Navigation – Plan du site

AccueilORDA228Violences, performance queer/cuir...La bella tarea : queeriser l’enfa...

Violences, performance queer/cuir et empowerment

La bella tarea : queeriser l’enfantement

La bella tarea: queerizar el alumbramiento
The Beautiful Labour: queering childbirth
La bella tarea: quuerizar o parto
Michèle Soriano

Résumés

La série documentaire sur l’enfantement La bella tarea (2013) d’Albertina Carri que je propose d’analyser ici constitue une intervention dans le contexte argentin alors que la loi de protection intégrale contre la violence faite aux femmes de 2009 (Nº 26.485/2009) offre un cadre légal de prise en compte des violences obstétricales qui reste peu appliqué. Elle questionne le contrôle du corps des femmes et de leur sexualité, la pathologisation de l’enfantement, la naturalisation de la violence due aux héritages historique, religieux et scientifique qui formatent les pratiques, ainsi que la régulation médicale, technologique et économique des accouchements. Dénonçant l’exclusion dont sont frappés les discours des femmes, la série documentaire s’attache au contraire à leur mise en valeur.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On consultera le « Rapport d’information sur la reconnaissance du terme de “féminicide” » à l’Assem (...)

1Alors que la réflexion sur les droits reproductifs a longtemps été emblématique des luttes féministes – réduite quelques fois, à tort, au droit à l’interruption volontaire de grossesse –, les questions liées aux violences obstétricales émergent ces dernières années et suscitent souvent des polémiques, comme le signalent, par exemple, les responsables du dossier thématique que leur consacre la revue Périnatalité : « Violences obstétricales : le fait de choisir ce titre a suscité au sein de notre comité de rédaction d’intenses débats qui nous ont tenues longtemps en haleine. Nous envisagions de renoncer à utiliser cette expression, car le mot violence souligne l’intentionnalité de nuire, et nous savons que ce choix a rendu le débat inaudible pour nombre des professionnels de santé à qui nous nous adressons. Nous devions parler de ce sujet avec les usagères que nous prétendons protéger, mais comment le faire sans utiliser le même vocable qu’elles ? » (Yamgnane, Donner, Kirkpatrick). La reconnaissance des termes « féminicide » et « violence obstétricale » par le droit français fait débat1 car les résistances à la compréhension de ces violences dans leur caractère systémique sont importantes et encore aggravées quand il s’agit d’en saisir les dimensions intersectionnelles (Sauvegrain). Au Venezuela et en Argentine, comme le souligne Elsa Johnston dans son entretien avec Anne Evrard, les violences obstétricales sont incluses dans les lois qui visent à punir et éradiquer les violences faites aux femmes (Johnston, Evrard).

2La série documentaire La bella tarea (2013) d’Albertina Carri que je propose d’analyser ici constitue une intervention dans le contexte argentin alors que la loi de protection intégrale contre la violence faite aux femmes de 2009 (Nº 26.485/2009) offre un cadre légal de compréhension qui reste peu appliqué. Elle questionne le contrôle du corps des femmes et de leur sexualité, la pathologisation de l’enfantement, la naturalisation de la violence due aux héritages historique, religieux, et scientifique qui formatent les pratiques, ainsi que la régulation médicale, technologique et économique de l’accouchement. Dénonçant l’exclusion dont sont frappés les discours des femmes, la série documentaire s’attache au contraire à leur mise en valeur.

3L’hypothèse que je voudrais esquisser ici est que la série documentaire d’Albertina Carri et Marta Dillon, constitue ce que j’ai proposé de nommer une « contre-archive » des pratiques d’enfantement. Elle s’emploie à la fois à rendre visibles les violences obstétricales et à valoriser les pratiques alternatives, exposant les conflits. La notion de contre-archive tente de rendre compte de dispositifs artistiques ou littéraires qui mettent en lumière les conflits discursifs et les pratiques contre-hégémoniques. Je présenterai la série et son contexte afin de mettre en évidence les enjeux de cette intervention dans les débats nationaux et internationaux à propos des violences obstétricales. Par ailleurs, l’analyse de certains aspects de La bella tarea permettra de signaler les déplacements opérés par le positionnement queer de Carri et Dillon, en particulier la perspective intersectionnelle adoptée ainsi que la sexualisation de l’enfantement, non plus dans la dimension punitive héritée des discours religieux hétéronormatifs mais plutôt dans le continuum des positions féministes queer pro-sexe revendiquées.

  • 2 Presque toutes les images proposées dans cet article sont des captures d’écran de la série document (...)

4À l’écran, Albertina Carri enceinte et sur le point d’enfanter2 (Fig. 1).

Figure 1

Figure 1

Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690

5Les contre-archives sont proches du 3e modèle d’archive que décrit Bourcier :

Le 3ème modèle est celui de l’archive vive, vivante, productive. Il génère une promesse archivale très différente et des archivé.e.s nettement moins passifs. Avec ce modèle, quand on parle archive, on parle futur parce que la promesse est d’intervenir sur la découpe de l’archive là maintenant, en fonction de nos besoins et de notre passé. […]. Et poser de nouvelles questions : comment archiver les sexualités, l’affect… (sp)

6Comment archiver les affects de l’enfantement ? comment queeriser l’enfantement à partir des contre-archives minoritaires comme celle que La bella tarea dispose ? Je vais interroger le fonctionnement des dispositifs performatifs mis en œuvre dans cette série documentaire et les nouvelles découpes de l’archive qu’ils produisent.

I/ Brève présentation de la série documentaire La bella tarea (2013)

7La bella tarea (2013) est une série de quatre documentaires : « El grito », « El sostén », « Los pies en la tierra », « El ritmo », co-écrite par Albertina Carri et sa compagne, Marta Dillon, au moment où elles devenaient mères elles-mêmes (Yuszczuk ; Peuscovich).

8Leur projet est à la fois esthétique et politique : il s’agit de proposer une série de formes plastiques, sonores et verbales de l’expérience de l’enfantement, définie comme « bella tarea » (« bel ouvrage »), afin de résister aux représentations et aux discours qui occupent nos imaginaires et nos écrans, de promouvoir des représentations et des discours alternatifs.

9La série documentaire s’emploie à réunir des formes réelles d’enfantement dans leur grande diversité pratique, technique, culturelle, intime, contrastant et mêlant les témoignages réflexifs de différent·es praticien·nes et les performances visuelles et sonores offertes par quelques parturientes. Elle se présente sans autre parti pris politique que celui de revendiquer le droit des femmes qui accouchent à choisir elles-mêmes le cadre, la position, le moment, les pratiques, ainsi que les personnes et les praticien·es qui les accompagneront. Les discours et les images alternent et se juxtaposent dans un montage qui n’inclut aucune voice over explicative susceptible de stabiliser une norme quelconque. Le pari formel consiste à repousser les limites du visible et à mettre en œuvre une esthétique qui explore les moyens de montrer des images exclues des codes de représentation.

10À la fois extrêmement réflexive et affective, cette esthétique, traversée par l’étrange émotion que provoquent ces femmes qui enfantent et ces enfants qui naissent « en direct », se joue des ressorts émotionnels convenus. Une force intense émane des femmes qui s’exposent, dépouillées du glamour associé aux codes cinématographiques. Ces femmes, dont la réalisatrice elle-même et sa compagne, acceptent de s’exhiber au seuil du représentable. L’obscène et le on/scène (expression adoptée par Linda Williams dans ses recherches sur la pornographie et les représentations explicites des rapports sexuels au cinéma) ébranlent les cadres au moyen des jeux de cadrage, du champ et du hors champ, des mouvements de caméra intempestifs, d’un montage et d’un point de vue qui déjouent les normes qui construisent la visibilité, l’intelligibilité, la recevabilité audio-visuelle (Fig. 2).

Figure 2

Figure 2

Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690

11Les femmes qui ont participé au projet déplacent et défient, dans cette mise en jeu de leur personne, de leur corps, de leur sexe, de leurs seins, de leur ventre, les limites de l’esthétique, de la pudeur, et celles qui structurent les discours sur l’enfantement : douleur, danger, souffrance passive des femmes et expertise extérieure encore presque exclusivement incarnée de nos jours par l’autorité médicale. Elles posent l’enfantement sur d’autres registres que je voudrais essayer de décrire en tant qu’art queer tel que le définissent, par exemple, Kantuta Quirós et Aliocha Imhoff :

Dans ces contre-pratiques artistiques qui tendent à décoloniser les imaginaires se fabrique une autre forme de production des images, et notamment dans ce que l’on pourrait appeler le cinéma documentaire queer. Il s’agit d’un autre cadre éthique de représentation, dans lequel on ne produit plus pour ni avec, comme dans le grand cinéma politique des années 1970 (qui visait à donner – et à faire prendre – la parole), mais depuis ces expériences minoritaires (165).

II/ Contexte juridique, médiatique et politique

Aquel 17 de noviembre de 2008, las contracciones empezaron a las seis de la mañana y Furio salió al mundo a las once de la noche. Fue un parto largo, natural y hecho en casa, en el mismo living de Saavedra donde estamos ahora, y cualquiera que haya sido testigo de la odisea de un nacimiento debería respetar el umbral de dolor de Carri, que se bancó el trámite sin anestesia peridural. Y, por si fuera poco, dispuso dos cámaras para filmarlo todo. El resultado: tomas oscuras y confusas, gritos de aliento, emoción y dolor. Como debe ser: "Un relato no lineal", en palabras de Albertina (Plotkin, sp).

Figure 3

Figure 3

Source : Rolling Stone, 13/08/2010.

12Sur cette photo issue du magazine Rolling Stone (Fig. 3) se mettent en scène dans un portrait de famille parodique (Plotkin ; Mullaly), les deux co-réalisatrices de La Bella Tarea, lesbiennes, filles de disparu·es : l’une, Carri, cinéaste dérangeante reconnue, l’autre, Dillon, écrivaine et militante, rédactrice des suppléments Las 12 (féministe) et Soy (LGBT) du journal indépendant argentin Página 12. Les accompagnent Alejandro Ros (à gauche), le père de Furio, leur fils, dans les bras de Dillon – Ros est dessinateur, il publie dans la presse argentine et compose en particulier les couvertures de disques de rock argentin – ainsi que la fille de Dillon et sa propre fille (assises au bas de la photo). Fière, joyeuse et hétérodoxe la performance photographique réinvente la notion de famille. Le cadre esthético-politique qu’elle compose constitue une sorte de synthèse des deux premières décennies du xxie siècle en Argentine, des luttes menées dans le cadre des Droits humains, des droits sexuels et reproductifs, des droits à l’identité, et des victoires législatives obtenues, même si dans leur application, ces lois controversées rencontrent de nombreuses résistances.

1/ La « Ley de parto humanizado »

  • 3 Ley nacional No 25.929 - Parto humanizado, Sanción : 25 de agosto de 2004 ; Promulgación: 17 de s (...)
  • 4 La série documentaire est datée de 2011 dans la page web de la réalisatrice (que l’on ne peut plus (...)
  • 5 Une série d’articles dans la presse relaie ces débats, en particulier dans le journal Página 12 (on (...)

13La loi destinée à prévenir les violences obstétricales (Jardim, Barbosa) a été votée en Argentine en 20043 mais a attendu neuf ans la réglementation officielle permettant sa réelle mise en application (2015). Cette loi est explicitement citée à la fin des documentaires d’Albertina Carri réalisés en 20114. Les débats portés par les associations féministes et les organisations de défense des Droits Humains sont vifs en Argentine5 où les statistiques signalent un taux élevé de violence obstétricale. Par exemple, certains documents font état de 67 % de césariennes dans le secteur privé, et de plus de 30 % dans le public, alors que selon l’OMS une moyenne de 15 % seulement correspond à une nécessité avérée (Asociación Obstétrica Argentina). Cette réflexion sur la violence obstétricale est apparue en Argentine dès les années 60 (Felitti) et a été incluse et relayée ensuite dans les luttes féministes contre la violence de genre et la violence faite aux femmes. La loi de 2009 a intégré la violence obstétricale dans les cas de violence de genre (Bellón Sánchez). Dillon et Carri interviennent par conséquent dans ces débats à partir de leur série documentaire, rendant compte des contradictions entre le cadre légal et sa mise en application, et prenant en charge par ailleurs – en partie seulement, bien entendu – une information qui est jugée largement insuffisante.

14Diffusée dans les Contenidos Digitales Abiertos, la série représente donc la réflexion militante que mena ce couple qui fut emblématique des familles LGBT en Argentine.

2/ Les CDA « Contenus Numériques en Libre Accès »

  • 6 « El Banco audiovisual de contenidos universales argentino (BACUA) es una red digitalizada de conte (...)

15Il s’agit d’une plateforme de vidéos gratuites à la demande qui caractérise la politique de promotion et de diffusion de la production audio-visuelle nationale. Il importait à la fois de promouvoir les productions locales de qualité, peu concurrentielles face à l’industrie internationale ou à celle de la capitale Buenos Aires, ainsi que l’accès à ces productions dans toute l’extension du territoire argentin. Les contenus audio-visuels sont pour la plupart financés ou cofinancés sur concours par le ministère de Planification Fédérale Investissement Public et Services. Cette plateforme est associée à la BACUA6 la Banque Audio-visuelle de Contenus Universels Argentine, un réseau de contenus numérisés conçu pour démocratiser l’accès aux productions et également constituer une Archive ouverte de la mémoire audio-visuelle argentine.

  • 7 Ley 26.522 de Servicios de Comunicación Audiovisual (LSCA) disponible sur : http://servicios.infole (...)
  • 8 Dans le cadre de la préparation du sommet mondial de la société de l’information, une controverse s (...)

16Ces importants projets médiatiques sont issus de la « Loi des Médias » de 20097, votée dans le cadre d’une réflexion internationale qui conçoit l’information comme un droit8, et destinée à démocratiser le paysage audio-visuel argentin, qui était devenu le monopole quasi exclusif d’un important groupe de presse – Clarín – issu d’une législation mise en place par la dictature militaire. Les résistances que dut affronter cette loi, longtemps reportée à cause de la bataille juridique menée par le groupe Clarín, comme son immédiate modification par décret, lors des premières semaines du gouvernement Macri, révèlent l’importance des enjeux politiques et économiques qu’elle représentait.

17En 2016, la plateforme CDA a été fermée et ses contenus ont été mis en suspens, certains techniciens les ont chargés sur Youtube, certain·es réalisateur·rices – comme Albertina Carri – les ont transférés en partie sur d’autres plateformes, telles que Vimeo, afin d’éviter leur disparition : « Ya no están disponibles en cda.gob.ar y no hay precisiones sobre cuándo volverán a estar en línea. La plataforma tenía 2100 horas de contenido audiovisual abierto producido por el Estado (Redacción) ». Ce sont également les politiques d’investissement dans ces productions audio-visuelles nationales qui ont été suspendues ou considérablement modifiées lors de la mise en place du gouvernement Macri. La série documentaire n’est maintenant accessible qu’à partir de la page Vimeo de Carri9.

3/ « Torta la productora »

18Dans le contexte des appels à projets de la TDA et répondant aux concours nationaux des CDA, Carri et Dillon montent « Torta la productora », une association de production lesbienne, comme son nom l’indique (« Torta la productora » peut se traduire : « Gouine Productions »). Elles proposent des documentaires qui renforcent les politiques féministes et LGBT qui ont trouvé un certain écho dans les présidences Kirshner et Fernández de Kirshner : Visibles (2013 – Droits LGBT), La Bella Tarea, et 23 pares (2012), une mini-série audio-visuelle d’abord diffusée sur la télévision nationale argentine puis également en libre accès sur la plateforme CDA. La série 23 pares met en scène les responsables d’un laboratoire d’analyses génétiques dans un contexte de lutte pour les Droits à l’identité. Les épisodes font converger les luttes des Mères de disparu·es, des Grand-mères d’enfants de disparu·es, volés par les militaires tortionnaires à leurs familles d’origine, les luttes des Enfants de disparu·es revendiquant la mémoire et la justice pour cette génération victime d’un génocide, ainsi que les luttes pour les droits des femmes et des minorités sexuelles et/ou racisées à disposer de leur corps, de leurs capacités reproductives et à vivre pleinement leur identité sexuelle et leur sexualité.

19Les deux femmes sont à cette époque-là emblématiques d’une nouvelle conception de la famille en tant que réseau de soutien et d’affection, non naturaliste, politique et « inclusif », autrement dit ouvert à une diversité hors des cadres hétéronormatifs et cis-genre. En témoigne l’article de la revue Rolling Stone relayé par La Nación et les nombreuses interviews qu’elles accordent alors. En témoigne également la médiatisation de l’obtention pour leur fils Furio d’un état civil entérinant une triple filiation, en trois étapes : d’abord la mère, Albertina Carri, puis la mère adoptive Marta Dillon, et enfin le père, Alejandro Ros, le grand ami des deux femmes qui a accepté de donner son sperme pour la conception de Furio et d’assumer également un rôle parental. On se reportera par exemple à leur performance audio-visuelle commune sur la Télévision publique argentine du 14 juillet 2015, ou aux traitements de cette information dans la presse (Visión 7, Ovejarosa) (Fig. 4).

Figure 4

Figure 4

Source : Émission Visión 7, journal de la TV Publique argentine, mardi 14 juillet 2015, [capture d’écran], http://www.tvpublica.com.ar ou https://www.youtube.com/​watch?v=eKNXmUfh9QQ

20La démarche de La Bella Tarea s’inscrit ainsi dans un vaste ensemble militant pour les Droits Humains et en particulier les droits des enfants et les droits à l’identité, qui s’exposent à la fois dans la série 23 pares (Soriano), dans les interventions médiatiques des deux femmes, dans le documentaire Visibles (2013), car dans La Bella Tarea les groupes parentaux sont montrés dans leur diversité : culturelle, sociale, régionale, sexuelle, rendant compte et revendiquant l’existence, ici et maintenant, de pratiques de parentalité et d’accouchement que ne sauraient limiter les représentations hégémoniques de ces moments, à la fois extra-ordinaires et quotidiens qui s’exposent en sous-titre du documentaire : « enfanter et naître » (« parir y nacer »). L’enjeu de la série est donc double : informer et représenter, rendre visibles, intelligibles et légitimes, des modèles et des pratiques contre‑hégémoniques.

21Sont mises en scène, parmi d’autres, des techniques aquatiques, où la femme est allongée dans l’eau, des techniques respiratoires et des techniques de mouvements rythmés divers, par exemple de marche et danse accompagnée (Fig. 5).

Figure 5

Figure 5

Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690

22Chez soi ou ailleurs, à la capitale ou dans les provinces rurales, comme ici dans la province de Jujuy, du Nord-Ouest argentin (Fig. 6).

Figure 6

Figure 6

Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690

III/ Critique de l’Archive, promesses des Contre‑archives

23Il s’agit dans un premier temps d’opérer une critique des représentations hégémoniques, des discours sur l’accouchement, et d’exposer l’histoire et les modalités de sa pathologisation à travers le contrôle médical qui s’est introduit et continue de s’exercer sur ce processus, afin de rendre visibles et intelligibles les violences obstétricales. Il s’agit parallèlement de prendre en charge collectivement la performativité des pratiques alternatives, de les enregistrer dans un support audio-visuel ou seulement visuel (photographies), afin d’exposer les savoirs situés encorporés. La série documentaire expose dans ses quatre unités les quatre temps ou modalités qui codent les représentations et les pratiques, exposant les codes et les resignifiant : « Le cri », « Le soutien », « Les pieds sur terre », « Le rythme ».

24Les contre-archives sont des dispositifs énonciatifs qui révèlent « le noyau interprétatif et critique de tout savoir » (Haraway 119), elles exposent les opérations de sélection, classement, agencement et autorisation que prend en charge l’Archive institutionnalisée (quelle que soit l’institution concernée : scientifique, médicale, littéraire, cinématographique, etc.), ainsi que, en contrepoint, les exclusions hors du sens, hors du visible et de l’intelligible, hors des récits qui construisent la réalité. Ces exclusions sont le corrélat des opérations de l’Archive. La performativité des contre-archives en tant que dispositif critique complexe intervient précisément dans les contre-récits qu’elles installent, les contrepoints qu’elles font fonctionner, les conflits discursifs, visuels et pratiques qu’elles mettent en scène. Cette performativité peut être repérée dans la déstabilisation des consensus, dans les décrochages que suscitent les contre-archives par rapport aux évidences naturalisées par la violence symbolique.

25Les quatre documentaires qui composent La Bella Tarea examinent une série de données naturalisées par les discours et les pratiques médicales contemporaines, et les réinterprètent dans un nouvel agencement discursif et visuel qui les historicise. Ils en dénoncent les partis pris et les violences en leur opposant d’autres discours et pratiques. De ces contrepoints surgissent de nouveaux cadres de pensée (Pruvost).

26« El grito » (le cri) travaille sur les représentations canoniques relayées par le discours et les pratiques médicales en vigueur, qui mettent l’accent sur la douleur et construisent l’impuissance de la femme. Le contrepoint développé re-sexualise l’enfantement et cherche à restaurer la capacité d’agir des femmes. Nous reviendrons plus en détail sur ce premier documentaire ensuite.

27« El sostén » (le soutien) évoque l’entourage, son rôle et son importance, insistant sur les personnes qui accompagnent le processus, intimes et professionnelles, autorisées ou non par l’institution médicale, suivant des modalités spécifiques, des préjugés profondément ancrés, des rites et des codes genrés, et des interactions aux scripts programmées. Par exemple, la présence du père et ce qu’il est supposé faire (Fig. 7).

Figure 7

Figure 7

Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690

28À côté du personnel et du milieu médical, qui tend aujourd’hui à revendiquer l’exclusivité de la scène, sont mises en valeur d’autres pratiques et praticiennes – qui demeurent la plupart du temps hors scène – comme Josefina Aragon, présentée comme une « partera empírica » (« sage-femme empirique »), et qui livre un témoignage extrêmement captivant (Fig. 8). Les variations historiques, culturelles et géographiques sont également exposées, grâce aux performances qu’acceptent de réaliser les personnes, enregistrées par la cinéaste. Par exemple la technique dite du « manteo » (le corps de la femme enceinte, allongée, roule sur une couverture (manta) manipulée par une partera) (Fig. 9).

Figure 8

Figure 8

Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690

Figure 9

Figure 9

Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690

Figure 10

Figure 10

Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690

29Comme on peut le voir sur la capture d’écran ci-dessus issue de « Los pies en la tierra » (les pieds sur terre) (Fig. 10), le troisième documentaire discute des positions, historicisant et critiquant celle qui paraît aujourd’hui « naturelle », la position « gynécologique », le corps allongé, les jambes sur les étriers. Peu propice à l’expulsion, elle est en outre débilitante pour la parturiente. D’autres positions et techniques sont montrées, en particulier le dispositif du banc qui inclut le soutien du ou de la partenaire. Dans cette séquence, Albertina Carri est assise sur le banc et Marta Dillon, derrière elle, la soutient. Elles travaillent ensemble à faciliter le processus, accompagnées par la sage-femme assise face à Carri.

30« El ritmo » (le rythme) revient sur le respect dû au caractère irrésistible et physiologique du processus d’enfantement, dénonçant les violences qu’impliquent les logiques économiques de la temporalité médicale, non seulement intrusives, abusives, mais conduisant souvent à rendre pathologiques un grand nombre d’accouchements et dépossédant les femmes de leur autonomie, de leur libre arbitre, de leur parole et de leur dignité. Les images qui ouvrent ce dernier documentaire de la série représentent les vagues de l’océan et insistent sur le caractère spontané et irrésistible du rythme qu’adopte le corps, comparable aussi, entre autres, à celui de l’orgasme (Fig. 11).

Figure 11

Figure 11

Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690

31Ces dispositifs en contrepoint ne constituent pas de nouvelles archives qui viendraient s’ajouter à celles qui sont institutionnellement autorisées et diffusées, pour prétendre les compléter dans une démarche accumulative qui laisserait intacte leur logique initiale, celle qui pourrait être résumée par la formule que dénonce Haraway : « le truc divin et toutes ses illuminations éblouissantes – et donc aveuglantes » (119). Ils revendiquent plutôt les promesses qu’ils portent et non une origine autorisée, que celle-ci soit comprise comme complémentaire ou contradictoire, quelle qu’elle soit – féminine, populaire, autochtone, minoritaire, traditionnelle, transgressive, féministe, queer, etc.

32L’origine du discours n’est pas exactement la question, l’autorisation qu’elle soutient dans les cadres de pensée conventionnels ne fonctionne pas ici. On en déduit qu’elle est un leurre, une généralisation inopérante. C’est là un des éléments clés du dispositif des contre-archives, le rejet des mythes paratopiques (Maingueneau 2004, 2016) qui institutionnalisent un savoir unique, autorisé, neutre, objectif, divin, « scientifique » ou « naturel ». Les contre-archives disposent/exposent des savoirs partiels, encorporés, localisés et critiques, engendrés dans les conversations partagées, abondamment mises en scène, et les solidarités politiques qu’ils s’engagent à faire exister (Haraway).

33Je me propose maintenant de rendre compte de quelques exemples de fonctionnement de cette contre-archive à partir du premier documentaire de la série.

IV/ « El grito » (Le cri)

34En ouverture du premier documentaire de la série, et en tant que prologue posant ses orientations, trois scènes emblématiques : celle qui ouvre Carne trémula (1997) – en français En chair et en os – de Pedro Almodovar, et celles qui exposent l’horreur de l’enfantement du monstre dans The Fly (1986) – La Mouche – de David Cronenberg, et de Rosemary’s baby (1968) de Roman Polanski. Voici une capture d’écran qui cite The Fly (Fig. 12).

Figure 12

Figure 12

Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690

35Une voix off accompagne les images issues du film d’Almodovar et commente les modèles cinématographiques qui régissent la représentation de l’accouchement. La représentation récurrente est fondée sur la dimension auditive balisée par deux moments forts : le cri de la femme et les pleurs du nouveau-né. Le moment de l’accouchement lui-même est en général éludé. Apparaît ensuite à l’écran l’origine de la voix off, Gonzalo Aguilar, critique de cinéma interviewé dans un jardin public, qui poursuit son propos en citant Quevedo à propos de l’esthétique de l’accouchement. Celle-ci relèverait du sublime et non du beau, car elle expose l’abjection, les entrailles, le sang, les excréments. C’est une expérience qui résisterait à la représentation visuelle. Le commentaire continue ensuite en voix off et se superpose aux scènes d’accouchement des films de Cronenberg et de Polanski. L’autre tendance cinématographique est celle de l’enfantement d’un monstre. Elle est expliquée sur le registre fantasmatique, à partir de la critique féministe de la notion freudienne d’envie du pénis, en tant qu’envie symétrique de grossesse. Elle est également interprétée dans le continuum culturel qui, depuis la sentence biblique, ne conçoit l’enfantement que dans la douleur, programmant du même coup sa représentation à partir de la souffrance – rédemptrice – qui le caractérise, et déployant toute une gamme de facteurs anxiogènes assurant le maintien de cette imbrication. Gonzalo Aguilar introduit alors un contrepoint, en évoquant la possibilité d’une jouissance dans l’enfantement et en le comparant à l’acte sexuel. Immédiatement après, apparaît le titre du premier documentaire, « El grito » (Le cri), puis une scène d’entraînement de karatékas dans laquelle le « cri » prend une tout autre signification : c’est l’énergie qu’il libère qui est mise en valeur.

36Dans la resignification à l’œuvre, il est maintenant question d’énergie et non plus de souffrance dans le cri, avec une préparation à l’enfantement issue des techniques du yoga. Le Om ou Aum, mantra primordial, est pratiqué pour favoriser le processus. Ici Carri dans sa baignoire pratique le Om avec Dillon, sa partenaire qui la soutient (Fig. 13).

Figure 13

Figure 13

Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690

37Le premier documentaire est ponctué par des scènes issues de l’accouchement de la réalisatrice elle-même, incluse comme une parmi d’autres dans la série de femmes qui ont accepté de filmer, de photographier ou de laisser filmer leur expérience d’enfantement, alternant avec la série de témoignages de différent·es professionnel·es interrogé·es. La réflexivité que suppose une telle entreprise ainsi que la mise en jeu du corps de la réalisatrice, aussi anonyme dans les images que les femmes qui l’accompagnent dans sa démarche, est mise en scène dans l’une des séquences du film où Carri s’expose chez elle, enceinte, devant un miroir et chargée d’une caméra (Fig. 14).

Figure 14

Figure 14

Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690

38Le caractère sexuel de l’enfantement est l’hypothèse de départ qui sera mise en valeur en tant que réalité occultée et dont la forclusion permettrait l’infantilisation, la dépossession, la mise sous tutelle des femmes (Fig. 15). C’est une proposition dont je voudrais signaler l’importance. Elle s’articule à la démarche des co-réalisatrices qui revendiquent leur sexualité lesbienne, et elle entre en résonance avec les travaux d’Albertina Carri sur les limites de la représentation, la pornographie et les performances queers (Soriano 2013a, 2013b, 2016).

Figure 15

Figure 15

Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690

39Les images érotiques de baisers queers qui clôturent ce premier documentaire viennent confirmer cette hypothèse (Fig. 16 et 17). Elles participent également des techniques de dénaturalisation de l’hétérosexualité à partir de montages optiques qui métamorphosent les clichés (Fig. 18).

Figure 16

Figure 16

Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690

Figure 17

Figure 17

Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690

Figure 18

Figure 18

Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690

40La sexualisation de l’enfantement n’est pas un retour vers une mythologie originelle, une féminité primordiale. Les contre-discours qui se croisent et les pratiques alternatives mises en valeur sont toujours insérées dans un contexte social, historique, culturel, géographique, sans que ces différences soient pour autant construites de façon dichotomique (comme rural vs urbain, moderne vs traditionnel, par exemple). Les réalités mises en scène insistent sur la complexité des situations concrètes et engagent une perspective intersectionnelle. Par exemple : les migrantes boliviennes sont mal comprises et peu respectées dans les hôpitaux urbains de Buenos Aires, elles les fuient, au péril de leur vie parfois ; cependant une des sages-femmes interviewées raconte qu’elle s’est mise à les accueillir avec un banc, malgré les résistances de sa hiérarchie qui l’a ensuite congédiée. Peu à peu toutefois, dit-elle, le banc s’est imposé et il est aujourd’hui entré dans les mœurs, comme le montre cette image que l’on pourrait juger « provoquante » de Carri en travail, caressée par sa compagne, et dont les pieds s’appuient sur le banc qu’elle va utiliser (Fig. 19).

Figure 19

Figure 19

Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690

41Il s’agit donc d’un discours féministe queer qui articule plusieurs enjeux :

  1. La violence obstétricale est montrée comme systémique, dans un continuum structurel. Elle est en même temps dénoncée dans son ethnocentrisme sexiste, classiste et raciste, porté par le discours médical et mis au service d’une industrie médico-pharmaceutique puissante, mais à laquelle de nombreuses femmes résistent.

  2. Les pratiques et les techniques d’enfantement convoquées sont nombreuses, non hiérarchisées, la réalisatrice en « performe » quelques-unes, suggérant ainsi que chaque femme doit avoir le droit de les connaître et d’adopter celles qui lui conviennent. C’est le principe au fondement de la loi de « l’accouchement humanisé ».

  3. L’enfantement est un processus physiologique et non pathologique. Les contractions et les douleurs qui l’accompagnent sont en général aggravées par l’anxiété, l’impuissance et le stress que les discours et les pratiques obstétriques leur imposent.

  4. Enfin, le documentaire nous invite à explorer la sexualité en jeu dans l’accouchement.

42Autrement dit – et nous conclurons sur cette dimension – il nous invite à interroger et explorer le vide laissé par la dissociation radicale entre la sexualité et la procréation, une lacune en partie également en mise en œuvre par la critique féministe et son quasi-refus de repenser la procréation (Touraille). Qu’est-ce que la sexualité ? Les réponses qu’oriente Gayle Rubin dans ses essais sont extrêmement intéressantes mais apparaissent aussi comme insuffisantes. S’il importe de dénaturaliser les pratiques sexuelles afin de ne pas les réduire à la sexualité reproductive supposée « naturelle », il semble aujourd’hui opportun à certains courants féministes de réinsérer la reproduction et l’enfantement dans les pratiques sociales et culturelles qui organisent la sexualité, de repenser ainsi la sexualité, la procréation et l’enfantement.

43Les différentes séries qui interfèrent sont ponctuées de séquences expérimentales où les rythmes plastiques suspendent le cours thématique-narratif du documentaire (Fig. 20, 21, 22). Ces séquences visuelles et musicales opèrent un suspens des codes cinématographiques et documentaires, elles nous engagent à la réflexion, à la mise à distance des codes de représentation, et à une prise en compte ouverte des émotions et des affects, à l’image de la toile blanche sur laquelle s’inscrivent le titre de la série (Fig. 23) et sous-titres des quatre documentaires, dans un graphisme très légèrement ombré. Comme l’indique le critique Gonzalo Aguilar interviewé au début : « on peut aussi tout reconstruire autrement, il y a de nombreuses possibilités ouvertes à la réflexion ». Cette réflexivité critique est un autre volet de la performance queer que pratique Albertina Carri, non plus à partir de son corps, mais à partir de la mise en abyme des techniques et dispositifs cinématographiques, énonçant ainsi la prise de risque que constitue la mise en jeu des codes.

Figure 20

Figure 20

Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690

Figure 21

Figure 21

Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690

Figure 22

Figure 22

Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690

Figure 23

Figure 23

Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690

Haut de page

Bibliographie

ASOCIACION OBSTETRICA ARGENTINA. « Epidemias de cesáreas ». [Consulté le 07/11/2021]. http://aoargentina.org.ar/?p=587

BELLÓN SÁNCHEZ, Silvia. « La violencia obstétrica desde los aportes de la crítica feminista y la biopolítica ». Dilemata. 2015, año 7, no 18, p. 95‑111.

BLONDIN, Maryvonne. « Violences obstétricales et gynécologiques ». Rapport à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe [en ligne]. [Consulté le 107/11/2021]. http://www.senat.fr/fileadmin/Fichiers/Images/commission/affaires_europeennes/APCE/ODJ_2019/Avis_rapports/2019_10_Rapport_Mme_Blondin_Violences_obstetricales_et_gynecologiques.pdf

BOURCIER, Sam. « La fièvre des archives #1 – Le pouls de l’archive c’est en nous qu’il bat ». Friction Magazine, 2018. [Consulté le 07/11/2021]. https://friction-magazine.fr/archives-vie-le-pouls-de-larchive-cest-en-nous-quil-bat/.)

FELITTI, Karina. « Parirás sin dolor: poder médico, género y política en las nuevas formas de atención del parto en la Argentina (1960‑1980) ». História, Ciências, Saúde – Manguinhos. 2011, vol. 18, supl. 1, p. 113‑129.

HARAWAY, Donna. Manifeste Cyborg et autres essais. Sciences, fictions, féminismes. Paris : Exils, 2007.

JARDIM, Danúbia Mariane Barbosa & Celina María MODENA. « Obstetric violence in the daily routine of care and its characteristics ». Revista Latino-Americana de Enfermagem. 2018, vol. 26. [Consulté le 07/11/2021]. http://www.scielo.br/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0104-11692018000100613

JOHNSTON Elsa et Anne EVRARD. « Violences gynécologiques et obstrétricales : une justice au forceps ». Délibérée. 2021/2, n° 13, p. 73‑79.

LAZAAR, Fiona. « Rapport d’information sur la reconnaissance du terme de “féminicide” » (Assemblée Nationale) [en ligne]. [Consulté le 7/11/2021]. https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/rapports/ega/l15b2695_rapport-information#_Toc256000023

MAINGUENEAU, Dominique. Le discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation. Paris : Armand Colin, 2004.

MAINGUENEAU, Dominique. Trouver sa place dans le champ littéraire. Paratopie et création. Louvain-La-Neuve : Académia / L’Harmattan, 2016.‬‬‬‬‬‬‬

MULLALY, Laurence. « Albertina Carri : cinéaste de l’inconfort ». Cinémas d’Amérique latine. 2012, no 20, p. 163‑171.

OVEJAROSA, « Triple filiación reconocida por Argentina a los hijos de dos parejas de mujeres y un amigo ». 14/07/2015. [Consulté le 07/11/2021]. http://ovejarosa.com/triple-filiacion-reconocida-por-argentina-los-hijos-de-dos-parejas-de-mujeres-y-un-amigo/

PEUSCOVICH, Stephanie. « Marta Dillon: “Siempre imaginamos tener a Furio con un donante conocido” ». Marie Claire. Perfil – Sociedad, 20/10/2019. [Consulté le 07/11/2021]. https://marieclaire.perfil.com/noticias/sociedad/marta-dillon-furio-albertina-alejandro-hijos-inseminacion-nana-madre.phtml

PLOTKIN, Pablo. « Albertina Carri y Marta Dillon: retrato de una nueva familia ». Rolling Stone, 13/08/2010. [Consulté le 07/11/2021]. https://www.lanacion.com.ar/espectaculos/albertina-carri-y-marta-dillon-retrato-de-una-nueva-familia-nid1294010/ )

PRUVOST, Geneviève. « Le monde de la naissance alternative : une myriade de points de vue féministes ». Travail, genre et sociétés. 2018, vol. 1, n° 39, p. 207‑213.

QUIRÓS, Kantuta et Aliocha IMHOFF. « Art/Cinéma/Queer. Cartographie d’un art politique contemporain ». Multitudes. 2008, vol. 4, n° 35, p. 164‑174.

REDACCION. La Tinta. 11/11/2016. [Consulté le 07/11/2021]. https://latinta.com.ar/2016/11/cda-fuera-de-servicio/

RUBIN, Gayle. Surveiller et jouir. Anthropologie politique du sexe. Paris : Epel, 2010.

SORIANO, Michèle. « 23 pares d’Albertina Carri : de l’intime à l’histoire ». In Jeanne RAIMOND et Jean Louis BRUNEL (eds.). Transmissions textuelles. Nîmes : Institut International de Sociocritique & Université de Nîmes, 2014, p. 157‑172.

SORIANO, Michèle. « Contra-archivos del sexo: feminismos excéntricos y meta-pornografía ». Labrys, études féministes / estudos feministas. janeiro/junho 2016 - janvier/juillet 2016. [Consulté le 07/11/2021]. http://www.labrys.net.br/labrys29/monde/micheletexte.htm

SORIANO, Michèle. « De la niña inútil a la Barbie pornostar : melodrama, género y canon en el discurso feminista latinoamericano ». In María A. SEMILLA DURÁN (ed.), Variaciones sobre el melodrama. Madrid : Casa de cartón, 2013, p. 397‑424. 

SORIANO, Michèle. « Représenter la sexualité, repenser le sexe : Pets (2012) d’Albertina Carri ». Líneas. 2013b, n° 3. [Consulté le 07/11/2021]. https://revues.univ-pau.fr/lineas/1101

TOURAILLE, Priscille. « Du désir de procréer : des cultures plus naturalistes que la nature ? ». Nouvelles Questions Féministes. 2011, vol. 30, no 1, p. 52‑62.

VISION 7. 14/07/ 2015. [Consulté le 07/11/2021]. http://www.tvpublica.com.ar

WILLIAMS, Linda. Screening Sex. Une histoire de la sexualité sur les écrans américains depuis les années 1960. Éditions Capricci, 2014.

YAMGNANE Amina, DONNER Catherine, KIRKPATRICK Christine. « Violences obstétricales : où en sommes-nous ? ». Périnatalité. 2020, vol. 12, no 4, p. 155‑156.

YUSZCZUK, Marina. « Parirás con placer ». Las 12, Página 12, 30/10/2014. [Consulté le 07/11/2021]. https://www.pagina12.com.ar/diario/suplementos/las12/13-9274-2014-10-31.html

Haut de page

Notes

1 On consultera le « Rapport d’information sur la reconnaissance du terme de “féminicide” » à l’Assemblée nationale de Fiona Lazaar ; le rapport à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe « Violences obstétricales et gynécologiques » de Maryvonne Blondin ; et également l’entretien de Elsa Johnston avec Anne Evrard publié dans la revue Délibérée : « Violences gynécologiques et obstétricales : une justice au forceps ».

2 Presque toutes les images proposées dans cet article sont des captures d’écran de la série documentaire intitulée La bella tarea, réalisée par Albertina Carri, sur un projet de Albertina Carri et Marta Dillon, la totalité de la série dure environ 140 min (chaque épisode a une durée de 46 ou 47 min) Argentine, Televisión Digital, 2013. Elle est accessible en ligne sur la page Vimeo d’Albertina Carri (https://vimeo.com/183036690). Les exceptions sont signalées et leur provenance est explicitée.

3 Ley nacional No 25.929 - Parto humanizado, Sanción : 25 de agosto de 2004 ; Promulgación: 17 de septiembre de 2004.

4 La série documentaire est datée de 2011 dans la page web de la réalisatrice (que l’on ne peut plus consulter en 2021) http://albertinacarri.com/ ; ce qui est cohérent avec la mise en scène de son propre accouchement.

5 Une série d’articles dans la presse relaie ces débats, en particulier dans le journal Página 12 (on lira, entre autres : https://www.pagina12.com.ar/100011-lo-tetrico-en-lo-obstetrico ; https://www.pagina12.com.ar/93010-violencia-obstetrica-es-violencia-machista ; https://www.pagina12.com.ar/diario/sociedad/subnotas/220852-63682-2013-05-26.html ; https://www.pagina12.com.ar/112277-la-carga-invertida ; https://www.pagina12.com.ar/diario/sociedad/3-246601-2014-05-20.html) ; mais la question est traitée aussi dans le journal plus conservateur La Nación, par exemple : https://www.lanacion.com.ar/comunidad/violencia-obstetrica-se-respeta-la-ley-de-parto-humanizado-nid2134280.

6 « El Banco audiovisual de contenidos universales argentino (BACUA) es una red digitalizada de contenidos audiovisuales organizados y socializados para democratizar el acceso a estos materiales y preservar la memoria audiovisual de la Argentina. La videoteca se encuentra clasificada en categorías como animación, arte y cultura, ciencias sociales, deportes, gastronomía, ecología, música, informativo, entre muchas otras. Productores independientes, organismos gubernamentales y no gubernamentales, universidades, agrupaciones sociales y radios que cuenten con producciones propias pueden ceder sus contenidos de manera gratuita al BACUA con el fin de ser distribuidos del mismo modo a los canales de televisión de todo el país. » Cette description est issue des données réunies par un projet de plateforme politique justicialiste qui revendique les réussites des gouvernements antérieurs à celui de Macri, entre 2003-2015, http://www.argentina2019.com.ar/arealogro-26_comunicacin-y-medios

7 Ley 26.522 de Servicios de Comunicación Audiovisual (LSCA) disponible sur : http://servicios.infoleg.gob.ar/infolegInternet/anexos/155000-159999/158649/norma.htm

8 Dans le cadre de la préparation du sommet mondial de la société de l’information, une controverse s’est élevée autour du terme de « droit à communiquer ». La Campagne pour le Droit à la Communication (CRIS – Communication Right in the Information Society) s’est construite en opposition aux présupposés du Sommet mondial de la Société d’Information (2003-2005), avec en particulier une lecture assez différente des rapports Nord/Sud et du problème de l’accès aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (top-down, nous allons vous aider à vous civiliser). Cette campagne s’est développée en Amérique latine en 2004 « Campaña Continental por los Derechos de la Comunicación », insistant sur le Droit à la communication et sur la démocratisation de la communication.

9 https://vimeo.com/183036690

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Crédits Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7161/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Figure 2
Crédits Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7161/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Figure 3
Crédits Source : Rolling Stone, 13/08/2010.
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7161/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Figure 4
Crédits Source : Émission Visión 7, journal de la TV Publique argentine, mardi 14 juillet 2015, [capture d’écran], http://www.tvpublica.com.ar ou https://www.youtube.com/​watch?v=eKNXmUfh9QQ
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7161/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Figure 5
Crédits Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7161/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 6
Crédits Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7161/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 7
Crédits Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7161/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Figure 8
Crédits Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7161/img-8.png
Fichier image/png, 675k
Titre Figure 9
Crédits Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7161/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Figure 10
Crédits Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7161/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Figure 11
Crédits Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7161/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Figure 12
Crédits Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7161/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Figure 13
Crédits Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7161/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Figure 14
Crédits Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7161/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Figure 15
Crédits Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7161/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Figure 16
Crédits Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7161/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Figure 17
Crédits Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7161/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 18
Crédits Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7161/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Figure 19
Crédits Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7161/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Figure 20
Crédits Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7161/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Figure 21
Crédits Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7161/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Figure 22
Crédits Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7161/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Figure 23
Crédits Source : La bella tarea (2013), [capture d’écran], https://vimeo.com/​183036690
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7161/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 7,1k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michèle Soriano, « La bella tarea : queeriser l’enfantement », L’Ordinaire des Amériques [En ligne], 228 | 2022, mis en ligne le 11 mars 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/orda/7161 ; DOI : https://doi.org/10.4000/orda.7161

Haut de page

Auteur

Michèle Soriano

CEIIBA, Université Toulouse – Jean Jaurès
michele.soriano@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search