Navigation – Plan du site
Varia

Recension

Agnès Alexandre-Collier
p. 158-160
Référence(s) :

Clarisse BERTHEZENE - Training Minds for the war of ideas. Ashridge College, the Conservative Party and the cultural politics of Britain, 1929-54, Manchester University Press, 2015, 276 p.

Texte intégral

1 L’ouvrage de Clarisse Berthezène, historienne et angliciste à l’université Paris Diderot, propose une étude du Bonar Law Memorial College, Ashridge, qui avait été fondé en 1929 pour dispenser un enseignement et diffuser ses travaux, selon une conception affichée d’éducation à la citoyenneté. Fondé par le parti conservateur, le collège était à la fois entièrement autonome et lié au parti pour lequel il apparaissait comme un réservoir d’idées et un forum de débats sur les grands enjeux économiques, sociaux et culturels de la période de l’entre-deux-guerres. L’auteur s’appuie sur des sources inexplorées émanant à la fois du collège et de différentes composantes du parti conservateur, pour démontrer comment Ashridge a fonctionné comme un « think-tank avant la letter », alimentant le débat intellectuel et idéologique des années 1930 et fournissant une expertise d’un genre nouveau. Sous l’influence de la Fabian Society proche du parti travailliste, l’ambition des Conservateurs étaient de créer une institution équivalente, à visée pédagogique et aux ambitions intellectuelles, mais également une sorte d’ « echo chamber for the ideas of the Conservative Party » (p. 103) et un organe de propagande électorale.

2 Au fur et à mesure des onze chapitres qui inscrivent l’histoire du Ashridge College dans l’évolution idéologique du conservatisme et dans l’histoire intellectuelle du pays, cette monographie dépasse largement le cadre de son sujet. L’auteur montre comment Ashridge a contribué à l’émergence, dans les milieux conservateurs, d’une conception intellectuelle du politique jusqu’alors monopolisée par la gauche. La création de Ashridge intervient pendant une période de profondes mutations politiques dominé par l’ascension du parti travailliste qui occupe alors la sphère intellectuelle en choisissant de placer la bataille des idées sur le terrain de la lutte des classes. Ashbridge a été l’instrument d’un nouvel intellectualisme conservateur contribuant à l’émergence d’un paradigme middlebrow en réaction à l’hégémonie highbrow présentée comme un positionnement de gauche, d’où le paradoxe auquel l’auteur aboutit en conclusion : « At the heart of Ashridge’s project was the paradox that the Conservatives developed ideas and theories to show that they had no theories » (p. 248). Plus précisément, à travers ses enseignements minutieusement étudiés par l’auteur, l’ambition du Ashridge College était de contribuer à façonner un « conservatisme à visage humain », axé sur l’image de la nation unifiée et la nostalgie d’une Angleterre rurale. Ce faisant, et à rebours de l’interprétation whig dominante, il a contribué à la réécriture de l’histoire autour des Tories comme réformateurs sociaux dominés par l’héritage de Disraeli.

3 Mais l’histoire de Ashridge est aussi celle de son échec. En 1945, ce qui fut le « collège de la citoyenneté échoue » dans ses principales missions en lien avec le parti conservateur et ferme alors ses portes. Le College est transformé en école privée de management dans les années 1950, transférant au monde de l’entreprise sa conception organique de la société, fondée sur la recherche d’un dialogue entre les dirigeants d’entreprises et leurs salariés.

4 Pour Clarisse Berthezène, cet échec est triple : non seulement doctrinal mais aussi électoral (comme en témoigne l’échec du parti en 1945) et structurel, dans la mesure où Ashridge n’a pas réussi à consolider la relation entre la communauté intellectuelle et le parti conservateur. Pour autant, elle explique que cette peur de ne pas pouvoir occuper la sphère intellectuelle qui paralyse Ashridge dans les années 1950 disparaîtra rapidement avec la création des premiers think-tanks conservateurs comme l’Adam Smith Institute ou l’Institute of Economic Affairs auxquels Ashridge aura sans doute indirectement ouvert la voie.

5 On pourrait penser que, quatre ans après la parution de son livre sur le même sujet paru aux Presses de Sciences Po (Les conservateurs britanniques dans la bataille des idées. Ashridge College, premier think tank conservateur), ce nouvel ouvrage de Clarisse Berthezène paru chez Manchester University Press n’en est que l’adaptation, voire la simple traduction en anglais. Mais il n’en est rien. L’ouvrage a fait l’objet d’une réécriture approfondie et nourrie à la fois par des sources qui n’avaient pas été diffusées dans l’ouvrage en français, et aussi par les recherches conduites ultérieurement par l’auteur.

6 Destiné tout autant à un public de néophytes que de spécialistes du conservatisme, il s’agit d’un ouvrage passionnant pour quiconque s’intéresse aussi à l’histoire politique et intellectuelle de la Grande-Bretagne, au-delà de la période de l’entre-deux-guerres et du parti conservateur. Les travaux de Clarisse Berthezène bénéficiaient déjà d’un rayonnement international exceptionnel. Ce dernier ouvrage, primé par le groupe de recherche sur le conservatisme de la Political Studies Association qui rassemble les plus éminents spécialistes du parti conservateur britannique, vient couronner cette reconnaissance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Alexandre-Collier, « Recension », Observatoire de la société britannique, 20 | 2018, 158-160.

Référence électronique

Agnès Alexandre-Collier, « Recension », Observatoire de la société britannique [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 23 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/osb/2012 ; DOI : 10.4000/osb.2012

Haut de page

Auteur

Agnès Alexandre-Collier

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • OpenEdition Journals