Navigation – Plan du site
Le Royaume-Uni et le monde

1914-2014 : Europe-monde arabe, cent ans de choc des civilisations ?

Flavien Bardet
p. 67-79

Résumé

Cet article reviendra sur le rôle attribué au Proche-Orient ottoman par les grands empires européens jusqu’à l’entrée en guerre, en revenant notamment sur le concept de « choc des civilisations » et sur l’importance de la dimension mystico-religieuse attribuée à ces berceaux des grandes religions monothéistes. Réconcilier visées stratégiques et vision philosophique de ces terres du Levant situées à la croisée des routes commerciales et des grandes civilisations, tel sera le défi que les Alliés se lanceront dès la fin du XIXème siècle, avec un avantage certain pour l’empire britannique sur le soleil jamais ne se couche.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Huntington, S.P., « The Clash of Civilizations?, » Foreign Affairs, vol. 72, N°3, Summer 1993, p. 2 (...)

1Le choc des civilisations tel qu’il a été popularisé par Samuel Huntington s’inscrit dans un bouillonnement idéologique du début des années 1990 marqué par la théorie de la fin de l’histoire et par le déclin de la nation comme cadre de référence identitaire suprême1. La nation mise à mal par le cosmopolitisme de l’économie mondialisée menaçait de s’effacer au profit de marqueurs d’identité élargis à des groupes supranationaux – les civilisations. La modernisation, la sécularisation et l’occidentalisation des sociétés extra-européennes appelaient paradoxalement une forme de repli identitaire et culturel chez certaines sociétés pressées de jouer un rôle international prégnant. Comment parvenir à un sentiment d’unité dans ce contexte, se demandait Huntington : La recherche du plus petit dénominateur commun de groupes culturels aussi divers que ceux du monde chrétien ou islamique rouvrait la porte à des marqueurs identitaires éclipsés depuis le début du XXème siècle.

Introduction : Penser et repenser le Moyen-Orient

  • 2 Voir par exemple: Huntington, S. P., « The Clash of Civilizations?, » Foreign Affairs, vol. 72, N°3 (...)
  • 3 Thatcher, M., The Downing Street Years, London, Harper Collins, 1993, pp. 156-71.
  • 4 Voir par exemple: Ferguson, N., Civilization: the West and the Rest, London, Allen Lane, 2011, pp. (...)
  • 5 « The time has come for the West to abandon the illusion of universality and to promote the strengt (...)
  • 6 Huntington, S.P., “The West: Unique, not Universal,” Foreign Affairs, vol. 75, N°6, Nov.-Dec. 1996, (...)

2Cette opposition, souvent élargie à l’Occident contre le reste du monde2 trouvait dans les années 1980 une justification dans la lutte idéologique entre le camp américain et le camp soviétique. Tel était en tout cas le sens que lui donnait Margaret Thatcher en Angleterre3. Celle qui domina la scène politique européenne entre 1979 et 1990 militait en cela pour un rapprochement prononcé du vieux continent avec les Etats-Unis. Les années 1990, tant en Europe qu’au Proche-Orient – guerre de Yougoslavie, fin de la guerre Iran-Irak, fin de la campagne d’invasion de l’Afghanistan par l’URSS et guerre du Golfe – prêtèrent aux relations entre l’Occident et le monde arabo-musulman une dimension foncièrement culturelle plutôt qu’idéologique. Les nationalismes dans le monde musulman se fissuraient, laissant place à de nouveaux vecteurs d’unité. Tel est l’argument central du Choc des civilisations de Huntington, mais l’on retrouve de nos jours des cadres de références similaires dans de nombreux ouvrages traitant de la grandeur et du déclin de l’Occident4. Face à un monde musulman vu comme étant en phase d’unification, « l’heure était venu pour l’Occident d’abandonner l’illusion de son universalité » et de sa cohésion interne5. Divisé en de multiples entités en compétition les unes avec les autres, Huntington encourageait à rejeter ce qui était étranger à l’Occident tout en cherchant à promouvoir une nouvelle unité culturelle et stratégique6.

  • 7 Lewis, B., « Rethinking the Middle East, » Foreign Affairs, vol. 70, N°4, Fall 1992, p. 115.
  • 8 Lewis, B., « Rethinking the Middle East, » Foreign Affairs, vol. 70, N°4, Fall 1992, p. 104; 116.
  • 9 Lewis, B., « Rethinking the Middle East, » Foreign Affairs, vol. 70, N°4, Fall 1992, p. 103.

3On parlait alors de fin de l’histoire, dans le contexte de l’effondrement du bloc soviétique et du triomphe de l’économie de marché mondialisée. Avec la guerre du Golfe et le déclin du nationalisme arabe, le début des années 1990 semblait de plus annoncer une nouvelle ère pour le Proche-Orient7. Bernard Lewis proposait en 1992 de « Repenser le Moyen-Orient » en fonction du retour d’un facteur d’unité pour le monde arabo-musulman à l’aube du XXIème siècle : le fondamentalisme religieux. Il mettait les Etats-Unis en garde contre ce nouvel ennemi radicalement anti-occidental aux visées hégémoniques et expansionnistes8. Cependant, comme Lewis le faisait lui-même remarquer, avant de « repenser » le Proche-Orient, il fallait auparavant l’avoir pensé, voire défini9.

  • 10 Gordon, T.E., « The Problem of the Middle East, » The Nineteenth Century, Vol. 47, No. 277, March 1 (...)
  • 11 Mahan, A.T., Retrospect and Prospect, London, Sampson Law, 1902, pp. 236-9.

4Ce travail préalable de définition du Proche-Orient arabo-musulman avait été mené par la géopolitique américaine au début du XXème siècle dans un contexte, premièrement, de questionnement identitaire généralisé à l’Europe et au monde musulman. Les Britanniques, par la plume d’un certain colonel Thomas Edward Gordon, avaient pour la première fois utilisé l’expression « Middle East » en 1900 dans le cadre restreint des luttes d’influence le long des frontières indiennes10. Ce fut un Américain qui donna au Moyen-Orient sa définition moderne, coincé entre un « Far East » sino-japonais et un « Near East » qui désignait alors la Turquie asiatique11. Ce nouvel acteur de la géopolitique européenne se voyait alors défini par sa place centrale de carrefour des communications entre l’Europe et l’Asie : le critère commercial le disputait au stratégique dans cette version américaine du Moyen-Orient. Surtout, ce qu’il faut retenir de cette définition américaine du Proche-Orient, c’est qu’elle possède intrinsèquement une visée plus universelle : le Moyen-Orient n’est plus l’affaire des seuls Britanniques. Contrairement à Gordon qui ne voyait dans le « Middle East » qu’un intérêt britannique (protection des frontières indiennes contre la Russie), Mahan y voyait une région dont dépendait l’avenir des relations commerciales de l’ensemble de l’Europe.

5Un deuxième point de contexte est la naissance du nationalisme arabe, sur le modèle européen, au cœur de l’empire ottoman. Ailleurs, en Egypte notamment, un nationalisme à visée anti-impérialiste avait vocation à s’attaquer directement à l’occupation britannique.

  • 12 Keynes, J.M., The Economic Consequences of the Peace, London, Merchant Books, 1920, pp. 11-2.
  • 13 Le substantif « globalism » est défini pour la première fois en 1943 dans le Merriam-Webster. Le te (...)

6Le troisième point de contextualisation de cette « invention » du Moyen-Orient par la géopolitique américaine est lié à la perte de repères identitaires en Occident du fait de la première mondialisation des échanges. Nous connaissons particulièrement bien cette époque aujourd’hui grâce notamment aux pages classiques de John M. Keynes sur « l’Utopie économique » de « l’internationalisation » des échanges12 – on ne parlait pas encore de mondialisation, terme dont l’emploi ne se généralisera pas avant la Seconde Guerre mondiale13. Keynes fait remonter cette période d’internationalisation économique et financière à 1870, un an précisément après l’ouverture du canal de Suez qui permit un raccourcissement considérable des distances entre l’Europe et l’Asie. Notons toutefois que dans ce cadre – cela aura son importance dans le développement d’une première version du choc des civilisations –, les Etats-Unis n’étaient pas concernés par Suez : leur commerce avec l’Asie se faisait par la façade Pacifique. Le choc n’était ainsi une question qui n’intéressait que les Européens. Nous nous demanderons par suite ce qui poussa les Américains à s’intéresser d’aussi près à une région pour laquelle ils ne manifestèrent, et ce jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, aucun intérêt particulier.

La nation ou le commerce : l’Europe et la perte de repères identitaires

  • 14 Angell, N., , The Great Illusion, A Study of the Relation of Military Power in Nations to their Eco (...)

7Dans les années qui précédèrent la Grande Guerre, un débat opposant Mahan à un journaliste anglais du nom de Norman Angell secoua le paysage médiatique anglophone. Par articles et ouvrages interposés, Mahan et Angell s’invectivèrent entre 1907 et la mort du géopoliticien américain, survenue en 1914. L’objet de cette lutte intellectuelle anglo-américaine était la préservation de la paix et le rôle de la nation dans un monde « internationalisé » par les échanges commerciaux. Angell l’internationaliste défendait l’idée que l’interdépendance commerciale générée par les grands empires au cours des années 1870-1900 faisait qu’une guerre européenne était devenue quasi-impossible, à tout le moins absurde14. Pour Angell, le nationalisme était mourant : les bienfaits du « doux commerce », comme l’écrivit Montesquieu dans L’Esprit des lois, l’avaient tué. Les Européens ne seraient jamais prêts à sacrifier leur confort social et matériel à une chimère aussi intangible que la nation. Il expliquait d’ailleurs que même en Angleterre, un aristocrate préférera toujours une princesse allemande à une paysanne du Kent, ce à quoi Mahan devait répondre que ce même aristocrate, tout bien marié qu’il fût, serait pour autant toujours prêt à envoyer la Navy sauver un pêcheur anglais des mains des Turcs : un Premier ministre britannique, Lord Palmerston, l’avait déjà fait lors de l’affaire Don Pacifico en 1850. La nation pour Mahan était garante de l’identité occidentale : à ce titre, son rôle était essentiel pour préserver la cohérence interne de cette civilisation. L’histoire, sous la forme du prix Nobel de la paix, donna pourtant raison à Angell malgré l’année au cours de laquelle il reçu la précieuse récompense : 1933.

« Races » ou civilisations ?

  • 15 Fukuyama, F., The End of History and the Last Man, New York, Free Press, 1992, p. 88.

8 « Il n’y a pas de véritables barbares à nos portes » : c’est ainsi que Francis Fukuyama justifiait la croyance sans faille dans le progrès technologique et la modernisation grandissante de l’ensemble de la planète15. Puisqu’il n’y a pas de véritables barbares à nos portes, il est impossible d’abandonner l’esprit de conquête que la modernisation exige. Des technologies aussi dangereuses que l’arme nucléaire ou l’énergie atomique ne sauraient être abandonnées par l’Occident car il se trouvera toujours une nation ou un peuple prêt à retourner cette science contre ses créateurs. En 1992 lors de la publication du classique de Fukuyama, cette théorie devait être vue comme un encouragement à ne pas abandonner les politiques stratégiques mises en place au cours de la guerre froide. Dans le contexte de 1900, l’importance du Proche-Orient doit premièrement être comprise en relation avec le « péril jaune ».

  • 16 Lothrop Stoddard, T., The Rising Tide of Color against White World-Supremacy, New York, Scribbner’s (...)

9 De la fin du XIXème siècle jusqu’aux années 1930, les partisans du « péril jaune » suscitèrent le débat en Europe et aux Etats-Unis en relisant l’histoire des relations économiques et politiques des peuples en termes de « race » : la défaite turque devant Vienne en 1683 était ainsi une victoire nordique, alors que la Première Guerre mondiale était une « guerre blanche »16. Vus sous cet angle, tous les mouvements révolutionnaires venaient d’Asie, et l’éveil économique du Japon ou de la Chine étaient perçus comme étant directement dirigé contre l’Occident.

  • 17 Mahan, A.T., The Problem of Asia: Its Effect upon International Politics, (1900) New Brunswick, Tra (...)

10 Mahan, qui voyait la nationalité comme un facteur de division essentielle en Europe, voyait à l’instar d’Huntington l’Asie fédérée. A la différence d’Huntington, Mahan ne voyait pas l’Asie unie par la culture ou la religion, mais par « la race » : « in Asia are now converging streams of influence representing the interests not of nationalities, but of the larger groups which we know as races17 ». Tout le paradoxe de la pensée de Mahan se retrouve dans l’ambivalence du rôle de la nationalité en Europe, qu’il fallait réconcilier avec la nécessité d’unir l’Occident sous une bannière commune.

  • 18 Mahan, A.T., Armaments and Arbitration or the Place of Force in the International Relations of Stat (...)

11 Pour ce faire, c’est une fois de plus la mondialisation économique, fruit des impérialismes européens, qui servit de modèle : Mahan mettait cependant l’accent sur l’aspect libéral de la pensée économique classique plutôt que sur l’internationalisme pacifique d’un Norman Angell. Pour le géopoliticien américain, le monde pouvait être comparé à un gigantesque terrain de lutte pour l’avantage économique entre grandes entreprises. Si l’Occident était divisé par les nationalités, il était uni par une identité commune, celle de la « civilisation européenne »18. Un premier constat sémantique s’impose : Mahan traite de conflits à venir entre une « civilisation européenne » et une « race » asiatique, ou, en d’autres termes, entre une culture et une nature. Le choc que prévoyait Mahan était ainsi celui de l’évolutionnisme contre la permanence, une civilisation pouvant toujours évoluer et s’adapter à son environnement, une « race » étant bornée par la nature et la génétique. La place de la littérature eugéniste, en plein développement à l’époque même si Mahan ne s’y rattache en rien, servit probablement ici de source d’inspiration.

12 Pour l’empire britannique, cette opposition d’une « race » asiatique à une « civilisation » occidentale posait problème cependant : si l’on parlait bien de « races », éventuellement « inférieures », pour qualifier les différents peuples d’Afrique et d’Asie, on ne les opposait pas à une « race » supérieure européenne, mais à une civilisation occidentale du progrès politique, social et matériel représentée par les Britanniques. C’est pourquoi le terme de « race » disparut progressivement de la littérature géopolitique pour laisser place à celui de « civilisation », car une civilisation peut par définition évoluer. Les Britanniques se voyant comme des guides vers de plus hautes formes de développement dans les territoires de leur empire, la notion de « civilisation » convenait particulièrement bien à une conception de l’empire où les populations locales pouvaient conserver leurs particularismes locaux, religieux, coutumiers, sociaux, tant que cela n’entravait pas la bonne marche des affaires.

  • 19 The Victorians Having it all, episode 1, hosted by Jeremy Paxman, BBC, 2009.

13 En réalité, le problème principal de la Grande-Bretagne du début du XXème siècle était essentiellement lié aux divisions de classes sociales. Un documentaire de 2009 de la BBC en faisait même le problème numéro un de l’empire19 : la cohésion nationale autour d’un idéal commun de consommation et de confort matériel l’emportait largement sur une vision rétrograde et conservatrice d’un empire « racial » de culture chrétienne.

Vers un partage stratégique du monde

  • 20 Mahan, A.T., Armaments and Arbitration or the Place of Force in the International Relations of Stat (...)
  • 21 Mahan, A.T., The Problem of Asia: Its Effect upon International Politics, (1900) New Brunswick, Tra (...)

14Mais la pensée de Mahan n’a que peu de lien avec la biologie : le terreau idéologique de Mahan, c’est l’économie et la géographie. Dans une volonté de didactiser son propos, Mahan expliquait comment l’Occident, divisé par ses nationalités, devait pourtant être considéré comme appartenant à un seul et même camp. Comme les Etats-Unis avaient su prendre des mesures pour lutter contre les monopoles des trusts avec le Sherman Act de 1890, le « monde civilisé » devait accepter une forme de partage pour limiter la concurrence et éviter les frictions internes. Surtout, les acteurs économiques américains avaient compris qu’un certain équilibre entre grands groupes commerciaux et industriels était nécessaire au bien-être de l’ensemble de la communauté. En un mot comme en cent, Mahan se contentait d’appliquer les règles de l’utilitarisme libre-échangiste aux relations internationales20. Encore fallait-il comprendre que dans ce contexte, les seuls acteurs du jeu économique étaient les puissances occidentales : le reste du monde n’était que « terrains débattus et à débattre », de la Syrie ottomane à la Chine21.

15Ainsi les nationalités européennes, plutôt qu’un facteur de division, devaient être comprises comme un facteur de compétition permettant en réalité l’expansion du modèle politique occidental à l’ensemble du monde. Cette présentation des choses permettait certes de passer outre l’opprobre du bellicisme, mais elle n’aidait en rien à favoriser les intérêts de la géopolitique américaine. Pour cela, un pas supplémentaire devait être franchi.

  • 22 Mahan, A.T., Armaments and Arbitration or the Place of Force in the International Relations of Stat (...)
  • 23 Mahan précisait tout de même qu’il ne considérait pas la Turquie comme un pays européen. Mahan, A.T (...)
  • 24 It is the great amount of unexploited raw material in territories politically backward, and now im (...)
  • 25 Mahan, A.T., Armaments and Arbitration or the Place of Force in the International Relations of Stat (...)

16Une première étape consista ainsi à unir l’Occident par des buts communs : jouant sur l’analogie de la compétition commerciale, Mahan expliquait que le monde « civilisé » ne voulait plus de guerre et souhaitait pouvoir profiter des fruits du progrès22. Partant du constat que l’Europe et l’Amérique ne possédaient plus de territoires ouverts à la conquête23, il expliquait que les motifs de friction entre nations occidentales venaient essentiellement de « la somme de matières premières inexploitées dans les territoires politiquement sous-développés et imparfaitement possédés par leur propriétaires nominaux »24. Il en appelait donc à la raison ces nations européennes qui devaient s’entendre sur un partage des territoires « à débattre ». Allant plus loin, c’est « une coopération pour l’assujettissement de la planète »25 des nations d’Occident qu’il appelait de ses vœux, et donc un partage stratégique du globe entre les peuples « civilisés ». Trois sphères de développement principales devaient être relevées : le Proche-Orient, l’Afrique et la Chine. Voici comment le géopoliticien américain présentait la situation:

  • 26 Mahan, A.T., Retrospect and Prospect, London, Sampson Law, 1902, p. 31.

« Though locally Asiatic, the Levant is a European interest, pure and simple; and Africa, in relation to world politics, is but an annex of Europe, geographically as well as, now, by pre-emption. Eastern Asia, however, and China especially, with all its immense possibilities, stands over against us, demanding our most careful and constant thought; all the more because there would appear to be a disposition in some quarters to question our right of interest26. »

17On le comprend aisément, le but de la géopolitique américaine de l’époque est de se dégager un champ d’action en Extrême-Orient. Or la Chine faisait l’objet de toutes les ambitions européennes au début du XXème siècle : Allemands, Français, Britanniques et Russes se disputaient les parts de marché de la façade maritime chinoise, et les Etats-Unis montraient des signes d’impatience avec Hawaii et les Philippines, deux avant-postes maritimes pouvant appuyer des opérations de plus large envergure.

18Il fallait cependant premièrement éloigner les principales puissances impériales de la scène extrême-orientale, sans pour autant devoir recourir à la force brute. De ce fait, il importait de présenter l’espace géopolitique asiatique comme relevant de la sécurité de l’ensemble des puissances d’Occident, chacune ayant son rôle à jouer dans la préservation et le triomphe du modèle économico-politique européen. Le conflit « racial »opposant l’Occident à l’Asie exposé par Mahan en 1900 se doublait d’une compétition entre civilisations :

  • 27 Mahan, A.T., Armaments and Arbitration or the Place of Force in the International Relations of Stat (...)

« It is there a competition not merely of nations, as in Europe and in America, but of civilizations, and of the religions which have stamped their essential characteristics upon the nations professing them »27.

  • 28 Mahan, A.T., The Interest of America in Sea Power, Present and Future, London, Sampson Low, Marston (...)
  • 29 Huntington, S.P., The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order, London, free Press, 2 (...)

19Il est à noter que l’extrait ci-dessus traitait en particulier du Proche-Orient musulman, et ce fut en 1912, dans le dernier ouvrage géopolitique publié par Mahan, que sa théorie du choc des civilisations prit véritablement corps. Avant cela cependant, dès 1897, Mahan avait exposé une théorie selon laquelle la « confrontation » des « civilisations occidentale et orientale » tenait au fait que cette dernière avait accepté de se moderniser mais avait refusé pour autant de s’occidentaliser28. Cette théorie représente par ailleurs l’une des hypothèses du choc des civilisations chez Huntington, qui voyait dans le « réformisme », c’est-à-dire la modernisation sans l’occidentalisation, les germes de possibles conflits de religion à venir29.

20La conversion matérielle mais non morale de l’Asie aux moyens de conquête des empires européens faisait craindre à Mahan un renversement du centre de gravité stratégique du monde vers la Chine. A l’instar de Fukuyama, Mahan craignait qu’il n’y ait pas « barbares à nos portes » ; à sa différence, les portes en question étaient celles de l’Europe. La peur qu’il mettait en scène consistait essentiellement en un rejet de l’Islam, vu comme un négatif quasi-parfait de la Chrétienté. Rappelons que Mahan louait le désir de paix des peuples de culture européenne, qu’il associait directement à une forme d’esprit de sacrifice : pour lui, la Chrétienté était prête à oublier une partie de son confort matériel pour vivre en paix avec les autres peuples. Ce faisant cependant, la disparition de la compétition pour l’espace et les marchés au sein de la communauté des nations d’Europe risquait de motiver ces nations convertis aux lois de l’impérialisme européen, mais pas aux idéaux de justice, de paix sociale et de partage économique que les Occidentaux avaient, selon lui, réussi à créer en Europe et dans les « colonies blanches » de la Couronne.

  • 30 Mahan, A.T., Armaments and Arbitration or the Place of Force in the International Relations of Stat (...)

21S’ensuivrait logiquement une « collision des civilisations »30 chrétienne et musulmane, dont l’issue était moins que certaine. Deux facteurs primaient ainsi pour maintenir la suprématie de l’Occident : la compétition pacifique entre nations occidentales et l’union de ces mêmes nations derrière des idéaux chrétiens par leur vocation de conversion. Mahan, toujours dans cette optique de mobilisation des Européens sur leurs frontières méditerranéennes plutôt que sur les nouveaux marchés chinois, présentait donc le Proche-Orient ottoman comme un enjeu de la « compétition des civilisations » chrétienne et musulmane.

  • 31 Mahan, A.T., Armaments and Arbitration or the Place of Force in the International Relations of Stat (...)

22Les motifs qui poussaient à se faire la guerre depuis les années 1850 étaient alors perçus comme dépendant d’arguments moraux31. Or, cette morale est bien spécifique puisqu’elle dépend du sentiment du droit, lorsqu’aucun autre droit n’existe, à développer un territoire pour en exploiter ses ressources de manière rationnelle et scientifique. De ce fait, l’argument moral du développement ne faisait qu’encourager la course aux armements. Au Proche-Orient, le but des menaces mises en avant par certains auteurs américains n’auraient par suite eu d’autre but que de maintenir les Européens occupés à développer certaines régions en Méditerranée pendant que Washington les ambitions impériales de Washington s’exprimaient librement en Chine.

Conclusion : vers un droit naturel à l’expansion

  • 32 Huntington, S.P., “The West: Unique, not Universal,” Foreign Affairs, vol. 75, N°6, Nov.-Dec. 1996, (...)
  • 33 Fukuyama, F., The End of History and the Last Man, New York, Free Press, 1992, pp. 71-4; 82-3.
  • 34 Mahan, A.T., Armaments and Arbitration or the Place of Force in the International Relations of Stat (...)
  • 35 Mahan, A.T., Armaments and Arbitration or the Place of Force in the International Relations of Stat (...)

23Pour Mahan, une différence fondamentale opposait les deux dogmes : le rôle de Dieu et de César. Comme Huntington l’expliquait presque un siècle plus tard, en Chrétienté, César et Dieu sont séparés, « en Islam, Dieu est César, en Chine César est Dieu »32. Pour Mahan, c’est le fanatisme et l’abnégation totale du croyant qui créent une forme de fatalisme généralisé en terre d’Islam. Le musulman ne serait pas porté à chercher à développer ses territoires, mais seulement à les conquérir et à les garder sous sa férule, comme l’exemple des finances et des conditions de vie des populations arabe de l’empire turc le laissait à l’époque croire. Pour reprendre les concepts historiques exposés par Fukuyama, il craignait que l’Islam n’ait pas une conception hégélienne de l’histoire directionnelle et cumulative, c’est-à-dire sensée mener au confort matériel et au progrès social et politique33. Pour Mahan, la Chrétienté avait su faire intervenir l’homme dans l’accomplissement de la volonté de Dieu : il était donc du devoir du Chrétien « de corriger ce qui ne n’allait pas, de convertir, d’améliorer, de développer »34. A ce titre la force était justifiée, « l’agression » étant dans son acception militaire forcément un « mouvement vers l’avant »35.

  • 36 Mahan, A.T., The Problem of Asia: Its Effect upon International Politics, (1900) New Brunswick, Tra (...)
  • 37 Mahan, A.T., Armaments and Arbitration or the Place of Force in the International Relations of Stat (...)

24« Agression » et « progrès » étant rendus équivalents rhétoriques, partout où l’Europe permettait de développer des territoires insuffisamment rentabilisés, elle œuvrait pour le bien de la « civilisation », compris cette fois comme antonyme de « non-développé », « barbare ». Ainsi, lorsque la Grande-Bretagne occupait le canal de Suez, ne le faisait-elle pas en tant que « bienfaitrice de l’humanité »36 en permettant à l’ensemble du commerce mondial de gagner en puissance et en efficacité ? Faisant fi des clichés racistes que véhiculait sa vision d’un Orient décadent et vivant dans le passé le plus obscur(antist)e, il justifiait par là même un droit naturel à l’expansion des nations porteuses de progrès. Il mettait en garde : « ceux qui ne voudront pas bouger devront être balayés »37.

Haut de page

Bibliographie

Angell, N., , The Great Illusion, A Study of the Relation of Military Power in Nations to their Economic and Social Advantage, London, William Heinemann, 1911.

Ferguson, N., Civilization: the West and the Rest, London, Allen Lane, 2011.

Fukuyama, F., The End of History and the Last Man, New York, Free Press, 1992.

Gordon, T.E., « The Problem of the Middle East, » The Nineteenth Century, vol. 47, No. 277, March 1900.

Huntington, S.P., « The Clash of Civilizations?, » Foreign Affairs, vol. 72, N° 3, Summer 1993.

Huntington, S.P., The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order, London, free Press, 2002.

Huntington, S.P., “The West: Unique, not Universal,” Foreign Affairs, vol. 75, N° 6, Nov.-Dec. 1996.

Keynes, J.M., The Economic Consequences of the Peace, London, Merchant Books, 1920.

Lewis, B., « Rethinking the Middle East, » Foreign Affairs, vol. 70, N° 4, Fall 1992.

Lothrop Stoddard, T., The Rising Tide of Color against White World-Supremacy, New York, Scribbner’s, 1921.

Mahan, A.T., Armaments and Arbitration or the Place of Force in the International Relations of States, New York, Harper’s, 1912.

Mahan, A.T., The Interest of America in Sea Power, Present and Future, London, Sampson Low, Marston, and Company, 1897.

Mahan, A.T., The Problem of Asia : Its Effect upon International Politics, (1900) New Brunswick, Transaction, 2003.

Mahan, A.T., Retrospect and Prospect, London, Sampson Law, 1902.

Thatcher, M., The Downing Street Years, London, Harper Collins, 1993.

Haut de page

Notes

1 Huntington, S.P., « The Clash of Civilizations?, » Foreign Affairs, vol. 72, N°3, Summer 1993, p. 22.

2 Voir par exemple: Huntington, S. P., « The Clash of Civilizations?, » Foreign Affairs, vol. 72, N°3, Summer 1993, p. 39.

3 Thatcher, M., The Downing Street Years, London, Harper Collins, 1993, pp. 156-71.

4 Voir par exemple: Ferguson, N., Civilization: the West and the Rest, London, Allen Lane, 2011, pp. 3-18.

5 « The time has come for the West to abandon the illusion of universality and to promote the strength, coherence, and vitality of its civilization in a world of civilizations ». Huntington, S.P., “The West: Unique, not Universal,” Foreign Affairs, vol. 75, N°6, Nov.-Dec. 1996, p. 41.

6 Huntington, S.P., “The West: Unique, not Universal,” Foreign Affairs, vol. 75, N°6, Nov.-Dec. 1996, pp. 43-6.

7 Lewis, B., « Rethinking the Middle East, » Foreign Affairs, vol. 70, N°4, Fall 1992, p. 115.

8 Lewis, B., « Rethinking the Middle East, » Foreign Affairs, vol. 70, N°4, Fall 1992, p. 104; 116.

9 Lewis, B., « Rethinking the Middle East, » Foreign Affairs, vol. 70, N°4, Fall 1992, p. 103.

10 Gordon, T.E., « The Problem of the Middle East, » The Nineteenth Century, Vol. 47, No. 277, March 1900, pp. 411-24.

11 Mahan, A.T., Retrospect and Prospect, London, Sampson Law, 1902, pp. 236-9.

12 Keynes, J.M., The Economic Consequences of the Peace, London, Merchant Books, 1920, pp. 11-2.

13 Le substantif « globalism » est défini pour la première fois en 1943 dans le Merriam-Webster. Le terme ne possède cependant pas à l’époque sa dimension économique. « Globalism » désigne des politiques ayant vocation à recevoir une application mondiale : le Merriam-Webster entérinait la fin des empires européens et prenait note de la volonté américaine d’agir globalement, sans recours à un impérialisme dépassé et largement vilipendé outre-Atlantique.

14 Angell, N., , The Great Illusion, A Study of the Relation of Military Power in Nations to their Economic and Social Advantage, London, William Heinemann, 1911, p. 230.

15 Fukuyama, F., The End of History and the Last Man, New York, Free Press, 1992, p. 88.

16 Lothrop Stoddard, T., The Rising Tide of Color against White World-Supremacy, New York, Scribbner’s, 1921, pp. xxvi; 4.

17 Mahan, A.T., The Problem of Asia: Its Effect upon International Politics, (1900) New Brunswick, Transaction, 2003, p. 65.

18 Mahan, A.T., Armaments and Arbitration or the Place of Force in the International Relations of States, New York, Harper’s, 1912, p. 107.

19 The Victorians Having it all, episode 1, hosted by Jeremy Paxman, BBC, 2009.

20 Mahan, A.T., Armaments and Arbitration or the Place of Force in the International Relations of States, New York, Harper’s, 1912, p. 109.

21 Mahan, A.T., The Problem of Asia: Its Effect upon International Politics, (1900) New Brunswick, Transaction, 2003, pp. 66-7.

22 Mahan, A.T., Armaments and Arbitration or the Place of Force in the International Relations of States, New York, Harper’s, 1912, p. 106.

23 Mahan précisait tout de même qu’il ne considérait pas la Turquie comme un pays européen. Mahan, A.T., Armaments and Arbitration or the Place of Force in the International Relations of States, New York, Harper’s, 1912, p. 113.

24 It is the great amount of unexploited raw material in territories politically backward, and now imperfectly possessed by the nominal owners, which at the present moment constitutes the temptation and the impulse to war of European states.” Mahan, A.T., Armaments and Arbitration or the Place of Force in the International Relations of States, New York, Harper’s, 1912, p. 110-1.

25 Mahan, A.T., Armaments and Arbitration or the Place of Force in the International Relations of States, New York, Harper’s, 1912, p. 114.

26 Mahan, A.T., Retrospect and Prospect, London, Sampson Law, 1902, p. 31.

27 Mahan, A.T., Armaments and Arbitration or the Place of Force in the International Relations of States, New York, Harper’s, 1912, p. 116.

28 Mahan, A.T., The Interest of America in Sea Power, Present and Future, London, Sampson Low, Marston, and Company, 1897, pp. 104; 92-3.

29 Huntington, S.P., The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order, London, free Press, 2002, pp. 74-6.

30 Mahan, A.T., Armaments and Arbitration or the Place of Force in the International Relations of States, New York, Harper’s, 1912, p. 143.

31 Mahan, A.T., Armaments and Arbitration or the Place of Force in the International Relations of States, New York, Harper’s, 1912, p. 126.

32 Huntington, S.P., “The West: Unique, not Universal,” Foreign Affairs, vol. 75, N°6, Nov.-Dec. 1996, p. 31.

33 Fukuyama, F., The End of History and the Last Man, New York, Free Press, 1992, pp. 71-4; 82-3.

34 Mahan, A.T., Armaments and Arbitration or the Place of Force in the International Relations of States, New York, Harper’s, 1912, p. 117.

35 Mahan, A.T., Armaments and Arbitration or the Place of Force in the International Relations of States, New York, Harper’s, 1912, p. 117.

36 Mahan, A.T., The Problem of Asia: Its Effect upon International Politics, (1900) New Brunswick, Transaction, 2003, p. 96.

37 Mahan, A.T., Armaments and Arbitration or the Place of Force in the International Relations of States, New York, Harper’s, 1912, p. 117.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Flavien Bardet, « 1914-2014 : Europe-monde arabe, cent ans de choc des civilisations ? », Observatoire de la société britannique, 20 | 2018, 67-79.

Référence électronique

Flavien Bardet, « 1914-2014 : Europe-monde arabe, cent ans de choc des civilisations ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/osb/1986 ; DOI : 10.4000/osb.1986

Haut de page

Auteur

Flavien Bardet

Maître de conférences à l'Université Bordeaux-Montaigne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • OpenEdition Journals