Navigation – Plan du site
Villes et violences
Panorama photographique de Timothée Engasser

La pixação : expression urbaine artistique et vandale

Ou "l’art en tant que crime"
Timothée Engasser

Notes de l’auteur

Cet article est le fruit d’un travail de terrain qui s’est déroulé du 01/03/14 au 23/03/14 à São Paulo dans le cadre du mémoire de Master 1 au sein de l’IPEAT sous la direction de Modesta Suárez et soutenu à Toulouse en 2014.

Texte intégral

  • 1 Thiago NUNES SOARES, « Escritas da cidade: as pichações no combate à ditadura civil-militar », Hist (...)
  • 2 Taki 183 est connu pour être le premier à inscrire son nom à New York.

1Invasion scripturale presque totale, organisée autour d’une multitude de groupes de graffeurs, le phénomène de la pixação est unique au monde et prend ses racines dans la ville de São Paulo. Cette expression urbaine s’est développée à la marge de la scène du graffiti mondiale, et tout en gardant son originalité ce mouvement s’est propagé à travers les fanzines de graffiti européens et états-uniens. La particularité de la pixação tient à son incroyable visibilité qui va jusqu’à saturer un très grand nombre de murs de la mégalopole pauliste (photo n°7). Historiquement, ce courant d’inscription urbaine débute, dans sa forme première, sous la dictature brésilienne (1964-1985), plus précisément dans les années 1960, avec des messages politiques1. Dans le courant des années 1980, le message politique disparaît peu à peu et prédomine alors le nom comme seule inscription, à l’instar du modèle new-yorkais2. La pratique évolue dans les années suivantes en compétition visuelle, ce qui a pour conséquence de recouvrir la plupart des murs de São Paulo y compris ceux des plus hauts gratte-ciels. L’émulation est telle que les pixadores n’hésitent pas à escalader des immeubles en plein centre pour y apposer leurs signatures (photo n°9).

2Ce qui frappe d’abord, quand on arrive dans cette immense mégalopole, c’est la profusion de pixações baignant dans un océan de béton. En effet, le pixo est avant tout basé sur une invasion presque totale de la ville mais qui s’appuie au début sur un lettrage très particulier. Comme on le voit sur les différentes photos (n° 1, 9 et 10), l’inscription se construit sur une linéarité du trait qui suit les lignes des bâtiments. Le fait que cette écriture soit en lettres capitales, qui s’inscrivent dans un mouvement vertical, accentue son caractère anguleux3. L’écriture est conçue comme une agression pour celui qui la regarde, renforcée par des teintes pauvres en couleurs. Contrairement au graffiti, qui est plus ou moins accepté sous différentes formes (légalisation partielle4, murs légaux (photo n°14), galeries d’arts, biennales d’art contemporain, avatar touristique pour la municipalité, …), la pixação n’est que très peu institutionnalisée ; on peut à peine évoquer l’invitation d’un pixador à la biennale d’art contemporain de São Paulo en 20105. Mis à part cette expérience, la pixação est perçue très négativement dans la société brésilienne en général. Elle est, en effet, considérée comme une forme de vandalisme ; agressive, elle est très souvent alliée au milieu criminel et aux zones périphériques largement marginalisées. Le fait que les pixadores viennent majoritairement (mais pas dans leur totalité) de ces zones délaissées par la puissance publique ajoute à l’incompréhension des Paulistes face à ce phénomène.

  • 6 Angelina PERALVA, Violence et démocratie, Le paradoxe brésilien (Paris: Balland, 2001).

3Comme l’explique Angelina Peralva, à propos du « surf de rail », les jeunes des quartiers défavorisés adoptent plus souvent que la normale des comportements à risques6. Cette prise de risque peut aussi être comprise comme une réponse à la violence subie dans les quartiers défavorisés, celle-ci se confondant alors dans une forme de participation politique. C’est une participation à la fois subversive dans la pratique et négative dans la forme qu’elle prend. Les pixadores prennent ces risques en pleine connaissance de cause, notamment vis-à-vis de la police, des milices privées de sécurité ou, simplement, des voisins.

  • 7 Entretien personnel réalisé avec Macaulyn, le 10/03/2014.

- Tu fais une différence entre la pixação et le fait de prendre des risques ?
- Non je n’en fais pas, plus tu prends des risques plus tu prends de l’importance dans le mouvement, le plus risqué, le plus commenté. Le mec qui va faire son pixo sur plusieurs bâtiments va avoir plus de reconnaissance par rapport à quelqu’un qui se contente d’en faire sur de simples murs7.

4Dans cet entretien réalisé avec le pixador Macaulyn, il semble bien que le fait de prendre des risques soit indissociable de la pratique de la pixação, puisque c’est par ce biais que l’on engrange de la reconnaissance au sein du mouvement. C’est en escaladant des bâtiments (photos n° 5 et 6), en risquant de se confronter aux forces de l’ordre que le pixador accumule de la notoriété parmi ses pairs. Mais en prenant tous ces risques, il menace aussi sa propre existence ; en effet de nombreux pixadores ont perdu la vie en tombant d’un immeuble, victime d’une balle perduepar un agent de sécurité privée ou un policier, ou à cause d’un conflit entre pixadores.

  • 8 Blase : synonyme de signature.
  • 9 Voir le travail d'Alexandre BARBOSA PEREIRA, « As marcas da cidade : A dinamica da pixação em São P (...)

5Bien que l’activité soit exercée par des individus, avec des noms (ou blases8) spécifiques à chacun d’eux, celle-ci est structurée et la notion de groupe est fortement présente. Les pixadores de São Paulo sont intimement liés au sein d’une véritable communauté mais aussi de sous groupes qui sont en concurrence pour une grande visibilité urbaine. En effet, un véritable système d’organisation, d’acceptation et de reconnaissance s’exerce dans le milieu à travers différents groupes9.

  • 10 Griffe : association de groupe de pixadores, voir plus loin.

6Lors des différents entretiens effectués avec des pixadores, le fait d’être intégré à une griffe10 signifiait le plus souvent être partie intégrante du mouvement de la pixação, connaître la « pixação de verdade » (la vraie pixação). Cependant cette intégration ne se fait qu’après que le pixador ait recouvert une grande partie de la ville avec sa signature.

7Autre endroit spécifique de socialisation, le « point » (prononcer à l’anglaise), sorte de réunion hebdomadaire de la pixação, qui se tient dans une rue dans le centre de São Paulo (quartier República). Le point permet aux pixadores de se réunir, de discuter de n’importe quel sujet en rapport avec le pixo. C’est ainsi qu’ils échangent de nombreux feuillets (photos n° 4 et 8) sur lesquels ils apposent leurs signatures suivies, le plus souvent, du symbole de leur groupe. Lors de ces rendez-vous, des jeunes aussi bien que des personnes un peu plus âgées se côtoient (il existerait quelques centaines de groupes à São Paulo). ; un public masculin prédomine cependant dans ces rencontres, bien qu’il existe un groupe constitué exclusivement de filles.

8Comme on le voit sur les photos n°6 et n°7, les commerces et les murs avoisinant le point sont totalement recouverts de pixações. Au vu de la répression et de la politique de nettoyage de la ville, il est surprenant qu’une centaine de pixadores puisse se réunir chaque semaine au même endroit à la vue de tous.

9Les pixadores, réunis au sein de groupes, vont ensuite s’associer à d’autres pour former une entité plus grande : une griffe. Ces griffes sont le plus souvent encadrées par un chef qui décide d’inviter, ou non, de nouveaux arrivants. Le statut de leader s’acquiert par la reconnaissance et le respect dû à l’ancienneté ou à la renommée, et c’est bien souvent le créateur de la griffe qui la chapeaute. Bien qu’il y ait une notion de hiérarchie, la majorité des pixadores, au cours de mes entretiens, m’ont rappelé que tous les pixadores sont égaux, et que l’humilité est l’une des qualités premières pour se faire bien accepter dans le milieu.

  • 11 Entretien personnel avec Autopsia, réalisé le 12/03/2014.

-Qu’est-ce que signifie la pixação pour toi ?
-La pixação c’est comme une révolte contre toutes les oppressions qu’on nous fait subir dans cette ville. Par exemple, là tu as un métro qui est toujours bondé, […] Les priorités du gouvernement du pays ne sont pas celles des personnes, ils disent quelque chose mais ils font complètement l’inverse. Comme avec cette Coupe du monde-là, j’ai déjà fait un peu d’histoire et c’est presque toujours la même chose, et après tu te rends compte qu’il n’y a pas de moyens dans la santé, dans l’éducation. Donc oui, on fait de la pixação pour protester contre tout ça, c’est une autre vérité qui ne passe pas à la télévision, à la radio. On fait de la pixação pour avoir une « société normale », pour voir un autre point de vue, pour que ça change aussi. Donc, on écrit ce que les gens pensent, en s’appropriant la ville, en faisant de la pixação. C’est aussi pour laisser sa trace, et ce mouvement remonte à l’âge de pierre, par où tu passes tu laisses une signature, c’est quelque chose de très vieux11.

10Il convient donc, également, d’aborder la pixação sous l’angle de la contestation politique, qui, même si elle n’est pas structurée dans la pratique, est très présente dans le discours des pixadores. Sur l’ensemble des pixações de São Paulo, très peu construisent un message politique compréhensible pour la majorité de la population et, quand cela arrive, c’est le plus souvent pour protester contre le pouvoir politique et ses décisions. Plus loin, dans ce même entretien, le pixador Autopsia explique que c’est en faisant ses pixações qu’il revendique son appartenance à la société et répond à la violence que celle-ci lui renvoie.

11Dans d’autres entretiens, la question du manque de moyens des services publics, tels que l’éducation ou la santé, est extrêmement présente. On peut l’expliquer par le manque d’infrastructures dans les zones périphériques et par les priorités économiques accordées par le gouvernement à certains événements sportifs, à l’instar de la coupe du monde de football.

  • 12 Philippe BRAUD, Sociologie Politique (Paris: LGDJ, 2008).

12En outre, « laisser sa trace » revient à produire une sorte de contrôle visuel symbolique dans la ville, en réponse à une marginalisation spatiale et urbaine. C’est ainsi que les pixadores se réapproprient de l’espace urbain par leurs propres moyens. Autopsia parle de « révolte » pour décrire la pixação ; on pourrait aussi ajouter que les pixadores revendiquent, en grande majorité, le geste comme une agression envers la société, contre la corruption ou les choix économiques et politiques. C’est, en d’autres termes, une forme de participation non conventionnelle d’action politique12, le message important peu, le geste de pixar illégalement devenant à lui seul politique. En effet, il n’y a pas de discours structuré et clair dans les messages politiques présents adossés au pixo, même si de nombreuses revendications s’expriment dans les paroles des pixadores. Ils ont ainsi été très actifs dans les manifestations contre le coût élevé des transports à São Paulo en 2013, et encore aujourd’hui contre l’organisation de la coupe du monde de football de juin prochain.

  • 13 Guy DEBORD, La société du spectacle (Paris: Gallimard, 1996).
  • 14 Lei nº 14.223, de 26 de Setembro de 2006 [en ligne] http://cadan.prefeitura.sp.gov.br/sisgecan/down (...)

13Ce mouvement peut être compris comme une sorte de contre-pouvoir, contre une société du spectacle13 qui ne montrerait que certaines activités acceptées et acceptables par la société. Les médias ne présentent, en effet, cette pratique que sous un jour défavorable et plus généralement, les zones périphériques, que sous l’angle de la violence et de l’insécurité. « Laisser sa marque » revient ainsi à faire concurrence aux médias de masse en s’inscrivant directement dans le quotidien des personnes, l’inscription étant la forme la plus efficace visuellement pour attirer l’attention dans la ville. En outre, depuis 2007, la mégalopole pauliste a interdit de manière très stricte l’affichage publicitaire14, ce qui a laissé le champ libre à la pixação dans la concurrence visuelle au sein de l’espace urbain.

14Ce phénomène, déjà ancien, est aujourd’hui encore très ancré dans l’environnement urbain pauliste : il suffit d’observer les murs de São Paulo pour se rendre compte de l’ampleur du mouvement. Ainsi, la pixação revêt-elle de nombreuses facettes, non seulement en tant qu’invasion picturale unique au monde, mais aussi en tant qu’objet artistique subversif se démarquant de toute institutionnalisation, et qui peut, dans certains cas, se muer en véritable forme de contestation politique.

Haut de page

Bibliographie

BARBOSA PEREIRA, Alexandre. « As marcas da cidade : A dinamica da pixação em São Paulo". Lua Nova 79 (2010) : 143-162.

BRAUD, Philippe. Sociologie Politique. Paris : LGDJ, 2008.

Catalogue de la Biennale d’Art Contemporain de São Paulo de 2010 [en ligne] http://issuu.com/bienal/docs/29a-catalogo-pt/437

CHASTANET, François. Pixação : São Paulo Signature. Toulouse : Xgpress, 2007.

DEBORD, Guy. La société du spectacle. Paris : Gallimard, 1996.

Lei nº14.223, de 26 de Setembro de 2006 [en ligne] http://cadan.prefeitura.sp.gov.br/sisgecan/downloads/Lei_14223_26.09.2006_PAISAGENS_URBANAS.pdf

Lei n° 12.408, de 25 de maio de 2011 [en ligne] http://www.planalto.gov.br/ccivil_03/_Ato2011-2014/2011/Lei/L12408.htm

NUNES SOARES, Thiago. « Escritas da cidade : as pichações no combate à ditadura civil-militar », Historia, Dissertação de mestrado de Pós-Graduação, Recife, UFPE, 2012, p6-12.

PERALVA, Angelina. Violence et démocratie, Le paradoxe brésilien. Paris : Balland, 2001.

Haut de page

Notes

1 Thiago NUNES SOARES, « Escritas da cidade: as pichações no combate à ditadura civil-militar », Historia, Dissertação de mestrado de Pós-Graduação, Recife, UFPE, 2012.

2 Taki 183 est connu pour être le premier à inscrire son nom à New York.

3 Voir le travail de François CHASTANET, Pixação : São Paulo Signature (Toulouse: XGpress, 2007).

4 Lei n. 12.408, de 25 de maio de 2011, [en ligne] http://www.planalto.gov.br/ccivil_03/_Ato2011-2014/2011/Lei/L12408.htm

5 Djan Cripta, catalogue de la Bienale d'Art Contemporain de São Paulo, p148 [en ligne]http://issuu.com/bienal/docs/29a-catalogo-pt/437, consulté le 03/04/14.

6 Angelina PERALVA, Violence et démocratie, Le paradoxe brésilien (Paris: Balland, 2001).

7 Entretien personnel réalisé avec Macaulyn, le 10/03/2014.

8 Blase : synonyme de signature.

9 Voir le travail d'Alexandre BARBOSA PEREIRA, « As marcas da cidade : A dinamica da pixação em São Paulo", Lua Nova, 79, 2010, p.143-162.

10 Griffe : association de groupe de pixadores, voir plus loin.

11 Entretien personnel avec Autopsia, réalisé le 12/03/2014.

12 Philippe BRAUD, Sociologie Politique (Paris: LGDJ, 2008).

13 Guy DEBORD, La société du spectacle (Paris: Gallimard, 1996).

14 Lei nº 14.223, de 26 de Setembro de 2006 [en ligne] http://cadan.prefeitura.sp.gov.br/sisgecan/downloads/Lei_14223_26.09.2006_PAISAGENS_URBANAS.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Timothée Engasser, « La pixação : expression urbaine artistique et vandale », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], Coin des curiosités, Villes et violences, mis en ligne le 11 juillet 2014, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/orda/823

Haut de page

Auteur

Timothée Engasser

IPEAT-Framespa-Université de Toulouse 2-Jean Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • OpenEdition Journals