Navigation – Plan du site

Un syndicalisme de mouvement social ? Les syndicats britanniques et les mobilisations contre l’austérité depuis la crise de 2008

Marc Lenormand
p. 169-185

Résumé

La période 2010-2012 a été marquée par une séquence remarquable de luttes contre les politiques d’austérité du gouvernement de coalition nouvellement arrivé au pouvoir. Marquant une convergence d’ampleur inédite entre les syndicats rassemblés dans le Trades Union Congress (TUC) et d’autres organisations, groupes et collectifs affirmant le même refus de la réduction drastique des dépenses publiques, elles donnent l’occasion d’interroger le développement, au Royaume-Uni, d’un syndicalisme de mouvement social tel qu’il a pu être identifié au cours des trois dernières décennies dans des pays caractérisés par une faible institutionnalisation du mouvement syndical ou par l’affaiblissement de celui-ci face à la restructuration néo-libérale de l’économie. Un tel syndicalisme élargissant son champ d’action à travers des alliances dans la société civile, s’il ne constitue pas une nouveauté radicale en regard de l’histoire des luttes syndicales au Royaume-Uni, marque toutefois une inflexion notable pour un mouvement syndical historiquement insulaire. Il faut cependant se garder d’en conclure à une rupture profonde dans la trajectoire du syndicalisme au Royaume-Uni, la séquence 2010-2012 s’étant rapidement close pour laisser place au retour de la logique d’action parlementaire par l’entremise du parti travailliste, avec lequel les principaux syndicats britanniques entretiennent de puissants liens historiques et organisationnels.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Alors que le mouvement syndical britannique semblait avoir connu un affaiblissement irrémédiable depuis les dernières grandes luttes des années 1980 dans les mines et dans l’imprimerie, la période 2010-2012 a été marquée par une séquence remarquable de luttes contre les politiques d’austérité du gouvernement de coalition nouvellement arrivé au pouvoir. Au cours de ces deux années, le Royaume-Uni a paru connaître un « miracle social », pour reprendre l’expression de Pierre Bourdieu (1998). Si les luttes de la séquence 2010-2012 n’ont pas réussi à enrayer la mise en œuvre de ces politiques d’austérité, elles ont toutefois marqué une convergence d’ampleur inédite entre les syndicats rassemblés dans le Trades Union Congress (TUC) et d’autres organisations, groupes et collectifs affirmant le même refus de la réduction drastique des dépenses publiques. Cette logique de mouvement social, dépassant le périmètre traditionnel des organisations de travailleurs, semble bien une caractéristique singulière de la période ouverte par la crise financière et économique de 2008. Elle pose une série de questions : marque-t-elle l’émergence d’une nouvelle forme de syndicalisme, dit syndicalisme de mouvement social, annoncée depuis les années 1990 par les observateurs de la scène sociale britannique ? Faut-il dès lors y voir une rupture dans la trajectoire historique du mouvement syndical britannique ? Cette dynamique s’est-elle pérennisée à l’issue de la séquence 2010-2012 ? Comment cette logique s’est-elle articulée à l’orientation dominante du mouvement syndical britannique depuis le début du xxe siècle, à savoir l’alliance traditionnelle entre les syndicats et le parti travailliste ?

Le mouvement syndical britannique : des orientations en tension

2Pour mieux comprendre les spécificités de la période récente ouverte par la crise de 2008, et, inversement, identifier des continuités dans l’histoire du mouvement syndical britannique, il convient de repartir de deux points de tension au sein du mouvement syndical britannique. Le premier concerne les voies de l’action sociale et politique des syndicats britanniques, au sein desquelles on pourra distinguer une voie parlementaire d’une voie contestataire. La voie parlementaire, qui recentre l’action politique des syndicats autour du seul parti travailliste, est devenue dominante au tournant du xxe siècle : après l’échec du chartisme et face à la criminalisation de l’activité syndicale par les cours de justice, le TUC a soutenu la création d’un parti représentant directement les intérêts de la classe ouvrière et du mouvement syndical, qui prend dans les premières années du xxe siècle le nom de parti travailliste. La voie contestataire, quant à elle, repose au contraire sur l’usage de la force numérique et de la capacité de blocage économique des organisations syndicales pour obtenir une amélioration des conditions de vie et des conditions de travail. Cette orientation a été plus forte à des périodes d’intensification de la lutte des classes au Royaume-Uni : pendant la grande vague de grèves ouvrières, de l’émergence du new unionism dans les années 1880 et 1890 à la grève générale de 1926 ; de nouveau pendant une période d’affrontements entre gouvernements et syndicats de la fin des années 1960 au milieu des années 1980. Ces deux voies d’action syndicale ne sont pas exclusives : dans la première moitié des années 1970, les luttes sociales intenses se sont ainsi accompagnées d’un renouveau de l’alliance entre syndicats et parti. Ces deux voies sont toutefois en tension, l’aile droite du mouvement syndical et travailliste privilégiant la voie parlementaire là où l’aile gauche est davantage favorable aux luttes sociales.

3Le second point de tension concerne la possibilité pour les syndicats d’élargir leur action vers la société civile. Au xxe siècle, l’idéologie syndicale britannique a été marquée par une revendication d’autonomie de la sphère des relations professionnelles, et d’autonomie dans la négociation entre employeurs et syndicats. Il s’agissait principalement de se prémunir de l’ingérence de la loi et des cours de justice, mais cela a amené le mouvement syndical à se concevoir souvent comme un monde auto-suffisant. Une telle conception insulaire du mouvement syndical n’a pas facilité les rapprochements entre un mouvement syndical idéologiquement ouvriériste, c’est-à-dire se pensant comme fondamentalement ouvrier en termes de position sociale et d’identité, et des mouvements sociaux, parfois dits « nouveaux mouvements sociaux », renvoyés à des préoccupations bourgeoises ou « identitaires ». Cela ne veut pas dire qu’il n’y ait pas eu au xxe siècle de mobilisations sociales élargies autour des luttes syndicales : le work-in des ouvriers de Upper Clyde Shipbuilders (UCS) sur la Clyde, soutenus par l’ensemble de la communauté locale contre le gouvernement conservateur d’Edward Heath, ou encore la grève des mineurs de 1984-1985, qui a mobilisé les ressources des communautés minières et de toute une partie du mouvement social britannique pendant près d’une année, en sont de bons exemples. Toutefois, autant ces luttes et leur élargissement à une mobilisation de la société civile ont été soutenues par la gauche syndicale et travailliste, autant elles ont dû faire face à l’hostilité de l’aile droite du mouvement. On voit donc une corrélation relative entre les deux points de tension présentés.

Le syndicalisme de mouvement social

4Un « syndicalisme de mouvement social » (social movement unionism) est précisément un syndicalisme qui remet en cause les frontières étanches du mouvement syndical. La notion a été élaborée dès les années 1980, pour décrire les formes qu’ont prises les luttes sociales dans les pays émergents, comme l’Afrique du Sud, le Brésil, la Corée du Sud ou encore les Philippines, c’est-à-dire des pays où les mouvements syndicaux ne bénéficiaient pas du même degré d’institutionnalisation que dans les pays du Nord. Le terme a été progressivement appliqué à ces derniers dans les années 1990 et 2000, dans une double dimension descriptive et prescriptive. Il s’agissait à la fois de décrire de nouvelles convergences et de nouvelles alliances forgées par les syndicats aux États-Unis ou au Royaume-Uni, mais aussi de prescrire de telles modalités d’action à des syndicats qui semblaient en recul dans ces pays. Les observateurs de gauche qui l’ont mis en avant l’ont généralement pensé comme un contrepoint à l’orientation alors dominante des syndicats nord-américains, le syndicalisme de services (business unionism). Contre le caractère exclusif de ce dernier, qui ne s’adressait qu’à ses adhérent.e.s, le syndicalisme de mouvement social promouvait l’inclusivité. Contre l’acceptation de l’économie de marché capitaliste comme cadre indépassable de l’action syndicale, le syndicalisme de mouvement social était perçu comme porteur d’une critique sociale.

5Dans un article publié en 2000 dans Critical Sociology, Ian Robinson a dégagé une série de caractéristiques du syndicalisme de mouvement social. Tout d’abord, celui-ci est indissociable de programmes de démocratisation de l’action syndicale, promouvant la participation accrue des adhérent.e.s dans le fonctionnement des organisations et dans l’action syndicale. Ensuite, le syndicalisme de mouvement social s’appuie sur une critique morale de l’ordre socio-économique capitaliste, perçu comme source d’inégalités structurelles et d’injustice. Enfin, le développement de ce type de syndicalisme est corrélé, dans un pays comme les États-Unis, à la restructuration néo-libérale de l’économie : recul de la négociation collective sur laquelle les syndicats pouvaient s’appuyer traditionnellement pour obtenir des augmentations de salaire et une amélioration générale des conditions de vie ; renforcement relatif de syndicats de services radicalisés par les politiques d’austérité ; changement démographique de mouvements syndicaux dont l’assise sociologique ouvrière est rétrécie par la désindustrialisation mais qui recrutent de plus en plus à la fois parmi la main d’œuvre immigrée, précaire et sous-qualifiée, et parmi le salariat sur-qualifié des services.

6Au Royaume-Uni, le développement majoritaire d’une telle logique de syndicalisme de mouvement social se heurte, comme on l’a évoqué plus haut, à une série d’obstacles pour l’essentiel relatifs à la force de l’idéologie ouvriériste dans la gauche britannique et à l’identification du mouvement syndical et travailliste à une classe ouvrière perçue comme homogène. La force de cette logique de classe a longtemps rendu le mouvement ouvrier britannique rétif à l’intégration d’autres logiques de mobilisation, à l’instar des luttes antiracistes et féministes. Là où, aux États-Unis, la figure centrale du militantisme est le community organiser, susceptible de passer sans difficulté de la lutte anti-raciste à la lutte syndicale, la figure centrale du militantisme dans le mouvement ouvrier britannique est le shop steward, délégué.e syndical.e ancré.e dans son lieu de travail et partageant la vie et les valeurs de ses pairs. Pour penser des formes de syndicalisme de mouvement social en contexte britannique, divers modèles ont toutefois été proposés par les chercheurs et les chercheuses au cours des années 2000, qui tous insistent sur les tentatives menées par les syndicats d’ouvrir le syndicalisme sur le mouvement social, et de rassembler autour des syndicats, des organisations, groupes et associations poursuivant des objectifs convergents : « community unionism » (Wills, 2001) ; « coalition-building » (Frege et al., 2004) ; « civil alliance building » (Parker, 2008).

Pratiques anciennes et orientations nouvelles

7D’une certaine manière, même avant ses conceptualisations récentes, le syndicalisme de mouvement social constituait déjà, dans les faits, un outil du répertoire syndical au Royaume-Uni. On a évoqué les deux épisodes qui, au xxe siècle, ont le mieux illustré cette logique. En 1971, face à la volonté du gouvernement conservateur de libéraliser l’économie britannique et de laisser les entreprises en difficulté faire faillite, les délégués syndicaux de UCS lancent un work-in, au cours duquel les travailleurs occupent les chantiers navals et continuent la production sans recevoir de salaire. Les syndicalistes appuient leurs revendications sur la condamnation morale des décideurs londoniens qui sont prêts à priver de leur emploi des travailleurs qui ne demandent qu’à continuer la construction de navires sur la Clyde. Comme UCS est l’un des principaux employeurs de la région de Glasgow, l’impact d’une fermeture des chantiers navals sur l’économie locale serait dévastateur. Rapidement, les syndicalistes reçoivent le soutien non seulement des communautés ouvrières, dont la subsistance dépend du maintien de l’emploi, mais aussi du patronat local, des collectivités locales et du clergé écossais. Face à ce mouvement social élargi qui permet aux travailleurs de tenir pendant plusieurs mois sans salaire, le gouvernement conservateur finit par céder et accorder à UCS les subventions garantissant la survie des chantiers navals.

8Le syndicalisme de mouvement social n’est pas une garantie de succès, comme le démontre la grève des mineurs de 1984-1985, mais il permet en tous cas aux syndicats de mener des grèves dures et longues que leurs seules ressources financières ne pourraient soutenir. Après qu’une majorité des mineurs britanniques se sont mis en grève en mars 1984, la population des régions minières se mobilise pour assurer sa propre survie et la victoire des mineurs. Le rôle des femmes dans l’organisation logistique de la grève tout autant que dans les confrontations avec la police a été largement souligné (Dolby, 1987 ; Gibbon et Steyne, 1986 ; Loach, 1985 ; Stead, 1987). Par-delà les seules communautés minières pourtant très insulaires, des groupes de soutien se forment dans tout le pays, qui récoltent des fonds pour le syndicat et les familles de mineurs et assurent le ravitaillement des régions minières (Massey et Wainwright, 1985). Cette mobilisation de pans entiers de la société britannique en faveur des mineurs explique qu’on ait pu donner à la grève des mineurs de 1984-1985 le nom de nouvelle guerre civile anglaise, dépassant largement les frontières d’un syndicat des mineurs certes puissant mais relativement petit.

9La défaite des mineurs a eu un impact paradoxal sur la scène sociale anglaise : autant elle a constitué un échec pour le syndicalisme de lutte, qui a connu par la suite un fort reflux, autant les nouvelles convergences initiées pendant la grève sont demeurées, la grève de 1984-1985 constituant un jalon important pour le syndicalisme et pour les mobilisations du tournant des années 2000 au Royaume-Uni. Le TUC s’engage dans des campagnes comme Ethnical Trading Initiative, Jubilee Debt Campaign, Make Poverty History, ou encore War on Want, aux côtés d’associations comme Oxfam, Labour Behind the Label et Amnesty International. Il participe à la mise en avant des problématiques environnementales en coopération avec Greenpeace, Friends of the Earth et WWF (Parker, 2008, p. 570-571). En 2004, les syndicats de la métallurgie et du textile fusionnent pour former le syndicat Community : plutôt que de continuer à syndiquer une main d’œuvre déclinante dans leurs secteurs, les syndicats choisissent de transformer leur nouvelle organisation en un centre de ressources pour des communautés ouvrières souffrant de la désindustrialisation. Alors que les structures syndicales interprofessionnelles locales comme les Trades Councils avaient connu un déclin au cours du xxe siècle face à des organisations de branche de plus en plus puissantes et centralisées, le Trades Council de Wandsworth à Londres développe à partir des années 1990 une nouvelle forme de syndicalisme de terrain qui mène des campagnes locales pour l’amélioration des conditions de vie et de travail, tout en développant l’économie sociale et solidaire.

10Ces exemples véritablement saisissants illustrent le mot d’ordre d’adoption de l’ « organizing model », qui se répand plus largement dans le mouvement syndical britannique, à la suite des mouvements syndicaux nord-américain et australien. On entend par là, de nouveau en contrepoint du syndicalisme de services, un syndicalisme qui n’hésite pas à sortir de ses bastions traditionnels pour se lancer dans de grandes campagnes de syndicalisation, et qui s’emploie à redynamiser son organisation. L’enjeu est de restaurer la force numérique des syndicats, ou tout du moins d’enrayer leur déclin, ainsi que de mobiliser les adhérent.e.s pour retrouver un rapport de force face à un patronat passé à l’offensive contre l’organisation collective des travailleurs depuis le début des années 1980. En 1998, le TUC lance une « Organizing Academy » chargée de former une nouvelle génération de permanent.e.s et de militant.e.s dont la mission sera de relancer la dynamique de syndicalisation dans les secteurs faiblement syndiqués des services et de l’agriculture. Si le bilan de l’ « Organizing Academy » est mitigé (Simms et Holgate, 2010), des syndicats puissants comme la Transport and General Workers’ Union (TGWU) emboitent le pas du TUC, et mènent des campagnes de syndicalisation qui aboutissent à des résultats spectaculaires dans certains secteurs.

11Cette orientation nouvelle, qui fait la part belle aux mobilisations locales, croise une autre problématique qui s’impose au mouvement syndical à partir des années 1980 : la revendication de droits individuels pour les salarié.e.s. Pendant la majeure partie du xxe siècle, la perspective centrale pour les syndicats réside dans l’acquisition de droits collectifs, obtenus par la négociation collective et la pression exercée sur le patronat et le gouvernement. Les syndicats de l’industrie, puissamment organisés et disposant d’une réelle capacité de blocage de la production, sont les principaux défenseurs d’un tel programme d’action. À partir du moment où, sous l’effet de la crise économique, de la désindustrialisation et du recul numérique des syndicats, cette position de négociation est durablement affaiblie, et où le centre de gravité du mouvement syndical se déplace vers les syndicats des services qui ne disposent pas des mêmes ressources, le curseur du programme syndical se déplace vers de nouvelles perspectives : l’acquisition de droits individuels ancrés dans la loi, défendue depuis longtemps par les syndicats des services dont les adhérent.e.s disposent d’un rapport de force moins favorables, devient une orientation majeure du TUC.

12C’est une des raisons qui explique le tournant européen, dans les années 1980, d’un mouvement syndical britannique longtemps eurosceptique. La Charte communautaire des droits sociaux fondamentaux des salarié.e.s, signée en 1989 mais alors rejetée par le gouvernement Thatcher, en vient à être conçue comme un contrepoids possible aux attaques menées par les conservateurs contre les droits collectifs. Le TUC obtient la promesse du parti travailliste de son incorporation dans le droit britannique si le parti revient au pouvoir, ainsi que la promesse de nouveaux droits pour les salarié.e.s, à commencer par un salaire minimum fixé par la loi, puisque les organisations syndicales ne sont plus en mesure d’obtenir par la négociation des conditions d’emploi favorables pour leurs adhérent.e.s. La mise en œuvre de ces revendications syndicales par les travaillistes au pouvoir entre 1997 et 2010 a été partielle et incomplète, mais marque une inflexion notable de la conception par les syndicats des formes et des enjeux de leur action. Entre le début des années 1980 et la fin des années 2000, l’orientation majeure du syndicalisme vers la seule négociation collective menée au nom des seul.e.s salarié.e.s de la branche a donc été complétée, sinon remplacée par une nouvelle orientation promouvant l’obtention de droits individuels pour l’ensemble des salarié.e.s, la remobilisation des adhérent.e.s et la formation d’alliances tactiques avec d’autres organisations du mouvement social aux revendications convergentes.

2010-2012 : une logique de mouvement social

  • 1 Cette politique d’austérité visait à faire décroître le déficit public, creusé par les politiques é (...)
  • 2 La mobilisation étudiante de l’automne 2010 est rythmée par quatre grandes journées de protestation (...)

13Telle est la situation du mouvement syndical lorsqu’éclate la crise financière et économique de 2008, puis qu’arrive au pouvoir en 2010 un gouvernement de coalition rassemblant des conservateurs et des libéraux-démocrates déterminés à réduire la dépense publique1. Entre autres mesures phares, le nouveau gouvernement promet une contraction historique des services publics financés par l’État britannique, ainsi qu’une augmentation brutale des frais d’inscription à l’université. Ces annonces ont pour effet une série de mobilisations parallèles. Dans un mouvement probablement inédit depuis les manifestations contre la Guerre du Vietnam à la fin des années 1960, les étudiant.e.s manifestent à plusieurs reprises à l’automne 20102. Ces manifestations dynamiques, qui s’accompagnent de dégradations, sont réprimées brutalement. Les étudiant.e.s mobilisé.e.s échouent à empêcher l’adoption de l’augmentation des frais d’inscription par le Parlement en décembre 2010, après quoi le mouvement reflue, non sans avoir radicalisé une génération de jeunes militant.e.s.

  • 3 On trouvera une liste extrêmement riche quoiqu’indicative des groupes et collectifs en lutte contre (...)

14Les syndicats, tant aux niveaux national que local, commencent également à coordonner leurs actions de protestation contre les effets à venir sur les services publics de la réduction drastique des dépenses publiques. Dès l’été 2010, sous l’influence de militant.e.s de gauche, les syndicats des services publics Unison et Public and Commercial Services (PCS) du nord de l’Angleterre mettent sur pied une « Northern Public Services Alliance » qui tient une série de réunions d’information dans les villes du Nord. La mobilisation contre les politiques d’austérité dépasse toutefois très largement les seules organisations syndicales. À travers l’ensemble du pays, des groupes se forment pour coordonner localement la lutte contre les coupes dans les budgets des services publics, pour faire campagne contre les politiques du gouvernement de coalition en matière d’éducation et de santé, contre les violences policières ou encore contre l’évasion fiscale organisée par les multinationales3. Cette dernière question, mise en avant pour souligner que la réduction du déficit public n’implique pas la réduction des dépenses mais peut passer par l’accroissement des recettes fiscales, est au cœur de l’activisme de UK Uncut, qui organise à partir d’octobre 2010 des actions spectaculaires et des occupations d’enseignes qui soustraient à l’impôt tout ou partie de leurs bénéfices réalisés au Royaume-Uni.

  • 4 On peut donner l’exemple de la Scottish Anti-Cuts Alliance (SACA), établie à Glasgow le 29 janvier (...)
  • 5 Il s’agit de la plus grande manifestation organisée par des syndicats au Royaume-Uni depuis la Seco (...)

15UK Uncut participe d’ailleurs à une action de convergence avec le mouvement syndical le 3 mars 2011, lorsque ses militant.e.s se joignent à des syndicalistes de la General, Municipal, Boilermakers and Allied Trade Union (GMB) pour une action de protestation à Harrods contre les pratiques de l’entreprise qatarie propriétaire de l’enseigne. Entre janvier et mars 2011, des rassemblements et des manifestations nourris se déroulent à travers tout le pays, donnant lieu à la formation de coordinations rassemblant des syndicalistes et d’autres militant.e.s4, en préparation de la grande manifestation du 26 mars 2011, intitulée « March for the Alternative ». Celle-ci rassemble entre un quart et un demi-million de manifestant.e.s derrière le slogan « Jobs. Growth. Justice »5, cependant que des groupes d’activistes s’en prennent à des agences bancaires et des grands magasins. C’est le premier grand moment de convergence entre le TUC et ses syndicats affiliés, et les divers groupes constitués pour mener la lutte contre l’austérité. La dynamique lancée par la manifestation du 26 mars se poursuit lors d’une journée d’action contre les réductions budgétaires dans le NHS (National Health Service) le 28 mai, ainsi que lors de deux journées nationales de grève et de manifestation très largement suivies dans les services publics le 30 juin (J30) et le 30 novembre 2011. Ces deux manifestations, portées principalement par les syndicats des services publics, sont de nouveau l’occasion de convergences avec les groupes de militant.e.s en lutte contre les politiques d’austérité, d’autant que la seconde de ces journées de grève se déroule alors que les partisans du mouvement « Occupy London » campent, débattent et s’organisent depuis le 10 octobre sur les marches de la cathédrale Saint-Paul de Londres.

16Lors du congrès du TUC en septembre 2011, le syndicaliste qui le préside, Michael Leahy, d’ailleurs l’un des fondateurs du syndicat Community, affirme devant les délégué.e.s présentes :

  • 6 Voir le compte-rendu de la première journée du congrès du TUC de 2011, sur le site du TUC, https:// (...)

Over the past year we have begun to build a huge anti-cuts movement in Britain, a unique alliance with trade unions at its heart, but we must go even further, brothers and sisters, taking our message out into every workplace and every community across the country6.

17Deux ans plus tard, au congrès de 2011, l’un des délégués de Unite, Steve Turner, affirme de la même manière :

  • 7 Voir le compte-rendu de la deuxième journée du congrès du TUC de 2013, sur le site du TUC, https:// (...)

It is up to us, nobody else, it is up to us not just to fight back industrially but to build a mass movement, build a social consensus, an alliance or coalition for change, amongst organised and unorganised workers, campaign groups, the fantastic People’s Assembly, churches and faith groups, charities, direct action and grassroots organisations7.

18De telles formulations explicites d’un syndicalisme de mouvement social sont certes rares dans les comptes rendus des débats au TUC. Elles n’en demeurent pas moins remarquables eu égard à l’ouvriérisme traditionnel du mouvement syndical britannique, et aux enjeux souvent très internes des débats lors des congrès annuels.

La difficile pérennisation de l’alliance anti-austérité

19Les convergences de l’année 2011 sont facilitées par la mise en place d’alliances locales anti-austérité, qui se trouvent elles-mêmes légitimées et renforcées en retour8. Cette dynamique se poursuit au cours de l’année 2012, marquée par une nouvelle grande manifestation syndicale le 20 octobre, sur le thème « A Future that Works », qui rassemble autour de 150 000 manifestant.e.s. L’année 2013 est paradoxale quant au devenir des convergences initiées dans la période 2010-2012. Elle voit la création de la People’s Assembly Against Austerity (PA). Celle-ci est envisagée comme le pendant national des multiples assemblées, alliances et coalitions locales qui ont émergé depuis 2010, et constitue donc un outil important de structuration et de pérennisation du mouvement social britannique dans son ensemble. Cependant, le texte d’appel à la création de la People’s Assembly, publié dans le Guardian le 5 février 2013, est une initiative de directions syndicales et de figures historiques de la gauche du mouvement ouvrier9, qui s’impatiente de l’incapacité du TUC à poursuivre dans la durée la lutte contre les politiques d’austérité : plus d’un an et demi s’est écoulé entre la grande manifestation du 26 mars 2011 et la manifestation du 20 octobre 2012. Si la People’s Assembly, officiellement créée lors d’une conférence qui rassemble près de 4 000 personnes le 22 juin 2013 à Londres, reçoit au final le soutien du TUC, elle rassemble principalement des syndicats de gauche10.

20La période post-2012 est marquée par un recul de la logique de mouvement social. Les mobilisations semblent se désarticuler. Le TUC redonne des couleurs clairement syndicales aux grèves et manifestations qu’il organise, comme la grève dans les services publics du 10 juillet 2014 et la manifestation du 18 octobre 2014. Si la People’s Assembly soutient cette dernière manifestation, elle se développe également de manière autonome, organisant le 21 juin 2014 une première manifestation en son nom propre, qui rassemble environ 50 000 personnes. À partir de 2014, la People’s Assembly devient la principale force motrice de la lutte contre l’austérité, publiant en 2015 la première édition de son People’s Manifesto qui formule une critique des politiques d’austérité, et organisant le 16 avril 2016 une manifestation sur le thème « March for Health, Homes, Jobs, Education » aussi suivie que celle de 2014.

21Comment expliquer ce reflux des logiques d’alliance et de coalition qui avaient porté le mouvement social britannique sur la période 2010-2012 ? La logique de syndicalisme de mouvement social portée jusqu’au cœur du TUC était-elle purement opportuniste ? On ne peut accepter entièrement un tel diagnostic. En effet, le syndicalisme de mouvement social qui s’est déployé dans les luttes contre l’austérité s’ancre dans des transformations idéologiques et organisationnelles profondes du mouvement syndical britannique, et plus largement de la militance dans les pays du Nord. Le souci d’inclusivité, dont on a vu qu’elle constituait une orientation ancienne quoique minoritaire du syndicalisme au Royaume-Uni, a été renforcée et appuyée par l’impact que les luttes politiques des minorités ont eu sur le mouvement syndical depuis les années 1970 : du féminisme à l’antiracisme, le référentiel de classe prédominant a été enrichi et déplacé par des mouvements formulant une analyse de la multiplicité et de l’articulation des rapports de domination, et pensant leur militantisme de manière transversale dans le monde du travail, l’espace public et la sphère privée. Ces approches ont été portées jusqu’au sein des organisations syndicales par une nouvelle génération de militant.e.s, qui ont modifié les contours sociologiques et idéologiques du mouvement syndical britannique.

22Cependant, dans la façon dont les directions syndicales l’ont intégré à leur programme, le syndicalisme de mouvement social a constitué avant tout une orientation réactive, adoptée face au constat amer de l’affaiblissement du mouvement syndical et de la neutralisation progressive de ses outils traditionnels, qu’il s’agisse de la grève ou de la négociation collective. L’adoption de l’ « organising model » dans les années 1990 et 2000 s’est heurtée à la résistance d’une partie des permanents syndicaux qui voyaient dans ce programme une remise en cause de leur conception du travail syndical ainsi qu’une menace à l’égard de leurs prérogatives. Le biais institutionnel donné au mouvement syndical par l’alliance avec le parti travailliste est demeuré très fort : même lorsqu’il promouvait de nouvelles orientations, le TUC est demeuré tributaire du parti travailliste pour l’inscription dans la loi des droits individuels des salarié.e.s et pour le financement des programmes de modernisation pendant la période 1997-2010.

23Surtout, les mobilisations intenses de la période 2010-2012 n’ont pas permis de remettre en cause les politiques d’austérité du gouvernement de coalition, même si la cure promise en 2010 a finalement été adoucie face aux puissants effets récessionnistes qu’elle a eus sur l’économie britannique. On pourra souligner également à quel point le mouvement social britannique a été profondément désorganisé, ses préoccupations reléguées au second plan, par la séquence constitutionnelle de la période 2012-2016, scandée par le référendum sur l’indépendance de l’Écosse de septembre 2014 et le référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne de juin 2016.

Retour de la logique parlementaire, de Miliband à Corbyn

24Ce contexte institutionnel défavorable a contribué à ce qu’à partir de 2012, une fraction importante des directions syndicales fondent, leurs espoirs sur le retour au pouvoir des travaillistes. On peut ici observer un schéma assez classique dans l’histoire des relations entre le parti travailliste et les syndicats. Après les défaites électorales des travaillistes en 1970, 1979 et 2010, les syndicats ont à chaque fois connu une résurgence de la logique contestataire face à leur exclusion soudaine de la sphère de décision politique par un gouvernement hostile. À chaque fois cependant, que les luttes syndicales furent victorieuses (comme en 1970-1972) ou infructueuses (comme en 1979-1985 et de nouveau en 2010-2012), cette logique contestataire a progressivement laissé place au retour d’une logique parlementaire. Dans la période récente qui a suivi le début de la crise financière et économique en 2008, le mouvement syndical est passé d’un soutien critique au gouvernement travailliste de Gordon Brown entre 2008 et 2010, à une logique de mouvement social sur la période 2010-2012, avant de s’aligner de nouveau derrière le parti travailliste dirigé par Ed Miliband. Ayant contribué à l’élection de ce dernier à la tête du parti après le départ de Brown, les syndicats ont mobilisé leurs forces dans la campagne du parti pour les élections de mai 2015.

25L’échec des travaillistes n’a pas relancé un cycle de contestations semblable à celui de la période 2010-2012, mais il a eu un effet paradoxal sur le mouvement social britannique. En effet, il a conduit à la tête du parti travailliste le député de gauche Jeremy Corbyn, élu en septembre 2015 et reconduit triomphalement à son poste un an plus tard. En redéfinissant de fait le parti travailliste comme un large mouvement social, en agrégeant autour de sa personne et de son projet politique des centaines de milliers de militant.e.s issu.e.s des luttes contre l’austérité, Corbyn a donné au mouvement social britannique un puissant véhicule politique et organisationnel, tout en renforçant la centralité du parti travailliste dans le mouvement social britannique, à un point probablement jamais atteint auparavant. La direction donnée par Corbyn au parti a contribué à remettre les questions sociales au cœur du débat politique britannique, surtout depuis que la question d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne semble tranchée – dans son principe sinon dans ses termes précis, et esquissé la perspective d’une synthèse entre voie parlementaire et voie contestataire, entre défense des intérêts sectoriels des syndicats et mobilisation sociale élargie – synthèse qui n’est pas sans susciter des tensions fortes tant au sein du parti travailliste, que du mouvement syndical et du mouvement social élargi.

2008-2017 : quel bilan ?

26Depuis 2008, le Royaume-Uni et le mouvement syndical britanniques sont passés par au moins quatre phases. Une première phrase, entre 2008 et 2010, a été marquée par le retour d’un État interventionniste. Les syndicats britanniques ont apporté leur soutien à la politique du gouvernement travailliste visant à amortir l’impact de la crise en préservant les institutions financières et en injectant une forte dose d’argent public dans l’économie. À partir de l’arrivée du gouvernement de coalition en 2010, l’orientation de la politique gouvernementale s’est inversée pour donner la priorité à la réduction des dépenses publiques. Dans un contexte de crise économique, les coupes drastiques dans les services publics ont provoqué l’émergence d’un puissant mouvement de contestation, donnant à la période 2010-2012 les traits d’un Mai 68 britannique voyant converger l’activisme d’une nouvelle génération de militant.e.s radicalisé.e.s et précarisé.e.s avec la résistance organisée par le TUC. Ce mouvement a présenté à de nombreux égards les traits d’un mouvement social, au sens d’un décloisonnement entre les luttes et les organisations. Toutefois, le « miracle social » a été de courte durée, le biais parlementaire du mouvement syndical britannique reprenant rapidement le dessus à partir de 2012, alors même que les convergences de la période 2010-2012 trouvaient des formes de pérennisation dans la People’s Assembly Against Austerity. L’année 2012 a en fait ouvert une nouvelle séquence, dominée par les questions constitutionnelles autour de l’indépendance de l’Écosse et l’appartenance au Royaume-Uni. Si cette séquence a relégué les questions sociales au second plan, et permis aux conservateurs de neutraliser les bastions écossais du travaillisme et de menacer le parti dans le Nord de l’Angleterre et au Pays de Galles, elle a toutefois eu pour conséquence inattendue l’arrivée à la tête du parti travailliste de Jeremy Corbyn, qui semble avoir reconstitué au sein même du parti travailliste la logique de mouvement social en rassemblant autour de son projet anti-austéritaire les directions syndicales et les militant.e.s issu.e.s des contestations de la période 2010-2012. Une nouvelle phase semble donc s’ouvrir, caractérisée par la fusion de la logique parlementaire et de la logique de mouvement social dans un même mouvement travailliste.

27Sur le plan méthodologique, la période récente suggère donc qu’il est possible d’appliquer à la situation sociale britannique le concept de « mouvement social », historiquement employé dans des pays où le syndicalisme peinait à se développer face à la répression de l’organisation collective des travailleurs, comme les pays de Sud, ou des pays où les organisations syndicales sont numériquement très faibles, comme la France et les États-Unis. Dans tous ces pays, le syndicalisme de mouvement social a constitué une réponse à l’incapacité des organisations syndicales à faire plier les gouvernements ou obtenir la satisfaction de leur revendication par leur seule force numérique et organisationnelle. Le développement d’une telle logique au Royaume-Uni constitue de ce point de vue le résultat de trois décennies de restructuration néolibérale brutale de l’économie et d’affaiblissement du mouvement syndical. Le mouvement social britannique prend toutefois une coloration particulière, sous l’effet de deux spécificités politiques : le caractère multinational du Royaume-Uni, et la proximité historiquement forte entre syndicats et partis politiques. Il en résulte qu’il conviendrait probablement davantage de parler de mouvements sociaux britanniques, et de distinguer au moins le mouvement social anglais du mouvement social écossais. Autant le mouvement social anglais a réinvesti de manière spectaculaire le parti travailliste anglais depuis l’arrivée de Jeremy Corbyn à la tête du parti, autant il est moins évident qu’une telle dynamique soit à l’œuvre au sein du parti travailliste écossais, dont la nouvelle génération militante s’est au contraire éloignée depuis qu’il s’est positionné contre l’indépendance écossaise lors du référendum de 2014. Le mouvement social écossais conserve donc une plus grande autonomie à l’égard du parti travailliste, lequel n’est pas en Écosse en position hégémonique au sein de la gauche et du mouvement social.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu, P., « Le mouvement des chômeurs, un miracle social », Contre-feux. Propos pour servir à la résistance contre l’invasion néo-libérale, Paris : Raisons d’agir, 1998.

Dolby, N., Norma Dolby’s Diary : an Account of the Great Miners’ Strike : Londres : Verso, 1987.

Frege, C., Heery, E., Turner, L., « The New Solidarity ? Trade Union Coalition-Building in Five Countries », C. Frege et J. Kelly (ed.), Varieties of Unionism. Strategies for Union Revitalization in a Globalizing Economy, Oxford : Oxford University Press, 2004.

Gibbon, P., Steyne, D., Thurcroft : A Village and the Miners’ Strike, Nottingham : Spokesman, 1986.

Loach, L., « We’ll Be Right Here to the End… And After : Women in the Miners’ Strike », Huw Beynon ed., Digging Deeper. Issues in the Miners’ Strike, Londres : Verso, 1985.

Massey, D., Wainwright, H., « Beyond the Coalfields : The Work of the Miners’ Support Groups », Huw Beynon ed., Digging Deeper. Issues in the Miners’ Strike, Verso, 1985

Parker, J. « The Trades Union Congress and civil alliance building : towards social movement unionism », Employee Relations, vol. 30, n° 5, 2008.

Robinson, I., « Neoliberal Restructuring and U.S. Unions : Towards Social Movement Unionism ? », Critical Sociology, vol. 26, n° 1/2, 2000.

Simms, M., Holgate, J., « TUC Organizing Academy 10 years on : what has been the impact on British unions ? », The International Journal of Human Resource Management, vol. 21, n° 3, 2010.

Stead, J., Never the Same Again : Women and the Miners’ Strike 1984-85, Londres : Women’s Press, 1987.

Wills, J., « Community Unionism and Trade Union Renewal in the UK : Moving beyond the Fragments at Last ? », Transactions of the Institute od British Geographers, vol. 26, n° 4, 2001.

Haut de page

Notes

1 Cette politique d’austérité visait à faire décroître le déficit public, creusé par les politiques économiques mises en œuvre par les travaillistes entre 2008 et 2010 pour éviter l’effondrement du système bancaire britannique et de l’économie dans son ensemble.

2 La mobilisation étudiante de l’automne 2010 est rythmée par quatre grandes journées de protestation, les 10 novembre, 24 novembre, 30 novembre et 9 décembre. Après une première manifestation qui rassemble environ 50 000 personnes dans les rues de Londres le 10 novembre et déborde les effectifs policiers limités, les manifestations suivantes, qui rassemblent de nouveau plusieurs dizaines de milliers de participant.e.s, subissent une répression sévère.

3 On trouvera une liste extrêmement riche quoiqu’indicative des groupes et collectifs en lutte contre l’austérité sur le site « False Economy », <http://falseeconomy.org.uk/campaigns/uk/all/t1>, consulté le 6 octobre 2016.

4 On peut donner l’exemple de la Scottish Anti-Cuts Alliance (SACA), établie à Glasgow le 29 janvier 2011 à la suite d’une manifestation rassemblant une centaine de personnes. SACA rassemble des syndicalistes de PCS, Unite et UCU, ainsi que le Clydebank Trades Council et des membres du Scottish Pensioners Forum, de Black Triangle, de la National Union of Students et du Glasgow Anti-Cuts Student Network. <http://www.scottishanticutsalliance.org/>, consulté le 6 octobre 2016.

5 Il s’agit de la plus grande manifestation organisée par des syndicats au Royaume-Uni depuis la Seconde Guerre mondiale, dépassée en nombre de participant.e.s seulement par la manifestation contre la guerre en Irak du 15 février 2003, qui a probablement rassemblé plus d’un million de personnes.

6 Voir le compte-rendu de la première journée du congrès du TUC de 2011, sur le site du TUC, <https://www.tuc.org.uk/sites/default/files/extras/uneditedverbatim1.pdf>, p. 87, consulté le 6 octobre 2016.

7 Voir le compte-rendu de la deuxième journée du congrès du TUC de 2013, sur le site du TUC, <https://www.tuc.org.uk/about-tuc/congress/congress-2013/verbatim-report-congress-2013-unedited>, p. 88, consulté le 6 octobre 2016.

8 À titre d’exemples, on pourra évoquer des structures locales dynamiques comme la Edinburgh Anti-Cuts Alliance (<http://edinburghagainstcuts.org.uk/>, consulté le 6 octobre 2016), ou encore la Oxfordshire Anti-Cuts Alliance (<http://oxfordshireanticutsalliance.org.uk/>, consulté le 6 octobre 2016).

9 <https://www.theguardian.com/business/2013/feb/05/people-assembly-against-austerity>, consulté le 6 octobre 2016. Les deux premiers signataires sont ainsi Tony Benn, figure tutélaire de la gauche travailliste, et Len McCluskey, secrétaire général de Unite, le plus grand syndicat du pays. On peut noter la présence de Jeremy Corbyn, qui est alors encore dans l’ombre de Benn.

10 Voir la liste des soutiens de la People’s Assembly, <http://www.thepeoplesassembly.org.uk/supporters>, consulté le 6 octobre 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Lenormand, « Un syndicalisme de mouvement social ? Les syndicats britanniques et les mobilisations contre l’austérité depuis la crise de 2008 », Observatoire de la société britannique, 23 | 2018, 169-185.

Référence électronique

Marc Lenormand, « Un syndicalisme de mouvement social ? Les syndicats britanniques et les mobilisations contre l’austérité depuis la crise de 2008 », Observatoire de la société britannique [En ligne], 23 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/osb/3121 ; DOI : 10.4000/osb.3121

Haut de page

Auteur

Marc Lenormand

Maître de conférences en civilisation britannique à l'Université Paul Valéry – Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • OpenEdition Journals