Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24‘Don’t panic but do worry!!’L’Éco...

‘Don’t panic but do worry!!’
L’Écosse et les enjeux économiques du Brexit

Gilles Leydier
p. 87-104

Résumés

À la suite du référendum sur l’Union Européenne de juin 2016, le débat autour des enjeux économiques résultant du Brexit s’est déroulé en Écosse dans un contexte politique particulier, en raison notamment du vote largement majoritaire exprimé par les Écossais en faveur du « Remain » ; mais aussi de la revendication exprimée par le gouvernement nationaliste d’un traitement spécifique du cas écossais dans le cadre des négociations engagées avec les institutions européennes ; et enfin de la question posée par le rapatriement des compétences exercées conjointement par l’UE et les institutions décentralisées vers le territoire britannique. Cet article analyse comment les enjeux économiques ont alimenté le débat politique autour de l’autonomie écossaise au sein du Royaume-Uni et de la perspective indépendantiste, dans un climat général d’incertitude et d’inquiétudes multiples face aux conséquences attendues du Brexit.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : un contexte politique lourd et tendu

1 À la suite du référendum sur le maintien dans l’Union Européenne de juin 2016, le débat autour des enjeux économiques résultant du Brexit s’est déroulé en Écosse dans un environnement politique particulier, caractérisé par de nombreuses sources de tensions et de questionnements.

2 Le premier élément de contexte est lié au vote largement majoritaire exprimé par la population écossaise en faveur du « Remain » à l’occasion du référendum, en opposition à l’opinion britannique majoritaire. Ayant souhaité rester au sein de l’Union Européenne à 62 % et exprimé cet attachement au cadre européen de façon unanime sur l’ensemble des circonscriptions de son territoire, la question s’est posée de savoir dans quelle mesure l’Écosse pouvait espérer voir cette préférence prise en compte par le gouvernement britannique à l’occasion des négociations sur le Brexit.

3 Dès juin 2016, le gouvernement écossais et son leader Nicola Sturgeon ont plaidé la cause de l’Écosse auprès des institutions européennes, mettant en avant l’ancienneté et l’authenticité de l’engagement européen de l’Écosse. La First Minister a ainsi tenté de négocier la position de l’Écosse au sein de l’UE, avançant l’idée d’une plus large autonomie de l’Écosse et d’un meilleur accès au marché européen, sollicitant un accord économique et commercial différencié pour l’Écosse. Cependant les institutions européennes n’ont pas donné suite à ces revendications, et la Premier Ministre britannique Theresa May a exprimé clairement l’idée qu’il n’y aurait pas de traitement différencié pour un territoire britannique quel qu’il soit dans les négociations sur le Brexit.

4 En conséquence et dans un deuxième temps le gouvernement écossais a plaidé pour un Brexit « light » à l’échelle britannique et le plus indolore possible pour l’économie écossaise – passant par le maintien du Royaume-Uni dans le marché commun et l’union douanière, sur le modèle norvégien – avant d’être ensuite à la pointe des demandes en vue de l’organisation d’une deuxième consultation populaire sur l’enjeu européen, espérant un renversement de l’opinion britannique majoritaire. De leur côté les conservateurs écossais et leur leader Ruth Davison – personnellement favorable au « Remain » Écosse se sont exprimés en faveur d’un « soft » Brexit à l’échelle britannique, et ont essayé de peser dans les orientations du gouvernement de Theresa May, à la mesure de leur poids – 13 députés, soit une part très faible du total du groupe conservateur à Westminster, quoique plus élevée que la représentation des 10 députés nord-irlandais du parti protestant DUP, qui allait prendre une importance politique considérable à l’occasion des négociations.

5 D’autre part le référendum sur l’Europe faisait suite à la consultation sur l’indépendance écossaise tenue moins de deux ans auparavant, à l’occasion de laquelle les deux enjeux de l’émancipation écossaise du cadre britannique d’une part, et de l’intégration européenne d’autre part, avaient déjà été liés. En septembre 2014, Le Royaume-Uni dans lequel les Écossais ont choisi de rester était un membre de l’Union Européenne. Le fait que le seul moyen pour l’Écosse d’être dans l’Europe était de rester britannique constituait d’ailleurs un atout important pour les partisans du statu quo institutionnel. Un autre argument mis en avant par les unionistes britanniques et qui s’est avéré décisif lors de la consultation de 2014, portait sur les nombreuses incertitudes économiques liées à la perspective d’indépendance, que ce soit en liaison avec la monnaie ou les ressources financières potentielles d’une Écosse indépendante, et l’avenir du marché commun britannique. Quid de ces arguments maintenant que le Royaume-Uni va quitter l’UE ?

6 Le gouvernement écossais et Nicola Sturgeon ont, dans un premier temps, cherché à exploiter le vote pro-européen de l’électorat écossais pour relancer la perspective d’une nouvelle consultation sur l’indépendance écossaise. Mais le Brexit a aussi mis en lumière des divergences de vue entre les nationalistes écossais du Scottish National Party, dont une proportion non négligeable n’a pas fait sienne le slogan « Independence in Europe » et exprimé un vote favorable à la sortie de l’UE à l’occasion du référendum sur le Brexit. Contrairement aux attentes, ce dernier n’a donc pas constitué pour la First Minister Nicola Sturgeon un game changer significatif, de telle sorte que l’option d’un nouveau référendum sur l’indépendance a été provisoirement abandonnée, avant de revenir sur le devant de la scène à l’occasion du congrès du SNP d’avril 2019.

7 Troisièmement les négociations entre le gouvernement britannique et les institutions européennes sur les conditions du retrait britannique de l’UE ont soulevé la question du rapatriement des compétences actuellement partagées entre l’Europe et les institutions décentralisées, vers le territoire britannique. Un dialogue difficile s’est engagé entre Londres et les parlements des nations périphériques – au premier rang desquels celui de Holyrood à Edimbourg – sur la responsabilité de ces domaines – liés notamment aux secteurs de l’agriculture, de la pêche, de l’énergie, de l’environnement et du développement économique régional – dans un climat alimenté par la crainte d’un processus de recentralisation impulsé par Londres et des interrogations sur le devenir des financements européens.

Des perspectives économiques anxiogènes

  • 1 Parmi ceux-ci, on peut citer notamment le Fraser of Allender Institute, le National Institute for e (...)
  • 2 Notamment dans les quotidiens de qualité The Herald (Glasgow) et The Scotsman (Edimbourg).

8 C’est dans cet environnement politique compliqué et tendu que s’est tenu le débat sur les perspectives économiques de l’Écosse post-Brexit, au gré des différentes étapes des négociations engagées par le gouvernement britannique avec les responsables européens. Les réseaux académiques et les instituts de recherche1, les cercles économiques et les milieux d’affaires, les syndicats et les chefs d’entreprises, les collectivités locales et les chambres de commerce, mais aussi le gouvernement et le parlement écossais ont de façon presque quotidienne alimenté ce débat, en produisant de nombreux rapports, études et enquêtes, largement relayés par la presse locale2.

  • 3 Voir par exemple ; Fraser of Allander Institute, Brexit and the Scottish economy: don’t panic, but (...)
  • 4 Le très sérieux Scotsman titrait par exemple en novembre 2018 Scottish pubs could run out of Guines (...)

9 La tonalité dominante de ce débat sur les conséquences du Brexit pour l’économie écossaise, a été caractérisée par un niveau élevé d’incertitude et d’inquiétude, alimentant un climat général très anxiogène3. Les institutions politiques écossaises ont donné le ton en produisant rapidement plusieurs rapports détaillés aux conclusions pessimistes quant aux perspectives économiques d’une Écosse post-Brexit, mettant en avant l’idée d’une réduction notable de la croissance et de l’activité, et d’une baisse significative du PIB et du pouvoir d’achat des ménages. D’autres études indépendantes ont insisté sur les risques que le Brexit était susceptible de faire porter sur la consommation des ménages écossais, sur le niveau de l’investissement étranger en Écosse, sur l’accès aux liquidités et aux facilités de prêts bancaires pour les entreprises, ou sur la gestion des stocks de produits alimentaires et de bien de consommation par les entreprises, entrainant dans certains cas pour le consommateur écossais un risque potentiel de pénurie4.

  • 5 Une baisse du PIB écossais respectivement de 2,7%, 6,1% et 8,5% selon le résultat final des négocia (...)

10 Ces enquêtes, produites dès la fin 2016, prenaient aussi en considération l’impact des différents scénarios post-Brexit envisageables pour le Royaume-Uni, estimant par exemple que le recul du PIB écossais serait conséquent dans l’hypothèse où les Britanniques rejoindraient l’espace économique européen, plus important en cas de simple accord de libre-échange conclu avec l’UE, et considérable en cas d’absence d’accord final et d’alignement du Royaume-Uni sur les règles de l’Organisation Mondiale du Commerce5.

  • 6 Voir par exemple Fraser of Allander Institute, Brexit and the Scottish economy: don’t panic, but do (...)

11 Cette tonalité alarmiste allait être corroborée par les premiers rapports publiés sur le sujet par les chercheurs et économistes, notamment ceux de l’Université de Strathclyde6. Ces analyses, au titre significatif, insistaient particulièrement sur la baisse à attendre du PIB écossais quel que soit le résultat des négociations avec l’UE, ainsi que sur les effets particulièrement dommageables du Brexit sur les revenus des ménages écossais les plus modestes. Par la suite les différentes études produites et relayées par la presse sont venues préciser le degré et la nature des dysfonctionnements prévisibles, en développant notamment une analyse des perspectives distinguant le court du moyen terme, ainsi qu’une approche sectorielle de l’économie écossaise.

Des fragilités sectorielles différenciées pour l’économie écossaise

  • 7 Voir par exemple Fraser of Allender Institute, Brexit and the sectors of the Scottish economy, Univ (...)

12 Certaines enquêtes ont ainsi focalisé leur attention sur les domaines les plus porteurs de l’économie écossaise, en associant analyse quantitative et approche qualitative7. Les institutions écossaises ont pour leur part identifié six secteurs-clés pour la croissance, susceptibles d’être directement impactés par le Brexit : l’industrie alimentaire –dont l’agriculture et la pêche ; le tourisme durable ; les sciences du vivant ; les industries créatives -dont le digital ; l’énergie – dont les énergies renouvelables ; enfin les services financiers et aux entreprises. Les conséquences du Brexit sur chacun de ces secteurs ont été analysées sous le triple aspect commercial, des ressources humaines et de l’investissement financier, mais aussi en termes d’impact géographique sur les territoires urbains et ruraux, et d’évolution de la perception par l’environnement extérieur, notamment international. Le tableau ci-dessous récapitule les principaux résultats d’une enquête représentative publiée par le Parlement écossais, et diagnostiquant pour chaque cas un risque élevé, moyen ou faible (cf. Tableau 1).

Tableau 1. Le Brexit et l'économie écossaise : l'enjeu des secteurs de croissance

Tableau 1. Le Brexit et l'économie écossaise : l'enjeu des secteurs de croissance

H = risque élevé lié au Brexit. M = risque moyen. L = risque faible. n/a = peu pertinent

Source : Tena Prelec (ed.), The impact of Brexit on Scotland’s growth sectors, Scottish Parliament 20 mars 2018.

13 Les résultats mettent en evidence un niveau d’inquiétude globalement élevé parmi les acteurs des différents secteurs économiques concernés, avec un risqué important lié aux consequences du Brexit correspondant aux deux tiers des cas envisagés, et un risque faible pour un nombre de situations très limité.

14 La plupart des obstacles mis en avant sont communs aux différents secteurs concernés, avec toutefois certaines nuances. Ainsi par exemple l’industrie touristique et le secteur agro-alimentaire – deux points forts objectifs de l’économie Écossaise – apparaissent particulièrement vulnérables à la perspective de la fin de la libre circulation des travailleurs, en cas de depart du Royaume-Uni du marché unique, en raison de leur forte dépendance vis-à-vis de l’afflux de salariés permanents et saisonniers en provenance de l’Union Européenne. Les secteurs de l’agriculture, des industries créatives, des sciences du vivant et des énergies renouvelables apparaissent quant à elles soucieuses des répercussions négatives liées à la fin des subventions européennes et/ou à la diminution de l’investissement extérieur anticipé en cas de Brexit. Les industries creatives et les sciences du vivant, deux domaines particulièrement ouverts aux collaborations internationales et aux transferts technologiques et de connaissance, se sentent particulièrement concernées par l’image negative de repli identitaire donné par ces secteurs à l’étranger en cas de Brexit. Tous les secteurs concernés – et notamment les petites et moyennes entreprises – s’affichent fortement préoccupés par l’incertitude entourant les négociations sur le Brexit, et s’accordent pour redouter au plus haut point un scenario de sortie britannique de l’UE sans accord, qui aurait pour consequence l’introduction de tarifs de l’Organisation Mondiale du Commerce, qui affecterait de façon significative les produits écossais à l’exportation.

Le pessimisme des acteurs économiques

15 Parallèlement, depuis le référendum de juin 2016, plusieurs enquêtes de terrain ont recueilli directement l’avis des décideurs économiques écossais. Le moral des chefs d’entreprise notamment, a fait l’objet d’investigations aux résultats convergents et reflétant un climat empreint de scepticisme et de pessimisme.

  • 8 Fraser of Allander Institute, Brexit: the mood amongst Scottish businesses, août 2018.

16 Ainsi par exemple une étude portant sur 350 chefs d’entreprises représentatifs de tous les secteurs économiques et de tous les territoires écossais, menée deux ans après la consultation sur le Brexit, indiquait que, à la question « What has been the impact of the Brexit decision, to date, on your business? » 6% seulement des chefs d’entreprise interrogés donnaient une réponse positive, alors qu’une forte minorité d’entre eux (44%) répondaient par la negative, 49% se prononçant pour l’absence de changement significatif8. Par ailleurs questionnés sur les opportunités économiques possibles, une majorité des responsables économiques interrogés (51 %) indiquaient « ne pas percevoir d’avantages immédiats » pour leurs entreprises à sortir du cadre des régulations de l’UE. Plus précisément cet impact nettement négatif du Brexit sur les perspectives économiques de leur entreprise traduisait pour eux une triple inquiétude, en rapport avec le maintien de l’investissement actuel, le niveau des investissements à venir, ainsi que le volume des ressources humaines disponibles à travers le recrutement du personnel.

17 Cette appréciation largement défavorable sur la situation économique s’appuyait aussi sur le manque d’informations disponibles sur les négociations en cours, et les perspectives post-Brexit.

18 Même si cela n’est guère surprenant au vu de l’incertitude et la complexité entourant les négociations sur les conditions du divorce britannique avec l’Union Européenne, l’ampleur des critiques révélait clairement l’importance du désarroi des dirigeants économiques écossais, en quête d’appui institutionnel afin de préparer leurs entreprises aux différents scénarios post-Brexit possibles. Ainsi à la question « In your opinion is there adequate information available of the Brexit decision, to date, on your business ? » pas moins de 75 % des dirigeants économiques écossais interrogés répondaient par l’affirmative. Par ailleurs « l’incertitude portant sur les objectifs du gouvernement britannique dans le cadre des négociations en cours » était citée par une grande majorité (59 %) des chefs d’entreprises écossais comme le facteur n° 1 de leurs troubles, affectant de façon sensible la préparation de leurs entreprises en vue du Brexit.

L’économie écossaise, le marché unique européen et l’Union britannique

19 Si le débat sur l’avenir de l’économie écossaise post-Brexit a mis en lumière de nombreux doutes et suscité des inquiétudes multiples, il a aussi permis de préciser la nature concrète des liens économiques existant entre l’Écosse et l’Union Européenne, ainsi que la spécificité de cette relation dans le contexte britannique.

  • 9 La destination d’exportation n° 1 des entreprises écossaises est les Etats-Unis.
  • 10 Cette population européenne vivant en Écosse représentait 3,4% du total de la population écossaise, (...)
  • 11 Fraser of Allender Institute, Brexit and the sectors of the Scottish economy, University of Strathc (...)

20 Le débat a ainsi rappelé qu’au moment du référendum sur le Brexit les exportations annuelles écossaises à destination de l’Union Européenne représentaient un montant annuel d’une valeur de plus de 12 milliards de livres, soit plus de 40 % de l’ensemble de ses exportations – et plus que le total combiné vers l’Amérique du nord, l’Asie, l’Amérique du Sud et le Moyen Orient – et que la plupart des dix destinations prioritaires des exportations écossaises correspondaient à des pays membres de l’UE (dans l’ordre Pays-Bas, France, Allemagne, Danemark Irlande, Espagne) ou de la zone Europe (Norvège, Suisse)9. Par ailleurs un millier d’entreprises écossaises étaient des succursales ou des filiales d’une maison mère localisée dans un autre pays de l’UE, représentant un total d’environ 130.000 salariés. Sur un autre plan 180.000 ressortissants européens vivaient en Écosse en 201510, et la moitié de l’augmentation démographique écossaise au cours des cinq dernières années était liée à des personnes nées dans un pays de l’UE11.

21 Parallèlement ce panorama a aussi mis en lumière des différences sectorielles sensibles entre le profil de l’économie écossaise et celui de l’économie britannique dans son ensemble, en termes d’intérêt commercial et d’échanges avec l’Union Européenne. Ainsi par exemple le secteur de l’agroalimentaire (boissons et alimentation) apparait quantitativement très important pour l’Écosse, occupant le deuxième rang de ses exportations vers l’UE, alors que ce secteur n’est situé qu’au dix-neuvième rang pour le Royaume-Uni. De même la pêche et les exportations de l’industrie du poisson vers l’UE constituent une priorité stratégique pour l’Écosse, ce qui est très loin d’être le cas pour l’économie britannique en général.

22 Si l’intégration des entreprises écossaises dans l’espace économique européens est incontestable et un retrait futur du marché unique objectivement préjudiciable à l’économie écossaise, les données recueillies sont aussi venues rappeler une évidence parfois oubliée et mettre à jour une réalité paradoxale.

  • 12 Fraser of Allender Institute, Brexit and the sectors of the Scottish economy, University of Strathc (...)

23 Car d’une part si l’UE constitue un débouché et une ressource certaines pour les entreprises écossaises, le marché commun britannique est autrement plus important. Ainsi si l’UE représente environ 15 % du total des exportations écossaises, 64 % de celles-ci étaient en 2015 destinées au marché britannique (et 21 % pour le reste du monde) ; et si la proportion des exportations à destination de l’UE a été globalement stable au cours des quinze dernières années, le volume et la part britanniques n’ont cessé d’augmenter sur la période. Enfin là où 134.000 emplois écossais – 55.000 dans le secteur manufacturier et 73.000 dans les services – étaient dépendants d’une demande extérieure en provenance de l’UE, ce nombre était de 560.000 – soit quatre fois plus – pour une demande issue du reste du Royaume-Uni12.

  • 13 Une des explications tient au fait que deux produits d’exportation majeurs de l’économie écossaise, (...)
  • 14 Source: HMRC Regional Trade Statistics.

24 Par ailleurs l’Écosse constitue un des territoires britanniques dont l’économie est paradoxalement la moins liée à l’Union Européenne. Une comparaison interrégionale au sein du Royaume Uni montre en effet que l’Écosse est la région britannique dont la part des importations en provenance de l’UE est le plus faible, tandis qu’au plan des exportations en direction de l’UE seuls Londres et la région sud-ouest présentent un pourcentage plus faible13. À titre de comparaison les autres nations périphériques britanniques sont autrement plus dépendantes que l’Écosse des échanges intra-européens : le pays de Galles réalise ainsi près de 70 % de ses exportations vers l’UE – contre un peu plus de 40 % pour l’Écosse – et l’Irlande du nord reçoit près de trois quarts de ses importations de l’UE – contre un peu moins de 40 % dans le cas de l’Écosse14. La force des inquiétudes exprimées en Écosse sur la situation économique résultant du Brexit, en comparaison de celles exprimées dans d’autres territoires britanniques, peut donc apparaitre un peu surprenante eu égard à la stricte réalité chiffrée.

Immigration et marché du travail, deux enjeux majeurs pour l’économie écossaise

25 Si l’économie écossaise est objectivement moins liée à l’UE que d’autres régions du Royaume-Uni et plus dépendante du marché britannique qu’européen, les craintes exprimées à la perspective de sortir du marché unique sont cependant nourries par des risques spécifiques à la situation écossaise et qui ont trait à deux enjeux majeurs, liés à l’immigration et au marché du travail.

26 Car d’une part l’Écosse connait une productivité du travail et une productivité globale inférieures à la moyenne britannique. Ces faiblesses sont actuellement compensées par une aptitude à attirer des investissements étrangers supérieure à celle de la plupart des autres territoires britanniques, un atout que la sortie du marché européen pourrait remettre en cause.

  • 15 ‘Experts warn of Brexit’s impact on Scotland’s stalled birth rate’, The Scotsman, 6 octobre 2018.

27 Sur le plan de sa structure démographique, l’Écosse se caractérise au sein du Royaume-Uni par une relative stagnation et un vieillissement de sa population ainsi que par des taux de natalité faibles : en 2017 par exemple le taux de fertilité était de 1,47 (enfant par femme), la part des plus de 65 ans (18 %) dans la population était supérieure à celle des moins de 16 ans (17 %), et le nombre de naissances inférieur de 5.000 unités à celui des décès15. Depuis 2000, la population écossaise n’a augmenté que très faiblement, et uniquement grâce à l’apport migratoire, et l’économie écossaise apparait particulièrement dépendante de la main d’œuvre étrangère, venue de la Grande-Bretagne mais aussi du reste du monde.

28 En conséquence, le Brexit suscite de fortes craintes d’un « Brexodus », qui impacterait le renouvellement démographique – la population immigrée étant prioritairement jeune et manifeste un taux de natalité nettement supérieur à la moyenne écossaise – et qui se concrétiserait par un tarissement de l’apport migratoire sur le marché du travail. Dans cette perspective, les secteurs des services sociaux et de la santé, de l’agriculture, de la distribution, du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration – qui comptent de nombreux travailleurs issus d’Europe centrale – seraient tout particulièrement menacés en cas de sortie de l’UE.

  • 16 Center on Constitutional Change, ‘Scotland to suffer under UK immigration proposals, expert group c (...)

29 Au-delà des cercles économiques, l’enjeu migratoire fait par ailleurs l’objet d’un large consensus politique et sociétal en Écosse. L’identité écossaise porté par les dirigeants du Scottish National Party est fondée sur le droit du sol et un nationalisme civique et inclusif, et le gouvernement n’a eu de cesse de rappeler que l’Écosse est un pays ouvert et accueillant pour tous ceux qui désirent s’y établir, tout en critiquant les politiques restrictives mises en place par le gouvernement britannique en matière d’immigration16. La dépendance de l’Écosse vis-à-vis de l’afflux migratoire pour ce qui est de sa vitalité démographique et de son dynamisme économique est assumée assez unanimement par toutes les familles politiques, à la seule exception de UKIP – dont l’impact électoral a été extrêmement marginal en Écosse – et le principe de libre circulation de la main d’œuvre, qui est au cœur du projet européen, constitue aussi un élément important dans l’attachement des Écossais au marché unique.

L’avenir des financements européens en question

  • 17 Fraser of Allender Institute, Brexit and the sectors of the Scottish economy, University of Strathc (...)

30 Un dernier élément de grande incertitude et de fortes craintes tient à la perspective du tarissement des financements européens résultant du Brexit. Alors qu’elle représente un peu plus de 8 % du total de la population britannique, l’Écosse reçoit près de 15 % des fonds structurels européens alloués au Royaume-Uni. Ces fonds, d’un montant global d’un milliard de livres, sont particulièrement importants pour l’économie écossaise dans le domaine de l’agriculture – où l’Écosse bénéficie de 17 % des subventions de la politique agricole commune (PAC) versées au Royaume-Uni sur la période 2014-2020, et plus encore dans le secteur de la politique de la pêche – où les fonds européens (FEAMP) dont bénéficie l’Écosse représentent près de 45 % de la somme globale allouée au Royaume-Uni17. La question de l’avenir de ces financements en cas de retrait britannique de l’UE apparait cruciale pour le monde rural écossais au vu des montants actuellement en jeu.

  • 18 Center on Constitutional Change, ‘Agriculture Faces Uncertain Future after Brexit’, 7 février 2019.

31 À cela s’ajoute la question du rapatriement des compétences européennes exercées par les gouvernements décentralisés, en matière d’agriculture et de pêche, mais aussi d’environnement et de développement économique régional. Un processus de négociation s’est difficilement mis en place entre le gouvernement britannique et les parlements d’Edimbourg, Cardiff et Belfast sur ce thème, afin de déterminer les conditions futures de ces politiques publiques, leur degré de flexibilité, et leur niveau de financement. Dans le domaine crucial de l’agriculture, la situation apparait particulièrement tendue, dans la mesure où les choix gouvernementaux semblent largement influencés par la structure du secteur et les besoins exprimés en Angleterre, qui différent très sensiblement de ceux exprimés par les nations périphériques18. Ainsi si le revenu des agriculteurs anglais dépend actuellement pour moitié des subventions européennes, ce pourcentage est égal ou supérieur à 75 % dans la périphérie britannique ; si 17 % seulement du territoire anglais entre dans la catégorie des zones rurales moins favorisées (dites de « contrainte naturelle »), ce chiffre est de 85 % en Écosse ; et là où le secteur agricole anglais se caractérise par de grandes exploitations basées sur une production intensive, les nations périphériques se distinguent par une agriculture extensive –c’est le cas de l’Écosse – ou basée sur de petites exploitations – comme au pays de Galles ou en Irlande du nord. En conséquence l’Écosse notamment souhaite obtenir des clarifications sur la future politique agricole britannique et notamment l’enjeu des subventions directes aux agriculteurs – dont la fin est programmée en Angleterre à partir de 2022 – tout en revendiquant la poursuite d’une politique largement autonome adaptée à la situation locale.

Conclusion : l’angoisse d’un no-deal

32 Du référendum de juin 2016 à la démission forcée de Theresa May trois ans plus tard, les débats sur les conséquences du Brexit se sont déroulés dans un contexte d’incertitude croissante, alimentant un pessimisme collectif généralisé en Écosse.

33 La multiplicité des scénarios de sortie de négociations successivement envisagées (« soft » ou « hard » Brexit ; rester – ou pas – dans le marché unique ; sortir – ou pas – de l’union douanière ; s’inspirer éventuellement des modèles norvégien, suisse, canadien, etc. ; ou s’en remettre aux règles basiques de l’OMC ; et/ou envisager de conclure des accords commerciaux unilatéraux avec tel ou tel pays, lesquels et selon quelles conditions, etc..) a engendré une dynamique d’annonces, aléatoires et parfois contradictoires, qui a alimenté ce climat de confusion et de perplexité dans l’opinion et les élites écossaises.

34 Les revendications de ces dernières se sont nourries du tropisme pro-européen ancien et majoritaire en Écosse, du large consensus pro-immigration et en faveur de la liberté de circulation, et de la volonté de préserver la spécificité des intérêts écossais dans les différentes situations envisageables.

35 Dans le cours des négociations menées par le gouvernement britannique, l’importante prise par la question nord-irlandaise sur l’accord final a aussi contribué à nourrir un ressentiment supplémentaire. Les responsables politiques y ont vu l’expression d’un traitement préférentiel accordé à ce territoire, en contradiction avec l’engagement initial de Theresa May et son refus de considérer la situation écossaise de façon différenciée, et les décideurs économiques ont exprimé la crainte d’un avantage compétitif et d’une forme de concurrence déloyale par rapport à l’Écosse. Le gouvernement écossais de Nicola Sturgeon a ainsi décrit l’accord final comme ‘the worst of all worlds’, car sortant l’Écosse du marché unique européen tout en y maintenant de fait l’Irlande du nord.

  • 19 Scottish Government, No-deal Brexit: economic implications for Scotland, février 2019

36 Enfin l’incapacité manifeste du gouvernement britannique à faire valider le résultat des négociations par le parlement britannique, puis l’incertitude liée à la succession de Theresa May et aux choix de ses successeurs potentiels, sont venues renforcer la possibilité d’une sortie sans accord de l’UE, la perspective la plus anxiogène pour tous les responsables écossais19.

Haut de page

Bibliographie

-, ‘Brexit has caused growth of Scottish economy to half, says Bank of England governor’, Scottish Financial News, 4 avril 2019.

-, ‘No deal’ Brexit to cost Scottish economy £ 14bn a year by 2034 – CBI Scotland, Scottish Financial News, 22 janvier 2019.

-, ‘Scots economy faces Brexit’ after shock as business looks to stockpile supplies’, The Scotsman, 23 octobre 2018.

-, ‘Scottish economy set to grow but forecasters issue Brexit warning’, BBC News, 11 décembre 2018.

-, ‘Smooth Brexit transition ’vital for Scots economy’’, BBC News, 26, septembre 2018.

Ashcroft, Brian, Brexit and the Scottish economy: don’t panic, but do worry! Fraser of Allander Institute, juin 2016.

Carrell, Severin, ‘Brexit could cost Scottish economy 16 bn pounds a year’, The Guardian, 15 janvier 2018.

Center on Constitutional Change, ‘Impact of a Brexit “No Deal” on Scotland Revisited’, 5 september 2018.

Center on Constitutional Change, ‘Agriculture Faces Uncertain Future after Brexit,’ 7 février 2019.

Center on Constitutional Change, ‘End of Free Movement Poses Risk for Communities and Businesses’, 23 juin 2018.

Center on Constitutional Change, ‘Brexit, Devolution and the UK Internal Market,’ 19 février 2019.

Center on Constitutional Change, ‘Scotland to suffer under UK immigration proposals, expert group claims’, 28 février 2019.

Diffley, Mark, Hughes, Kirsty, Stihler, Catherine (MEP), Neil, Alex (MSP), How might Brexit impact the Scottish economy? Open University, octobre 2018.

Eden, Tom, ‘Scottish economy could be rocked by Brexit, forecasters warn’, The Scotsman, 11 décembre 2018.

Fraser of Allander Institute, Brexit and the Glasgow City Region, University of Strathclyde, octobre 2018.

Fraser of Allander Institute, Brexit and the latest Brexit modelling scenarios: a negative outcome all round, University of Strathclyde, novembre 2018.

Fraser of Allander Institute, Brexit: the mood amongst Scottish businesses, University of Strathclyde, aout 2018.

Fraser of Allende Institute, Brexit uncertainty and the Scottish economy: Is winter coming? University of Strathclyde, février 2019.

Fraser of Allender Institute, Brexit and the sectors of the Scottish economy, University of Strathclyde, novembre 2017.

Fraser, Douglas, ’Disorderly Brexit ’risks Scottish recession’, BBC Business Scotland, 17 avril 2019.

Glasgow Chamber of Commerce, Brexit and the Glasgow economy: impacts, actions and tasks, Glasgow City Council, octobre 2016.

Green, Chris, ‘Scottish economy ‘dislocation’ warning over no-deal Brexit’, I News UK, 13 fevrier 2019.

Hughes, Kirsty (ed.), The Future of Europe: Disruption, Continuity and Change, Scottish Center on International Relations, 6 mai 2019.

King, Diane, ‘Scottish pubs could run out of Guiness under no deal Brexit’, The Scotsman, 2 novembre 2018.

Kyambi, S., Kay, R., Boswell, C., Taggart, K., & Porteous, H., Choices ahead: approaches to lower skilled labour migration after Brexit, University of Edinburgh and Glasgow, juin 2018.

MacNab, Scott, ‘Experts warn of Brexit’s impact on Scotland’s stalled birth rate’, The Scotsman, 6 octobre 2018.

McCall, Chris, ‘Scottish economy growth ’threatened by UK Government’s Brexit obsession’’, The Scotsman, 21 juin 2019.

McConnell, Ian, ‘Scottish economy hit hard by Brexit woes’, Glasgow Herald, 18 avril 2018.

Menon, A. Porte, J., Levell, P., Sampson, T., The economic consequences of the Brexit deal, Centre for Economic Performance, The UK in a changing Europe, novembre 2018.

Muscatelli, Anton, Brexit and the future of the Scottish and UK economy, University of Glasgow, mars 2017.

Partington, Richard, ‘Rising risk of no-deal Brexit slows UK growth as pound slides’, The Guardian, 26 juin 2019.

Prelec, Tena, The impact of Brexit on Scotland’s growth sectors, Scottish Parliament, mars 2018.

Scottish Government, No-deal Brexit: economic implications for Scotland, février 2019.

Scottish Government, Scotland’s place in Europe, décembre2016.

Scottish Parliament, Sustainable Growth Commission Scotland: the new case for optimism, mai 2018.

Scottish Parliament, The Impact of Brexit on the Scottish budget, septembre 2017.

Wright, Scott, ‘Brexit will slow Scots economy in 2019, key forecast shows’, The Glasgow Herald, 07 décembre 2018.

Haut de page

Notes

1 Parmi ceux-ci, on peut citer notamment le Fraser of Allender Institute, le National Institute for economic and social research et le Center for economic and business research.

2 Notamment dans les quotidiens de qualité The Herald (Glasgow) et The Scotsman (Edimbourg).

3 Voir par exemple ; Fraser of Allander Institute, Brexit and the Scottish economy: don’t panic, but do worry! University of Strathclyde, juin 2016 ; Brexit and the Glasgow economy: impacts, actions and asks, Glasgow Chamber of Commerce, Glasgow City Council, octobre 2016 ; Scotland’s place in Europe, Scottish Government, décembre 2016 ; University of Glasgow, Brexit and the future of the Scottish and UK economy, mars 2017 ; Scottish Parliament, The impact of Brexit on the Scottish budget, septembre 2017; Fraser of Allander Institute, Brexit and the sectors of the Scottish economy, novembre 2017 ; Fraser of Allander Institute, Brexit: the mood amongst Scottish businesses, août 2018 ; Centre for economic performance, The economic consequences of the Brexit deal, The UK in a changing Europe, novembre 2018 ; Fraser of Allander Institute, Brexit and the latest Brexit modelling scenarios: a negative outcome all roun, novembre 2018 ; Scottish Government, No-deal Brexit: economic implications for Scotland, février 2019 ; Fraser of Allende Institute, Brexit uncertainty and the Scottish economy: Is winter coming? février 2019.

4 Le très sérieux Scotsman titrait par exemple en novembre 2018 Scottish pubs could run out of Guiness under no deal Brexit.

5 Une baisse du PIB écossais respectivement de 2,7%, 6,1% et 8,5% selon le résultat final des négociations entre l’Europe et le gouvernement britannique était envisagé. Cf. Scottish Government, Scotland’s place in Europe, décembre 2016. D’autres rapports produits également par les institutions écossaises ont fait état d’un recul de la croissance et d’une chute des revenus réels des ménages écossais de l’ordre de 10%, en cas de “Hard Brexit’.

6 Voir par exemple Fraser of Allander Institute, Brexit and the Scottish economy: don’t panic, but do worry! juin 2016.

7 Voir par exemple Fraser of Allender Institute, Brexit and the sectors of the Scottish economy, University of Strathclyde, novembre 2017 ; Tena Pelec, The impact of Brexit on Scotland’s growth sectors, Scottish Parliament, mars 2018.

8 Fraser of Allander Institute, Brexit: the mood amongst Scottish businesses, août 2018.

9 La destination d’exportation n° 1 des entreprises écossaises est les Etats-Unis.

10 Cette population européenne vivant en Écosse représentait 3,4% du total de la population écossaise, contre 5,4% en moyenne britannique.

11 Fraser of Allender Institute, Brexit and the sectors of the Scottish economy, University of Strathclyde, novembre 2017.

12 Fraser of Allender Institute, Brexit and the sectors of the Scottish economy, University of Strathclyde, novembre 2017.

13 Une des explications tient au fait que deux produits d’exportation majeurs de l’économie écossaise, le pétrole et le whisky, reposent sur des marchés mondiaux plutôt qu’européens, et sont donc moins susceptibles d’être impactés par le Brexit.

14 Source: HMRC Regional Trade Statistics.

15 ‘Experts warn of Brexit’s impact on Scotland’s stalled birth rate’, The Scotsman, 6 octobre 2018.

16 Center on Constitutional Change, ‘Scotland to suffer under UK immigration proposals, expert group claims’, 28 février 2019.

17 Fraser of Allender Institute, Brexit and the sectors of the Scottish economy, University of Strathclyde, novembre 2017.

18 Center on Constitutional Change, ‘Agriculture Faces Uncertain Future after Brexit’, 7 février 2019.

19 Scottish Government, No-deal Brexit: economic implications for Scotland, février 2019

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Le Brexit et l'économie écossaise : l'enjeu des secteurs de croissance
Légende H = risque élevé lié au Brexit. M = risque moyen. L = risque faible. n/a = peu pertinent
Crédits Source : Tena Prelec (ed.), The impact of Brexit on Scotland’s growth sectors, Scottish Parliament 20 mars 2018.
URL http://journals.openedition.org/osb/docannexe/image/3261/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Leydier, « ‘Don’t panic but do worry!!’
L’Écosse et les enjeux économiques du Brexit », Observatoire de la société britannique, 24 | 2019, 87-104.

Référence électronique

Gilles Leydier, « ‘Don’t panic but do worry!!’
L’Écosse et les enjeux économiques du Brexit », Observatoire de la société britannique [En ligne], 24 | 2019, mis en ligne le 01 mai 2020, consulté le 19 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/osb/3261 ; DOI : https://doi.org/10.4000/osb.3261

Haut de page

Auteur

Gilles Leydier

Professeur de civilisation britannique à l'Université de Toulon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search