Navigation – Plan du site
2014

"Les écologies politiques aujourd’hui (4) Amérique latine"

Ecologie & Politique, n° 46, 2013, Paris, Presses de Sciences Po
Julien Delord
Référence(s) :

"Les écologies politiques aujourd'hui (4) Amérique latine", Ecologie & Politique, n°46, 2013, Paris, Presses de Sciences Po

Texte intégral

1Tirer le bilan et analyser la situation de l’écologie politique sur les différents continents de notre planète, tel est le projet ambitieux que s’est fixée la revue Ecologie & Politique. Son quatrième volet, coordonné par Denis Chartier et Michaël Löwy, présente un dossier de huit articles consacrés à l’Amérique Latine. En outre, on trouvera dans les rubriques « variations » et « dissonances » deux articles rappelant (fortuitement ?) le thème principal consacrés à la question environnementale dans le contexte du parti communiste chilien et du parti communiste espagnol.

2Bien entendu, ce modeste dossier ne saurait représenter un panorama exhaustif de la question de l’écologie politique sur l’ensemble des pays latino-américains. Au-delà des particularismes nationaux, nous retiendrons deux grandes idées fortes de ce numéro : l’échec des gouvernements de gauche, majoritaires en Amérique Latine, à conduire de véritables politiques écologiques, et la persistance structurelle des effets du colonialisme à travers le modèle économique extractiviste et la question indigène, colonialisme qui est sans conteste l’une des causes majeures de la mise en œuvre hasardeuse de l’écologie politique sur ce continent.

3Car à l’échelle mondiale, le contraste ne saurait être plus marqué qu’en Amérique latine entre le dynamisme de l’écologie politique et la faiblesse des politiques écologiques. Bien que six articles du dossier mettent en avant les mobilisations, les mouvements, les pensées et l’écho international de ce laboratoire politico-écologique unique, deux articles dressent un bilan sans concession de l’impuissance écologique de la gauche latino-américaine. D’autant que le lecteur possède dorénavant une information qui ne fait que confirmer cet insuccès (quel regret que ce numéro soit paru quelques mois trop tôt !) : l’échec du projet écologique le plus emblématique du continent, le projet équatorien « Yasuni ITT » consistant à compenser la non-exploitation du pétrole enfoui sous ce parc amazonien contre un dédommagement financier de la part des pays les plus émetteurs de CO2.

4Evidemment, cette information d’août 2013 assombrit singulièrement la dynamique de l’écologie latino-américaine, d’autant que l’enthousiasme suscité par ce projet exemplaire transparaît très souvent dans le numéro d’Ecologie & Politique. Toutefois, le mérite de ce dossier est d’avoir mis en lumière et analysé bien d’autres renoncements écologiques au-delà des postures médiatiques ou des annonces spectaculaires des dirigeants du continent. Si pour l’opinion publique mondiale, le sommet « Rio + 20 » (2012) ou la « Conférence des peuples contre le réchauffement climatique » de Cochabamba (2010) illustrent la détermination du continent sud-américain à s’emparer des problématiques écologiques, ces coups de projecteur cachent mal les contradictions des gouvernements concernés. Le deuxième gouvernement Lula et celui de Dilma s’illustrent ainsi par une reprise de la déforestation et une « reprimarisation » de l’économie. Quant à Evo Morales, il n’hésite pas à relancer une politique extractiviste tout en se proclamant à l’international féroce défenseur de la Pachamama (la Terre-mère).

5Ces cas, parmi d’autres, illustrent le recours contradictoire à une exploitation de ressources non renouvelables pour assurer le développement économique et la souveraineté du pays, afin, dans un second temps, de pouvoir traiter les problèmes environnementaux et sociaux. Ce « colonialisme de l’intérieur », public ou privé, qui prétend respecter les droits des indigènes et minimiser les impacts environnementaux, n’en connaît pas moins des dérives qui rappellent les exploitations passées. De manière paradoxale, il est renforcé par la crise écologique mondiale qui, du fait de la rareté croissante des matières premières, maintient les prix de ces dernières élevées.

6Tout est-il perdu ? Au-delà des faits politiques, plusieurs articles d’Ecologie & Politique mettent en lumière le dynamisme unique du mouvement socioécologique latino-américain. Riche d’une genèse parfois héroïque au temps des dictatures, comme au Chili, il a su se trouver des martyrs emblématiques comme Chico Mendes au Brésil. Suite à un processus de reconnaissance et d’institutionnalisation, certaines associations sont devenues co-gestionnaires des politiques gouvernementales, comme au Mexique. Le mouvement s’est aussi renforcé par des effets de réticulation transnationale à l’échelle du continent. Enfin, il a été moteur à l’échelle planétaire sur certaines thématiques (comme la dette écologique), en élaborant de manière autonome plusieurs concepts directement inspirés des cosmogonies indigènes : la Pachamama des Aymaras, rapportée à l’idée de Terre-mère, ou encore le buen bivir, déclinaison écophilosophique du sumak kawsay des Quechuas. Tous ces atouts rendent relativement optimistes les auteurs du dossier d’Ecologie & Politique ; pour notre part, nous regretterons qu’il manque à ce dossier un article prospectif sur les scénarios les plus réalistes des futures politiques environnementales latino-américaines ; car on ne peut se leurrer indéfiniment avec le potentiel socio-écologique de l’Amérique latine sans que celui-ci, comme les écosystèmes et la beauté de ce continent, ne finisse par s’éroder.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Delord, « "Les écologies politiques aujourd’hui (4) Amérique latine" », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 15 février 2014, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/orda/976

Haut de page

Auteur

Julien Delord

Chercheur indépendant, Toulouse

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • OpenEdition Journals