Navigation – Plan du site

Reflux nationaliste et regain conservateurs : l’Ecosse paradoxale de Theresa May

Gilles Leydier
p. 161-175

Résumé

Entre septembre 2014 et juin 2017 l’Ecosse a vécu une séquence électorale sans précédent, marquée par pas moins de six scrutins majeurs en moins de trois ans. Cette période intense et inédite a donné lieu à une redistribution des cartes dans le jeu politique écossais, que cet article se propose d’analyser, à travers l’étude de l’évolution de la stratégie et de l’influence des principales forces en présence. Le caractère multidimensionnel de la politique écossaise, la polarisation de l’électorat résultant des deux référendums, l’érosion de la popularité des nationalistes, et le renouveau spectaculaire des conservateurs (paradoxal par rapport à la situation anglaise) seront notamment mis en évidence, à la lumière des enjeux à la fois écossais, britanniques et européens.

Haut de page

Texte intégral

1Entre septembre 2014 et juin 2017 l’Ecosse a vécu une séquence électorale sans précédent, marquée par pas moins de six scrutins importants en moins de trois ans : au référendum sur l’indépendance écossaise de septembre 2014 ont succédé les élections législatives britanniques de mai 2015, puis celles au Parlement écossais l’année suivante (mai 2016), elles-mêmes immédiatement suivies par le référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l’Union Européenne (juin 2016) ; moins d’un an plus tard les élections locales de mai 2017 précédaient de peu de nouvelles élections législatives à Westminster (juin 2016), suite à la dissolution de la chambre des Communes décidée par la Premier Ministre Theresa May.

2Cette période électorale intense et inédite a donné lieu à une redistribution des cartes dans le jeu politique écossais, que cet article se propose d’analyser, à travers notamment l’étude de l’évolution de la stratégie et de l’influence des principales forces politiques en présence, notamment les nationalistes écossais et les deux principaux partis britanniques, travaillistes et conservateurs (cf. tableaux 1 et 2).

  • 1 Alex Salmond a dirigé le SNP de 1990 à 2000, puis de 2004 à 2014, démissionnant dans la foulée du r (...)

3Pendant une décennie, la scène politique écossaise a été dominée par les nationalistes du Scottish National Party. La formation pro-indépendantiste d’Alex Salmond et Nicola Sturgeon1 est devenue la première formation écossaise à l’occasion des élections parlementaires écossaises de 2007, permettant au SNP de gérer -en situation minoritaire- l’Ecosse pour la première fois de son histoire. L’ascendant des nationalistes sur la politique locale s’est ensuite confirmé et accentué lors des élections suivantes au Parlement écossais de 2011, qui virent le SNP remporter la majorité absolue des sièges à Holyrood. Cette situation de domination inédite pour un parti écossais depuis les débuts de la dévolution en 1999 fournit aux nationalistes la légitimité politique en vue de l’organisation du référendum sur l’indépendance trois ans plus tard.

4Le référendum « Indyref » de septembre 2014, bien que perdu par le camp des partisans de l’indépendance, a paradoxalement contribué à renforcer le leadership des nationalistes sur la scène politique écossaise, ce dont atteste le scrutin législatif de 2015. A cette occasion le SNP écrasa la concurrence pour recueillir la majorité absolue des suffrages écossais et obtenir - avec 53 députés sur 56- le quasi-monopole de la représentation écossaise à la chambre des Communes (cf. tableau 1).

5Ce résultat extraordinaire et sans précédent semblait confirmer l’hégémonie des nationalistes sur la scène politique écossaise et l’installation dans la durée d’un système de parti-dominant, faisant écho au règne sans partage des travaillistes dans les années 1990 et le début des années 2000.

6Cependant les deux dernières scrutins organisés récemment en Ecosse –les élections locales écossaises et les élections législatives britannique de mai-juin 2017- ont débouché sur un paysage politique local plus équilibré (cf. tableau 1).

Tableau 1 : Les résultats des élections en Ecosse (2015-2017)

2015 (mai)

Elections

législatives

britanniques/

Résultats

en Ecosse

2016 (mai)

Elections au

Parlement

Ecossais*

2017 (mai)

Elections

locales

en Ecosse

2017 (juin)

Elections

législatives britanniques/

Résultats

en Ecosse

SNP

50,0 % (+30)

56 élus (+50)

46,5 % (+1,1)

41,7 % (-2,3)

63 élus (-6)

32,3 % ( =)

431 élus (+6)

36,9 % (-13,1)

35 élus (-21)

Conservateurs

14,9 % (-1,8)

1 élu ( =)

22, 0 % (+8,1)

22,9 % (+10,6)

31 élus (+16)

25,3 % (+12)

276 élus (+161)

28,6 % (+13,7)

13 élus (+12)

Travaillistes

24,3 % (-17,7)

1 élu (- 40)

22,6 % (-9,2)

19,1 % (-7,2)

24 élus (-13)

20,2 % (-11,2)

262 élus (-132)

27,1 % (+2,8)

7 élus (+1)

 % des suffrages et nombre de sièges obtenus. Entre parenthèses la différence par rapport au précédent scrutin du même type.

* Concernant les élections au parlement écossais, le tableau indique les résultats des 2 votes, à savoir d’abord au scrutin majoritaire uninominal à un tour de circonscription (FPTP), ensuite au scrutin à la proportionnelle sur listes régionales ; le Parlement écossais compte 129 membres dont 73 élus au premier scrutin et 56 au second.

Sources : British General Elections Results, Scottish Elections Results, 2015-17

7Lors de ces deux consultations, tout en finissant en tête et en obtenant un score respectable lui permettant notamment de conserver la majorité absolue de la représentation écossaise à Westminster, le SNP a dû concéder de nombreuses pertes. Dans le même temps l’opposition aux nationalistes- et notamment le parti conservateur- a regagné du terrain dans les urnes. Le résultat est qu’aujourd’hui, si les nationalistes demeurent les acteurs principaux de la scène politique écossaise, celle-ci semble revenue à une situation plus proche du multipartisme traditionnel. Et le regain de popularité du parti conservateur en Ecosse, faisant suite à des décennies de désillusions et de défaites, éclaire la situation politique d’un jour nouveau, plaçant l’Ecosse dans une situation atypique et assez paradoxale si on la compare à celle de Theresa May et du gouvernement britannique, nettement fragilisés par le résultat du dernier scrutin législatif.

Les trois dimensions de la politique écossaise

  • 2 Biagi, M., What next for the SNP?, The Future of the UK and Scotland, juin 2017.

8Afin d’éclairer la situation actuelle il convient de garder bien présent à l’esprit la complexité du jeu politique dans la périphérie britannique et notamment en Ecosse. Car, d’une part depuis la mise en route de la dévolution, l’électeur a la possibilité d’adapter son comportement à des scrutins de types différents, selon qu’il s’agit de l’élection législative au parlement de Westminster –avec des préoccupations à la fois britanniques et écossaises- ou du scrutin décentralisé au parlement de Holyrood, aux enjeux spécifiquement locaux. Ainsi de 1999 à 2014, une partie non négligeable de l’électorat a apporté son soutien au SNP à l’occasion des élections au parlement écossais tout en votant pour d’autres formations –en particulier les travaillistes- à l’occasion du scrutin législatif2. Et la montée en puissance du SNP aux élections au parlement écossais en 2007 puis 2011 ne s’était pas traduite par une progression comparable du score des nationalistes lors des législatives de 2010.

9D’autre part, dans le prolongement des débats ayant mobilisé l’opinion à l’occasion des deux récents référendums sur l’indépendance et sur l’Europe, la compétition électorale écossaise a pris un caractère multidimensionnel inédit que chaque formation politique se doit de prendre en compte.

  • 3 Keating, M., Playing politics on the three dimensions, The Future of the UK and Scotland, juin 2017

10De fait aujourd’hui trois clivages majeurs structurent l’offre politique en même temps que l’opinion écossaise3.

  • 4 Leydier, G., Les conservateurs écossais depuis 1997 : comment survivre en territoire hostile? in Je (...)

11Le premier de ces clivages fondamentaux demeure évidemment l’axe politique gauche/droite ou conservateur/progressiste. Comme dans le reste du Royaume-Uni, les positionnements partisans par rapport à cette opposition traditionnelle ont longtemps été occupés et pratiquement monopolisés par les partis travailliste et conservateur. Au milieu du XXème siècle, par exemple, l’opinion écossaise était divisée en deux parties pratiquement égales entre les deux grandes formations britanniques, avant que les travaillistes ne prennent l’ascendant sur cet enjeu pendant les années 1970-80, jusqu’à ce que les nationalistes se positionnent sur une ligne social-démocrate venant concurrencer directement le Labour sur son terrain de prédilection. Avec le déclin structurel des Conservateurs en Ecosse4, le centre-droit de l’échiquier politique est devenu un positionnement peu revendiqué, tandis que celui du centre-gauche était au contraire -avec également la présence des Verts et des Libéraux-démocrates- très bien rempli.

12Parallèlement, à partir des années 1970 et la vague de renouveau nationaliste en Ecosse, une seconde ligne de fracture est venue apporter une dimension supplémentaire à la politique écossaise : le clivage unioniste/nationaliste est devenu pertinent en même temps que le débat sur le degré d’autonomie de l’Ecosse au sein de l’Etat multinational britannique gagnait en importance. Cet enjeu a récemment pris un tour extrêmement spectaculaire et médiatisé avec le référendum sur l’indépendance, qui a eu pour effet de polariser très fortement l’opinion écossaise sur ce sujet. Conséquence de la longue campagne électorale de plus de deux ans précédant le référendum et de l’impact déterminant du sujet, le clivage unioniste/nationaliste est devenu la ligne de fracture principale au sein de l’opinion, supplantant la traditionnelle opposition droite/gauche. Ainsi, dans la foulée du référendum de septembre 2014, les partisans de l’indépendance pour l’Ecosse ont massivement rallié le SNP, entrainant notamment de nombreux électeurs ouvriers traditionnellement proches des travaillistes vers un soutien au parti de Nicola Sturgeon.

  • 5 Leydier, G., Les nationalismes périphériques et l’enjeu européen, in « Les partis nationalistes bri (...)

13Dans le même temps, l’enjeu européen est venu se greffer dans le débat politique, apportant une nouvelle touche au kaléidoscope écossais. La question de l’intégration européenne a été présente sans discontinuité dans le débat écossais depuis les années 1980 et la relation faite par les partisans de la dévolution institutionnelle entre les thèmes de l’autonomie politique de l’Ecosse d’une part, et de l’appartenance à l’Union Européenne de l’autre. Avec leur slogan promouvant ‘Independence in Europe’, les nationalistes ont pour leur part établi un lien logique clair entre les deux problématiques, l’Union Européenne étant considérée comme un réseau d’opportunités et un cadre référentiel pertinent dans la perspective d’une Ecosse indépendante5. Le référendum sur l’indépendance écossaise a contribué à placer la question d’un éventuel Brexit britannique sur le devant de la scène politique, les Ecossais étant invités par le gouvernement Cameron et les partis unionistes à voter en faveur du maintien dans l’Union britannique comme condition d’un maintien de l’Ecosse au sein de l’Union Européenne. Finalement avec la campagne sur l’attitude britannique face à l’UE menant au référendum de juin 2016, le clivage entre partisans du « Remain » et ceux du « Leave » est devenu extrêmement prégnant en Ecosse, et il continue d’être alimenté quotidiennement par les négociations concernant les conditions du retrait britannique de l’UE et de ses futures relations avec celle-ci.

Tableau 2 : Le résultat des deux référendums en Ecosse (2014-2016)

Référendum sur l’indépendance

de l’Ecosse (septembre 2014)

Oui

à l’indépendance

Non à

l’indépendance

Total Ecosse

45 %

55 %

Electeurs SNP

86 %

14 %

Electeurs conservateurs

5 %

95 %

Electeurs travaillistes

37 %

63 %

Référendum sur

l’Europe (juin 2016)

Oui à l’UE (Remain)

Non à l’UE

(Leave )

Total Ecosse

62 %

38 %

Electeurs SNP

74 %

26 %

Electeurs conservateurs

44 %

56 %

Electeurs travaillistes

72 %

28 %

Résultats globaux et estimations selon les préférences partisanes.

Sources : Lord Ashcroft polls 2016 & John Curtice, Why did Scotland vote to Remain ? What Scotland thinks, 18/10/2016.

  • 6 Keating, M., Playing politics on the three dimensions, The future of the UK and Scotland, 07/06/201

14Le système partisan et l’offre politique écossais intègrent aujourd’hui ces différentes dimensions -qui sont en partie reliées entre elles- afin de séduire l’opinion écossaise. De son côté, celle-ci a sur le long terme témoigné d’une certaine stabilité quant à ses options préférentielles : les différents sondages et enquêtes d’opinion effectués au cours des deux dernières décennies ont ainsi mis en évidence l’existence d’un consensus sociétal assez large autour de trois éléments, à savoir : d’une part un programme socio-économique plutôt orienté au centre-gauche ; d’autre part un projet constitutionnel accordant à l’Ecosse une autonomie maximale ( intitulé « devolution max » ou « independence lite ») au sein du cadre britannique, ce que le référendum de 2014 a confirmé ; enfin une vision de l’Europe modérément eurosceptique et raisonnablement pro-UE, corroborée par le Référendum de 20166.

15La large domination des nationalistes sur la scène politique peut s’analyser à travers le positionnement programmatique du SNP –et sa perception par l’électorat écossais- le plus proche du point d’équilibre entre ces trois dimensions stratégiques. Et le scrutin législatif de 2015 restera vraisemblablement comme le moment historique où l’impact et la popularité des nationalistes sur l’opinion écossaise auront été à leur zénith. Ce triomphe électoral de mai 2015, accentué encore par le système électoral First Past The Past (FPTP), a toutes les chances de constituer un record absolu, un moment exceptionnel de convergence entre les nationalistes et l’opinion écossaise, qui ne pouvait que donner suite à des ajustements et des rééquilibrages.

L’érosion de la domination nationaliste

16De fait, les scrutins qui ont suivi les législatives de mai 2015 ont toutes mis en évidence une certaine érosion du pouvoir d’attraction du SNP sur l’électorat écossais ainsi qu’un renouvellement inattendu au sein de l’opposition politique aux nationalistes (cf. tableau 1).

17Ainsi à l’occasion des élections au Parlement écossais de mai 2016 le SNP a échoué à pérenniser sa majorité absolue de sièges, tout en conservant facilement son statut de premier parti à Holyrood et sa capacité à gouverner l’Ecosse, soit en situation de formation minoritaire soit en constituant une coalition majoritaire avec les Verts. L’autre élément important de cette consultation a été le regain électoral des conservateurs écossais, captant 22 % du premier scrutin par circonscription, dépassant les travaillistes en termes de représentation (31 sièges contre 24 au Labour) et devenant pour la première fois l’opposition officielle au SNP au sein du Parlement écossais (cf. tableau 1).

18Un an plus tard la séquence électorale du printemps 2017 a confirmé ces tendances. Lors des élections locales de mai, si les nationalistes ont globalement conservé leurs positions acquises lors du précédent scrutin du même type, ils ont reculé de plus de dix points par rapport à leurs résultats obtenus dans les circonscriptions lors des législatives deux ans plus tôt. Dans le même temps les travaillistes ont continué de décliner tandis que les conservateurs réalisaient leur meilleure performance depuis les années 1980, multipliant par deux leur score des précédentes élections locales de 2012, consolidant ainsi leur place de deuxième parti écossais (cf. tableau 1).

19Un mois plus tard, les élections générales de juin, convoquées par Theresa May afin de renforcer son leadership personnel, ont produit des résultats du même ordre. Entre le scrutin législatif de 2015 et celui de 2017, le SNP a ainsi perdu en deux ans 13 points et 21 sièges de députés, dont certaines figures notables comme Alex Salmond. Cependant, il continue de dominer la scène écossaise et avec une représentation à Westminster (35 sièges) supérieure à celle de l’ensemble des autres partis (24 sièges), les nationalistes peuvent toujours prétendre parler au nom de l’Ecosse à Londres.

20L’opposition au SNP à la chambre des Communes est désormais partagée entre conservateurs et travaillistes : les deux partis connaissent tous deux une progression par rapport à 2015, mais celle-ci est nettement plus forte concernant les conservateurs qui gagnent 14 points et 12 sièges, obtenant leur meilleur résultat depuis 1983. Et pour la première fois depuis 1955, les conservateurs écossais ont désormais plus de sièges de députés aux Communes que les travaillistes (13 contre 7). Comment expliquer ce regain de popularité spectaculaire et assez inattendu des Conservateurs écossais ?

Le renouveau électoral des Conservateurs

21A la suite du référendum sur l’indépendance écossaise, le SNP a continué à jouer la carte de la défense des intérêts de l’Ecosse, tout en critiquant les politiques d’austérité mises en place par le gouvernement britannique de David Cameron. Le parti de Nicola Sturgeon s’est ainsi positionné clairement sur la case centre-gauche/nationaliste du jeu politique, faisant de la résistance au gouvernement central un élément-clé de son programme. Il a pu tirer largement profit de cette stratégie à l’occasion des législatives de 2015, où le SNP est apparu en Ecosse comme l’alternative majeure aux politiques conservatrices décidées à Londres

  • 7 C’est le 13 mars 2017 que Nicola Sturgeon annonça son intention d’organiser un second référendum su (...)
  • 8 Cette « fatigue électorale » a été décrite en Ecosse par le terme de « scunner factor ».

22A la suite du référendum sur l’Europe, à l’occasion duquel les Ecossais ont exprimé un avis opposé à celui des Britanniques dans leur ensemble, Nicola Sturgeon a mis en avant le fait que le gouvernement britannique n’avait pas de légitimité démocratique à entrainer l’ensemble du Royaume-Uni hors du marché unique européen, faisant de surcroît valoir que le Brexit pouvait changer la donne concernant l’avenir institutionnel de l’Ecosse, de telle sorte qu’un nouveau référendum sur la question de l’indépendance était envisageable dans une échéance proche7. Cependant cette annonce d’un « IndyRef 2 » s’est rapidement révélée contreproductive auprès d’une opinion écossaise qui a exprimé une forme de lassitude face à cette perspective, deux ans à peine après la longue et ardente campagne ayant précédé IndyRef1 et ce dans un contexte électoral très chargé8.

  • 9 On estime que l’électorat conservateur écossais a voté à 46% pour le « remain », et à 54% pour le « (...)

23De leur côté, à la suite du scrutin sur l’indépendance, les conservateurs écossais ont habilement choisi d’occuper le créneau de la principale force politique incarnant l’Union britannique, que la consultation référendaire venait à leurs yeux de valider pour au moins une décennie, tout en restant fidèle à une ligne idéologique de centre-droit d’orientation un peu moins libérale que leurs homologues anglais. Ce faisant, la formation dirigée par Ruth Davison devint plus attractive en Ecosse pour les électeurs unionistes issus des classes moyennes et préalablement sympathisants des travaillistes ou des libéraux–démocrates. Ainsi lors des élections parlementaires écossaises de 2016, le parti conservateur a connu des avancées significatives dans les territoires relativement aisés comme les régions des Borders, du Perthshire ou du nord-est, une progression confirmée à l’occasion des dernières élections législatives de 2017. Parallèlement à l’occasion de la campagne précédant le référendum sur l’Europe les conservateurs écossais ont réussi à conserver une ligne assez équilibrée, conforme à l’opinion majoritaire exprimée par son électorat9, tandis que leur leader Ruth Davison s’impliquait sans ambiguïtés en faveur du « Remain », prenant ainsi clairement ses distances par rapport aux orientations du parti anglais.

24Ce positionnement assez consensuel sur la question européenne a permis aux Conservateurs écossais ne se pas s’aliéner une partie de l’électorat écossais susceptible de les soutenir. En même temps, son statut de premier défenseur de l’Union lui a permis de capitaliser sur l’effet de polarisation de l’électorat résultant du référendum sur l’indépendance. Le parti de Ruth Davison a ainsi choisi de focaliser son argumentaire sur la question institutionnelle, s’affichant comme un opposant résolu à la perspective d’un nouveau référendum sur le sujet. Lors des élections locales de 2017, le parti de Ruth Davison a ainsi délibérément focalisé sa campagne non pas sur des enjeux de terrain conformes à la spécificité du scrutin, mais contre la perspective d’un nouveau Indyref, accusant le SNP d’être obsédé par la question de l’indépendance. La même tactique, visant à bloquer toute possibilité d’un nouveau vote sur la question de l’indépendance écossaise, a été déployée avec un succès similaire par les conservateurs écossais à l’occasion des élections législatives de juin 2017.

La polarisation de l’opinion induite par les deux référendums

25Cependant le renouveau électoral récent des conservateurs écossais n’est pas seulement lié à sa défense de la cause unioniste. A la suite du référendum sur l’Europe, les conservateurs écossais ont entériné le résultat enregistré à l’échelle britannique, tout en défendant l’idée d’un Brexit le plus « soft » possible auprès du gouvernement de Theresa May. Ce faisant la formation de Ruth Davison a pu attirer une partie non négligeable des 38 % de l’électorat écossais qui a voté en faveur de la sortie britannique de l’UE en juin 2016.

  • 10 McCrone, D., How come it’s like this? The future of the UK and Scotland, 7/06/2017

26Au final, le parti de Ruth Davison a réussi à tirer profit des deux référendums successifs, de par sa stratégie ciblant l’électorat écossais ayant voté « no » à l’indépendance et « leave » à l’Europe. Selon les différentes enquêtes d’opinion, leur positionnement stratégique a permis aux conservateurs écossais de recueillir le soutien d’un peu moins de la moitié des « no voters » ainsi que la moitié des « leave voters », ce qui explique leur résultat à hauteur de presque 30 % des suffrages exprimés à l’occasion des dernières élections législatives de juin 201710.

27Plus précisément, la progression électorale de la formation de Ruth Davison dans l’opinion écossaise entre 2015 et 2017 s’est réalisée en deux temps (cf. tableau 3). Entre les élections législatives de mai 2015 et celles du parlement écossais un an plus tard, les conservateurs bénéficient avant tout du ralliement d’électeurs ayant voté non à l’indépendance écossaise lors du référendum de septembre 2014, alors que le critère de l’attitude par rapport à l’Europe n’est guère discriminant (cf. tableau 3). Dans un deuxième temps, entre le scrutin de mai 2016 et ceux de mai-juin 2017, la progression des conservateurs écossais est d’origine différente : le vote lors d’IndyRef n’est plus significatif, et c’est le succès du parti de Ruth Davison auprès des Ecossais ayant voté non au maintien dans l’UE qui accélère son renouveau électoral (cf. tableau 3).

Tableau 3 Le renouveau électoral des Conservateurs en Ecosse et l’impact des deux référendums (2015-2017)

 % d’électeurs

écossais

ayant voté pour les

conservateurs

2015

2016

2017

Vote de ces électeurs

lors du referendum

sur l’indépendance

(2014)

OUI

2

3

8

NON

27

37

44

Vote de ces électeurs

lors du référendum sur l’Europe (2016)

REMAIN

12

17

18

LEAVE

24

29

46

Source : John Curtice, 01/10/17, opus cité

  • 11 Convery, A., What next for the Scottish Conservatives? The Future of the UK and Scotland, juin 2017

28Le regain conservateur en Ecosse, qui a commencé dans les sondages d’opinion dès l’hiver 2015/2016, est donc antérieur à l’arrivée de Theresa May au 10 Downing Street. S’il s’appuie aussi sur la bonne image personnelle dans l’opinion de son leader –dont la côte de popularité dépasse largement celle de son parti- il résulte principalement dans le positionnement du parti de Ruth Davison comme l’exacte antithèse du SNP relativement aux trois clivages majeurs. Clairement identifiables comme les authentiques défenseurs de l’Union britannique, premiers opposants au principe d’une nouvelle consultation sur le thème de l’indépendance et désormais respectueux de la ligne suivie sur le Brexit par Theresa May, les conservateurs écossais peuvent aussi concentrer leurs attaques sur le bilan des nationalistes à Holyrood –où ils sont aux affaires depuis désormais plus de dix ans- et contester le bien-fondé et les résultats de leurs politiques en matière économique, sociale ou éducative11. Les deux référendums successifs ont favorisé l’émergence d’un duopole dominant original autour des partis nationaliste et conservateur, que les travaillistes s’efforcent désormais de contester.

Les travaillistes, principales victimes de la polarisation de l’électorat

29Dans la foulée du référendum sur l’indépendance, la situation des travaillistes écossais s’est révélée problématique, pris en tenaille entre les deux pôles du débat nationalisme/unionisme incarnés par le couple SNP/conservateurs. Après avoir perdu des soutiens dans l’électorat populaire et ouvrier au profit des nationalistes à la suite d’IndyRef, le Labour, victime de sa position relativement ambigüe sur l’enjeu européen, a vu aussi certains électeurs issus des classes moyennes le quitter pour rejoindre les rangs conservateurs après le référendum sur l’Europe.

  • 12 Curtice, J., The Labour surge washes over Hadrian’s wall, What Scotland thinks, 06/06/2017.
  • 13 Curran, M., What next for Scottish Labour? The Future of the UK and Scotland, juin 2017.

30Concernant le clivage traditionnel gauche/droite, la question est de savoir si le leadership de Jeremy Corbyn et sa nouvelle ligne politique –rompant définitivement avec l’idéologie New Labour- peuvent aider les travaillistes écossais à remonter la pente et contester l’ascendant que les nationalistes ont pris à leurs dépens et depuis une bonne décennie sur ce créneau. Au cours de la dernière campagne législative, l’impact de Corbyn en Ecosse n’a pas été négligeable, en particulier auprès de l’électorat jeune12, et sa campagne fondée sur les valeurs travaillistes traditionnelles, dénonçant les politiques d’austérité et les inégalités sociales, a permis aux travaillistes d’enrayer partiellement leur déclin13.

31Comme les autres partis écossais, les travaillistes se focalisent désormais sur le bilan des nationalistes au Parlement écossais, essayant de tirer profit de la relative lassitude qui semble gagner l’électorat eu égard à la longue période de domination du SNP, qui constitue désormais « l’establishment » en Ecosse et ne peut plus prétendre jouer le rôle d’outsider de la politique. Mettant l’accent sur la qualité discutable des services publics et la prospérité économique incertaine, les travaillistes essaient de montrer qu’ils peuvent faire mieux que le SNP dans ces domaines de compétence du Parlement écossais, et présenter une alternative plus crédible que les conservateurs en matière socio-économique.

Le SNP, le Brexit et le statut de l’Ecosse

  • 14 McCrone, D., Be careful for what you wish, The future of the UK and Scotland, 27/06/2017.

32Rétrospectivement les dernières élections législatives de juin 2017 auront été marquées par deux erreurs politiques majeures : d’une part à l’échelle britannique la manœuvre de Theresa May recherchant par le biais de la dissolution une victoire spectaculaire lui donnant mandat afin de négocier en position de force les termes du Brexit ; et d’autre part au niveau écossais, le pari de Nicola Sturgeon de focaliser ce scrutin sur la perspective d’un nouveau référendum sur l’indépendance écossaise, dans la foulée des résultats du référendum sur l’Europe14.

  • 15 Les derniers sondages de fin 2017 font état d’un pourcentage d’Ecossais favorables à l’indépendance (...)

33Car contrairement aux projections des dirigeants nationalistes, la consultation sur l’enjeu européen n’a pas eu d’impact sensible sur l’attitude de l’opinion vis-à-vis de la question de l’avenir du partenariat anglo-écossais. Le vote positif des Ecossais en faveur de l’Europe – associé au vote négatif des Britanniques- n’a pas fait progresser le soutien à l’indépendance dans l’électorat écossais15, pas plus qu’il n’a suscité l’envie d’un nouveau scrutin organisé rapidement sur cet enjeu. L’idée du SNP selon laquelle un IndyRef 2 constituerait la seule voie pour l’Ecosse de rester dans l’Europe n’a guère trouvé d’écho dans l’opinion. Au contraire la séquence électorale 2015-2017 a mis en évidence d’une part que les électeurs du SNP sont sensiblement moins pro-européens que leurs dirigeants, et d’autre part que la connexion logique traditionnellement promue par les nationalistes entre les deux enjeux - illustrée par le slogan historique « Independence in Europe »- est aujourd’hui moins pertinente aux yeux de l’opinion écossaise et doit être repensée.

34Il n’en demeure pas moins que l’opinion écossaise demeure relativement hostile à l’idée d’un « hard » Brexit et globalement critique vis-à-vis du processus et des négociations menées par le gouvernement britanniques sur le sujet. Par ailleurs l’idée que la sortie de l’Union Européenne permette le rapatriement vers le Parlement écossais de compétences nouvelles actuellement du ressort de l’UE -comme la pêche ou l’agriculture par exemple- semble bénéficier d’un soutien majoritaire dans l’opinion. En conséquence l’idée d’un nouveau référendum organisé par le Parlement écossais, non pas sur l’indépendance, mais sur les termes du Brexit lui-même une fois les négociations menées par Londres arrivées à leur terme, pourrait faire son chemin dans l’esprit des dirigeants nationalistes, et recueillir un soutien majoritaire dans l’opinion. Si c’était le cas, le Brexit pourrait finalement constituer un « game changer » de la politique écossaise, et occasionner une nouvelle redistribution des cartes au sein d’un jeu partisan complexe et plein d’incertitudes.

Haut de page

Bibliographie

Biagi, M., What next for the SNP ? The future of the UK and Scotland, 14/06/2017

Cairney, P., The Scottish Parliament election 2016 : another momentous event but dull campaign, Scottish Affairs, 25.5, août 2016.

Convery, A., What next for the Scottish Tories ? The future of the UK and Scotland, 13/06/2017

Curren, M., Whet next for Scottish Labour ? The future of the UK and Scotland, 21/06/2017

Curtice, J., Time for some rethinking in Scotland’s Brexit debate, What Scotland thinks, 09/01/2018

Curtice, J., How much difficulty are the SNP in ? What Scotland thinks, 06/06/2017

Curtice, J., The three characteristics of the Scottish Conservative revival, What Scotland thinks, 01/10/2017

Curtice, J., The Labour surge washes over Hadrian’s wall, What Scotland thinks, 06/06/2017

Curtice, J., A Tory revival, and yet a more polarized Scotland, What Scotland thinks, 23/04/2017

Dudley Edwards, O., Election 2017 : The Promise of May, Scottish Affairs, 26.4, novembre 2017.

Hassan, G & Barrow, S. (eds.), A Nation changed ? The SNP and Scotland Ten Years on, Edinburgh : Luath Press, 2017

Hassan, G & Gunson, R. (eds.), Scotland, the UK and Brexit. A Guide to the Future, Edinburgh : Luath Press, 2017

Keating, M., Playing politics on the three dimensions, The future of the UK and Scotland, 07/06/2017

McCrone, D., How come it’s like this ? The future of the UK and Scotland, 7/06/2017

McCrone, D., Be careful for what you wish, The future of the UK and Scotland, 27/06/2017

McCrone, D., Explaining Brexit North and South of the Border, Scottish Affairs 26.4, octobre 2017

Parry, R., GE 2017 : What now for May and Sturgeon ? The future of the UK and Scotland, 09/06/2017

Paterson, L., What next for evidence-based political debate ? The future of the UK and Scotland,

Scotsman (The), What the latest polls tell us about Scottish independence, 11/12/2017

Haut de page

Notes

1 Alex Salmond a dirigé le SNP de 1990 à 2000, puis de 2004 à 2014, démissionnant dans la foulée du référendum sur l’indépendance de juin 2014 pour céder le leadership du SNP et le poste de Premier Ministre de l’Ecosse (First Minister) à Nicola Sturgeon.

2 Biagi, M., What next for the SNP?, The Future of the UK and Scotland, juin 2017.

3 Keating, M., Playing politics on the three dimensions, The Future of the UK and Scotland, juin 2017.

4 Leydier, G., Les conservateurs écossais depuis 1997 : comment survivre en territoire hostile? in Jean-Philippe Fons (dir.) « Le parti conservateur 1997-2006 », Presses Universitaires de Rennes, 2007, pp. 157-175.

5 Leydier, G., Les nationalismes périphériques et l’enjeu européen, in « Les partis nationalistes britanniques et la question européenne/ British Nationalist Parties: Changing Attitudes to Europe? », revue du GRAAT, Graat-on-line n°16, février 2015, pp. 96/110.

6 Keating, M., Playing politics on the three dimensions, The future of the UK and Scotland, 07/06/2017

7 C’est le 13 mars 2017 que Nicola Sturgeon annonça son intention d’organiser un second référendum sur l’indépendance dans les prochaines années. Cette idée allait être abandonnée dans un autre discours prononcé le 17 juin, suite au résultat des élections législatives. Voir aussi l’article d’Edwige Camp Pietrain sur ce thème dans ce même numéro.

8 Cette « fatigue électorale » a été décrite en Ecosse par le terme de « scunner factor ».

9 On estime que l’électorat conservateur écossais a voté à 46% pour le « remain », et à 54% pour le « leave ». Par comparaison, les chiffres pour ce même électorat pour l’Angleterre et le pays de Galles sont respectivement de 36% et 64%. Cf. John Curtice, Why did Scotland vote to Remain ? What Scotland thinks, 18/10/2016.

10 McCrone, D., How come it’s like this? The future of the UK and Scotland, 7/06/2017

11 Convery, A., What next for the Scottish Conservatives? The Future of the UK and Scotland, juin 2017.

12 Curtice, J., The Labour surge washes over Hadrian’s wall, What Scotland thinks, 06/06/2017.

13 Curran, M., What next for Scottish Labour? The Future of the UK and Scotland, juin 2017.

14 McCrone, D., Be careful for what you wish, The future of the UK and Scotland, 27/06/2017.

15 Les derniers sondages de fin 2017 font état d’un pourcentage d’Ecossais favorables à l’indépendance autour de 44/45%, soit globalement identique au résultat du référendum de septembre 2014. Cf. The Scotsman, What the latest polls tell us about Scottish independence, 11/12/2017

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Leydier, « Reflux nationaliste et regain conservateurs : l’Ecosse paradoxale de Theresa May », Observatoire de la société britannique, 21 | -1, 161-175.

Référence électronique

Gilles Leydier, « Reflux nationaliste et regain conservateurs : l’Ecosse paradoxale de Theresa May », Observatoire de la société britannique [En ligne], 21 | 2018, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/osb/2219 ; DOI : 10.4000/osb.2219

Haut de page

Auteur

Gilles Leydier

Professeur de Civilisation britannique à l'Université de Toulon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • OpenEdition Journals