Navigation – Plan du site

AccueilNuméros261. Living together : migration an...Le paradoxe identitaire au pays d...

1. Living together : migration and diversity in the UK

Le paradoxe identitaire au pays de Galles : une diversité imaginée ?

Stéphanie Bory
p. 57-78

Résumé

Longtemps considéré comme une terre d’accueil en raison de son héritage culturel et populaire, le pays de Galles, comme d’autres pays européens, n’a pas échappé aux tensions raciales dès le XIXe siècle. Cependant, l’Assemblée mise en place en 1998 par le Government of Wales Act, devenue officiellement le Parlement en 2020, a souhaité promouvoir l’égalité des chances et a multiplié les programmes pour favoriser la diversité et encourager les minorités à participer à la vie publique et politique. Seulement cette diversité souhaitée et encouragée par les institutions se révèle plus imaginée que réelle si bien que la société civile galloise, pilier d’une nouvelle identité plus civique qu’ethnique, semble fabriquée de toutes pièces.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Jones, Rhian E., « How Cool is Now », ClickonWales, 12-06-2019, https://www.iwa.wales/click/2019/06 (...)
  • 2 Saltus, Roiyah & Williams, Charlotte, « Extending the Parameters of Social Policy Research for a Mu (...)
  • 3 Ces données sont des statistiques obtenues sur un échantillon de 18 000 foyers chaque année, entre (...)
  • 4 Le recensement de 2011 indique que Cardiff, la capitale, compte 15,2% de minorités non blanches et (...)
  • 5 Anderson, Benedict, Imagined Communities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Lond (...)

1« Contrary to many popular impressions, ‘Welsh’ is large and can contain multitudes »1. Ces propos tenus par l’auteur gallois Rhian E. Jones dans un article publié en juin 2019 illustrent la complexité, voire le paradoxe de l’identité galloise. Tout comme Roiyah Saltus et Charlotte Williams qui, dans un article publié en 2015 intitulé « Extending the Parameters of Social Policy Research for a Multicultural Wales », considèrent que le pays de Galles est effectivement une société multiculturelle, ou « superdiverse »2, soit un amalgame de peuples particulièrement différenciés. Le recensement de 2011 indique que 4% de la population galloise est issue des minorités non blanches (2,3% asiatique et 0,6% noire), contre 2,1% en 2001 et 1,5% en 1991. Des données publiées le 11 juin 2019 par l’Annual Population Survey montrent que 4,4% de la population se déclare comme non blanche, dont 2,1% asiatique3. Ces minorités viennent essentiellement d’Inde, du Bangladesh, du Pakistan et de Chine, puis d’Afrique, et s’installent principalement dans les villes du sud-est du pays de Galles4. En outre, les Anglais, considérés en tant que communauté ethnique, représentent le premier groupe des « autres », et certainement celui qui a longtemps le plus cristallisé l’animosité des Gallois, comme ont pu l’illustrer les discours de certains membres fondateurs de Plaid Cymru, le parti nationaliste, à l’instar de Saunders Lewis. Cette étude porte cependant sur les minorités non blanches. Si 80% de la population ne parle qu’anglais et un tiers est né en dehors du pays de Galles, principalement en Angleterre, les deux tiers se décrivent comme Gallois, signe d’une forte intégration. Le pays de Galles est en effet terre d’accueil d’ouvriers et de mineurs jusqu’au milieu du XXe siècle. Sa capitale, Cardiff, abritait alors les plus importantes communautés multiraciales au Royaume-Uni et l’Assemblée galloise, mise en place en 1998, défend l’égalité des chances et la diversité. Pourtant, cet organe est loin d’être le reflet fidèle de la population qu’il représente et, si l’hostilité à l’immigration a pu être avancée pour expliquer en partie le vote gallois en faveur du Brexit en juin 2016, c’est dans les circonscriptions comptant le plus faible nombre de membres des minorités que ce vote s’est révélé le plus élevé. L’identité nationale galloise relèverait donc davantage de la « communauté imaginée », pour reprendre le concept développé par Benedict Anderson en 19915 que de la réalité, et illustrerait un lien émotionnel avec la nation galloise.

  • 6 L’étude de la migration et de la diversité au pays de Galles représente un nouvel aspect de ma rech (...)

2Il convient alors de s’interroger sur le paradoxe identitaire au pays de Galles, a priori à la fois terre d’accueil et de repli, comme un nouveau symptôme de la schizophrénie dont il a pu souffrir par le passé. Cette étude propose, après une brève présentation de la diversité au pays de Galles, d’étudier principalement le décalage entre les politiques mises en place par ses institutions pour refléter la diversité de sa population au sein de ces mêmes institutions et leurs véritables effets, entre les données statistiques et le sentiment populaire6.

Le pays de Galles, terre d’accueil ?

  • 7 Václav Havel, cité dans Evans, Neil, « Immigrants and Minorities in Wales, 1840-1990: A Comparative (...)

3Selon Václav Havel, dramaturge et homme d’État tchèque (1936-2011), « a nation can be judged by the way it treats minorities »7. Au pays de Galles, le mythe de la tolérance et d’un accueil chaleureux des étrangers et nouveaux venus est fort, d’autant que Cardiff, plus précisément le quartier de Bute, a dans le passé abrité une importante communauté multiraciale. Le pays de Galles a de ce fait longtemps projeté l’image d’une terre d’accueil.

Le « mythe gallois de la tolérance »8

  • 8 Evans, Neil, op. cit., p. 128.
  • 9 Jones, Moya, « Framing Welsh Identity », Textes et Contextes, Université de Bourgogne, Centre Inter (...)
  • 10 Chris Williams, historien gallois, a notamment co-dirigé en 2005 avec Jane Aaron l’ouvrage Postcolo (...)
  • 11 Geraint Jenkins est Professeur émérite en histoire galloise à l’Université d’Aberystwyth, où il a e (...)
  • 12 John Davies était historien et animateur de télévision, et l’un des membres fondateurs de la Welsh (...)

4Dans son article intitulé « Immigrants and Minorities in Wales, 1840-1990 : A Comparative Perspective » publié en 2015, Neil Evans définit le « mythe de la tolérance », fréquemment associé au pays de Galles et à son histoire. Ce mythe a en partie été façonné par l’idée galloise du « gwerin », terme qui désigne le peuple, le commun, idée selon laquelle le peuple gallois était le plus droit, empli de moralité, cultivé et tolérant au monde. Le peuple est au cœur de l’histoire du pays de Galles, ce que souligne Moya Jones, Professeur en civilisation britannique et spécialiste du pays de Galles, dans un article publié en 2008 : « The story of Wales is not so much the history of kings as the history of the people, ‘y gwerin’, and of their political and cultural leaders9. » Elle considère que, dans la seconde moitié du XXe siècle, une nouvelle génération d’historiens, à l’instar de Chris Williams10, Geraint Jenkins11 ou John Davies12, s’est intéressée à l’histoire du pays de Galles « from below », celle du « gwerin ». Neil Evans qualifie cette attitude de « mythe » dans la mesure où, selon lui, une étude des relations entre communautés révèle de multiples tensions et il se demande si de telles conclusions remettent en question l’apparente harmonie prévalant au sein de la société galloise, notamment à Bute, quartier des docks de Cardiff où se développe, dès la fin du XIXe siècle, la plus ancienne et plus célèbre communauté multi-ethnique du pays de Galles.

Butetown, Cardiff

  • 13 En 1951, la population de Cardiff s’élève à 310 000 habitants. Voir https://www.macrotrends.net/cit (...)
  • 14 Stevens, Meic, Solva Blues, Talybont : Y Lolfa, 2004, p. 80.
  • 15 Cité dans Johnes, Martin, Wales since 1939, Manchester : Manchester University Press, 2012, p. 139. (...)
  • 16 Glenn Jordan et Chris Weedon dans leur article « Changing the Archive: History and Memory as Cultur (...)

5Au XIXe siècle, Cardiff se développe rapidement grâce à l’extraction minière et devient le premier port d’exportation de charbon au monde. La ville attire alors de nombreux marins venus de toute l’Europe, de l’Empire, voire du monde entier, dont beaucoup s’installent à Butetown, c’est-à-dire au cœur du quartier des docks, quartier circonscrit d’1,6 km de long sur 400 mètres de large et coupé du centre-ville par des canaux aujourd’hui comblés, des voies de chemin de fer et le Canal de Bristol. Bute devient donc une ville dans la ville et les habitants du quartier prennent l’habitude d’appeler la partie nord « The Bay » et la partie sud « The Docks ». Dans les années 1940, le quartier compte environ 6 000 habitants, dont 5 000 originaires d’une cinquantaine de nations, et encore davantage de communautés ethniques13. Un visiteur se souvient dans les années 1950 du quartier en ces termes : « It was like a foreign country – the people dressed in seafaring clothes, boiler suits, saris, Arabian robes and the brightly coloured clothes of Africa and the West Indies14 ». La communauté de Bute était régulièrement mise en avant comme un exemple de tolérance raciale et d’intégration réussie. Dans un article publié en 1951, le quotidien The Times explique : « Cardiff may be described as the coloured man’s paradise in Great Britain. In no other city are the coloured people so much part of a community as in this South Wales city, and nowhere else is there evidence of so much friendliness between them and their white fellow citizens15. » Aujourd’hui, Butetown est toujours un lieu d’accueil, comme le soulignent Glenn Jordan et Chris Weedon dans leur article « Changing the Archive: History and Memory as Cultural Politics in Multi-Ethnic Wales » : « In the 21st century Butetown has continued to receive immigrants and refugees and remains one of the most diverse areas in Wales16. »

  • 17 Anon, The Times, 25-05-1959.
  • 18 Lloyd, A. J., « Down the Bay », Picture Post, 22-04-1950.
  • 19 Scrutator, « Round Boarding-Houses: How Sailors are Taken in and Done for », South Wales Daily News(...)

6Pourtant, la réalité n’est pas aussi idyllique. Cette impression de tolérance s’explique en partie par le fait que la population multi-ethnique, essentiellement noire, est alors, comme le souligne plus tard The Times, « exceptionally isolated » du reste de Cardiff17. Le Picture Post note en 1950 : « Partly by race prejudice, partly by repute, partly by the queer conformation of the place they live in, they are cut off from the ordinary life of the city, and trapped in what is the nearest thing to a ghetto we have in this free land18. » Le quartier est en outre souvent associé, dans l’imaginaire populaire, à la criminalité et l’immoralité, comme l’illustre une série de 14 articles intitulée Darker Cardiff: Seamyside of the Great Seaport, publiée dans le South Wales Daily News du 22 novembre 1893 au 5 janvier 1894. Ainsi dans le premier article intitulé « Round Boarding-Houses: How Sailors are Taken in and Done for » : « From the moment the seaman lands till the time his baggage and himself are aboard again to commence another cruise he is liable to be made a victim in one form or another. I am not going to enter into a detailed description of the nature and quality of those dangers19. » Le quartier a d’ailleurs fait l’objet de deux programmes de réhabilitation, tout d’abord dans les années 1960 – les classes moyennes ayant déjà quitté Butetown, les classes ouvrières sont déplacées vers des HLM en banlieue – puis à partir de 1987, sous l’égide de la Cardiff Bay Corporation, avec l’installation de bâtiments publics, restaurants et boutiques de luxe sur une marina nouvellement aménagée, Cardiff Bay, ce qui entraîne une nouvelle dispersion des résidents. Ainsi, si le pays de Galles apparaît comme une terre d’accueil, il se révèle être également une terre de repli, victime de tensions raciales.

Des tensions raciales

  • 20 Evans, Neil, « Through the Prism of Ethnic Violence: Riots and Racial Attacks in Wales, 1826-2014 » (...)

7L’histoire du pays de Galles aux XIXe et XXe siècles est marquée par plusieurs conflits ethniques. Neil Evans consacre un article aux violences et attaques raciales au pays de Galles entre 1826 et 2014 et rappelle que 20 incidents violents à l’encontre d’Irlandais ont lieu entre 1826 et 188220. Au début du XXe siècle, c’est la communauté chinoise qui est visée, notamment lors d’incidents à Cardiff en 1911, et, dans les années 1980, la communauté noire. Le meurtre à Cadoxton près de Neath en décembre 1994 de Mohan Singh Kullar, un épicier âgé de 60 ans, provoque une onde de choc. L’un des assaillants est condamné à la perpétuité, un autre à huit ans de prison pour homicide involontaire et le troisième à trois ans et demi pour acte de violence. Les années 1990 sont le théâtre d’une augmentation sensible du nombre d’agressions à caractère raciste au pays de Galles, qui progressent de 4 383 agressions en 1988 à 11 878 en 1994-1995 et 13 878 trois ans plus tard, selon la Commission for Racial Equality. Entre 1993 et 2012, 5 ou 6 meurtres à caractère raciste sont perpétrés au pays de Galles (105 sur l’ensemble du Royaume-Uni), ce qui est proportionnel à la part de la population galloise par rapport à l’ensemble de la population britannique, mais très élevé comparé à la part de la population issue des minorités. La multiplication des incidents et actes racistes est à l’origine d’une nouvelle évaluation de l’histoire des relations raciales au pays de Galles, et entraîne une prise de conscience du monde intellectuel ainsi que politique.

Une réponse intellectuelle et politique

Une prise de conscience du monde intellectuel

  • 21 Voir : https://bhmwales.org.uk/, consulté en décembre 2019.
  • 22 Le First Minister est le chef du Welsh Government, l’exécutif au pays de Galles.
  • 23 Carwyn Jones, cité dans Salter, Alice, « Black History Month Returns to Cardiff », 12-10-2016, http (...)
  • 24 Voir Evans, Chris, Slave Wales. The Welsh and Atlantic Slavery, 1660-1850, Cardiff : University of (...)

8La majorité de l’opinion publique galloise, au début du XXIe siècle, se déclare anti-raciste, et les initiatives, tant individuelles que collectives, pour réévaluer l’histoire des relations entre communautés se multiplient. En 2005, un documentaire en gallois en trois parties, intitulé Cymru Ddul Black Wales, est diffusé sur S4C, la chaîne galloise. Il porte sur l’histoire de la communauté noire au pays de Galles. Un ouvrage, Cymru Ddul Black Wales : A History of Black Welsh People, est publié la même année par Alan Llwyd qui retrace pour la première fois l’histoire de la présence noire au pays de Galles depuis le XVIe siècle en étudiant la relation entre les Gallois blancs et les habitants noirs issus de l’immigration ou nés sur le sol gallois. Deux ans plus tard, BBC Wales diffuse un documentaire sur le pays de Galles et la traite des esclaves à l’occasion de la commémoration par le gouvernement gallois de l’abolition de l’esclavage en 1807 (Valuing Freedom). C’est aussi en 2007 que Black History Month Wales est organisé pour la première fois, initiative décrite ainsi : « Year on year Black History Month is proving to be one of the most engaging, lively and welcoming events in Wales’ cultural calendar. It serves both as an educational project and an entertaining experience for those interested in and inspired by African and Caribbean Heritage and the Welsh connection21. » En octobre 2016, Carwyn Jones, alors First Minister22, apporte pour la première fois un soutien officiel aux événements, rappelant l’importance de la diversité au pays de Galles : « This is what makes us such a vibrant and tolerant nation23. » Des études récentes, notamment celles menées par le Professeur Chris Evans dans son ouvrage publié en 2010 Slave Wales. The Welsh and Atlantic Slavery, 1660-1850, montrent l’implication du pays de Galles dans l’économie esclavagiste britannique. Celui-ci se penche en particulier sur les tisserands du Montgomeryshire et du Merionethshire, deux régions galloises, qui fournissaient les tenues des esclaves exploités dans les Caraïbes et en Amérique du Nord jusque dans les années 183024. Dès 1987 est créé à Butetown, Cardiff, le Butetown History and Arts Centre, centre national pour les arts, l’histoire et l’héritage d’un pays de Galles multi-ethnique, au cœur du quartier multi-ethnique le plus ancien et le plus connu au pays de Galles décrit précédemment. Le pays de Galles souhaite ainsi se pencher de façon réaliste sur la question des relations entre communautés.

  • 25 Le Secretary of State for Wales, membre du Cabinet britannique, est à la tête du Welsh Office.
  • 26 Davies, Ron, « Shaping the Vision », Red Kite, June 1995, p. 17.
  • 27 Michael, Alun, discours lors du lancement de la All Wales Ethnic Minority Association, Cardiff, 24- (...)
  • 28 Williams, Daniel (ed.), Who Speaks for Wales? Nation, Culture, Identity, Raymond Williams, Cardiff (...)

9Les architectes de la dévolution galloise insistent pour prendre en compte la diversité du pays de Galles dans leur vision de la future assemblée, à l’instar du Secretary of State for Wales25, Ron Davies, qui indique dès 1995 : « Once the Assembly is established it must reflect the diversity and plurality of Welsh social, political and cultural life. By doing that we will have a greater status for the Assembly as a national institution, we can give a clearer focus for the development of our Welsh sense of identity26. » Une telle position est clairement partagée par Alun Michael, First Secretary de 1999 à 2000, qui déclare en 1999 lors du lancement de la All Wales Ethnic Minority Association (AWEMA) : « The Assembly needs to address and relate to the aspirations and needs of black and ethnic minority communities throughout Wales. […] I believe very strongly that we need to build the partnership with Black and ethnic minority groups27. » L’identité galloise est devenue diverse, fragmentée et multiple. À la question posée en 1971 par l’auteur gallois Raymond Williams, « Who speaks for Wales? »28, il semble que la seule réponse aujourd’hui soit l’Assemblée, institution fédératrice et nouveau pilier de l’identité nationale au pays de Galles. Celle-ci cherche à mettre en place, depuis sa création en 1998, une politique d’ouverture.

L’Assemblée et sa politique d’ouverture : « Reflecting Wales in Running Wales »29

  • 29 D’après le titre d’une publication en 2020 du gouvernement gallois, Diversity and inclusion strateg (...)
  • 30 Government of Wales Act 1998, Part 5, section 120, Londres : HMSO, c. 38, 1998.
  • 31 Voir : Chaney, Paul, « The Post-Devolution Equality Agenda: The Case of the Welsh Assembly’s Statut (...)
  • 32 Welsh Government, Race Equality Scheme, Cardiff : Welsh Government, 2005, p. 1.
  • 33 Equality and Human Rights Commission, The Essential Guide to the Public Sector Equality Duty: An Ov (...)

10L’Assemblée – officiellement renommée Parlement à partir de mai 2020 – insiste dès le Government of Wales Act 1998, considéré comme son texte fondateur, sur sa volonté de promouvoir l’égalité des chances, comme indiqué dans l’article 120 : « The Assembly shall make appropriate arrangements with a view to securing that its functions are exercised with due regard to the principle that there should be equality of opportunity for all people30. » Elle a recours, dans de nombreux textes et documents officiels, à la rhétorique de l’inclusion et de l’intégration. Cette volonté des institutions galloises est répétée dans le GOWA 2006 qui stipule que l’Assemblée doit respecter le principe de l’égalité des chances pour tous dans son fonctionnement même. Ce qui place le pays de Galles dans une position unique puisque le principe doit s’appliquer à tous et à toutes les fonctions du gouvernement alors que le Scotland Act se contente d’encourager ce principe de l’égalité des chances31. L’Assemblée publie en 2005 son premier Race Equality Scheme, dans lequel elle reconnaît publiquement pour la première fois que le racisme est un problème au pays de Galles et s’engage à promouvoir les actions suivantes : « celebrate and cultivate our diversity and at the same time promote social justice and equality for all ethnic groups. »32 Elle applique également au pays de Galles le texte de loi voté par le Parlement britannique, Equality Act 2010, en obligeant les organismes publics gallois considérés comme des institutions non dévolues, comme la Assembly Commission, à impliquer les personnes représentatives de groupes protégés : « people who it considers representative of one or more of the protected groups and who have an interest in how an authority carries its functions. »33 Elle adopte enfin, en 2015, un texte phare, le Well-Being of Future Generations (Wales) Act, afin, entre autres objectifs, de corriger les inégalités au pays de Galles et de créer une nation galloise plus juste.

  • 34 Ian Hargreaves, dans un article publié en 2001 dans le quotidien The Western Mail, estime que c’est (...)
  • 35 Marek, John, Race Equality Scheme, Cardiff : Welsh Assembly Government, 2005, p. 3.

11Le choix même du lieu du nouveau bâtiment de l’Assemblée illustre cette volonté puisque le Senedd est construit à Cardiff Bay, dans le cadre d’un vaste projet de rénovation urbaine. Pourtant, ce choix de positionner le nouveau bâtiment sur la marina et non en centre-ville suscite au début des années 2000 de vives critiques : l’Assemblée est accusée par ses détracteurs d’être déconnectée de l’identité galloise, de ne pas la refléter34. Quel meilleur endroit, pour d’autres, à l’instar de John Marek, AM et Deputy Presiding Officer, que Cardiff Bay, construit sur Butetown, pour installer les nouvelles institutions galloises, ouvertes à tous ? Il indique, dans l’avant-propos du Race Equality Scheme publié en 2005 par l’Assemblée : « The Assembly building is located in one of Wales’ most long-standing, racially integrated communities. […] I recognise that our location provides an opportunity and a challenge for the Assembly Parliamentary Service to reach out and become part of the community. »35

  • 36 Chaney, Paul, « Getting Involved: Public Policy Making and Political Life in Wales », in Williams, (...)
  • 37 Mohammad Ashgar (1945-2020), né en Inde avant d’émigrer au pays de Galles, est d’abord membre du Pa (...)

12Au-delà des documents et textes officiels qu’elle a publiés, l’Assemblée a cherché à mettre en place ce que Paul Chaney appelle, dans son article « Getting Involved : Public Policy Making and Political Life in Wales »36, une démocratie participative comprenant selon lui plusieurs volets, notamment le subventionnement d’organisations de la société civile et la participation de personnes issues des minorités dans l’administration publique afin de garantir la diversité au sein du personnel non seulement de l’Assemblée, mais aussi du gouvernement. L’Assemblée a tout d’abord choisi d’apporter un soutien financier à de nombreuses associations. Entre 2010 et 2012, elle a accordé une enveloppe de 6,65 millions de livres sterling à 25 organisations représentant des minorités ethniques, en particulier par l’intermédiaire de la All Wales Ethnic Minorities Association (AWEMA), association à but non lucratif galloise fondée en 1999 et chargée de distribuer à l’échelle galloise des fonds en vue de financer divers projets. Dans le cadre du deuxième volet défini par Paul Chaney, elle a en outre mis en place, depuis sa création, plusieurs dispositifs afin d’encourager les personnes issues des minorités à participer à la vie politique et au processus démocratique, à l’instar de Operation Black Vote AM Shadowing Scheme, lancée à l’Assemblée le 10 octobre 2007, année même de l’élection du premier AM issu des minorités, Mohammad Ashgar, au parcours politique mouvementé37. Neuf personnes issues des minorités et originaires de l’ensemble du pays de Galles ont été invitées à suivre pendant au moins huit jours, répartis sur une période de six mois, des AM des quatre principaux partis. Il s’agissait aussi d’augmenter le nombre d’AM issus des minorités. Lors de la clôture du dispositif, Lord Elis-Thomas, alors Presiding Officer, a salué cette initiative :

I look forward to formally marking the completion of Operation Black Vote’s Assembly Member Shadowing Scheme. I congratulate the shadowing participants that have participated in and have now graduated from the scheme and the Assembly Members who participated in this innovative project. The experience has benefited both the Assembly and the shadowing participants. Shadowing participants have observed Assembly committee meetings, sat in on internal party meetings, observed Members at work in their constituency surgeries and visits. In turn, the Assembly has learnt how we can improve engagement with our local communities in the work of the Assembly and how we might address the democratic deficit in BME participation.38

  • 39 Cité dans NAW Commission, Step Up Cymru Mentoring Scheme: Evaluation Report, Cardiff : NAW, 2011, p (...)

13De la même façon, l’Assemblée, en partenariat avec le gouvernement et la Welsh Local Government Association, a lancé, entre octobre 2009 et avril 2010, Step Up Cymru, un dispositif pilote assez similaire à Operation Black Vote s’adressant aux personnes issues des groupes sous-représentés. L’un des 34 participants au projet considère avoir beaucoup appris sur le fonctionnement de la vie politique : « I came into the scheme with minimal knowledge of the political process. I came from the scheme with a vast amount of knowledge, which now enables me to make choices and decisions relating to politics in a way I would never have thought before. »39 L’impact de tels dispositifs reste cependant limité en raison du faible nombre de participants et de la courte durée de l’opération.

  • 40 Phillips, Trevor, « Let’s End Racism in Politics », The Guardian, 21-05-2000, https://www.theguardi (...)
  • 41 Vaughan Gething, né en Zambie d’un père gallois et d’une mère zambienne, revient au pays de Galles (...)

14Alors que John Marek se réjouissait, en 2005, de l’implantation du Senedd à Cardiff Bay, l’Assemblée ne comptait aucun AM issu des minorités ethniques. Revenant en 2000 sur les premières élections au sein des nouvelles administrations dévolues et à la mairie de Londres, Trevor Phillips, auteur et ancien homme politique dont les parents sont originaires de Guinée britannique, considérait les nouveaux élus comme « ethnically cleansed »40. Il faut attendre 2007 et l’élection de Mohammad Ashgar pour voir un membre issu des minorités élu à l’Assemblée, alors que celle-ci compte déjà de nombreuses femmes depuis 1999. 25 AM femmes sont élues en mai 2016, soit 41,7% de l’Assemblée. En 2020, deux AM issus des minorités siégeaient, dont Vaughan Gething41, ministre de la Santé et des Services Sociaux et candidat en décembre 2018 à la succession de Carwyn Jones à la tête du Parti travailliste gallois, et Mohammad Ashgar, soit 3,3% des Senedd Members, ainsi que sont à présent nommés les membres du Parlement gallois. Seulement ce dernier est remplacé par Laura Anne Jones après son décès en septembre 2020, donc les minorités ne sont plus aujourd’hui, en attendant le résultat des prochaines élections galloises prévues en mai 2021, représentées que par un seul membre du Parlement gallois alors que, comme indiqué plus haut, les personnes issues des minorités représentaient en 2019 4,4% de la population.

  • 42 Welsh Government, Welsh Government: Employer Equality Report, 2011-2012, Cardiff : Welsh Government (...)
  • 43 Welsh Government, Welsh Government: Employer Equality Report, 2018-2019, Cardiff : Welsh Government (...)

15Les institutions ont également tenté de favoriser l’accès aux emplois de la fonction publique aux personnes issues des minorités. Si, en 2010-2011, 4,4% des employés de la National Assembly for Wales Commission se présentaient comme appartenant à une minorité ethnique, ce n’était vrai que pour 2,1% des 5 330 employés du gouvernement42. Le dernier rapport, publié début 2020, indique que seulement 2,4% des employés se présentaient comme non blancs43. Le gouvernement gallois ne semble donc pas avoir atteint ses objectifs de diversité au sein de son propre personnel.

16Le gouvernement vient de publier sa nouvelle stratégie pour les trois années à venir, Diversity and Inclusion Strategy for Public Appointments 2020 to 2023 : Reflecting Wales in Running Wales, document dans lequel il définit cinq objectifs afin d’améliorer l’accès aux emplois publics aux personnes issues des minorités (3% des emplois contre 4% de la population) et des personnes souffrant de handicap (5,1% des emplois contre 22% de la population active).

  • 44 Il s’agit ici de statistiques, autorisées au Royaume-Uni notamment par le Equality Act de 2010, sur (...)

Source : Welsh Government, Employer Equality Report, 2011-2012, Cardiff : Welsh Government, 2013, p. 35 et Welsh Government, Employer Equality Report, 2018-2019, Cardiff : Welsh Government, 2020, p. 18.44

Une diversité imaginée

Une participation à la vie administrative et politique compliquée

  • 45 Williams, Charlotte & de Lima, Philomena, « Devolution, multi-cultural citizenship and race equalit (...)

17Dans leur article intitulé « Devolution, multi-cultural citizenship and race equality : from laissez-faire to nationally responsible policies » publié en 2006, Charlotte Williams et Philomena de Lima considèrent qu’une citoyenneté multiculturelle repose sur un triptyque composé de droits, de reconnaissance et de représentation45. Notre étude s’est essentiellement intéressée à la question de la visibilité et de la représentation des minorités dans la mesure où une meilleure représentation permet une prise en compte accrue des besoins spécifiques des différentes minorités. Il convient donc de s’interroger sur les obstacles à leur participation à la vie administrative et politique du pays de Galles.

  • 46 Pilgrim, Anita, « Eduction », in Winckler, V. et al. (eds.), Equality Issues in Wales: A Research R (...)
  • 47 Davies, R., Drinkwater, S., Joll, C. et al., An Anatomy of Economic Equality in Wales, Cardiff : Eq (...)
  • 48 Day, Graham & Williams, Charlotte, Public Appointments: Motivations and Prompts Final Report, Cardi (...)

18Tout d’abord, les personnes issues des minorités désireuses d’accéder aux emplois du secteur public et de l’administration galloise souffrent d’un manque d’informations, résultat d’une communication peu efficace et d’une faible visibilité des emplois disponibles. Les informations relatives aux postes proposés sont généralement disponibles sur Internet et les populations issues des minorités sont souvent moins éduquées et qualifiées, et issues de classes sociales inférieures. Les candidatures sont fréquemment considérées comme longues et complexes, ce qui témoigne d’un deuxième obstacle, à savoir le manque de confiance de nombre de candidats. Les candidats issus des minorités font ainsi souvent preuve de timidité et manquent de modèle leur ouvrant la voie. Le secteur associatif, qui pourrait constituer un vivier majeur de candidats issus de la diversité, est riche mais hétérogène et relativement éclaté, souvent implanté localement et peu organisé. Se pose enfin la question des qualifications puisqu’un certain nombre d’emplois au sein des institutions galloises requiert des compétences spécifiques comme la maîtrise de la langue galloise. Dans son étude sur l’éducation et l’égalité au pays de Galles publiée en 2011, Anita Pilgrim constatait une augmentation progressive du nombre d’élèves issus des minorités dans l’enseignement primaire et secondaire46, mais il est encore trop tôt pour en ressentir les effets sur le marché de l’emploi. Une étude plus récente de R. Davies, S. Drinkwater, C. Joll et al. montre que c’est parmi les hommes originaires du Bangladesh et les femmes du Pakistan que l’on trouve le plus grand nombre de personnes sans qualification47. Enfin, dans le cadre d’une étude réalisée en 2003 sur ce qui motive les candidats à postuler à ces emplois, Graham Day et Charlotte Williams indiquent dans le rapport Public Appointments: Motivations and Prompts Final Report, que la taille des institutions, la localisation des emplois, essentiellement à Cardiff, et la place de la langue galloise, représentaient pour les personnes interrogées des freins à des candidatures potentielles48.

  • 49 Voir Molinari, Véronique, « L’assemblée galloise : un modèle paritaire ? », in Hellegouarc’h-Bryce, (...)
  • 50 Robinson, Catherine, Cahill, Dermot et al., Evaluating Barriers to Entering the Assembly: What Prev (...)

19Pour celles qui souhaitent s’engager dans la vie politique, elles doivent surmonter deux obstacles majeurs : la sélection par les partis politiques, puis l’élection par les électeurs. Afin d’améliorer la participation des femmes à la vie politique, le Parti travailliste gallois et Plaid Cymru, pour les premières élections galloises, ont mis en place différents mécanismes pour les encourager à se porter candidates tels que, pour le Parti travailliste, parti majoritaire au pays de Galles, le « jumelage » (« twinning ») de circonscriptions géographiquement et politiquement proches avec, pour chaque paire, un comité de sélection unique chargé de sélectionner deux candidats, un homme et une femme, des listes entièrement féminines ou, pour Plaid Cymru, qui remporte des sièges aussi bien par le scrutin uninominal à un tour que sur les listes régionales, l’alternance homme-femme sur ces dernières (« zipping »). Ces mécanismes d’action positive portèrent leurs fruits puisque, à l’issue des élections de 1999, 40% des nouveaux AM étaient des femmes, et que la parité fut atteinte lors des élections suivantes, en 200349. De telles procédures, pourtant efficaces, ne furent pas mises en place pour les personnes issues des minorités. Lors des élections de 2011, seulement 2,7 % des candidats présentés par les quatre principaux partis gallois étaient issus des minorités, et la proportion était sensiblement la même en 2016. Une étude menée en 2014 par plusieurs chercheurs de l’Université de Bangor pour le compte de l’Assemblée sur les obstacles à une carrière politique au sein de l’Assemblée révèle que l’origine ethnique est mentionnée en quatrième position par les personnes interrogées, après notamment le déséquilibre vie professionnelle – vie privée et la pression imposée par la vie publique50. Enfin, en dépit des engagements pris et des politiques introduites par les institutions galloises, les préjugés racistes subsistent à l’encontre des personnes issues des minorités, ce que soulignait en 2003 le First Minister Rhodri Morgan :

  • 51 Rhodri Morgan, cité dans Williams, Charlotte & de Lima, Philomena, op. cit., p. 502.

I do not think we ever want to revert back to the famous line of complacency about race relations in Wales: “We’re all black underground, aren’t we?” This complacent line can mean that all is well and good in race relations in Wales, which is not the case. 51

20En pleine construction d’institutions source d’un nationalisme plus civique qu’ethnique, l’Assemblée cherche à se présenter comme l’incarnation d’une identité nationale large et ouverte à tous :

  • 52 Evans, Neil, O’Leary, Paul & Williams, Charlotte, « Introduction: Race, Nation and Globalization in (...)

The fact that Wales is a stateless nation that is gradually acquiring the institutions of self-government as a result of two referenda has implications for new narratives of the nation: the Assembly has become the focus for the officially sponsored celebration of an ethnically inclusive civic national identity.52

21Cependant, pour une nation qui a longtemps fondé son identité sur la langue, développer une identité multiculturelle n’est pas chose aisée. L’harmonieuse diversité identitaire galloise serait-elle alors plus imaginée et inventée que réelle ?

Une diversité « fabriquée »53

  • 53 Voir Hodgson, Lesley, « Manufactured Civil Society: Counting the Cost », Critical Social Policy, 24 (...)

22Confrontée, au moment de sa mise en place, à la faiblesse de la société civile au pays de Galles et à la prééminence d’une identité plutôt ethnique, l’Assemblée a dû, lors de ses premières années d’existence, « fabriquer une société civile », pour reprendre le concept développé par Lesley Hodgson dans son article publié en 2004, « Manufactured Civil Society : Counting the Cost ». Celui-ci étudie de quelle façon le gouvernement de Tony Blair, arrivé au pouvoir en 1997, a épousé les valeurs de la société civile et développé les partenariats avec de multiples associations, notamment dans la lutte contre l’exclusion sociale. Une telle collaboration a contribué à brouiller les frontières entre la société civile et l’État et à développer cette « société civile fabriquée », à la croisée des organisations bénévoles et étatiques. L’Assemblée galloise, depuis 1999, a également créé des organes consultatifs, pour pallier le déficit représentatif des minorités. L’AWEMA, mentionnée précédemment, en est le parfait exemple dans la mesure où elle a été mise en place pour porter la voix des minorités dans la politique de l’Assemblée.

23Cependant, la « fabrication de la société civile » demeure artificielle, comme l’illustre le scandale qui touche l’AWEMA dès 2004. Edwina Hart, alors ministre de la Justice Sociale, a lancé une commission d’enquête indépendante sur les projets menés par l’association, mais aucune suite n’a été donnée aux investigations. Ce n’est qu’en janvier 2012, à la suite de l’implication de la fille du directeur dans une affaire d’irrégularités financières au sein de l’AWEMA, que l’Assemblée réclame un rapport complet sur ses activités et suspend, le 26 janvier 2012, ses financements. Le 9 février 2012, Jane Hutt, ministre des Finances, annonce que le gouvernement a mis un terme à tous les financements publics accordés à l’AWEMA après les conclusions de l’enquête indiquant « des manquements significatifs et fondamentaux » et « un manque de contrôle élémentaire ». Le directeur est renvoyé le 17 février 2012. Un tel délai de réaction entre les premières alertes de dysfonctionnement et la suspension s’explique par la crainte des fonctionnaires et du gouvernement d’être accusés de discrimination.

  • 54 Ernest Gellner, op. cit., p. 5.
  • 55 Anderson, Benedict, op. cit., pp. 6-7.
  • 56 Benedict Anderson, entretien accordé à Lorenz Khazaleh, à l’occasion du Festival international de l (...)
  • 57 Les Gallois se déplacent peu pour élire leurs représentants au Senedd. Le taux de participation dem (...)

24L’Assemblée pourrait donc chercher à créer l’image d’une nation galloise unie et diversifiée, reprenant ainsi les théories d’Ernest Gellner, auteur le plus représentatif de la tendance moderniste dans la recherche académique sur la nationalisme, selon lequel c’est le nationalisme qui crée les nations : « Nationalism is not the awakening of nations to self-consciousness: it invents nations when they do not exist. »54 L’Assemblée aurait alors inventé un pays de Galles multiculturel, né d’une diversité imaginée, comme une communauté peut l’être. En effet, Benedict Anderson, dans son ouvrage Imagined Communities (1983), décrit la nation comme une communauté construite socialement et imaginée par ses membres qui se définissent comme appartenant à ce groupe : « A nation is imagined because the members of even the smallest nation will never know most of their fellow-members, meet them, or even hear of them, yet in the minds of each lives the image of their communion. »55 En outre, Anderson reconnaît la part d’utopie dans cette communauté imaginée : « I actually think that nationalism can be an attractive ideology. I like its Utopian elements. »56 L’idée d’une « communauté imaginée » est pertinente dans notre étude dans la mesure où l’Assemblée, soucieuse de promouvoir l’égalité des chances pour toutes les communautés qui composent le pays de Galles, tente de projeter l’image d’une diversité réussie en son propre sein, même si cette diversité reste superficielle et artificielle. Si Gellner envisage cette création de façon négative, comme une falsification, Anderson la conçoit comme une invention positive issue de l’imagination. L’Assemblée, en cherchant à se présenter comme un organe inclusif et égalitaire, souhaite modeler l’identité nationale en reconstruction, fondée sur un nationalisme plus civique qu’ethnique. Mais elle doit faire face à la réalité d’une population peu intéressée par la vie politique et institutionnelle galloise – comme en atteste le faible taux de participation aux élections57 – voire résistante à la participation à la vie politique.

  • 58 Poppy Stowell-Evans, « The same storm but in different boats », The Welsh Agenda, Cardiff : Institu (...)

25En conclusion, le pays de Galles a longtemps été considéré comme une terre d’accueil, notamment en raison de la prééminence du mythe gallois de la tolérance, ce dont le développement du quartier de Bute à Cardiff a été l’illustration parfaite. Seulement, des études plus récentes ont permis de réévaluer les relations interraciales afin de montrer que de nombreuses tensions ont toujours existé et se sont exacerbées depuis la fin du XXe siècle. L’Assemblée, mise en place en 1998, a souhaité promouvoir l’égalité des chances et servir de modèle en favorisant l’accès à l’emploi dans les services publics aux personnes issues de minorités et en proposant des programmes de découverte de la vie politique. Toutefois, elle n’a pas obtenu les résultats escomptés et, du fait de nombreux obstacles à leur participation à la vie politique, publique et administrative du pays de Galles, les minorités restent sous-représentées au sein de l’administration et des institutions, et, de ce fait, leurs intérêts et la spécificité de leurs besoins, moins bien pris en compte. Il semblerait que la diversité prônée par l’Assemblée soit davantage imaginée, artificielle et, dans une certaine mesure superficielle, que réelle. En outre, l’activisme du mouvement Black Lives Matter, ainsi que la crise sanitaire liée au Covid-19, ont révélé les inégalités sociales et raciales criantes et souligné les effets d’une exclusion systématique des lieux de pouvoir. Début juin 2020, 34% des cas de Covid au Royaume-Uni et 32% des décès survenus en soins intensifs touchaient des personnes issues des minorités alors qu’elles représentent 14,5% de la population58

26L’Assemblée est encore toute jeune – elle n’a qu’une vingtaine d’années et vient d’adopter le nom de Parlement, signe de l’élargissement progressif de la dévolution – si bien qu’elle a besoin de temps pour appliquer son projet. Charlotte Williams décrit le multiculturalisme gallois comme « a project in the making », malgré les engagements pris par l’Assemblée et le gouvernement depuis 1999.

27Alors que l’identité nationale, s’appuyant sur des piliers plus civiques qu’ethniques, est en pleine reconstruction, quelle place accordera-t-elle aux minorités qui, depuis le vote en faveur du Brexit, font l’objet d’attaques répétées, alors que la politique migratoire n’est pour l’instant pas un domaine dévolu ?

Haut de page

Bibliographie

Anderson, B., Imagined Communities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Londres : Verso, 1991.

Anderson, B., entretien accordé à Lorenz Khazaleh, à l’occasion du Festival international de littérature Kapittel, Stavanger, 2005, disponible sur le site de l’Université d’Oslo, https://web.archive.org/web/20161125065519/https://www.uio.no/english/research/interfaculty-research-areas/culcom/news/2005/anderson.html, consulté en janvier 2020.

Anon, The Times, 25-05-1959.

Chaney, P., « The Post-Devolution Equality Agenda: The Case of the Welsh Assembly’s Statutory Duty to Promote Equality of Opportunity », Policy and Politics 31 (1), 2004.

Chaney, P., « Getting Involved: Public Policy Making and Political Life in Wales », in Williams, Charlotte, Evans, Neil & O’Leary, Paul (eds.), A Tolerant Nation? Revisiting Ethnic Diversity in a Devolved Wales, Cardiff : University of Wales Press, 2015.

Davies, R., « Shaping the Vision », Red Kite, June 1995.

Davies, R., Drinkwater, S., Joll, C. et al., An Anatomy of Economic Equality in Wales, Cardiff : Equality and Human Rights Commission, 2011.

Day, G. & Williams, C., Public Appointments: Motivations and Prompts Final Report, Cardiff, 2003.

Equality and Human Rights Commission, The Essential Guide to the Public Sector Equality Duty: An Overview for Listed Public Authorities in Wales, Cardiff, 2011.

Evans, C., Slave Wales. The Welsh and Atlantic Slavery, 1660-1850, Cardiff : University of Wales Press, 2010.

Evans, N., « Immigrants and Minorities in Wales, 1840-1990: A Comparative Perspective », in Williams, Charlotte, Evans, Neil & O’Leary, Paul (eds.), A Tolerant Nation? Revisiting Ethnic Diversity in a Devolved Wales, Cardiff : University of Wales Press, 2015.

Evans, N., « Through the Prism of Ethnic Violence: Riots and Racial Attacks in Wales, 1826-2014 », in Williams, Charlotte, Evans, Neil & O’Leary, Paul (eds.), A Tolerant Nation? Revisiting Ethnic Diversity in a Devolved Wales, Cardiff : University of Wales Press, 2015.

Evans, N., O’Leary, P. & Williams, C., « Introduction: Race, Nation and Globalization in a Devolved Wales », in Williams, Charlotte, Evans, Neil & O’Leary, Paul (eds.), A Tolerant Nation? Revisiting Ethnic Diversity in a Devolved Wales, Cardiff : University of Wales Press, 2015.

Hargreaves, I., « Time for the English to grow up », Western Mail, 02-02-2001.

Hodgson, L., « Manufactured Civil Society: Counting the Cost », Critical Social Policy, 24 (2), 2004,
pp. 139-164.

Johnes, M., Wales since 1939, Manchester : Manchester University Press, 2012.

Jones, M., « Framing Welsh Identity », Textes et Contextes, Université de Bourgogne, Centre Interlangues TIL, 2008, Identités nationales, identités régionales.

Jones, R. E., « How Cool is Now », ClickonWales, 12-06-2019, https://www.iwa.wales/click/2019/06/how-cool-is-now/, consulté en juin 2019.

Jordan, G. et Weedon, C., « Changing the Archive: History and Memory as Cultural Politics in Multi-Ethnic Wales », in Williams, Charlotte, Evans, Neil & O’Leary, Paul (eds.), A Tolerant Nation? Revisiting Ethnic Diversity in a Devolved Wales, Cardiff : University of Wales Press, 2015.

Lloyd, A. J., « Down the Bay », Picture Post, 22-04-1950.

Marek, J., Race Equality Scheme, Cardiff : Welsh Assembly Government, 2005.

Michael, A., discours lors du lancement de la All Wales Ethnic Minority Association, Cardiff, 24-07-1999.

Molinari, V., « L’assemblée galloise : un modèle paritaire ? », in Hellegouarc’h-Bryce, Anne, German, Gary & le Disez, Jean-Yves, Pays de Galles : quelle(s) image(s) ?, Brest : CRBC, 2009.

NAW Commission, Step Up Cymru Mentoring Scheme: Evaluation Report, Cardiff : NAW, 2011.

Office for National Statistics, « Coronavirus (COVID-19) related deaths by ethnic group, England and Wales : 2 March 2020 to 10 April 2020 », Londres : ONS, 07-05-2020, https://www.ons.gov.uk/peoplepopulationandcommunity/birthsdeathsandmarriages/deaths/articles/coronavirusrelateddeathsbyethnicgroupenglandandwales/2march2020to10april2020#ethnic-breakdown-of-deaths-by-age-and-sex, consulté en octobre 2020.

Phillips, T., « Let’s End Racism in Politics », The Guardian, 21-05-2000, https://www.theguardian.com/world/2000/may/21/race.uk, consulté en décembre 2019.

Pilgrim, A., « Eduction », in Winckler, V. et al. (eds.), Equality Issues in Wales: A Research Review, Manchester : Equality and Human Rights Commission and the Bevan Foundation, 2009.

Robinson, C. & Cahill, D. et al., Evaluating Barriers to Entering the Assembly: What Prevents Us from Standing, Bangor : Bangor University and NAW, 2014.

Salter, A., « Black History Month Returns to Cardiff », 12-10-2016, https://www.jomec.co.uk/altcardiff/no-logo/black-history-month-returns-to-cardiff-2, consulté en décembre 2019.

Saltus, R. & Williams, C., « Extending the Parameters of Social Policy Research for a Multicultural Wales », in Williams, Charlotte, Evans, Neil & O’Leary, Paul (eds.), A Tolerant Nation? Revisiting Ethnic Diversity in a Devolved Wales, Cardiff : University of Wales Press, 2015.

Scrutator, « Round Boarding-Houses: How Sailors are Taken in and Done for », South Wales Daily News, 22-11-1893.

Stevens, M., Solva Blues, Talybont : Y Lolfa, 2004.

Stowell-Evans, Poppy, « The same storm but in different boats », The Welsh Agenda, Cardiff : Institute of Welsh Affairs, 01-06-2020, https://www.iwa.wales/agenda/2020/06/the-same-storm-but-in-different-boats/, consulté en juin 2020.

UK Parliament, Government of Wales Act 1998, Part 5, Londres : HMSO, c. 38, 1998.

Welsh Government, Race Equality Scheme, Cardiff : Welsh Government, 2005.

Welsh Government, Welsh Government: Employer Equality Report, 2011-2012, Cardiff : Welsh Government, 2013.

Welsh Government, « Equality and Diversity Statistics: 2015-2017 », 11-06-2019, https://gov.wales/equality-and-diversity-statistics-2015-2017, consulté en octobre 2020.

Welsh Government, Welsh Government: Employer Equality Report, 2018-2019, Cardiff : Welsh Government, 2020.

Welsh Government, Diversity and inclusion strategy for public appointments 2020-2023 : Reflecting Wales in Running Wales, Cardiff : Welsh Government, 2020.

Williams, C. & de Lima, P., « Devolution, multi-cultural citizenship and race equality: from laissez-faire to nationally responsible policies », Critical Social Policy, 26/3, 2006.

Williams, D. (ed.), Who Speaks for Wales? Nation, Culture, Identity, Raymond Williams, Cardiff : University of Wales Press, 2003.

Haut de page

Notes

1 Jones, Rhian E., « How Cool is Now », ClickonWales, 12-06-2019, https://www.iwa.wales/click/2019/06/how-cool-is-now/, consulté en juin 2019.

2 Saltus, Roiyah & Williams, Charlotte, « Extending the Parameters of Social Policy Research for a Multicultural Wales », in Williams, Charlotte, Evans, Neil & O’Leary, Paul (eds.), A Tolerant Nation? Revisiting Ethnic Diversity in a Devolved Wales, Cardiff : University of Wales Press, 2015, p. 225. Elles reprennent le terme utilisé par Stephen Vertotec pour la première fois dans un article publié sur le site de la BBC en 2005, et plus précisément défini dans son article « Super-diversity and its implications », publié dans la revue Ethnic and Racial Studies, 30 (6), 2007, pp. 1024-1054. Il étudie la multiplication des variables – sociologiques, économiques, transnationales, notamment – au sein des immigrants arrivés récemment au Royaume-Uni.

3 Ces données sont des statistiques obtenues sur un échantillon de 18 000 foyers chaque année, entre deux recensements décennaux. Voir Welsh Government, « Equality and Diversity Statistics: 2015-2017 », 11-06-2019, https://gov.wales/equality-and-diversity-statistics-2015-2017, consulté en octobre 2020.

4 Le recensement de 2011 indique que Cardiff, la capitale, compte 15,2% de minorités non blanches et Newport 10,1%.

5 Anderson, Benedict, Imagined Communities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Londres : Verso, 1991.

6 L’étude de la migration et de la diversité au pays de Galles représente un nouvel aspect de ma recherche, raison pour laquelle j’ai choisi de m’intéresser dans un premier temps, dans cet article, à l’action entreprise par l’Assemblée pour refléter, dans ses rangs, la diversité galloise.

7 Václav Havel, cité dans Evans, Neil, « Immigrants and Minorities in Wales, 1840-1990: A Comparative Perspective », in Charlotte Williams, Neil Evans & Paul O’Leary (eds.), op. cit, p. 24.

8 Evans, Neil, op. cit., p. 128.

9 Jones, Moya, « Framing Welsh Identity », Textes et Contextes, Université de Bourgogne, Centre Interlangues TIL, 2008, Identités nationales, identités régionales, p. 16.

10 Chris Williams, historien gallois, a notamment co-dirigé en 2005 avec Jane Aaron l’ouvrage Postcolonial Wales. Il enseigne l’histoire à Cork.

11 Geraint Jenkins est Professeur émérite en histoire galloise à l’Université d’Aberystwyth, où il a enseigné plusieurs années. Il a notamment publié The Foundations of Modern Wales: Wales 1642-1780 (1987) et A Concise History of Wales (2007).

12 John Davies était historien et animateur de télévision, et l’un des membres fondateurs de la Welsh Language Society. Son ouvrage, A History of Wales, publié en 1994, est une référence.

13 En 1951, la population de Cardiff s’élève à 310 000 habitants. Voir https://www.macrotrends.net/cities/22843/cardiff/population, consulté en février 2020.

14 Stevens, Meic, Solva Blues, Talybont : Y Lolfa, 2004, p. 80.

15 Cité dans Johnes, Martin, Wales since 1939, Manchester : Manchester University Press, 2012, p. 139. The Times, 11-01-1951.

16 Glenn Jordan et Chris Weedon dans leur article « Changing the Archive: History and Memory as Cultural Politics in Multi-Ethnic Wales », in Williams, Charlotte, Evans, Neil & O’Leary, Paul (eds.), op. cit., p. 183.

17 Anon, The Times, 25-05-1959.

18 Lloyd, A. J., « Down the Bay », Picture Post, 22-04-1950.

19 Scrutator, « Round Boarding-Houses: How Sailors are Taken in and Done for », South Wales Daily News, 22-11-1893.

20 Evans, Neil, « Through the Prism of Ethnic Violence: Riots and Racial Attacks in Wales, 1826-2014 », in Williams, Charlotte, Evans, Neil & O’Leary, Paul (eds.), op. cit., p. 130.

21 Voir : https://bhmwales.org.uk/, consulté en décembre 2019.

22 Le First Minister est le chef du Welsh Government, l’exécutif au pays de Galles.

23 Carwyn Jones, cité dans Salter, Alice, « Black History Month Returns to Cardiff », 12-10-2016, https://www.jomec.co.uk/altcardiff/no-logo/black-history-month-returns-to-cardiff-2, consulté en décembre 2019.

24 Voir Evans, Chris, Slave Wales. The Welsh and Atlantic Slavery, 1660-1850, Cardiff : University of Wales Press, 2010.

25 Le Secretary of State for Wales, membre du Cabinet britannique, est à la tête du Welsh Office.

26 Davies, Ron, « Shaping the Vision », Red Kite, June 1995, p. 17.

27 Michael, Alun, discours lors du lancement de la All Wales Ethnic Minority Association, Cardiff, 24-07-1999.

28 Williams, Daniel (ed.), Who Speaks for Wales? Nation, Culture, Identity, Raymond Williams, Cardiff : University of Wales Press, 2003. Cet ouvrage reprend différents travaux de l’auteur gallois sur la culture, la littérature, l’histoire et la politique galloises.

29 D’après le titre d’une publication en 2020 du gouvernement gallois, Diversity and inclusion strategy for public appointments 2020-2023 : Reflecting Wales in Running Wales, Cardiff : Welsh Government, 2020.

30 Government of Wales Act 1998, Part 5, section 120, Londres : HMSO, c. 38, 1998.

31 Voir : Chaney, Paul, « The Post-Devolution Equality Agenda: The Case of the Welsh Assembly’s Statutory Duty to Promote Equality of Opportunity », Policy and Politics 31 (1), 2004, pp. 63-77.

32 Welsh Government, Race Equality Scheme, Cardiff : Welsh Government, 2005, p. 1.

33 Equality and Human Rights Commission, The Essential Guide to the Public Sector Equality Duty: An Overview for Listed Public Authorities in Wales, Cardiff, 2011, p. 6.

34 Ian Hargreaves, dans un article publié en 2001 dans le quotidien The Western Mail, estime que c’est le nouveau stade, alors appelé Millenium Stadium et renommé depuis le Principality Stadium, du nom de son plus important sponsor, et non l’Assemblée, qui symbolise le plus l’identité moderne du pays de Galles : « This [The Millenium Stadium] is the visible symbol of the new Wales. Unlike its invisible sibling, the National Assembly, lost somewhere down in Cardiff Bay, the stadium slaps you in the face as you leave the railway station », Hargreaves, Ian, « Time for the English to grow up », Western Mail, 02-02-2001. Si la remarque de Hargreaves est à propos, il limite cependant cette identité au simple stéréotype et oublie la pluri-identité galloise.

35 Marek, John, Race Equality Scheme, Cardiff : Welsh Assembly Government, 2005, p. 3.

36 Chaney, Paul, « Getting Involved: Public Policy Making and Political Life in Wales », in Williams, Charlotte, Evans, Neil & O’Leary, Paul (eds.), op. cit., p. 311.

37 Mohammad Ashgar (1945-2020), né en Inde avant d’émigrer au pays de Galles, est d’abord membre du Parti conservateur pendant une vingtaine d’années avant de rejoindre les Travaillistes, puis Plaid Cymru, le parti nationaliste gallois sous l’étiquette duquel il est élu en 2007 sur la liste de représentation proportionnelle. Il rejoint à nouveau les Conservateurs en 2009. Il est impliqué dans plusieurs scandales.

38 Lord Elis-Thomas, https://www.assembly.wales/en/newhome/Pages/newsitem.aspx?itemid=326, consulté en mars 2020.

39 Cité dans NAW Commission, Step Up Cymru Mentoring Scheme: Evaluation Report, Cardiff : NAW, 2011, p. 32.

40 Phillips, Trevor, « Let’s End Racism in Politics », The Guardian, 21-05-2000, https://www.theguardian.com/world/2000/may/21/race.uk, consulté en décembre 2019.

41 Vaughan Gething, né en Zambie d’un père gallois et d’une mère zambienne, revient au pays de Galles à l’âge de deux ans. Il rejoint le Parti travailliste dès 17 ans et est élu à l’Assemblée galloise en 2011.

42 Welsh Government, Welsh Government: Employer Equality Report, 2011-2012, Cardiff : Welsh Government, 2013, p. 35. 200 employés répondirent : « prefer not to say ».

43 Welsh Government, Welsh Government: Employer Equality Report, 2018-2019, Cardiff : Welsh Government, 2020, p. 18.

44 Il s’agit ici de statistiques, autorisées au Royaume-Uni notamment par le Equality Act de 2010, sur l’origine ethnique des personnes interrogées.

45 Williams, Charlotte & de Lima, Philomena, « Devolution, multi-cultural citizenship and race equality: from laissez-faire to nationally responsible policies », Critical Social Policy, 26/3, 2006, p. 505.

46 Pilgrim, Anita, « Eduction », in Winckler, V. et al. (eds.), Equality Issues in Wales: A Research Review, Manchester : Equality and Human Rights Commission and the Bevan Foundation, 2009.

47 Davies, R., Drinkwater, S., Joll, C. et al., An Anatomy of Economic Equality in Wales, Cardiff : Equality and Human Rights Commission, 2011.

48 Day, Graham & Williams, Charlotte, Public Appointments: Motivations and Prompts Final Report, Cardiff, 2003, p. 19.

49 Voir Molinari, Véronique, « L’assemblée galloise : un modèle paritaire ? », in Hellegouarc’h-Bryce, Anne, German, Gary & le Disez, Jean-Yves, Pays de Galles : quelle(s) image(s) ?, Brest : CRBC, 2009, pp. 129-147.

50 Robinson, Catherine, Cahill, Dermot et al., Evaluating Barriers to Entering the Assembly: What Prevents Us from Standing, Bangor : Bangor University and NAW, 2014, p. 37.

51 Rhodri Morgan, cité dans Williams, Charlotte & de Lima, Philomena, op. cit., p. 502.

52 Evans, Neil, O’Leary, Paul & Williams, Charlotte, « Introduction: Race, Nation and Globalization in a Devolved Wales », in Williams, Charlotte, Evans, Neil & O’Leary, Paul (eds.), op. cit., p. 5.

53 Voir Hodgson, Lesley, « Manufactured Civil Society: Counting the Cost », Critical Social Policy, 24 (2), 2004, pp. 139-164.

54 Ernest Gellner, op. cit., p. 5.

55 Anderson, Benedict, op. cit., pp. 6-7.

56 Benedict Anderson, entretien accordé à Lorenz Khazaleh, à l’occasion du Festival international de littérature Kapittel, Stavanger, 2005, disponible sur le site de l’Université d’Oslo, https://web.archive.org/web/20161125065519/
consulté en janvier 2020
https://www.uio.no/english/research/interfaculty-research-areas/culcom/news/2005/anderson.htm, consulté en janvier 2020

57 Les Gallois se déplacent peu pour élire leurs représentants au Senedd. Le taux de participation demeure inférieur à 50% : 46,4% pour les premières élections en 1999, un record de 38,2% en 2003, 43,5% en 2007, 41,8% en 2011 et 45,2% lors des dernières élections de 2016. Source : https://www.statista.com/statistics/284390/welsh-assembly-elections-turnout-rates/, consulté en octobre 2020.

58 Poppy Stowell-Evans, « The same storm but in different boats », The Welsh Agenda, Cardiff : Institute of Welsh Affairs, 01-06-2020, https://www.iwa.wales/agenda/2020/06/the-same-storm-but-in-different-boats/, consulté en juin 2020. Des statistiques publiées en mai 2020 par le Office for National Statistics indiquent que les hommes noirs ont 4,2 fois plus de risques de décéder du Coronavirus, et les femmes noires 4,3 trois fois plus, que les hommes et les femmes blancs. Voir Office for National Statistics, « Coronavirus (COVID-19) related deaths by ethnic group, England and Wales: 2 March 2020 to 10 April 2020 », Londres : ONS, 07-05-2020, https://www.ons.gov.uk/peoplepopulationandcommunity/birthsdeathsandmarriages/deaths/articles/coronavirusrelateddeathsbyethnicgroupenglandandwales/2march2020to10april2020#ethnic-breakdown-of-deaths-by-age-and-sex, consulté en octobre 2020.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Source : Welsh Government, Employer Equality Report, 2011-2012, Cardiff : Welsh Government, 2013, p. 35 et Welsh Government, Employer Equality Report, 2018-2019, Cardiff : Welsh Government, 2020, p. 18.44
URL http://journals.openedition.org/osb/docannexe/image/5030/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Bory, « Le paradoxe identitaire au pays de Galles : une diversité imaginée ? », Observatoire de la société britannique, 26 | 2021, 57-78.

Référence électronique

Stéphanie Bory, « Le paradoxe identitaire au pays de Galles : une diversité imaginée ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 26 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 17 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/osb/5030 ; DOI : https://doi.org/10.4000/osb.5030

Haut de page

Auteur

Stéphanie Bory

Maîtresse de Conférences HDR en civilisation britannique à l'Université Jean Moulin Lyon 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search