Navigation – Plan du site
Le Royaume-Uni et le monde

Le Royaume-Uni et le monde : présentation

Flavien Bardet
p. 13-16

Texte intégral

1Les articles ici réunis furent présentés dans le cadre d’une journée de recherche consacrée à « La Grande-Bretagne dans le monde » que nous avions organisée à l’Université Bordeaux Montaigne avec Jean-Paul Revauger en novembre 2015. Nous souhaitions alors conclure un quinquennal riche par la tenue d’une dernière journée sur un thème que nous estimions, à l’époque, porteur et insuffisamment exploré, à savoir les questions identitaires liées au rayonnement international de la Grande-Bretagne. Nous souhaitions proposer des communications traitant tout autant de l’impact de la présence britannique à l’international sur l’identité du Royaume-Uni que du pouvoir d’influence exercé par la Grande-Bretagne sur certains de ces anciens territoires coloniaux. La sélection que nous proposons ici reprend certaines grandes lignes que nous avions tenté de tracer, en nous concentrant sur trois aspects : civilisation historique (F. Bardet), relations internationales (T. Harris) et sociologie (M-A. Détourbe). Le Brexit ayant sensiblement altéré certaines des perspectives que nous avions abordées, il ne nous semblait pas pertinent de proposer une publication exhaustive des communications alors entendues. Trevor Harris, professeur de civilisation britannique et spécialiste des relations internationales (Université Picardie Jules Verne), a accepté de contribuer à ce volume en comblant un vide qu’il aurait paru incongru d’ignorer à l’aube de la très probable sortie décisive du Royaume-Uni de l’Europe.

  • 1 Nye, Joseph. Soft Power: The Means to Success in World Politics. New York : Public Affairs, 2004, p (...)
  • 2 Ibid., pp. xiii ; 137.
  • 3 Idid, p. 64.

2 Nous avions d’emblée choisi d’étudier certains aspects culturels et idéologiques, relevant du « soft power » pour évaluer l’influence britannique dans les domaines du symbolique, à travers les politiques culturelles et linguistiques, l’action du Commonwealth, et l’influence des ONG, Eglises et associations d’origine britannique dans le monde, en particulier à travers leur rivalité avec des acteurs locaux ou concurrents. Dans son article intitulé “Foreign policy in an age of austerity : ‘soft power’, hard choices”, Trevor Harris revient ainsi sur le concept de soft power tel que Joseph Nye l’avait premièrement théorisé dans Bound to Lead (1990). A l’époque, Nye aux Etats-Unis expliquait la différence entre soft et hard powers de la manière suivante : « soft power to win the peace (…), hard power to win the war »1. Pour les Etats-Unis, expliquait alors Nye, gagner la paix devenait plus difficile que de gagner la guerre, dans un monde interconnecté où les abus d’une puissance pouvaient avoir des répercussions directes et immédiates sur sa balance des paiements. Trevor Harris démontre comment la mondialisation, de par la privatisation des affaires étrangères (qui, à l’instar de certaines questions transnationales comme le réchauffement climatique ou le terrorisme, représente « le côté obscur de la mondialisation » selon Nye2), a poussé la Grande-Bretagne à investir, depuis Blair, dans une entreprise de séduction des marchés internationaux. L’article du professeur Harris s’arrête là où le débat sur le Brexit commence, à savoir sur les défis de l’attractivité du modèle britannique dans une monde où la libéralisation globalisée offre aux acteurs internationaux une multitude de choix d’investissements. La sortie de l’Europe et le recentrement voulu par la City sur les activités bancaires semblent aller dans ce sens, celui de remettre le Royaume-Uni – ou devrait-on dire l’Angleterre ? Ou devrait-on dire Londres ? – au cœur des transactions mondiales, un NYSE européen détaché de toute entrave communautaire. Pour citer une dernière fois Nye, « since the currency of soft power is attraction based on shared values and the justness and duty of others to contribute to policies consistent with those shared values, multilateral consultations are more likely to generate soft power than mere unilateral assertion of the value »3. A l’heure où le Royaume-Uni décide de faire cavalier seul, il est probable que l’intérêt des politiques de soft power revienne en force au cours des prochaines années, surtout si les promesses d’isolationnisme de l’administration Trump devaient être tenues.

3 Ces notions d’attractivité internationale, notamment européenne, du modèle britannique se poursuivent dans l’article de Marie-Agnès Détourbe, à travers une étude sociologique statistique des « enjeux de l’internationalisation de la population étudiante » pour les universités britanniques. La quasi-libéralisation des frais d’inscription de 2012 et la quête de rentabilité que celle-ci implique placent le Royaume-Uni de l’après Brexit dans une situation inconfortable, dans la mesure où les règles régissant l’immigration sont en passe de se durcir (ne serait-ce qu’administrativement parlant). Or, comme le rappelle Marie-Agnès Détourbe, la manne financière que représentent les étudiants internationaux se doit d’être conservée. A l’heure où les programmes Erasmus ont de plus en plus de mal à se maintenir avec les partenaires britanniques importants, sacrifiés qu’ils sont sur l’autel de la rentabilité, l’université outre-Manche se doit de rester attractive auprès d’un public (souvent) extra-européen qui trouve de plus en plus de débouchés ailleurs sur le continent. Si la France, comme le soulignait alors fort justement Jean-Paul Revauger, a fait le choix de faire financer publiquement ses diplômes, le Royaume-Uni peut faire peser le poids d’une partie de ses frais de fonctionnement sur son public estudiantin. D’aucuns pourraient se plaindre de voir la France, de par la quasi-gratuité des études, permettre à un public qui ne contribue pas à l’impôt d’obtenir une formation coûteuse. L’article de Mme Détourbe évite cet écueil du financement public des étudiants internationaux, en montrant une autre facette de ce même débat au Royaume-Uni, et pose des questions importantes sur ce qui pourrait, peut-être, ressembler à l’avenir de l’université française : fermeture des filières « non-rentables », disparition de formations, répartition territoriale des enseignements, création d’un enseignement universitaire à deux vitesses… Un tel paysage, ne nous étonnons pas, semble déjà largement familier…

4 Pour conclure cette publication, nous proposons un article en civilisation historique (F. Bardet) dont le propos était, sciemment, d’explorer de manière relativement générale la transition du modèle impérial à européen. Nous souhaitions mettre en lumière la manière dont le discours politique officiel en Grande-Bretagne avait su réinvestir sa rhétorique impériale dans le cadre de son implication dans les affaires du continent. Nous avions pensé étudier les aspects géopolitiques à travers d’une part les stratégies maritimes et militaires et d’autre part la projection dans l’empire, puis les évolutions et hésitations dans le positionnement vis-à-vis de l’Europe et du monde anglophone. C’est le discours sur les équilibres mondiaux et européens qui sert de vecteur à cette étude, en remarquant que les concepts d’équilibre de la terreur propres à l’ère nucléaire bipolarisée de l’après Seconde Guerre mondiale étaient déjà bien en place dans le camp impérialiste britannique avant 1914. Les investissements dans les affaires du continent ne relevaient alors en rien du soft power dont il était question plus avant dans cette introduction. Clairement, les armements et l’économie devaient alors servir les besoins nationaux. L’échec de la SDN dans les années 1920, déjà, peut être largement imputable à cet état d’esprit en France et en Grande-Bretagne (sans même parler de l’Allemagne des années 1930) : chaque nation ne pensant qu’en termes d’intérêt national, aucun compromis sur les grandes questions internationales, à l’ère des empires, ne pouvait être trouvé. Le génie des pères fondateurs du traité de Rome fut précisément de briser la logique nationaliste qui avait conduit (par deux fois) l’Europe au suicide. En remplaçant la nation par la communauté, puis par l’union, comme unité de mesure du développement européen, les constructeurs de 1957 ont su garantir la paix sur le continent de manière durable. Avant 1914, ceux que l’on appelait alors les internationalistes, et que les nationalistes d’aujourd’hui appellent de manière tout aussi péjorative les élites mondialisées, disciples de Hobson et du pacifisme des époux Russell, rêvaient déjà d’une communauté interdépendante pour qui la paix serait la garante du bien-être économique. On avait alors bien compris, dans les milieux internationalistes animés par des personnalités telles que les époux Russell, John Maynard Keynes, John Atkinson Hobson ou le prix Nobel de la Paix 1933 Norman Angell – à qui l’article en question est en partie consacré – que pour garantir la paix, il fallait mettre un prix sur celle-ci, lui accorder une valeur marchande. Dans l’Europe des empires cependant, gagner les milieux financiers aux bienfaits de la paix s’avèrera chose impossible, les intérêts de la richesse des nations dominant toujours ceux de la concorde internationale. C’est donc à l’étude du discours internationaliste et nationaliste des années précédant la Première Guerre mondiale que le dernier article de cette courte sélection est consacré. Par là même, nous espérons modestement pouvoir apporter des éléments de compréhension aux débats actuels sur l’intérêt d’une Europe unie et capable de penser en communauté plutôt qu’en une multitude de voix dissonantes.

Haut de page

Notes

1 Nye, Joseph. Soft Power: The Means to Success in World Politics. New York : Public Affairs, 2004, p. xi.

2 Ibid., pp. xiii ; 137.

3 Idid, p. 64.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Flavien Bardet, « Le Royaume-Uni et le monde : présentation  », Observatoire de la société britannique, 20 | 2018, 13-16.

Référence électronique

Flavien Bardet, « Le Royaume-Uni et le monde : présentation  », Observatoire de la société britannique [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/osb/1974

Haut de page

Auteur

Flavien Bardet

Maître de conférences à l'Université de Bordeaux-Montaigne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • OpenEdition Journals