Navigation – Plan du site

AccueilORDA228Performance en contextes migratoiresFemmes artivistes en construction...

Performance en contextes migratoires

Femmes artivistes en construction : corporalités racialisées et imaginaires de la lutte féministe dans le contexte de la migration

Mujeres artivistas en construcción: corporalidades racializadas e imaginarios de la lucha feminista en el contexto de la migración
Artivist women in construction: racialized corporations and the imaginary of the feminist struggle in the context of migration
Mulheres ativistas em construção: corporeidades racializadas e imaginários da luta feminista no contexto migratório
Gabriela Acosta Bastidas et Carolina Mahecha Quintero

Résumés

Cet article vise à problématiser à la lumière de l’artivisme le processus d’auto-organisation et les expressions politiques d’un groupe de femmes migrantes latino-américaines à Toulouse. Nous faisons une approche depuis les études féministes et de genre sur de la question de la migration des femmes, afin d’analyser leur visibilité dans les espaces politiques féministes. Cherchant à établir la construction de nos identités artivistes, nous faisons une compilation chronologique de nos parcours biographiques, en lien avec la mémoire des actions performatives qui ont marqué notre rencontre. Ces mêmes propositions artistiques ont déclenché de nouvelles initiatives et des perspectives d’organisation. Enfin, l’artivisme acquiert une valeur significative en tant que voie d’expression politique et artistique, où le corps racialisé performe pour se politiser et s’émanciper.

Haut de page

Texte intégral

1Selon la recherche de Olga L. González sur la présence latino-américaine en France, au long des années 90, il existe une reconfiguration de la population migrante qui répond aux besoins économiques et de travail, due aux problématiques internes des pays latino-américains – les crises économiques, le néolibéralisme, les conflits armés et l’instabilité sociopolitique –, mais aussi au développement d’un marché internationale qui demande une force de travail migrante pour les pays européens (Gonzalez).

2À la lumière de ces conditions de migration, la visibilité de ces nouveaux migrants.es économiques est limitée, en raison de la précarité et de la clandestinité. Ceci s’explique souvent parleur position socio-économique dans le pays de départ comme d’arrivée. L’accès au travail sous-qualifié, la difficulté d’intégration à la société d’accueil en l’absence de garantie des droits sociaux, les irrégularités administratives et la restriction aux frontières, entre autres, sont des facteurs qui déterminent un statut d’infériorité assigné aux personnes issues de ces mobilités.

  • 1 Nous voulons aborder le terme « femmes » comme une catégorie multiple et diversifiée, non pas pour (...)

3Particulièrement, dans le cas de femmes1, cette situation se voit accentuée par les multiples violences vécues et par la tendance à invisibiliser encore plus leur travail productif et reproductif. Dans ce sens, depuis les années 1980, les études sur la migration ont saisi le concept de genre, afin de comprendre la féminisation de ce phénomène et de conceptualiser la catégorie de « femme émigrée » (Landry), ainsi que la féminisation des flux migratoires (Morokvasic 2015).

4Le développement des recherches autour de ce sujet a mis en évidence le fait que le rythme accéléré de la migration internationale dans un contexte de globalisation, expose les femmes à des discriminations dans leur processus d’insertion/exclusion notamment sur les chaînes internationales de soins (Chaïb), ainsi qu’à différentes formes de vulnérabilité économique, socioculturelle, politique et psychologique. Face à cette situation, la mise en dialogue des théories du genre et de la migration a permis de révéler l’intersectionnalité des oppressions vécues par les femmes émigrées (Vergès). Ces migrations des « Suds » (Borgeaud, Georges) subissent le racisme ordinaire principalement dans le travail (Bataille).

5Une des conséquences de ces discriminations envers cette population est leur privation d’espaces institutionnels de représentation et d’énonciation. Dès lors, il leur est difficile de faire entendre leur résistance collective. Il s’agit ici de se pencher sur la question de la « visibilité/invisibilité » de la parole des femmes migrantes dans l’espace social, politique et public. Mirjana Morokvasic insiste sur l’importance d’une perspective féministe pour analyser les réalités des femmes migrantes et leurs représentations (Morokvasic 2011, 2015). Il faut préciser que malgré la diversité et les apports des études féministes, celles-ci restent souvent enfermées dans une conception stéréotypée et passive des femmes migrantes.

6Ces recherches mettent souvent l’accent sur leur besoin d’être assistées (Umut 136), sans rendre visible leur autonomie et leur initiative hors du cercle familial. De la même façon, ces études souffrent parfois d’un manque des connaissances situées qui prennent en compte l’expérience et les subjectivités des migrant.e.s elles-mêmes (Chaâbane). Dans ce sens, les féminismes décoloniaux et post-coloniaux ont reconnu leur position multi-située et multi-localisée, comme une possibilité de donner lieu à de nouvelles réalités et identités diverses (Contreras).

7Parmi la genèse de ces identités hétérogènes, il faut remarquer la prolifération des résistances et des manifestations de « l’agentivité » des femmes migrantes en tant que sujets collectifs, supportée par des expériences communes, des sensibilités ou des vécus ancrés dans le quotidien. Par exemple, depuis les années 90 la dénonciation, notamment de la criminalisation des personnes sans papiers, du racisme, des nouvelles formes de colonisation et des violations des droits des femmes et des enfants migrants par l’État (Monzón) ont démontré leur capacité d’auto-organisation en tant que sujets politiques. « Rendre visible l’activisme de femmes migrantes » (Umut) peut constituer un apport pertinent dans la construction de nouveaux regards portés sur elles.

8Dans cette perspective, l’artivisme peut jouer un rôle essentiel dans le contexte des luttes politiques. Cet article fait une étude autour des pratiques artivistes de femmes migrantes, en ébauchant la configuration de l’identité de deux artistes-activistes provenant d’Amérique latine. Nous voulons interroger à travers des parcours biographiques « situés », l’action collective d’une partie de la diaspora latino-américaine de Toulouse. Dans cette étude, nous voulons remarquer l’existence d’un effet de réseau qui se construit au fur à mesure de la réalisation des actions performatives.

9Ainsi, nous avons choisi de considérer quatre actions artistiques, parfois anonymes, dont les contextes situationnels, de réalisation et de réception ont été marquants pour la visibilité et l’auto-organisation d’un groupe des femmes migrantes latino-américaines à Toulouse. Nous voulons définir les éléments qui ont motivé de telles actions et comment celles-ci ont influencé un parcours d’échafaudage d’une identité artiviste transfrontière individuelle et collective.

10En tant qu’autrices de cette réflexion, notre approche de l’artivisme met en lumière l’articulation des expériences de la migration avec la recherche d’une expression artistique et politique de ces vécus. De cette façon, nous cherchons à comprendre les dynamiques « depuis l’intérieur » de ces processus artivistes, afin d’élargir notre compréhension de l’organisation de communautés migrantes, la possible naissance de liens affectifs, d’un sens de communauté – sentiment d’appartenance –. Nous percevons aussi la déterritorialisation des revendications et des luttes qui sont portées par un artivisme politique.

11Quels nouveaux espaces d’action et de réflexion politique la performance artiviste permet-elle aux femmes migrantes ? L’artivisme est-il pertinent dans la construction d’une identité collective transfrontalière ? Comment la déterritorialisation des luttes et des formes d’action artiviste facilitent-elles la reconnaissance des enjeux dans la création de nouveaux territoires de revendication pour les femmes migrantes ?

  • 2 Nous voulons faire référence à l’identité des artistes-chercheur.euses dans les processus de recher (...)

12À travers ces questionnements, nous cherchons à documenter et à générer la mémoire d’un processus collectif qui continue d’évoluer, composé par des personnes diverses et en constante mobilité. Nous souhaitons interroger les places particulières que nous avons et qui ont marqué nos réflexions et nos vécus en tant qu’artistes-chercheuses2 issues de contextes de migrations internationaux.

13Aussi, une première partie de cet article prendra comme point de référence nos parcours biographiques et nos constructions collectives, afin de retracer le développement de nos identités d’artivistes. Ces perspectives situées nous permettront de comprendre les facteurs déclencheurs, les influences, ainsi que les analyses précédentes à ces processus artistiques inscrits dans nos trajectoires migratoires. Par la suite, nous nous pencherons sur quatre pratiques artistiques collectives réalisées entre 2018 et 2020, témoignant de l’évolution du processus d’organisation politique de quelques femmes latino-américaines à Toulouse.

I/ Les actions

14L’évolution de la lutte politique de femmes migrantes latino-américaines à Toulouse a été le terrain de questionnement et des revendications autour de leurs vécus migratoires. À travers de cette collaboration, nous cherchons à documenter et à rendre visible auprès du collectif, les différentes manifestations artistiques que nous avons aidées à concevoir, afin d’éviter un possible oubli dû à leur anonymat.

15Même si nous n’avions pas la certitude de la nature exacte de nos demandes, nous avions l’intuition des traces partagées issues de nos expériences et subjectivités. Les problématiques présentes faisaient référence aux difficultés liées au statut administratif en tant que migrants.e.s, l’accès au travail, les conditions précaires de logement, l’accès aux soins, le déclassement professionnel, les stéréotypes, entre autres. À la lumière de nos parcours biographiques, nous avons fait une lecture depuis un positionnement situé, avec le but de comprendre les différentes étapes de la genèse des performances que nous allons analyser.

16Ce pour cela que nous nous appuyons sur les travaux de la féministe critique et matérialiste Donna Haraway qui propose la construction d’un savoir incarné, depuis une vision critique et contre hégémonique (Haraway). Cette vision « depuis l’en bas » qui est celle de « savoir assujettis », nous permet d’aller au-delà des rapports binaires de genre et de sortir d’une vision hégémonique pour aller vers une perspective partielle critique. Ceci demande bien sûr un positionnement dans l’action, porté par nos pratiques artistiques et politiques car, comme le dit Haraway : « […] le positionnement implique la responsabilité de nos pratiques pour agir » (Haraway 123).

17En prenant comme point de départ ce croisement entre nos trajectoires migratoires et les pratiques artistiques qui ont construit notre identité artiviste, nous allons faire la lecture des performances qui rendent explicites les tensions amenées par cette perspective située. Dans cet article nous analysons quatre performance intitulées : « Hommage à Marielle Franco » ; « Evocando a Antígona: en búsqueda de un cuerpo » ; « Flash mob 8 mars 2019 : projet d’intervention artistique et féministe dans l’espace urbain » et « Performance 8 mars 2020 : dénonciation de l’extractivisme en Abya Yala pour la souveraineté de nos corps et territoires ».

18Ces performances ont eu de l’importance dans notre évolution en tant qu’artivistes. Notre point commun est d’avoir participé activement à leur création et leur réalisation. De cette manière, l’espace artiviste ouvre, par la pratique artistique collective en soi, la réflexion autour de nos expériences migratoires comme vécus spécifiques, en lien avec d’autres femmes émigrées d’Amérique latine dont la configuration des signifiants et des symboles détermine le processus d’échafaudage des identités.

  • 3 Le concept de « communauté performative » recouvre celui d’espace d’expériences et d’actions ritual (...)

19Si bien ces performances ont évoqué des problématiques marquantes des mobilisations sociales de l’Amérique latine, elles étaient traversées par des préoccupations liées à nos féminismes déterritorialisés. Ces actions peuvent contribuer à construire la mémoire d’une possible « communauté performative »3, mobilisée pour dénoncer des faits, mais aussi pour revendiquer une appartenance ou une identité particulière. Par exemple, à travers la figure d’Antigone, nous avons symbolisé la lutte féministe pour la récupération de la mémoire historique et politique des disparitions forcées dans nos pays d’origine.

20Afin de réaliser une analyse comparative des performances, nous proposons une lecture à partir de trois catégories d’études. Tout d’abord, nous nous intéressons aux détonateurs premiers des actions. Par la suite, nous voulons rendre évident le contexte espace-temporel de la mise en action par les processus de création et de recherche-action qui ont été générés. Enfin, nous voulons présenter les enjeux pour les différents acteur·rice.s : Quels débats ont surgi entre les créateur·rice.set les récepteurs.trice.s d’une action artiviste ? Quel est le potentiel de l’action artistique comme vecteur des luttes politiques ?

  • 4 « À partir de 1970, le corps devient une source de rébellion et prépare l’insurrection contre les n (...)

21Depuis notre positionnement, la force de ces interventions artistiques dans la sphère publique réside dans leur capacité à questionner le corps, en tant que territoire des oppressions mais aussi de résistances et de revendications politiques (Marin)4. L’action du corps nous amène à donner voix à des transgressions, face aux normes et relations de pouvoir établies.

1/ « Hommage à Marielle Franco »

  • 5 Selon un rapport du 2017 d’Amnesty international, les pays les plus meurtriers pour cette catégorie (...)

22En 2018, dans le cadre du festival Latino-docs « La dixième », nous avons proposé une performance en hommage à l’activiste féministe Marielle Franco5, assassinée en mars de la même année (Franco). Ceci a fait amèrement écho à d’autres meurtres systématiques de défenseur.e.s et activiste.s victimes du fléau des féminicides politiques dans la région.

  • 6 Marielle Franco une femme noire, lesbienne, conseillère municipale de Rio de Janeiro, issue des fav (...)

23Dans le cadre du festival, nous étions des artistes latino-américaines qui, sans attendre d’être convoquées, avons co-organisée la création d’une performance. Chacune d’entre nous avait déjà participé auparavant à des actions artivistes proposées par des migrantes de générations précédentes. Le moteur de notre action était l’expression de notre solidarité envers les luttes dont Marielle était le symbole6, accentué par un sentiment de nécessité de deuil et de mémoire partagé entre nous.

24Devant cette conjoncture politique, nous avons fait appel à un réseau de femmes artistes ou/et qui avaient une pratique artistique de Toulouse d’origine latino-américaine (Colombie, Mexique, Argentine, Équateur, Chili). Nous avons donné lieu à un processus créatif collaboratif traversé par des discussions où apparaissaient que le féminicide politique ciblait d’autres femmes dans nos pays.

25Un facteur important dans nos discussions a été l’aspect matériel et esthétique. Lors des rendez-vous ponctuels, nous avons utilisé différentes ressources médiatiques comme la danse et l’expression théâtrale, l’installation plastique, le son et l’audiovisuelle.

26Dans les espaces physiques de déroulement de la performance (la salle principale de la Maison des diversités et la Bourse du Travail de la CGT), nous avons recouvert le sol de feuilles mortes. L’installation plastique était significative par le choix des couleurs, les objets présents sur scène et leur disposition. La resignification de la matière, implicite dans l’utilisation de feuilles d’automne et leur sens métaphorique, voulait évoquer la fin d’un cycle, la reconstitution d’un corps, une mémoire.

27Nous avons choisi un montage sonore avec la voix de Marielle Franco pour lancer la performance. Dans ce premier tableau, nos corps couverts par des imperméables noirs occupaient l’espace. Nos corps en performance exprimaient une homogénéisation qui rappelait les contraintes que les régimes d’extrême droite imposent aux individualités.

28En fond sonore, des battements de cœur accompagnaient les corps de performeuses et symbolisaient le réveil des consciences (Fig. 1). Cette énergie combative que Marielle portait nous encourageait à révéler notre individualité, à nous libérer du poids imposé. Pour nous, l’action a ouvert un espace de revendication déterritorialisée dans lequel il est possible de devenir de sujettes actives. Au-delà des questions territoriales dues à la migration, nos corps peuvent créer des espaces de luttes et véhiculer des causes communes.

Figure 1 : Performance « Hommage à Marielle Franco »

Figure 1 : Performance « Hommage à Marielle Franco »

Avec la participation de : Carolina Mahecha Quintero, Nathalia Velandia, Natalia Amaya García, Gabriela Acosta Bastidas, Martha Judith Noguera, Natalia Macira, Paloma Segovia et autres collaboratrices de dernière minute. Festival « Latino-docs 2018 – La dixième ». 17 novembre 2018. Bourse du Travail. Toulouse, France.

Crédit photo : Lolita Todeschini.

29Les deux occasions de présentation de « L’hommage à Marielle Franco » ont eu des publics différents ; le moment a été intime et émouvant. Nous avons invité le public à participer à un moment partagé afin de compléter un corps symbolique au rythme d’un chant de capoeira. « Ladainha para Marielle – vai a flor, fica a semente » (Chant pour Marielle – s’en va la fleur, reste la graine). Nous voulions faire un appel au public-témoin à la réalisation d’un rituel d’adieu à un personnage qui incarnait un contre-pouvoir face à la fragilisation de la démocratie au Brésil.

30Nous avions marqué dans ces morceaux de papier, laissés sur des chaises vides, les noms d’autres victimes de féminicide politique en Amérique latine. Nous souhaitons rendre visible d’autres femmes qui comme Marielle ont été persécutées et assassinées de façon systématique, en raison de leur engagement avec les luttes anticapitalistes, antipatriarcales et anticoloniales.

31Nous ne voulions pas seulement un public soumis au silence. Chaque personne a pu prendre un nom, se lever de sa chaise et le déposer autour de la silhouette qui représentait Marielle. Ce corps était plus qu’un simple rappel d’un corps physique, il s’agissait d’un corps collectif et social qui nous permettait un moment de recueillement et de réparation face à la violence politique, mais aussi un souffle d’espoir dans un chant de continuité de la lutte. Suite à cette action, un lien de confiance entre nous est né qui a facilité des collaborations artivistes postérieures.

2/ « Evocando a Antígona: en búsqueda de un cuerpo »

  • 7 Le 6 novembre 1985, le commando de la guérilla M-19 Iván Marino Ospina s’est emparé du Palais de ju (...)

32Le 6 novembre 2009, 24 ans après la disparition de douze personnes au Palais de Justice à Bogotá, par l’armée colombienne7, le Collectif Reivindicarte a réalisé la performance « Evocando a Antígona : en búsqueda de un cuerpo » pour la défense des droits et de la dignité des familles des victimes (Fig. 2)

33Le 2 juin 2019, à l’occasion de la présentation et de l’installation de la « Commission pour l’Éclaircissement de la Vérité (CEV) en Colombie », le Collectif Anacaona et la commission artistique de la CEV ont reproduit cette performance dans le jardin du Musée Les Abattoirs à Toulouse. Cette action a répondu à un appel lancé par le pôle toulousain de la CEV, dans le contexte de la Semaine de l’Amérique latine et des Caraïbes.

34Un des objectifs de la Commission a été d’activer un réseau international, pour faire face à la situation de violence politique nationale et valoriser les témoignages d’exilé.e.s, et des migrant.e.s qui appuient le processus de construction du récit historique national. L’appel a été aussi élargi à des artistes qui résidaient dans l’espace européen.

35Pour cette performance, nous avons compté avec la participation de huit personnes, parmi lesquelles des artistes ayant déjà collaboré à « L’Hommage à Marielle Franco », et des personnes sensibles à la proposition artistique et au contexte du pays.

36« Evocando a Antígona » est une performance dans laquelle on parle pour ne pas oublier (hablamos para no olvidar), afin de reconstituer une mémoire à la recherche de la vérité et la fin de l’impunité. Collectivement, nous avons donné un caractère performatif à la représentation de la disparition forcée, en tissant des traces des histoires de vie qui redonnaient une identité aux corps absents.

37Comment redessiner la mémoire d’un pays sans oublier celleux qui ne sont plus là, les disparu.e.s, les victimes de la guerre, en Colombie ? Comment donner un nouveau sens à cette histoire à partir des voix de l’exil et de la migration dans une lutte déterritorialisée, pour la mémoire historique ?

38En prenant en considération ces questionnements qui nous traversent, il était essentiel pour nous, en tant qu’artivistes, de rendre hommage aux victimes dans le respect de leur identité. Cette performance permettait à celleux qui, comme nous, vivent à l’étranger, de contribuer à la construction de la mémoire historique, malgré la distance géographique. Nous rejoignons les pas des victimes et leurs familles, leurs luttes et revendications.

Figure 2 : Performance Evocando a Antígona : en búsqueda de un cuerpo

Figure 2 : Performance Evocando a Antígona : en búsqueda de un cuerpo

Collectif Artistique ReivindicArte intégré par Dina Luz Hueso Marroquin, Carolina Mahecha Quintero, Ana Carolina Naranjo Rojo et Nazly Puentes. Hommage aux 24 ans de la disparition de personnes du Palais de Justice de Bogotá, réalisé par « la Comisión de Justicia y Paz », 6 novembre 2009. Place de Bolívar. Bogotá, Colombie.

Crédit photo : Alejandro Naranjo Rojo.

39Dans le processus de réadaptation de cette performance depuis nos réalités en tant que migrants.es, nous avons pris en compte quelques cas de victimes de disparition forcée. Nous nous sommes donné le temps de rendre sensibles leurs parcours de vie, leurs luttes politiques et les derniers moments qu’ils ont vécu avant leur disparition. Chaque performeur.euse a assumé la transmission d’une des histoires dont ils devenaient lestémoin.es par l’acte artistique, qu’ils/elles convoquaient par la répétition anaphorique.

40En vue de travailler les récits, nous nous sommes réunis durant quatre semaines pour préparer l’action. Nous avons aussi développé des ateliers corporels dans le but de générer une énergie collective et de soutien, pour la réalisation de cette action qui demandait une implication émotionnelle forte, vu la portée du sujet dans nos histoires individuelles et collectives.

41Pendant le processus, il a été possible pour certains d’entre nous de libérer sa parole, en saisissant l’opportunité de reconstruire son histoire familiale, au sein du récit historique du pays. Les ateliers qui ont été conçus comme un espace de création de l’action, se sont transformés aussi en un espace de récupération de la mémoire.

  • 8 La Fondation Hasta Encontrarlos est une organisation de défense des droits humains qui œuvre pour l (...)
  • 9 Centre National de la Mémoire Historique. « Huellas y rostros de la desaparición forzada » (1970‑20 (...)

42Un élément qui a facilité une approche sérieuse du sujet a été l’enquête sur des histoires précises des victimes en Colombie. Pour cela, nous avons contacté des associations qui en Colombie, mais aussi à l’étranger, soutiennent la recherche réalisée par les familles des disparus, telle que la Fondation « Hasta Encontrarlos »8. Grâce à elleux et à des parents des victimes exilés en France, nous avons eu accès à un matériel audiovisuel important et à des documents. Dans la performance, nous avons même pu compter sur la participation active d’un parent proche d’une des victimes qui nous a fait part de sa recherche. Ce témoignage nous a paru vital, alors que nous nous sommes aussi appuyés sur des documents plus institutionnels qui tentaient de recomposer l’identité des victimes et les circonstances des faits, notamment ceux émis par le Centre de Mémoire Historique de Colombie9.

43Nous avons travaillé chacun.e deux récits, en prenant un point de vue de témoin. Notre intention était de donner vie à l’histoire en la personnalisant pour la rendre sensible et unique. À la lumière de ce travail, dans un processus collaboratif, nous avons défini les éléments plastiques, corporels et leurs rapports à l’espace-temps. D’autre part, nous avons fait un appel public pour recueillir des vêtements et des objets, afin de recréer les éléments qui symbolisaient des traces d’une existence quotidienne, d’une histoire de vie.

44Un groupe marchait à un rythme lent et saccadé. Ils tentaient de se souvenir des victimes, de reconstruire leur mémoire, en complétant la silhouette de corps qui symbolisaient ceux jamais retrouvés. Puis, on écrivait des mots à l’intérieur de ces corps figurés qui devenaient une preuve des existences niées. Comme un rituel par lequel on cherche à redonner de la dignité aux disparu.e.s, tel Antigone avec le cadavre de son frère. Le sentiment de parcourir à nouveau leurs chemins nous envahissait. Nous réclamions la vérité et la justice, en demandant : « Où sont-ils/elles ? Qu’en ont-ils fait ? ».

45Des phrases des proches des victimes marquées sur des petits papiers ont dessiné un chemin qui rappelait les personnes disparu.e.s. Nous souhaitions performer le langage et approfondir dans les biographies reconstruites comme une matière sensible, dans l’idée de générer un rapport intime entre les objets trouvés et le récit raconté.

46À l’occasion de la performance à Bogotá, les témoins.es étaient en grande partie les familles des victimes du Palais de Justice qui venaient avec l’objet personnel de leur être aimé. À Toulouse, les perfomeur·euse.s avaient prévus les objets : même s’il y avait des parents de personnes disparus de Colombie et d’autres pays latino-américains, des visiteurs du musée et des personnes de passage s’approchaient par simple curiosité pour nous interroger sur le contenu de l’action. Les performeurs.euse.s provoquaient l’intervention de ces témoins.es et les accompagnaient dans la reconstruction de silhouettes autour d’un grand corps collectif, fait avec de la terre sur un tissu blanc qui représentait l’implication dans le souvenir et l’élaboration collective de la mémoire (Fig. 3).

Figure 3 : Performance « Evocando a Antígona »

Figure 3 : Performance « Evocando a Antígona »

Collectif Artistique ReivindicArte. Proposition artistique récrée par le Collectif Artistique ANACAONA avec la participation de la Commission Artistique de la CEV intégrée par Carolina Mahecha Quintero, NathaliaVelandia, Natalia Amaya García, Gabriela Acosta Bastidas, Gustavo Suárez, Daniela Reina, Martha Judith Noguera, Anita Rojas, Rodrigo Restrepo y Pablo Cala. Installation de la « Commission pour l’Éclaircissement de la Vérité (CEV) en Colombie ». Journée « Disparition forcée, non à l’oubli ». Semaine de l’Amérique latine et des Caraïbes 2019. 2 juin 2019. Musée Les Abattoirs. Toulouse, France.

Crédit photo : Adan Paul Lopez Soto.

47Les conditions de la réalisation de l’action nous ont exposées à la dynamique d’un espace public : en partant du trottoir extérieur, on traversait le jardin Raymond IV pour rejoindre la cour du Musée des Abattoirs. Cependant, l’intimité a pu s’établir grâce à la présence des familles de victimes exilé.e.s en France. Cet hommage encadré par la formalité d’un musée d’art contemporain avait une portée symbolique différente de la performance réalisée en Colombie. Celle-ci, qui a été réalisée sur la Plaza Simón Bolivar en 2009, face au Palais de Justice, a eu un impact accentué par le lieu. Dans le contexte colombien, l’intervention avait un caractère de dénonciation forte, car elle se réalisait à l’endroit même du déroulement des faits.

48Par notre intervention artistique dans un espace culturel institutionnalisé de notre pays de résidence, nous avons ouvert une possibilité de rencontre déterritorialisée intergénérationnelle. Nous avons créé un territoire imaginaire dans lequel nous pouvons restituer la mémoire de faits historiques non résolus en Colombie. La performance de Toulouse a été un fragment artistique qui témoigne de l’anamnèse de la diaspora colombienne, mais aussi de l’Amérique latine.

  • 10 « Depuis le 28 avril 2021, en répondant à un appel à la Grève Nationale Indéfinie, les citoyen.ne.s (...)

49Le moment de la réalisation de cette performance a été très émouvant. Nous avons eu le besoin de partager nos impressions et ressentis. Nous étions affectés collectivement par le poids de l’histoire violente que portent nos pays d’origine. Nous avons pu expérimenter l’entraide, la force et l’intérêt du collectif quand se dévoile l’absence de justice. Une histoire tragique qui continue face aux assassinats systématiques de leaders politiques, les disparitions forcées et la répression des mouvements sociaux qui se sont manifestés récemment dans la grève nationale indéfinie d’avril 2021 en Colombie10.

3/ Flashmob 8 mars 2019 : projet d’intervention artistique et féministe dans l’espace urbain

  • 11 Dans ce cas, nous pouvons citer l’Assemblée transféministe NatyYarza, les Collectifs de Femmes Kurd (...)

50À Toulouse, les femmes migrantes ont acquis de plus en plus de place, notamment après 2018, où le mouvement autonome de femmes a pris l’initiative d’une organisation plus massive et inclusive lors des manifestations du 8 mars (journée internationale des droits de femmes). Dans cette nouvelle dynamique locale, plusieurs collectifs et organisations de femmes migrantes sont nés et ont trouvé un espace plus marqué de parole et de visibilité11.

51En outre, passer par un regroupement autour de l’origine socio culturel peut représenter pour beaucoup de femmes migrantes la seule possibilité de s’organiser politiquement, « de donner sens à leurs identités » (Umut 140) dans des espaces où leur légitimité citoyenne ou d’appartenance est mise en question. (Umut 151). La construction d’une parole propre rendant compte d’une différence ressentie, implique aussi l’expérience du corps comme vecteur de connaissances et générateur d’un positionnement politique.

  • 12 Extrait du « Manifeste de femmes immigrées auto-convoquées de Toulouse » écrit en mars 2019.

52Dans ce cadre-là, notre appel de Flashmob est né de ce besoin d’auto-organisation et de visibilité politique des femmes migrantes latino-américaines dans l’espace public de la ville de Toulouse. Nous voulions comprendre cette action collective instantanée comme une forme de liberté d’expression à partir de nos corps et nos différences. Nous avions le pouvoir de dire : « Nous sommes ici », « bien que minoritaires nous existons, nous faisons partie de cette société »12.

53En tant que migrantes latino-américaines, nous nous sommes connues dans des espaces de rencontre, de dialogue (les associations, l’université, les évènements artistiques et culturels, le lieu du travail, etc.,). Nous avons eu l’opportunité d’échanger des problèmes communs de notre vie quotidienne qui nous ont motivés à développer un travail académique, artistique et politique autour des femmes migrantes.

  • 13 Plusieurs exemples de performances artivistes ont marqué nos imaginaires de luttes féministes. « Un (...)

54Nos questionnements ont trouvé une voie d’évolution dans l’expérience des performances artivistes qui nous permettaient de rendre visible les luttes à travers corps dans l’espace public. Nos approches de l’art et du corps étaient marquées par la danse, le théâtre, les sciences politiques et l’anthropologie. Par ailleurs, notre intervention faisait écho au renforcement des mouvements féministes dans les pays hispanophones qui dynamisent les formes de protestation sociale à partir de l’art13.

55Il existait déjà un petit réseau d’artistes migrantes tissé depuis des actions performatives (« Hommage à Marielle Franco » et « Evocando a Antigona »). Ce noyau a été nourri par des femmes qui circulaient librement dans les rencontres de préparation de l’action. Un appel a été lancé sur les réseaux sociaux pour inviter les femmes au flashmob : « Occuper la rue en dansant » a été la consigne de cette action pour nous rejoindre dans la chorégraphie, comme une célébration féministe spontanée.

  • 14 Berta Isabel Cáceres Flores était une leaderesse indigène Lenca, une féministe et une activiste env (...)
  • 15 Ni una menos est un mouvement féministe né en 2015 en Argentine qui lutte contre le féminicide et l (...)

56Lors de Flashmob, nous avons construit des images statiques symbolisant des oppressions de genre. Nous faisions une chaîne humaine, liées par nos bras. Nous avançons en bloc au rythme d’un slogan féministe. Notre intention n’était pas esthétique sinon de générer un espace de création, libre de contraintes normatives, où nous pourrions nous rencontrer et vivre un moment de collectivité. Nous portions de panneaux avec des phrases de dénonciation des violences emblématiques de la lutte féministe en Amérique latine en soutien du combat de Marielle Franco, Berta Cáceres14 et aussi du mouvement contre le féminicide « Ni una menos »15. D’autres faisaient référence directement à notre situation de migration : Nous avons écrit le slogan « Ensemble même loin nous faisons territoire » (Fig. 4).

Figure 4 : Flashmob, intervention artistique féministe dans l’espace urbain

Figure 4 : Flashmob, intervention artistique féministe dans l’espace urbain

Femmes migrantes auto- convoquées de Toulouse. Journée internationale des droits des femmes. 8 mars 2019. Toulouse, France.

Crédit photo : Nathalia Velandia.

  • 16 Texte Flashmob 8 mars 2019 Projet d’intervention artistique et féministe dans l’espace urbain. Toul (...)

57Malgré un certain aspect qui pourrait être considéré comme spectaculaire ou massif, notre performance ne visait pas l’animation dans le sens habituel. Le cœur de cette action était d’abord l’expression à travers nos corps que nous voulions politique, politisés, mais pas exotisés. Pour réaffirmer cette idée, nous avions écrit collectivement un texte16 que nous avons rendu public par une lecture au micro, lors de prises de parole. Ce flashmob était un pas vers un art urbain qui « performe » la marche revendicative et qui invitait d’autres migrantes à voir l’importance de prendre artistiquement l’espace de la rue.

58Le 8 mars et la grève internationale était un élément symbolique du féminisme, important pour certaines, mais pas pour toutes : plusieurs femmes ne se revendiquent pas féministes. Cependant, l’espace se prêtait au partage des histoires, mais aussi, de façon inespérée, pour mettre des mots sur des vécus violents (des violences domestiques, des insécurités liées à nos corps). Le fait d’être ensemble brisait des solitudes. Manifester collectivement en tant que migrant.es n’était pas habituel pour nous.

59Au moment de réaliser le flashmob, les passants ont réagi de façon diverse et nous renvoyant des perceptions erronées, « un cours de zumba ? », mais aussi des hommes ont voulu s’incorporer à la chorégraphie sans respecter notre espace de manifestation. Pour d’autres passant.e.s, notre intervention faisait partie « d’une délégation artistique internationale » qui venait à l’occasion de la manifestation du 8 mars. L’image décorative du flashmob avait associé les corps à toute autre chose que l’action de lutte sans réfléchir au fond revendicatif de notre action. En tant que migrantes, nous voulions être vues comme des manifestantes. Ces affirmations mettaient aussi en évidence un débat plus large sur la place des migrant.s.es dans le pays d’accueil, trop souvent perçu.e.s comme extérieur.e.s et pas comme riverain.e.s.

  • 17 Extrait du « Manifeste de femmes immigrées autoconvoquées de Toulouse » écrit en mars 2019.

60Malgré les mauvaises interprétations, cette performance a été un espace d’empowerment, de joie et de partage avec des femmes et des personnes des dissidences de genre qui ont rejoint l’action. Nous avons pu nous rendre visibles dans un contexte important pour la lutte féministe internationale, avec nos revendications particulières en tant qu’une partie des femmes émigrées latino-américaines. Notre combat politique était porté par notre corps, par notre danse et le fait d’être en collectif. « Nous appelons à nous exprimer en déplaçant ce qui nous identifie, stigmatise, égalise et différencie : NOTRE CORPS. Pour qu’il ne soit pas simplement un corps qui produise, qui “serve”, qui soit utile17 ».

4/ Performance 8 mars 2020 : dénonciation de l’extractivisme en Abya Yala pour la souveraineté de nos corps et territoires

61À Toulouse, il existe depuis longtemps un travail associatif et politique d’une partie de la diaspora latino-américaine, des expériences d’échange et des réseaux constitués. Nous décidons de nous organiser et de créer « Sueltas Colectiva » en octobre 2019. Nous discutions autour de la construction de la lutte depuis nos corps, nos imaginaires et nous recherchons une expression propre dont nous serions les actrices. Le moment du Flashmob du 2019 a été clé pour rendre visible la lutte commune des femmes migrantes latino-américaines. Une lutte qui enfin s’exprime par le corps et l’art de manière collective. En suivant cette réflexion nous avons décidé de participer, en tant que colectiva de la manifestation organisée à l’occasion du 8 mars 2020 avec une performance artiviste.

  • 18 L’extractivisme est un modèle économique et politique basé sur la marchandisation et l’exploitation (...)

62Nous avons exprimé le besoin de consolider l’identité de « la colectiva », en convenant que nos corps étaient traversés de manière violente par une intersectionnalité des oppressions. Le patriarcat, le colonialisme et le racisme étaient facilités par l’extractivisme18 très virulents dans notre continent, comme formes prédominantes d’exploitation capitaliste. Nous cherchions à mettre en évidence le phénomène extractiviste encore présent dans nos pays d’origine, en rapport avec la génération de richesse dans les pays de notre mobilité.

  • 19 Manifeste SueltasColectivaToulouse, 8 mars 2020, Texte publié sur les réseaux sociaux https://www.f (...)

63Un des enjeux a été de rendre visible le rapport entre le colonialisme et les mouvements migratoires, en sachant qu’une de cause de mobilités massives de population était le développement des projets d’économie extractiviste de la part des entreprises localisées dans les anciens pays coloniaux. Face à ce contexte, en plus de l’action artistique nous avons voulu dénoncer à travers un texte19 le renforcement de politiques de sécurité frontalière contre les migrant.e.s venu.e.s vers l’Europe, provenant de pays sources de matières premières où les violences d’État, de genre et sexuelles se voient accentués par l’installation des économies productives très masculinisées, d’enclavement.

64De nouveau l’importance du corps s’est imposée à nous. Nous avons voulu sensibiliser à la problématique de l’extractivisme avec une action artistique. Dans ce sens, la colectiva qui a caractère autogéré a convoqué de bouche à oreille des artistes qui ont participé à des interventions précédentes et par les médias sociaux d’autres femmes du réseau militant latino-américain.

  • 20 Cette phrase vient de luttes éco-féministes. Cette perspective considère le corps comme premier ter (...)
  • 21 Pour les femmes issues des populations indigènes et proches des féminismes communautaires, l’exprop (...)

65Pour la performance, nous avons pris en tant qu’idée-force « Las mujeres no somos territorios de conquista20 » (Les femmes ne sont pas des territoires de conquête). Nous avons voulu symboliser le concept de corps-territoire21 à travers la présence physique de la terre, mais aussi dans cette action, nous proposions une compréhension plus élargie du corps comme un espace politique où se matérialisent divers rapports de force, de l’ordre de la domination et de la résistance (Fig. 5).

Figure 5 : Performance Dénonciation de l’extractivisme en Abya Yala

Figure 5 : Performance Dénonciation de l’extractivisme en Abya Yala

Sueltas Colectiva. Journée internationale des droits des femmes. 8 mars 2020. Toulouse, France.

Crédit photo : Cathy Viatour et Tatíana Aoun.

66Néanmoins, le processus interne de la colectiva et le travail créatif réalisé, nous ont fait prendre conscience des perceptions différentes qui nous traversaient. Malgré la force commune mobilisée, pour les femmes issues de peuples originaires ou qui venaient de populations rurales, l’extractivisme représentait la destruction du tissu social de manière plus évidente que pour celles venues d’un milieu urbain. L’impact était différent aussi selon notre classe sociale et notre ethnie. Au-delà de ces différences ce qui était important pour la construction collective dans le contexte de migration, c’était que nous constituons ensemble un territoire commun.

  • 22 Pendant la pandémie ce réseau international d’organisation féministe est né comme un espace transna (...)

67Malgré l’intention de continuer nos réunions pour partager nos impressions et planifier d’autres événements, nous avons été confrontées aux effets de la pandémie actuelle qui a fragilisé gravement nos situations de vie ordinaire et politique. La crise sanitaire nous a mis des barrières pour continuer l’évolution de notre processus artistique et politique en tant que colectiva « Las Sueltas » à proprement parler. Cependant, nous avons continué de participer à des actions plus ponctuelles appelées par le réseau international des « Féministes Transfrontalières »22, entre autres activités à distance.

II/ Conclusions

68Avoir fait un travail de documentation, de mémoire de nos actions artistiques, et de nos parcours biographiques, nous a permis de clarifier les aspects essentiels de notre identité artiviste. Nous avons perçu comment les espaces de discussion politique, comme scène de dialogue et d’échange avec les actions artistiques, ont fait évoluer cette identité. Le collectif a pu venir renforcer l’expression des individualités et contribuer à leur force. De la même manière, la diversité des expressions a pu nourrir de créativité collective et apporter un point de vue différent et d’autres contenus (la récupération de la mémoire historique et collective, le droit à l’avortement en Amérique latine, la violence de genre et les féminicides politiques, l’extractivisme et la question coloniale). Cette rétro-alimentation a fait avancer le rapport entre l’individuel et le collectif.

69L’action artistique des femmes migrantes joue un rôle fondamental en tant que voie d’intervention dans la sphère publique. Le sujet de la migration des femmes et de leur visibilité dans les espaces politiques et artistiques trouve un sens amplifié à la lumière des actions artivistes, dès lors que l’on inclut dans ses formes des initiatives plus anonymes, non professionnelles, individuelles ou collectives. Ainsi, l’artivisme, compris comme une démarche vis-à-vis de collectifs sensibles à des revendications communes avec les femmes migrantes (antiracisme, anticolonialisme, féminisme, anticapitalisme), permettrait de mobiliser les identités, non pas en opposition, mais en construction collective. De cette façon, la diversité de nos expériences, de nos identités et de nos revendications devient plus visible.

70Dans un contexte où se produit un mouvement d’hybridation des réalités (García Canclini), et en prenant en compte la multiplicité des codes socioculturels occasionnée par la séparation territoriale liée à la migration, la localisation multi-située de nos identités migrantes se forge à partir des interactions, des transactions et des transgressions. Nos interactions avec les réseaux de la diaspora latino-américaine et avec les associations féministes ont élargi notre identité, en approfondissant un sentiment d’appartenance à Abya Yala comme positionnement politique depuis nos identités plurielles et métissées.

71Tout au long de l’analyse de ces actions, nous avons constaté le surgissement d’un noyau des femmes créatrices. Un réseau artiviste a été nourri par leurs différentes réalités et expériences acquises dans leurs pays d’origine et de mobilité. Chaque performance nous a permis de faire avancer nos réflexions politiques mais aussi notre pratique artiviste. Dans l’urgence d’agir face à des situations complexes, chargées d’émotion, nous avons vécu la catharsis, comme préoccupation collective des actrices – créatrices, tout en revendiquant un espace de prise de parole en tant que femmes migrantes. Dans ces performances nous avons perçu les effets de la distance, une double absence, une double présence qui nous a poussées à intervenir, depuis ici en direction de là-bas. En même temps, nous avons témoigné d’un regard critique sur la réalité de l’Amérique latine. Et cette expression est une expérience de transgression si on considère les différents contextes de nos pays d’origine.

72Dans ces réalités marquées par une forte répression de la contestation politique, la liberté et la créativité, l’artivisme nous permet de multiplier et renforcer les espaces de réflexion, d’action, de dénonciation et de transformation. En prenant en compte les formes liées à l’artivisme, à l’art-action ou à l’art de l’intervention sociale concernant les luttes politiques des minorités, nous percevons cette démarche artistique comme un chemin d’action dans les processus militants et de résistances latino-américains par l’impact profond qu’elle provoque dans les sociétés.

73Dans nos performances, en proposant nos corps racialisés et leurs représentations comme des « territoires occupés », nous affirmons notre besoin de les dés-coloniser, les réinvestir et les ré-habiter, dans le but d’effacer des frontières, de questionner les limites, de créer des liens et de provoquer des interrogations. Les quatre performances évoquées depuis l’intérieur de processus créatifs, nous ont proposé une ré-politisation du corps, une forme de résistance à travers l’art. Dans notre pari, l’artivisme communique, dénonce et incarne des représentations et peut nous permettre de démasquer la discrimination, le racisme et les mécanismes de dominations enfouis. Le recours à des stratégies de résistances créatives peut faciliter le surgissement de nouvelles représentations émancipatrices pour les actrices de la mobilité.

74Ainsi, à la lumière de l’analyse des actions artivistes, nous avons mis en évidence l’émergence des nouveaux territoires de lutte politique où les revendications se rencontrent et acquièrent une connotation internationale. Grâce aux migrations, nous assistons aux assemblages de luttes et de vécus qui activent les actions politiques artivistes. Il y a lieu à l’activation d’un espace de résistance cosmopolite qui au-delà des frontières dévoile des problématiques transversales à différents contextes sociaux. Les revendications locales seraient renforcées par une telle perspective.

75Dans « L’hommage à Marielle Franco », l’assassinat d’une femme élue fait résonner l’avancée de l’extrême droite dans le monde et la limitation des espaces de participation politique pour les féministes racisées. « Evocando à Antigone » active un réseau transnational de personnes qui revendiquent la récupération de la mémoire historique, en visant la solidarité internationale comme une instance de pouvoir et d’influence politique, afin de développer des processus de justice et d’éclaircissement de la vérité au niveau national. Le point commun entre les deux actions était la dénonciation de la terreur comme arme de contention de l’opposition politique. Cette réalité de l’Amérique latine peut avoir un écho dans d’autres territoires pour des raisons historiques ou face à des événements actuels.

76Cependant, les migrations ne facilitent pas simplement la délocalisation de luttes déjà existantes, mais aussi le surgissement des nouvelles, motivées par l’émergence d’identités transfrontalières. Dans le contexte précis du « Flashmob », cette expérience nous amène à penser au-delà de nos nationalités, puisque nous partageons des problématiques et quotidiens similaires liés à nos vécus de migration. Une forme d’identité collective se dessine dans l’espace transnational depuis nos corps en mouvement, en tant que protagonistes de la création de formes originales de protestation, en visant la reconnaissance de féminismes multiples et d’oppressions intersectionnelles.

77Dans la performance avec Las Sueltas l’évolution d’une identité en tant que groupe organisée se renforce à partir de la problématisation du passé colonial et du présent extractiviste. Les revendications délocalisées activées par les migrations internationales dévoilent des nouvelles formes de colonisation et des discriminations raciales. Les violences produites par les économies d’enclavement, les attaques contre l’environnement et la nécropolitique sont les points de référence des nouveaux scénarios de revendications. Néanmoins, la complexité de ce sujet exige un processus de travail, de réflexion et de création, à mettre en dialogue avec la question de la précarité de nos vécus ici qui est souvent apparue dans nos discussions informelles.

78Il s’agirait maintenant d’ouvrir un chemin vers une théorisation d’une méthode d’action dans l’espace public, au service de la performance artiviste. Repenser les identités, dynamiser des espaces dont l’activité peut être redondante et entravée par des inerties, redéfinir des concepts tels que l’universalisme, le nationalisme, l’appartenance géographique, la notion de résidence, voici le sens de la tâche à laquelle l’artivisme pourrait se confronter aujourd’hui.

79L’artivisme est une expression esthétique à part entière, en tant que forme de construction d’un discours politique puissant. Nous concevons la performance artiviste comme un espace-laboratoire et d’expérimentation créative où il est possible de la consolider et de réfléchir à son impact, aussi bien sur les personnes impliquées dans les actions que sur les témoins.es. Il reste que comme toute manifestation artistique, l’artivisme doit se protéger de l’instrumentalisation et du risque d’être capté en tant qu’objet de consommation, ce qui mettrait à mal l’intérêt de son propos.

Haut de page

Bibliographie

BATAILLE, Philippe. Le racisme au travail. Paris : La Découverte, 1997.

BORGEAUD-GARCIANDIA, Natacha et Isabel GEORGES. « Travailleuses en migration dans les Suds. Déplacements de regards, reconfigurations de l’objet ? ». Revue Tiers Monde. 2014, vol. 217, no 1, p. 7‑24.

CENTRE POUR LA JUSTICE ET LE DROIT INTERNATIONAL, Écho International, CEJIL [en ligne]. 2021. [Consulté le 30 août 2021]. https://cejil.org/caso/palacio-de-justicia/

CHÂABANE, Nadia. « Diversité des mouvements de “femmes dans l’immigration” ». Les cahiers du CEDREF [en ligne]. 2008, n° 16, p. 231‑250. [Consulté le 5 décembre 2020]. http://journals.openedition.org/cedref/601

CONTRERAS, Paola et Macarena, TRUJILLO. « Desde las epistemologías feministas a los feminismos decoloniales: aportes a los estudios sobre migraciones ». Athenea Digital. Revista de Pensamiento e Investigación Social [en ligne]. 2017, vol. 17, n° 1, p. 145‑162. [Consulté le 20 juin 2019]. https://atheneadigital.net/article/view/v17-n1-trujillo-contreras/1765

FRANCO, Marielle. « Mobiliser la créativité politique des favelas brésiliennes ». Vacarme [en ligne]. 2018, vol. 84, n° 3, p. 121‑126. [Consulté le 20 juin 2019]. https://doi.org/10.3917/vaca.084.0121

GARCÍA CANCLINI, Néstor. Culturas híbridas Estrategias para entrar y salir de la modernidad. México: Editorial Grijalbo, 1990.

GONZALEZ, Olga L. « La présence latino-américaine en France ». Hommes et Migrations. Novembre-décembre 2007, n° 1270, p. 8‑18.

HARAWAY, Donna. « Savoirs situés : la question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partielle ». In ALLARD Laurence, Delphine GARDEY, Nathalie MAGNAN. Manifeste Cyborg et autres essais. Sciences – Fictions – Féminismes. Paris, Exils 2007.

LANDRY, Verónique. « Mujer, migración intrarregional e invisibilidad ». Revista Nomadías [en ligne]. 2012, n° 16, p. 99‑117. [Consulté le 13 avril 2019]. https://nomadias.uchile.cl/index.php/NO/article/view/24963

LOPEZ Marife, Hegoa GARAY et Gabriela ACOSTA. « Ecosfeministas en Toulouse (Francia) ». Mujeres del mundo - Mundukoemakumeak. Octobre 2019, n° 74, p. 14‑15.

MARIN, Sigifredo. Pensar desde el cuerpo. Tres filósofos artistas: Spinoza, Nietzsche y Pessoa. Tijuana, México: Consejo Nacional para la Cultura y las Artes (Conaculta). Centro Cultural, 2006.

MONZÓN, Ana Silvia. « Mujeres, género y migración: una perspectiva crítica desde el feminismo ». In CAROSIO, Alba et al. (coord.). Feminismos, pensamiento crítico y propuestas alternativas en América Latina. Ciudad Autónoma de Buenos Aires : CLACSO, 2017, p. 79‑92.

MOROKVASIV, Mirjana. « L’(in)visibilité continue ». Cahiers du Genre, 2011, vol. 51, n° 2, p. 25‑47.

MOROKVASIV, Mirjana. « La visibilité des femmes migrantes dans l’espace public ». Hommes & Migrations. 2015, vol. 1311, no 3, p. 7‑13.‬‬‬‬‬‬‬

MÜLLER, Jürgen. « Vers l’intermédialité. Histoires, positions et options d’un axe de pertinence ». Média Morphoses. 2006, no 16, p. 99‑110. [Consulté le 13 avril 2019]. http://documents.irevues.inist.fr/bitstream/handle/2042/23499/?sequence=1

OBSERVATORIO DE CONFLICTOS MINEROS EN AMÉRICA LATINA-OCMAL. « Conflictos Mineros en América Latina: Extracción, Saqueo y Agresión». Estado de situación en 2014 [en ligne]. Avril 2015. [Consulté le 13 avril 2019]. https://www.ocmal.org/wp-content/uploads/2017/03/Conflictos-Mineros-en-America-Latina-2014-OCMAL.pdf

OBSERVATOIRE MULTINATIONALES SOCIAL, ECOLOGIQUE ET POLITIQUE. « ALSTOM et GDF Suez, Au cœur de Belo Monte et du développement hydroélectrique de l’Amazonie » [en ligne]. [Consulté le 14 septembre 2021].https://multinationales.org/Alstom-et-GDF-Suez-au-coeur-de.

SABAH, Chaïb. « Femmes, migration et marché du travail en France ». Les cahiers du CEDREF [en ligne]. 2010, no 12. [Consulté le 29 juillet 2021]. http://journals.openedition.org/cedref/559

UMUT, Erel. « Rendre visible l’activisme des femmes migrantes ». Cahiers du Genre. 2011, vol. 51, n° 2, p. 135‑154.

VERGÈS, Françoise. Un féminisme décolonial. Paris : La Fabrique éditions, 2019.

Haut de page

Notes

1 Nous voulons aborder le terme « femmes » comme une catégorie multiple et diversifiée, non pas pour promouvoir une essentialisation des catégories binaires de genre mais avec l’intention de valoriser un vécu spécifique.

2 Nous voulons faire référence à l’identité des artistes-chercheur.euses dans les processus de recherche-création, en tant que pratique de recherche qui valorise la création artistique comme forme de connaissance.

3 Le concept de « communauté performative » recouvre celui d’espace d’expériences et d’actions ritualisées, caractérisé par des aspects de mise en scène, de mimesis, de jeu et de pouvoir. Pour nous, il se réfère à une communauté éphémère qui se forme lors d’une action.

4 « À partir de 1970, le corps devient une source de rébellion et prépare l’insurrection contre les nouvelles servitudes imposées. Au début du siècle, le corps humain est devenu l’instrument de travail privilégié des artistes en tant qu’élément d’analyse et de résistance sociale ».

5 Selon un rapport du 2017 d’Amnesty international, les pays les plus meurtriers pour cette catégorie de défenseurs des droits humains sont le Brésil, la Colombie, les Philippines, l’Inde et le Honduras.

6 Marielle Franco une femme noire, lesbienne, conseillère municipale de Rio de Janeiro, issue des favelas (le Complexo da Maré) a durant sa vie dénoncée les attaques violentes perpétrées par l’armée et la police particulièrement envers les jeunes, témoins du racisme structurel présent dans la société brésilienne.

7 Le 6 novembre 1985, le commando de la guérilla M-19 Iván Marino Ospina s’est emparé du Palais de justice, siège de la Cour suprême et du Conseil d’État dans la ville de Bogota, en Colombie. Après cette prise, les forces armées colombiennes ont décidé de reprendre le Palais par une opération militaire. Au cours de cette opération, 12 personnes ont été victimes de disparition forcée, 4 ont été torturées et un magistrat auxiliaire a été porté disparu puis exécuté de manière extrajudiciaire par des agents des forces de sécurité. https://cejil.org/caso/palacio-de-justicia/

8 La Fondation Hasta Encontrarlos est une organisation de défense des droits humains qui œuvre pour la mémoire, la vérité, la justice et la dignité dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord pour la fin du conflit et la construction d’une paix stable et durable, en mettant l’accent sur la recherche des disparus.es forces.es. https://www.facebook.com/HastaEncontrarlos.DesaparecidosForzadamente.Colomb/

9 Centre National de la Mémoire Historique. « Huellas y rostros de la desaparición forzada » (1970‑2010). Bogotá, Centro Nacional de la Memoria Histórica, 2013.

10 « Depuis le 28 avril 2021, en répondant à un appel à la Grève Nationale Indéfinie, les citoyen.ne.scolombien.ne.s ont manifesté contre les projets de loi de la réforme fiscale, de la réforme de santé publique et de la réforme des retraites, tout autant qu’ils exigeaient que soient suivis d’effet les Accords de Paix signés en 2016. La réponse du gouvernement a été la militarisation et l’envoi de forces armées pour réprimer la population, donnant lieu à une vague de massacres ». Appel urgent à la solidarité internationale face à la violation des droits humains et du droit à la protestation sociale en Colombie ». Colombien.e.s des villes de Lyon, Marseille, Nantes, Strasbourg, Paris, Rennes, Toulouse, Saint-Étienne, Bordeaux. France, le 12 mai 2021.

11 Dans ce cas, nous pouvons citer l’Assemblée transféministe NatyYarza, les Collectifs de Femmes Kurdes de Toulouse, ou encore Sueltas Colectiva, entre autres (Lopez, Garay, Acosta).

12 Extrait du « Manifeste de femmes immigrées auto-convoquées de Toulouse » écrit en mars 2019.

13 Plusieurs exemples de performances artivistes ont marqué nos imaginaires de luttes féministes. « Un violeur sur ton chemin » de Las Tesis collectif chilien, le travail artiviste de Mujeres Creando en Bolivia, mais aussi celui de la guatémaltèque Regina Galindo ou encore une partie de la proposition performatived’Ana Mendieta.

14 Berta Isabel Cáceres Flores était une leaderesse indigène Lenca, une féministe et une activiste environnementale du Honduras. Elle a été assassinée par la dictature du Honduras après des années de menaces contre sa vie, et son meurtre a été largement condamné au niveau international.

15 Ni una menos est un mouvement féministe né en 2015 en Argentine qui lutte contre le féminicide et la violence basée sur le genre.

16 Texte Flashmob 8 mars 2019 Projet d’intervention artistique et féministe dans l’espace urbain. Toulouse, France Manifeste de Femmes immigrées auto convoquées de Toulouse : https://www.facebook.com/SueltasColectiva

17 Extrait du « Manifeste de femmes immigrées autoconvoquées de Toulouse » écrit en mars 2019.

18 L’extractivisme est un modèle économique et politique basé sur la marchandisation et l’exploitation effrénée de la nature. En tant que pilier du système capitaliste, il établit une division internationale du travail qui assigne à des pays le rôle d’importateurs de matières premières et à d’autres celui d’exportateurs. Il opère par le biais de l’appropriation néocoloniale et du racisme structurel qui se manifeste dans la dépossession des territoires ancestraux et le dénie des pratiques culturelles des peuples originaires. (OCMAL).

19 Manifeste SueltasColectivaToulouse, 8 mars 2020, Texte publié sur les réseaux sociaux https://www.facebook.com/SueltasColectiva/photos/782337995624080

20 Cette phrase vient de luttes éco-féministes. Cette perspective considère le corps comme premier territoire à défendre et la terre comme endroit historique producteur de sens où on recrée la vie.

21 Pour les femmes issues des populations indigènes et proches des féminismes communautaires, l’expropriation de la terre passe par une expropriation des corps, principalement des corps de femmes.

22 Pendant la pandémie ce réseau international d’organisation féministe est né comme un espace transnational pour l’articulation politique de collectifs féministes, transféministes et anti-patriarcaux. https://www.facebook.com/FeministasTransfronterizas/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Performance « Hommage à Marielle Franco »
Légende Avec la participation de : Carolina Mahecha Quintero, Nathalia Velandia, Natalia Amaya García, Gabriela Acosta Bastidas, Martha Judith Noguera, Natalia Macira, Paloma Segovia et autres collaboratrices de dernière minute. Festival « Latino-docs 2018 – La dixième ». 17 novembre 2018. Bourse du Travail. Toulouse, France.
Crédits Crédit photo : Lolita Todeschini.
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7409/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Figure 2 : Performance Evocando a Antígona : en búsqueda de un cuerpo
Légende Collectif Artistique ReivindicArte intégré par Dina Luz Hueso Marroquin, Carolina Mahecha Quintero, Ana Carolina Naranjo Rojo et Nazly Puentes. Hommage aux 24 ans de la disparition de personnes du Palais de Justice de Bogotá, réalisé par « la Comisión de Justicia y Paz », 6 novembre 2009. Place de Bolívar. Bogotá, Colombie.
Crédits Crédit photo : Alejandro Naranjo Rojo.
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7409/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Titre Figure 3 : Performance « Evocando a Antígona »
Légende Collectif Artistique ReivindicArte. Proposition artistique récrée par le Collectif Artistique ANACAONA avec la participation de la Commission Artistique de la CEV intégrée par Carolina Mahecha Quintero, NathaliaVelandia, Natalia Amaya García, Gabriela Acosta Bastidas, Gustavo Suárez, Daniela Reina, Martha Judith Noguera, Anita Rojas, Rodrigo Restrepo y Pablo Cala. Installation de la « Commission pour l’Éclaircissement de la Vérité (CEV) en Colombie ». Journée « Disparition forcée, non à l’oubli ». Semaine de l’Amérique latine et des Caraïbes 2019. 2 juin 2019. Musée Les Abattoirs. Toulouse, France.
Crédits Crédit photo : Adan Paul Lopez Soto.
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7409/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 4 : Flashmob, intervention artistique féministe dans l’espace urbain
Légende Femmes migrantes auto- convoquées de Toulouse. Journée internationale des droits des femmes. 8 mars 2019. Toulouse, France.
Crédits Crédit photo : Nathalia Velandia.
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7409/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Figure 5 : Performance Dénonciation de l’extractivisme en Abya Yala
Légende Sueltas Colectiva. Journée internationale des droits des femmes. 8 mars 2020. Toulouse, France.
Crédits Crédit photo : Cathy Viatour et Tatíana Aoun.
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/7409/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriela Acosta Bastidas et Carolina Mahecha Quintero, « Femmes artivistes en construction : corporalités racialisées et imaginaires de la lutte féministe dans le contexte de la migration », L’Ordinaire des Amériques [En ligne], 228 | 2022, mis en ligne le 11 mars 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/orda/7409 ; DOI : https://doi.org/10.4000/orda.7409

Haut de page

Auteurs

Gabriela Acosta Bastidas

LLA-Créatis, Université Toulouse – Jean Jaurès
gab.acosta.b@gmail.com

Carolina Mahecha Quintero

LLA-Créatis, Université Toulouse – Jean Jaurès/Université Fédérale de Bahia
carolina_mahechaquintero@yahoo.es

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search