Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Ce numéro a pour ambition d’interroger les dynamiques à l’œuvre au sein de différentes mobilisations qui ont animé et animent la société civile au Royaume-Uni et en République d’Irlande aux XXe et XXIe siècles.

2L’analyse se concentre sur l’action de syndicats et d’organisations, qui, individuellement ou de concert, de façon plus ou moins formalisée, tentent de défendre ou de promouvoir une cause, qui peut s’inscrire dans un contexte national (défense des « droits individuels », qui recoupent notamment les droits sociaux : accès au logement, à l’enseignement supérieur, aux prestations sociales etc.) ou dans un contexte international (mobilisations générées par un positionnement dans un conflit étranger, par exemple). Dans les deux cas, les contributions portent une attention particulière au tissage de réseaux nationaux et transnationaux, qui permettent de donner ampleur et visibilité à l’action militante. Elles s’attachent à définir une typologie de ses différentes formes, à en analyser les discours et à en jauger les succès, mais aussi, les limites. Le tableau d’ensemble qu’offre le numéro illustre la vivacité et la diversité des mobilisations de la société civile au Royaume-Uni et en République d’Irlande, et donc, la légitimité de l’universitaire à s’emparer de cette question.

3Dans le contexte de la lutte pour l’indépendance de l’Irlande au début du XXe siècle, James Connolly, fusillé lors de l’insurrection de Pâques en 1916, se distingue comme l’ambassadeur charismatique d’une pensée à la fois socialiste et nationaliste. Dans « James Connolly, civil society and revolution », c’est dans la société civile que Conor McCarthy identifie la source de sa doctrine révolutionnaire, à la lumière de son engagement au sein du Irish Socialist Republican Party (parti politique qu’il a fondé), du syndicat Irish Transport and General Workers’ Union et de l’organisation Irish Citizens’ Army.

4L’histoire coloniale de l’île est souvent évoquée dans le discours des associations pro-palestiniennes en République d’Irlande, actives dans les années 1980 lors des guerres qui secouèrent le Liban, opposant notamment Israël à l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP), basée au sud du pays. Dans « Ireland Friends of Palestine 1981-1988 : Guerres du Liban et activisme pro-palestinien en République d’Irlande », Marie-Violaine Louvet montre comment l’engagement associatif pro-palestinien en République d’Irlande, émanation du syndicalisme étudiant, se nourrit de la difficile expérience des forces de maintien de la paix irlandaises engagées dans la FINUL pour promouvoir la légitimité de l’OLP dans le contexte politique national et international.

5Dans la période contemporaine, ces mêmes réseaux pro-palestiniens en République d’Irlande et au Royaume-Uni sont liés par l’utilisation d’Internet et des réseaux sociaux, qui permettent de disséminer un discours pro-palestinien, de créer des liens avec des militants ou activistes à l’étranger (au Moyen-Orient, en particulier) et de mobiliser le plus grand nombre. Dans « The Solidarity Movement : Mediation and Collaboration for Palestine Online », Shadi Abu-Ayyash souligne l’importance d’Internet comme outil de communication et de médiation au sein des réseaux militants.

6Dans une perspective plus générale, les coupes budgétaires sans précédent et l’accélération du repli de l’État sur ses fonctions régaliennes depuis 2008 sont à l’origine d’une multitude de mobilisations de la gauche alternative, dont la typologie est dressée par Clémence Fourton dans « Cartographie de l’espace citoyen anti-austérité au Royaume-Uni depuis la crise de 2008 ».

7Londres, qui abrite de nombreuses organisations communautaires, est aussi le foyer d’associations créées par ses habitants d’origine nigériane, analysées par Catherine Puzzo dans « La mobilisation associative au Royaume-Uni dans les organisations communautaires nigérianes ». L’auteure analyse l’impact des politiques d’austérité qui ont suivi la crise économique de 2008 sur le dynamisme de ces associations, engagées dans des actions culturelles, civiques et éducatives.

8Dans ce contexte politique et économique, la capitale britannique a été frappée de plein fouet par une crise du logement, qui a provoqué l’explosion des loyers et a rendu très difficile l’accès à la propriété, tout en creusant les inégalités. Ainsi, se multiplient les mobilisations en faveur du droit au logement, étudiées par David Fée dans « Logement et mobilisation collective à Londres : la naissance d’un mouvement social urbain ? ».

9L’accès à l’enseignement supérieur, et l’augmentation exponentielle des frais d’inscription à l’université en 2010 au Royaume-Uni, constitue un autre enjeu social fondamental qui a généré des mobilisations étudiantes très importantes. Claire Mansour propose une étude comparative et diachronique de ces mobilisations avec les manifestations étudiantes du début des années 1970 sous le gouvernement conservateur de Edward Heath. Dans « The Student Campaigns of 1972-3 and 2010-11 : Defending the Right to Higher Education », elle compare les stratégies utilisées par ces mouvements de jeunesses, leurs modalités d’action ainsi que leurs discours et leurs résultats.

10Analysant les stratégies de collaboration des différentes organisations, notamment associatives et syndicales, dans ce contexte de crise économique, Marc Lenormand questionne, enfin, la naissance d’un mouvement social de lutte contre l’austérité au Royaume-Uni dans « Un syndicalisme de mouvement social ? Les syndicats britanniques et les mobilisations contre l’austérité depuis la crise de 2008 ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Latour et Marie-Violaine Louvet, « Introduction », Observatoire de la société britannique, 23 | 2018, 7-9.

Référence électronique

Vincent Latour et Marie-Violaine Louvet, « Introduction », Observatoire de la société britannique [En ligne], 23 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/osb/2766

Haut de page

Auteurs

Vincent Latour

Professeur des Universités en civilisation britannique à l'Université Toulouse – Jean Jaurès

Articles du même auteur

Marie-Violaine Louvet

Maître de conférences en civilisation irlandaise à l'Université Toulouse 1 Capitole

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • OpenEdition Journals