Navigation – Plan du site

Ireland Friends of Palestine 1981-1988 : Guerres du Liban et activisme pro-palestinien en République d’Irlande

Marie-Violaine Louvet
p. 35-57

Résumé

L’article explore la naissance, le développement, les stratégies et le discours de l’association pro-palestinienne Ireland Friends of Palestine, dans le contexte des guerres qui opposèrent notamment l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) à Israël dans le sud du Liban entre 1981 et 1988. Apparue au sein du syndicalisme étudiant, Ireland Friends of Palestine profite de la médiatisation de l’intervention des troupes irlandaises dans la Force Intérimaire des Nations Unies au Liban pour promouvoir la cause palestinienne et la création d’un bureau de l’OLP à Dublin. L’étude de sources primaires (littérature grise et archives de presse), montre que la promotion de l’action directe s’inscrit en rupture avec les méthodes utilisées par les militants depuis la fin des années 1960 et marque le début d’une nouvelle ère de l’activisme pro-palestinien en Irlande.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Miller, R., 2005.
  • 2 L'organisation « Irish Arab Society » fut créée en 1969. Voir Louvet, M-V, 2012, pp. 191-203.
  • 3 L’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) fut fondée en 1964 en Palestine pour résister po (...)

1En République d’Irlande, l’histoire des mouvements sociaux en faveur de la Palestine a souvent été négligée par les commentateurs au profit d’une approche géopolitique qui se fondait sur l’étude de l’action des gouvernements successifs et, parfois, des diplomates1. Toutefois, si l’Irlande est un petit pays sur la scène internationale, l’engagement politique fort d’une partie de sa société civile, hérité de l’histoire coloniale de ce pays, la distingue d’autres membres de l’Union Européenne et en fait un terrain d’étude de prédilection pour qui s’intéresse à la sociologie politique. Les prémices de la mobilisation d’une partie de la société civile irlandaise en faveur de la cause palestinienne sont visibles dès la fin des années 1960 avec la création de la Irish Arab Society, qui vise à nouer des liens plus étroits entre les Irlandais et le monde arabe, par des actions à caractère politique, mais aussi culturel et social2. L’action de cette association civile s’inscrit dans le sillage de la Guerre de Six Jours (1967) entre Israël et la République arabe unie (l’Egypte), la Jordanie et la Syrie. Une douzaine d’années plus tard, au début des années 1980, les actions de la Irish Arab Society s’étiolent peu à peu pour laisser place au dynamisme d’une nouvelle association, Ireland Friends of Palestine, objet de notre attention ici, dont la première réunion eut lieu en 1981. Le champ d’action d’Ireland Friends of Palestine se démarque très nettement de celui de la Irish Arab Society car il se confine au domaine politique, et ceci dès la création de l’association. L’unique objectif revendiqué par les militants est de promouvoir la cause palestinienne en Irlande, dans un contexte de conflits récurrents entre Israël et l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) dans le sud du Liban3.

  • 4 « Le concept d’action collective renvoie à toute tentative de constitution d’un collectif, plus ou (...)

2La nature structurelle d’une association civile se caractérise par sa flexibilité. Sa création ne nécessite ni investissement financier massif, ni engagement à prodiguer un effort sur le long-terme. Le rassemblement ponctuel et récurrent d’une poignée d’individus mus par une cause commune est l’unique condition d’existence de l’action collective4. Du fait de leur souplesse, les associations civiles émergent souvent en réaction à un contexte politique ou économique instable, et, dans la cadre de la solidarité pro-palestinienne, elles sont des cellules qui s’éveillent puis meurent au gré des événements violents qui secouent le Moyen-Orient. Ce fut le cas pour la Irish Arab Society, dont la fondation est liée à la Guerre des Six Jours, comme ce fut aussi le cas pour Ireland Friends of Palestine dont la création est liée aux affrontements qui eurent lieu dans le sud du Liban au début des années 1980.

3 Charles Tilly et Sydney Tarrow ont défini la notion de répertoire d’actions collectives comme « un répertoire de routines de revendications », c’est à dire l’éventail des outils et actions auxquels un mouvement a recours dans un contexte donné. Dans cet article, je m’attacherai à démontrer que, tout en s’inspirant du répertoire d’actions collectives de la Irish Arab Society, Ireland Friends of Palestine a développé de toutes nouvelles stratégies de mobilisation, inspirées du syndicalisme, et a commencé, dans les années 1980, à définir les contours de l’activisme pro-palestinien tel qu’il existe en Irlande aujourd’hui. L’analyse mettra en évidence la perméabilité entre structures de mobilisation, en termes de moyens, d’objectifs, mais aussi d’actions et d’individus. Pour ce faire, je commencerai par expliquer le contexte de la création d’Ireland Friends of Palestine sur deux fronts : au Moyen-Orient et en République d’Irlande. Puis, en vue d’analyser le caractère transnational de la collaboration entre activistes irlandais et palestiniens, je mettrai en avant les liens étroits tissés entre Ireland Friends of Palestine et l’OLP. Enfin, je tenterai d’évaluer le succès des campagnes successives menées par Ireland Friends of Palestine en République d’Irlande.

Création d’Ireland Friends of Palestine

L’Irlande et la question libanaise dans les années 1980

  • 5 Depuis la fin des années 1950, l’Irlande contribue au fonds des Nations Unies pour les réfugiés et (...)
  • 6 Suite à la Guerre du Kippour, l’Irlande envoie un contingent en octobre 1973 dans le Sinaï, pour ré (...)
  • 7 La guerre civile au Liban (1975-1990) oppose les chrétiens et les musulmans, dont le nombre est acc (...)
  • 8 Résolution 425 du Conseil de sécurité de l’ONU, adoptée le 19 mars 1978.
  • 9 Ishizuka, K., 2004, pp.99-132.

4L’action militaire israélienne menée au Liban en 1978 puis en 1982 vient envenimer les relations entre Israël et la République d’Irlande dès la fin des années 1970. La République d’Irlande adopte alors une attitude de réserve vis à vis de l’État hébreu, à l’instar de nombre de ses partenaires européens. La participation irlandaise aux forces internationales de maintien de la paix dans le sud du Liban est en grande partie à l’origine de ce revirement5. À partir de 1978, l’Irlande envoie des soldats dans les forces de paix internationales, dans le cadre de la Force Intermédiaire des Nations Unies au Liban (FINUL)6. La FINUL est mise en place à la fin des années 1970, après un appel de l’État libanais au Conseil de sécurité de l’ONU, le 15 mars 1978. Le Liban, ravagé depuis 1975 par une guerre civile, proteste contre l’invasion de la partie Sud de son territoire par Israël la nuit précédente, lors de l’Opération « Litani »7. Celle-ci visait à repousser l’OLP au-delà de la rivière Litani, en réponse à un attentat commis en Israël le 11 mars 1978, revendiqué par l’OLP, qui cause la mort de 37 personnes, dont 13 enfants. Le gouvernement libanais est alors dans l’incapacité de contrôler les groupes armés actifs sur son territoire : l’OLP, les milices chrétiennes et les forces syriennes. Les résolutions 425 et 426, adoptées par le Conseil de sécurité le 19 mars 1978, sont claires : Israël doit quitter le Liban : « Le Conseil de sécurité […] 2. demande à Israël de cesser immédiatement son action militaire contre l’intégrité territoriale du Liban et de retirer sans délai ses forces de tout le territoire libanais »8. Le 23 mars, la FINUL, un contingent qui sera, dès la mi-juin, fort de 6100 soldats, est mobilisé. L’Irlande envoie 665 hommes. Les autres pays participant à la composition de cette force sont la France, Fiji, l’Iran, le Népal, le Nigéria, la Norvège et le Sénégal. Il s’agit d’un moment clé dans l’investissement de l’Irlande en terre arabe, car l’Irlande envoie 40 000 soldats irlandais au total, entre 1978 et 2001, ce qui constitue un engagement très important pour un pays jusqu’alors peu habitué à participer aux opérations militaires internationales9.

  • 10 Fisk, R., 2001 [1990, 1992], p.154 et « Crisis in Lebanon », An Phoblacht, 26avril 1980.
  • 11 De Facto Force est la milice chrétienne dirigée par Saad Haddad avant la formation de la South Leba (...)
  • 12 Bahrain Declaration, 10 février 1980.
  • 13 « Haddad accuses Irish in Lebanon », The Irish Times, 29 avril 1980.
  • 14 Harvey, D., 2001, p.7.
  • 15 Report of the Commission of Inquiry into the Events at the Refugee Camps in Beirut, Commission Kaha (...)
  • 16 Fine Gael est un parti de centre-droit fondé en 1933.

5La question du Liban crée de fortes tensions entre la République d’Irlande et Israël, qui sont reflétées dans la presse. Robert Fisk, du journal The Independent, présent sur les lieux dans les années 1980, relate les critiques quotidiennes des troupes irlandaises par Israël, comme étant dissipées et portées sur l’alcool, avec des surnoms tels que « Johnny [sic] Walker Irish »10. L’animosité est largement réciproque en Irlande, et le rôle de l’armée israélienne est critiqué dans The Irish Times, qui se fait le relais de ces frustrations en avril 1980, avec des articles aux titre évocateurs tels que « Irish troops on alert in Lebanon as Israelis dig in », 10 avril 1980, « Israeli move underlines weak position of Irish », 11 avril 1980, « Israeli press criticises Irish troops »,15 avril 1980, « Hostility grows as Israeli envoy attacks Ireland », 21 Avril 1980, « Israel blamed for dead soldiers », 28 avril 1980 et « Haddad accuses Irish in Lebanon », 29 avril 1980. Robert Fisk relate la fureur des Irlandais lorsqu’ils sont informés par les renseignements du 46e bataillon d’infanterie irlandais qu’un officier des services secrets israéliens, le Shin Beth, aurait assisté sans broncher à l’exécution de deux soldats irlandais à At-Tiri, contre un mur, par une mitrailleuse de la milice libanaise De Facto Force, qui avait attaqué le siège de la FINUL à Naqoura, le 18 avril 198011. Cette exécution fait suite à de vives tensions diplomatiques entre Israël et l’Irlande au début de l’année 1980. À Bahreïnle 10 février 1980, le ministre irlandais des Affaires étrangères, Brian Lenihan, avait profité d’une visite officielle, alors qu’il était reçu par son homologue Muhammud Bin Mubarak Al-Khalifa, pour reconnaître le droit du peuple palestinien à un État et l’OLP comme son représentant officiel12. Suite à cette déclaration le major Saad Haddad, chef de l’Armée du Liban Sud (ALS), une milice chrétienne fondée en 1976 qui bénéficiait du soutien d’Israël, avait demandé au contingent irlandais de se retirer de la zone.13 Les rivalités entre l’armée israélienne et les troupes irlandaises, dans le secteur qui leur avait été confié par l’ONU, sont palpables dans le témoignage du Commandant Dan Harvey, un officier qui sert dans la région au milieu des années 1980, et tient un journal publié sous le titre de Peacekeepers : Irish Soldiers in the Lebanon14. Les affrontements entre Israéliens et Palestiniens dans le Sud du Liban en 1981, atteindront leur paroxysme avec le massacre de civils palestiniens dans les camps de réfugiés de Sabra et Chatila, situés à l’ouest de Beyrouth, perpétré les 17 et 18 septembre 1982. Des milices chrétiennes, profitant de la passivité de l’armée israélienne, sont responsables de la mort d’environ 800 civils, selon la commission israélienne qui a enquêté sur ces faits quelques jours plus tard, la commission Kahan15. Ces événements sont largement relayés par la presse irlandaise et entérinent le revirement de la classe politique irlandaise contre Israël. Christophe Gillissen cite les paroles du Sénateur Charles McDonald (Fine Gael16), dans le Dáil, en 1990 pour illustrer ce phénomène :

  • 17 Seanad Debates, vol.125, col 873 (7 juin 1990).

In 1976 the EC accorded most favoured nation status to Israel. At that time I was a member of the European Parliament and I strongly supported that move and have continued to feel sympathy for a small nation with, as it was then, its back to the wall. But when the Israelis commenced to use our UNIFIL volunteer soldiers as target practice, I certainly had second thoughts17.

  • 18 Gillissen,C., 2010, pp. 101-118.
  • 19 Miller, R., 2010, p.389.
  • 20 Clonan, T., Blood, Sweat and Tears: an Irish Soldier’s Story of Love and Loss, 2013, p.14.
  • 21 Ishizuka, K., 2004, p. 125.
  • 22 Jim Cusack, « Lebanon deaths case in court, 22 years on: families want explanation on how Irish sol (...)

6Pour Christophe Gillissen, ces propos reflètent sans doute la naissance d’un sentiment plus mitigé de l’opinion irlandaise envers Israël18. Rory Miller, quant à lui, attribue à l’incident d’At-Tiri, et à la tragédie de Cana qui a suivi en 1996, une part des difficultés qu’Israël aura à obtenir une reconnaissance officielle de son existence par l’Irlande. Le massacre de Cana interviendra dans le cadre de l’Opération "Raisins de la colère", une opération militaire majeure menée par Israël sur le Liban en mars 1996, en réponse à des tirs de mortier du Hezbollah sur des villes israéliennes situées à la frontière avec le Liban. Le secteur gardé par les troupes irlandaises est touché par les bombardements israéliens, ce qui met en danger les soldats qui procurent un soutien médical et humanitaire à la population civile. Aucune perte n’est à déplorer dans l’armée irlandaise, mais le 18 avril 1996 un missile frappe la base de l’ONU située à Cana, à seulement 13 kilomètres de la base irlandaise, et tue 118 civils libanais qui s’y étaient abrités19. L’indignation est forte en Irlande, à la fois au sein de la classe politique, la presse et l’opinion, qui condamnent unanimement la disproportion des moyens employés par Israël. Des fonds sont débloqués par l’Irlande en réponse à l’appel de l’ONU, dont 200 000 livres pour fournir de l’aide humanitaire au Liban, et 75 000 livres pour les troupes irlandaises sur place. La crise libanaise est très dans les esprits en Irlande, comme l’explique Tom Clonan, officier de l’armée irlandaise en fonction au Liban entre 1995 et 1996, pendant l’Opération « Raisins de la colère », qui publie son témoignage en 2013 : « All over Ireland, in almost all families across the country, there is an intimate link to Lebanon. An uncle perhaps. A cousin. A niece. A son or a daughter who has served in the cause of international peace »20. L’Irlande dispose d’un territoire aux dimensions limitées, sur lequel la population n’est pas très nombreuse, aussi n’est-il pas inhabituel d’y rencontrer une personne ayant servi au Liban. En novembre 2001, le dernier bataillon irlandais quitte le Liban, après une présence de 23 ans. C’est un engagement considérable pour l’Irlande, qui représente 60 % du montant total des forces irlandaises dévolues aux opérations de maintien de la paix de l’ONU21. Il aura coûté la vie à 47 soldats, le tribut le plus lourd parmi les pays engagés dans la FINUL22.

Ireland Friends of Palestine : la rencontre du syndicalisme étudiant et de l’OLP

  • 23 « Ireland Friends of Palestine », The Irish Times, 11 mars 1981. Dublin est la base principale du m (...)
  • 24 A partir de 1977, l’Official Sinn Féin prend le nom de  « Sinn Féin The Workers’ Party », pour deve (...)

7 C’est dans ce contexte d’animosité envers Israël, nourri par le nombre croissant de soldats irlandais tombés au Liban, avec comme toile de fond la main tendue du gouvernement irlandais envers l’OLP après la déclaration du Bahreïn, qu’Ireland Friends of Palestine voit le jour en 1981. La première rencontre d’Ireland Friends of Palestine a lieu dans la Junior Common Room de Trinity College, à Dublin, le 12 mars 198123. Le lieu, qui accueille autour de 150 personnes ce soir-là, est révélateur de l’identité d’une association qui est née dans le milieu du syndicalisme étudiant. Le premier président de l’association, Gerry Grainger fut aussi, entre 1980 et 1981, le président d’Union of Students in Ireland (USI), l’association syndicale irlandaise créée en 1959 afin de défendre les intérêts du corps étudiant. Gerry Grainger était lui-même étudiant à Queen’s University, à Belfast. Il deviendra, des années plus tard, le secrétaire général du Workers’ Party pour l’Irlande du Nord ainsi que le président de son Comité aux affaires internationales (International Affairs Committee), qui a pour vocation de définir la politique internationale du parti, y compris bien sûr à l’égard du Moyen-Orient24. Il fera preuve d’une sensibilité particulière aux cas de Cuba et de l’Irak, en plus d’un dévouement sans faille à la cause palestinienne.

Nabil Ramlawi

  • 25 Louvet, M-V, 2016, pp. 38-41.
  • 26 Seumas Phelan, « PLO leaders coming to Dublin », The Irish Times, 19 février 1981.
  • 27 « PLO rep visits Ireland », prospectus imprimé par le Sinn Féin The Workers’ Party, 1981.

8Dès le 12 mars 1981, les liens étroits qu’Ireland Friends of Palestine va nouer avec l’OLP sont notoires25. L’OLP est représentée à la cérémonie qui a lieu à Trinity College avec la venue pour l’occasion de Nabil Ramlawi, son représentant à Londres. Nabil Ramlawi se rend en Irlande à la tête d’une délégation qui va aussi rencontrer des représentants de partis politiques et de syndicats, à Dublin comme à Belfast26. Un prospectus datant de 1981, publié par le Sinn Féin The Workers’ Party, fait état de la visite de Ramlawi dans un paragraphe intitulé « PLO rep visits Ireland ». Le gros titre est coiffé d’une large photographie montrant trois hommes en cravates, assis devant une table de conférence, avec en chapeau leur identité : « Séan Garland, General Secretary of Sinn Féin The Workers’ Party, Nabil Ramlawi, PLO representative in London and Séan Ó Cionnaith, Director of the international affairs bureau of Sinn Féin The Workers’ Party during a meeting with the PLO delegation at the Sinn Féin the Workers’ Party Offices in Dublin »27.

  • 28 Le titre exact est Chair of Official Sinn Féin International Affairs Committee.

Illustration 1. Ireland Friends of Palestine organise aussi une réception en l’honneur de Nabil Ramlawi à l’hôtel Shelbourne, a Dublin, le 9 mars 1981. On le voit ici poser avec Máirin De Burca, la directrice du comité international du parti marxiste Official Sinn Féin dès sa création en 1976, comme le sera plus tard Gerry Grainger.28

Illustration 2. Nabil Ramlawi, le représentant de l’OLP à Londres, en compagnie de Máirin De Burca du Sinn Féin The Workers’ Party lors d’une rencontre de l’ Irish Friends of Palestine (Ireland Friends of Palestine) à l’Hôtel Shelbourne, à Dublin, le 9 mars 1981. The Irish Times, 10 mars 1981.

  • 29 Seumus Phelan, « PLO leaders coming to Dublin », The Irish Times, 19 févier 1981.
  • 30 « to promote understanding between the Irish and Palestinian peoples » voir « PLO calls for greater (...)
  • 31 « Irish Friends of Palestine », prospectus publicitaire publié par Irish Friends of Palestine, 1981

9Le jour du lancement de l’association Ireland Friends of Palestine, Ramlawi définit son objectif comme étant la promotion d’un rapprochement des peuples irlandais et palestiniens « pour promouvoir la compréhension entre les peuples irlandais et palestinien »29 alors que Ireland Friends of Palestine propose de rapprocher le gouvernement irlandais de l’OLP: « We hope to bring pressure on the Government to recognise the role of the PLO in the Middle-East »30.Dans un prospectus distribué lors de la soirée de lancement de Ireland Friends of Palestine, l’association établit un programme d’actions autour de deux causes: le soutien de l’effort de l’ONU pour maintenir la paix dans le Sud du Liban et la campagne pour l’obtention de la reconnaissance de l’OLP en tant que seule représentante légitime du peuple palestinien. Les militants disent aussi vouloir médiatiser le sort des réfugiés palestiniens dans le Sud du Liban, et aider à mettre fin au traitement « raciste et sectaire » du peuple arabe au sein de l’Etat d’Israël31.

Un bureau de l’OLP à Dublin

10Les représentants de l’OLP seront reçus au ministère des affaires étrangères, afin de rencontrer Brian Lenihan et Nabil Ramlawi lui remet en main propre un courrier cacheté de la part de Farouk Kadddoumi, le directeur du département politique de l’OLP, basé à Beyrouth. Les deux hommes discutent de la question qui est au cœur de toutes les préoccupations le 12 mars : l’annonce officielle, lors de la soirée, de l’ouverture d’un bureau de l’OLP en Irlande. L’OLP se réjouit de ce qu’elle analyse comme une marque de sympathie irlandaise envers le mouvement de résistance palestinien :

  • 32 « PLO calls for greater links with Ireland », Irish Press, 10 mars 1981.

We appreciate the stand of the Irish people and government regarding the rights of the Palestinian people in such ways as the statement by your former Minister for Foreign Affairs, Mr. O’Kennedy at the UN General Assembly and the statement last year in Bahrein by Mr. Lenihan32.

  • 33 « a significant and progressive step » voir Philip Molloy, « PLO ‘now recognised by the State’ », I (...)

11Gerry Grainger, au nom de Ireland Friends of Palestine, considère que l’ouverture du bureau est « un important pas en avant ».33 Toutefois, cette ouverture, et surtout l’interprétation qui doit être faite de cet événement dans le cadre de la politique de l’Irlande au Moyen-Orient, est sujette à controverse. Pour l’OLP c’est capital car cela témoigne de la reconnaissance diplomatique de facto du mouvement palestinien comme représentant légitime de son peuple. Toutefois, le 1er avril 1981, au sein du Dáil Éireann, lorsque Brian Lenihan est pressé de questions par Ruairi Quinn, membre du parti travailliste et partisan d’Israël, il déclare que l’ouverture du bureau de l’OLP à Dublin ne doit pas être considérée comme une main tendue ou une reconnaissance par l’Irlande du mouvement de résistance palestinien, mais qu’il s’agit bien d’une affaire privée qui n’est pas du ressort de l’État :

  • 34 Dáil Éireann Debates, vol.328, 1er avril 1981, « PLO Representation ».

Mr. Quinn : [...] Secondly, could the Minister indicate clearly now for the record of this House what is the Government’s attitude to the proposed establishment of the PLO office in this city ?
Mr. Lenihan : Our attitude was made quite clear in regard to the question of the PLO establishing a presence here in the form of an office. As far as we are concerned there is no question of recording diplomatic status or giving official recognition or permission to any such office. It is entirely a matter for a private organisation to establish an office if they wish. That is their business. It is as straightforward as that34.

  • 35 Maurice Samuelson, « Thatcher Gives Green Light to Her Minister to Hold Talks with Arafat
  • 36 « Union man seeks Israeli apology », Irish Press, 30 mars 1987.

12On le voit, le ministre coupe court à toute interprétation de l’ouverture du bureau de l’OLP comme une reconnaissance officielle de ce mouvement par l’Etat irlandais. Par ailleurs, l’ambassade israélienne à Londres, aussi chargée des affaires irlandaises, avait fait part de sa préoccupation sur cette question35. Face à la pression des deux bords, le gouvernement botte en touche, avec l’argument selon lequel l’affaire relèverait du domaine privé. Un bureau, appelé Palestine Information Office, est ouvert à Dublin en 1985. S’il n’est pas une délégation officielle de l’OLP, il a pour but de mener une campagne qui permette de rallier toujours plus de soutien et une reconnaissance officielle de cette organisation. Il est intéressant de noter que son premier président fut l’un des membres fondateurs de la Irish-Arab Society, Sean T. Ryan, ce qui illustre la proximité entre les deux groupes36. Quelques années plus tard, le Ministre des Affaires étrangères, David Andrews nie que le Palestine Information Office soit un bureau de l’OLP, et qu’il ait un statut diplomatique :

  • 37 Dáil Éireann Debates, vol.415, n°8, 18 février 1992.

There is no PLO office in Dublin. A Palestine information office which is a private office and does not have diplomatic status was opened in Dublin in 1985. The PLO representative to Ireland, Dr. Yousef Allan, is resident in London and has been received at ministerial and official level during visits to Dublin37.

13Pour les défenseurs de la cause palestinienne, l’ouverture de ce qu’ils désirent être un bureau de l’OLP à Dublin constitue, certes un pas important, mais encore insuffisant. Ainsi, l’objectif principal de l’association est clair : continuer à faire pression sur le gouvernement irlandais afin que celui-ci établisse des liens diplomatiques avec l’OLP.

Les activités de Ireland Friends of Palestine

Placere et docere

  • 38 The Irish Times, 12 mars 1981.
  • 39 The Irish Times, 10 novembre 1981.
  • 40 The Irish Times, 19 mars 1983.
  • 41 « Nationalism in Israel », The Irish Independent, 4 juin 1981.
  • 42 « Israelis resume bombing », Irish Press, 31 juillet 1982.
  • 43 « Palestine meeting », An Phoblacht, 22 mai 1986, p.6.

14Certaines formes d’action utilisées par Ireland Friends of Palestine font partie de la palette déjà utilisée par la Irish-Arab Society pour médiatiser et soutenir la cause palestinienne. C’est le cas par exemple de l’organisation de conférences à vocation politique ou culturelle. Les conférences majeures sont annoncées dans les journaux irlandais, par de brèves notices publiées dans The Irish Times, comme le 12 mars 1981 – « Irish Friends of Palestine public meeting, Junior Common Room, TCD. 8 p.m. »38 – le 10 novembre 1981 – « Ireland Friends of Palestine, public meeting, ‘Palestinians have rights too’, Central Hotel, 7.45 p.m. »39, ou encore le 19 mars 1983 – « Ireland Friends of Palestine public meeting ; Palestine – the Road to a Homeland’, North Star Hotel, Amiens Street, 4 p.m. (Sun) »40. Parfois ce sont des lettres envoyées par l’association qui promeuvent un événement. C’est le cas par exemple pour une conférence, « Nationalism in Israel Today », donnée par Mashe Machover, membre du parti socialiste israélien Matzpen, organisé au Central Hotel, le 6 juin, dont la promotion est assurée par la secrétaire de l’association, Christine Donaghy41. Occasionnellement, un compte-rendu des conférences est publié au cœur d’articles de presse, comme c’est le cas par exemple dans The Irish Press du 31 Juillet 1982, qui relate le visionnage d’un film documentaire sur la Palestine lors d’une soirée organisée par l’association, avec une prise de parole de la secrétaire Christine Donaghy42. An Phoblacht, le magazine républicain, fait aussi référence à des événements organisés par Ireland Friends of Palestine43.

  • 44 « Ireland, Israel and the PLO », The Irish Times, 22 mai 1981.
  • 45 « Palestinian revolt », The Irish Times, 24 octobre 1988.

15Le travail d’information passe aussi par l’envoi de lettres à la presse irlandaise, parfois publiées dans la section « Lettres à l’éditeur » des journaux, qui ont pour vocation d’apporter un éclairage sur des faits rapportés d’une façon jugée partiale ou biaisée. Une telle missive est envoyée à The Irish Times en mai 1981 : « The Ireland Friends of Palestine would like to take this opportunity to expose the red herring created by the so called ‘Jordan is Palestine’ Committee in your columns of late (May 11th) »44. Autre exemple, Jean O’Hanlon, le secrétaire d’Ireland Friends of Palestine, tente, dans une lettre à l’éditeur publiée le 24 octobre 1988, de rectifier les propos de Yitzhak Shamir, le Premier ministre israélien, publiés dans The Irish Times : « The truly incredible Yitzhak Shamir, Prime Minister of Israel, has made an incredible statement. In your issue of October 19th, you quote him as saying […]. In the same item you give an example of how Israel is « eliminating » the Palestinian demand for self-determination. You report that […] »45. La médiatisation des événements et la manière dont ceux-ci sont présentés à la presse sont capitales, car elles sont directement liées à la légitimité de la défense de la cause palestinienne.

Lobbying politique

  • 46 The Irish Independent, 8 juin 1982.
  • 47 Irish Press, 8 juin 1982.

16Cette légitimité est aussi défendue par un travail de lobbying politique auprès du gouvernement irlandais, afin que celui-ci se positionne clairement en faveur de la cause palestinienne, en particulier après l’invasion du Liban en 1982. Comme la Irish-Arab Society, c’est au niveau national, et non supranational, que les efforts de lobbying sont concentrés. L’appel à la mise en place de sanctions par le gouvernement irlandais à l’encontre Israël, suite à l’invasion du Liban, est le principal cheval de bataille. Il est public et relayé par le biais de communiqués de presse et de lettres ouvertes qui s’adressent directement au gouvernement. On en fait état dans la presse nationale, à l’instar de The Irish Press, The Irish Times et The Irish Independent : « Meanwhile the Ireland Friends of Palestine Society has called upon the Government to impose sanctions on Israel in protest at their breach of Lebanese sovereignty »46, ou encore « In a statement last night Ireland Friends of Palestine condemned the Israeli invasion and called on the Government to impose a military and economic boycott on Israel »47. Il convient de souligner que l’argument de la mission des troupes irlandaises au Liban est omniprésent :

  • 48 « Sanctions call », The Irish Times, 17 avril 1982.

The Government has been called on to consider imposing political and economic sanctions against Israel if more attempts are made to invade Lebanon. The call has come from the organisation ‘Ireland Friends of Palestine’ (IFOP). […] ‘There are Irish soldiers who will be in the front line if the Israeli army try to invade further into Lebanon’ […] said Ms Sally Anne Kinehan of the IFOP in a statement48.

  • 49 Fianna Fáil est un parti de centre droit républicain fondé en 1926.
  • 50 Irish Press, 20 septembre 1982.
  • 51 La Irish-Arab Parliamentary Association est un groupe informel d’une vingtaine de députés qui souha (...)
  • 52 « ‘Cancel Israel trip’ call by Israel TD », Irish Press, 20 septembre 1982.
  • 53 « Call off Israel visit Cabinet tells TDs », Irish Press, 21 septembre 1982.
  • 54 « TDs call off visit to Israel », The Irish Independent, 22 septembre 1982.

17Une affaire qui fait couler beaucoup d’encre au moment du conflit au Liban, est l’initiative du parlementaire Fianna Fáil49 Ben Briscoe, issu de la communauté juive irlandaise, de se porter volontaire, en septembre 1982, pour mener une délégation de cinq députés, afin de rendre compte des faits sur place. Cette délégation aurait quitté Dublin le 17 octobre 1982. Il s’agissait d’une visite qui devait avoir lieu suite à l’invitation de l’ambassade israélienne à Londres. Rory O’Hanlon et Colm Hilliard, tous deux députés Fianna Fáil, ainsi qu’Austin Deasy et Alan Shatter, deux députés Fine Gael, se proposaient de participer à cette visite50. Le parti travailliste avait refusé, pour des raisons éthiques, de se joindre à cette initiative. Les associations pro-palestiniennes, aidées dans cette tâche par le Workers’ Party la Irish-Arab Society et la Irish-Arab Parliamentary Association, s’opposent à cette visite, considérant qu’aucun résultat objectif ne pourrait être obtenu d’un voyage financé par Israël51. Le parti Fine Gael est divisé, et le député Larry McMahon annonce qu’il demande au président du parti, Garret Fitzgerald, d’interdire ce qu’il qualifie d’« exercice de propagande »52. Ireland Friends of Palestine se tourne alors vers le gouvernement irlandais pour couper court à cette initiative. La réponse est positive : tout comme le président du Fine Gael, le Premier ministre Charles Haughey (Fianna Fáil, qui fait preuve lors de ses mandats d’une sensibilité toute particulière à la cause arabe, s’oppose à cette visite, jugeant que, dans les circonstances, sans invitation officielle du gouvernement libanais, la délégation ne doit pas se rendre au Liban. Un porte-parole du gouvernement officialise cette position : « If any of the deputies go, they will be going as individuals, and not as representatives of their party. There is no Government involvement in this trip »53. L’annulation de l’envoi de la délégation, qui vient clore la campagne menée par Ireland Friends of Palestine, est qualifiée de « victoire éclatante » par l’association54.

Travail humanitaire

  • 55 Connacht Sentinel, 22 juin 1982.

18Tout comme la Irish-Arab Society, Ireland Friends of Palestine est impliqué dans l’aide humanitaire apportée aux populations du Liban et de la Palestine. Ainsi, l’association a participé à des campagnes pour mobiliser l’opinion et appeler à des donations. Deux causes en particulier ont bénéficié des fonds rassemblés par l’association : la International Red Cross, et l’organisme mis en place au Liban par le Dr Philomena McKenna au début des années 1980. Au moment de l’invasion du Sud du Liban par l’armée israélienne en juin 1982, la trésorière de Irish Friends of Palestine, Nessa Childers, se fait le relais de chèques à destination de la Irish Red Cross, parfois rédigés à l’ordre de l’association, à la suite du lancement de la campagne de solidarité appelée « Lebanon appeal »55. L’appel à la solidarité est publié par lettres dans la presse, comme le montre cet extrait de The Irish Press, publié en juin 1982 :

  • 56 « Friends of Palestine », Irish Press, 17 juin 1982.

Considering the desperate plight of Lebanese and Palestinian victims of this invasion we stress the urgency of the situation and hope you will help to the best of your ability. […] The public can contribute to this campaign by : 1. Making personal conributions ; 2. Organising collections in their local area and workplace ; 3. By seeking support in bodies or organisations in which they are involved56.

  • 57 Leitrim Observer, 25 septembre 1982.
  • 58 Anne Flaherty, « Embassy refuge for Irish doctor », Irish Press, 21 septembre 1982.
  • 59 « Palestinians ‘hated and blamed’ », The Irish Times, 22 avril 1983.

19De son côté, la branche locale d’Ireland Friends of Palestine implantée à Sligo, fondée le 18 juin 1982, a choisi de travailler avec le Dr Philomena McKenna, une jeune femme de la région, originaire de Manorhamilton, dans le comté de Leitrim, qui prodigue ses soins dans le camp de réfugiés palestiniens de Chatila, à Beyrouth. Afin de l’aider à rassembler matériel médical et fonds pour pourvoir aux besoins en logements de fortune, la branche de Sligo d’Ireland Friends of Palestine était, en septembre 1982, parvenue à rassembler 1700 livres de dons, et publiait, par le biais de son secrétaire Declan Bree, un nouvel appel à lever des fonds dans le Leitrim Observer57. À la même période, McKenna se voit obligée de trouver refuge dans l’ambassade norvégienne à Beyrouth, à la suite d’une attaque des milices phalangistes dans l’hôpital géré par la Croix Rouge où elle travaillait. Trois de ses collègues, deux Palestiniens et un Égyptien, sont fusillés par les mêmes milices. Selon Ireland Friends of Palestine, ils sont abattus pendant qu’ils brandissent un drapeau blanc dans l’espoir de protéger leurs patients58. Par la suite, au début du mois d’avril 1983, McKenna est forcée par les autorités israéliennes de quitter le Liban alors que son projet, financé par Oxfam Norvège, Autriche, Belgique, Angleterre et Ireland Friends of Palestine était en cours : « We were employing up to 60 men and building 30 to 40 houses a week. It started just slapping corrugated iron on top of walls, then we built walls, did plastering and started supplying windows and doors »59.

Action directe et influence des syndicats étudiants

  • 60 « Union man seeks Israeli apology », Irish Press, 30 mars 1987.
  • 61 « PLO protest in Dublin », The Sunday Independent, 16 mai 1982.

20Les formes d’action de Ireland Friends of Palestine que nous avons mentionnées jusqu’ici peuvent en partie s’apparenter à celles de la Irish-Arab Society. En revanche, on observe, dans les modalités d’action de l’association la plus récente, une utilisation beaucoup plus fréquente de techniques directes, piquets de protestation et manifestations notamment. On peut y voir l’influence du mouvement syndical, en particulier le mouvement syndical étudiant, milieu dans lequel l’association s’est formée, et dont beaucoup de membres fondateurs sont issus, comme John Mitchell, secrétaire général du syndicat Irish Distributive and Administrative Trade Union60. Ces types d’actions sont plus spontanés et correspondent toujours à des moments de tension dans l’actualité de l’Irlande et du Moyen-Orient. Ainsi, une manifestation contre de récents bombardements israéliens est organisée dans le centre-ville de Dublin, le 15 mai 1982. Le Sunday Independent en présente une photographie dans son édition du 16 mai61.

Illustration 3. Manifestation en soutien à l’Organisation de Libération de la Palestine menée par Ireland Friends of Palestine (voir bannière), le 15 mai 1982, pendant la guerre du Liban, Sunday Independent, 16 mai 1982.

  • 62 « Group plans protests over Herzog’s visit », The Irish Times, 18 juin 1985.
  • 63 Couverture du Phoenix, 21 juin 1985.

21Un des événements les plus marquants en ce sens est la venue en Irlande du Président israélien Chaim Herzog, le 17 juin 1985. Le Président israélien, né à Belfast, est en visite officielle pour 4 jours à Dublin. Ireland Friends of Palestine s’assure du fait qu’Herzog ne se sente pas le bienvenu, après l’action d’Israël au Liban. Sa venue provoque une forte mobilisation de l’association pro-palestinienne, qui crée un sous-groupe pour l’occasion, Friends of Palestine, destiné à coordonner la mobilisation62. La couverture du magazine politique The Phoenix du 21 juin 1985, qui titre « Herzog Comes Home », est révélatrice. Elle montre Chaim Herzog sur le tarmac, qui marche aux côtés de Gerald O’Sullivan, le chef d’état-major des forces de défense irlandaises, et ce dernier lui demande « What do you think of our army ? », ce à quoi le Président répond « They’re good for target practice »63.

Illustration 4. Chaim Herzog le Président israélien, en visite en Irlande, marchant aux côtés de Gerald O’Sullivan, le Chef d’Etat-major des forces de défense irlandaises. The Phoenix, 21 juin 1985.

  • 64 « Irish UN soldier freed », The Irish Times, 10 juin 1985.
  • 65 L'alliance Alignment est liée à l'Israeli Labor Party avec qui elle fusionnera en 1991.
  • 66 « Protest vigil at GPO », The Irish Times, 19 juin 1985.

22L’humour noir souligne que les échauffourées entre les milices chrétiennes, l’armée israélienne, et le contingent irlandais de la FINUL au sud du Liban est à l’origine de tensions diplomatiques qui nourrissent les protestations des associations pro-palestiniennes. Un piquet de contestation anticipant la venue du Président israélien est organisé devant les locaux du ministère des affaires étrangères, l’Iveagh House, le 9 juin 198564. Le 19 juin, des piquets sont organisés devant la General Post Office (GPO), endroit à forte valeur symbolique qui évoque l’insurrection de Pâques en 1916 et la résistance à l’impérialisme britannique. Ces piquets sont renouvelés le jour suivant, ainsi que devant les locaux du Labour à Gardiner Place pour reprocher à ses dirigeants leur rencontre avec Herzog, lui-même engagé dans le parti travailliste Alignment en Israël65. Une procession se rend du Garden of Remembrance, à Parnell Square, qui est dédié à tous ceux qui sont tombés dans la lutte pour la liberté, jusqu’à l’Iveagh House, et la journée se termine avec une veillée à la bougie devant la GPO66. Ces formes d’action novatrices dans le cadre du soutien à la cause palestinienne font dorénavant partie du répertoire d’actions collectives utilisées par les associations contemporaines telles que la Ireland Palestine Solidarity Campaign, fondée au début des années 2000.

Conclusion

23 Malgré cette frénésie de mobilisation en 1985, on ne relève plus d’activité de la Ireland Friends of Palestine après 1988 dans la presse irlandaise. Tout comme le sommet de l’intensité de ses activités correspondait à un pic de violence au Moyen-Orient avec la guerre du Liban, son endormissement progressif correspond à une période d’espoir pour la paix en Palestine. En effet, le début des années 1990 est marqué par la négociation des accords d’Oslo, signés à Washington en 1993 par Yitzhak Rabin et Yasser Arafat sous le patronage de Bill Clinton. Ce n’est que la seconde intifada de 2000 et surtout l’Opération dite « plomb durci » d’Israël dans la bande de Gaza en 2008-2009, qui va réactiver les réseaux de solidarité entre l’Irlande et la Palestine.

24 Ireland Friends of Palestine a succédé à la Irish-Arab Society et a bénéficié de son expérience, tout en développant de nouveaux modes d’action directe, ouvrant la voie aux nouveaux réseaux de solidarité transnationaux après l’an 2000. L’existence de Ireland Friends of Palestine a trouvé son origine dans un pic de violence ponctuel au Liban mais son héritage en termes d’engagement, de discours, d’alliés et de stratégie est toujours d’actualité.

Haut de page

Bibliographie

Allen D. & Pijpers, A., European Policy-Making and the Arab-Israeli Conflict : La Haye, Martinus Nijhoff Publishers, 1984

Cefaï, D., Pourquoi se mobilise-t-on ? Les Théories de l’action collective, Paris : Editions La Découverte, 2007.

Clonan, T., Blood, Sweat and Tears : an Irish Soldier’s Story of Love and Loss, Dublin : Liberties Press, 2013.

Fisk, R., Pity the Nation : Lebanon at War, Oxford : Oxford University Press, 2001 [1990, 1992].

Gillissen, C., « L’Irlande et le Moyen-Orient à l’ONU », pp. 101-118 dans Gillissen, C. (ed.) Ireland : Looking East, Bruxelles : Peter Lang, 2010, pp. 101-118

Harvey, D., Peacekeepers : Irish Soldiers in the Lebanon, Dublin : Merlin, 2001.

Ishizuka, K. « Ireland and International Peacekeeping Operations 1960-2000 : a Study of Irish Motivation », dans Ishizuka, K. et Jeffery, K. (eds.), Ireland and International Peacekeeping Operations 1960-2000, Londres : Frank Cass, 2004, pp. 99-132.

Louvet, M-V, « Shedding Light on the Arab World : the Case of the Irish–Arab News, 1975–85 », Irish Studies in International Affairs, vol. 23, n° 1, 2012, pp. 191-203.

Louvet, M-V, Civil Society, PostColonialism and Transnational Solidarity : The Irish and the Middle East Conflict, London, Palgrave Macmillan, 2016.

Miller, R., « From At Tiri to Qana : the Impact of Peacekeeping in Lebanon on Israeli-Irish Bilateral Relations, 1978-2000 », Israel Affairs, vol. 16, n° 3, 2010 (juillet), pp. 386-405

Miller, R, Ireland and the Palestine Question 1948-2004, Dublin : Irish Academic Press, 2005

Murphy, R, « International Security and United Nations Peacekeeping : The Irish Experience » dans Tonra, B., Kennedy, M., Doyle, J. and Dorr, N. (eds.), Irish Foreign Policy, Dublin : Gill & Macmillan, pp. 169-183

Toura, B. & E. Ward, Ireland in International Affairs : Interests, Institutions and Identities, Dublin : Institute of Public Administration, 2002.

Connacht Sentinel

Leitrim Observer

An Phoblacht

The Irish Times

The Irish Independent

Irish Press

Jewish Telegraphic Agency

Dáil Éireann Debates, vol. 328, 1er avril 1981, « PLO Representation ».

Seanad Debates, vol. 125, col 873 (7 juin 1990).

Dáil Éireann Debates, vol. 415, n° 8, 18 février 1992.

« PLO rep visits Ireland », prospectus imprimé par le Sinn Féin The Workers’ Party

Workers’ Party

, 1981.

« Irish Friends of Palestine », prospectus publicitaire publié par Irish Friends of Palestine, 1981.

Bahrain Declaration, 10 février 1980.

Report of the Commission of Inquiry into the Events at the Refugee Camps in Beirut, Commission Kahan, 8 février 1983.

Haut de page

Notes

1 Miller, R., 2005.

2 L'organisation « Irish Arab Society » fut créée en 1969. Voir Louvet, M-V, 2012, pp. 191-203.

3 L’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) fut fondée en 1964 en Palestine pour résister politiquement et militairement contre l’Etat d’Israël.

4 « Le concept d’action collective renvoie à toute tentative de constitution d’un collectif, plus ou moins formalisé et institutionnalisé, par des individus qui cherchent à atteindre un objectif partagé, dans des contextes de coopération et de compétition avec d’autres collectifs », Cefaï, D, 2007, p. 8.

5 Depuis la fin des années 1950, l’Irlande contribue au fonds des Nations Unies pour les réfugiés et fournit des soldats au Groupe d’Observation des Nations Unies au Liban (GONUL/UNIFIL en anglais), créé par la résolution 128 du Conseil de sécurité. Cette résolution faisait suite à l’appel à l’aide du gouvernement libanais qui subissait de fortes tensions régionales. Celles-ci étaient entretenues par son voisin, la République Arabe Unie, suite à la crise du canal de Suez de 1956, l’épicentre d’un conflit qui a occasionné des répliques dans tout le monde arabe. Tandis que la plupart des Libanais musulmans, alors en minorité, souhaitaient rompre les relations diplomatiques avec la France et le Royaume-Uni et fusionner le pays avec la République Arabe Unie, le président Camille Chamoun, ainsi que la communauté chrétienne majoritaire dont il faisait partie, ne souhaitaient pas s’engager sur cette voie. S’ensuivit une campagne de violence et de tentatives de déstabilisation du régime pendant quelques mois, encouragées par l’armement de factions musulmanes par la RAU. Après l’intervention internationale, la situation fut rapidement apaisée, et le 9 décembre 1958, la GONUL estima que sa mission était accomplie et opéra un retrait. Voir Murphy, R., 2012, pp.177-182.

6 Suite à la Guerre du Kippour, l’Irlande envoie un contingent en octobre 1973 dans le Sinaï, pour réguler le cessez-le-feu entre l’Egypte et Israël. Toutefois, après le déroulement d’attentats sur le sol irlandais, à Dublin et à Monaghan, le 17 mai 1974, le gouvernement met fin à sa participation pour se concentrer sur la sécurité intérieure. Voir Toura, B. & Ward, E, 2002, p.22.

7 La guerre civile au Liban (1975-1990) oppose les chrétiens et les musulmans, dont le nombre est accru par l'exode des Palestiniens provoqué par le conflit israélo-palestinien. Les vagues d'immigration s'amplifient après 1967 (Guerre des Six Jours) ce qui provoque la création de nombreux camps de réfugiés palestiniens au Liban où l'OLP recrute.

8 Résolution 425 du Conseil de sécurité de l’ONU, adoptée le 19 mars 1978.

9 Ishizuka, K., 2004, pp.99-132.

10 Fisk, R., 2001 [1990, 1992], p.154 et « Crisis in Lebanon », An Phoblacht, 26 avril 1980.

11 De Facto Force est la milice chrétienne dirigée par Saad Haddad avant la formation de la South Lebanon Army en 1979-1980. Fisk, R., 2001 [1990, 1992], p.152.

12 Bahrain Declaration, 10 février 1980.

13 « Haddad accuses Irish in Lebanon », The Irish Times, 29 avril 1980.

14 Harvey, D., 2001, p.7.

15 Report of the Commission of Inquiry into the Events at the Refugee Camps in Beirut, Commission Kahan, 8 février 1983.

16 Fine Gael est un parti de centre-droit fondé en 1933.

17 Seanad Debates, vol.125, col 873 (7 juin 1990).

18 Gillissen,C., 2010, pp. 101-118.

19 Miller, R., 2010, p.389.

20 Clonan, T., Blood, Sweat and Tears: an Irish Soldier’s Story of Love and Loss, 2013, p.14.

21 Ishizuka, K., 2004, p. 125.

22 Jim Cusack, « Lebanon deaths case in court, 22 years on: families want explanation on how Irish soldiers died », The Irish Independent, 3 avril 2011.

23 « Ireland Friends of Palestine », The Irish Times, 11 mars 1981. Dublin est la base principale du mouvement qui s’organisera aussi, progressivement, en branches locales.

24 A partir de 1977, l’Official Sinn Féin prend le nom de  « Sinn Féin The Workers’ Party », pour devenir « The Workers’ Party » en 1982.

25 Louvet, M-V, 2016, pp. 38-41.

26 Seumas Phelan, « PLO leaders coming to Dublin », The Irish Times, 19 février 1981.

27 « PLO rep visits Ireland », prospectus imprimé par le Sinn Féin The Workers’ Party, 1981.

28 Le titre exact est Chair of Official Sinn Féin International Affairs Committee.

29 Seumus Phelan, « PLO leaders coming to Dublin », The Irish Times, 19 févier 1981.

30 « to promote understanding between the Irish and Palestinian peoples » voir « PLO calls for greater links with Ireland », Irish Press, 10 mars 1981

31 « Irish Friends of Palestine », prospectus publicitaire publié par Irish Friends of Palestine, 1981.

32 « PLO calls for greater links with Ireland », Irish Press, 10 mars 1981.

33 « a significant and progressive step » voir Philip Molloy, « PLO ‘now recognised by the State’ », Irish Press, 13 mars 1981. 

34 Dáil Éireann Debates, vol.328, 1er avril 1981, « PLO Representation ».

35 Maurice Samuelson, « Thatcher Gives Green Light to Her Minister to Hold Talks with Arafat

Arafat, Yasser

or Other PLO Officials », Jewish Telegraphic Agency, 16 mars 1981.

36 « Union man seeks Israeli apology », Irish Press, 30 mars 1987.

37 Dáil Éireann Debates, vol.415, n°8, 18 février 1992.

38 The Irish Times, 12 mars 1981.

39 The Irish Times, 10 novembre 1981.

40 The Irish Times, 19 mars 1983.

41 « Nationalism in Israel », The Irish Independent, 4 juin 1981.

42 « Israelis resume bombing », Irish Press, 31 juillet 1982.

43 « Palestine meeting », An Phoblacht, 22 mai 1986, p.6.

44 « Ireland, Israel and the PLO », The Irish Times, 22 mai 1981.

45 « Palestinian revolt », The Irish Times, 24 octobre 1988.

46 The Irish Independent, 8 juin 1982.

47 Irish Press, 8 juin 1982.

48 « Sanctions call », The Irish Times, 17 avril 1982.

49 Fianna Fáil est un parti de centre droit républicain fondé en 1926.

50 Irish Press, 20 septembre 1982.

51 La Irish-Arab Parliamentary Association est un groupe informel d’une vingtaine de députés qui souhaitent développer les liens avec le monde arabe et défendre la cause palestinienne, dans les années 1980. voir Allen, D. et Alfred Pijpers, 1984, p.23.

52 « ‘Cancel Israel trip’ call by Israel TD », Irish Press, 20 septembre 1982.

53 « Call off Israel visit Cabinet tells TDs », Irish Press, 21 septembre 1982.

54 « TDs call off visit to Israel », The Irish Independent, 22 septembre 1982.

55 Connacht Sentinel, 22 juin 1982.

56 « Friends of Palestine », Irish Press, 17 juin 1982.

57 Leitrim Observer, 25 septembre 1982.

58 Anne Flaherty, « Embassy refuge for Irish doctor », Irish Press, 21 septembre 1982.

59 « Palestinians ‘hated and blamed’ », The Irish Times, 22 avril 1983.

60 « Union man seeks Israeli apology », Irish Press, 30 mars 1987.

61 « PLO protest in Dublin », The Sunday Independent, 16 mai 1982.

62 « Group plans protests over Herzog’s visit », The Irish Times, 18 juin 1985.

63 Couverture du Phoenix, 21 juin 1985.

64 « Irish UN soldier freed », The Irish Times, 10 juin 1985.

65 L'alliance Alignment est liée à l'Israeli Labor Party avec qui elle fusionnera en 1991.

66 « Protest vigil at GPO », The Irish Times, 19 juin 1985.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Illustration 1. Ireland Friends of Palestine organise aussi une réception en l’honneur de Nabil Ramlawi à l’hôtel Shelbourne, a Dublin, le 9 mars 1981. On le voit ici poser avec Máirin De Burca, la directrice du comité international du parti marxiste Official Sinn Féin dès sa création en 1976, comme le sera plus tard Gerry Grainger.28
URL http://journals.openedition.org/osb/docannexe/image/2934/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
URL http://journals.openedition.org/osb/docannexe/image/2934/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Illustration 2. Nabil Ramlawi, le représentant de l’OLP à Londres, en compagnie de Máirin De Burca du Sinn Féin The Workers’ Party lors d’une rencontre de l’ Irish Friends of Palestine (Ireland Friends of Palestine) à l’Hôtel Shelbourne, à Dublin, le 9 mars 1981. The Irish Times, 10 mars 1981.
URL http://journals.openedition.org/osb/docannexe/image/2934/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende Illustration 3. Manifestation en soutien à l’Organisation de Libération de la Palestine menée par Ireland Friends of Palestine (voir bannière), le 15 mai 1982, pendant la guerre du Liban, Sunday Independent, 16 mai 1982.
URL http://journals.openedition.org/osb/docannexe/image/2934/img-4.png
Fichier image/png, 184k
Légende Illustration 4. Chaim Herzog le Président israélien, en visite en Irlande, marchant aux côtés de Gerald O’Sullivan, le Chef d’Etat-major des forces de défense irlandaises. The Phoenix, 21 juin 1985.
URL http://journals.openedition.org/osb/docannexe/image/2934/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Violaine Louvet, « Ireland Friends of Palestine 1981-1988 : Guerres du Liban et activisme pro-palestinien en République d’Irlande », Observatoire de la société britannique, 23 | 2018, 35-57.

Référence électronique

Marie-Violaine Louvet, « Ireland Friends of Palestine 1981-1988 : Guerres du Liban et activisme pro-palestinien en République d’Irlande », Observatoire de la société britannique [En ligne], 23 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/osb/2934 ; DOI : 10.4000/osb.2934

Haut de page

Auteur

Marie-Violaine Louvet

Maître de conférences en civilisation irlandaise à l'Université Toulouse 1 Capitole

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • OpenEdition Journals