Navigation – Plan du site

Logement et mobilisation collective à Londres : la naissance d’un mouvement social urbain ?

David Fée
p. 129-150

Résumé

La capitale britannique est le théâtre de mouvements de protestation comme elle ne l’avait pas été depuis les années 1980, voire 1970, et qui s’articulent autour de la question du logement. En effet, Londres est victime d’une crise aigüe qui se traduit par des difficultés grandissantes pour la population londonienne à obtenir un logement abordable et de qualité, que ce soit dans les secteurs locatif privé ou public et, surtout, pour accéder à la propriété. Ces difficultés sont aggravées par les choix politiques faits depuis 2010, qui ont cherché à réformer l’État-providence dans ce domaine, par des tendances financières de long terme et par la politique de rénovation urbaine mise en œuvre localement par certains boroughs. Sur ce terreau, sont apparues de nombreuses associations locales, désormais regroupées au sein d’une fédération, qui dénoncent les réformes et font campagne pour faire reconnaître le droit à la ville. Leur cri de bataille varie d’une exigence de meilleures conditions de logement à la reconnaissance d’un droit pour tout Londonien à demeurer dans la capitale britannique, en dépit de son évolution immobilière. Leurs succès demeurent inégaux et limités mais pourraient constituer la première pierre d’un véritable mouvement social urbain susceptible d’être rejoint par le plus grand nombre, si les associations surmontent leurs différences.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cet article s’inscrit dans un champ de recherche ouvert par Manuel Castells en 1972 lorsqu’il publia La question urbaine, ouvrage dans lequel il s’écartait de l’analyse traditionnelle de la ville inspirée de l’Ecole de Chicago et proposait en lieu et place de cette analyse sociologique et géographique des transformations urbaines une lecture politique faisant de l’urbain l’arène de conflits axés autour d’enjeux incluant entre autres la consommation du système urbain (comme les services publics par exemple). Dès lors, les sociologues urbains n’ont cessé d’étudier les mouvements sociaux et se sont efforcés de comprendre comment et pourquoi ils naissaient et d’où découlait le changement en milieu urbain.

2La capitale britannique en ce début de 21è siècle fournit une vitrine fascinante pour l’étude de ces mouvements. Ville extrêmement inégalitaire, Londres illustre le retour de la question du logement –the housing question- qui avait disparu du débat politique pendant trente ans, de 1977 (Housing White Paper) à 2003 (Barker Report). Elle constitue à ce titre un laboratoire pour une foultitude d’organisations établies dans le but de dénoncer des conditions de logement de plus en plus indécentes, voire parfois, de lutter pour leur droit à la ville.

  • 1 Lefébvre, H., Le droit à la ville, Paris : Economica, 2009 ed., pp. 94-108.

3Cette expression forgée par Henri Lefèvre en 19671 a été reprise par nombre de mouvements sociaux urbains depuis. Sa définition originale assez vague a permis à ces mouvements de se placer sous sa bannière soit parce qu’ils demandent que certains de leurs droits civiques matériels vitaux soient garantis soit parce qu’ils expriment un droit moral à l’accès à la cité et à davantage de démocratie. Ce sont ces deux conceptions de la citoyenneté que les organisations londoniennes luttant dans le domaine du logement reflètent. Aujourd’hui, à Londres, elles font en effet campagne non seulement contre le déclin des conditions de logement, mais aussi pour leur droit à demeurer dans la capitale.

  • 2 Lowe, S., Urban Social Movements: The City after Castells, London : Macmillan, 1986, p. 3, “The ter (...)

4Cet article s’intéresse donc aux antécédents et aux origines structurelles de ces mouvements londoniens, à leur nature, leur stratégie ainsi qu’à leurs accomplissements. Par mouvements sociaux, j’entends des « organisations en dehors du système formel des partis et qui rassemblent des personnes pour protéger ou remettre en question la fourniture de services publics et défendre l’environnement local »2. Leurs caractéristiques principales sont donc l’action collective, le refus du statu quo et l’accent mis sur les services publics. Cependant, dans le cas de Londres, leur action ne se limite plus à dénoncer les réformes mises en œuvre dans le domaine du logement mais embrassent désormais la question de la privatisation et la marchandisation de la ville.

5Cet article s’attachera donc dans un premier temps à montrer la filiation entre mouvements passés et présents, puis à brosser le contexte des luttes actuelles dans la capitale. Dans un troisième temps, la nature, les demandes et les résultats de certaines des organisations composant le mouvement seront examinés. In fine, je poserai la question de l’unité du mouvement et de son avenir à la lumière de son bilan.

Une tradition de mobilisation dans le domaine du logement

6Il existe en Grande-Bretagne depuis un siècle environ une tradition vivace de protestation dans le domaine du logement, sans doute en raison des multiples dimensions du logement, ontologique (car touchant à l’intime et à l’être) mais aussi sociale (l’habitat et la vie collective) ainsi qu’économique (du coût d’un logement dépend le niveau de vie d’un foyer).

  • 3 Lowe, S., op. cit., p. 86.

7Les locataires représentent depuis longtemps un élément moteur des mouvements sociaux outre-Manche et les pics d’activité correspondent à des changements dans les politiques nationales ou locales du logement. Le premier exemple date de la fameuse grève des loyers en 1915 à Glasgow. Elle témoigne d’une mobilisation dans le secteur privé locatif qui, en raison d’un contexte de guerre et du caractère éminemment sensible des emplois occupés par les grévistes, conduisit à l’intervention du gouvernement et à la victoire du mouvement3. L’entre-deux guerres fut marqué par un florilège d’associations de locataires dans le secteur privé et des grèves dans l’East End à Londres, en particulier. L’émergence de fédérations d’associations de locataires Hlm à la fin des années 1940 et plus particulièrement à Londres marqua une seconde étape dans la gestation de cette tradition de protestation.

  • 4 Ibid., p. 83, “A strongly defined social base which under certain circumstances mobilises into a so (...)

8L’évolution du système de logement à compter des années 1920 et l’essor d’un secteur Hlm expliquent que cette activité associative se soit déplacée vers le secteur public et trois caractéristiques peuvent rendre compte de son expansion dans ce secteur : 1- des procédures de sélection conduisant à des profils de locataires Hlm semblables ; 2- une forte identité ouvrière ; 3- une identification à des zones géographiques restreintes et une forte densité. Ces caractéristiques ont permis « la formation d’une base sociale qui dans certaines conditions permet une mobilisation qui s’agrège en un mouvement social »4.

  • 5 Ibid., p. 93.

9La décennie 1965-1975 connut un pic d’activité au niveau national en réponse à la réforme des loyers Hlm instaurée par le gouvernement conservateur en 1965. Les mouvements de protestation et les grèves touchèrent principalement Londres de 1967 à 1970, où des Tenants Action Committees furent créés mais un mouvement très dur de résistance aux hausses de loyers et évaluation des ressources se développa aussi à Liverpool, Sheffield, Glasgow, etc. Les tactiques utilisées étaient variées : action directe dans un premier temps (manifestations), puis grèves des loyers et lobbying, et action en justice enfin. Le mouvement reçut l’aide du parti communiste à Sheffield pour organiser réunions et comités de gestion. La première vague se brisa du fait des désaccords sur les tactiques à employer et sur la décision de proposer des candidats aux élections municipales parmi les locataires. Ces mouvements connurent un regain en 1972 après le vote du Housing Finance Act. Le vote de la loi conduisit à une grève des loyers à Dudley avec des tactiques de grève syndicalistes (comités, piquets) et une jonction avec les International Socialists. Les actions furent nombreuses là où la municipalité n’avait pas tenté de s’opposer à la mise en œuvre de la loi. Néanmoins, la campagne contre le vote de la loi ayant échoué, le mouvement s’effondra, en dépit de la création d’une National Tenants’ Organisation après 1977 qui usa de nouvelles tactiques (théâtre de rue, lobbying, manifestations et événements publicitaires), sans plus de succès cependant5.

10Les réformes en matière de logement mises en œuvre durant les décennies suivantes furent l’occasion d’autres mobilisations. Sous les conservateurs, la privatisation des logements sociaux (Right-To-Buy) à compter de 1980 donna lieu à des actions locales, tout comme les politiques de rénovation des cités Hlm (Housing Action Trusts) à partir de 1988. Durant les mandats travaillistes, le transfert accéléré des Hlm vers le secteur associatif (Stock Transfer), ainsi que la rénovation urbaine imposée dans le nord du pays (Housing Market Renewal) conduisirent à une levée de boucliers. C’est ainsi que furent fondées des associations nationales comme Defend Council Housing dans le but de s’opposer aux politiques gouvernementales dans le domaine du logement.

Le contexte de la mobilisation : la crise du logement

11L’émergence dans les années 2010 d’une nébuleuse d’associations luttant pour donner davantage de visibilité à la question du logement dans la capitale ainsi que pour assurer un droit au logement à leurs membres n’est pas fortuite mais tient aux politiques mises en œuvre depuis 2010 et en particulier à l’aggravation de la crise du logement dans la capitale et dans le pays.

  • 6 Department of Communities and Local Government, Homes for the Future: More Affordable, More Sustain (...)
  • 7 Barker, K., Delivering Stability: Securing our Future Housing Needs, Barker Rewiew Final Report, Lo (...)
  • 8 DCLG, Table 209, Housebuilding: permanent dwellings completed by tenure and country, https://www.go (...)
  • 9 Ibid.

12Cette crise a une cause structurelle, à savoir le déséquilibre croissant entre offre et demande depuis les années 1980. Gordon Brown avait fixé en 2007 à 240 000 le nombre de nouveaux logements à bâtir chaque année en Angleterre pour répondre à la croissance de la population6. Cet objectif répondait aux recommandations du rapport final Barker de 2004 qui avait conclu à la nécessité de bâtir entre 70 000 et 200 000 logements privés supplémentaires par an en Angleterre7. La crise bancaire de 2008 et ses effets secondaires ont conduit à la baisse de la construction, d’un pic de 215 800 nouveaux logements en 2007-2008 au R.U. (dont 170 000 en Angleterre) à un étiage de 133 000 (dont 107 980 en Angleterre) en 2012-20138. Depuis la construction est légèrement repartie à la hausse pour atteindre 168 210 en 2015-2016 (dont 139 840 pour l’Angleterre) mais demeure bien en deçà des besoins. Ce déclin s’explique avant tout par le déclin du logement social qui est passé de 192 000 unités au Royaume-Uni en 1969-70 à environ 33 000 unités en 2015-169. Ce chiffre est à mettre en regard avec les 78 000 logements sociaux nécessaires chaque année, rien qu’en Angleterre.

  • 10 Mayor of London, The Draft London Plan, London : GLA, 2002.
  • 11 Office of National Statistics, 2011 Census-Population and Household Estimates for England and Wales(...)
  • 12 Mayor of London, The London Plan March 2016, London : GLA, p. 94.
  • 13 Mayor of London, Homes for London: The London Housing Strategy, London : GLA, 2014, p. 25.

13Ce déséquilibre se lit plus clairement encore dans la capitale britannique. Londres est en effet soumise depuis près de trois décennies à une croissance démographique soutenue en raison de son attrait économique. Ceci contraste avec le long et profond exode urbain qui a marqué les villes britanniques des années 1960 aux années 2010 et plus généralement avec le phénomène nommé counter-urbanisation, à savoir la relation inversement proportionnelle entre la taille d’une commune et son taux de croissance. Cependant, dès 1989 la croissance de Londres contredit cette tendance et sa population repartit à la hausse10, augmentant ainsi de 11,6 % entre 1991 et 201111. On estime aujourd’hui qu’elle progressera de deux millions d’ici 203612. Cependant, l’industrie du bâtiment n’a pas su ou voulu répondre à cette croissance et produit autour de 20 000 à 25 000 nouveaux logements par an depuis trente ans alors qu’on estime à 48 000 le nombre de logements nécessaires13. Font particulièrement défaut les logements abordables et surtout les grands logements, ceux de quatre chambres.

  • 14 Mayor of London, Housing in London: the Evidence Base for the Mayor’s Housing Strategy, London : GL (...)
  • 15 Adonis, A., Davies, B., City Villages: More Homes, Better Communities, London : IPPR, 2015, p. 6.
  • 16 Watt, P., Minton, A., “London’s Housing Crisis and its Activism”, in City, vol. 20, no. 2, 2016, p. (...)
  • 17 Osborne, H., The Guardian, 26 septembre 2016, https://www.theguardian.com/money/2016/sep/26/rising- (...)

14Ce déséquilibre a engendré une hausse des prix immobiliers et par conséquent des problèmes d’accès au logement. Les prix londoniens sont de 78 % au-dessus de la moyenne britannique et l’accès à la propriété de plus en plus difficile. Cette pénurie conduit à de nombreux problèmes sociaux : dès 2002, une étude avait souligné l’influence des prix immobiliers londoniens sur le taux de pauvreté local, sur le pourcentage de foyers surpeuplés et par conséquent sur le nombre d’enfants souffrant de tuberculose ainsi que sur le nombre de sans-domicile fixe et de demandeurs de logement social14. Le prix moyen d’un logement à l’achat dans la capitale représente en effet 14 fois le salaire moyen et les loyers sont quant à eux supérieurs de 50 % à la moyenne des salaires locaux dans plus de la moitié des boroughs15. L’envolée des prix a eu deux conséquences majeures, à savoir l’allongement des listes d’attente pour un logement social (de 80 % entre 1997 et 200616) et la fuite des trentenaires de la capitale17.

15La capitale est donc en proie à une crise aigüe du logement, dont les prémices avaient été diagnostiquées dès le début des années 1990, et qui est aggravée par une tendance économique de long terme, la financialisation du logement.

La financialisation du logement dans la capitale

16Les difficultés croissantes des Londoniens à se loger résident en effet dans la financialisation du logement depuis trente ans, à savoir la transformation du logement en un investissement pour assurer revenus supplémentaires et profits dans un contexte marqué par l’instabilité professionnelle, la réduction de la valeur des retraites et les attaques contre l’État-providence.

  • 18 Martin, A., Ryan-Collins, J., The Financialisation of UK Homes, London : New Economics Foundation, (...)
  • 19 ONS, Table 678, Social Housing Sales: Annual Sales by Scheme for England, https://www.gov.uk/govern (...)
  • 20 Watt, P., Minton, A ., op. cit., p. 208.

17Depuis les années 1980, la valeur d’usage du logement a été supplantée par sa valeur marchande. Le logement est devenu une marchandise (a commodity), un bien de consommation, ce qui explique que l’immobilier représente près de 50 % du capital des foyers britanniques18. Ceci est d’autant plus vrai que les profits sur les résidences secondaires n’étaient pas imposés jusqu’en avril 2016. Cette financialisation se manifeste de plusieurs façons : tout d’abord par l’encouragement de l’accession à la propriété par les trois grands partis politiques britanniques. Le parti conservateur s’est montré un précurseur en la matière puisque dès les années 1950 les Conservateurs ont promu la propriété immobilière comme un moyen de redistribuer la richesse nationale et comme un complément à la protection sociale. Chaque gouvernement conservateur s’est donc employé à faciliter l’accès à la propriété – « a property owning democracy » selon les termes de A. Eden. C’est cet objectif qui a guidé la politique du logement de M. Thatcher à compter de 1980 et qui explique les trois lois permettant aux locataires de logements sociaux de devenir propriétaires. C’est toujours cet objectif qui a guidé le gouvernement de D. Cameron dans sa volonté de donner aux locataires des Housing Associations (voir ci-après) les mêmes droits d’acquisition et de relancer le secteur immobilier après 2010 par de nouvelles aides pour les primo-accédants (HomeBuy). Longtemps hostile à cette politique, le parti travailliste a officiellement pris position en faveur de l’accession à la propriété en 1965 et a accepté la politique de privatisation des Hlm (restreinte) sous Tony Blair. Cette politique a conduit à la vente de près de 2 millions de logements sociaux tous types confondus entre 1980 et 201519 en Angleterre. A Londres, rien qu’entre 1998 et 2009, près de 85 000 logements Hlm ont été vendus et 36 % des anciens Hlm sont désormais dans le secteur locatif privé20.

18La financialisation du logement a été renforcée par l’offre bancaire (supply-led) qui n’a cessé de s’étoffer depuis les années 1980 lorsque le système de crédit immobilier a été libéralisé. Une très large gamme d’emprunts était proposée avant la crise bancaire de 2008, jusqu’à plus de 100 % du prix d’un logement sur une échéance de 25 ans. L’exemple le plus flagrant de la financialisation du logement se lit dans l’émergence et l’expansion de programmes d’investissement locatif (Buy-to-Let). Cette tendance est récente puisqu’en 1998 ces programmes ne représentaient que 0,4 % de tous les emprunts immobiliers. En 2016, leur proportion atteignait 17 %21. Ces programmes ont connu un développement fulgurant alimenté par la perspective de profits locatifs supérieurs à la moyenne à Londres en particulier. Leur part du secteur locatif privé était ainsi passé de 5 % du parc national en 2000 à 29 % en 2007 avant la crise22. Ces logements ont eu un effet à double tranchant : ils ont contribué à la rénovation des centres anciens et à la renaissance urbaine en Grande-Bretagne car seuls 10 % des emprunts immobiliers Buy-to-Let portent sur des logements neufs mais ils ont aussi alimenté la hausse des prix immobiliers.

19La financialisation est renforcée dans le contexte londonien par le fait que l’immobilier londonien est perçu et vendu comme un investissement sûr pour les riches du monde entier. L’investissent immobilier dans la capitale britannique est d’autant plus sûr que le secteur locatif privé est très peu régulé en Angleterre depuis l’introduction des baux de courte durée (Assured Shorthold Tenancies) en 1988 C’est pourquoi le marché immobilier londonien a très rapidement surmonté la crise bancaire : en 2015, les prix des logements y étaient de 46 % supérieurs à l’avant crise avec une moyenne de £ 525 000 et les loyers avaient augmenté d’un tiers depuis dix ans en raison de la pénurie mais aussi de la construction de logements hauts de gamme23. Le marché est alimenté à Londres par la construction de programmes locatifs d’investissement (BTL) qui représentent 24 % du marché national anglais et désormais 50 % des nouvelles constructions24. La spéculation qu’ils induisent est si inquiétante qu’elle a convaincu le nouveau maire de Londres, Sadiq Khan, de lancer une vaste enquête consacrée à l’effet des investissements étrangers sur le marché londonien.

20Ces évolutions immobilières de long terme ont fragilisé nombre de foyers londoniens en réduisant leur capacité à se loger de manière décente dans la capitale. Paradoxalement, dans ce contexte difficile, les mesures prises par les gouvernements de coalition puis conservateur ont contribué à éroder davantage les droits individuels dans le domaine du logement.

Les effets des attaques contre l’État-providence sur les Londoniens

  • 25 Social Policy Justice Group, The State of the Nation Report: Fractured Families, London : The Conse (...)

21Très vite, après la formation du gouvernement de coalition en 2010, un certain nombre de mesures ont été prises pour réduire les déficits publics mais aussi réduire « la dépendance aux aides sociales » (welfare dependency) dénoncée par les conservateurs dans l’opposition25. Ces mesures ont eu un effet disproportionné sur les foyers londoniens en raison du caractère atypique du marché immobilier local, fragilisant un peu plus certains habitants. Elles ont conduit à la création de nombreuses associations locales (voir ci-après).

22La décision de plafonner l’allocation logement est sans aucun doute la mesure la plus controversée. Dès juin 2010, dans son discours du budget, le Chancelier de l’Echiquier a en effet annoncé son intention de procéder à sa réforme dans le secteur social (Housing Benefit) et le secteur locatif privé (Local Housing Allowance) au motif que son coût était passé de onze milliards de livres sterling en 1998 à 21 milliards en 2010 et que certains foyers occupaient des logements trop grands et trop chers26. Cette annonce a conduit au Welfare Reform Act (2012) qui a indexé l’allocation versée dans le secteur privé sur les 30 % des loyers locaux les plus bas, l’a plafonnée de 280 à 417 livres sterling par semaine selon la taille du logement et en a exclu les moins de 35 ans27. Le montant total des allocations versées a été limité à 26 000 livres sterling par an par foyer dans un premier temps puis revu à la baisse en 2015 (maximum 23 000 à Londres et 20 000 dans le reste du pays) par le Welfare Reform and Work Act, 2016. Quant à l’allocation versée aux locataires du secteur public, elle peut être amputée (de 14 % à 25 %) si le logement est sous-occupé et est incluse dans un crédit universel (universal credit) qui a remplacé à partir d’avril 2013 toutes les allocations.

  • 28 Her Majesty’s Government, Laying the Foundations, London : HMSO, 2011, p. 24.

23Tout aussi controversée fut la décision d’abolir les baux (tenancies) à vie, pour les nouveaux locataires Hlm. Les nouveaux baux ne dépassent pas sept ans et les bailleurs sociaux ont reçu en avril 2011 le pouvoir de porter les loyers des nouveaux locataires à 80 % du prix du marché (renommés affordable rents) afin de dégager des fonds pour bâtir 170 000 logements sociaux d’ici 201528. Dans une ville où la moyenne des loyers est bien plus élevée que dans le reste du pays, cette décision porte à conséquence.

  • 29 London Assembly, Assessing the Consequences of Welfare Reform, London : GLA, 2014, p. 8.
  • 30 Mayor of London, Overview of the Housing Committee's Work, 2013-15, 2015, https://www.london.gov.uk (...)
  • 31 New Policy Institute, Movements of housing Benefit Claimants in London, London : NOI, 2016, p. 9.

24Ces réformes ont conduit à une levée de boucliers (y compris du maire de Londres) au motif qu’elles pouvaient accroître le nombre de locataires en situation d’arriérés et donc expulsables, (soit 82 000 foyers à Londres selon les premières estimations), conduire à un exode massif des foyers les plus pauvres hors du centre de Londres, à un taux de surpeuplement plus élevé et donc à davantage d’exclusion et de ségrégation sociale ainsi qu’à un accroissement du nombre des SDF. Les Londoniens, dont un quart bénéficie d’une allocation logement, paraissaient particulièrement menacés29. Force est de constater que depuis l’entrée en vigueur des réformes, la moitié des allocations plafonnées l’a été dans la capitale et quatre fois plus de foyers londoniens (21 %) que la moyenne nationale ont vu leur allocation Hlm réduite au motif que leur logement était trop grand30. Par ailleurs, on estime que le nombre d’allocataires ayant quitté Londres a augmenté de 9 % entre 2010 et 201431.

25Toutes ces réformes ont donné lieu à des accusations de nettoyage social (social cleansing) et ont contribué un peu plus à convaincre certains Londoniens de se mobiliser. Cependant, sans les décisions prises par certaines collectivités locales en matière d’aménagement et d’urbanisme, la mobilisation n’aurait sans doute pas été aussi forte.

L’étincelle : rénovation des cités Hlm et stratégie de gentrification

  • 32 Adonis, A., Davies, B., op.cit.,, pp. 5-21.
  • 33 Setter, D., Folster, S., The Public Wealth of Nations, London : Palgrave Macmillan, 2015

26Dans ce contexte particulièrement éprouvant pour nombre de foyers londoniens, le catalyseur de la mobilisation collective a été la politique de rénovation des cités Hlm (estate regeneration). Cette politique a été formalisée par Andrew Adonis dans un document pour l’Institute for Public Policy Research dans lequel il mettait en avant le concept de city village32. Le terme renvoie au potentiel de rénovation voire de reconstruction urbaine au sein des villes par le biais d’un partenariat public/privé afin d’offrir un meilleur éventail de logements et de prix. Le foncier est à la fois l’élément indispensable et le plus cher de ces programmes, et les municipalités possèdent entre 1/4 et 1/3 du foncier local. Il s’agit donc pour elles de passer un accord avec des entreprises internationales spécialisées dans l’immobilier pour la vente de leur foncier puis la démolition et reconstruction à haute densité des cités Hlm d’après-guerre, ce qui décuple ainsi le nombre de logements sur place et crée les infrastructures, commerces et équipements locaux nécessaires. Ces programmes s’inscrivent dans une réflexion internationale sur la manière d’optimiser l’usage des actifs publics dans un contexte d’austérité33.

  • 34 “are entrenching poverty in Britain, isolating and trapping many of our families and communities… c (...)
  • 35 Social Policy Justice Group, op. cit.

27Ces idées sont désormais officiellement reprises et soutenues par le gouvernement conservateur. En janvier 2016, David Cameron a en effet fait part dans un article du Sunday Times de son souhait de s’attaquer à la rénovation de 100 cités Hlm (« socalled sink estates ») afin non seulement de faire bâtir des milliers de nouveaux logements mais surtout de lutter contre ces cités « où s’enracine la pauvreté en Grande-Bretagne et qui isolent et piègent nombre de nos familles et communautés » et qui engendrent des résidents « qui s’autogouvernent, coupés et séparés du reste de la société »34. Cette vision de la pauvreté fait écho à l’analyse de la pauvreté réalisée en 2006 par le Social Justice Policy Group d’Ian Duncan Smith sous le titre Fractured Families35. Pour ce faire, David Cameron annonçait un fond de £ 140 millions de livres destiné à amorcer le processus.

  • 36 Watt, P., Minton, A., op. cit., p. 212.
  • 37 London Assembly, Knock it Down, Do it Up, Report of the Housing Committee, London : GLA, 2015, p. 4

28Les motifs des municipalités sont triples : premièrement, le montant perçu par la municipalité après la vente apporte à celle-ci de nouvelles ressources financières dans un contexte budgétaire d’austérité. Deuxièmement, ces programmes permettent en théorie de remplacer les logements Hlm existants par des logements abordables neufs. Troisièmement, ils permettent de transformer le visage et l’urbanisme de certains quartiers et ainsi d’attirer les fameuses « classes créatrices » qui sont censées permettre une meilleure mixité sociale et augmenter le capital social de la collectivité. Cinquante cités Hlm sur les 3500 de la capitale ont ainsi été rénovées entre 2004 et 2014, une centaine depuis 2000, partiellement ou totalement36. Le borough de Hackney est l’un des précurseurs dans ce domaine avec dix-huit cités Hlm en voie de rénovation, souvent avec des partenaires du secteur associatif. Deux problèmes se posent néanmoins. Premièrement, les résidents sont insuffisamment associés à la rénovation. Deuxièmement, bien que le London Plan impose de construire le même nombre d’unités abordables, la modification de la définition « logement abordable » après 2010 a conduit à un déclin du parc social. Comme un rapport de 2015 du Housing Committee du GLA le souligne, en dépit du doublement du nombre de logements après rénovation, 8 000 logements sociaux ont été supprimés37.

29La politique de rénovation est donc venue décupler le sentiment de nombreux Londoniens que les pouvoirs publics étaient non seulement impuissants à enrayer la crise du logement dans la capitale mais qu’ils étaient parfois complices. Ce faisant, elle les a convaincus de la nécessité de se mobiliser et de passer à l’action.

Radiographie de la mobilisation

  • 38 Edwards, G., Social Movements and Protests, Cambridge : Cambridge UP, 2014, p. 4.

30La nébuleuse londonienne des mouvements de protestation compte une trentaine d’associations locales. La plupart sont nées au début des années 2010 en réponse au contexte décrit ci-dessus. Vingt-sept d’entre elles ont rejoint une fédération, le Radical Housing Network, fondée en 2013 qui se veut radicale, à savoir indépendante de tout parti politique, issue de la société civile et horizontale (sans hiérarchie). Cette fédération montre quatre des caractéristiques souvent mises en avant pour définir un mouvement social : une action collective, un conflit et un opposant (ici le mal-logement et les collectivités locales), une identité collective (c’est la raison pour laquelle les associations rejoignent la fédération), une stratégie fondée sur la protestation pour obtenir un changement38.

31Une analyse typologique des 27 organisations affiliées sur la base des informations fournies sur leurs sites internet montre que la fédération regroupe des associations défendant des causes variées. Parmi celles structurées autour de questions liées au logement, certaines (4) défendent les locataires privés contre les hausses de loyers, la précarité des baux et les réformes, d’autres défendent des locataires Hlm (6) menacés de déplacement en raison de la rénovation/démolition, de leur immeuble ; d’autres encore (4) s’adressent à l’ensemble des locataires locaux et militent pour de meilleures conditions locales de logement, défendent les squatters (1) ou tentent de peser sur l’aménagement de leur quartier et l’offre future de logements (1) de manière plus classique. La fédération compte aussi des associations militant sur des thèmes connexes et quatre associations politiques (syndicats ou ouvrière). Leur périmètre est principalement local (une cité Hlm, un borough ou deux) mais parmi les adhérents figure une association nationale (Defend Council Housing), qui tranche par son action nationale. Les associations membres sont concentrées dans le centre de Londres (inner London), là où la question de la rénovation des cités Hlm se pose, et sont rares dans les quartiers résidentiels périphériques (outer London). Bien qu’aucune ne fournisse un compte de ses membres, on peut supposer que les effectifs varient de quelques dizaines de membres pour les causes locales à des centaines/milliers de membres pour Defend Council Housing.

  • 39 Wates, N., Knevitt, C., Community Architecture, How people are creating their own environment, Lond (...)

32Hors de la Fédération gravitent d’autres associations luttant contre la rénovation de cités Hlm (West Kensington and Gibbs Green Community Homes à Hammersmith and Fulham, 35percent.org), la vente de logements sociaux à un fond de pension américain (New Era 4 all à Hackney), ainsi que des collectifs d’architectes offrant leur expertise aux locataires Hlm (Architects for Social Housing) à l’instar de certains urbanistes et architectes prêtant main forte aux résidents pour formuler des propositions d’aménagement alternatives dans les années 196039. Elles sont en contact avec d’autres associations nationales, cette fois, telles que Generation Rent, Priced Out, SHOUT, qui militent pour porter à l’attention du public les multiples formes de la crise du logement. Ces contacts ont parfois donné lieu à des collaborations ponctuelles entre certaines associations et des mouvements politiques tels que Momentum, comme durant les débats sur la Housing and Planning Bill en 2016.

  • 40 Della Porta, D., Diani, M., Social Movements: An Introduction, Oxford : Blackwells, 2nd ed., 2006., (...)
  • 41 Watt, P., “A Nomadic War Machine in the Metropolis”, City, vol. 20, no. 2, 2016, pp. 297-320.

33Les tactiques employées ne reflètent qu’imparfaitement les trois catégories de tactiques de protestation fréquemment mentionnées par les chercheurs, à savoir le nombre (des manifestations collectives), les dommages (dommages matériels ou grèves) et le témoignage (une forme d’engagement moral)40. Les militants ont ainsi eu recours à la stratégie du nombre lors de la manifestation (The March for Homes) organisée le 31 janvier 2015 devant la mairie de Londres pour dénoncer le manque de logements abordables et exiger l’encadrement des loyers, par de multiples occupations de logements vides promis à la démolition (sleepover/occupation) comme en mars 2015 au Sweets Way Estate à Barnet, ou au Carpenters Estate à Stratford en septembre 2014, par l’occupation des services du logement de la mairie de Newham par E15, ou par la perturbation du salon immobilier MIPIM de Londres en 2014 et de la cérémonie des Property Awards en 2015. Des dommages symboliques (lancer de boue au MIPIM) ou réels (grève des loyers par les étudiants de UCL en janvier 2016) ont été occasionnés. Quant à la volonté de témoigner, elle se traduit par la présence d’un étal du groupe Focus E15 sur le trottoir de Stratford High Street le samedi matin, non seulement pour leur assurer une visibilité mais aussi pour permettre à d’autres de témoigner41. Les stratégies employées s’en éloignent néanmoins par l’usage de la médiatisation (le comédien Russel Brand a apporté son soutien durant la manifestation contre la vente de New Era Estate en décembre 2014 et le comédien Eddie Izzard est venu en aide aux résidents de Sutton Estate menacés d’expulsion en mars 2015), le lobbying des élus de Newham en charge du logement et surtout l’usage des nouvelles technologies et des médias sociaux (Twitter, Facebook) afin d’informer et dénoncer (naming and shaming). L’usage des médias, bien qu’involontaire à l’origine, tient une place centrale dans la lutte contre l’expulsion de l’association Focus E15 (films, articles locaux, articles nationaux).

  • 42 Dunleavy, P., Urban Political Analysis, London : Macmillan, 1980.
  • 43 Rex, J., Moore, R., Race, Community and Conflict, London : OUP, 1967.

34Cette mobilisation collective semble confirmer la thèse développée par P. Dunleavy42 sur les motifs des mobilisations modernes. Elle découle de ses recherches pour déterminer d’autres facteurs que la classe sociale dans la formation du comportement politique et avance que l’action collective s’appuie fréquemment sur une base sociale déterminée (residential communities) et un clivage de consommation sectoriel (sectoral consumption cleavage), à savoir l’accès commun à un service public ou privé. Ce concept reprend et élargit celui de housing class formulé par Rex and Moore en 1967, à savoir sept catégories de résidents différenciés par leur force/degré de contrôle dans le marché immobilier43. Les militants sont en effet fréquemment regroupés sur la base d’intérêts et de difficultés communs dans le marché immobilier (locataires privés/ locataires publics/ sans-domicile, etc.) et sur une base locale (au niveau du borough ou de la cité Hlm). L’évolution des associations infirme cependant en partie la thèse de P. Dunleavy car elles sont en passe de constituer un front commun au sein du Radical Housing Network, au-delà de leurs divergences. Cette fédération demeure dominée par les associations londoniennes cependant et n’inclut pas la plupart des associations nationales de protestation (Generation Rent, Priced Out, SHOUT formé en 2014), ce qui traduit le caractère londonien de la crise pour le moment.

  • 44 McAdam, D., « Beyond Structural Analysis: Towards a More Dynamic Understanding of Social Movements  (...)

35L’expansion du mouvement et l’émergence d’une coalition sous la forme du Radical Housing Network illustrent certaines théories sur le changement d’échelle des mouvements sociaux. Selon celles-ci, une action locale peut prendre de l’ampleur grâce à la diffusion de l’information ou le courtage (brokerage) par un individu ce qui permet aux différents acteurs sociaux de se percevoir comme ayant une identité commune et de s’identifier à une cause commune44. Dans le cas de Londres, l’importance de l’information domine, par le bais de stands, de journaux, de reportages et des médias sociaux et permet l’émulation et l’identification à une cause commune ; les rencontres fortuites (entre Focus E15 et le Revolutionary Communist Group, les locataires du Carpenters Estate, voir plus bas) et le courtage demeurent en revanche limités, bien que très importants puisque des universitaires-militants ont contribué à la visibilité du mouvement en organisant en mai 2015 à Birbeck College par exemple une journée consacrée à la crise du logement, à laquelle des militants ont été invités et en rédigeant des articles scientifiques.

  • 45 Della Porta, D., op. cit., p. 5.
  • 46 Watt, P., op.cit., “if you cannot afford to live in Newham you cannot afford to live in Newham”.
  • 47 Revolutionary Communist Group, Fight Racism, Fight Imperalism, no 251, juin-juillet 2016, p. 1.

36Autre caractéristique marquante, ces associations sont indépendantes des partis politiques comme le montre la liste des municipalités impliquées dans ces conflits. Si Barnett, où la municipalité gouvernée par les conservateurs est accusée d’user de son droit de préemption pour vider à moindre coût les cités Hlm, Southwark, qui est accusé des mêmes visées, est travailliste. Lambeth, qui est accusé de nettoyage social à Cressingham Gardens est travailliste, tout comme Stratford où opère l’association la plus médiatique, Focus E15. Les associations sont donc en conflit avec des maires de toute couleur politique, dont l’objectif principal est de transformer le visage de leur municipalité en démolissant et reconstruisant les cités Hlm de l’après-guerre dans leur commune. Ces conflits reflètent la couleur politique dominante des boroughs de la capitale (travailliste) et confirment les études montrant que les mouvements de protestation sont plus fréquents lorsque les canaux de communication traditionnels entre citoyens et institutions sont, ou paraissent, fermés45. Ainsi, le groupe Focus E15 n’a initialement reçu aucun soutien de la municipalité de Stratford, le maire travailliste Robin Wales allant même jusqu’à déclarer « si vous n’avez pas les moyens de vivre à Newham vous n’avez pas les moyens de vivre à Newham »46. De même, le leader de Southwark est connu pour avoir déclaré que les cités Hlm étaient « des symboles de l’abandon des inner cities, la délinquance, le chômage et l’incivisme étant les seules choses qui y fleurissent »47.

Des résultats à la hauteur de la mobilisation ?

  • 48 Fée, D., “The House is on Fire: Housing and the 2015 Election”, Revue Française de Civilisation Bri (...)

37La mobilisation collective à Londres a permis aux associations de remporter un certain nombre de victoires. Leur efficacité (relative) sur le terrain londonien contraste avec l’absence de résultat au niveau national. En effet, bien que la March for Homes en janvier 2015 ait contribué à accroître la visibilité du collectif, à porter à l’attention du public la question de la crise du logement à Londres et bien qu’elle ait conduit à la tenue d’une conférence en mars 2015 sous la houlette de la NHF dans le cadre de la campagne Homes for Britain, la mobilisation nationale a fait long feu. Les programmes électoraux (hormis celui des Verts) se sont révélés très décevants dans le domaine du logement48 et le gouvernement conservateur sorti des urnes en mai 2015 a choisi de faire voter le Housing and Planning Bill (devenu loi le 12 mai 2016) après sept mois de discussions parlementaires et le dépôt de 13 amendements par la Chambre des lords, tous rejetés par le gouvernement. La loi étend, entre autres dispositions, le Right to Buy, aux locataires du secteur associatif et risque donc de conduire à une nouvelle hémorragie de logements sociaux.

38Cette inertie nationale contraste avec les victoires remportées localement, principalement parmi les locataires du secteur privé. En décembre 2014, la campagne médiatique orchestrée par les locataires du New Era Estate à Hoxton (avec l’aide de Russell Brand) contre Westbrook Partners, un fond de pension américain, a porté ses fruits. Le fond a renoncé à sa récente acquisition et revendu la cité Hlm à Dolphin Living, une association caritative dans le domaine du logement, qui s’est engagée à n’augmenter les loyers qu’en fonction des revenus des locataires. Par ailleurs, en novembre 2016, suite à la campagne des résidents avec l’aide d’Eddie Izzard, la municipalité de Kensington and Chelsea s’apprêtait à refuser à Sutton Affinity le droit de démolir une partie du Sutton Estate.

39Le combat de Focus E15 contre la municipalité de Newham a également abouti à une victoire, temporaire. Cette association, la plus médiatisée de toutes, est composée de mères célibataires et s’est formée après leur expulsion du foyer où elles résidaient en 2013. Leur campagne pour être relogées à Londres, avec l’aide du Revolutionary Communist Group, les a conduites à occuper Carpenters Estate, une cité Hlm vouée à la démolition et se prêter à de multiples interviews pour dénoncer l’attitude de la municipalité. En 2016, la municipalité a décidé de racheter le foyer afin d’en faire un refuge pour SDF et a accepté de reloger les militantes dans 40 logements vides à Carpenter Estate, de manière temporaire, en attendant la démolition.

  • 49 Rawlinson, K.,“Government blocks plan to force out London estate residents”, The Guardian, 16 septe (...)

40Les conflits nés de la rénovation des cités Hlm ont abouti à des résultats inégaux, sans doute parce que toute victoire dépend de la mise en avant de faille dans la procédure. C’est ainsi que la campagne des résidents du Heygate Estate, l’une des deux cités Hlm vouées à la démolition avec Alesbury Estate à Southwark dans le cadre de la régénération du quartier Elephant and Castle, s’est soldée par une victoire partielle pour les résidents. En septembre 2016, le ministre responsable des collectivités a en effet rejeté la demande de Southwark de recourir à son droit de préemption pour acheter les logements des propriétaires de Aylesbury Estate à un prix inférieur au marché, avant la démolition de la cité, au motif que la décision de la municipalité était contraire aux Droits de l’Homme49. En revanche, le conflit opposant la municipalité de Lambeth à l’association de résidents Save Cressingham Gardens a finalement tourné à l’avantage de la première. Si en novembre 2015, la Haute Cour a statué que Lambeth n’avait pas agi légalement en annulant sa décision antérieure de consulter les résidents sur la possibilité de rénover la cité Hlm sans démolition et si en octobre 2016 un arrêt a interdit toute démolition et expropriation avant le réexamen du litige par la Haute Cour, celle-ci a finalement donné raison à la municipalité en décembre 2016. La démolition et la reconstruction de Cressingham Gardens va donc commencer.

  • 50 Bowcott, O., “Tenant wins battle to stop Westminster council moving her out of London”, The Guardia (...)

41Enfin, le foyer de protestation londonien issu des associations de locataires est une source d’inspiration pour d’autres citoyens. Ainsi, en avril 2015, la Cour Suprême a donné raison à une locataire faisant appel de la décision de la municipalité de Westminster de la reloger à Milton Keynes. La Cour a arrêté que les collectivités locales avaient un devoir légal de reloger les familles sans logis dans la municipalité « autant que cela est raisonnablement possible »50. D’autres catégories de la population également touchées par la crise du logement se sont mobilisées, comme les étudiants de UCL qui ont entrepris deux grèves pour protester contre la hausse de 56 % des loyers universitaires entre 2009 et 2016 et qui ont perçu 400 000 livres de dommages et intérêts en 2016. Au-delà des murs de la capitale, la mobilisation a essaimé comme à Cambridge où une manifestation contre la crise du logement a eu lieu en novembre 2015 et Bristol où des militants se sont opposés à la vente aux enchères de Hlm par la mairie en avril 2016.

Conclusion

  • 51 Harvey, D., Rebel Cities: from the Right to the City to the Urban Revolution, London : Verso, 2013, (...)

42Bien qu’inégales et limitées au regard de la crise, ces victoires n’en demeurent pas moins importantes pour les résidents concernés. Elles illustrent la vitalité et la rémanence d’une longue tradition de mobilisation collective dans le domaine du logement. Cette tradition, née au 20e siècle de conflits portant sur les conditions de logement entre pouvoirs publics et locataires, s’est réveillée à la faveur de la crise bancaire de 2008 et de ses conséquences sur le secteur du logement londonien. La mobilisation se fonde désormais non plus sur un droit à la cité qui serait synonyme de bonnes conditions de logement, mais sur le droit des citoyens à demeurer dans la capitale britannique, à être inclus dans la ville. En effet, en dépit des réformes mises en œuvre depuis 1999 (création du Greater London Authority) ainsi que des devoirs en matière de logement qui incombent désormais au Maire, les pouvoirs publics se montrent impuissants à assurer un accès à un logement décent et abordable. A la différence d’autres villes, comme Barcelone qui a également bâti son succès sur son capital symbolique collectif (son image)51, Londres et ses élus semblent peu enclins à redistribuer les fruits de ce succès. Il est permis de se demander si cette mobilisation saura perdurer malgré son hétérogénéité et se transformer en mouvement social urbain au sens où l’entendait Castells, à savoir un mouvement capable d’imposer un changement social. Le changement de contexte politique local en mai 2016 (l’élection de Sadiq Khan) a créé un climat plus favorable aux revendications du collectif mais le Maire de Londres possède des pouvoirs limités et n’est pas en mesure de répondre à toutes leurs demandes. Peut-être faut-il compter sur l’évolution du système immobilier londonien qui est défavorable à un nombre grandissant d’habitants et donc susceptible de fédérer davantage d’habitants de la capitale britannique autour des questions de logement.

Haut de page

Bibliographie

Adonis, A., Davies, B., City Villages: More Homes, Better Communities, London: IPPR, 2015.

Barker, K., Delivering Stability: Securing our Future Housing Needs, Barker Rewiew Final Report, London: HM Treasury, 2004.

Bowcott, O., “Tenant wins battle to stop Westminster council moving her out of London”, The Guardian, 2 avril 2015.

Bowie, D., “The Challenge to the Compact City Approach”, in Town and Country Planning, vol. 84 no 1.

Cameron, D., « I will bulldoze Sink Estates”, The Sunday Times, 10 janvier 2016.

Department of Communities and Local Government (DCLG), Homes for the Future: More Affordable, More Sustainable, Cmd 7191, London: HMSO, 2007.

DCLG, The Benefit Cap (Housing Benefit) Regulations, 2012, http://www.legislation.gov.uk/ukdsi/2012/9780111526750/contents, consulté le 26 janvier 2017.

DCLG, Table 209, Housebuilding: permanent dwellings completed by tenure and country, https://www.gov.uk/government/statistical-data-sets/live-tables-on-house-building, consulté le 27 janvier 2017.

Della Porta, D., Diani, M., Social Movements: An Introduction, Oxford: Blackwells, 2nd ed., 2006.

Dunleavy, P., Urban Political Analysis, London: Macmillan, 1980.

Edwards, G., Social Movements and Protests, Cambridge: Cambridge UP, 2014.

Fée, D., “The House is on Fire: Housing and the 2015 Election”, Revue Française de Civilisation Britannique, vol. 20, no 3, 2015.

Harvey, D., Rebel Cities: from the Right to the City to the Urban Revolution, London: Verso, 2013.

Her Majesty’s Government, Laying the Foundations, London: HMSO, 2011

Jones, R., The Guardian, 10 décembre 2016, https://www.theguardian.com/money/2016/dec/10/buy-to-let-profit-could-become-loss-property-rental-tax, consulté le 4 février 2017.

Lefébvre, H., Le droit à la ville, Paris : Economica, 2009 ed.,

London Assembly, Knock it Down, Do it Up, Report of the Housing Committee, London: GLA, 2015

London Assembly, Assessing the Consequences of Welfare Reform, London: GLA, 2014.

Lowe, S., Urban Social Movements: The City after Castells, London: Macmillan, 1986

McAdam, D., « Beyond Structural Analysis: Towards a More Dynamic Understanding of Social Movements », in M. Diani, M., D. McAdam, Social Movements and Networks, Oxford: OUP, 2003.

Martin, A., Ryan-Collins, J., The Financialisation of UK Homes: the Housing Crisis, land and the financial system, London: New Economics Foundation, 2016.

Mayor of London, The Draft London Plan, London: GLA, 2002.

The London Plan : Revised Minor Alterations, London : GLA, 2013.

Homes for London : The London Housing Strategy, London : GLA, 2014.

Housing in London : the Evidence Base for the Mayor’s Housing Strategy, London : GLA, 2014.

Overview of the Housing Committee’s Work, 2013-15, 2015, https://www.london.gov.uk/moderngov/documents/s45105/05 %20Overview %20of %20the %20Housing %20Committees %20Work %202013-15.pdf, consulté le 27 mars 2015.

New Policy Institute, Movements of housing Benefit Claimants in London, London, NOI, 2016.

ONS, Office of National Statistics, 2011 Census-Population and Household Estimates for England and Wales, London: ONS, March 2011.

Table 678, Social Housing Sales : Annual Sales by Scheme for England, https://www.gov.uk/government/statistical-data-sets/live-tables-on-social-housing-sales, consulté le 23 janvier 2017.

Osborne, H., The Guardian, 12 Octobre 2015, https://www.theguardian.com/money/2015/oct/12/soaring-london-house-prices-sucking-cash-out-of-economy-study-says, consulté le 18 Septembre 2016.

Rawlinson, K., “Government blocks plan to force out London estate residents”, The Guardian, 16 septembre 2016.

Revolutionary Communist Group, Fight Racism, Fight Imperalism, no 251, juin-juillet 2016.

Rex, J., Moore, R., Race, Community and Conflict, London: OUP, 1967.

Setter, D., Folster, S., The Public Wealth of Nations, London: Palgrave Macmillan, 2015.

Social Policy Justice Group, The State of the Nation Report: Fractured Families: London, The Conservative Party, 2006.

Watt, P., “A Nomadic War Machine in the Metropolis”, in City, vol. 20, no 2, 2016.

Wates, N., Knevitt, C., Community Architecture, How people are creating their own environment, London: Penguin, 1987

Haut de page

Notes

1 Lefébvre, H., Le droit à la ville, Paris : Economica, 2009 ed., pp. 94-108.

2 Lowe, S., Urban Social Movements: The City after Castells, London : Macmillan, 1986, p. 3, “The term is used here to mean organisations standing outside the formal party system which bring people together to defend or challenge the provision of urban public services and to protect the local environment”.

3 Lowe, S., op. cit., p. 86.

4 Ibid., p. 83, “A strongly defined social base which under certain circumstances mobilises into a social movement”.

5 Ibid., p. 93.

6 Department of Communities and Local Government, Homes for the Future: More Affordable, More Sustainable, Cmd 7191, London : HMSO, 2007, p. 7.

7 Barker, K., Delivering Stability: Securing our Future Housing Needs, Barker Rewiew Final Report, London : HM Treasury, 2004, p. 11.

8 DCLG, Table 209, Housebuilding: permanent dwellings completed by tenure and country, https://www.gov.uk/government/statistical-data-sets/live-tables-on-house-building, consulté le 27 janvier 2017.

9 Ibid.

10 Mayor of London, The Draft London Plan, London : GLA, 2002.

11 Office of National Statistics, 2011 Census-Population and Household Estimates for England and Wales, London: ONS, March 2011, p. 13.

12 Mayor of London, The London Plan March 2016, London : GLA, p. 94.

13 Mayor of London, Homes for London: The London Housing Strategy, London : GLA, 2014, p. 25.

14 Mayor of London, Housing in London: the Evidence Base for the Mayor’s Housing Strategy, London : GLA, 2014, p. 85.

15 Adonis, A., Davies, B., City Villages: More Homes, Better Communities, London : IPPR, 2015, p. 6.

16 Watt, P., Minton, A., “London’s Housing Crisis and its Activism”, in City, vol. 20, no. 2, 2016, p. 205.

17 Osborne, H., The Guardian, 26 septembre 2016, https://www.theguardian.com/money/2016/sep/26/rising-london-house-prices-spark-departure-30-somethings, consulté le 26/09/2016.

18 Martin, A., Ryan-Collins, J., The Financialisation of UK Homes, London : New Economics Foundation, 2016, p. 2.

19 ONS, Table 678, Social Housing Sales: Annual Sales by Scheme for England, https://www.gov.uk/government/statistical-data-sets/live-tables-on-social-housing-sales, consulté le 23 janvier 2017.

20 Watt, P., Minton, A ., op. cit., p. 208.

21 Jones, R., The Guardian, 10 décembre 2016, https://www.theguardian.com/money/2016/dec/10/buy-to-let-profit-could-become-loss-property-rental-tax, consulté le 4 février 2017.

22 Joseph Rowntree Foundation, Housing Market Recessions and Sustainable Home Ownership, York : JRF, 2008, p. 15.

23 Osborne, H., The Guardian, 12 Octobre 2015, https://www.theguardian.com/money/2015/oct/12/soaring-london-house-prices-sucking-cash-out-of-economy-study-says, consulté le 18 Septembre 2016.

24 Watt, P., Minton, A., op. cit., p. 207.

25 Social Policy Justice Group, The State of the Nation Report: Fractured Families, London : The Conservative Party, 2006, p. 11.

26 http://webarchive.nationalarchives.gov.uk/20130129110402/http://www.hm-treasury.gov.uk/junebudget_speech.htm, consulté le 5 février 2017.

27 DCLG, The Benefit Cap (Housing Benefit) Regulations, 2012, http://www.legislation.gov.uk/ukdsi/2012/9780111526750/contents

28 Her Majesty’s Government, Laying the Foundations, London : HMSO, 2011, p. 24.

29 London Assembly, Assessing the Consequences of Welfare Reform, London : GLA, 2014, p. 8.

30 Mayor of London, Overview of the Housing Committee's Work, 2013-15, 2015, https://www.london.gov.uk/moderngov/documents/s45105/05%20Overview%20of%20the%20Housing%20Committees%20Work%202013-15.pdf, consulté le 27 mars 2015.

31 New Policy Institute, Movements of housing Benefit Claimants in London, London : NOI, 2016, p. 9.

32 Adonis, A., Davies, B., op.cit.,, pp. 5-21.

33 Setter, D., Folster, S., The Public Wealth of Nations, London : Palgrave Macmillan, 2015

34 “are entrenching poverty in Britain, isolating and trapping many of our families and communities… cut-off, self-governing and divorced  from the mainstream”,  Cameron, D., « I will bulldoze Sink Estates”, The Sunday Times, 10 janvier 2016

35 Social Policy Justice Group, op. cit.

36 Watt, P., Minton, A., op. cit., p. 212.

37 London Assembly, Knock it Down, Do it Up, Report of the Housing Committee, London : GLA, 2015, p. 4.

38 Edwards, G., Social Movements and Protests, Cambridge : Cambridge UP, 2014, p. 4.

39 Wates, N., Knevitt, C., Community Architecture, How people are creating their own environment, London : Penguin, 1987. p. 29.

40 Della Porta, D., Diani, M., Social Movements: An Introduction, Oxford : Blackwells, 2nd ed., 2006., pp 171-178.

41 Watt, P., “A Nomadic War Machine in the Metropolis”, City, vol. 20, no. 2, 2016, pp. 297-320.

42 Dunleavy, P., Urban Political Analysis, London : Macmillan, 1980.

43 Rex, J., Moore, R., Race, Community and Conflict, London : OUP, 1967.

44 McAdam, D., « Beyond Structural Analysis: Towards a More Dynamic Understanding of Social Movements », in M. Diani, M., D. McAdam, Social Movements and Networks, Oxford : OUP, 2003, p. 295.

45 Della Porta, D., op. cit., p. 5.

46 Watt, P., op.cit., “if you cannot afford to live in Newham you cannot afford to live in Newham”.

47 Revolutionary Communist Group, Fight Racism, Fight Imperalism, no 251, juin-juillet 2016, p. 1.

48 Fée, D., “The House is on Fire: Housing and the 2015 Election”, Revue Française de Civilisation Britannique, vol. 20, no 3, 2015.

49 Rawlinson, K.,“Government blocks plan to force out London estate residents”, The Guardian, 16 septembre 2016.

50 Bowcott, O., “Tenant wins battle to stop Westminster council moving her out of London”, The Guardian, 2 avril 2015.

51 Harvey, D., Rebel Cities: from the Right to the City to the Urban Revolution, London : Verso, 2013, pp. 103-109.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Fée, « Logement et mobilisation collective à Londres : la naissance d’un mouvement social urbain ?  », Observatoire de la société britannique, 23 | 2018, 129-150.

Référence électronique

David Fée, « Logement et mobilisation collective à Londres : la naissance d’un mouvement social urbain ?  », Observatoire de la société britannique [En ligne], 23 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 22 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/osb/3053 ; DOI : 10.4000/osb.3053

Haut de page

Auteur

David Fée

Professeur des Universités en civilisation britannique à l'Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • OpenEdition Journals