Navigation – Plan du site

AccueilORDA227Le « droit à l’espace public » et...

Le « droit à l’espace public » et la durabilité sociale à Los Angeles

El “derecho al espacio público” y la sostenibilidad social en Los Ángeles
The “right to public space” and social sustainability in Los Angeles
O direito ao espaço público e a sustentabilidade social em Los Angeles
Marine Dassé

Résumés

De quels outils dispose-t-on pour sont pour lutter efficacement contre la néo libéralisation de la ville ? Cet article a pour vocation de s’interroger sur la manière dont on pense le droit à la ville et plus particulièrement le droit à l’espace public au début du vingt unième siècle. Il propose d’explorer les initiatives qui tentent de l’appliquer de façon concrète. Il est important de prendre en compte toutes les utilisations de l’espace urbain, et pas seulement celles des classes sociales dominantes. Cet article tente de montrer que de nombreuses formes de résistance urbaines existent et comment des membres de la société civile œuvrent pour proposer des solutions alternatives et des contre-modèles. Même si leur impact reste mince par rapport à l’emprise du secteur privé sur la rue californienne, ils proposent une nouvelle façon d’investir l’espace urbain afin de promouvoir le vivre-ensemble.
Basé sur une étude empirique et interdisciplinaire, cet article propose d’étudier le rôle pionnier et l’impact social de certaines initiatives anti-voitures ou encore de certains organismes tels que LANI à Los Angeles, qui, grâce à l’espace public, œuvrent auprès de populations précaires pour plus de durabilité sociale et de démocratie urbaine.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Tout le monde n’a pas « droit » à la ville (Lefebvre 1986 et 2009 ; Harvey 2015). À titre d’exemple, les Noirs n’avaient, pendant longtemps, pas le droit d’en faire le même usage que les Blancs. De nos jours, de nombreux auteurs ont montré que la néolibéralisation de la ville renforçait une exclusion socio-spatiale déjà existante (Pinson 2020 ; Hackworth 2006 ; Peck 2004 ; Brenner & Theodore ; Jessop 2002 ; Peck, Tickell 2002), notamment à Los Angeles (Loukaitou-Sideris 1993 ; Peterson 2006 ; Culhane 2020 ; Vitale 2010). Dans les années 1990, le sociologue et historien de la ville Mike Davis en avait fourni une analyse approfondie et, dans sa lignée, d’autres chercheurs ont montré que Los Angeles constituait bien un archétype de la ville punitive (Stuart 2016 ; Dassé 2019 ; Marquardt, Füller 2012). Malgré ces données et en dépit de sa mauvaise réputation, Los Angeles a donné naissance à de nombreuses initiatives qui visent à réinvestir l’espace public urbain. En effet, l’accès à l’espace public, à Los Angeles et ailleurs, n’est pas immuable mais fluctue en fonction des tendances politiques et des lois mises en œuvre. Leur accès n’est pas un droit universel. Le géographe Don Mitchell (2003) a montré que leur accès a été acquis au terme de luttes sociales importantes. La construction et l’appréhension de l’espace ne sont pas naturelles mais est une création politico-sociale (Herbert, Brown 2006). En effet, les normes qui façonnent son émergence ou sa disparition sont en perpétuelle évolution et changent selon leur cadre spatio‑temporel.

2Depuis les années quatre-vingts, l’urbanisme néolibéral attribue une fonction marchande à l’espace public. Ce dernier n’est plus considéré comme un bien commun qui prédétermine l’identité collective, mais comme un produit dont seule la valeur financière détermine dorénavant le rôle et l’intérêt. Que ce soient les conséquences d’une gentrification grandissante (Deverteuil 2011, Sims 2016) ou la multiplication de lois-anti-sans-abris qui criminalisent la pauvreté (Dassé 2019), l’espace public et, par extension, la ville, ne sont plus, s’ils ne l’ont jamais été, des lieux ouverts à tous sans condition. Cela étant, dans l’ombre des politiques néolibérales, de nombreux militants s’insurgent, se battent et créent des alternatives pour contrer cette tendance. Une grande diversité d’individus, qu’ils soient citoyens, professionnels de l’urbanisme ou membres de la société civile, œuvrent pour tenter de promouvoir des espaces publics plus inclusifs, pour que la ville devienne socialement durable et que le vivre-ensemble prime sur des considérations économiques. La cohésion sociale semble de plus en plus au cœur des préoccupations citoyennes et la résistance urbaine passe par des formes inédites d’occupation et de réappropriation de l’espace. Cet article a pour vocation non pas de lister toutes les alternatives qui existent mais d’essayer de comprendre comment et pourquoi l’espace public a été réinvesti par toutes sortes d’individus. En effet, notre enquête révèle qu’à Los Angeles, l’espace public est conçu autrement par de nombreux acteurs urbains.

3Est-il encore possible de créer des espaces publics inclusifs à l’ère néolibérale où les budgets municipaux et les financements se font de plus en plus rares ? De quels outils disposons-nous pour repenser le droit à la ville à Los Angeles ? Existe-t-il des professionnels ou des citoyens qui réussissent véritablement à mettre en œuvre des projets efficaces pour tenter de contrer la tendance néolibérale ?

4Une grande diversité d’acteurs urbains pense, construit et met quotidiennement en œuvre des projets d’innovation sociale valorisants promouvant le vivre-ensemble. Cet article s’attache à poser les bases d’une réflexion dans la manière dont on considère Los Angeles mais aussi à présenter des projets urbains qui intègrent toute une série de principes fondateurs en mettant l’accent sur la nécessité d’une accessibilité universelle à l’espace public.

5Nous tentons tout d’abord de démontrer pourquoi l’espace public et la ville peuvent être pensés autrement. Plusieurs approches mettant en œuvre des principes d’inclusion simples existent même si elles semblent largement ignorées des politiques actuelles. Puis, nous analysons des solutions concrètes, utilisées en Californie et à Los Angeles, pour montrer que l’espace public peut être réinvesti de manière innovante et peut apporter des solutions pragmatiques pour enrayer la privatisation et la néo-libéralisation grandissante de l’urbain.

Méthode et sources

6Nous avons rassemblé et analysé des sources secondaires en adoptant une approche interdisciplinaire : des ouvrages, des articles et des rapports issus de disciplines telles que les sciences politiques, la sociologie urbaine, l’anthropologie, la géographie humaine et culturelle, la philosophie, mais aussi bien sûr, l’urbanisme, l’histoire ou la civilisation américaines ont été étudiés. Nous avons analysé tous les sites internet spécialisés des groupes étudiés.

7Pour compléter cette recherche, nous avons séjourné en Californie du sud à deux reprises où nous avons conduit des entretiens semi-directifs, de vingt minutes à une heure et demie. Tous ont été retranscrits, comparés et analysés. Pendant notre deuxième séjour à Los Angeles en août 2016, nous avons été invités à l’université de Californie du sud (USC) par les professeurs urbanistes Tribid Banerjee et Meredith Drake Reitan, spécialisés dans les espaces publics urbains. Nous nous sommes aussi entretenus avec Francesco Bonsinetto, un urbaniste basé à San Diego. Nous proposons donc de nouvelles données ethnographiques et une analyse nouvelle afin de montrer que Los Angeles ne serait pas qu’une « anti-ville », comme le titre The Atlantic, où le tout-voiture dominerait mais qu’il existe des alternatives qui cherchent à contrer les tendances existantes (The Atlantic 2010). Enfin, nous nous sommes longuement entretenus avec la présidente et la vice-présidente de notre dernière étude de cas LANI (Los Angeles Neighborhood Initiative) travaillant dans les quartiers défavorisés et qui aide les habitants à réinvestir et améliorer les espaces publics urbains.

I/ Une nécessité de penser la ville autrement

1/ Pour un droit à l’espace public

8Il y a plus de quarante ans, le philosophe Henri Lefebvre avait déjà démontré le rapport particulier entre l’urbain et les différentes classes sociales. En conceptualisant le « droit à la ville », il a créé un outil essentiel pour comprendre le lien entre l’exclusion et la néo-libéralisation de la ville et, également, pour proposer des solutions et constituer l’amorce d’un contre‑pouvoir.

Réinvestir la pensée de Lefebvre

  • 1 Voir notamment Lefebvre, 1986 et 2009 [1968].

9L’espace public est à la fois une construction sociale et un lieu où s’exerce la domination. Le « droit à la ville » est particulièrement utile pour appréhender la ville non plus comme un lieu où s’exercent le capitalisme et les rapports de domination qui en découlent, mais comme un endroit clef pour la démocratie urbaine, auquel chaque individu devrait pouvoir accéder de manière équitable1. Repris par de nombreux géographes anglophones dont David Harvey, Edward Soja ou encore Don Mitchell, le droit à la ville a trouvé un vif écho aux États-Unis, qui ont vu leurs espaces publics s’amenuiser et se fractionner. Même si plusieurs chercheurs considèrent que le concept a été galvaudé (Diamond & Gervais), il reste indispensable aux géographes marxistes qui ont depuis longtemps fait état de la manière dont les inégalités étaient tout aussi sociales que spatiales (Harvey 1973 ; Soja 1989). Il représente un point de départ pour penser la ville différemment. Il s’agit de l’appréhender comme un enjeu de société, à la fois politique et social, permettant de lutter contre la répression de la société urbaine par la planification technocratique.

10Pour le professeur d’urbanisme Mark Purcell, le droit à la ville est indispensable si :

nous voulons que le droit à la ville puisse résister spécifiquement à la néolibéralisation, le droit d’habiter l’espace devrait être délibérément compris comme une alternative au droit à posséder l’espace et à en tirer profit. L’espace en-tant-qu’habité devrait ainsi être considéré comme une antithèse de l’espace transformé en marchandise du néolibéralisme (Purcell 2009, 47).

11Le droit à la ville constitue un point d’ancrage pour un nouveau projet de société et ce, en prenant en compte la structure socio-spatiale de la ville et son corollaire d’exclusions. En ce sens, il représente une proposition cohérente et efficace pour freiner la néo-libéralisation des villes. Toutefois, comme l’a récemment souligné David Harvey, Lefebvre est resté relativement vague sur la manière d’appliquer concrètement ce droit à la ville (Harvey 2011).

Le droit à la ville mis en pratique

12Le sociologue Grégory Busquet a remarqué que le droit à la ville allait de pair avec « une participation effective, conquise et non octroyée, des habitants et des citadins aux décisions et aux projets d’urbanisme » (Busquet 2012, 6). En ce sens, il n’existe pas une seule et unique façon de réinvestir l’espace urbain et de revendiquer le droit à la ville. Ce dernier a été mis en pratique de bien des manières et par des protagonistes bien différents. Bien que Lefebvre fût Français, son influence semble s’être davantage déployée à l’étranger.

13En 2001, la Constitution Nationale brésilienne incluait des principes liés au droit à la ville dans le « statut de la ville » (Fernandes 2006). De nombreuses institutions internationales ont placé le droit à la ville au centre de leurs priorités. Parmi les plus importantes, le Forum Mondial Urbain a élaboré une Charte Mondiale du droit à la ville en 2004. Il existe aussi une Charte européenne pour sécuriser les droits humains dans la ville (Ortiz 2011). Enfin, le droit à la ville fait même désormais partie de la charte mondiale de l’Unesco (Brenner et al., 2012).

14Aux États-Unis, une alliance nationale reprend et met en pratique cette logique de manière très concrète : l’Alliance pour le Droit à la Ville (U.S. Right to the City Alliance, ou RTC). Elle a émergé début 2007 et rassemble plusieurs organisations membres. Basée à New York, elle cherche à freiner le déplacement des minorités (des communautés à bas revenu, noires, etc.) ainsi qu’à protéger le logement abordable tout en construisant des communautés plus démocratiques, justes et durables (RTC, « Mission and History »). Sa stratégie vise à impulser un « mouvement plus fort pour la justice urbaine ». Ce mouvement national concentre tous les principes évoqués précédemment et tente de mettre l’accent sur la liberté de disposer de l’espace public librement, tout en s’opposant à la gentrification et en apportant davantage de justice urbaine. Le travail de l’Alliance représente un « moyen d’arracher des villes aux coalitions riches et puissantes qui s’étaient formées pendant les années 1980, et de redéfinir l’échelle de la lutte sociale en la déplaçant de l’échelle mondiale à l’échelle urbaine » (Leavitt, Roshnan, Brady 2014, 455).

15Par exemple, suite au projet de Donald Trump de réduire le budget du logement de plusieurs milliards de dollars, la RTC s’est associée au groupe Renter Week of Action et a pris position publiquement pour demander une protection universelle contre les expulsions et pour le contrôle des loyers (Clarke 2017). La RTC a aussi lancé une campagne nationale « des maisons pour tous » (Homes For All) qui vise à protéger, défendre et développer les logements abordables et décents pour des personnes à bas revenus. Il est donc question de contrer les effets délétères de l’urbanisme néolibéral au niveau local, tout en promouvant les alliances nationales entre les différents acteurs. Concrètement, la RTC traite de problèmes variés : le logement, les droits urbains, les politiques d’accès et d’utilisation de l’espace urbain. L’enjeu est de construire les villes futures dans une perspective durable, tant pour l’environnement que pour ses habitants et ce, quel que soit leur milieu social, leur orientation sexuelle ou encore leur couleur de peau. Selon son site, RTC est né de :

un nouveau genre de politique urbaine qui affirme que tout le monde, et particulièrement les plus démunis, n’a pas seulement un droit à la ville, mais a, en tant qu’habitant, un droit de la façonner, de la concevoir, et d’opérationnaliser un programme de droits humains urbains. (RTC, Mission and History).

16Au cœur de leur approche, figure l’accès à un logement abordable, « libre de la spéculation du marché […] et qui sert les intérêts d’un espace culturel et politique ». En outre, l’Alliance fait le lien entre la liberté individuelle, la liberté collective et la liberté d’utiliser l’espace qui entoure les habitants. Ils revendiquent par exemple un « droit à la propriété permanente des territoires urbains pour un usage public ».

17De plus, la RTC invite ses partenaires à participer à la construction d’un espace urbain nouveau. Il s’agit de proposer une gouvernance urbaine plus démocratique et pour ce faire, elle prend en compte toutes les minorités. Ainsi, la RTC revendique un droit à la justice autochtone pour que les Amérindiens puissent avoir accès à leurs terres ancestrales, qui leur sont spirituellement fondamentales, et ce, quelles que soient les séparations qui puissent exister là où elles sont situées. De fait, ce droit recoupe le concept de « contre-public » proposé par Crawford pour expliquer que la sphère publique est investie différemment par tous les êtres humains.

18L’Alliance prône un droit à une justice environnementale, à des quartiers sains ainsi qu’à la réhabilitation des sites qui ont fait l’objet de pollutions. Par ailleurs, ses membres considèrent que la justice raciale et la justice urbaine sont intimement liées et ils se focalisent notamment sur des problématiques spécifiques comme celle du harcèlement policier.

19La RTC propose une interprétation de la pensée de Lefebvre en l’appliquant concrètement et parfois en la complétant. Son principe fondamental consiste en l’union des forces. Parmi ses organisations alliées, on compte le Centre de Justice Urbaine ou encore le Centre d’Inclusion Sociale (Urban Justice Center, Center for Social Inclusion). La RTC constitue un moyen concret pour appliquer les idées de Lefebvre, afin que tous les citadins puissent réinvestir leur environnement.

Pour un droit à l’espace public

20À partir de ce modèle, on peut revenir sur la notion de droit à l’espace public, selon laquelle il est indispensable que tous les individus, et pas uniquement les plus favorisés, y aient accès, et ce pour deux raisons principales.

  • 2 Tout au long de cet article, le terme « publicité » sera compris au sens de « caractère public ».

21L’espace public fonctionne comme le chien de garde de la démocratie : si les femmes peuvent s’y exprimer ou doivent, au contraire, embaucher un homme pour le faire à leur place, comme c’est le cas lors des campagnes politiques en Arabie Saoudite, alors la publicité d’un espace est surtout la signature du régime politique en place2. La publicité de l’espace est une notion fragile, et l’exclusion officielle ou tacite représente le signe avant-coureur, le signal d’alerte d’une évolution dommageable de la société. Ironiquement, ce sont les sans-abris qui préservent les espaces publics démocratiques et inclusifs : par leur présence, ils symbolisent l’urgence d’agir pour une coexistence plus égalitaire. Leur présence ou leur absence, tout comme celle d’autres individus « indésirables » comme les prostituées dans l’espace public témoigne du degré d’inclusion ou d’exclusion d’un lieu. Comme le notent Renaud Le Goix et Céline Loudier‑Malgouyres :

les espaces publics remplissent des fonctions structurantes pour la ville, par leur capacité de cohésion sociale en étant des lieux d’interactions et de rencontre avec autrui, par leur capacité de cohésion spatiale en constituant la trame de la continuité urbaine. Ils permettent donc de modérer les discontinuités et fractures entre les groupes sociaux et les territoires urbains (Le Goix, Loudier-Malgouyres 2005, 33).

  • 3 Voir par exemple la préface de Harvey 2015.

22Le point de départ de la réflexion de Lefebvre et, par là-même, de celle d’un droit à l’espace public, est l’expérience de posséder et d’habiter collectivement un territoire commun appartenant à tous. Même si le droit à la ville est vu parfois comme un signifiant vide relatif à l’interprétation de chacun, la formule de Lefebvre reste une revendication forte3. Pour lui, elle impliquait le droit collectif mais aussi, plus particulièrement, celui des laissés-pour-compte. Il s’agit des prémices de l’association humaine, fondée sur une proximité qui se veut physique avant d’être sociale : comprendre autrui passe par la faculté de voir autrui.

2/ Vers de nouveaux modes d’utilisation de la ville ?

23Ces dernières décennies ont vu apparaître de nouveaux modes d’utilisation de l’espace public. Assiste-t-on à une évolution des espaces publics urbains ou s’agit-il d’une nouvelle façon de les considérer ? Qui a vraiment le droit à la ville à Los Angeles ?

Les minorités et l’espace public : vers un nouvel investissement ?

24Dans un article influent, la philosophe Nancy Fraser propose une nouvelle analyse de la sphère publique. Pour elle, celle d’Habermas est incomplète, et en partie obsolète ; elle ne convient pas pour analyser la sphère publique démocratique des sociétés capitalistes avancées. Elle s’interroge sur les mécanismes d’exclusion au sein de l’espace public et considère que la théorie d’Habermas fait référence à une sphère publique essentiellement composée d’hommes bourgeois blancs, qui correspond à une élite libérale mais ne comprend pas tous les individus, et notamment les femmes. La classe sociale et le genre, pourtant des variables déterminantes de l’analyse sociale, ne sont pas pris en compte. De ce fait, Fraser estime que l’interprétation de la notion de publicité par Habermas est biaisée. Elle défend l’idée qu’il y a toujours eu des « contre-publics » qu’Habermas n’a pas pris en compte dans son analyse. Ces derniers comprennent tous les publics alternatifs dont le genre, le statut social ou encore l’ethnicité sont différents de ceux de la classe dominante, et qu’il est nécessaire de prendre en considération si l’on veut analyser la composition de la sphère publique contemporaine dans sa globalité (Fraser 1990).

25Par exemple, Margaret Crawford a démontré comment les vendeurs à la sauvette et les sans-abris constituent ces « contre-publics » à Los Angeles. En réinvestissant l’espace public, ils lui donnent un nouveau souffle. Tout comme l’a démontré Fraser, comprendre l’espace public implique de prendre en considération tous les individus et pas uniquement les groupes dominants. De nombreux groupes marginalisés, minoritaires et issus de l’immigration viennent donc s’insérer dans cette sphère publique et stimuler les interactions sociales.

26Meredith Drake Reitan considère quant à elle que la recherche contemporaine propose une vision relativement dystopique de l’espace public. Pour elle, la critique contemporaine ne prend pas suffisamment en compte les formes alternatives d’utilisation de cet espace. Elle considère que toutes les variables qui lui sont corrélées ne sont pas suffisamment analysées. Tout comme Fraser et Crawford, elle défend l’idée qu’on n’assiste pas à la fin de l’espace public tel qu’on le connaît aujourd’hui, mais plutôt d’une évolution (Drake Reitan 2014). Parmi les urbanistes américains contemporains, ces trois chercheuses font figure d’exception.

27Contrairement à leurs pairs, elles considèrent que nous n’assistons pas à une disparition des espaces publics mais plutôt à une modification de leur utilisation. Pour étayer cette thèse, Meredith Drake Reitan a notamment analysé le contre-exemple que représente un parc au sud de Los Angeles, le parc Mac Arthur, fréquenté essentiellement par les minorités ethniques d’origine hispanique.

Le parc Mac Arthur : vers une redéfinition de l’utilisation de l’espace ?

28Meredith Drake Reitan conte l’histoire d’un parc qui remplissait des fonctions traditionnelles dans les années 1930-1940 et 1950, et où « des hommes âgés avaient l’habitude d’aller, de s’asseoir et de passer du temps ». Dans les années 1960-1970 et 1980, il devient le point de rattachement de plusieurs gangs et représente l’un des lieux les plus dangereux de la ville : pour la seule année 1990, on n’y dénombre pas moins de trente meurtres (Davis 1995). Au début des années 2000, le parc est réhabilité et sa fréquentation change radicalement. Les usagers qui l’investissent sont issus de classes d’âge et d’ethnicités différentes. Ses trottoirs sont désormais « remplis d’individus qui vendent des hotdogs depuis le coffre de leur voiture, […] il y a des enfants, […] des personnes âgées » (Drake Reitan 2014).

29Pour l’urbaniste, c’est l’exemple d’un lieu public « très vivant mais il n’est pas anglo-saxon et il n’est pas blanc. C’est une nouvelle communauté ; nous devons reconnaître le fait que c’est un lieu extraordinaire, même s’il relève en fait de la classe moyenne. Les Californiens anglo-saxons, eux, n’y vont pas ». Avec cet exemple, elle appelle à reconsidérer la nature de la publicité des espaces urbains. Il ne s’agit pas seulement de prendre en compte sa composition sociale effective et sa représentativité. Pour elle, la richesse de ce parc réside dans la diversité de ses activités mais aussi des individus qui l’occupent : « Étant donné que 60 % de la ville de Los Angeles est Latino, il est vraiment public ».

  • 4 Voir la littérature sur toutes les formes de community gardening (par ex : Nathan McClintock) ou su (...)

30Même si cette idée est de plus en plus communément prise en compte par les chercheurs4, l’analyse des espaces publics urbains contemporains n’appréhende pas suffisamment la nouvelle diversité ethnique ou les activités pratiquées dans des lieux qui ont été désinvestis par les classes sociales dominantes. Pour Drake Reitan, les espaces publics urbains continuent d’exister mais sous des formes différentes : « Si on cherche un parc traditionnel conçu à la manière d’Olmsted où tout le monde connaît sa place et sait où les différentes classes sociales se trouvent, où elles se rencontrent toutes et apprennent toutes les unes des autres, parce qu’un parc est censé porter tous ces idéaux progressistes, alors il se peut très bien que des parcs comme cela n’existent plus » (Drake Reitan 2014). Elle explique que les activités ne sont pas les mêmes que celles au sein des lieux plus traditionnels : « Mais si vous êtes ouverts au parc Mac Arthur, et à l’idée que les individus utilisent le lieu comme un site pour vendre, pour lire, pour faire du sport, traîner ou boire… » (Drake Reitan 2014).

31Ainsi, nous assistons non pas à une disparition mais à un changement dans la manière dont les usagers investissent et utilisent l’espace public : « Ils ne sont pas en train de disparaître, ils sont en train de changer et nous ne savons pas forcément toujours reconnaître ces nouveaux espaces publics en train d’émerger ». Afin de proposer une véritable analyse des espaces publics contemporains, il faudrait donc repenser ces derniers pour ce qu’ils sont, et non pour ce qu’ils étaient ou pour ce que l’on aimerait qu’ils soient. Autrement dit, nous devons prendre en compte la composante socio-ethnique effective des lieux, c’est-à-dire, dans le cas de la Californie du sud, celle des générations récemment immigrées dont l’utilisation de l’espace diffère grandement de celle des autres Américains.

32Ne pas en tenir compte revient à ne donner aucun crédit aux habitudes existantes au sein de l’espace public contemporain. Par exemple, lors de notre seconde enquête de terrain, nous avons pu observer qu’il était commun dans les quartiers à forte concentration latino (quartier sud de Los Angeles par exemple) que des individus (essentiellement des femmes) se déplacent très tôt le matin (vers six ou sept heures) pour vendre des « panades », des petits pains pour le petit déjeuner, très populaires en Amérique Latine.

33Don Mitchell avait déjà montré que l’espace ne devient public qu’au terme de certaines luttes sociales. Nous ajouterons qu’un lieu peut également gagner en publicité en fonction de la diversité des activités entreprises en son sein. Ainsi, le parc Mac Arthur est devenu « plus public » qu’auparavant grâce aux activités des Latinos qui le fréquentent dorénavant. Prendre en compte toutes les déclinaisons de l’occupation et de la réappropriation de ces espaces semble crucial si nous voulons analyser la sphère publique dans sa globalité.

34De nombreux urbanistes cherchent depuis longtemps des moyens de rendre les espaces urbains inclusifs. Déjà, dans les années 1970, Whyte avait remarqué toutes les incohérences urbanistiques de son temps : « Il est difficile de concevoir un espace qui n’attire pas les gens. Cependant, il est remarquable de voir combien de fois cela a été fait » (PPS.org). À Los Angeles, de nombreux espaces publics restent encore trop ségrégés ; alors, multiplier certaines initiatives simples peut y remédier.

II/ Réinvestir les espaces publics : des outils locaux

35Les urbanistes et les philosophes de l’urbain ne sont pas les seuls à revendiquer un droit à la ville et à dénoncer la néolibéralisation de l’espace public. De quels outils disposent les citoyens pour apporter des solutions concrètes pour mettre en pratique le droit à l’espace public ?

1/ Initiatives anti-voitures

36Aux États-Unis et à Los Angeles en particulier, c’est notamment à l’insuffisance des transports publics, et à la dépendance aux voitures qui en découle, que l’on peut imputer la raréfaction de lieux communs, accessibles facilement et à tous. L’enjeu de la piétonisation va au-delà d’un simple souci esthétique car il s’agit d’essayer d’améliorer la qualité de vie des citadins. De nombreuses solutions simples existent pour dynamiser les espaces publics en centre-ville. L’amélioration de la cohésion sociale et la protection de l’environnement représentent deux des enjeux majeurs de la ville contemporaine.

37Outre la pollution sonore, visuelle et environnementale que la circulation quotidienne des véhicules à moteur en centre-ville génère, la saturation des réseaux routiers menace directement l’existence des espaces publics urbains. Multiplier les évènements piétons mais aussi l’usage des transports publics est un moyen simple mais efficace pour stimuler l’espace public. Or, aux États-Unis, il n’existe, à notre connaissance, pas un seul site de covoiturage sécurisé. Ainsi, inciter au covoiturage, développer des pistes cyclables, à ce jour quasi-inexistantes à Los Angeles, et des transports publics en extérieur, de type tramway ou tram-bus constitueraient des solutions pour améliorer la qualité des espaces urbains et à fortiori, la viabilité des villes à l’ère du réchauffement climatique.

38La réappropriation temporaire de l’espace urbain par les citadins constitue un autre moyen pour contrer ce processus. Plusieurs initiatives tentent de s’opposer à l’omniprésence de la voiture.

Parking Day

39Parking Day propose de réinvestir autrement des places de parking pour une durée limitée. Les utilisateurs payent pour une place de parking à l’horodateur, mais au lieu d’y garer leur voiture, ils s’y installent pour sociabiliser, pique-niquer et s’amuser. L’idée sous-jacente est bien sûr de lutter symboliquement contre l’omniprésence de la voiture mais aussi d’« activer » ces lieux potentiellement publics que peuvent être les places de parking. En effet, il s’agit d’un espace réservé à la location privée très transitoire pour une voiture en stationnement. Parking Day est un événement mondial qui a lieu chaque année le troisième vendredi du mois de septembre. Même si, à la base, il s’agit d’un projet non commercial qui vise à promouvoir l’activité urbaine de manière non-lucrative, l’idée a été récupérée à des fins commerciales, notamment par des cafés, qui étendent ainsi leurs terrasses – l’usage « social » de la place de parking devient alors payante. Pour ses organisateurs, il s’agit aussi d’un engagement civique qui participe à une forme de pensée critique et favorise les interactions sociales, la générosité et le divertissement (Parking Day, FAQ consulté le 13 mai 2017).

40Même si le droit à la ville n’est pas explicitement mentionné, on peut y lire une influence directe sur leur site internet : « Les villes ont été construites pour les individus et, bien que de larges éventails d’espaces urbains ont, ces dernières décennies, été dédiés presque exclusivement au rangement et au mouvement de véhicules privés, à des entreprises commerciales et d’autres établissements qui subviennent aux besoins d’un “public” dont la définition est relativement étroite, Parking Day tente d’attirer l’attention sur cette lente privatisation et commercialisation rampante de la sphère publique ». Parking Day dénonce la privatisation de l’espace urbain formes et propose une façon symbolique de se le réapproprier. Utiliser les places de parking constitue une manière originale d’alerter l’opinion sur la place excessive qu’occupe la voiture dans les villes contemporaines et dans la vie des citadins.

41Les participants à cette journée, initiée en 2011, sont des artistes, des militants mais aussi des personnes ordinaires de tous âges qui « démontrent ce qui compte pour eux, s’engagent auprès de leur communauté, encouragent les autres à s’amuser et s’amusent eux‑mêmes ».

Les parklets

42D’une manière similaire, les parklets représentent une manière originale de réinvestir les places de parking. Ce sont des extensions du trottoir sur des espaces normalement dédiés au stationnement des voitures.

43Il s’agit de sélectionner des places de parking peu utilisées et de les transformer en des lieux actifs et vivants afin de rendre la rue plus vivante. L’enjeu consiste à utiliser un peu d’« espace urbain » pour le transformer en « espace humain » (Bonsinetto 2014). Les espaces occupés sont relativement petits puisqu’il s’agit d’une à trois places de parking. Le but est d’encourager l’activité piétonne et d’impulser une nouvelle forme d’espace public. On y introduit de nouveaux éléments tels que des bancs ou des range‑vélos.

44Dans un entretien personnel, l’urbaniste Francesco Bonsinetto évoque ce paradoxe que sont les parklets : « Il s’agit d’une nouvelle façon de privatiser les trottoirs, mais cela ne relève pas d’une démarche négative car ils augmentent leur fonctionnalité ». Ils peuvent certes être perçus comme une façon d’étendre l’espace privé dans la rue, mais parviennent néanmoins à dynamiser l’espace urbain en y apportant davantage de présence humaine.

Figure 1. Parklet dans le centre de Los Angeles

Figure 1. Parklet dans le centre de Los Angeles

Il occupe environ deux places de parking et abrite désormais la terrasse d’un café qui l’a aménagé avec un mobilier urbain et des fleurs. Un panneau liste les différentes interdictions.

Photographie de l’auteure. Los Angeles. Août 2016.

45À Los Angeles, les organisations qui souhaitent créer un parklet doivent déposer une demande auprès de la mairie et le coût total, assez onéreux pour une petite entreprise, oscille entre quarante et quatre-vingt mille dollars (Parklets-faq). Malgré tout, en réinvestissant ce type de lieu de manière continue et durable avec de nouvelles activités, intrinsèquement liées au lieu dans lesquelles elles se déroulent, les parklets permettent de lutter contre la paupérisation spatiale et l’impact urbain du stationnement. Même si elles constituent de petites initiatives, très localisées, leur multiplication pourrait s’avérer intéressante pour développer la piétonisation du trottoir et ainsi, améliorer le caractère public de la rue. D’autres initiatives cherchent également à contrer l’omniprésence de la voiture.

CicLAvia

46Multiplier des évènements qui stimulent l’interaction sociale tend à resserrer les liens sociaux, à développer des notions d’appartenance à un groupe et le respect des lieux fréquentés en commun. C’est le cas de CicLAvia, un évènement qui s’est déroulé pour la première fois en octobre 2010 à Los Angeles. Cet évènement propose d’expérimenter l’environnement urbain de façon non motorisée quatre dimanches par an. Il consiste à fermer toutes les routes de la ville aux véhicules motorisés pour que les citoyens puissent se réapproprier les rues le temps d’une journée.

47CicLAvia est une organisation à but non lucratif, qui travaille en partenariat avec la municipalité et est financée à la fois par des fonds publics et des donations privées. Elle suit le principe des « rues ouvertes » (open streets initiative) qui consiste à ouvrir les rues et routes aux piétons ou aux personnes qui circulent à vélo, à trottinette, etc. en les ayant, au préalable, fermées à la circulation automobile. Inspiré d’un évènement similaire qui a débuté il y a quarante ans en Colombie, CicLAvia suit un itinéraire balisé au sein de la ville, qui a été planifié en coopération avec les pouvoirs publics. Sur le site internet de l’évènement, on peut lire que CicLAvia « catalyse des espaces publics vivants, les transports actifs et une bonne santé, grâce à des évènements de rues sans voitures. CicLAvia s’engage avec les citadins pour transformer de façon positive notre relation à la communauté tous ensemble » (CivLaVia, FAQ).

48Pendant une journée, le centre-ville est entièrement piétonnisé. Ce grand rassemblement populaire et convivial voit surgir une grande diversité de modes de déplacement : des cyclistes aux citadins en rollers. Pendant le trajet, les participants peuvent s’arrêter à des points d’information où ils peuvent se désaltérer mais également se restaurer grâce à des camions ambulants (food trucks). Il y a des tentes où les premiers secours peuvent être dispensés en cas de besoin.

49Cet évènement a réussi à avoir un impact sur les politiques locales et régionales de transports concernant l’espace piéton et les pistes cyclables. Les enjeux sont également d’ordre de santé publique parce qu’ils participent à la réduction de la pollution atmosphérique. En effet, le but de CicLAvia est aussi de diminuer les émissions de CO2 par les voitures. Une étude a permis d’analyser la qualité de l’air et a montré que CicLAvia avait réduit, ce jour-là, les particules fines de 20 % (CicLaVia, About).

50L’itinéraire change chaque année permettant aux participants d’explorer de nouveaux quartiers. Il n’y a ni départ, ni arrivée et les participants peuvent rejoindre l’évènement à l’endroit et au moment où ils le désirent. Le but de la transformation temporaire de la rue est de lui rendre sa fonction première : celle de pouvoir circuler librement et collectivement. Il s’agit de réinvestir la rue de façon ludique et citoyenne, tout en se la réappropriant symboliquement le temps d’une journée.

51Les statistiques montrent que cinq fois plus de personnes utilisent les parcs temporaires pendant l’évènement que tous les autres parcs de la ville. Ces derniers possèdent donc une fonction fédératrice palpable. Au-delà de stimuler l’interaction humaine, ce type d’évènement a également pour vocation de rappeler aux citoyens toute l’importance de disposer d’espaces publics : « Nous avons considérablement investi l’espace public de manière collective au cours du siècle dernier, pourtant nous n’en faisons pas grand-chose de plus. C’est notre ressource la plus précieuse. CicLAvia est un « appel à l’action pour le commémorer » (Elliot 2010).

52En proposant de réutiliser les espaces publics, CicLAvia permet de redonner aux citadins la possibilité de se déplacer en dehors de leur foyer ou de leur quartier et de réinvestir, du moins pour un moment, la sphère publique de façon physique et collective. Par leur seule présence, les citadins redynamisent les espaces publics urbains et font revivre des lieux désertés ou méconnus.

53Toutes ces initiatives anti-voiture semblent aussi efficaces qu’appropriées pour permettre aux citoyens de réinvestir l’espace public urbain. Elles permettent de développer l’interaction humaine et l’entraide, tout en respectant l’environnement. Elles possèdent également un fort pouvoir symbolique. Toutefois, bien que CivLAvia puisse participer à un certain éveil des consciences, ce type d’évènement n’en demeure pas moins très temporaire. Aussi, semble-t-il intéressant d’appréhender de nouvelles initiatives qui s’inscrivent dans la durée.

54Plusieurs solutions concrètes ont été testées pour optimiser l’utilisation de l’espace public urbain et rendre plus inclusifs une grande variété d’espaces publics. À Los Angeles, il existe un organisme dont la mission consiste à rénover les espaces publics urbains des quartiers défavorisés en travaillant conjointement avec les citadins locaux.

2/ Los Angeles Neighborhood Initiative (LANI)

55L’histoire de LANI remonte aux émeutes de Los Angeles de 1992, provoquées par l’acquittement des quatre policiers qui avaient sauvagement battu un jeune Noir, Rodney King, entraînant de violentes émeutes à travers la ville. Dès lors, les pouvoirs publics commencent à prendre conscience que les tensions raciales et la pauvreté sociale sont également liées à l’injustice spatiale.

56LANI naît de la volonté de renverser cette tendance, et part du principe suivant : pour revitaliser les quartiers les moins favorisés il faut d’abord améliorer l’infrastructure urbaine. La devise de LANI est de « reconstruire chaque quartier, un pâté de maison à la fois », et pour Rebecca Draper, la directrice des projets au moment de notre enquête, le principe d’origine n’a guère changé puisqu’il consistait, dès ses débuts, à « puiser dans la communauté pour voir comment ils [les habitants] percevaient le changement et de quelle manière ils voulaient qu’il se mette en place » (Draper 2016). Cet organisme à but non lucratif a donc pour but de faire revivre les espaces publics en collaboration avec les habitants des quartiers défavorisés, et d’aider à la construction d’un projet urbain subventionné par des fonds publics. Concrètement, les membres de LANI définissent un projet avec les membres d’une communauté et les aident à le mettre en place. Celui-ci prend des formes variées car LANI peut tout aussi bien s’occuper de renouveler les façades d’un bâtiment que planter des arbres, améliorer le transport urbain, les parcs, les passages piétons, les lampadaires ou encore les abris-bus. LANI sélectionne des communautés qui souffrent de stigmas sociaux et physiques et sont très dépendantes des transports publics (Arefi 2004).

57LANI se distingue du département municipal Recreation and Parks, qui s’occupe traditionnellement de ce type de rénovations, car l’enjeu ici consiste à restituer les clefs aux acteurs urbains principaux : les habitants. Tous les projets relèvent de l’espace public et impliquent directement les résidents et ce, avec peu ou pas de consultation institutionnelle. Rebecca Draper explique que l’organisation part du principe que ce sont « les membres de la communauté qui connaissent le mieux leur quartier ».

58LANI a développé une solution permettant l’implication des populations locales, afin de renouveler l’espace urbain des quartiers délabrés et d’initier des projets dans le but explicite de réduire « le fossé entre la communauté, les agences gouvernementales et les entreprises ». Les membres de LANI déclarent travailler « avec des membres de la communauté engagés pour revitaliser les quartiers grâce à l’amélioration des couloirs de transports publics, et chercher également à rendre la ville plus verte et à développer des projets dans les quartiers commerciaux ».

59La particularité de leur travail réside dans le fait qu’ils s’immergent complètement dans les communautés locales avec lesquelles ils travaillent, pendant plusieurs mois. Chaque projet met environ un an et demi à aboutir et le but de l’organisation est de venir en aide à un quartier n’ayant ni les ressources financières, ni les compétences pour se lancer dans une rénovation urbaine complexe. Plus que d’apporter des conseils, LANI fait le lien entre les individus porteurs du projet et la mairie, tout en fournissant les outils nécessaires aux résidents pour qu’ils parviennent à se débrouiller seuls dans la pérennisation de ce projet. En se déplaçant au quotidien sur le terrain, en dialoguant avec les habitants et en déléguant certaines responsabilités, LANI s’assure de la mise en place du projet, de son bon déroulement mais aussi de la collecte de fonds et de leur bonne utilisation. Ils déclarent ainsi qu’ils « s’efforcent à restaurer un sens de l’identité dans les quartiers les plus en difficulté, par des améliorations qui mettent en valeur l’environnement public, encouragent le développement économique et développent la fierté locale ». LANI considère que chaque projet dure en moyenne un an de plus que s’il avait été conduit par les pouvoirs publics mais que les résultats sont « bien meilleurs et plus durables ». Il s’agit donc d’un travail de longue haleine, fait de construction de consensus, de patience et d’une forte implication de tous les protagonistes.

Un projet d’espace public à vocation sociale

60LANI a une vocation sociale qui vise à investir un maximum d’acteurs urbains en prenant en compte des populations généralement exclues de tout processus décisionnel. Le but est de « donner du pouvoir aux résidents afin qu’ils ré-imaginent de meilleurs quartiers et de leur donner les outils nécessaires pour réaliser ce changement » (« A message from the Executive Director », LANI). Draper explique qu’ils « aident les habitants à choisir les designers, à développer la conception, à identifier les priorités. Ils [les habitants] sont impliqués dans toutes les différentes étapes du projet ».

61Avant d’être économique, la perspective de LANI est culturelle et surtout sociale. L’organisation apporte de précieux conseils logistiques mais permet surtout, à travers la confiance accordée aux résidents, de développer les relations humaines pour jouer un rôle de pivot dans la culture urbaine. Les études montrent qu’en restaurant l’identité sociale et un sens de confiance, LANI permet de développer la cohésion sociale d’un quartier (Arefi 2004). Selon Rebecca Draper, l’important est faire preuve de discernement : « Une partie de notre philosophie, c’est qu’on construit un projet qu’ils [les habitants] veulent, et cela ne consiste pas seulement à ce que ce soit joli ; l’idée est de leur donner les compétences qu’ils n’avaient pas avant, mais qu’ils pourront utiliser pour développer le projet. En un mot, il s’agit de développer leurs capacités » (Draper 2016). Pour ce faire, la fonction essentielle revient aux managers de projets qui se rendent sur le terrain pour coordonner le projet et s’assurer de sa faisabilité. Ce ne sont pas de simples administrateurs car ils doivent comprendre les normes et les codes culturels du quartier dans lequel ils vont travailler.

62Ainsi, LANI ne se contente pas de coordonner un projet ou de simplement participer à une rénovation urbaine, mais vise à déconstruire l’injustice spatiale par la justice sociale. En réactivant l’espace public ou l’infrastructure publique et culturelle, LANI fait de l’espace public le catalyseur d’un travail à visée sociale. À travers l’élaboration d’un projet, l’organisation fournit de véritables stratégies pour lutter contre le délabrement des quartiers et, a fortiori, contre les inégalités spatiales. LANI transmet les codes sociaux nécessaires mais aussi le savoir, le savoir-faire et des codes culturels nouveaux. Ainsi, la redéfinition de l’espace public n’est qu’une première étape pour amorcer une modification de l’espace social.

Koreatown Pavillon Garden

63Le Koreatown Pavillion Garden est l’exemple d’un projet réussi. Lors d’un entretien, Rebecca Draper précise que Los Angeles abrite la plus grande communauté coréenne hors de Corée. Le pavillon représente donc une véritable « passerelle culturelle ». Les membres de LANI expliquent que cela faisait des années que la communauté coréenne demandait ce pavillon à la ville. Los Angeles en était totalement dépourvue, et même si elle avait bien lancé une compétition artistique pour en dessiner un, c’était sans consulter la communauté coréenne (!). Ce type de pavillon représente, selon LANI, « un symbole de la plus haute importance » de la culture coréenne. Effectivement, le nom donné de Do Wall Jung signifie « lieu de rassemblement » en coréen.

64LANI s’est donc attelé à la coordination du projet que Rebecca Draper a entièrement suivi et géré. Elle explique qu’il a nécessité une grande variété de compétences logistiques et culturelles : « Concrètement, notre travail va de l’importation des matériaux traditionnels aux choix des artistes. On doit par exemple s’occuper des visas des travailleurs ».

65Ces quartiers ne sont certes pas exempts de vandalisme ou de petite délinquance, mais la forte implication de la communauté garantit la protection et le maintien du projet, permettant ainsi de lutter activement contre les actes délictueux.

Replacer l’espace public au cœur de l’espace social

66LANI considère l’espace public comme l’élément clef dans la cohésion de la société et la bonne coexistence multiculturelle. Il permet le rassemblement de différentes cultures, si nombreuses à Los Angeles. Rebecca Draper évoque la manière dont le travail de LANI dans le quartier de Koreatown a réussi à stimuler l’interaction sociale : « Les espaces publics ont amélioré l’environnement et sont utilisés par la communauté. Les personnes âgées vont sous le pavillon et jouent aux échecs, c’est un lieu extérieur où elles peuvent se reposer et il sert aussi de lieu de rassemblement ». Le pavillon possède un impact social palpable car il attire des citoyens, des visiteurs et des usagers de l’espace public, et ouvre la culture coréenne au reste de la société angeline.

67LANI illustre le potentiel de coopération entre les différents acteurs urbains et ses utilisateurs. En ce sens, LANI suit les principes de ville inclusive et de justice spatiale évoqués en première partie de cet article. LANI place la notion de communauté au cœur du projet et utilise ces concepts si chers aux penseurs de l’urbain. Enfin, LANI contribue à développer le principe du droit à la ville de Lefebvre qui place l’égalité de l’accès à l’urbain pour les classes marginalisées de la société au cœur de son approche. Grâce à toutes ses actions, LANI modifie l’espace public pour que celui-ci ne soit plus considéré comme un privilège mais comme un droit universel. La création de projets avec LANI pourrait donner des pistes aux urbanistes qui cherchent à renforcer la vitalité économique mais aussi à rétablir une certaine fierté civique (Arefi 2004). Le travail du groupe réunit les principes d’inclusion socio-spatiale et contribue à replacer la reconquête des espaces publics au cœur d’une politique à visée émancipatrice.

Conclusion

68Contester l’ordre urbain établi n’est pas uniquement le fruit d’activistes idéalistes. De nombreux penseurs ont, depuis longtemps déjà, établi le lien entre l’environnement spatial et le potentiel démocratique et social qu’il recèle. Henri Lefebvre a notamment démontré l’importance et la nécessité sociale de spatialiser la démocratie. L’enjeu actuel réside dans la manière d’imaginer une meilleure accessibilité des espaces publics urbains. Pour ce faire, l’idée d’un droit à l’espace public peut s’avérer utile. En effet, la conception de l’espace et des espaces publics n’a cessé d’évoluer, tout comme les idéologies qui les sous-tendent. Beaucoup d’espaces urbains sont réinvestis de manière non traditionnelle, que ce soit par des minorités raciales ou par d’autres minorités. Nancy Fraser a expliqué l’importance de prendre en compte toutes les diversités d’utilisations et pas seulement celles des classes sociales dominantes.

69Nous avons montré le développement actuel de nouvelles formes d’investissement des espaces publics qu’il convient de prendre davantage en considération. À Los Angeles, ce sont en particulier des minorités issues de l’immigration récente qui les investissent, mais des initiatives anti-voiture comme les parklets constituent une amorce de piétonisation et donc de redynamisation des espaces publics urbains. Ce type d’initiatives s’attaque directement au problème majeur typique de l’environnement urbain américain : l’omniprésence de la voiture.

70Enfin, nous nous sommes intéressés à des groupes tels que LANI, qui utilisent la rénovation de l’espace public pour s’approcher au plus près des communautés les plus démunies, travailler avec elles et tenter d’impulser une nouvelle dynamique sociale positive. Ils utilisent l’espace public comme un support pour instaurer plus de cohésion sociale.

71Toutes ces initiatives sont le signe que des pratiques pertinentes pour contrer l’urbanisme néolibéral existent. Le rôle de l’espace public n’est plus toujours, ni partout, celui de simple décor ou de stratégie marketing. Il n’est pas nécessairement sécurisé à outrance, gentrifié et élitiste mais peut retrouver, temporairement du moins, sa fonction originelle : celui d’un espace de relations, de circulation et d’échanges au cœur de la vie de tous les citadins et pas uniquement des plus privilégiés. La ville apparaît donc plus que jamais comme une composante essentielle des défis de demain et doit être pensée comme un enjeu politique et social à part entière. Pour un nombre croissant de militants, de bénévoles, d’intellectuels et de simples citoyens, l’accès au territoire, à la terre et aux espaces urbains doit être considéré comme un droit fondamental indispensable à la liberté et à l’équité entre les individus, plutôt qu’un privilège issu d’un héritage de classe.

Haut de page

Bibliographie

AREFI, Mayhar. « Neigborhood Jump-Starting: Los Angeles Neighborhood Initiative », Cityscape. Office of University Parterships Special Edition: A Survey of Current Academic Research on Housing and Community Development Issues, 2004, vol. 7, no 1, p. 5‑22. http://www.jstor.org/stable/20868557

BONSINETTO, Fransesco, Entretien personnel, San Diego, juin 2014.

BRENNER Neil et Nik THEODORE. « Cities and The Geographies of ‘Actually Existing Neoliberalism’« . Antipode. 2002, vol. 34, no 3, p. 349‑379.

BRENNER, Neil et Nik THEODORE. Spaces of Neoliberalism : Urban Restructuring in North America and Western Europe. Malden : Wiley-Blackwell, 2003.

BUSQUET, Gregory. « L’espace politique chez Henri Lefebvre : l’idéologie et l’utopie ». Justice spatiale, Spatial justice. déc. 2012-déc. 2013, n° 5, http://www.jssj.org/

CIVLAVIA http://www.ciclavia.org [consulté le 13 octobre 2021]

CLARKE, Jess. « Growing Renter Resistance Movement Takes on High Rents, Evictions and HUD Cuts » The Right to the City Alliance, 8 septembre 2017. [consulté le 13 octobre 2021]. https://righttothecity.org/news/for-immediate-release-growing-renter-resistance-movement-takes-on-high-rents-evictions-and-hud-cuts/

CRAWFORD, Margaret. « Contesting The Public Realm: Struggles over Public Space in Los Angeles », Journal of Architectural Education. 1995, vol. 49, no 1, p. 4‑9. https://doi.org/10.1080/10464883.1995.10734658

CULHANE, Dennis P. « Tackling Homelessness in Los Angeles’ Skid Row: the Role of Policing Strategies and the Spatial Deconcentration of Homelessness ». Criminology & Public Policy. 2010, vol. 9, n° 4, p. 851-857, DOI : 10.1111/j.1745-9133.2010.00675.x.

DASSÉ, Marine. « The Neoliberalization of Public Spaces and the Infringement of Civil Liberties », Angles. 01 April 2019, 8. URL : http://journals.openedition.org/angles/595 ; DOI : https://doi.org/10.4000/angles.595

DAVIS, Mike. « Beyond Blade Runner : Urban Control (1), The ecology of fear », Mediamatic Magazine. 1 Jan. 1995, vol. 8, n° 2/3. [consulté le 13 octobre 2021]. http://www.mediamatic.net/en/page/8923/beyond-blade-runner-urban-control-1

DAVIS, Mike. City of Quartz, Excavating the Future of Los Angeles. Londres : Verso, 1990.

DAVIS, Mike. Ecology of Fear: Los Angeles and the Imagination of Disaster. New York : Metropolitan Books, 1998.

DEVERTEUIL, Geoffrey. « Evidence of Gentrification-Induced Displacement among Social Services in London and Los Angeles ». Urban studies. 2011, vol. 48, n° 8, p. 1563‑1580. DOI : 10.1177/0042098010379277

DRAKE REITAN, Meredith, Entretien personnel, Université de USC, Los Angeles, juin 2014.

DRAPER Rebecca, Entretien personnel, bureaux de LANI, Los Angeles, août 2016.

ELLIOT, Mark. « Rediscovering Our City and Ourselves: why CicLAvia matters ». StreetsblogLA, 2010. [consulté le 14 octobre 2021] http://la.streetsblog.org/2010/10/13/rediscovering-our-city-and-ourselves-why-ciclavia-matters

FERNANDES, Edesio. « Updating the Declaration of the Rights to Citizens in Latin America: Constructing the Right to the City in Brazil », dans International Public Debates: Urban Policies and the Right to the City, Paris: ed. Unesco, 2006, p. 40‑53.

FRASER, Nancy. « Rethinking the Public Sphere: a Contribution to the Critique of Actually Existing Democracy ». Social Text. 1990, vol. 25, n° 26, p. 56–80. http://www.jstor.org/stable/466240.

GERVAIS, Laurence et Andrew DIAMOND. « Revendiquer le droit à la ville dans la métropole américaine : Introduction ». Revue Française d’Etudes Américaines. 2016, vol. 148, n° 3, p. 3‑7. https://doi.org/10.3917/rfea.148.0003

HABERMAS, Jürgen. L’espace public  : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise. Paris : Payot, 1988 [1962]. 

HACKWORTH, Jason. The Neoliberal City : Governance, Ideology and Development in American Urbanism. New York : Cornell University Press, 2006.

HARVEY, David. Le capitalisme contre le droit à la ville : néolibéralisme, urbanisation, résistances. Paris : Editions Amsterdam, 2011.

HARVEY, David. Social Justice and the City, Baltimore : The Johns Hopkins University Press, 1973.

HARVEY, David. The Urban Experience, Baltimore: The Johns Hopkins University Press, 1989.

HARVEY, David. Villes rebelles : du droit à la ville à la révolution urbaine. Paris : Buchet Chastel, 2015.

HERBERT, Steve et Elizabeth BROWN, « Conceptions of Space and Crime in the Punitive Neoliberal City », Antipode. 1 septembre 2006, vol. 38, no 4, p. 755‑777.

JESSOP, Bob. « Liberalism, Neo-Liberalism and Urban Governance : a State Theoretical Perspective ». Antipode. 2002, vol. 34, no 3, p. 452‑472. https://doi.org/10.1111/1467-8330.00250

LE GOIX Renaud, Céline LOUDIER-MALGOUYRES. « La production privée des espaces publics. Centres-villes fragmentés et quartiers réservés aux États-Unis ». Les Annales de la recherche urbaine. 2005, n° 99, Intercommunalité et intérêt général. p. 29‑39. DOI : https://doi.org/10.3406/aru.2005.2623

LEAVITT, Jackie, ROSHNAN, Samara et Marnie BRADY. « Right to The City: Social Movement and Theory ». In CHESTER Hartman (ed), America’s Growing Inequality: The Impact of Poverty and Race. Plymouth : Lexington Books, 2014.

LEFEBVRE, Henri. La production de l’espace. Paris : Anthropos, 1986.

LEFEBVRE, Henri. Le droit à la Ville. Paris : Economica, 2009 [1968].

LOS ANGELES NEIGHBORHOOD INITIATIVE’S NEIGHBORHOOD NEWS, « A message from the Executive Director », Spring 2015.

LOUKAITOU-SIDERIS, Anastasia. “Privatisation of Public Open Space: the Los Angeles Experience”. The Town Planning Review. 1993, vol. 64, no 2, p. 139‑167. DOI : https://doi.org/10.3828/tpr.64.2.6h26535771454436

MARQUARDT Nadine et Henning FÜLLER. « Spillover of the Private City: BIDs as a Pivot of Social Control in Downtown Los Angeles ». European Urban and Regional Studies. 1 avril 2012, vol. 9, no 2, p. 153‑166. https://doi.org/10.1177/0969776411420019

MAYER, Margit. « “The Right to the City” in Urban Social Movements ». In BRENNER, Neil et Peter MARCUSE (éds), Cities for People, Not for Profit: Critical Urban Theory and the Right to the City. New York : Routledge, 2012.

MITCHELL, Don. The Right to the City: Social Justice and the Fight for Public Space. New York: Guilford Press, 2003.

ORTIZ, Enrique. « The Construction Process towards the Right to the City in Latin America ». In SUGRANYES Ana et Charlotte MATHIVET, Proposals and Experiences towards the Right to the City, Habitat International Coalition (HIC), Santiago, Chile, 2011.

PARKING DAY. [consulté le 13 mai 2017] http://parkingday.org

PARKLET. https://ladotlivablestreets.org/content-detail/parklets-faq [consulté le 13 octobre 2021],

PECK, Jamie et Adam TICKELL. « Neoliberalizing Space ». Antipode. 2002, vol. 34, no 3, p. 380‑404.

PECK, Jamie. « Geography and Public Policy: Constructions of Neoliberalism ». Progress in Human History. 2004, vol. 28, no 3, p. 392‑405. https://doi.org/10.1191/0309132504ph492pr

PETERSON, Marina. « Patrolling the Plaza: Privatized Public Space and the Neoliberal State in Downtown Los Angeles ». Urban Anthropology and Studies of Cultural Systems and World Economic Development. 2006, vol. 35, no 4, p. 355‑386. http://www.jstor.org/stable/40553528.

PINSON, Gilles. La ville néolibérale. Paris : PUF, 2020.

PROJECT FOR PUBLIC SPACES [consulté le 13 octobre 2021]. https://www.pps.org/reference/wwhyte

PURCELL, Mark. « Le Droit à la ville et les mouvements urbains contemporains ». Rue Descartes. 2009, vol. 63, no 1, p. 40‑50. DOI : https://doi.org/10.3917/rdes.063.0040. URL : https://www.cairn.info/revue-rue-descartes-2009-1-page-40.htm

SIMS, J. Revel. “More than Gentrification: Geographies of Capitalist Displacement in Los Angeles 1994-1999”. Urban Geography. 2016, vol. 37, n° 1, p. 26‑56. https://doi.org/10.1080/02723638.2015.1046698

SOJA, Edward. Postmodern Geographies: the Reassertion of Space in Critical Social Theory. Londres : Verso, 1989.

STUART, Forrest. Down. Out and Under Arrest: Policing and Everyday Life in Skid Row. Chicago : The University of Chicago Press, 2016.

THE EDITORS, « Los Angeles: the Anti-City », The Atlantic, 19 mai 2010. https://www.theatlantic.com/projects/the-future-of-the-city/archive/2010/05/los-angeles-the-anti-city/56906

THE RIGHT TO THE CITY ALLIANCE, « Mission & History ». [consulté le 13 octobre 2021] http://righttothecity.org/about/mission-history/

THE RIGHT TO THE CITY ALLIANCE, « Movement takes on high Rents, Evictions and HUD cuts ». [consulté le 13 octobre 2021] http://righttothecity.org/

VITALE, Alex S. « The Safer Cities Initiative and the Removal of the Homeless: Reducing Crime or Promoting Gentrification on Los Angeles’ Skid Row? ». Criminology & public policy. 2010, vol. 9, n° 4, p. 867‑873. https://doi.org/10.1111/j.1745-9133.2010.00677.x

WHYTE, William H. The Social Life of Small Urban Spaces, New York : PPS, 2001, [1980].

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Lefebvre, 1986 et 2009 [1968].

2 Tout au long de cet article, le terme « publicité » sera compris au sens de « caractère public ».

3 Voir par exemple la préface de Harvey 2015.

4 Voir la littérature sur toutes les formes de community gardening (par ex : Nathan McClintock) ou sur le graffiti, par exemple.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Parklet dans le centre de Los Angeles
Légende Il occupe environ deux places de parking et abrite désormais la terrasse d’un café qui l’a aménagé avec un mobilier urbain et des fleurs. Un panneau liste les différentes interdictions.
Crédits Photographie de l’auteure. Los Angeles. Août 2016.
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/6692/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marine Dassé, « Le « droit à l’espace public » et la durabilité sociale à Los Angeles », L’Ordinaire des Amériques [En ligne], 227 | 2021, mis en ligne le 08 novembre 2021, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/orda/6692 ; DOI : https://doi.org/10.4000/orda.6692

Haut de page

Auteur

Marine Dassé

Université de Perpignan Via Domitia, Marine.dasse@univ-perp.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search