Navigation – Plan du site

Cartographie de l’espace citoyen anti-austérité au Royaume-Uni depuis la crise de 2008

Clémence Fourton
p. 83-104

Résumé

La crise économique de 2008 et les politiques d’austérité qui l’ont suivie à partir de 2010 ont donné lieu au Royaume-Uni à une contestation citoyenne importante, tant à l’échelle nationale que locale. Cet article procède en deux temps, donnant d’abord des repères quant aux dates et lieux d’activités des groupes puis en proposant une typologie de ceux-ci. Les groupes actifs depuis 2008 ont été majoritairement créés après l’arrivée au pouvoir du gouvernement de coalition en 2010, et sont, à l’échelle locale, principalement concentrés dans des zones urbaines. On distingue quatre grands types de groupes : les œuvres caritatives, les groupes thématiques, généralistes, et communautaires. Que ce soit par la modification des objectifs des groupes existants, la création de nouvelles structures ou l’articulation d’enjeux antérieurs à de nouvelles questions politiques, le paysage contestataire citoyen britannique est marqué par une reconfiguration importante dans le contexte de la lutte contre les effets de la crise et des politiques de crise.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Farnsworth, K., Irving, Z., « Varieties of crisis, varieties of austerity: social policy in challen (...)
  • 2 Atkinson, W., Robert, S., Savage, M., (eds), Class Inequality in Austerity Britain – Power, Differe (...)

1Après le krach boursier de septembre 2008 et la récession économique qui a suivi, la gestion de la crise économique au Royaume-Uni a d’abord pris la forme du sauvetage des banques à grands frais et d’une politique macroéconomique d’inspiration keynésienne, avant de faire place, avec l’arrivée au pouvoir en mai 2010 de la coalition composée des Libéraux-Démocrates et des Conservateurs, à une phase d’austérité budgétaire. Parmi toutes les « variétés d’austérité »1 observées dans les pays d’Europe depuis 2008, le Royaume-Uni s’est distingué par la mise en place d’une politique d’austérité marquée par des coupes budgétaires massives et socialement régressives2. La définition de l’austérité retenue dans le cadre de cet article n’inclut pas seulement les réductions budgétaires. Elle comprend également les réformes structurelles de l’État social, notamment la réforme de la protection sociale de 2012 (Welfare Reform Act) qui a induit un durcissement des conditions d’accès aux transferts de paiement (minimas sociaux, allocations aux personnes handicapées…). Elle englobe aussi la hausse des frais d’inscription à l’université qui date de 2010, permise par l’amendement à une loi de 2004 (Education Act) ; et enfin des privatisations ayant pour but d’obtenir une rentrée d’argent rapide en opérant un transfert de la propriété et de la gestion de certains services et biens publics au secteur privé, comme celle des services postaux (Royal Mail) en 2013.

2La contestation de ces politiques d’austérité a été vive, soutenue, et multiforme. Ici, nous nous concentrons sur la contestation de ces politiques telle qu’elle s’est organisée hors des partis et des syndicats, en faisant l’hypothèse que le paysage de la contestation « citoyenne » a été bouleversé par ces nouveaux enjeux oppositionnels. Cet article propose donc d’établir une cartographie politique de l’espace citoyen anti-austérité, d’abord en fournissant des repères chronologiques et spatiaux afin de situer le rôle de cette contestation dans le processus politique, puis en proposant une typologie des différents groupes actifs contre les effets de la crise ou les politiques de crise depuis 2008.

3Cette étude s’appuie sur une base de données réalisée par l’auteure, qui répertorie les organisations citoyennes ayant été actives depuis 2008. Celle-ci ne saurait prétendre constituer un recensement exhaustif, mais elle est néanmoins suffisamment systématique pour permettre de dégager des tendances quant aux caractéristiques de la contestation. Les groupes ont été retenus pour la base de données selon le critère de participation, à un quelconque degré, aux mouvements de contestation des effets de la crise ou des politiques de crise depuis 2008. Plusieurs sources ont été utilisées pour construire cette base de données à partir de ce critère. La première source est une base de données établie par David Bailey3, qui recense les événements protestataires ayant eu lieu depuis le début des années 1980s à partir de leur couverture médiatique, selon l’approche par événements protestataires (protest-event analysis)4. On y a donc relevé toutes les structures mentionnées dans des événements en lien avec la crise ou les politiques de crise, soit 28 éléments. Le second type de sources correspond aux listes de structures contestataires dressées par les acteurs eux-mêmes, qui indiquent que les groupes sont reliés par des réseaux plus ou moins informels. Certains sites sont spécialisés dans la coordination de la contestation, et comportent des listes entières à destination de militant(e)s ou futur(e)s militant(e)s, notamment Boycott Workfare5 et False Economy6, ainsi qu’une carte interactive. Enfin, des sources diverses sont venues compléter ce recensement : Twitter et Facebook, notamment via les suggestions se fondant sur des recherches antérieures ; des lettres ouvertes publiées dans la presse et signées par de nombreuses organisations, notamment « Anti-cuts groups say no to private sector »7.

4La constitution de la base de données s’est donc faite sur des critères pragmatistes – les groupes actifs depuis 2008 – et interactionnistes –les groupes mentionnés par les acteurs eux-mêmes. Ces deux critères étaient volontairement lâches, pour permettre à différents répertoires d’action et registres de participation d’être représentés, ce qui est effectivement le cas dans la liste finale, qui compte 114 organisations.

Repères spatiaux et chronologiques

5On s’est d’abord interrogé sur le rapport des organisations recensées au contexte économique et politique : afin de déterminer la façon dont s’articulent le déclenchement de la crise (2008), l’annonce des premières mesures d’austérité (2010), le gros de leur entrée en vigueur (2012) et l’activité des groupes contestataires, on a observé la date de création de ceux-ci, qui donne une indication quant au rôle qu’ils jouent ou entendent jouer dans le processus politique.

6La répartition chronologique des créations de groupes est sans appel : les structures actives contre la crise et ses effets ont très majoritairement été créées en 2010 et 2011. Pour des raisons de lisibilité, on a omis dans le graphique ci-dessous (Figure 1) les créations antérieures à 1980, qui concernent une dizaine d’organisations, réparties sur plus de 100 ans. La plus ancienne d’entre elles est la création de l’organisation The Fawcett Society, qui remonte à 1866. Cette répartition suggère que ce n’est pas tant le déclenchement de la crise elle-même que les politiques de crise de la Coalition menée par David Cameron qui déclenchent la création des organisations qui vont former la majeure partie de la contestation : entre 2010 et 2011, on voit apparaître 50 nouvelles structures, et l’ensemble des groupes créés depuis 2010 représentent 73 éléments sur les 114 répertoriés.

7Parmi ces structures nationales, nombreuses sont celles qui ont des déclinaisons locales, échelle à laquelle s’organise concrètement l’opposition à l’austérité. On a donc établi une seconde liste, à partir de notre recensement national, afin de localiser leurs sections locales. À ces sections locales se sont ajoutés les groupes locaux ad hoc, qui représentent environ la moitié des organisations locales, et qui ont été créés indépendamment d’une structure nationale.

8Ces collectifs peuvent alors rassembler des personnes sur des territoires plus ou moins étendus. Ainsi à Londres ils se constituent à l’échelle du borough (Ealing Alliance for Public Services) ; les villes constituent une échelle de regroupement privilégié (Southampton Women Against the Cuts) ; de même que les comtés (Gloucestershire Against the Cuts), et parfois les grandes régions (National Campaign Against Fees and Cuts Midlands). Certains regroupements ne suivent pas les découpages administratifs et correspondent à des espaces historiquement ou culturellement saillants pour les acteurs (Spen Valley Against the Cuts).

9Ce comptage est nécessairement incomplet : les groupes locaux sont parfois très informels, leur visibilité et leur pérennité, très variables. Néanmoins, le grand nombre de structures répertoriées (545) permet de mettre au jour des tendances quant à leur répartition géographique. On constate d’abord que les organisations locales sont concentrées dans trois zones principales. L’agglomération londonienne en premier lieu, qui rassemble des acteurs sur des enjeux thématiques, surtout autour de la question du logement. Deux bassins urbains ensuite : l’un au centre de l’Angleterre autour du couple Birmingham-Leicester et l’autre dans le nord autour de Manchester, Sheffield, Leeds et Liverpool.

Figure 2  : Répartition géographique des collectifs locaux anti-austérité (total : 545)

Figure 2  : Répartition géographique des collectifs locaux anti-austérité (total : 545)
  • 8 Camp-Piétrain, E., « Les effets de la crise économique et financière sur les questions constitution (...)

10En outre, l’activité militante relativement faible dans les nations autres que l’Angleterre peut s’expliquer par le fait que la moitié des structures locales répertoriées ici sont, on l’a dit, des sections locales de groupes nationaux tels que The People’s Assembly Against Austerity ou Keep Our NHS Public. Or, les organisations nationales britanniques ont très souvent beaucoup plus de branches locales en Angleterre que dans le reste du pays. Par exemple, The People’s Assembly compte 78 antennes en Angleterre, 12 au Pays de Galles, 4 en Écosse et aucune en Irlande du Nord. Au-delà des disparités de population à l’échelle du pays, le fait que des questions telles que la santé ou l’éducation soient du ressort législatif des nations induit une différenciation des politiques publiques et donc de la contestation. Enfin, on peut avancer que le faible nombre de groupes anti-austérité relevés en Écosse relativement à l’importance qu’y ont ces questions dans le débat public s’explique par le fait que la contestation des politiques budgétaires y prend d’autres formes, notamment celle de l’indépendantisme, capté en grande partie par le parti nationaliste écossais (Scottish National Party)8.

Typologie de l’espace citoyen depuis la crise de 2008

  • 9 Baggot, R., Pressure Groups Today, Manchester: Manchester University Press, 1995. Baggott répertori (...)

11Ces repères temporels et géographiques posés, il s’agit maintenant d’entrer dans le détail de cette nébuleuse d’organisations nationales, en y cherchant divergences et régularités. Pour s’orienter dans l’espace de la contestation des politiques d’austérité en dehors des partis et des syndicats, plusieurs lignes de partage peuvent être dégagées. Dans la littérature des groupes de pression (ou groupes d’intérêt, selon les auteur(e)s), les deux principaux critères présidant à des typologies portent l’un sur la structure organisationnelle de ces entités et l’autre sur leur place dans le processus politique9.

  • 10 Stewart, J., British Pressure Groups, Oxford: Clarendon, 1958.
  • 11 Grant, W., Pressure Groups, Politics and Democracy in Britain, Hemel Hempstead: Harvester Wheatshea (...)

12En ce qui concerne la structure des organisations, par-delà les variations terminologiques, les auteur(e)s distinguent celles qui rassemblent leurs membres autour d’une cause commune et celles qui recrutent sur une appartenance sociale commune10. On ajoutera ici, parmi les groupes défendant une cause, une distinction entre ceux qui sont généralistes et ceux qui sont thématiques. Pour ce qui est de la place de ces organisations dans le processus politique, c’est le degré d’institutionnalisation et d’intégration aux structures décisionnaires qui est considéré comme déterminant, entre outsiders et insiders11. On prendra ici également en compte la date de création des organisations impliquées dans la contestation anti-austérité, déjà évoquée.

  • 12 Grossman, E., Saurugger, S., Les groupes d'intérêt – action collective et stratégies de représentat (...)

13Enfin, on retiendra deux éléments considérés comme déterminants dans une perspective théorique de mobilisation des ressources : le répertoire d’action des collectifs et les moyens dont ils disposent, notamment financiers. Leur succès sur les réseaux sociaux que sont Facebook et Twitter, qui fournissent une indication du nombre de sympathisant(e)s et de l’écho rencontré par les groupes, nous renseigne sur leurs ressources sociales et sociétales12. Un certain nombre de critères ont été évacués au fur et à mesure de la création de la typologie. On a écarté pour les classifier la façon dont les organisations se présentent elles-mêmes, entre « coalition of groups », « campaign » et « group ». La différence étant difficile à établir et ne décrivant pas nécessairement bien la réalité des pratiques des acteurs, on l’a abandonnée. Par exemple, le groupe Keep Our NHS Public se définit comme une coalition. Dans les faits cependant il fonctionne avec des sections locales qui rassemblent des individus qui ne se présentent pas clairement comme porteurs du mandat d’une autre organisation.

14Finalement, en croisant ces différents critères, on peut distinguer quatre types de structures dans l’espace pertinent. Elles se répartissent ainsi :

  • 10 œuvres caritatives (charities), de taille importante, dont la création est largement antérieure à la crise de 2008.

  • 62 collectifs thématiques, qui rassemblent autour de la santé, l’éducation, la culture, le climat, le logement, la justice, la pauvreté, l’emploi, les élites, les forêts, et un certain nombre de causes représentées de manière marginale.

  • 15 organisations généralistes qui portent un projet politique global.

  • 27 groupes identitaires (identity-based) dont les membres appartiennent à une catégorie de population homogène.

Type 1 : Les œuvres caritatives : une opposition dans la continuité

  • 13 « Staff », Citizens UK, http://www.citizensuk.org/staff, consulté le 3 février 2018.
  • 14 Distinction établie par Tom Shakespeare entre deux types de groupes d'intérêt, dans le cas des mouv (...)

15Le premier type d’organisation qu’il s’impose de distinguer est celui des œuvres caritatives, de taille imposante, qui existaient bien avant 2008, telles que The Fawcett Society, créée en 1866 et Action for Children, créée en 1869. Ces associations ont un statut légal homogène (registered charities, registered companies) et disposent d’importantes ressources financières et humaines : Citizens UK a ainsi 70 salarié(e)s, et un budget annuel de 4 millions de livres13. Pour ces organisations, l’appartenance à la catégorie de population qu’elles défendent n’est pas un critère d’adhésion : c’est bien la cause commune qui rapproche leurs membres, qui y trouvent un intérêt subjectif et non objectif14. Elles ont également en commun de fournir souvent des services « en nature », sous la forme de soutien matériel ou psychologique aux personnes auxquelles elles s’adressent.

  • 15 Par exemple, Bubb, S., « The 'big society' means little when charities are suffering », The Guardia (...)

16À l’exception de Citizens UK qui a une approche assez généraliste à rapprocher de la pratique d’organisation des communautés (community organizing) à l’américaine, ces œuvres caritatives rassemblent autour d’un thème précis. Ce sont principalement les femmes et les enfants qui les mobilisent. Elles défendaient déjà ces catégories de population avant le déclenchement de la crise et de l’austérité, et elles ont donc continué leur action dans la continuité de leur activité antérieure. Le gouvernement Cameron-Clegg a placé ces organisations dans une position ambivalente. D’un côté, David Cameron a déployé sur le plan idéologique une rhétorique autour de son projet baptisé « The Big Society », qui valorise le rôle que le secteur caritatif doit jouer dans la provision sociale. De l’autre, les politiques d’austérité ont augmenté les difficultés sociales des bénéficiaires des œuvres caritatives, tout en diminuant les ressources économiques de ces dernières, ce qui a donné lieu à un certain nombre de prises de position publiques de personnalités du secteur afin de mettre le gouvernement face à ses contradictions15. Dans l’ensemble, ces organisations, plus institutionnalisées que les autres, ne revendiquent pas leur action récente en termes d’opposition à l’austérité, mais celle-ci a bien une incidence sur les orientations de leurs activités : ainsi c’est le contexte politique et économique qui a poussé la structure Women’s Ressource Centre à mettre sur pied en 2015, avant les élections, une campagne spécifique, A Fair Deal for Women, qui rassemble 13 organisations caritatives de défense des droits des femmes, et qui constitue un prolongement conjoncturel de son fonctionnement habituel.

Type 2 : les collectifs thématiques informels : création en fonction de l’actualité politique

  • 16 Simpson, A., « Sir Fred Goodwin attack: Bank Bosses Are Criminals group claims responsibility », Th (...)

17Environ la moitié des organisations répertoriées sont des collectifs thématiques ad hoc, qui se concentrent sur un seul sujet touché par la crise ou les politiques de crise : éducation, santé, forêts, etc. Légalement, ces groupes, au degré de structuration variable, n’ont pas le statut des œuvres caritatives, et ont des ressources financières bien moindres que ces dernières. Leur audience est parfois très variable pour des groupes portant sur un même thème, de quelques centaines d’abonnés sur Twitter pour NHS Alert à quelques dizaines de milliers pour 999 Call for the NHS. Les répertoires d’action auxquels ils ont recours vont de l’écriture d’articles sur un blog comme Boycott Workfare, à l’action directe avec destruction de propriété comme ce fut le cas avec l’attaque de la maison de Fred Goodwin, ancien banquier, par le collectif Bank Bosses are Criminals à Édimbourg en 200916. Certaines régularités se dégagent dans les modes d’action privilégiés par les différents collectifs thématiques.

  • 17 Doherty, B., Plows, A., Wall, D., « Environmental direct action in Manchester, Oxford and North Wal (...)
  • 18 Riley, T., « It makes me sick », NewStatesman, 14 juillet 2011, <https://www.newstatesman.com/blogs (...)

18Notons d’abord la pratique, extrêmement courante, qui consiste à tenter d’influencer le processus parlementaire, en envoyant des lettres aux député(e)s, en relayant des pétitions. Le but est alors de susciter un débat au parlement, d’obtenir des député(e)s qu’ils et elles soutiennent certains amendements à la Chambre des Lords, ou encore de les rencontrer. Ces lettres et pétitions sont très fréquentes indépendamment des ressources matérielles dont dispose le collectif et de sa thématique. Ensuite, les groupes écologistes britanniques ont une tradition d’action directe qui remonte aux années 199017 et qui se retrouve dans les groupes étudiés : Climate Rush, dirigé par Tamsin Omond, s’est ainsi rendu célèbre par ses actions spectaculaires. En 2011, le collectif manifestait pour dénoncer la pollution atmosphérique à Londres, dont les effets sont aggravés par les mesures d’austérité qui touchent le système de santé. À cette occasion, les militant(e)s s’étaient couché(e)s sur la voie publique, montrant ainsi le danger de mort que représente la pollution18.

  • 19 Appel à contribution au livre blanc alternatif, <http://publicuniversity.org.uk/2011/07/08/an-alter (...)
  • 20 Site du groupe Council for Defence of British Universities, <http://cdbu.org.uk/, consulté le 7 fév (...)
  • 21 Brown, M., « Anti-cuts protesters hijack £44m contemporary art sale », The Guardian, 16 février 201 (...)
  • 22 « 'Jarrow March' ends in pro-NHS rally in London », BBC, 6 septembre 2014, <http://www.bbc.com/news (...)
  • 23 Page, B., « Protests across the UK expected for Save Our Libraries Day », The Guardian, 4 février 2 (...)
  • 24 Page, L., « Intern protests: 'All I want for Christmas is pay' », The Guardian, 16 décembre 2013, <(...)

19Les regroupements d’universitaires ont quant à eux tendance à préférer la diffusion d’informations : The Campaign for Public University a ainsi participé en 2011 à la création d’un livre blanc alternatif de l’enseignement supérieur19, tandis que Council for the Defence of British Universities20, créé en 2012, est un site d’information sur la lutte contre la marchandisation de l’enseignement supérieur. Notons encore le recours à la mise en scène, à la performance, au symbolique, dans nombre de collectifs par-delà les thématiques et professions : en 2011 Arts Against Cuts a envahi la salle de vente aux enchères Sotheby’s21 et organisé devant le bâtiment une mise aux enchères des services publics. De leur côté les défenseurs du service de santé ont suivi les pas des ouvriers affamés qui en 1936 marchèrent sur Londres (Jarrow March) en Septembre 201422. Sur le front de la défense des bibliothèques, les militant(e)s organisent régulièrement à partir de 2011, notamment à l’initiative d’Alan Gibbons, qui est derrière Campaign for the Book, des lectures publiques (read-ins)23. Enfin les jeunes précaires qui forment Future Interns ont entonné en chœur, en décembre 2013 dans une galerie d’art de Londres, « All I want for Christmas is Pay », déguisé(e)s en Pères et Mères Noël24.

  • 25 Kober-Smith, A., Le système de santé anglais à l’épreuve des réformes managériales, Rennes : Presse (...)

20Si l’on croise la thématique de ces collectifs avec leur date de création, on voit apparaître différentes dynamiques. Certains thèmes étaient déjà portés avant la crise, et suscitent la création de nouvelles organisations après 2008 : le climat, le logement, les enfants, et dans une large mesure la santé et l’éducation. Par exemple, dans le cas de la santé, Health Emergency existe depuis 1983, et a été très actif sur certaines luttes locales telles que la défense de l’hôpital de Lewisham à Londres. Keep Our NHS Public s’oppose depuis 2005 aux réformes du système de santé anglais, qui ont été caractérisées par une inflation managériale et le développement d’un marché interne25. Ces deux structures ont été rejointes par 5 autres depuis 2010 : NHS Alert en 2011, 999 Call for the NHS en 2013, qui se concentre sur l’opposition à la réforme de 2012 (Health and Social Care Act), People’s Vote for the NHS créé en 2014 à la suite d’une scission avec le groupe précédent, Docs Not Cops créé en 2014, et Stop HIV Cuts créé en 2016.

  • 26 Porter, A., « Government abandons forest sell-off », The Telegraph, 17 février 2011, <http://www.te (...)

21Certaines thématiques absentes du paysage revendicatif avant 2008 émergent dans les deux premières années de la crise, avant 2010 : c’est le cas du secteur culturel, de la lutte pour la défense de l’emploi et de la lutte contre les élites. Apparaissent ainsi en 2009 Bank Bosses are Criminals, Right to Work, et Youth Fight for Jobs. Ceci traduit les préoccupations qui se font jour au moment de la crise financière, du renflouement des banques et de la récession qui s’étend sur cinq trimestres entre 2008 et 2009, avant même l’arrivée au pouvoir de la coalition en mai 2010. Enfin certaines thématiques ne suscitent la contestation qu’à partir de 2010, lorsqu’elles sont touchées par les politiques d’austérité de la coalition : la justice, avec la défense de l’aide juridictionnelle portée par Justice for All (2010), Justice Alliance, Save Justice UK et Save UK Justice, tous créés en 2013, et la défense du parc forestier. Suite à l’annonce de la privatisation imminente des forêts à l’automne 2010, sont ainsi apparus en quelques mois toute une série de groupes (Hands Off Our Forests, Save Britain’s Forests, Save Our Forests en 2010, puis Save England’s Forests et Save Our Woods en 2011), qui ont finalement obtenu gain de cause car le gouvernement a fait marche arrière début 2011 et renoncé à son projet de privatisation26. Ces collectifs thématiques sont très réactifs : en fonction de l’actualité politique et de l’agenda des réformes, ils naissent, sont très mobilisés et disparaissent à nouveau.

Type 3 : Les organisations généralistes : sur les terres des partis ?

22À ces collectifs thématiques viennent s’ajouter des organisations généralistes, qui ne traitent pas une question en particulier, mais affichent un objectif de transformation sociale plus large, et organisent des actions et événements tantôt globaux et tantôt ciblés. Sur les 15 structures généralistes actives depuis 2008 que l’on a relevées, deux existaient avant le début de la crise économique : le collectif anarchiste Class War créé en 1983, et le groupe de hackers Anonymous, formé en 2003. Entre le début de la crise et l’arrivée au pouvoir de la coalition, deux créations d’importance ont eu lieu. En 2008 : The People’s Charter, organisation menée notamment par Ken Loach, Billy Bragg et d’autres personnalités de gauche, qui visait à rassembler des organisations et des individus, autour d’une charte modelée sur les revendications des Chartistes de 183927. Cette initiative unitaire est ensuite dissoute en 2013 dans la structure The People’s Assembly Against Austerity. À noter enfin la création de 38 Degrees en 2009, qui s’organise principalement sur Internet, et encourage ses membres à écrire massivement aux député(e)s. Ceci lui confère une très forte faculté de mobilisation virtuelle28.

  • 29 McVeigh, T., « UK Uncut targets Topshop and Vodafone over tax arrangements », The Guardian, 4 décem (...)
  • 30 Pickerill J., Krinsky, J., Hayes, G., Gillan, K., Doherty, B., (eds), Occupy! A Global Movement, Ne (...)

23À partir de 2010, les organisations généralistes se multiplient. Citons parmi les plus fédératrices : National Campaign Against Fees and Cutsune, structure étudiante très active durant les grandes mobilisations de l’automne 2010, UK Uncut, groupe d’action directe rendu célèbre par l’occupation de magasins Vodafone pour protester contre l’évasion fiscale en 201029 et qui a de nombreuses ramifications locales, et The People’s Assembly Against Austerity qui est l’une des organisations majeures de la lutte contre l’austérité. Enfin on considère que les rassemblements organisés dans le cadre du mouvement Occupy tel qu’il s’est décliné à Londres au cours de l’année 2011 peuvent être assimilés à ces groupes généralistes. À l’échelle mondiale, l’ensemble des mobilisations s’étant donné le nom et le répertoire d’action des campements new-yorkais appelés « Occupy Wall Street » sont considérées comme faisant partie du même mouvement30. En revanche, à l’échelle nationale, la version britannique du mouvement s’est organisée avec des assemblées générales régulières, un site web et une page Facebook qui ont perduré, ce qui nous incite, dans le cadre de cette typologie, à rapprocher Occupy London des autres organisations anti-austérité généralistes répertoriées. Uk Uncut, 38 Degrees et Occupy London totalisent chacune plus de 100 000 likes sur Facebook, ce qui est révélateur de leur succès populaire et de leur capacité à rassembler autour d’enjeux généraux.

  • 31 Charlot, J., Charlot, M., « Les groupes politiques dans leur environnement », in Traité de Science (...)
  • 32 Offerlé, M., Sociologie des groupes d'intérêt, Paris : Montchrestien, 1994, p. 23-24.
  • 33 « What's wrong with the People's Charter », Worker's Liberty, 23 juin 2009, <http://www.workerslibe (...)

24Ces organisations ne sont pas des partis politiques, car elles ne cherchent pas la conquête du pouvoir, ligne de démarcation fondamentale entre partis et groupes de pression31. Toutefois, certaines d’entre elles ont des points de convergence avec les partis32. D’abord, certaines sont des émanations plus ou moins directes et plus ou moins officielles de partis politiques : People’s Charter, entretient de forts liens avec le Parti communiste britannique (Communist Party of Britain), certain(e)s de ses opposant(e)s allant jusqu’à dire que c’est lui qui a créé ce groupe33, de même pour Coalition of Resistance qui date de 2010, dont les membres fondateurs sont des anciens du parti trotskyste Socialist Workers Party.

25Au-delà de ces liens organisationnels, personnels et idéologiques, certains objectifs rapprochent organisations citoyennes et partisanes en ceci que toutes portent un projet de transformation sociale large. Tout en se positionnant à l’extérieur des canaux politiques institutionnels, les collectifs citoyens espèrent influencer le processus électoral. Par exemple, à Cambridge, la section locale de l’organisation People’s Assembly appelle ses membres à prendre part aux débats organisés en amont de l’élection législative de 2015 pour faire entendre leur voix anti-austérité, tout en insistant sur son indépendance politique, garante de la cohésion du groupe34. Enfin, certains groupes, comme UK Uncut, mettent un point d’honneur à insister sur l’écart qui les sépare de la politique traditionnelle35.

Type 4 : les groupes « identitaires » : de la défense d’intérêts particuliers à l’intérêt général ?

26Enfin, le quatrième type d’organisations que l’on distingue est celui des groupes « identitaires », qui rassemblent leurs membres sur la base d’une appartenance commune à un groupe social minoritaire. Les discriminations donnant lieu à la création de ces collectifs qui s’inscrivent toujours dans le cadre de la lutte contre les effets de la crise et les politiques de crise sont le genre, la « race » (selon la terminologie britannique), la sexualité, et le handicap.

  • 36 Shakespeare, T., Op. Cit..
  • 37 Gentleman, A., « Work capability assessments decision follows years of criticism », The Guardian, 2 (...)
  • 38 Dathan, M. « Police clash with disabled protesters as they try to storm House of Commons chamber du (...)

27Deux éléments d’analyse s’imposent ici : la chronologie et le critère de recrutement. D’abord, les collectifs de personnes handicapées sont de loin les plus représentés : au nombre de 15, auxquels s’ajoutent deux groupes qui s’adressent aux personnes malades ou dépendantes et à leurs soignant(e)s. Le mouvement des personnes handicapées a une longue histoire au Royaume-Uni : à partir des années 1980s les militant(e)s ont notamment formé de nouveaux groupes destinés à se substituer aux œuvres caritatives, et employé de nouvelles techniques d’action directe36. Certaines structures de lutte existaient donc déjà bien avant 2008 : The UK Disabled People’s Council depuis 1981, Winvisible depuis 1984, The Disabled People Direct Action Network depuis 1993 et The Learning Disability Coalition depuis 2007. En revanche, après 2010, et plus encore après la mise en place de la réforme de la protection sociale (Welfare Reform Act) en 2012, de nombreuses nouvelles organisations ont vu le jour. Cette loi affecte directement les personnes handicapées, notamment en leur imposant des évaluations régulières de leur état de santé pour s’assurer de leur incapacité à travailler, dont les modalités ont été largement critiquées37. Ainsi, on dénombre la création d’une douzaine de collectifs, à la formalisation très variable, et aux répertoires d’action très divers, du simple forum de discussion entre membres à l’action directe, parmi lesquels, rien qu’en 2010, The Broken of Britain, Where’s the Benefit, The Hardest Hit, The Mental Health Resistance Network, Black Triangle et Disabled People Against the Cuts. Ce dernier a été particulièrement actif et visible dans l’espace public, notamment en juin 2015 lorsque ses membres ont tenté d’investir la Chambre des communes avant d’être violemment repoussé(e)s par la police38.

  • 39 Feminist Fightback Collective, « Cuts are a feminist issue », New Left Project, 15 décembre 2011, <(...)
  • 40 Dearden, L., « Trafalgar Square fountains dyed blood red as Sisters Uncut demonstrators protest aga (...)

28Les groupes LGBTQ et antiracistes qui s’opposent à l’austérité ont été créés après 2010. En revanche, certaines organisations de femmes sont plus anciennes, comme Feminist Fightback, collectif féministe anti-capitaliste créé en 2006. Celui-ci modifie ses priorités d’action en fonction de l’actualité politique, par exemple en allant aux manifestations unitaires anti-austérité et en explicitant les liens entre combat féministe et lutte anti-austérité39. Mais de nouvelles structures sont aussi apparues telles que Sisters Uncut en 2014, qui concentre son action sur les coupes budgétaires qui affectent les foyers pour victimes de violence domestique. Sisters Uncut privilégie, comme les groupes écologistes, l’action directe spectaculaire : une de ses actions a ainsi consisté à colorer en rouge sang l’eau des fontaines de Trafalgar Square en 201540.

29Ces organisations « identitaires » se distinguent des collectifs thématiques car si certaines accueillent volontiers des allié(e)s, le recrutement principal se fait auprès des personnes directement discriminées. L’adhésion à la cause et l’appartenance à la catégorie sociale minoritaire s’y confondent donc. Elles se distinguent également des structures généralistes dans la mesure où elles mettent en avant les intérêts d’une catégorie sociale en particulier, mais s’en rapprochent car leurs revendications ont également une dimension universelle : en défendant les plus marginalisé(e)s, elles portent un projet social plus global et défendent l’intérêt de tou(te)s. Selon les organisations, les contextes et le discours, cette dialectique du particulier et de l’universel penche davantage vers l’un ou l’autre de ces deux pôles. Ainsi, le chapeau de présentation du collectif Queers Against the Cuts insiste sur le caractère universel de sa lutte, même si celle-ci est menée sur une base « identitiaire »: « Queers Against the Cuts (QUAC) is a diverse group of LGBTQ people who have come together to oppose the savage cuts to public services, job losses and the welfare state being pushed by the ConDem coalition government »41.

30À l’inverse, Disabled People Against the Cuts insiste sur la façon dont les coupes budgétaires affectent en particulier les personnes handicapées, tout en donnant à son combat des accents internationalistes et en accueillant des allié(e)s dans ses rangs : « DPAC is about disabled people and their allies. DPAC is UK based but we know that disabled people in other countries are suffering from austerity cuts and a lack of fundamental rights. We welcome all to join us in fighting for justice and human rights for all disabled people »42.

  • 43 Williams, F., « Good-enough principles for welfare », Journal of Social Policy, 28, 4, p.667-687, p (...)

31On le voit, ces groupes « identitaires » peuvent parfois être qualifiés d’intersectionnels dans le sens où ils articulent différentes revendications : certains luttent à la fois contre l’austérité et pour les droits des minorités. Disabled People Against the Cuts demande ainsi le droit pour les personnes handicapées à vivre dans la dignité, ce qui passe par des changements d’ordre matériel tels que la conditionnalité et le montant de leurs allocations. Les revendications sont donc formulées à la fois en termes de reconnaissance et de redistribution43. Elles battent donc en brèche toute distinction entre organisations matérialistes et post-matérialistes.

Conclusion

32Finalement, les quatre types de structures qui forment le mouvement social citoyen depuis 2008 au Royaume Uni – œuvres caritatives, collectifs thématiques, organisations généralistes, groupes « identitaires » – ont en commun le déploiement d’une contestation sur le mode de la réaction. Les structures oppositionnelles, nouvelles ou pré-existantes, se sont ainsi organisées en fonction du contexte économique et politique. Mais plus que la conjoncture économique récessive des années 2008-2009, ce sont les politiques du gouvernement Cameron-Clegg qui ont suscité et guidé la mobilisation. Restrictions budgétaires, réduction de la protection sociale et marchandisation des services publics ont ainsi rencontré une opposition soutenue, qui s’est déployée à la fois à l’échelle nationale et locale.

33Ce développement rapide des structures de mobilisation citoyenne est ambivalent. D’une part, il y a désormais un maillage du territoire britannique réalisé par des organisations qui, même si elles sont parfois éphémères, constituent toutefois des réseaux de militant(e)s susceptibles d’être à nouveau mobilisés à l’avenir. Mais à l’inverse ces collectifs sont des micro-structures pour qui la coordination et la mise en commun des forces est un enjeu délicat. La convergence de ces différentes organisations et des luttes qu’elles portent n’est toutefois pas impossible. En mars 2011, étudiant(e)s et syndicalistes manifestaient conjointement leur mécontentement politique. Au quotidien, les collectifs mettent en œuvre des formes de coopération : les syndicats prêtent leurs locaux, les organisations prennent soin d’informer les autres collectifs concernés lorsqu’elles organisent des événements susceptibles de les intéresser, et elles mettent parfois leurs réseaux de diffusion à disposition des autres. À l’échelle individuelle, des militant(e)s peuvent appartenir à plusieurs organisations, et tenter de réaliser des convergences, ou tout du moins s’assurer que les réunions des collectifs d’une même ville ne tombent pas le même jour.

  • 44 Mulholland, H., « Government to 'pause, listen, reflect and improve' NHS reform plans », The Guardi (...)
  • 45 Siddique, H., « Atos quits £500m work capability assessment contract early », The Guardian, 27 mars (...)
  • 46 Butler, P., « UN panel criticises UK failure to uphold disabled people's rights », The Guardian, 31 (...)

34S’il est impossible d’évaluer avec certitude l’effet politique de l’action de ces différentes organisations, on peut toutefois noter que des victoires ponctuelles ont été obtenues. Outre l’abandon du projet de privatisation des forêts évoqué plus haut, on peut citer la mise en place d’une période de consultation dans le projet de réforme du service de santé en 201144, le retrait de la compagnie Atos du processus d’évaluation des personnes handicapées en 201445, la publication en 2017 d’un rapport de l’ONU qui condamne le traitement des personnes handicapées au Royaume-Uni46. Les Conservateurs ont certes été réélus en 2015 sur un programme économique et social qui s’inscrivait dans la continuité des mesures d’austérité de la période 2010-2015, et cette fois sans avoir besoin de former une coalition. Mais les effets de la reconfiguration du paysage protestataire britannique de ces dernières années ne peuvent être limités à ces questions de politique institutionnelle. L’initiation à l’action collective, la circulation et le renouvellement des répertoires d’action, le maillage du territoire britannique par des collectifs aux revendications variées mais qui ont un ennemi conservateur commun ont d’ores et déjà renouvelé et régénéré l’espace de la protestation citoyenne au Royaume-Uni.

Haut de page

Bibliographie

« Anti-cuts groups say no to private sector », The Guardian, 19 août 2011, <https://www.theguardian.com/society/2011/aug/19/say-no-to-private-sector>, consulté le 7 février 2017.

Atkinson, W., Robert, S., Savage, M., (eds), Class Inequality in Austerity Britain – Power, Difference and Suffering, Farnham: Palgrave Macmillan, 2012.

Baggot, R., Pressure Groups Today, Manchester: Manchester University Press, 1995.

Bailey, D., « Contending the crisis: What role for extra-parliamentary British politics? », British Politics, 2014, 9, p. 68–92.

Behr, R., « 38 Degrees – the real opposition? », NewStatesman, 26 mars 2010, <http://www.newstatesman.com/uk-politics/2012/03/38-degrees-real-opposition>, consulté le 7 février 2017.

Brown, M., « Anti-cuts protesters hijack £ 44m contemporary art sale », The Guardian, 16 février 2011, <https://www.theguardian.com/culture/culture-cuts-blog/2011/feb/16/anti-cuts-protesters-sothebys>, consulté le 7 février 2017.

Bubb, S., « The ’big society’ means little when charities are suffering », The Guardian, 8 janvier 2013, <https://www.theguardian.com/commentisfree/2013/jan/08/big-society-charities-suffering>, consulté le 9 février 2017.

Butler, P., « UN panel criticises UK failure to uphold disabled people’s rights », The Guardian, 31 août 2017, <https://www.theguardian.com/society/2017/aug/31/un-panel-criticises-uk-failure-to-uphold-disabled-peoples-rights>, consulté le 3 février 2018.

Camp-Piétrain, E., « Les effets de la crise économique et financière sur les questions constitutionnelles en Écosse », Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XXI, 2, 2016 <http://rfcb.revues.org/959>, consulté le 7 février 2017.

Charlot, J., Charlot, M., « Les groupes politiques dans leur environnement », in Traité de Science Politique, vol. 3, « L’action politique », Grawitz, M., Leca, J., (eds), Paris : PUF, 1985, p. 429-495.

Dathan, M., « Police clash with disabled protesters as they try to storm House of Commons chamber during Prime Minister’s Questions », The Independent, 24 juin 2015, <http://www.independent.co.uk/news/uk/politics/police-clash-with-disabled-protesters-as-they-try-to-storm-house-of-commons-chamber-during-prime-10342106.html>, consulté le 10 février 2017.

Dearden, L., « Trafalgar Square fountains dyed blood red as Sisters Uncut demonstrators protest against women’s refuge cuts », The Independent, 28 novembre 2015, <http://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/trafalgar-square-fountains-dyed-blood-red-as-sisters-uncut-demonstrators-protest-against-womens-a6752861.html>, consulté le 10 février 2017.

Doherty, B., Plows, A., Wall, D., « Environmental direct action in Manchester, Oxford and North Wales: a protest event analysis », Environmental Politics, 2007, 16, p. 805-825.

« Election Hustings », The People’s Assembly Against Austerity, 24 mars 2015, <http://www.thepeoplesassembly.org.uk/cambridge_election_hustings>, consulté le 3 février 2018.

Farnsworth, K., Irving, Z., « Varieties of crisis, varieties of austerity: social policy in challenging times », Journal of Poverty and Social Justice, 2012, 22 (2), p. 133-147.

Feminist Fightback Collective, « Cuts are a feminist issue », New Left Project, 15 décembre 2011, <http://www.newleftproject.org/index.php/site/article_comments/cuts_are_a_feminist_issue>, consulté le 10 février 2017.

Gentleman, A., « Work capability assessments decision follows years of criticism », The Guardian, 22 juillet 2013, <https://www.theguardian.com/society/2013/jul/22/work-capability-assessments-criticism>, consulté le 10 février 2017.

Grant, W., Pressure Groups, Politics and Democracy in Britain, Hemel Hempstead: Harvester Wheatsheaf, 1995 [1989].

Grossman, E., Saurugger, S., Les groupes d’intérêt – action collective et stratégies de représentation, Paris : Armand Colin, 2012 [2006].

Hutter, S., « Protest event analysis and its offspring » in Della Porta, D., (ed), Methodological Practices in Social Movement Research, Oxford: Oxford University Press, 2014, p. 335-367.

« ’Jarrow March’ ends in pro-NHS rally in London », BBC, 6 septembre 2014, <http://www.bbc.com/news/uk-england-29094093>, consulté le 7 février 2017.

Kober-Smith, A. , Le système de santé anglais à l’épreuve des réformes managériales, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2010.

McVeigh, T., « UK Uncut targets Topshop and Vodafone over tax arrangements », The Guardian, 4 décembre 2010, <https://www.theguardian.com/politics/2010/dec/04/uk-uncut-protest-topshop-vodafone>, consulté le 3 février 2018.

Mulholland, H., « Government to ’pause, listen, reflect and improve’ NHS reform plans », The Guardian, 6 avril 2011, <https://www.theguardian.com/society/2011/apr/06/government-pause-listen-reflect-improve-nhs-reform>, consulté le 3 février 2018.

Offerlé, M., Sociologie des groupes d’intérêt, Paris : Montchrestien, 1994.

Page, B., « Protests across the UK expected for Save Our Libraries Day », The Guardian, 4 février 2011, <https://www.theguardian.com/books/2011/feb/04/protests-save-our-libraries-day>, consulté le 7 février 2017.

Page, L., « Intern protests: ’All I want for Christmas is pay’ », The Guardian, 16 décembre 2013, <https://www.theguardian.com/education/2013/dec/16/unpaid-internship-christmas-protest-serpentine-gallery>, consulté le 7 février 2017.

Pickerill J., Krinsky, J., Hayes, G., Gillan, K., Doherty, B., (eds), Occupy! A Global Movement, New York: Routledge, 2015.

Porter, A., « Government abandons forest sell-off », The Telegraph, 17 février 2011, <http://www.telegraph.co.uk/news/earth/environment/forests/8330702/Government-abandons-forest-sell-off.html>, consulté le 7 février 2017.

Riley, T., « It makes me sick », NewStatesman, 14 juillet 2011, <https://www.newstatesman.com/blogs/the-staggers/2011/07/air-pollution-health-london>, consulté le 3 février 2018.

Shakespeare, T., « Disabled people’s self-organisation: a new social movement? », Disability, Handicap and Society, 1993, 8 (3), p. 249-264.

Siddique, H., « Atos quits £ 500m work capability assessment contract early », The Guardian, 27 mars 2014, <https://www.theguardian.com/society/2014/mar/27/atos-quite-work-capability-assessment-contract-early>, consulté le 3 février 2018.

Simpson, A., « Sir Fred Goodwin attack: Bank Bosses Are Criminals group claims responsibility », The Telegraph, 25 mars 2009, <http://www.telegraph.co.uk/finance/newsbysector/banksandfinance/5048091/Sir-Fred-Goodwin-attack-Bank-Bosses-Are-Criminals-group-claims-responsbility.html>, consulté le 7 février 2017.

Stewart, J., British Pressure Groups, Oxford: Clarendon, 1958.

« What’s wrong with the People’s Charter », Worker’s Liberty, 23 juin 2009, <http://www.workersliberty.org/node/12633>, consulté le 10 février 2017.

Williams, F., « Good-enough principles for welfare », Journal of Social Policy, 28, 4, p. 667-687.

Haut de page

Notes

1 Farnsworth, K., Irving, Z., « Varieties of crisis, varieties of austerity: social policy in challenging times », Journal of Poverty and Social Justice, 2012, 22 (2), p.133-147.

2 Atkinson, W., Robert, S., Savage, M., (eds), Class Inequality in Austerity Britain – Power, Difference and Suffering, Farnham, Palgrave Macmillan, 2012.

3 D. Bailey exploite cette base de données dans Bailey, D., « Contending the crisis : What role for extra-parliamentary British politics? », British Politics, 2014, 9, p.68–92. Merci infiniment à lui d'avoir accepté de m'envoyer sa base de données.

4 Hutter, S., « Protest event analysis and its offspring » in Della Porta, D., (ed), Methodological Practices in Social Movement Research, Oxford: Oxford University Press, 2014, p.335-367.

5 Site False Economy, <http://falseeconomy.org.uk/campaigns/uk/all/t1>, consulté le 7 février 2017.

6 Carte Anticuts Groups Map, <https://www.google.com/maps/d/viewer?mid=1XfpOkeVBmcyuUHu_toxYFg-1buo&hl=en&ll=53.394589735986145%2C-3.014374000000089&z=6>, consulté le 7 février 2017.

7 « Anti-cuts groups say no to private sector », The Guardian, 19 août 2011, <https://www.theguardian.com/society/2011/aug/19/say-no-to-private-sector>, consulté le 7 février 2017.

8 Camp-Piétrain, E., « Les effets de la crise économique et financière sur les questions constitutionnelles en Écosse », Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XXI-2, 2016, <http://rfcb.revues.org/959>, consulté le 7 février 2017.

9 Baggot, R., Pressure Groups Today, Manchester: Manchester University Press, 1995. Baggott répertorie l'ensemble des typologies proposées dans la littérature.

10 Stewart, J., British Pressure Groups, Oxford: Clarendon, 1958.

11 Grant, W., Pressure Groups, Politics and Democracy in Britain, Hemel Hempstead: Harvester Wheatsheaf, 1995 [1989], p.15-23.

12 Grossman, E., Saurugger, S., Les groupes d'intérêt – action collective et stratégies de représentation, Paris: Armand Colin, 2012 [2006], p. 13.

13 « Staff », Citizens UK, http://www.citizensuk.org/staff, consulté le 3 février 2018.

14 Distinction établie par Tom Shakespeare entre deux types de groupes d'intérêt, dans le cas des mouvements de personnes handicapées. Shakespeare, T., « Disabled people's self-organisation : a new social movement? », Disability, Handicap and Society, 1993, 8 (3), p. 260.

15 Par exemple, Bubb, S., « The 'big society' means little when charities are suffering », The Guardian, 8 janvier 2013, <https://www.theguardian.com/commentisfree/2013/jan/08/big-society-charities-suffering>, consulté le 9 février 2017.

16 Simpson, A., « Sir Fred Goodwin attack: Bank Bosses Are Criminals group claims responsibility », The Telegraph, 25 mars 2009, <http://www.telegraph.co.uk/finance/newsbysector/banksandfinance/5048091/Sir-Fred-Goodwin-attack-Bank-Bosses-Are-Criminals-group-claims-responsbility.html>, consulté le 7 février 2017.

17 Doherty, B., Plows, A., Wall, D., « Environmental direct action in Manchester, Oxford and North Wales : a protest event analysis », Environmental Politics, 2007, 16, p.805-825.

18 Riley, T., « It makes me sick », NewStatesman, 14 juillet 2011, <https://www.newstatesman.com/blogs/the-staggers/2011/07/air-pollution-health-london>, consulté le 3 février 2018.

19 Appel à contribution au livre blanc alternatif, <http://publicuniversity.org.uk/2011/07/08/an-alternative-to-the-white-paper/, et pour le texte final http://publicuniversity.org.uk/wp-content/uploads/2011/07/Response_to_White_Paper_Final.pdf>, liens consultés le 7 février 2017.

20 Site du groupe Council for Defence of British Universities, <http://cdbu.org.uk/>, consulté le 7 février 2014.

21 Brown, M., « Anti-cuts protesters hijack £44m contemporary art sale », The Guardian, 16 février 2011, <https://www.theguardian.com/culture/culture-cuts-blog/2011/feb/16/anti-cuts-protesters-sothebys>, consulté le 7 février 2017.

22 « 'Jarrow March' ends in pro-NHS rally in London », BBC, 6 septembre 2014, <http://www.bbc.com/news/uk-england-29094093>, consulté le 7 février 2017.

23 Page, B., « Protests across the UK expected for Save Our Libraries Day », The Guardian, 4 février 2011, <https://www.theguardian.com/books/2011/feb/04/protests-save-our-libraries-day>, consulté le 7 février 2017.

24 Page, L., « Intern protests: 'All I want for Christmas is pay' », The Guardian, 16 décembre 2013, <https://www.theguardian.com/education/2013/dec/16/unpaid-internship-christmas-protest-serpentine-gallery>, consulté le 7 février 2017.

25 Kober-Smith, A., Le système de santé anglais à l’épreuve des réformes managériales, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2010.

26 Porter, A., « Government abandons forest sell-off », The Telegraph, 17 février 2011, <http://www.telegraph.co.uk/news/earth/environment/forests/8330702/Government-abandons-forest-sell-off.html>, consulté le 7 février 2017.

27 Tract initial du groupe The People's Charter, <https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/thepeoplesassembly/pages/650/attachments/original/1421335692/Peoples_Charter-How_it_can_work.pdf?1421335692>, consulté le 3 février 2018.

28 Behr, R., « 38 Degrees – the real opposition? », NewStatesman, 26 mars 2010, <http://www.newstatesman.com/uk-politics/2012/03/38-degrees-real-opposition>, consulté le 7 février 2017.

29 McVeigh, T., « UK Uncut targets Topshop and Vodafone over tax arrangements », The Guardian, 4 décembre 2010, <https://www.theguardian.com/politics/2010/dec/04/uk-uncut-protest-topshop-vodafone>, consulté le 3 février 2017.

30 Pickerill J., Krinsky, J., Hayes, G., Gillan, K., Doherty, B., (eds), Occupy! A Global Movement, New York : Routledge, 2015.

31 Charlot, J., Charlot, M., « Les groupes politiques dans leur environnement », in Traité de Science Politique, Vol. 3 « L'action politique », Grawitz, M., Leca, J., (eds), Paris : PUF, 1985, p.429-495.

32 Offerlé, M., Sociologie des groupes d'intérêt, Paris : Montchrestien, 1994, p. 23-24.

33 « What's wrong with the People's Charter », Worker's Liberty, 23 juin 2009, <http://www.workersliberty.org/node/12633>, consulté le 10 février 2017.

34 « Election Hustings », The People's Assembly Against Austerity, 24 mars 2015, <http://www.thepeoplesassembly.org.uk/cambridge_election_hustings>, consulté le 3 février 2018.

35 Extrait du site de UK Uncut : http://www.ukuncut.org.uk/about/, consulté le 10 février 2017.

36 Shakespeare, T., Op. Cit..

37 Gentleman, A., « Work capability assessments decision follows years of criticism », The Guardian, 22 juillet 2013, https://www.theguardian.com/society/2013/jul/22/work-capability-assessments-criticism, consulté le 10 février 2017.

38 Dathan, M. « Police clash with disabled protesters as they try to storm House of Commons chamber during Prime Minister's Questions », The Independent, 24 juin 2015, <http://www.independent.co.uk/news/uk/politics/police-clash-with-disabled-protesters-as-they-try-to-storm-house-of-commons-chamber-during-prime-10342106.html>, consulté le 10 février 2017.

39 Feminist Fightback Collective, « Cuts are a feminist issue », New Left Project, 15 décembre 2011, <http://www.newleftproject.org/index.php/site/article_comments/cuts_are_a_feminist_issue>, consulté le 10 février 2017.

40 Dearden, L., « Trafalgar Square fountains dyed blood red as Sisters Uncut demonstrators protest against women's refuge cuts », The Independent, 28 novembre 2015, <http://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/trafalgar-square-fountains-dyed-blood-red-as-sisters-uncut-demonstrators-protest-against-womens-a6752861.html>, consulté le 10 février 2017.

41 Extrait du site du groupe Queers Against the Cuts, <https://queersagainstthecuts.wordpress.com/about/>, consulté le 10 février 2017.

42 Extrait du site du groupe Disabled People Against the Cuts, <http://dpac.uk.net/about/>, consulté le 10 février 2017.

43 Williams, F., « Good-enough principles for welfare », Journal of Social Policy, 28, 4, p.667-687, p. 675.

44 Mulholland, H., « Government to 'pause, listen, reflect and improve' NHS reform plans », The Guardian, 6 avril 2011, <https://www.theguardian.com/society/2011/apr/06/government-pause-listen-reflect-improve-nhs-reform>, consulté le 3 février 2018.

45 Siddique, H., « Atos quits £500m work capability assessment contract early », The Guardian, 27 mars 2014, <https://www.theguardian.com/society/2014/mar/27/atos-quite-work-capability-assessment-contract-early>, consulté le 3 février 2018

46 Butler, P., « UN panel criticises UK failure to uphold disabled people's rights », The Guardian, 31 août 2017, <https://www.theguardian.com/society/2017/aug/31/un-panel-criticises-uk-failure-to-uphold-disabled-peoples-rights>, consulté le 3 février 2018.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/osb/docannexe/image/3018/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 2  : Répartition géographique des collectifs locaux anti-austérité (total : 545)
URL http://journals.openedition.org/osb/docannexe/image/3018/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clémence Fourton, « Cartographie de l’espace citoyen anti-austérité au Royaume-Uni depuis la crise de 2008 », Observatoire de la société britannique, 23 | 2018, 83-104.

Référence électronique

Clémence Fourton, « Cartographie de l’espace citoyen anti-austérité au Royaume-Uni depuis la crise de 2008 », Observatoire de la société britannique [En ligne], 23 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 22 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/osb/3018 ; DOI : 10.4000/osb.3018

Haut de page

Auteur

Clémence Fourton

Doctorante en civilisation britannique à l'Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • OpenEdition Journals