Navigation – Plan du site
Le Royaume-Uni et le monde

Les universités britanniques et leur rapport au monde : les enjeux de l’internationalisation de la population étudiante

Marie-Agnès Détourbe
p. 37-66

Résumé

Un aspect central de l’évolution de l’enseignement supérieur britannique en ce premier quart de XXIe siècle est l’internationalisation de ses recrutements étudiants. Les apports financiers qu’ils représentent à travers les droits de scolarité sont tels qu’une forme de dépendance des universités vis-à-vis de cette population étudiante s’est installée, principalement au niveau postgraduate où elle représente plus de 50 % des étudiants ; on assiste ainsi à une forme d’« autonomie conditionnelle » (Neave 1987) des universités dans laquelle se mêlent aspects pécuniaires et rapports de force avec l’État. Ce dernier continue en effet de durcir sa politique d’immigration, ce qui contribue à dégrader la perception du Royaume-Uni par les étudiants étrangers désireux d’y suivre des études supérieures. À travers une analyse de cette situation fondée conjointement sur des données statistiques et sur l’étude d’un ensemble de documents officiels émanant de diverses autorités et entités de l’enseignement supérieur britannique, cet article vise à répondre à la question suivante : dans quelle mesure l’identité des universités britanniques peut-elle se définir aujourd’hui à travers leur(s) stratégie(s) d’internationalisation et donc, à travers leur rapport au monde ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

Propos liminaires : l’enseignement supérieur britannique comme objet d’étude

1Les anglicistes français entretiennent fréquemment avec l’enseignement supérieur britannique, et plus largement anglo-saxon, des rapports professionnels étroits et privilégiés par le biais d’échanges et de collaborations de recherche notamment, mais force est de constater que cette proximité ne s’étend guère à leurs objets de recherche. En effet, depuis le numéro spécial de la Revue française de civilisation britannique en 1999 et l’ouvrage majeur de Suzy Halimi en 2004, seuls deux ouvrages lui ont été consacrés, le premier selon une perspective comparative avec l’enseignement supérieur américain (Pickard 2014a), et le second à travers le prisme de l’évaluation institutionnelle de la recherche, de l’offre de formation et de l’expérience étudiante au Royaume-Uni (Auteur 2014). Ainsi, l’enseignement supérieur (désormais ES) en contexte anglo-saxon n’apparaît pas comme une thématique centrale chez les anglicistes français qui favorisent plutôt celle, plus générale, de l’éducation, qui est principalement abordée aux niveaux primaire et secondaire à travers le prisme des politiques publiques (par exemple Beauvallet 2009, 2010 ; Bihet 2014). Quand l’ES est étudié, il apparaît comme un sous-ensemble parmi d’autres, au sein d’une thématique large : Susan Finding (2013) a par exemple consacré une sous-section de son étude des politiques d’emploi « genrées » au Royaume-Uni à la place des femmes dans l’université britannique et Sarah Pickard (2014b) a rédigé une section sur la question de la démocratisation de l’ES au Royaume-Uni dans l’ouvrage collectif sur les mutations du modèle britannique au XXIe siècle dirigé par E. Avril et P. Schnapper (2014).

  • 1 Il est intéressant de noter à ce propos que certains articles en français portant sur l’ES britanni (...)

2 Cette attention relativement faible accordée à l’ES par les chercheurs anglicistes français contraste avec celle, beaucoup plus grande, qu’elle reçoit chez nos voisins britanniques ou américains : les higher education studies y constituent en effet un domaine de recherche à part entière et de nombreuses revues spécialisées leur sont consacrées, à la fois en Europe et dans le monde. Cette absence notable dans le paysage de l’anglistique s’explique peut-être par la difficulté, soulignée par Pierre Bourdieu dans son étude de l’Homo Academicus, de rompre avec notre « connaissance pratique » de ce domaine pour l’appréhender en tant qu’objet de « connaissance savante » (Bourdieu 1984, p. 11)1 :

En prenant pour objet un monde social dans lequel on est pris, on s’oblige à rencontrer […] un certain nombre de problèmes épistémologiques fondamentaux, tous liés à la question de la différence entre la connaissance pratique et la connaissance savante, et notamment à la difficulté particulière et de la rupture avec l’expérience indigène et de la restitution de la connaissance obtenue au prix de cette rupture. On sait l’obstacle à la connaissance scientifique que représentent tant l’excès de proximité que l’excès de distance et la difficulté d’instaurer cette relation de proximité rompue et restaurée qui, au prix d’un long travail sur l’objet mais aussi sur le sujet de la recherche, permet d’intégrer tout ce qu’on ne peut savoir que si l’on en est et tout ce qu’on ne peut ou ne veut pas savoir parce qu’on en est.

3Depuis l’étude de P. Bourdieu sur le milieu universitaire français, l’« obstacle » que représente cet « excès de proximité » a été franchi allègrement par de nombreux autres chercheurs en France : citons, entre autres, les sociologues des organisations et, notamment, Christine Musselin (entre autres 2001, 2008 ; Chevaillier & Musselin 2014), mais aussi tous les chercheurs qui animent le Réseau d’études de l’enseignement supérieur (RESUP) − sociologues, historiens, chercheurs en sciences de l’éducation ou encore anglicistes. L’ES apparaît donc désormais comme un objet de recherche reconnu et légitime, même s’il ne constitue pas un domaine disciplinaire à part entière dans le paysage de la recherche française.

4La question de l’identité britannique et de son rapport au monde qui est explorée dans ce numéro thématique me donne l’occasion de replacer l’ES britannique sous la loupe de la recherche en études anglophones en montrant qu’il constitue une facette essentielle de l’identité britannique et qu’il joue un rôle majeur dans son rayonnement international.

5 Le terme d’ « internationalisation » est omniprésent dans le discours des acteurs de l’ES britannique, depuis les autorités ministérielles jusqu’aux établissements eux-mêmes, en passant par des organes représentatifs comme Universities UK ou encore des promoteurs de la langue et de la culture britanniques comme le British Council. Cet article vise à faire le point sur cette dimension en construisant un état des lieux documenté des réalités qu’elle recouvre et en examinant, sur cette base, dans quelle mesure et à quels niveaux la logique d’internationalisation façonne l’enseignement supérieur britannique actuel. Or, cet état des lieux fait apparaître que l’un des aspects les plus saillants de cette logique est le recrutement des étudiants internationaux : ce phénomène, qui a pris une ampleur considérable au XXIe siècle, mêle enjeux financiers liés aux droits de scolarité très élevés de cette catégorie d’étudiants et enjeux politiques dans la mesure où l’État britannique continue de durcir sa politique d’immigration, y compris à destination des étudiants étrangers. L’internationalisation de l’ES britannique constitue donc, à de nombreux égards, un objet d’analyse extrêmement fécond dans le cadre d’une interrogation plus large sur l’identité britannique et sur son rapport au monde.

6 À travers une analyse fondée conjointement sur des données statistiques (entre autres HEFCE 2014 ; OCDE 2012, 2013 ; UK Higher Education International Unit 2015 ; Universities UK 2013, 2014) et sur l’étude d’un ensemble de documents officiels émanant de diverses autorités et entités de l’ES britannique (entre autres British Council 2013 ; Conservative Party 2010, 2015 ; HEA 2014 ; House of Lords Select Committee 2014), cet article tente de répondre à la question suivante : dans quelle mesure l’identité des universités britanniques se définit-elle aujourd’hui à travers leur(s) stratégie(s) d’internationalisation et donc, d’une certaine manière, à travers leur rapport au monde ? Dans un premier temps, les contours de l’internationalisation de l’ES au Royaume-Uni sont dessinés, à la fois sur le plan qualitatif – à travers l’exploration des différentes formes qu’elle recouvre – et sur le plan quantitatif : la dépendance financière du secteur vis-à-vis des étudiants internationaux est ainsi mise au jour et documentée. La montée en puissance de l’internationalisation est ensuite mise en regard avec la politique d’immigration des gouvernements Cameron, qui ont entrepris de réduire le solde migratoire du pays de façon significative en durcissant les conditions d’octroi de visas, y compris les visas d’études des étudiants internationaux. Les tensions qui découlent sont mises en perspective et analysées. Enfin, un panorama critique des stratégies d’internationalisation mises en œuvre par les établissements britanniques d’ES dans ce contexte de tension est dressé.

L’internationalisation de l’enseignement supérieur dans le monde et au Royaume-Uni

Éléments de contexte : la mobilité étudiante dans le monde

7 Au-delà des discours promotionnels des universités britanniques (Auteur 2009 ; Defays 2009, p. 13 ; Gaspard 2013, p. 54-55) qui abondent en références à l’internationalisation, ce terme renvoie à un phénomène qui dépasse largement les frontières du Royaume-Uni. En effet, la mobilité des étudiants dans le monde a pris une ampleur considérable au cours des dernières décennies : il y avait 1,3 millions d’étudiants internationaux dans le monde en 1990 et cette population a été multipliée par trois en vingt ans puisqu’on en comptait presque 4,3 millions en 2011 (OCDE 2013, p. 1). De plus, si le nombre d’étudiants internationaux augmente de façon constante, en moyenne 7,1 % par an depuis 2000 (OCDE 2012), cette croissance s’accompagne également d’une évolution sur le plan qualitatif (British Council 2013, p. 3) :

The global education market is changing rapidly. The number of students choosing an overseas education continues to increase, but there are now many more destinations and modes of delivery from which to choose. The differences between educational sectors, institutions and the landscape of particular countries are increasingly blurred: countries which traditionally held a role as a source of international students have become study destinations and play host to international students; new alliances both international and national are being formed; and private and corporate sectors are increasingly active as providers.

8Les principaux pays d’accueil traditionnels comme les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne ou la France sont confrontés à de nouveaux concurrents bien décidés à se positionner avantageusement dans le marché très lucratif de l’ES international : la Chine, la Malaisie, l’Égypte, l’Arabie Saoudite ou encore les Émirats arabes unis font partie de ces nouveaux pourvoyeurs.

  • 2 Voir infra section 3.

9Dans ce contexte de croissance forte et de concurrence accrue, le Royaume-Uni reste une destination privilégiée : il attire aujourd’hui 12,6 % des étudiants internationaux et se place ainsi au deuxième rang derrière les États-Unis (OCDE 2013). Toutefois, cette position dominante est menacée à la fois par des concurrents bien établis du Royaume-Uni, notamment des pays de langue anglaise comme l’Australie et les États-Unis, qui ont récemment mis en place des programmes d’internationalisation ambitieux, et par de nouveaux acteurs qui attirent des étudiants désireux d’étudier à l’étranger tout en favorisant des destinations d’études géographiquement proches de leur pays d’origine (Universities UK 2014, p. 7)2.

Définition de l’internationalisation de l’ES

10Si la mobilité étudiante permet de dessiner de grandes tendances au niveau mondial et d’identifier les acteurs principaux du marché international de l’enseignement supérieur, elle ne constitue cependant qu’une facette de l’internationalisation de l’ES. La définition qu’en propose Hans De Wit (2015) vise à souligner qu’il s’agit d’un processus complexe qui concerne différentes dimensions de l’ES :

[Internationalization is] the intentional process of integrating an international, intercultural or global dimension into the purpose, functions and delivery of post-secondary education, in order to enhance the quality of education and research for all students and staff, and to make a meaningful contribution to society.

  • 3 Voir infra section 5.

11L’internationalisation de l’ES va en effet bien au-delà du simple recrutement d’étudiants internationaux auquel il est souvent réduit ; à l’échelle des universités, il inclut le recrutement d’enseignants-chercheurs étrangers (souvent motivé par des aspects liés à l’internationalisation de la recherche davantage qu’à celle de la formation), mais aussi l’adaptation des contenus de formation à des problématiques internationales, ou encore la mise à disposition de services d’accueil et d’accompagnement spécifiques pour les étudiants internationaux (Warwick & Moogan 2013, p. 102)3. Une étude récente menée par l’Association internationale des universités (IAU 2014) montre que les activités d’internationalisation jugées les plus importantes par les universités sont avant tout les possibilités de mobilité offertes à leurs étudiants et les collaborations de recherche, le renforcement de l’internationalisation de l’offre de formation n’occupant que la troisième place, loin derrière les deux premiers aspects (IAU 2014, p. 12). Au Royaume-Uni, l’internationalisation de l’ES s’effectue selon deux axes : à l’étranger d’une part, principalement à travers l’enseignement transnational, et sur le sol britannique d’autre part, en majeure partie par le biais du recrutement d’étudiants internationaux.

L’internationalisation de l’enseignement supérieur britannique à l’étranger

12L’internationalisation hors du territoire britannique concerne la mobilité sortante des étudiants et des enseignants, déjà évoquée, mais aussi toutes les actions qui entrent dans la catégorie de l’enseignement transnational. Ce dernier recouvre une vaste panoplie de dispositifs et il est défini par l’un de ses ardents promoteurs pour le Royaume-Uni, le British Council, de la façon suivante (2013, p. 3) :

Transnational Education (TNE) is a component of the wider phenomenon of the internationalization of education. The general principle of TNE is that students can study towards a foreign qualification without leaving their home country; meaning that the programmes and providers cross national and regional borders, not generally the student.

13De nombreuses universités britanniques ont suivi ce modèle de développement international en ouvrant des antennes à l’étranger (branch campuses), en mettant en place des systèmes de franchises (franchise/twinning programmes), de doubles diplômes (double/dual degree programmes) ou encore de diplômes associés (joint degree programmes) : ses partenaires privilégiés sont la Malaisie, Singapour, le Pakistan, la Chine et Hong Kong (ibid., pp. 15-16). D’autres antennes ont été ouvertes à Dubaï (université du Middlesex, université Heriot-Watt), en Corée du Sud (université d’Aberdeen) et même aux États-Unis, dans l’État de Californie (université de Warwick). Les étudiants internationaux du système d’ES britannique sont d’ailleurs plus nombreux à l’étranger qu’au Royaume-Uni (HEFCE 2014, §3) et selon le British Council (ibid.), 1 395 programmes de type TNE existaient en 2011-2012. Ce succès a sans doute des racines historiques et culturelles. S. Halimi (2004, p. 36) note par exemple que des « formations délocalisées » se développaient déjà à l’époque victorienne :

[D]ivers établissements qui n’ont pas la masse critique nécessaire pour constituer des universités à part entière, notamment dans les pays en voie de développement de l’Empire britannique, se mettent sous l’aile protectrice de l’université de Londres, qui garantit la qualité de leurs cours et décerne les qualifications. Telle est l’origine de l’université Makerere en Ouganda, de celle d’Ibadan au Nigeria.

14Pourtant, même s’il constitue une dimension essentielle et ancienne de l’internationalisation de l’ES britannique, l’enseignement transnational ne représente plus son principal axe de développement : c’est en effet sur le sol britannique que se jouent désormais les enjeux de l’internationalisation, principalement à travers le recrutement étudiant.

Les étudiants internationaux dans le système d’ES britannique

Définition et points de repère chiffrés

15 L’état des lieux qui suit se fonde sur la catégorie des « étudiants internationaux » : dans le système d’ES britannique, elle désigne les étudiants étrangers hors Union européenne (« overseas students » ; « non-EU students ») dont les droits de scolarité sont dérèglementés depuis 1980 alors que ceux dont s’acquittent les étudiants britanniques ou les étudiants issus de l’Union européenne (UE) sont plafonnés par la loi, soit 9 000 £ pour un diplôme de niveau licence depuis l’année universitaire 2012-2013. À titre d’exemple, en 2015-2016, les droits de scolarité annuels d’un étudiant britannique ou issu de l’UE pour un BSc de gestion à l’université de Nottingham s’élevaient à 9 000 £ tandis que ceux d’un étudiant international étaient fixés à 14 850 £. Pour un MSc de chimie, ces chiffres étaient respectivement de 9 000 £ et de 19 120 £4.

  • 5 En Angleterre, le montant de ces dotations a été quasiment divisé par deux par le conseil de financ (...)

16 On comprend dès lors que la manne financière représentée par ces droits ait conduit de nombreuses universités à chercher à recruter le plus d’étudiants internationaux possible, particulièrement dans un contexte de réduction massive des dotations publiques d’enseignement (teaching grants)5. Entre 2000 et 2010, leur nombre a augmenté de façon exponentielle par rapport aux autres catégories d’étudiants (voir tableau 1, source Campus France 2012).

Tableau 1. L’augmentation du nombre d’étudiants, par catégorie, dans les universités britanniques entre 2000 et 2010

Nombre total d’étudiants

+ 28 %

Étudiants issus du R.-U.

+ 20,6 %

Étudiants issus de l’UE

+ 39,2 %

Étudiants internationaux (hors UE)

+ 121,6 %

  • 6 Les statistiques récentes montrent que le nombre d’étudiant indiens ne cesse de baisser au Royaume- (...)
  • 7 On trouve différents éléments statistiques portant sur la répartition de ces étudiants dans les éta (...)

17En 2012-2013, on comptait 310 190 étudiants internationaux dans les établissements britanniques d’ES, issus (par ordre décroissant d’importance) de Chine, d’Inde6, du Nigéria, de Malaisie et des États-Unis (Universities UK 2014). En moyenne, ces étudiants représentent 13 % de la population étudiante globale, cette proportion atteignant 25 % au niveau postgraduate, voire plus de 50 % dans certaines filières comme l’informatique ou l’ingénierie, et jusqu’à 61 % dans les taught masters’ degrees en Angleterre (Universities UK 2014, p. 4, p. 17 ; HEFCE 2014, §29)7.

18L’un des corollaires de cette présence massive d’étudiants internationaux est le poids croissant de leurs droits de scolarité dans les revenus du secteur de l’ES : de 8 % en 2007-2008, il a atteint 12 % en 2012-2013, soit presque 4 milliards de livres sterling. Le même phénomène s’observe à l’échelle des établissements : en 2012-2013, on comptait dix-huit établissements dans lesquels ces droits de scolarité représentaient plus de 20 % du revenu global (ibid., p. 36). L’impact financier de ces étudiants sur l’économie britannique tout entière est lui aussi remarquable puisque le montant total de leurs dépenses au Royaume-Uni, hors droits de scolarité, représentait quelque 3,4 milliards de livres en 2011-2012 (ibid., p. 38) : ils contribuent ainsi de façon significative au dynamisme du secteur de l’ES au sein de l’économie britannique. Ce bilan très positif s’accompagne toutefois d’une inquiétante dépendance financière du secteur vis-à-vis de ces étudiants internationaux, comme le souligne Universities UK : « an increased reliance on these fees as a source of institutional income is not without its risks » (ibid., p. 36). 

Une dépendance inquiétante

19Cette dépendance financière a des conséquences sur la nature même de l’offre de formation : c’est en effet en partie grâce à la demande des étudiants internationaux que l’offre de formation peut être préservée dans certaines filières comme les sciences et technologies, principalement au niveau postgraduate. Désignées outre-Manche par l’acronyme STEM (Science, Technology, Engineering and Mathematics) et considérées comme « stratégiques et vulnérables » (Strategically Important and Vulnerable Subjects, SIVS), ces disciplines font l’objet de mesures gouvernementales spécifiques car la demande « intérieure » est insuffisante pour maintenir l’offre de formation à un niveau satisfaisant. Le recrutement d’étudiants internationaux y est donc hautement stratégique, comme l’a rappelé le ministre de l’Enseignement supérieur et des Sciences Jo Johnson dans son premier discours, le 1er juin 20158 : « [non-European Union students] stimulate demand for domestic courses where domestic demand alone can be insufficient to sustain them. […] They help us maintain our first class STEM provision ».

20Cette dépendance place les universités dans une position de vulnérabilité d’autant plus inquiétante que, comme cela a été évoqué, la population des étudiants internationaux ne cesse d’évoluer à la fois sur le plan quantitatif et sur le plan qualitatif (voir les éléments statistiques détaillés dans Universities UK 2014, pp. 14-22). Le choix d’une destination par ces étudiants est en effet influencé conjointement par des éléments d’ordre économique (comme le coût des études et la valeur de leur monnaie), politique (comme la politique de délivrance des visas d’étude dans un pays d’accueil donné ou l’octroi de bourses publiques), géographique (les étudiants tendent à favoriser la proximité géographique avec leur pays d’origine) et, enfin, linguistique et culturel. Après une période de croissance continue, le Royaume-Uni a d’ailleurs enregistré une chute du nombre d’étudiants internationaux pour la première fois en 2011-12, puis en 2012-13. Cette diminution quantitativement faible (de 1 à 2 %), mais symboliquement forte, s’est accompagnée en outre d’un léger recul du Royaume-Uni dans le marché international de l’ES.

La baisse de l’attractivité du Royaume-Uni comme destination d’études supérieures

  • 9 Les universités chinoises ont enregistré une augmentation de 68 % de leurs étudiants internationaux (...)

21 Ce recul s’explique, tout d’abord, par la concurrence croissante dans le marché international de l’ES. D’une part, certaines politiques incitatives sont mises en place dans des pays anglo-saxons qui sont des concurrents directs du Royaume-Uni (ibid., p. 24) : acteur relativement récent, le Canada ambitionne par exemple de recruter 450 000 étudiants internationaux d’ici 2022 (ils étaient 265 000 en 2012) dans le cadre de son International Education Strategy, publié en 2014. Un autre acteur récent, l’Australie, aujourd’hui troisième destination privilégiée derrière les États-Unis et le Royaume-Uni (OCDE 2013, p. 2), a simplifié son système d’octroi de visa d’études en considérant que les étudiants internationaux ne représentaient pas une population à risque et elle a assoupli les règles d’extension de visa de séjour pour les étudiants souhaitant travailler à la suite de leurs études ; enfin, aux États-Unis, des facilités similaires sont accordées aux étudiants en sciences et technologies. D’autre part, de nouveaux acteurs comme la Chine9, la Malaisie, les Émirats arabes unis ou encore l’Arabie Saoudite, ont émergé : en diversifiant l’offre internationale d’enseignement supérieur, ils ont fait reculer les parts de marché d’acteurs plus anciens.

22 Par ailleurs, une analyse plus détaillée de l’attractivité du Royaume-Uni par rapport à d’autres destinations fondée sur les résultats d’enquêtes récentes (IDP Education 2014 ; National Union of Students 2014 ; UK Higher Education International Unit 2015) révèle que, si l’ES britannique continue à jouir d’une excellente réputation à travers le monde, notamment grâce à l’image de marque de ses universités d’élite (Julian 2014, p. 65), et si l’immense majorité de ses étudiants internationaux considère que l’enseignement et l’expérience d’apprentissage y sont de grande qualité, ce sont des éléments liés à la perception qu’ont les étudiants de l’accueil qu’ils vont recevoir au Royaume-Uni et des perspectives d’emploi qui leur seront offertes qui font chuter son attractivité. L’enquête IDP Education menée en 2014 auprès d’étudiants issus d’Asie et du Moyen-Orient pour apprécier leur perception de cinq destinations anglo-saxonnes d’études supérieures a par exemple montré que le Royaume-Uni était classé dernier sur les critères de coûts financiers (affordability) et de perspectives d’emploi (graduate employment opportunities), et seulement avant-dernier sur les critères de sécurité (safety) et de politique gouvernementale en matière d’octroi de visas d’études (government student visa requirement/policies). C’est sans doute dans la politique d’immigration des gouvernements de David Cameron que l’on trouve l’explication de cette perception dégradée du Royaume-Uni chez les futurs étudiants internationaux.

La politique d’immigration des gouvernements Cameron : un obstacle au recrutement international

Réduire le solde migratoire en incluant les étudiants internationaux

23 Depuis 2010, la politique britannique d’immigration se caractérise en effet par la volonté de réduire fortement le solde migratoire en passant « des centaines de milliers aux dizaines de milliers » d’individus (Conservative Party 2010, p. 21), selon la formule employée dans le Manifeste du parti conservateur et reprise à l’envi depuis dans les médias :

[I]mmigration today is too high and needs to be reduced. We do not need to attract people to do jobs that could be carried out by British citizens, given the right training and support. So we will take steps to take net migration back to the levels of the 1990s – tens of thousands a year, not hundreds of thousands.

24 Or, au lieu de considérer que les étudiants internationaux ne représentent pas une population à risque en termes d’immigration illégale, comme cela a été le cas en Australie par exemple, les gouvernements Cameron ont considérablement durci les mesures les concernant (Puzzo 2012, §12) :

Alors que les étudiants avaient, au cours des décennies passées, fait l’objet de certaines restrictions (de travail ou de séjour prolongé) selon les gouvernements en place, c’est la première fois qu’un gouvernement a décidé de tarir, de façon très systématique, cette source d’immigration en présentant les étudiants, comme cause principale d’une immigration incontrôlée et irrégulière. 

25 Une première série de mesures a été prise sous le gouvernement de coalition Cameron-Clegg dès 2011. Les établissements d’ES accueillant des étudiants internationaux, y compris les établissements privés et les établissements étrangers, ont dû se soumettre, à partir d’avril 2012, à des inspections de l’Agence nationale d’assurance qualité pour l’enseignement supérieur (Quality Assurance Agency for Higher Education, QAA) afin d’obtenir le statut de « Highly Trusted Sponsor » qui les autorise à délivrer aux étudiants une autorisation d’étudier (Confirmation of Acceptance for Studies, CAS). Cette inspection est essentiellement fondée sur une vérification de la capacité des établissements à garantir la qualité de l’offre de formation : elle vise à mettre fin à un certain nombre de fraudes émanant notamment d’établissements privés et consistant le plus souvent à faciliter l’entrée d’étudiants étrangers en falsifiant les tests d’anglais nécessaires à l’obtention de visas d’études. Au printemps 2014, trois universités et cinquante-sept colleges privés, qualifiés de « criminels organisés » par le ministre de l’Immigration James Brokenshire, se sont ainsi vus retirer leur statut de Highly Trusted Sponsor10 et se sont trouvés dans l’impossibilité de recruter des étudiants internationaux.

  • 11 Le système de visas à destination des immigrants issus de pays étrangers hors de l’Union européenne (...)

26 Parallèlement à ces inspections, le niveau d’anglais exigé a été relevé de B1 à B2 et les étudiants candidats ont été sommés de déclarer sur l’honneur qu’ils disposeraient de ressources financières suffisantes pendant leur séjour (Universities UK 2013, p. 41). Le durcissement des mesures a également porté sur les visas eux-mêmes : le visa d’études (Tier 4) a été limité à une durée de cinq ans tandis que le visa de séjour (Tier 1 Post Study Work) autorisant les étudiants diplômés d’un établissement britannique d’ES à travailler deux ans au Royaume-Uni après la fin de leurs études a été supprimé et remplacé par des visas contingentés et extrêmement restrictifs, notamment concernant la durée de séjour autorisée (visa pour entrepreunariat, visa de travail conditionné par l’obtention d’un salaire supérieur à 20 000 £ par an, visa de stage d’un an ou visa post doc d’un an pour les docteurs) (ibid., p. 42)11. Enfin, la défiance manifestée aux établissements à travers l’obligation d’obtenir le statut de Highly Trusted Sponsor a été étendue aux étudiants eux-mêmes puisque des « entretiens de crédibilité » ont été introduits en juillet 2012 afin de vérifier l’authenticité des projets d’études supérieures : d’abord limité aux étudiants jugés « à risque » (en raison notamment de leur pays de provenance), ce dispositif d’entretiens a été élargi à l’ensemble des étudiants candidats à l’ES britannique en septembre 2013 (Universities UK 2014, p. 8).

27 Le gouvernement conservateur de David Cameron, au pouvoir depuis le printemps 2015, a maintenu sa position de fermeté concernant l’octroi de visas aux étudiants internationaux : le nouveau ministre de la Science et des Universités, Jo Johnson, a ainsi déclaré dès sa prise de fonctions vouloir « combattre les abus » en « démasquant les organismes frauduleux et en éliminant les sites web trompeurs »12. De plus, le statut de Highly Trusted Sponsor a été remplacé par celui « Tier 4 visa sponsor » : outre l’inspection effectuée par l’Agence nationale d’assurance qualité, le Bureau de l’immigration et des visas (UK Visa and Immigration, UKVI), placé directement sous l’autorité du ministère de l’Intérieur, effectue des contrôles auprès des établissements d’enseignement supérieur avant de leur octroyer ce nouveau statut. Ces contrôles portent, par exemple, sur le personnel de l’établissement, sur les procédures permettant de suivre l’assiduité des étudiants ou encore sur des fraudes ou dysfonctionnements passés, ces derniers étant jugés suffisants pour refuser l’octroi du statut de sponsor (Home Office 2015, p. 16 ; pp. 24-25). Ce dernier est délivré pour une durée de quatre ans, mais il peut être retiré par UKVI à tout moment en cas de non-respect des règles strictes qui lui sont associées. La volonté farouche du gouvernement de juguler l’immigration déguisée et de sanctionner les abus et les fraudes dans le domaine de l’accueil d’étudiants internationaux a conduit à une position de fermeté, voire de fermeture, qui est condamnée unanimement dans le monde universitaire britannique.

L’immigration étudiante, pomme de discorde entre l’État et les universités

28 Si l’on met en regard l’importance du recrutement d’étudiants internationaux pour les universités britanniques et la politique d’immigration des gouvernements Cameron, on comprend l’ampleur des débats qui se sont élevés à ce sujet et auxquels de nombreuses voix ont contribué. Le « dilemme » face auquel le gouvernement se trouve est résumé dans un rapport publié conjointement par Universities UK et le think-tank British Future. La question de l’immigration y est qualifiée de « terrain miné » (2014, p. 4) :

Any uplift in the number of international students means greater scientific, economic and cultural benefit to Britain. Yet it also spells trouble for politicians trying desperately to cut headline immigration figures. A mark of our success therefore acts simultaneously – and perversely – as a badge of failure. […] it was always a mistake to include the student migrant flow within a target to reduce total immigration numbers.

29 De fait, les universités perçoivent le positionnement du gouvernement comme une atteinte à leur liberté de recruter et comme un frein à leur stratégie d’internationalisation. Dans un entretien accordé au magazine Times Higher Education en mai 2015, en plein cœur des débats électoraux, le directeur de l’Institute of International Education A. Goodman déclarait par exemple que la politique d’immigration du gouvernement sapait la réputation du Royaume-Uni auprès des étudiants étrangers, contribuant de la sorte à rendre le pays moins attractif : « Generally Britain has a reputation that it is anti-foreign students. And there is a reputation that it is harder to get here as an international student than ever before »13. Ce sentiment est partagé plus largement par la communauté universitaire qui s’inquiète, ici à travers la voix de son organe représentatif Universities UK, de l’impact des mesures gouvernementales sur la perception, à l’étranger, de l’accueil des étudiants au Royaume-Uni (2014, p. 28) :

Policy developments in the UK are sometimes extensively covered by the media in certain overseas countries, which can have a very negative impact on how UK higher education is perceived. This was evident in the widespread coverage internationally of the revocation of London Metropolitan University’s Tier 4 licence in 2012. It is vital that the communication of changes affecting international students that arise from the Immigration Act are handled proportionately and do not deter applicants […].

30 Outre la politique d’immigration elle-même, c’est la communication gouvernementale qui est ici visée : les discours politiques sont en effet focalisés soit sur la lutte contre les fraudes, largement relayées dans les médias et extrêmement nuisibles à l’image de l’ES tout entier, soit sur la réduction du solde migratoire, toutes catégories d’immigrants confondues, ce qui sous-entend que les étudiants internationaux présentent le même degré de « risque » pour la nation que d’autres immigrants. Le Manifeste du parti conservateur pour les élections de 2015 est un parfait exemple de cette rhétorique : il mentionne une réforme des visas d’étude dans le but de lutter contre les abus et de réduire l’extension excessive des séjours à la suite des études (Conservative Party 2015), sans préciser toutefois si les étudiants internationaux seront retirés des objectifs de réduction du solde migratoire. Cette clarification des cibles de la politique d’immigration du gouvernement a pourtant fait l’objet de demandes répétées de la part des universités, soutenues en cela par la Chambre des Lords. Dans un rapport sur le soft power et l’influence britannique dans le monde publié en 2014, une commission de la Chambre a rappelé à quel point il était important que le gouvernement modère son discours de façon à ne pas dissuader les étudiants désireux d’intégrer une université britannique (House of Lords 2014, §57) :

We call on the Government to present and communicate their visa and immigration policies with a level of balance and in a tone that do not discourage those who would add to the UK’s prosperity from coming to the UK and supporting its businesses and trade.

31 La commission a plus largement exhorté le gouvernement britannique à soigner l’image d’accueil de la nation et à ne pas se tromper de cible (ibid., § 59) :

The Government must work harder to ensure that their efforts to cut migration by those who would not add to the UK’s wellbeing do not prevent those whose presence would further the UK’s domestic and international interests from seeing the UK as welcoming.

32 À l’image négative de l’immigrant menaçant, largement développée dans les discours politiques et reprise ici de façon atténuée à travers la référence à « l’absence de valeur ajoutée par rapport au bien-être de la nation », est opposée celle de l’étudiant international, source de richesse et de talent, une image reprise par David Cameron au printemps 201514 :

Let me be clear; none of these [anti-fraud] measures will stop us from rolling out the red carpet for the brightest and the best, the talented workers and brilliant students who are going to help Britain succeed […].

33Pourtant, malgré ce discours visant à apaiser ces débats et à rassurer le monde universitaire, et malgré les bonnes intentions réitérées par le ministre des Universités et des Sciences Jo Johnson quelques jours plus tard avec un souci visiblement partagé de la formule – « we will continue to ensure that our excellent education system remains a magnet for the brilliant minds »14 – le gouvernement britannique n’a pas annoncé qu’il retirerait les étudiants internationaux des chiffres de l’immigration, ni annoncé de politique d’incitation et de soutien à l’internationalisation de l’ES. Dans ce contexte de tensions, le recrutement d’étudiants internationaux apparaît comme un terrain de lutte – parmi d’autres – entre les universités et l’État. Il appartient aux premières de défendre leurs intérêts et de tirer leur épingle du jeu en développant des stratégies propres, comme le préconise A. Goodman : « Just like the government needs to have [sic] clear international education policy, universities need to have their own globalisation strategy »14.

Les stratégies d’internationalisation des établissements britanniques d’enseignement supérieur

34Comme le soulignait récemment le Pr M. Worton, Vice-Chancellor de University College London (Campus France 2012, p. 4), « [l]’internationalisation est un terme qui figure dans de nombreuses déclarations de mission, mais qui, curieusement, signifie encore des choses bien différentes selon les interlocuteurs ». Dans ce troisième et dernier volet, il s’agit de dresser un panorama et d’analyser les diverses stratégies d’internationalisation déployées par les établissements britanniques d’ES dans ce contexte politique peu favorable.

35En suivant la catégorisation employée par Warwick et Moogan (2013, p. 116) dans leur étude, on peut distinguer le développement externe de l’internationalisation (external issues) de son développement interne (internal capability issues) : idéalement, les stratégies d’internationalisation articulent ces deux axes de développement en adaptant les moyens dévolus à l’offre de formation, à la formation des personnels ou encore à l’accueil et au soutien des étudiants internationaux (développement interne) aux besoins générés par le recrutement d’étudiants et d’enseignants-chercheurs internationaux ou encore par l’ouverture d’antennes à l’étranger (développement externe). Or, différentes études (entre autres Koutsantoni 2006, Trahar 2007 ; Warwick & Moogan 2013) montrent que, dans les universités britanniques, le développement externe est largement favorisé aux dépens du développement interne.

Le développement externe de l’internationalisation

36Le développement externe de l’internationalisation concerne tout d’abord le recrutement d’enseignants-chercheurs étrangers et les collaborations de recherche avec des établissements d’ES ou des organismes de recherche étrangers : en effet, la dimension internationale de la recherche est désormais considérée comme un critère de qualité, notamment dans les campagnes d’évaluation de la recherche qui ont lieu tous les quatre à six ans au Royaume-Uni, les Research Assessment Exercises (RAEs) et le Research Excellence Framework (REF). Les trois niveaux supérieurs d’appréciation de la qualité de la recherche (de 2* à 4*) – et les seuls qui donnent lieu à un financement de l’État – mentionnent son caractère international, comme cela apparaît dans la grille utilisée dans le cadre du REF en 2014 (voir tableau 2)15.

Tableau 2. Les niveaux de qualité de la recherche dans le cadre du Research Excellence Framework

Four star

Quality that is world-leading in terms of originality, significance and rigour.

Three star

Quality that is internationally excellent in terms of originality, significance and rigour but which falls short of the highest standards of excellence.

Two star

Quality that is recognised internationally in terms of originality, significance and rigour.

One star

Quality that is recognised nationally in terms of originality, significance and rigour.

Unclassified

Quality that falls below the standard of nationally recognised work. Or work which does not meet the published definition of research for the purposes of this assessment.

37Ainsi, même si le fait de considérer systématiquement le caractère international comme un indicateur de qualité est contestable, car il n’est pas nécessairement pertinent pour tous les types et tous les objets de recherche (Gingras 2014, p. 75-76), les chercheurs britanniques ont développé massivement cet aspect de leur activité afin de se conformer aux attentes du REF et de permettre à leur établissement de recevoir des dotations de recherche les plus élevées possible, celles-ci étant calculées par les Conseils de financement en fonction des résultats. Dans les dossiers soumis par les établissements dans le cadre des RAE ou du REF, la dimension internationale de la recherche est ainsi systématiquement mise en avant à travers l’appartenance des chercheurs à des organismes internationaux, leur contribution à des conférences internationales, notamment en tant que conférencier plénier, ou encore les prix ou récompenses internationales qu’ils ont reçus (Auteur 2014, p. 207 ; Lucas 2006).

38Comme l’a montré la sociologue Lisa Lucas (2006) dans son enquête sur l’impact des RAE sur les universités britanniques, les résultats de ces campagnes en termes de prestige, mais aussi de retombées financières, sont suffisamment importants pour que les critères d’évaluation de la qualité de la recherche qui sont appliqués modifient en profondeur les pratiques et l’identité des chercheurs : ils peuvent aussi parfois mener purement et simplement à leur exclusion lorsque leurs activités de recherche ne sont pas jugées conformes aux critères attendus. En parallèle, de nombreux universitaires étrangers viennent travailler au Royaume-Uni : ils sont principalement issus d’Allemagne (3 130), de République d’Irlande (2 140), des États-Unis (2380), de Chine (2280), d’Italie (1870) et de France (1850) (Campus France 2012, p. 3). De façon générale, les universités qui appartiennent au prestigieux Russell Group sont celles ont le plus développé le caractère international de leurs activités de recherche, ce qui fait partie intégrante de leur prestige et de leur réputation.

39 Le recrutement d’étudiants internationaux est l’autre axe principal d’internationalisation externe au Royaume-Uni, comme cela a été évoqué précédemment. Il varie à la fois sur le plan qualitatif et sur le plan quantitatif : le profil international d’un établissement peut ainsi se définir en fonction de l’origine de ses étudiants internationaux, de la proportion de ces derniers dans la population étudiante totale et des filières dans lesquelles ils choisissent d’étudier16. Le tableau 3 regroupe les deux premières catégories de données dans les cinq universités dont la proportion d’étudiants internationaux est la plus élevée au Royaume-Uni17.

Tableau 3. Origine et proportion des étudiants internationaux dans cinq universités britanniques

  • 18 Cette université, créée en 2008, a été privée de son statut de Highly Trusted Sponsor en 2014 dans (...)

Université

Étudiants internationaux

Principaux pays d’origine (par ordre décroissant)

London School of Economics

42 %

Hong Kong ; Malaisie ; Singapour ; Chine

Glyndwr

39,5 %

Non disponible18

Imperial College London

38,2 %

Chine ; Singapour ; Hong Kong ; Malaisie

St Andrews

38 %

États-Unis ; Chine ; Canada ; Allemagne

University of Essex

35,2 %

Chine ; Chypre ; Roumanie ; Norvège

40 Pour certains de ces établissements, l’internationalisation est ancienne et ancrée dans leur identité, ce qui donne lieu à des profils particuliers : ainsi, la majeure partie des étudiants internationaux qui étudient à l’université écossaise de St Andrews n’est pas issue du continent asiatique, contrairement à la plupart des autres établissements britanniques, mais des États-Unis ; de plus, l’université est fière d’afficher qu’elle accueille plus de 120 nationalités sur son campus, mettant ainsi en avant son caractère cosmopolite19. Quant à la plus internationale des universités britanniques, la London School of Economics (LSE), son profil international fait partie intégrante de son identité depuis sa création à la fin du XIXe siècle, comme l’explique Marie Scott (2011, p. 3) dans l’ouvrage qu’elle lui a consacré :

L’internationalisation de la LSE n’est ni récente, ni linéaire ; elle est un phénomène singulier et extrême, atypique plus qu’exemplaire, qui témoigne qu’il n’y a pas « une » internationalisation universitaire, mais des voies plurielles, imposées ou choisies, selon les conditions et les circonstances, les motivations et les stratégies.

41 Au-delà de l’histoire et du profil singuliers de la LSE et de St Andrews, les stratégies d’internationalisation des établissements britanniques s’appuient de façon générale sur des liens privilégiés avec certains pays ou établissements. Aux accords scellés depuis longtemps avec les pays de l’ancien Empire britannique, comme l’Inde ou Hong Kong, ont succédé des partenariats avec des pays dont la demande de formation d’ES n’a cessé de croître sans qu’ils puissent y répondre localement pour des raisons diverses : ainsi la Chine est-elle devenue le principal pays d’origine des étudiants internationaux du système britannique d’ES. Ces partenariats prennent différentes formes.

42 Après avoir connu un essor important au tournant du XXIe siècle, l’ouverture d’antennes à l’étranger (branch campuses) ne semble plus attirer les universités britanniques car elle s’est révélée économiquement peu rentable : plusieurs universités ont ainsi décidé récemment de fermer certaines de leurs antennes, comme University College London en Australie ou l’université d’East London à Chypre. Quelques établissements persévèrent toutefois et semblent avoir trouvé un équilibre financier à travers ce modèle : ainsi en 2012-2013, les universités de Nottingham, du Middlesex et d’Heriot-Watt concentraient-elles 90 % des inscriptions d’étudiants internationaux hors du Royaume-Uni dans leurs antennes situées respectivement en Malaisie et en Chine, à Dubaï et à l’île Maurice et enfin, à Dubaï et en Malaisie20. Ce sont en revanche les partenariats éducatifs avec des établissements à l’étranger qui semblent désormais avoir la faveur des universités britanniques : University College London projette par exemple de fermer son site à Adélaïde en Australie et de nouer à la place un partenariat avec University of South Australia. Enfin, la stratégie d’internationalisation de certains établissements britanniques d’ES s’est traduite par l’ouverture de campus délocalisés à Londres dans l’espoir d’attirer davantage d’étudiants internationaux que sur leurs campus de province : c’est le cas notamment des universités de Coventry, de Glasgow Caledonian ou encore de Liverpool21.

  • 22 Dans ce classement, le « profil international », qui prend en compte la proportion d’étudiants inte (...)

43 Ces stratégies d’internationalisation diverses obéissent à des logiques souvent similaires. En premier lieu, le recrutement d’étudiants et, de façon plus générale, de personnel international est une preuve d’excellence et d’attractivité qui satisfait notamment aux critères de certains classements internationaux comme le Times Higher Education World University Rankings22. C’est aussi, nous l’avons mentionné, une façon pour les universités d’accroitre leurs revenus : étant donné que l’État fixe des quotas de recrutement pour les étudiants britanniques et ceux issus de l’Union européenne, qu’il fixe le plafond de leurs droits de scolarité et qu’il a réduit considérablement les dotations d’enseignement aux universités, le recrutement d’étudiants internationaux reste une variable privilégiée d’accroissement des revenus car il n’est soumis à aucun quota et les droits de scolarité peuvent être fixés librement par les universités.

44 Aussi développées soient-elles, ces stratégies d’internationalisation externe sont toutefois souvent exclusivement à l’initiative des dirigeants des universités et relèvent d’une logique purement financière : elles sont rarement articulées avec des développements internes et n’encouragent pas véritablement l’engagement des enseignants sur le terrain (Warwick & Moogan 2013, p. 112).

Le développement interne de l’internationalisation

45 L’internationalisation de l’enseignement supérieur, telle qu’elle est définie par De Wit (voir supra section 2), est un processus complexe qui repose sur « l’intégration d’une dimension à la fois internationale, interculturelle et mondiale » au niveau interne : elle consiste notamment à offrir aux étudiants un véritable « environnement international d’apprentissage » afin de les préparer à de « futures carrières dans un monde globalisé » (Warwick & Moogan 2013, p. 102).

46 C’est dans cette perspective que l’Académie de l’enseignement supérieur (Higher Education Academy), organe britannique indépendant consacré au développement de la pédagogie universitaire, a choisi de situer l’internationalisation de l’ES en publiant en 2014 un texte de cadrage intitulé Internationalising Higher Education Framework et dont l’objectif est le suivant (HEA 2014, p. 3) : « The framework aims to inspire and assist in the process of internationalising HE : preparing 21st century graduates to live in and contribute responsibly to a globally interconnected society ». Les axes de développement suggérés sous la forme de principes, mais également de questions, visent à aider les établissements à prendre en compte les multiples aspects du processus d’internationalisation interne et à impliquer le plus d’acteurs possible – enseignants, étudiants, personnels administratifs.

47 Pourtant, au Royaume-Uni, ces développements internes qui visent, dans l’ensemble, à aborder les enjeux éthiques, culturels, économiques et même politiques de l’internationalisation de l’ES, restent peu nombreux. Ils relèvent souvent d’initiatives ponctuelles, portées par quelques « enthousiastes de l’internationalisation » (Warwick & Moogan 2013, p. 104) confrontés à un nombre croissant d’étudiants internationaux dans leurs amphithéâtres ou dans leurs salles de classe, notamment dans les filières de commerce, de gestion, d’ingénierie, d’études artistiques ou encore de droit qui ont la faveur de ces étudiants23 : ils cherchent ainsi à adapter au mieux leurs enseignements à ces publics particuliers, en introduisant par exemple des modules de communication interculturelle ou encore des enseignements ciblés de langue (Richardson &Warwick 2009).

48 La multiplication de travaux de recherche dans ce domaine reflète ces préoccupations relativement récentes : ces travaux portent sur les évolutions récentes de l’internationalisation à l’échelle mondiale (entre autres Altbach et al. 2009 ; De Witt 2011, 2015), sur l’internationalisation des programmes d’enseignement (entre autres Carroll & Ryan 2005 ; Leask & Bridge 2013), sur l’introduction d’approches interculturelles (entre autres Rose & Bylander 2007 ; Richardson & Warwick 2009) ou encore sur la formation des enseignants aux aspects internationaux de l’enseignement dans le supérieur (entre autres Badley 2000 ; Brawn & Tahar 2003). Ces travaux offrent un ancrage théorique nécessaire aux initiatives individuelles qui relèvent souvent de mesures d’adaptation pédagogique ad hoc sur le terrain. En fin de compte, il apparaît que le développement interne de l’internationalisation dans les universités britanniques relève davantage d’une juxtaposition de mesures isolées que d’une approche stratégique structurée (Bartell 2003).

49 On note ainsi une tension, voire une contradiction, entre la stratégie affichée par les établissements et les moyens mis en œuvre sur le terrain pour véritablement internationaliser l’environnement d’apprentissage (Warwik & Moogan 2013, p. 116) :

[Most] universities seem to have kept their strategic focus on external issues […] and have neglected the internal capability issues. In these organisations, internationalisation champions are left to try to improve the student experience with local-level initiatives, while the majority of their colleagues link the concept of internationalization to the recruitment of international students. Unless HEIs adapt their resources (staff and organisational) to meet the needs of the international students, the expectations of those students will not be met.

50 Les universités britanniques n’ont pas encore développé les ressources qui leur permettraient de déployer des approches plus complètes de l’internationalisation, à destination à la fois de leurs étudiants internationaux et de leurs étudiants britanniques et européens : toutefois, étant donné que diverses enquêtes récentes (notamment l’International Student Barometer 201524) montrent que les étudiants internationaux sont globalement très satisfaits de leur expérience d’apprentissage au Royaume-Uni, les universités ne sont guère encouragées à améliorer un système d’ES qui a visiblement largement fait ses preuves et dont la réputation ne faiblit pas. Elles se focalisent plutôt actuellement sur leur combat contre les mesures de durcissement de l’octroi des visas d’études qui entachent la qualité de l’accueil réservé par le Royaume-Uni à ses étudiants étrangers et nuit à leur attractivité.

Conclusion

51 L’internationalisation constitue sans nul doute l’un des traits les plus saillants de l’enseignement supérieur britannique en ce début de XXIe siècle : elle représente en effet à la fois un enjeu économique, car certaines formations et même certaines universités dépendent aujourd’hui de leur recrutement international pour subsister, et un enjeu sociétal, parce qu’elle croise la question de l’immigration, question centrale dans la façon qu’a le Royaume-Uni de se positionner par rapport au reste du monde.

52 Même si elle constitue actuellement une priorité pour de nombreux établissements, l’internationalisation ne représente toutefois qu’un défi parmi tous ceux que doivent relever les universités britanniques à l’heure actuelle. Devenues de véritables « entreprises caméléons » (Watson 2008) gérant des budgets colossaux, elles doivent en effet satisfaire de multiples parties prenantes et « jouer » simultanément sur plusieurs tableaux (Trowler et al. 2005, p. 440) :

To be successful nowadays, a university needs to play a number of different games. Each game has different goals and involves different rules. Some are about generating income. Others are about increasing funding through attracting greater student numbers. Some are about enhancing research, and research reputation. The goals are often incompatible, the rules are written separately, in different places by different people. And winning at one may involve compromising in others.

53 Dans ce paysage, l’internationalisation va-t-elle constituer une simple étape dans « la longue marche des universités » britanniques ou reflète-t-elle un rapport au monde qui va façonner durablement l’identité et les pratiques universitaires au Royaume-Uni ?

Haut de page

Bibliographie

Altbach, P., Reisberg L. & Rumbley L., Trends in Global Higher Education, Tracking an Academic Revolution, Paris: Unesco, 2009.

Avril, E., Schnapper, P., Le Royaume-Uni au XXIe siècle : mutations d’un modèle, Paris : Ophrys, 2014.

Badley, G., « Developing Globally Competent University Teachers », Innovation in Education and Training International, 37/3, 244-253, 2000.

Bartell, M., “Internationalisation of Universities: A Culture Based Framework”, Higher Education 45/1, 43-70, 2003.

Beauvallet, A., « John Major, digne héritier de la dame de fer ? Fondements et bilan de la politique éducative de 1990 à 1997 », Observatoire de la société britannique 7, 2009, <https://osb.revues.org/819>, consulté le 22/12/2015.

Beauvallet, A., « New leaders, new policies? Les politiques éducatives des principaux partis en Angleterre depuis décembre 2005 », Observatoire de la société britannique 9, 2010, <https://osb.revues.org/993>, consulté le 22/12/2015.

Bihet, K., « La politique publique d’éducation britannique depuis 1997 : entre volontarisme politique et privatisation du système éducatif », Observatoire de la société britannique 16, 2014, <https://osb.revues.org/1734>, consulté le 23/12/2015.

Bourdieu, P., Homo Academicus, Paris : les Éditions de Minuit, 1984.

Brawn, R., Trahar, S., “Supporting the Learner Teacher in Changing Higher Education”, in R. Sutherland, R., G. Claxton, G. & A. Pollard, A. (eds.), Learning and Teaching Where Worldviews Meet, Stoke on Trent, UK: Trentham Books, p. 232-245, 2003.

Carnine, J., (à paraître), “The Impact of Transnational Relationships during International Mobility and its Effects on National Identity”, Journal of International Mobility, 2016.

Carroll, J., Ryan, J. (eds) 2005, Teaching International Students – Improving Learning For All. Abingdon : Routledge, 2005.

Chevaillier, T., Musselin, C. (dir.), Réformes d’hier et réformes d’aujourd’hui. L’enseignement supérieur recomposé, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2014.

Compagnon, A. « Leçons américaines », Le Débat 156, p. 99-116, 2009.

Defays, J.-M., « Défense et illustration de l’analyse des discours universitaires », in Defays, J.-M., Engebert, A. (dir.), Principes et typologies des discours universitaires, Paris : l’Harmattan, p. 9-22, 2009.

De Wit, H., Trends, Issues and Challenges in Internationalisation of Higher Education, Amsterdam: Centre for Applied Research on Economics and Management, Hogeschool van Amsterdam, 2011.

De Wit, H., Quality Assurance and Internationalization. Trends, challenges and opportunities, INQAAHE conference, Chicago, U.S., 2015.

Finding, S., « Gender, Education and Employment in Education in Britain », Observatoire de la société britannique 14, 2013, <https://osb.revues.org/1563#tocto2n5>, consulté le 22/12/2015.

Gaspard, J., « Le discours promotionnel des universités européennes. Homogénéité dans la compétitivité ? », Mots. Les langages du politique 102, 2013, <http://mots.revues.org/21281>, consulté le 18/12/2015.

Gingras, Y. Les dérives de l’évaluation de la recherche. Du bon usage de la bibliométrie. Paris : Raisons d’agir, 2014.

Halimi, S., L’enseignement supérieur au Royaume-Uni, Paris : Ophrys-Ploton, 2004.

Julian, M., « Higher Education in the United Kingdom under Tony Blair », in Pickard, S. (ed.), Higher Education in the UK and the US: Converging University Models in a Global Academic World?, Brill: Leiden, Boston, 2014.

Koutsantoni, D., “Some Examples of Internationalization and their Implications for the UK”, London: Leadership Foundation for Higher Education, 2006, <http://www.lfhe.ac.uk/international/summit2006/index.html>, consulté le 22/12/2015.

Lane, P., Plattard, S., « Angleterre : le financement de l’enseignement supérieur », Revue internationale d’éducation de Sèvres 56, 2011, <http://ries.revues.org/1024>, consulté le 16 décembre 2015.

Leask, B., Bridge, C., “Comparing Internationalisation of the Curriculum in Action across Disciplines: Theoretical and Practical Perspectives”, Compare: A Journal of Comparative and International Education, 43/1, 79-101, 2013.

Lucas, L. The Research Game in Academic Life, Maidenhead: Open University Press & Society for Research into Higher Education, 2006.

Musselin, C., La longue marche des universités françaises, Paris : PUF, 2001.

Musselin, C., Les universitaires, Paris : La Découverte, 2008.

Neave, G., “Editorial”, European Journal of Education 22/2, 121-122, 1987.

Pickard, S. (ed.), Higher Education in the UK and the US: Converging University Models in a Global Academic Word?, Leiden, Boston: Brill, 2014a.

Pickard, S., « L’enseignement supérieur : vers la démocratisation d’un modèle élitiste » in Avril, E., Schnapper, P., Le Royaume-Uni au XXIe siècle : mutations d’un modèle, Paris : Ophrys, p. 237-244, 2014b.

Puzzo, C., « La politique d’immigration et du droit d’asile depuis mai 2010 : pomme de discorde ou compromis politique », Observatoire de la société britannique 12, 2012, <http://osb.revues.org/1363>, consulté le 21 décembre 2015.

Revue française de civilisation britannique, « L’éducation en Grande-Bretagne », 6/1, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1999

Richardson, H., Warwick, P., “Building Cross Cultural Competencies”, 2009/51, The York Management School, 2009, <http://www.york.ac.uk/media/tyms/documents/research/workingpaper/51%20Working%20Paper%20Warwick%202009.pdf>, consulté le 23/12/2015.

Robinson, M., « L’enseignement supérieur britannique entre deux feux », Revue internationale d’éducation de Sèvres 26, 2000, <http://ries.revues.org/2537>, consulté le 16 décembre 2015.

Rose, S., Bylander, J., “Border Crossings: Engaging students in Diversity Work and Intergroup Relations”, Innovations in Higher Education, 31/5, 251-264, 2007.

Scott, M., La London School of Economics and Political Science. 1895-2010, Paris: PUF, 2011.

Trahar, S., Teaching and Learning: The international education landscape, some theories and working practices, Bristol: Escalate, 2007.

Trowler, P., Fanghanel, J. & Wareham, T., “Freeing the chi of change: the Higher Education Academy and enhancing teaching and learning in higher education”, Studies in Higher Education, 30/4, 427-444, 2005.

Warwick, P., Moogan, Y. J., “A comparative study of perceptions of internationalisation strategies in UK universities”, Compare: A Journal of Comparative and International Education, 43/1, 102-123, 2013.

Watson, D. “Who Owns the University?”, Quality matters, 2-5, 2008.

Documents officiels, rapports et statistiques

British Council, The shape of things to come. The evolution of transnational education: data, definitions, opportunities and impacts analysis, 2013, <https://www.britishcouncil.org/sites/default/files/the_shape_of_things_to_come_2.pdf>, consulté le 22/12/2015.

Campus France, L’enseignement supérieur britannique aujourd’hui et la place de l’internationalisation, Repères n° 15, mai 2012.

Conservative Party (the), The Conservative Party Manifesto, Invitation to Join the Government of Britain, 2010, <https://www.conservatives.com/~/media/files/activist%20centre/press%20and%20policy/manifestos/manifesto2010#page=3&zoom=auto,-244,591>, consulté le 22/12/2015.

Conservative Party (the), The Conservative Party Manifesto, Strong leadership, A Clear Economic Plan, A brighter, More Secure Future, 2015, <https://s3-eu-west-1.amazonaws.com/manifesto2015/ConservativeManifesto2015.pdf>, consulté le 22/12/2015.

HEA, Internationalising Higher Education Framework, 2014, <https://www.heacademy.ac.uk/sites/default/files/resources/internationalisingheframeworkfinal.pdf>, consulté le 22/12/2015.

HEFCE, Global demand for English HE, 2014, <http://www.hefce.ac.uk/pubs/year/2014/201408a/>, consulté le 22/12/2015.

Home Office (the), Tier 4 of the Points Based System: Guidance for Sponsors. Document 1: Applying for a Tier 4 licence, 2015, <https://www.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/476725/tier_4_sponsor_guidance_document_1_applying_for_a_tier_4_licence_2015_11.pdf>, consulté le 23/12/2015.

House of Lord Select Committee on Soft Power and the UK’s Influence, Persuasion and Power in the Modern World, <http://www.publications.parliament.uk/pa/ld201314/ldselect/ldsoftpower/150/15004.htm> consulté le 22/12/2015.

IAE, Internationalization of Higher Education: Growing expectations, fundamental values. IAU 4th Global Survey, 2014, <http://www.iau-aiu.net/sites/all/files/IAU-4th-GLOBAL-SURVEY-EXECUTIVE-SUMMARY.pdf>, consulté le 22/12/2015.

IDP Education, International Student Buyer Behaviour Research. Key Findings-Students Perceptions, 2014, <https://www.idp.com/unitedkingdom/~/media/IDP/UK/Files/PDFs/IDP%20Buyer%20Behaviour%202014%20infographic%20-%20Student%20Perceptions.ashx>, consulté le 23/12/2015.

National Union of Students, “International students feel unwelcome in UK as immigration bill set to ‘create new barriers’ to study”, 2014, <http://www.nus.org.uk/en/news/press-releases/international-students-feel-unwelcome-in-uk-as-immigration-bill-set-to-create-new-barriers-to-study/>, consulté le 23/122015.

OCDE, Education at a glance, 2012, <http://www.oecd-ilibrary.org/docserver/download/9612041ec009.pdf?expires=1448967559&id=id&accname=guest&checksum=FCF76C2AEB34C7AA60427425D89B4AF5>, consulté le 22/12/2015.

OCDE, Education Indicators in Focus 2013/05, 2013, <http://www.oecd.org/education/skills-beyond-school/EDIF%202013--N%C2%B014%20%28eng%29-Final.pdf>, consulté le 22/12/2015.

Universities UK, The Funding Environment for Universities: An Assessment, 2013, <http://www.universitiesuk.ac.uk/highereducation/Documents/2013/FundingEnvironmentForUniversities.pdf>, consulté le 22/12/2015.

Universities UK, International Students in Higher Education: the UK and its Competition, 2014, <http://www.universitiesuk.ac.uk/highereducation/Documents/2014/InternationalStudentsInHigherEducation.pdf>, consulté le 22/12/2015.

Universities UK & British Future, International Students and the UK Immigration Debate, 2014, <http://www.britishfuture.org/wp-content/uploads/2014/08/BRFJ2238-International-Students.WEB-FINAL.Embargo-25.8.14.pdf>, consulté le 22/12/2015.

UK Higher Education International Unit (the), International Higher Education in facts and Figures, 2015, <http://www.international.ac.uk/media/3636975/International-Higher-Education-in-Facts-and-Figures-2015.pdf>, consulté le 22/12/2015.

Haut de page

Notes

1 Il est intéressant de noter à ce propos que certains articles en français portant sur l’ES britannique ou américain émanent d’universitaires ou de personnes qui s’appuient sur leur expérience pratique du domaine, par exemple Muriel Robinson (2000), Antoine Compagnon (2009) ou Philippe Lane et Serge Plattard (2011), alors que leurs objets de recherche habituels sont tout autres.

2 Voir infra section 3.

3 Voir infra section 5.

4 <https://www.nottingham.ac.uk/fees/index.aspx>, consulté le 23/12/2015.

5 En Angleterre, le montant de ces dotations a été quasiment divisé par deux par le conseil de financement HEFCE entre 2010-11 et 2013-14 et cette baisse n’a pas été compensée par l’augmentation du plafond des droits de scolarité pour les étudiants britanniques et issus de l’UE puisque leur recrutement reste soumis à des quotas selon des règles fixées par l’État (Universities UK 2013, p. 8).

6 Les statistiques récentes montrent que le nombre d’étudiant indiens ne cesse de baisser au Royaume-Uni, tandis qu’il augmente aux États-Unis et en Australie. Les étudiants indiens étudient également de plus en plus en Inde, où l’offre d’enseignement supérieur s’est considérablement développée.

7 On trouve différents éléments statistiques portant sur la répartition de ces étudiants dans les établissements et filières britanniques d’enseignement supérieur à l’adresse suivante : <http://www.thecompleteuniversityguide.co.uk/international/international-students-the-facts/>, consulté le 02/12/2015.

8 <https://www.timeshighereducation.com/content/jo-johnson-uk-aims-grow-international-education>, consulté le 2/12/2015.

9 Les universités chinoises ont enregistré une augmentation de 68 % de leurs étudiants internationaux entre 2007 et 2012 (Universities UK 2014, p. 7) : elles accueillent aujourd’hui plus de 377 000 étudiants, principalement en provenance de Corée du sud et des États-Unis (<http://www.iie.org/en/Services/Project-Atlas/China/International-Students-In-China>, consulté le 1/12/2015), tandis que les étudiants chinois continuent massivement à aller étudier à l’étranger (Carnine, à paraître).

10  <https://www.timeshighereducation.com/news/glyndwr-visa-licence-suspended-amid-home-office-crackdown/2014140.article>, consulté le 9/12/2015.

11 Le système de visas à destination des immigrants issus de pays étrangers hors de l’Union européenne, structuré selon cinq rangs (tier visa system), est fondé sur l’octroi de points aux candidats en fonction de différents critères selon le type de visa demandé (de Tier 1 à Tier 5), <https://www.gov.uk/browse/visas-immigration> et <http://www.workpermit.com/uk/uk-immigration-tier-system.htm>, consultés le 9/12/2015.

12 <https://www.timeshighereducation.co.uk/content/jo-johnson-uk-aims-grow-international-education>, consulté le 9/12/2015.

13 <https://www.timeshighereducation.com/news/uk-risks-closing-door-on-overseas-student-growth-warns-iie-head/2020409.article>, consulté le 9/12/2015.

14 <https://www.timeshighereducation.com/news/uk-risks-closing-door-on-overseas-student-growth-warns-iie-head/2020409.article>, consulté le 9/12/2015.

15 <http://www.ref.ac.uk/panels/assessmentcriteriaandleveldefinitions/>, consulté le 11/12/2015. C’est nous qui surlignons.

16 À titre d’exemple, les étudiants d’origine malaise qui choisissent la London School of Economics y étudient principalement la comptabilité et la finance tandis que les étudiants français optent plutôt pour l’anthropologie et les sciences politiques (<http://www.thecompleteuniversityguide.co.uk/london-school-of-economics/international>, consulté le 21/12/2015). Nous n’avons pas inclus ces données dans le tableau 3 car elles auraient rendu sa lecture trop complexe.

17 <http://www.thecompleteuniversityguide.co.uk/international/international-students-the-facts/by-university/>, consulté le 12/12/2015.

18 Cette université, créée en 2008, a été privée de son statut de Highly Trusted Sponsor en 2014 dans le cadre d’une enquête portant sur une fraude aux tests d’anglais pour l’obtention de visas d’étude. En raison de ce retrait sans doute, aucune donnée n’est actuellement disponible à propos de ses étudiants internationaux.

19 <https://www.st-andrews.ac.uk/study/international/>, consulté le 22/12/2015.

20  <https://www.timeshighereducation.com/content/overseas-branch-campuses-become-low-priority-internationalisation-strategies>, consulté le 12/12/2015.

21 <http://www.theguardian.com/higher-education-network/blog/2013/sep/12/university-london-campuses-international-students>, consulté le 12/12/2015.

22 Dans ce classement, le « profil international », qui prend en compte la proportion d’étudiants internationaux et de personnel international ainsi que les collaborations internationales, représente 7,5 % du profil général : <https://www.timeshighereducation.com/news/ranking-methodology-2016>, consulté le 22/12/2015.

23 <http://www.thecompleteuniversityguide.co.uk/international/international-students-the-facts/what-they-study/>, consulté le 13/12/2015.

24 <http://issuu.com/internationalunit/docs/international_undergraduate_student>, consulté le 23/12/2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Agnès Détourbe, « Les universités britanniques et leur rapport au monde : les enjeux de l’internationalisation de la population étudiante  », Observatoire de la société britannique, 20 | 2018, 37-66.

Référence électronique

Marie-Agnès Détourbe, « Les universités britanniques et leur rapport au monde : les enjeux de l’internationalisation de la population étudiante  », Observatoire de la société britannique [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/osb/1980 ; DOI : 10.4000/osb.1980

Haut de page

Auteur

Marie-Agnès Détourbe

Maître de conférences à l'INSA Toulouse

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • OpenEdition Journals