurbain peu développé, fragmenté et aux choix d’aménagement politiquement et financièrement orientés par Odebrecht et Carvalho Hosken.

51Il paraît donc plus réaliste de considérer que l’établissement d’un référentiel d’évaluation des éco-quartiers en réponse à une politique de développement durable donnée ne contribue que très partiellement à l’aménagement durable des villes contemporaines. Les éco-quartiers ne constituent qu’une fenêtre entrouverte sur un monde des possibles, et doivent être dépassés par de vrais questionnements en lien avec la complexité des territoires au sein desquels ils s’inscrivent.

Haut de page

Bibliographie

AGENCIA NACIONAL DE AGUAS. Atlas Brasil - Abastecimento Urbano de Agua. Brasilia: Agencia Nacional de Aguas, 2017 [Consulté le 09.09.2018]. http://atlas.ana.gov.br/Atlas/forms/Home.aspx

CARLEY, Michael ; Ian CHRISTIE. Managing Sustainable Development. Gistrup : Routledge, 2017.

CASTILHO, César. Politiques publiques et Coupe du Monde de football 2014 au Brésil : des espoirs aux héritages locaux. Thèse de doctorat en sciences politiques. Paris : Université Paris-Saclay, 2016.

CEDAE. Estações de tratamento do Guandu e Laranjal, 2017. [Consulté le 09.09.2018]. https://www.cedae.com.br/estacoes_tratamento

CHETRY, Michaël et Jean LEGROUX. « Rio de Janeiro dans le contexte des méga-événements : le rôle des pouvoirs publics dans la ségrégation urbaine ». Espace Populations, Sociétés. 2014, n° 2‑3 [Consulté le 10.09.2018]. https://journals.openedition.org/eps/5809

COLE, Raymond J., “The importation of Building Environmental Certification Systems: International Usages of BREEAM and LEED”. Building Research & Information. 2016, vol. 41, n° 6, p. 662‑676.

CONTE, Emilia ; Valeria MONNO. “Beyond the Buildingcentric Approach: A Vision for an Integrated Evaluation of Sustainable Buildings.” Environmental Impact Assessment Review. 2012, n° 34, p. 31‑40.

DALL’O, Giuliano; GALANTE Annalisa; SANNA Nicola; Karin MILLER. “On the Integration of Leadership in Energy and Environmental Design (LEED)® ND Protocol with the Energy Planning and Management Tools in Italy: Strengths and Weaknesses.” Energie. 2013, vol 6, n° 11, p. 5990‑6015.

DOUSSARD, Claire. “Assessment of Sustainable Neighbourhoods: From Standards to Cultural Practices.” Urban Regeneration & Sustainability, 2016, n° 12, p. 368‑378

DOUSSARD, Claire. Évaluer les éco-quartiers : analyses comparatives internationales. Thèse de doctorat en aménagement. Paris : Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, 2017.

FLYNN, Patrice ; BERRY David ; Theodore HEINTZ. "Sustainability and Quality of Life Indicators: Toward the Integration of Economic, Social and Environmental Measures". The Journal of Social Health. 2002, vol. 1, n° 4, p. 274‑286.

FONDATION VANZOLINI. 50 Anos Fundaçao Vanzolini: 1997-2007. 2018. [Consulté le 01.11.2018] http://50anos.vanzolini.org.br/1997-2007/

FONDATION VANZOLINI. Processo AQUA HQE - Referenciais e Documentos. 2011. [Consulté le 01.11.2018]. https://vanzolini.org.br/aqua/categoria-documentos/bairros-e-loteamentos/

GONÇALVES, Joana C.; Klaus BODE. Edifício ambiental. Oficina de Textos, 2015.

GONÇALVES, Joana C.; Denise H. DUARTE. "Arquitetura sustentável: uma integração entre ambiente, projeto e tecnologia em experiências de pesquisa, prática e ensino." Ambiente construído. 2006, vol. 6, n° 4, p. 51‑81.

GRAYMORE, Michelle L.; SIPE, Neil G.; Roy E. RICKSON. "Regional sustainability: how useful are current tools of sustainability assessment at the regional scale?". Ecological economics. 2008, vol. 67, n° 3, p. 362‑372.

HAAPIO, Appu. “Towards Sustainable Urban Communities”. Environmental Impact Assessment Review. 2012, vol. 32, n° 1, p. 165‑169.

HOLDEN, Meg. “Urban Indicators and the Integrative Ideals of Cities.” Cities, 2006. vol. 23, n° 3, p. 170‑183.

HOLDEN, Meg. “Community Interests and Indicator System Success.” Social Indicators Research. 2009, vol. 92, n° 3, p. 429‑448.

HOLDEN, Meg. “Sustainability Indicator Systems within Urban Governance: Usability Analysis of Sustainability Indicator Systems as Boundary Objects.” Ecological Indicators. 2013, n° 32, p. 89‑96.

INDE. Visualizador Da INDE. 2016. [Consulté le 01.11.2018]. http://visualizador.inde.gov.br/

ISO. Standards. 2018. [Consulté le 23.11.2018]. https://www.iso.org/sites/ConsumersStandards/1_standards.html

KOMEILY, Ali; Ravi S. SRINIVASAN. “A Need for Balanced Approach to Neighborhood Sustainability Assessments: a Critical Review and Analysis”. Sustainable Cities and Society. 2015, n° 18, p. 32‑43.

MALHEIROS, Tadeu Fabrício; Arlindo Jr. PHLIPPI; Sonia Maria VIGGIANI COUTINHO. “Agenda 21 Nacional e Indicadores de Desenvolvimento Sustentável: Contexto Brasileiro”. Saúde e Sociedade. 2008, vol. 17, v° 1, p.7‑20

MERGULHAO, Alfredo. Donos de Apartamentos de R$ 1,7 Milhão Lamentam Problemas Na Vila Olímpica. 2016. [Consulté le 23.11.2018] http://www1.folha.uol.com.br/esporte/olimpiada-no-rio/2016/08/1797620-proprietarios-da-vila-olimpica-lamentam-problemas-mas-estao-confiantes-na-vitoria-do-empreendimento.shtml

MINISTERIO DAS CIDADES. Perguntas Frequentes PMCMV. 2016. [Consulté le 23.11.2018] http://www.cidades.gov.br/habitacao-cidades/programa-minha-casa-minha-vida-pmcmv/perguntas-frequentes-pmcmv

NINNIN, Justine. « Le rêve carioca : entre planification urbaine et déplacements forcés de population ». L’Espace Politique. 2014, vol. 22, n° 1, https://journals.openedition.org/espacepolitique/2950

PREFEITURA DO RIO DE JANEIRO. Bairros Cariocas. 2017. [Consulté le 23.11.2018] http://portalgeo.rio.rj.gov.br/mapa_digital_rio/?config=config/ipp/cadlog.xml

REAL NOBILE. Ilha Pura Vila Dos Atletas Na Barra Da Tijuca No Rio de Janeiro. 2018. [Consulté le 23.11.2018] http://www.realnobile.com/ilha-pura-vila-olimpica-dos-atletas-barra-da-tijuca.html

RIOS, Mariana Barreira Campos. Estudo de Aspectos e Impactos Ambientais Nas Obras de Construção Do Bairro Ilha Pura-Vila Dos Atletas. Mémoire : Ingénierie Civil. Rio de Janeiro : Escola Politécnica, Universidade Federal do Rio de Janeiro, 2014.

SÁNCHEZ, Fernanda ; Anne-Marie BROUDEHOUX. “Mega-Events and Urban Regeneration in Rio de Janeiro: Planning in a State of Emergency.” International Journal of Urban Sustainable Development. 2013, vol. 5, n° 2, p. 132‑153.

SHARIFI, Ayyoob. Sustainability at the Neighborhood Level: Assessment Tools and the Pursuit of Sustainability. Thèse : Ingénierie Civil. Nagoya : Nagoya University, 2013.

SHARIFI, Ayyoob; Akito MURAYAMA. “Viability of Using Global Standards for Neighbourhood Sustainability Assessment: Insights from a Comparative Case Study.” Journal of Environmental Planning and Management. 2015, vol. 58, n° 1, p. 1‑23.

UNITED STATES GREEN BUILDING COUNCIL ; Guide LEED-ND. 2017. [Consulté le 23.11.2018] http://www.usgbc.org/guide/nd

UNITED STATES GREEN BUILDING COUNCIL. Project. 2018. [Consulté le 01.11.2018] http://www.usgbc.org/projects

VAINER, Carlos ; BIENENSTEIN, Regina ; TANAKA Giselle M.; OLIVEIRA Fabricio L.; Camilla LOBINO. O Plano Popular da Vila Autódromo: uma experiência de planejamento conflitual. Conférence de l’ANPUR, 2013.

Haut de page

Notes

1 Au-delà de toute description formelle et architecturale, le terme de condominio est avant tout juridique, puisqu’il est proche du concept de copropriété à la française. Il implique également plusieurs connotations d’usage. Construit le plus souvent au niveau de plusieurs rues internes, le condominio s’organise autour de services réservés aux habitants copropriétaires. Le condominio fechado est une forme particulière de condominio fermé. Il exprime un concept plutôt issu des sciences sociales et n’est pas un concept juridique à proprement parler. Ces quartiers relativement denses peuvent être constitués d’un ensemble de maisons ou d’immeubles. L’accès demeure restreint pour le non-résident au travers de différents stratagèmes spatiaux : murs, enclos, portails, barbelés, fils électriques, panneaux surveillés par un gardien.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Cycle d’évaluation des projets d’urbanisme
Crédits Source : élaboration de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/6449/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 2a. Description du quartier d’Ilha Pura. Représentation schématique
Crédits Source : élaboration personnelle de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/6449/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Titre Figure 2b. Description du quartier d’Ilha Pura. Photographie depuis le jardin privatif de l’immeuble Millenio, Mai 2016
Crédits Source : élaboration personnelle de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/6449/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Légende MMI est un nombre réel
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/6449/img-4.png
Fichier image/png, 1,3k
Titre Figure 3a. Comparaison du poids des différentes thématiques associées au développement durable
Légende A. entre le référentiel LEED‑ND v2009 et Ilha PuraB. entre le référentiel AQUA B&L et Ilha Pura
Crédits Source : élaboration personnelle à partir de USGBC, 2018 ; Fondation Vanzolini, 2016
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/6449/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Figure 4. Comparaison du poids des différentes thématiques associées au degré de standardisation des indicateurs
Légende A. entre le référentiel LEED-ND v2009 et Ilha PuraB. entre le référentiel AQUA B&L et Ilha Pura
Crédits Source : élaboration personnelle à partir de USGBC, 2018 ; Fondation Vanzolini, 2016
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/6449/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Figure 5. MMI et répartition spatiale de logements à loyers abordable
Légende A. Ilha Pura B. Barra da Tijuca. C. Métropole carioca
Crédits Source : élaboration personnelle à partir de INDE (2016) et Prefeitura do Rio de Janeiro (2017)
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/6449/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Titre Figure 6. Diagrammes de Sankey explicitant les flux d’eau dans les territoires étudiés en lien avec Ilha Pura
Crédits Source : élaboration personnelle à partir des données de Agencia Nacional de Aguas, 2017 ; Prefeitura do Rio de Janeiro, 2017 ; Ministério das Cidades Secretaria Nacional de Saneamento Ambiental, 2014
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/6449/img-8.png
Fichier image/png, 324k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Doussard, « Évaluation des éco-quartiers : pour quelle intégration territoriale dans le contexte carioca ? », L’Ordinaire des Amériques [En ligne], 227 | 2021, mis en ligne le 08 novembre 2021, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/orda/6449 ; DOI : https://doi.org/10.4000/orda.6449

Haut de page

Auteur

Claire Doussard

Ecole Spéciale d’Architecture, Paris, claire_doussard@esa-paris.net

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search