Navigation – Plan du site

La mobilisation associative au Royaume-Uni dans les organisations communautaires nigérianes

Catherine Puzzo
p. 105-127

Résumé

La communauté nigériane au Royaume-Uni est représentée par un vaste réseau d’associations, pour la plupart locales, qui œuvrent au quotidien pour permettre une meilleure intégration de leurs membres. Ces associations, structurées selon des critères ethniques, religieux, professionnels ou encore géographiques se mobilisent régulièrement pour mener des projets culturels, civiques ou éducatifs à l’attention de cette « jeune » communauté en plein essor. Cet article se penche sur les formes de mobilisation de résidents nigérians ou de citoyens naturalisés d’origine nigériane par le biais d’associations communautaires du Grand Londres. Dans le contexte des politiques publiques d’austérité menées depuis 2010, la mobilisation associative des ressortissants d’origine étrangère au Royaume-Uni permet de circonscrire la place qu’ils tentent d’occuper dans l’espace civique de la société britannique et l’impact que ces politiques ont pu avoir sur l’engagement citoyen.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les premières associations caritatives (charities) remonteraient au 12e siècle. Voir Abercrombie N. (...)

1Le secteur associatif fait partie du paysage socio-culturel britannique depuis fort longtemps1. D’assise locale ou nationale, les associations ont permis à de nombreux citoyens de s’engager dans la société civile en mobilisant temps et énergie pour une cause commune. Le développement de ces structures a fluctué selon les périodes, notamment en fonction de leurs visées mais également du fait des politiques du gouvernement central et des autorités locales de financement et de soutien au secteur associatif.

  • 2 Sanders, D., Fisher, Stephen D., Heath A. & Sobolewska M., « The democratic engagement of Britain's (...)
  • 3 Cet article se fonde sur des recherches de terrain menées dans le cadre d’une étude comparée intern (...)

2Cet article se penche sur les formes de mobilisation dans la société civile de résidents nigérians ou de citoyens naturalisés d’origine nigériane par le biais d’associations communautaires du Grand Londres. Dans le contexte des politiques publiques d’austérité menées depuis 2010, la mobilisation associative des ressortissants d’origine étrangère au Royaume-Uni permet de circonscrire la place qu’ils tentent d’occuper dans l’espace civique de la société britannique et l’impact que ce tour de vis budgétaire a pu avoir sur l’engagement citoyen. Ainsi que le rappelle David Sanders, la mobilisation dans la société civile peut prendre des formes multiples : « Engagement is defined as a multi-faceted phenomenon that embraces a variety of forms of citizen involvement with the political process2 ». Dans cette perspective, le rôle et la structuration des associations communautaires nigérianes ont fait l’objet d’une comparaison internationale portant sur les formes de mobilisations associatives de plusieurs communautés au Royaume-Uni et aux États-Unis3. Les données recueillies dans le cadre d’entretiens menés auprès de la communauté nigériane révèlent que la mobilisation citoyenne des membres de cette « jeune » communauté nous permet de mieux appréhender la dynamique associative au Royaume-Uni, tout en mesurant les formes diverses que cet engagement citoyen peut prendre en fonction du contexte politique local.

Une diaspora discrète, riche de nombreuses associations

  • 4 L’émigration des Nigérians s’est faite essentiellement vers le Royaume-Uni, les États Unis et l’Afr (...)

3Les Nigérians présents en Grande-Bretagne constituent la plus grosse communauté africaine du pays et sont issus majoritairement de deux des principales ethnies du Nigéria, les Igbo et les Yoruba, originaires du sud et de l’ouest de cette ancienne colonie britannique. En majorité chrétienne, cette communauté s’est structurée au gré de vagues migratoires qui sont le reflet des développements politiques qui ont affecté le Nigéria depuis son indépendance en 1960. La guerre civile de la fin des années 1960, l’instabilité politique chronique des décennies suivantes et la récession économique qui ont affecté le pays depuis les années 1980, ont poussé de nombreux Nigérians sur la voie de l’émigration, principalement vers le Royaume-Uni4. Si le volume de cette migration s’est considérablement accru durant la période 2001-2011, il faut noter que les échanges réguliers entre les deux pays remontent au début du 20e siècle. La migration des Nigérians, principalement à Londres, débute durant la période coloniale. Dans le cadre de leurs études, de voyages d’affaires ou du tourisme, une élite en liens étroits avec l’Establishment britannique se déplaçait régulièrement d’un pays à l’autre. Durant les années 1950 et jusqu’aux années 1970 de nombreux Nigérians venaient étudier au Royaume-Uni puis repartaient leurs diplômes en poche afin d’occuper de hautes fonctions dans les strates économiques et politiques, désertées par les expatriés britanniques au moment de l’indépendance du pays. Au milieu des années 1980, la fin du boom économique favorisé par l’exploitation du pétrole et la crise qui s’ensuivit amènent nombre d’entre eux soit à migrer définitivement, soit à ne pas rentrer, alors même que leur séjour avait été initialement conçu comme provisoire. Les décennies suivantes voient ce phénomène s’amplifier et même accélérer puisqu’entre les recensements de 2001 et 2011, on note une augmentation de 120 % de la population nigériane résidant en Grande-Bretagne.

4Cependant, les sources consultées montrent que les données chiffrées concernant cette communauté sont disparates avec des écarts statistiques surprenants. Le recensement de 2011 fait état d’une communauté nigériane de 191.000 personnes établies en Angleterre et au pays de Galles et de 9.450 résidents en Ecosse (+655 % par rapport à 2001 avec 1.253 résidents enregistrés en 2001)5. C’est le 7e groupe plus important de migrants nés à l’étranger juste après les Bangladais. Il comporte une forte proportion d’étudiants qui, potentiellement, resteront après la fin de leurs études si les perspectives économiques du Nigéria ne s’améliorent pas. Ces données statistiques se réfèrent à la population résidente qui possède un statut régulier et ne reflètent pas la réalité migratoire de cette communauté : la part de migrants en situation irrégulière est vraisemblablement très sous-estimée. Il est hasardeux et complexe de déterminer le nombre de personnes en situation irrégulière mais l’on sait que les Nigérians représentent un des groupes les plus importants d’étrangers en attente d’expulsion dans les centres de rétention administrative. On sait également qu’ils sont parmi les premières victimes de la traite d’êtres humains avec, en particulier, un grand nombre de mineurs et de femmes qui entrent chaque année de façon clandestine au Royaume-Uni et sont ensuite contraints de rester et de travailler sous la menace6. Ainsi, dès 2009 le Foreign & Commonwealth Office estimait qu’il y avait jusqu’à 3 millions de Nigérians au Royaume-Uni dont 70 % vivraient à Londres, soit 2,1 millions, c’est-à-dire dix fois l’estimation officielle du recensement de 20117. Ce chiffre nous a également été confirmé par l’ancien vice-président de l’association centrale regroupant toutes les associations nigérianes présentes au Royaume-Uni (CANUK, Central Association of Nigerians in the UK), association qui dépend directement de leur ambassade (Nigeria High Commission). Selon leurs sources, il y aurait 1,8 million de Nigérians à Londres, sans compter tous ceux vivant en situation irrégulière, ce qui leur fait avancer le chiffre de 2 millions de Nigérians vivant dans la seule métropole.

5À dominance chrétienne (anglicans, catholiques, pentecôtistes) jusqu’à une époque relativement récente, les Nigérians du Royaume-Uni comptent depuis une quinzaine d’année une petite communauté musulmane dont l’importance croît chaque année, en particulier en raison de l’instabilité politique qui règne au nord du Nigéria, avec les exactions commises par Boko Haram. Les résidents nigérians, très occidentalisés, avec un niveau d’instruction et de formation supérieur à la moyenne nationale (équivalent à Bac+4) occupent des postes de cadres dans quelques secteurs-clés de l’économie britannique : santé, industrie pétrolière, enseignement, services publics, ingénierie, services financiers et juridiques. Cependant, un second groupe de Nigérians plus désavantagé tente de survivre malgré un fort taux de chômage et un statut parfois clandestin. Cette précarité économique et sociale affecte adultes et enfants. C’est vers cette seconde frange de la population nigériane que nombre d’associations constituées durant la dernière décennie ont tourné leurs efforts et organisé leurs activités. Dans un contexte de politiques d’immigration et d’intégration plus restreintes que jamais, les structures rassemblant des Nigérians se sont multipliées pour soutenir et aider les nouveaux venus à s’insérer dans la société britannique. Cette mobilisation, qui a crû au fil des années, est portée par de très nombreuses associations communautaires.

6La dynamique associative de cette communauté en plein essor est indéniable. CANUK, organisation centrale directement liée à l’ambassade nigériane à Londres et qui regroupe une partie de ces associations, estime leur nombre total à 1500 dont seules 320 sont officiellement enregistrées, soit environ 40000 membres affiliés. Ce réseau dense est à l’image d’une communauté très diverse. Un classement de toutes ces organisations s’avère complexe. Cependant, on peut les regrouper sous plusieurs grandes catégories : (i) les organisations « mères » qui représentent la communauté nigériane dans son intégralité auprès des autorités britanniques : CANUK (Central Association of Nigerians in the UK) et NIDO (Nigerians in Diaspora Organisation), (ii) les organisations professionnelles, dont les membres travaillent dans certains secteurs économiques : British Nigerian Law Forum, Association of British Nigerian Academics, (iii) les associations ethniques, qui représentent une ethnie particulière comme les Igbo, Congress of Igbo leaders, (iv) les organisations qui soutiennent des groupes particuliers, les femmes : Nigerian Organisation of Women (NOW), les étudiants Student Association of Nigerians in Diaspora (SAND), (v) les associations de quartier, véritables réseaux d’entraide locale, comme la Nigerian Community of Waltham Forest (NICOWF), (vi) les associations dont les membres travaillent pour le Home Office ou d’autres agences gouvernementales comme la police ou les douanes, Nigerian Police Forum, Association of British Law Enforcement Officers (ABLE) et (vii) des associations cultuelles et / ou d’enseignement religieux, qui regroupent soit des chrétiens soit des musulmans, telles la Muslim Association of Nigerians UK (MANUK), the Nigerian Chaplaincy, ou the Overseas Fellowship of Nigerian Christians.

  • 8 Plusieurs événements très médiatisés ont marqué de manière durable la communauté nigériane et l’ont (...)

7D’abord constitués de façon informelle, ces réseaux d’entraide ont su mobiliser les Nigérians de la première puis de la seconde génération. Ces groupes se sont ensuite développés de façon de plus en plus structurée, se transformant en associations au fur et à mesure de l’émergence de questionnements liés à l’intégration de cette communauté, notamment les discriminations économiques et sociales que ses membres subissent. De leur côté les autorités britanniques, qu’il s’agisse de l’État ou des collectivités locales, ont favorisé (voire encouragé à certaines périodes) leur développement, conscientes des risques et des dangers liés à l’exclusion sociale, politique et économique de certaines franges de la population. Ainsi l’organisation « mère » CANUK fut créée au lendemain des attentats de Londres du mois de juillet 2005, suite aux requêtes du gouvernement de Tony Blair, conscient qu’il fallait trouver auprès de cette communauté un interlocuteur unique pouvant rassembler les leaders communautaires des différents groupes ethniques nigérians. Depuis, CANUK se veut l’organisation fédératrice de toutes les associations nigérianes existantes. Forte de son réseau de contacts, elle est capable de mobiliser rapidement ses membres pour réagir aux crises soudaines qui ont pu affecter dans le passé la communauté nigériane8.

Les formes de mobilisations des associations nigérianes

De la nécessité de se mobiliser en général

8De nombreux Nigérians partagent le sentiment diffus qu’ils doivent être les acteurs des changements à apporter, qu’ensemble ils doivent affronter les obstacles à leur intégration dans la société britannique et que le tissu associatif est un moyen de dépasser les clivages ethniques et religieux qui existent au Nigéria et qu’ils ne souhaitent pas perpétuer au Royaume-Uni. Selon les statuts de chaque association et la finalité de leurs objectifs, les formes de mobilisations varient mais la forte volonté d’impliquer toujours plus de membres de leur communauté unit les dirigeants associatifs interviewés dans le cadre de notre étude :

  • 9 Ademola Aminu, maire d’origine nigériane de Lambeth, The Vanguard, 3/06/2012.

If we leave people who haven’t got the experience to be responsible for all those things on our behalf, then we are not doing ourselves any justice. If you know you have something to contribute, get involved so that you can do something about it, but if you don’t, don’t complain9.

  • 10 Clarke J., «New Labour’s citizens: activated, empowered, responsibilized, abandoned?», Critical Soc (...)
  • 11 Tunstall R. et al., «Building the Big Society», London School of Economics, Centre for Analysis of (...)

9Ce sentiment de contribution active et d’engagement rejoint les appels récurrents que les décideurs publics britanniques ont lancés à la société civile depuis plusieurs décennies afin de lui demander plus d’implication et de participation dans l’élaboration d’une société britannique inclusive et modernisée. Ainsi, déjà en 1997 au moment où le parti travailliste prend le pouvoir, le projet politique du New Labour définit le citoyen idéal qui permettra à la société britannique de se renouveler et de préparer le 21e siècle. Comme le souligne John Clarke: “New Labour’s ideal citizens are moralised, choice-making, self-directing subjects10”. Ce projet, qui s’inspire des théories d’Anthony Giddens, est conçu sur la base d’un partenariat étroit et fluide entre État et communautés. En 2010, la Big Society proposée par les conservateurs est censée inciter un renouveau civique qui permettra de dépasser les clivages partisans et d’amener des réformes structurelles issues de la société et non de la sphère politique. Le projet de Big Society, décliné sous ses trois axes principaux, prévoit tout d’abord une emprise locale des communautés sur l’action publique, des modalités diverses de prestation des services publics et une nouvelle définition de l’action sociale. Rebecca Tunstall analyse ce rapport entre communautés et État et conclut: “[…] the Big Society is supposed to help create stronger communities that can do more to help themselves without first running to the state for help11”. Mais comme le démontrent Mathieu Berger et Jean de Munck, cette volonté de l’État de mobiliser les citoyens n’est pas exempte de critiques :

  • 12 Berger M. et De Munck J., «Participer, entre idéal et illusion», Recherches sociologiques et anthro (...)

Souvent présentée comme complémentaire à la représentation, la participation est régulièrement appelée à la rescousse des démocraties en crise. De multiples côtés, des dispositifs variés invitent le citoyen à s’exprimer, s’impliquer, s’engager, dialoguer, interagir, voter, intervenir, évaluer, réaliser et coréaliser, gérer et cogérer. Aucun champ des politiques publiques ne semble épargné : ville, santé, éducation, culture, ne jurent que par des publics “actifs” et “responsables12.

La mobilisation associative à l’épreuve des politiques d’austérité

10Dès 2010, le vaste programme d’austérité et les coupes budgétaires décidés par le gouvernement de coalition et poursuivis depuis par les gouvernements conservateurs de David Cameron et de Teresa May mettent à mal la volonté affichée par le gouvernement de promouvoir la mobilisation citoyenne. Ces politiques d’austérité entendent réorienter l’action publique (notamment au niveau local), ce qui a pour conséquence de redéfinir l’action associative et le degré de mobilisation de ses membres.

Given the pressure on public finances, local government will in the future simply not be able to deliver the level of services people have grown accustomed to, and citizens and community groups will have to do more to fill any gaps. (…) Community empowerment is about having the conditions in place that allow local people to make a difference to improve their localities13.

  • 14 National Council of Voluntary Organisations.

11Dans ce contexte de politique budgétaire stricte, imposant une austérité ravageuse pour certains services publics, les associations de la société civile ont été fortement incitées à se mobiliser pour participer pleinement à la vie économique, sociale et politique locale afin de palier le désengagement des municipalités. C’est ainsi qu’entre 2004 et 2014 le nombre d’actifs œuvrant dans le secteur associatif a fortement progressé au Royaume-Uni (+32 %) et ce, malgré une perte de 3 milliards de livres en financements pour tout ce secteur14.

  • 15 Green R., ‘Working Together’. Engaging with South London’s Voluntary and Community Sector: A Commun (...)
  • 16 NOW partage désormais ses locaux et les postes informatiques avec AWWA une association de femmes af (...)

12Sur le terrain, les coupes budgétaires qui ont affecté les associations, quel que soit leur domaine d’activité, ne peuvent leur permettre de mener à bien tous les projets pour lesquels elles se sont constituées. À Londres, qui concentre la majorité de ces structures, les politiques d’austérité de la coalition précédente et des gouvernements conservateurs ont eu un effet dévastateur, tant sur le plan de l’emploi que sur les capacités d’action de ces associations15. Dans notre étude, nous avons pu observer que les contingences matérielles les avaient par exemple poussées à mutualiser des locaux, empêchées de renouveler des outils informatiques souvent obsolètes ou contraintes à supprimer de postes administratifs autrefois financés par les local councils16. De façon plus significative, ces freins matériels entraînent souvent une démobilisation des membres de ces associations, ainsi que nous l’ont confirmé certains leaders associatifs :

  • 17 Entretien avec le secrétaire général de l’association Nigerian Community Waltham Forrest (NCWF), fé (...)

The funding problem is the biggest challenge so far. Help is not here anywhere, we are not enough active as we would like to be because of the post of coordinator which is not anymore funded. The support of the government is necessary and some projects can’t be implemented without that support17.

  • 18 Entretien avec le secrétaire général de l’association NIDO, février 2015.

The UK government should help NIDO [Nigerians In Diaspora Organisation] to create a platform for more engagement, better facilities for those professionals. They should support our events, so that we can do more. Money and support is needed. Our projects are organised by volunteers, charities, there is no money18.

Se mobiliser pour la continuité du service public

13Les restrictions budgétaires ont eu un autre effet, en poussant les associations nigérianes à s’interroger sur de nouvelles modalités de mobilisation pour remédier aux manquements des services publics. Ainsi NOW (Nigerian Organisation Women) et NICOWF (Nigerian Community of Waltham Forest) ont réussi à convaincre des juristes bénévoles de tenir des permanences hebdomadaires au sein de leurs locaux. Ces permanences se veulent une réponse citoyenne à l’État britannique « défaillant » afin de permettre à ceux qui ne peuvent s’offrir les services d’un avocat, d’obtenir des informations et une aide juridique concrètes pour des problèmes très souvent liés au statut migratoire.

  • 19 Green, R., op.cit., p.14.

14C’est une conclusion similaire que dresse Roger Green dans son rapport sur les organisations des quartiers sud de Londres. Il souligne que la continuité de l’action publique n’a pu se faire que grâce à la mobilisation des associations communautaires de quartier : « It is about plugging the gaps19 ». Depuis 2010, le tissu associatif s’est bien souvent substitué au réseau des administrations dont les services publics ont soit disparu, soit sont devenus payants. C’est notamment dans le domaine de la santé que les besoins sont devenus les plus prégnants, suite à la mise en œuvre de politiques publiques encourageant une plus grande collaboration entre autorités sanitaires, collectivités et communautés de citoyens :

  • 20 Involve, Not another consultation! Making community engagement informal and fun. A publication by I (...)

Since 1992 a series of white papers, reports and recommendations have put local government at the centre of the national drive to improve health and tackle health inequalities. The July 2010 NHS White Paper ‘Equity and Excellence: liberating the NHS’ outlines how health services are being further strengthened, democratised and legitimised at the local level. (..) a model of collaboration and co-production with communities in service delivery is an important part of the current move towards the Big Society20.

Se mobiliser pour s’intégrer

15Un des objectifs communs aux associations nigérianes étudiées est celui de promouvoir l’intégration de leurs membres, résidents de longue date ou nouveaux venus. En effet, les leaders associatifs rencontrés ont tous souligné que leur communauté, bien que très occidentalisée, se heurte à des difficultés d’intégration (économique et sociale notamment). Plusieurs dénoncent l’existence d’un décalage entre système de valeurs britannique et valeurs prisées par les Nigérians, d’où des incompréhensions et des difficultés à appliquer certaines règles, notamment pour les Nigérians récemment arrivés en Grande-Bretagne. Ces problématiques ont été soulignées par plusieurs porte-paroles d’associations :

  • 21 Entretien avec la présidente de ABLE (Association of British Law Enforcement Officers), juin 2014.

Ignorance of the law is not an excuse here and you have many people travelling with things forbidden that they take from people they don’t know. We want to educate people, explain what is expected here and we’ve got projects to do that21.

  • 22 Entretien avec le révérend Ade Omooba, fondateur de Christian Concern Legal Centre, février 2015.

The idea is to make them contribute to the society they live in, help them understand the structure of UK society (very different from Nigerian one). We want to expose them the structures that make the UK, so that they respect them (ex how to run a business, bring up children, buy a house, academic structure in the UK, what is acceptable in Nigeria is not in the UK…). We let them understand citizenship in the UK otherwise they are not integrated, they’re segregated and that leads to radical islam, that leads to tension and not cohesion22.

16Que ces obstacles soient d’ordre religieux, social ou culturel, les associations militent pour établir des ponts entre leur communauté et le tissu social local.

  • 23 Entretien avec le révérend Ben Enwuchola, en charge de la Nigerian UK Chaplaincy, février 2015.

The Chaplaincy has become a strong rallying point for the Nigerian community, a link. It’s difficult for Nigerians to integrate with churches in the UK. The Chaplaincy serves as a bridge, a link with local churches23.

  • 24 Entretien avec la présidente de ABLE (Association of British Law Enforcement Officers), juin 2014.

The UK is not aware of the problems of the Nigerian community, there are cultural elements that they don’t know and this is where ABLE comes to help24.

17Cependant, certains dirigeants associatifs rencontrés regrettent amèrement le manque de réciprocité à leur encontre, soulignant l’insuffisance des soutiens à leurs actions de la part des autorités politiques, nationales ou, plus souvent, locales :

  • 25 Entretien avec le secrétaire général de BNLF (British Nigerian Lawyers Forum), février 2015.

We are part of the community but we don’t get any support; in the coming election they want your vote, we are invited to the House of Commons but it’s façade, windows dressing. A few politicians are concerned with what is happening. But as regards the people who live here, their daily concerns and issues for them, they are not addressed25.

  • 26 Entretien avec le porte-parole du Congrès des leaders Igbo, février 2015.

We are not satisfied with the government or institutions but it all depends on us, we have to work on it. They [government officials] don’t perceive the issues that affect us, so we have to forcefully make them perceive it, so the public sees it26.

  • 27 Entretien avec le vice-président de CANUK (Central Association Nigerians in the UK), juin 2014.

UK government officials are not aware of the issues affecting the Nigerian community (…) and it is a problem and we would like to be consulted, involved in some discussions affecting Nigerians ‘if you are not involved you don’t engage’, the lack of engagement is problematic27.

18Dans ce contexte, de nombreux dirigeants associatifs sont conscients que seul l’engagement en politique permet de faire aboutir certains de leurs projets.

Se mobiliser dans la vie politique

19La mobilisation associative se veut donc une étape vers l’engagement politique, perçu comme essentiel à l’intégration de cette communauté. Cet engagement se décline sous plusieurs formes : (i) le vote, puisque même s’ils ne sont pas naturalisés les résidents nigérians font partie du Commonwealth et, à ce titre, peuvent voter, (ii) le militantisme dans un parti politique et la candidature à des mandats électoraux, (iii) la participation à des manifestations ou congrès politiques. Ademola Aminu, maire d’origine nigériane de Lambeth et président de plusieurs associations communautaires, souligne l’importance du vote citoyen et du rôle de représentants politiques nationaux et locaux qui peuvent faire avancer la cause des communautés africaines :

  • 28 Entretien avec Ademola Aminu, maire de Lambeth, président de deux associations : The British Nigeri (...)

There are not enough African MPs (as there are Asian or West Indian ones). There is a second generation of children born here from African descent and from Caribbean but their education, their culture is very different. Africans are very conservative in their way to raise their children and the policies devised by the government are not suited to the way African children born here should be raised. So we shouldn’t blame families only but the law affecting BME [Black and Minority Ethnic ] is at stake. (…) The solution for people? it is to challenge my MP, it is about asking the questions and when they come during the electoral campaigns it is about asking them the right questions and if they don’t have it then don’t vote them. We should encourage people to vote, it’s about encouraging people to engage28.

20Malgré tout, les Nigérians sont plus représentés que d’autres communautés africaines : sur un total de trente-neuf conseillers municipaux (Local Councillors) issus de communautés africaines, plus de trente sont d’origine nigériane. Au niveau national, la représentation de cette communauté a crû suite aux élections de mai 2015, qui ont permis à quatre députés de cette origine d’accéder à la Chambre des communes.

NOW, Nigerian Organisation of Women : la mobilisation au féminin

21Pendant plusieurs décennies, jusqu’au début des années 1980, les études universitaires ont peu pris en compte l’importance et la spécificité de la migration des femmes au Royaume-Uni et de leur potentielle mobilisation dans la sphère politique et dans la société civile. Aussi il a été intéressant dans le cadre de cette étude de se pencher sur l’une des plus anciennes associations de femmes nigérianes, NOW, basée dans le nord de Londres (Edmonton, Borough of Enfield), dirigée par des femmes et pour des femmes. Cette association, qui a réussi à se maintenir là où d’autres groupes similaires ont été dissous (ex : Erhuvwu Ladies Club), bénéficie d’une notoriété certaine dans la communauté malgré le peu de moyens qui lui sont alloués. Depuis les années 1940, il existe des groupes de femmes, constitués de façon informelle, pour représenter les Nigérianes au Royaume-Uni. Avant l’indépendance (1960), des groupes de Nigérianes aidaient de façon bénévole le représentant du Nigeria à Londres (High Commissionner) à organiser l’accueil et le séjour des nouvelles venues dans cette communauté majoritairement masculine. Surnommées les « Ladies of Leisure », ces femmes accueillaient lors d’événements mondains (réceptions officielles assorties de danses traditionnelles notamment) les nouveaux arrivants et créaient du lien social afin qu’ils s’insèrent au mieux dans la communauté nigériane et dans la société britannique, même s’il s’agissait alors de brefs séjours. La guerre civile qui ravage le Nigéria à la fin des années 1960 (guerre du Biafra), l’instabilité politique qui s’ensuit, les difficultés économiques et la récession accélèrent le processus d’installation de cette communauté jusqu’alors de passage. Lorsque pour nombre de ces Nigérians il devint évident que le rêve du retour s’éloignait de plus en plus, de nouvelles problématiques inhérentes à l’installation et l’intégration de toute communauté émergent. Pour ces femmes nigérianes, leur fonction mondaine de « Ladies of Leisure » s’estompe pour faire place à une véritable forme de mobilisation citoyenne avec des objectifs pragmatiques et matériels : accès aux soins et à l’éducation pour leurs enfants, formation et emploi et, bientôt, questions juridiques liées au statut d’étranger, dans un contexte où la législation sur l’entrée et le séjour devenait de plus en plus restrictive.

  • 29 Phizacklea, A., «Gendered Actors in Migration», Andall J. (ed) Gender and Ethnicity in Contemporary (...)
  • 30 Depuis quelques années, le rôle joué par les organisations diasporiques tant dans leur pays d’accue (...)
  • 31 Martha Osamor, membre du parti travailliste, ancienne candidate locale est une figure de proue de l (...)

22Ainsi NOW souhaite répondre aux besoins des Nigérianes du Grand Londres, besoins qui sont à l’intersection du genre, de la race, de la culture et de l’identité, besoins mal connus, peu identifiés et, donc, souvent peu traités du fait de l’invisibilité dont souffrent souvent les femmes immigrées dans la société d’accueil. L’histoire sociale de l’invisibilité des femmes immigrées au Royaume-Uni, étudiée par Annie Phizacklea29, a pendant longtemps entraîné un déni systématique de la spécificité de la situation des femmes d’origine étrangère et de leur possible implication dans la société d’accueil. Cela a au moins eu trois répercussions immédiates : (i) invisibilité législative, (ii) invisibilité statistique, (iii) invisibilité sociale. C’est dans ce contexte d’invisibilités diverses des femmes immigrées que NOW est formellement créé en 1984 dans le borough de Enfield autour d’un noyau de Nigérianes conscientes qu’il fallait se mobiliser collectivement afin de s’impliquer dans leur quartier et dans la vie politique locale pour faire entendre leur voix auprès des autorités administratives et politiques de la ville. La vocation militante de NOW en faveur des droits des femmes, affichée dans les statuts de l’association, s’est déployée également au Nigéria, puisque l’association mène des projets de développement économique et social en faveur de la santé et de l’éducation des femmes, notamment par le biais de récoltes de fonds30. L’association participe activement à la vie politique locale en siégeant lors des sessions publiques du conseil du borough. Ses membres alertent régulièrement les décideurs locaux sur les besoins des femmes nigérianes et, plus largement, des femmes africaines ou issues de minorités ethniques. Sa présidente a longtemps été membre du parti travailliste et fut élue conseillère municipale de Haringey en 1986-8731. L’association qu’elle dirige entend développer une conscience politique plus aigüe parmi ses membres afin que celles-ci soient force de propositions, puissent jouer un véritable rôle de lobby auprès des administrations locales ou même de lanceur d’alerte lorsque de nouvelles mesures règlementaires à l’impact potentiellement négatif sur la communauté sont adoptées. NOW travaille en étroite collaboration avec d’autres associations de femmes africaines dont elle partage les bureaux (AWWA, All African Women Organisations) ainsi qu’avec le tissu associatif de volontariat local tel Voluntary Action Enfield’ et Voluntary Action Harringey.

  • 32 Kamal, Z., « Empowerment of Women » Palestine-Israel Journal of Politics, Economics & Culture 17 (3 (...)
  • 33 Entretien avec Martha Osamor, présidente de NOW (Nigerian Organisation Women), entretien mené en ju (...)

23Par le biais des activités et des projets menés, l’association vise à donner aux femmes nigérianes une emprise plus grande sur la société. Durant les entretiens menés avec sa présidente, le terme « empowerment » a été utilisé à plusieurs reprises pour expliquer ce qui sous-tend leurs activités : « NOW tries to join as many networks as possible (women’s groups in general) […] it is necessary to empower them ». Le terme « empowerment », appliqué au début du 20e siècle aux luttes des féministes américaines pour la reconnaissance de leurs droits, puis utilisé dans le contexte des mouvements des droits civiques des années 1960 correspond bien à la démarche de cette association vis-à-vis de ses membres. « The concept of empowerment is associated with power relations between men and women and their ability to access resources and control them32 ». Bien que parfois traduit par « autonomisation des femmes » ou « développement du pouvoir d’agir des femmes », il serait plus exact dans ce contexte particulier de retenir la notion de désir d’avoir une emprise sur la société dans laquelle ces Nigérianes évoluent. NOW entend, par le biais des diverses activités proposées, éveiller une conscience politique et sociale chez ces femmes nigérianes afin qu’elles s’engagent dans la vie publique et deviennent les actrices des changements politiques, sociaux ou économiques auxquels elles croient. Le combat politique pour les droits des femmes a pris dans le passé une dimension internationale lorsque l’association a entretenu dans les années 1980 des contacts étroits avec une organisation américaine United Black Women Organisation. Cette association (qualifiée de « US Sister ») les avait contactées afin qu’elles participent à la 4e conférence internationale des Nations Unies sur le statut et le pouvoir des femmes, à Pékin, en 1995. Cette conférence et ses prolongements ont permis à l’association de se rendre compte que sa mobilisation au quotidien dans le Grand Londres revêtait une dimension universelle en raison des problématiques traitées depuis sa création, ce que sa présidente résumait ainsi : « You start local and you become global33 ».

Conclusion

24La mobilisation de ces citoyens nigérians ou d’origine nigériane est essentielle à leur visibilité, afin qu’ils puissent pleinement prendre place au sein de la société civile du Royaume-Uni, alors même que les politiques budgétaires d’austérité ont mis à mal le tissu associatif. Cette mobilisation est plus que nécessaire pour deux raisons essentielles. D’une part, la communauté nigériane, de par ses diverses ethnies traversées par des fractures politiques et religieuses, commence à ressentir le besoin d’apparaître unie face aux politiques gouvernementales qui les affectent depuis environ une décennie. Ainsi, les Nigérians plus récemment arrivés subissent les conséquences de politiques d’immigration de plus en plus restrictives en matière d’entrée et de séjour, alors même que les générations arrivées des années 1960 jusqu’au début des années 2000 avaient pu bénéficier d’un régime plus souple. Face à l’exclusion (sociale, économique et politique) qui découle directement ou indirectement de ces mesures, les associations communautaires prennent conscience de leur rôle fondamental. Il leur faut jeter des ponts entre société civile et membres de la communauté et aider les plus démunis à s’intégrer socialement, économiquement, voire politiquement. D’autre part, la mobilisation collective de ces associations, la nécessité ressentie de faire front, d’être unis, devient alors le seul moyen de porter des revendications collectives dans une société dont ils ne partagent pas forcément certaines valeurs. Les Nigérians très conservateurs d’un point de vue social et religieux (respect de la famille, des aînés, du groupe en général) se sentent parfois en décalage avec une société qui prône des valeurs individualistes, parfois perçues comme trop libérales. Cette mobilisation communautaire devient ainsi vecteur d’identité, ce qui est un moyen de transmettre culture et, parfois, pratiques culturelles du pays d’origine à la seconde ou troisième génération.

Haut de page

Bibliographie

Entretiens

Entretien mené auprès de Oluwa Yemisi Jenkins, présidente de ABLE, Association of British-Nigerian Law Enforcement Officers, juin 2014. ABLE regroupe des britanniques d’origine nigériane travaillant pour le Home Office (services des douanes, immigration, police des frontières) et le Foreign & Commonwealth Office.

Entretien mené auprès de Chima Olug, vice-président de CANUK, Central Association Nigerians UK, juin 2014. CANUK est l’association ‘mère’ regroupant toutes les associations nigérianes présentes au Royaume-Uni, elle est directement rattachée à l’ambassade du Nigeria à Londres.

Entretiens menés auprès de Martha Osamor, présidente de NOW, Nigerian Organisation Women, juin 2014 et février 2015. NOW est une association locale du nord de Londres qui regroupe des femmes nigérianes ou d’origine nigériane.

Entretien mené auprès de Nksikan Etuk, président de NPF, Nigerian Police Forum, juin 2014. Le NPF regroupe des officiers de la police britannique, en particulier ceux de la Métropolitan Police.

Entretien mené auprès de Paul Orhiere, vice-président de NPF, Nigerian Police Forum, février 2015.

Entretien mené auprès de Godson Azu, secrétaire général de NIDO (UK), Nigerian in Diaspora Organisation UK South, février 2015. NIDO (UK) est la branche britannique de l’association NIDO qui regroupe tous ceux qui font partie de la diaspora nigériane à travers le monde.

Entretien mené auprès de Ade Omooba, président de Christian Concern Legal Centre et membre du NCLF (National Church Leaders Forum), février 2015. Le CCLC est un centre de soutien juridique auprès de populations victimes de discriminations (raciales ou religieuses notamment) ; il ne s’adresse pas exclusivement aux Nigérians mais son fondateur est particulièrement influent et connu au sein de la communauté nigériane. Le NCLF a été créé peu de temps avant les élections législatives de 2010 par des chefs religieux d’origine africaine ou caribéenne pour porter un programme politique imprégné de valeurs religieuses chrétiennes.

Entretien mené auprès de Babatunde Akinyanju, président de BNLF, British Nigeria Law Forum, février 2015. Le BNLF regroupe des juristes nigérians ou d’origine nigériane travaillant au Royaume-Uni et/ou au Nigéria.

Entretien mené auprès de Debo Adewumi, secrétaire général de NICOWF, Nigerian Community Organisation Waltham Forrest, février 2015. Le NICOWF est une association locale de résidents nigérians ou d’origine nigériane du nord-est du Grand Londres.

Entretien mené auprès de Fabian Ukaegbu, président de NICOWF, Nigerian Community Organisation Waltham Forrest, février 2015.

Entretien mené auprès de Obi Okoli, président de Congress of Igbo Leaders, février 2015. Cette association représente les intérêts de la communauté Igbo qui réside au Royaume-Uni.

Entretien mené auprès de Aminu Ademola, maire de Lambeth, président de plusieurs associations : Association of British Nigerian Councilors et de Nigerian British Academics, février 2015. Aminu Ademola est une personnalité politique d’influence auprès de la communauté des résidents nigérians du Grand Londres. Il préside l’association des conseillers municipaux britannique d’origine nigériane ainsi que l’association des enseignants universitaires nigérians ou d’origine nigériane. Cette dernière association ne semble plus avoir enregistré d’activité notable récemment.

Entretien mené auprès du révérend Ben Enwuchola, président de Nigerian Chaplaincy, février 2015. L’aumônerie présidée par le père Enwuchola est une association religieuse de confession chrétienne protestante.

Entretien mené auprès de l’Imam Kazeem Fatai, président de MANUK, Muslim Association Nigerian UK, février 2015. MANUK est une association religieuse et culturelle de diffusion de l’Islam.

Entretien mené auprès du père Richard Dialla, paroisse catholique de Peckam, Londres, février 2015.

Sources secondaires

Abercrombie, N. & Warde, A., Contemporary British Society (3rd edition), Polity Press, 2002.

Berger. M. & De Munck, J., « Participer, entre idéal et illusion », Recherches sociologiques et anthropologiques, 46-1, (In)capacités citoyennes, p. 1-24, 2015.

Brewis, G., « Towards a new understanding of volunteering in England before 1960? », IVR’Back to Basics’ Working Paper Series: Paper Two, Institute for Volunteering Research, Institute of Education, University of London, 2013. <http://www.ivr.org.uk/images/stories/IVR%20working%20paper%20two%20-%20history%20of%20volunteering.pdf>, consulté en juillet 2016.

Cherti, M., Pennington, J., Grant, P., Beyond Borders. Human Trafficking from Nigeria to the UK. Institute for Public Policy Research, January 2013. <http://www.ippr.org/files/images/media/files/publication/2013/01/nigeria-trafficking_Jan2013_10189.pdf?noredirect=1>, consulté en juillet 2016.

Clarke, J., « New Labour’s citizens: activated, empowered, responsibilized, abandoned? », Critical Social Policy, vol. 25(4), 2005.

Lampert, B., « Diaspora and Development? London-based Nigerian Organisations and the Transnational Politics of Socio-economic Status and Gender », Development Policy Review, 30 (2), p. 149-167, 2012.

Lampert, B., « Collective Transnational Power and its Limits: London-Based Nigerian organisations, Development at ‘Home’ and the Importance of Local Agency and the ‘Internal Diaspora », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 14 No. 5, p. 829-46, 2014.

Falola, T., & Heaton, M., A History of Nigeria. Cambridge, Cambridge University Press, 2008.

Green, R., ‘Working Together’. Engaging with South London’s Voluntary and Community Sector: A Community Scoping Study. Goldsmiths University of London, 2012. <www.gold.ac.uk/community-engagement-research/publicationsandprojects/>, consulté en juillet 2016.

Hereforshire Council, Best practice community engagement techniques, Neighbourhood Planning Guidance Note 12, April 2013 – Revised January 2014. <https://www.herefordshire.gov.uk/media/6312587/12_best_practice_community_engagement_techniques.pdf>, consulté en juin 2016.

Homes & Communities Agency, Community Engagement Toolkit. Archived 05/08/2014. <webarchive.nationalarchives.gov.uk/20140805133148/http://homesandcommunities.co.uk/community-engagement-toolkit?page_id=3874&page=5>, consulté en juin 2016.

Hunt, S., The "New" Black Pentecostal Churches in Britain. A paper presented at CESNUR 14th International Conference, Riga, Latvia, August 29-31, 2000. CESNUR - Centre for Studies on New Religions.

<http://www.cesnur.org/conferences/riga2000/hunt.htm>, consulté en juin 2016.

Involve, Not another consultation! Making community engagement informal and fun. A publication by Involve and Local Government, 2011.

<http://www.involve.org.uk/wp-content/uploads/2011/09/Not-Another-Consultation.pdf>, consulté en juillet 2016.

I&DeA, Community engagement and Empowerment: a guide for Councillors. A guide produced for the IdeA by Tracy Gardiner, Policy Analyst at the LGIU. February 2010. <http://www.cdf.org.uk/nepmicrosite/files/resources/Guidance/engagement%20and%20empowerment%20for%20councillors.pdf>,consulté en juillet 2016.

Joly, D., « Les musulmans dans la société britannique », Hommes et Migrations, 1299, 2012.

<https://hommesmigrations.revues.org/1402>, consulté en juin 2016.

National Council of Voluntary Organisations, <www.ncvo.org.uk/policy-and-research/funding/what-the-research-tells-us>, consulté en juillet 2016.

NICE (National Institute for Health and Care Excellence), Community engagement: improving health and well being and reducing health inequalities. March 2016 <https://www.nice.org.uk/guidance/NG44>, consulté en juillet 2016.

Phizacklea, A., « Gendered Actors in Migration », J.Andall (ed) Gender and Ethnicity in Contemporary Europe, pp. 23-40, Berg, 2003.

Sanders, D., Fisher, S.D., Heath A. & Sobolewska M., « The Democratic Engagement of Britain’s ethnic minorities », Ethnic and Racial Studies, 37:1, 120-139, 2014.

Tunstall R. et al., « Building the Big Society », London School of Economics, Centre for Analysis of Social Exclusion, Report 67, June 2011.

Haut de page

Notes

1 Les premières associations caritatives (charities) remonteraient au 12e siècle. Voir Abercrombie N. et Warde A., 2002.

2 Sanders, D., Fisher, Stephen D., Heath A. & Sobolewska M., « The democratic engagement of Britain's ethnic minorities », Ethnic and Racial Studies, 37:1, 120-139, 2014.

3 Cet article se fonde sur des recherches de terrain menées dans le cadre d’une étude comparée internationale sur plusieurs communautés d’immigrés vivant en Grande-Bretagne et aux États-Unis: communautés musulmanes, sikhes nigérianes en Grande-Bretagne et communautés musulmanes, et hispaniques aux États Unis (à Chicago et New York, en Arizona et au sud de la Californie). Le projet de recherche intitulé, SoMi, Securitisation of Migrant Integration, Lessons from the US and the UK, a été codirigé par CREW (Paris 3) et le CEVIPOF (Sciences-Po Paris) et financé par l'AAP 2012 de l'Idex de Sorbonne Paris Cité (SPC).

4 L’émigration des Nigérians s’est faite essentiellement vers le Royaume-Uni, les États Unis et l’Afrique du Sud.

5 Voir les résultats du recensement de 2011. <https://www.ons.gov.uk/peoplepopulationandcommunity/populationandmigration/internationalmigration/articles/internationalmigrantsinenglandandwales/2012-12-11>, consulté le 30 octobre 2017.

6 Voir Cherti M., Pennington J. & Grant P., Beyond Borders. Human Trafficking from Nigeria to the UK. Institute for Public Policy Research, January 2013. <http://www.ippr.org/files/images/media/files/publication/2013/01/nigeria-trafficking_Jan2013_10189.pdf?noredirect=1>, consulté en juillet 2017.

7 <http://webarchive.nationalarchives.gov.uk/20121212135632/http://www.fco.gov.uk/en/about-the-fco/country-profiles/sub-saharan-africa/nigeria?profile=intRelations&pg=4> ,consulté en juillet 2017.

8 Plusieurs événements très médiatisés ont marqué de manière durable la communauté nigériane et l’ont amenée à se mobiliser collectivement : meurtre du jeune Damilola Taylor (décembre 2000), attentat manqué d’un citoyen nigérian sur un vol transcontinental (décembre 2009) et, plus tard, meurtre d’un soldat, Lee Rigby, assassiné par deux Britanniques d’origine nigériane convertis à l’islam (mai 2013).

9 Ademola Aminu, maire d’origine nigériane de Lambeth, The Vanguard, 3/06/2012.

10 Clarke J., «New Labour’s citizens: activated, empowered, responsibilized, abandoned?», Critical Social Policy, vol.25(4), 2005, p.441.

11 Tunstall R. et al., «Building the Big Society», London School of Economics, Centre for Analysis of Social Exclusion, Report 67, June 2011, p. 3.

12 Berger M. et De Munck J., «Participer, entre idéal et illusion», Recherches sociologiques et anthropologiques, 46-1, (In)capacités citoyennes, p. 1-24, 2015, <https://rsa.revues.org/1361>, consulté en juillet 2016.

13 I&DeA, p.3 <http://www.pucsp.br/ecopolitica/documentos/direitos/docs/emponderamento/iedea-2010.pdf>, consulté en juillet 2016.

14 National Council of Voluntary Organisations.

15 Green R., ‘Working Together’. Engaging with South London’s Voluntary and Community Sector: A Community Scoping Study. Goldsmiths University of London, 2012. <www.gold.ac.uk/community-engagement-research/publicationsandprojects/>, consulté en juillet 2016.

16 NOW partage désormais ses locaux et les postes informatiques avec AWWA une association de femmes africaines. NICOWF, une association nigériane du nord de Londres s’est vue dans l’obligation de ne pas renouveler le contrat d’un secrétaire à mi-temps dont le poste lui avait été initialement accordé par le local Council de Waltham Forest en 2001.

17 Entretien avec le secrétaire général de l’association Nigerian Community Waltham Forrest (NCWF), février 2015.

18 Entretien avec le secrétaire général de l’association NIDO, février 2015.

19 Green, R., op.cit., p.14.

20 Involve, Not another consultation! Making community engagement informal and fun. A publication by Involve and Local Government, 2011, p.9.

21 Entretien avec la présidente de ABLE (Association of British Law Enforcement Officers), juin 2014.

22 Entretien avec le révérend Ade Omooba, fondateur de Christian Concern Legal Centre, février 2015.

23 Entretien avec le révérend Ben Enwuchola, en charge de la Nigerian UK Chaplaincy, février 2015.

24 Entretien avec la présidente de ABLE (Association of British Law Enforcement Officers), juin 2014.

25 Entretien avec le secrétaire général de BNLF (British Nigerian Lawyers Forum), février 2015.

26 Entretien avec le porte-parole du Congrès des leaders Igbo, février 2015.

27 Entretien avec le vice-président de CANUK (Central Association Nigerians in the UK), juin 2014.

28 Entretien avec Ademola Aminu, maire de Lambeth, président de deux associations : The British Nigerian Local Councillors Association et Nigerian Academics in the UK. Entretien mené en février 2015.

29 Phizacklea, A., «Gendered Actors in Migration», Andall J. (ed) Gender and Ethnicity in Contemporary Europe, Berg, 2003, pp.23-40.

30 Depuis quelques années, le rôle joué par les organisations diasporiques tant dans leur pays d’accueil que surtout dans leur pays d’origine est un champ d’études qui se développe rapidement. Pour le Nigeria Ben Lampert (Open University) explique que ces associations mobilisent des ressources matérielles, financières, intellectuelles et politiques afin de promouvoir le développement économique et social du Nigeria mais également afin de poursuivre certains buts politiques (ex: droit de vote de la diaspora dans les élections au Nigeria).

31 Martha Osamor, membre du parti travailliste, ancienne candidate locale est une figure de proue de la communauté nigériane. Sa fille Kate Osamor est l’une des quatre députés (Labour) d’origine nigériane qui a été élue à la chambre des Communes en mai 2015. Entretiens menés en juin 2014 et février 2015.

32 Kamal, Z., « Empowerment of Women » Palestine-Israel Journal of Politics, Economics & Culture 17 (3/4): 25–29, 2011.

33 Entretien avec Martha Osamor, présidente de NOW (Nigerian Organisation Women), entretien mené en juin 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Puzzo, « La mobilisation associative au Royaume-Uni dans les organisations communautaires nigérianes », Observatoire de la société britannique, 23 | 2018, 105-127.

Référence électronique

Catherine Puzzo, « La mobilisation associative au Royaume-Uni dans les organisations communautaires nigérianes », Observatoire de la société britannique [En ligne], 23 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 22 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/osb/3035 ; DOI : 10.4000/osb.3035

Haut de page

Auteur

Catherine Puzzo

Maître de conférences en civilisation britannique à l'Université Toulouse – Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • OpenEdition Journals