Navigation – Plan du site

AccueilNuméros264. Living together in the wake of...La fracture Leavers vs Remainers ...

4. Living together in the wake of Brexit

La fracture Leavers vs Remainers : Autopsie d’un nouveau type d’identité politique

Gilles Leydier
p. 239-258

Résumé

Le débat sur le Brexit a polarisé la société britannique d’une façon inédite, suscitant un degré d’engagement émotionnel dont les Britanniques, dans le contexte d’un déclin structurel des allégeances partisanes, ne semblaient plus être capables. Il a créé une nouvelle source d’identification politique, susceptible de remodeler les clivages anciens et de revigorer la participation au débat public. L’affrontement entre Remainers et Leavers a constitué une source durable de réalignement au sein d’un électorat de plus en plus volatile, au point de devenir le clivage dominant de la société et de la vie politique britanniques, par-delà les divisions traditionnelles entre gauche et droite ou l’opposition partisane conservateurs/travaillistes. Dans le cadre de cet article, on s’interrogera sur les principales caractéristiques de cette fracture sociétale inédite et originale, sur ses origines, les marqueurs de son évolution et les facteurs de radicalisation tout au long de la période concernée, ainsi que sur sa capacité à se pérenniser dans le contexte désormais acquis du désengagement britannique de l’Union Européenne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. par exemple les rapports Brexit and public opinion 2018 et Brexit and public opinion 2019, The (...)

1La période 2016-2020 a été dominée au Royaume-Uni par le débat autour de l’intégration européenne et l’affrontement entre les partisans du Brexit –les Leavers- et ses opposantsles Remainers. Entre le référendum sur le maintien dans l’Union Européenne, organisé le 23 juin 2016 à l’initiative du Premier Ministre David Cameron, et le départ du Royaume-Uni de l’UE, officiellement engagé par le gouvernement de Boris Johnson le 31 janvier 2020, l’enjeu de la relation des Britanniques à l’Europe a éclipsé toutes les autres questions d’ordre économique ou social, domestique ou international. Le débat sur le Brexit a polarisé la société britannique d’une façon inédite, suscitant un degré d’engagement émotionnel dont les Britanniques, dans le contexte d’un déclin structurel des allégeances partisanes, ne semblaient plus être capables. Il a créé une nouvelle source d’identification politique, susceptible de remodeler les clivages anciens et de revigorer la participation au débat public1.

  • 2 Evans, G & Schaffner, F., « Brexit identity vs party identity », Brexit and public opinion 2019, th (...)

2L’affrontement entre Remainers et Leavers a de fait constitué une source durable de réalignement au sein d’un électorat de plus en plus volatile, au point de devenir le clivage dominant de la société et de la vie politique britanniques, par-delà les divisions traditionnelles entre gauche et droite ou l’opposition partisane conservateurs/travaillistes. Ainsi par exemple en juin 2018 soit deux ans après le référendum, seulement 6% environ des Britanniques ne s’identifiaient avec aucun des deux camps en présence – Remainers ou Leavers – alors que dans le même temps l’identification à un parti politique particulier ne concernait que moins d’un britannique sur deux2.

  • 3 Cf. par exemple l’interview de David Lodge, « La fracture la plus importante est entre les jeunes e (...)
  • 4 Selon les mots de l’historien A.J.P. Taylor.
  • 5 « How Brexit made Britain a country of Remainers and Leavers », The Economist, 20/06/2019.

3Ces passions de tous ordres suscitées par le débat sur le Brexit ont pu sembler assez surprenantes dans la mesure où la question européenne, si elle a donné lieu à des débats récurrents dans la classe politique britannique – comme au moment de l’entrée dans la CEE dans les années 1970, où un précédent référendum avait eu lieu en 1975 pour confirmer l’adhésion, ou à l’occasion de la renégociation de la contribution budgétaire britannique sous Margaret Thatcher au début des années 1980- n’a historiquement pas été un enjeu suscitant une forme d’attachement d’ordre affectif ou sentimental dans l’opinion. Au contraire, la relation au projet européen a donné lieu à une approche de type utilitariste et transactionnelle, en relation avec l’intérêt pour l’économie du pays, ses producteurs et ses consommateurs, à tirer profit d’un marché plus vaste, porteur d’opportunités commerciales. Dans les cercles intellectuels la question européenne n’a jamais été réellement un sujet de débat, suscitant plutôt une forme d’« ennui distingué »3, au point que certains historiens populaires ont pu qualifier cet enjeu de «plus grande non-question » de tous les temps4. D’autre part, dans l’imaginaire collectif, l’environnement européen n’a jamais fait partie des références identitaires ou des mythes constitutifs de la Britishness, contrairement à des éléments comme la démocratie parlementaire, le libéralisme économique, l’institution monarchique, la religion protestante ou la langue anglaise. Un article de The Economist rappelait par exemple qu’à l’occasion de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Londres en 2012, la référence à l’histoire et au cadre géopolitique européens brillaient par leur absence, contrairement à des évènements comme l’Empire, la Révolution Industrielle, les deux guerres mondiales, le Welfare State, le multiculturalisme ou l’industrie musicale5.

  • 6 Lors des élections législatives de 2015 précédant le referendum moins de 10% des électeurs identifi (...)

4Et, de fait, selon tous les sondages, la question de l’appartenance à l’UE était très loin de faire partie des priorités de l’opinion : ainsi au moment du lancement de la campagne sur le référendum de 2016, un Britannique sur dix seulement considérait l’Europe comme un sujet important6.

  • 7 Brexit and public opinion 2018 et Brexit and public opinion 2019, The UK in a changing Europe.

5Or pour beaucoup de Remainers, le Brexit a été vécu comme une forme de deuil, associé à un douloureux sentiment de perte affective, tandis que dans le même temps, pour les Leavers, le résultat du référendum suscitait un degré d’émotion rarement atteint, vite supplanté par une peur viscérale de se faire voler une victoire largement inattendue voire inespérée7.

6Dans cet article, on s’interrogera sur les principales caractéristiques de cette fracture sociétale inédite et originale, sur les marqueurs de son évolution et les facteurs de radicalisation tout au long de la période concernée, ainsi que sur sa capacité à se pérenniser dans le contexte désormais acquis du désengagement britannique de son environnement européen.

Fractures générationnelles, éducatives, sociales et territoriales

7Le référendum de juin 2016 a mis en lumière un électorat britannique profondément divisé sur l’enjeu européen, en fonction de critères liés principalement à l’âge, l’éducation, le niveau de revenu et le lieu de vie (cf. Tableau 1).

  • 8 Cf. par exemple Antony Heath & Lindsay Richards, « National identity and Brexit preferences », Brex (...)
  • 9 Cf. Will Jennings, Gerry Stoker and Ian Warren, « Towns and Cities », Brexit and public opinion 201 (...)

8La première de ces fractures est d’ordre national et territorial. Au sein de l’Etat multinational britannique, Ecossais –à l’unanimité de toutes les circonscriptions électorales- et nord-Irlandais –et ce d’autant plus qu’ils vivaient près de la frontière avec la République d’Irlande- ont voté clairement en faveur de la poursuite de l’aventure européenne. Par contraste Gallois et Anglais –et ce d’autant plus fortement qu’ils exprimaient une identité exclusivement ou prioritairement anglaise plutôt que britannique- ont souhaité majoritairement un retrait de l’UE8. La capitale londonienne s’est par ailleurs distinguée en votant clairement en faveur de l’Europe, à contre-courant de l’ensemble du territoire national. D’une façon générale les grandes villes, les concentrations urbaines et les territoires de relative prospérité économique ont exprimé un vote pro-européen, tandis que les petites villes, les campagnes et globalement les zones en déclin économique, faisaient le choix inverse9. A l’échelle du territoire britannique, le vote Remain apparait plus concentré dans certaines zones géographiques essentiellement urbaines, tandis que le vote Leave est étalé de façon régulière, correspondant à un nombre de circonscriptions électorales et une superficie totale nettement supérieurs.

9A ces divisions géographiques se sont ajoutés des clivages d’ordre générationnel, éducationnel et socio-économique. Ainsi les électeurs de moins de 45 ans et en particulier les plus jeunes, âgés de 18-24 ans, se sont largement exprimés en faveur du « Remain », tandis qu’à l’opposé de la pyramide des âges les plus de 65 ans ont fortement plébiscité le « Leave ». Le niveau d’études a également constitué une variable significative du choix électoral : le soutien à l’ancrage européen est allé de pair avec la possession d’un diplôme et l’importance de celui-ci, et les villes universitaires se sont résolument prononcées en faveur de l’Europe. Par ailleurs la position sur l’échelle sociale peut être corrélée au vote : si les cadres, les salariés, les habitants des quartiers favorisés se sont exprimés majoritairement pour le « Remain », les ouvriers, les chômeurs, les locataires de logements sociaux, ainsi que les électeurs des quartiers défavorisés et périurbains et, d’une façon générale, les électeurs à faible revenu ou s’identifiant à la classe ouvrière, ont pour leur part privilégié le « Leave ». Enfin les Britanniques issus des minorités ethniques se sont distingués en se positionnant très majoritairement contre le Brexit (cf. Tableau 1).

Tableau 1 La fracture Remainers/Leavers du référendum de 2016 selon les différentes catégories de l’électorat britannique

Total

H

F

18-24

25-34

35-44

45-54

55-64

65+

Remain

48%

48

48

73

62

52

44

43

40

Leave

52%

52

52

27

38

48

56

57

60

AB

C1

C2

DE

Non diplômés

Diplômés du supérieur

Blancs

Noirs

Asia-

tiques

Remain

57

49

36

36

28

78

47

73

67

Leave

43

51

64

64

72

28

53

27

33

Londres

Ecosse

Irlande du Nord

pays de Galles

Angleterre

Identité anglaise

non

britannique

Identité plus anglaise que britannique

Identité

plus britannique qu’

anglaise

Identité britannique

non anglaise

Remain

60

62

55,8

47,5

46,6

79

66

37

40

Leave

40

38

44,2

52,5

53,4

21

34

63

60

Source : Lord Ashcroft polls, juin 2016

10Le résultat de la consultation a dessiné un paysage sociétal profondément polarisé. D’un côté les Britanniques se considérant comme relativement bien intégrés dans le processus de globalisation, correspondant à un électorat majoritairement jeune, éduqué, plutôt confortable au plan financier et à l’aise dans un environnement multiculturel, et pour qui l’ancrage européen du Royaume-Uni ne pose pas de problème et une forme d’identité européenne est tout à fait conciliable avec les autres réseaux d’appartenance. Londres, avec sa population jeune, urbaine, étudiante, diplômée, libérale au plan sociétal, cosmopolite, ethniquement diverse et ouverte sur l’extérieur, a été logiquement à la pointe dans le camp pro-européen. De l’autre les Britanniques se percevant comme les plus menacés ou à la traîne, correspondant aux électeurs les moins éduqués, les plus pauvres économiquement et/ou les plus vulnérables professionnellement mais aussi les plus âgés. Hostiles à l’immigration et voyant dans l’Union européenne une contrainte et/ou un danger, ils ont fait le choix du Brexit.

11Par ailleurs, le référendum a souligné que la perspective de l’enjeu européen était bien différente selon que l’électeur résidait dans l’« inner core » du territoire britannique -sud-est (Londres excepté) et centre-nord de l’Angleterre notamment- ou dans l’« outer periphery » celtique -l’Ecosse en particulier, mais aussi les marges nord-irlandaises et galloises- où la problématique de l’identité nationale revendiquée se pose de façon différente, en relation avec la question de l’intégration européenne. Une corrélation très nette a pu être établie entre la revendication chez l’électeur d’une identité exclusivement ou prioritairement anglaise d’une part, et un vote pour la sortie de l’Union Européenne (cf. Tableau 1). Le référendum a ainsi confirmé que la montée en puissance de l’euroscepticisme britannique exprimait prioritairement une forme de nationalisme anglais.

Leavers vs Remainers : polarisation et radicalisation

  • 10 Geoffrey Evans & Florian Schaffner, « Brexit identity vs party identity », Brexit and public opinio (...)
  • 11 Geoffrey Evans & Florian Schaffner, « Brexit identities: how Leave versus Remain replaced Conservat (...)
  • 12 Ibid., 2019.

12Si l’on s’intéresse à l’émergence du clivage provoqué par l’enjeu du Brexit au sein de l’opinion, plusieurs enquêtes ont montré qu’en avril 2016, c’est-à-dire au début de la campagne référendaire, la fracture entre les deux camps n’était pas très saillante, notamment parce que le parti des pro-Européens n’avait pas encore développé d’identité collective distincte, à la différence des partisans du Leave, souvent déjà engagés en dehors de la politique mainstream à l’occasion d’autres consultations électorales, notamment européennes, et/ou autour du parti UKIP10. Ainsi il a été montré que les partisans du Leave s’identifiaient plus avec la campagne des Brexiters que ceux du Remain avec celle en faveur du maintien dans l’UE11. Cependant au cours du dernier mois précédant le vote, le nombre de Britanniques affirmant s’identifier à l’un des deux pôles augmenta sensiblement et à la fin de la campagne électorale les deux camps recueillaient à peu près les mêmes pourcentages d’identification dans la population12. En même temps, la terminologie et les « labels » Remainers et Leavers, qui n’avaient aucune trace historique avant le début de la campagne, s’imposaient dans l’opinion et les médias.

13Si l’avant-référendum permit aux Leavers et aux Remainers de se constituer comme des catégories politiques originales, il est frappant de constater que le scrutin a immédiatement débouché sur une augmentation du nombre de personnes s’identifiant au Remain – sans doute en raison de la frustration liée au caractère inattendu du résultat pour les pro-Européens- et que surtout le niveau global d’identification aux deux camps est allé en se renforçant pour atteindre des niveaux record.

14L’après-référendum a ainsi donné lieu à un double phénomène de polarisation et de radicalisation entre les deux camps en présence, très proches au plan quantitatif. Loin de clore le débat le résultat du référendum a au contraire eu pour effet d’entrainer d’autres Britanniques dans le clivage et l’identification à l’un des pôles, tout en renforçant la virulence de l’antagonisme entre Remainers et Leavers.

  • 13 Cf. par exemple Adam Carter & Katherine Davies, « Brexacerbation and the embedding of Brexit in eve (...)
  • 14 Joanne Meredith and Emma Richardson, « Categories, stereotypes and political identities: the use of (...)

15A partir de l’automne 2016 le débat sur l’intégration européenne a ainsi donné lieu à des tensions permanentes entre les protagonistes, au sein des média et des réseaux sociaux, sur le lieu de travail mais aussi dans le cercle familial13, dans un climat social marqué également par de nombreuses manifestations de masse et rythmé par un discours agressif et virulent. Un langage négatif, toxique, spécifique a ainsi vu le jour pour désigner et dénigrer l’« autre » : « stupid », « ignorant », « racist », « xénophobic », little educated », « little Englander » pour les pro-Européens définissant les Brexiters ; « disconnected », « out of touch », « luvvies », « arrogant », « scaremongers », « elitist », « unpatriotic » notamment, utilisés par les Leavers pour (dis)qualifier les Remainers14.

  • 15 Cf. par exemple Sara Hobolt & James Tilley, « The Brexit identity divide », in Brexit and public op (...)
  • 16 Ian Montaigu, « Remainer or Leaver? The emergence of the Brexit identity prism », London School of (...)

16Les différentes enquêtes menées ont démontré que de longs mois après le scrutin les deux camps antagonistes campaient plus que jamais sur leurs positions, et les changements d’attitude ou les regrets exprimés par rapport au vote de juin 2016 étaient extrêmement marginaux15. Ainsi deux ans après le scrutin pas moins de 98% des ‘very strong Remainers’ et des ‘very strong Leavers’, ainsi que 94% des ‘fairly strong Reaminers’ et des ‘fairly strong Leavers’ indiquaient qu’en cas de nouveau référendum sur le Brexit, leur vote serait identique16.

  • 17 Cf. John Curtice, « The emotional legacy of Brexit », The UK in a changing Europe, 2018.
  • 18 Cf. par exemple Sara Hobolt & James Tilley, 2019, op.cit.
  • 19 Ce que les sociologues appellent un biais de confirmation (confirmation bias), c’est-à-dire le fait (...)

17Au contraire, toute nouvelle information reçue concernant le Brexit a eu tendance à être filtrée à travers le prisme identitaire Remainer/Leaver, et interprétée de façon à renforcer les vues préexistantes. Ainsi par exemple l’impasse des négociations entre le gouvernement britannique et les responsables européens afin de trouver un accord de sortie, a été mise par la grande majorité des Remainers au passif du gouvernement britannique, tandis que dans le même temps les Leavers convaincus rendaient l’UE responsables de ces difficultés17. Et d’autre part toute mauvaise nouvelle affectant l’économie britannique avait tendance à être considérée par les Remainers comme une conséquence logique du Brexit, tandis que les Leavers préféraient ignorer cette information ou la mettre sur le compte de l’attitude des institutions européennes à l’égard du Royaume-Uni ou du pessimisme non patriotique des pro-Européens18. En fin de compte, les différents évènements ayant suivi le scrutin ont systématiquement conforté Remainers et Leavers dans leurs choix, et consolidé la vision stéréotypée de l’autre moitié de l’électorat19.

Ségrégation sociale et intensité émotionnelle : deux tribus face à face

  • 20 Cf. par exemple Tim Bale, « The two tribes of Brexit », The Continent, 07/07/2019 ; Seán Clarke, Ni (...)
  • 21 « How Brexit made Britain a country of Remainers and Leavers », The Economist, 20/06/2019.
  • 22 Cf. John Curtice, « The emotional legacy of Brexit », The UK in a changing Europe, 2018.
  • 23 John Curtice, « A nation of remainers and leavers? How Brexit has forged a new sense of identity », (...)
  • 24 Sara B. Hobolt, Thomas J. Leeper and James Tilley, « Divided by the Vote: Affective Polarization in (...)
  • 25 Geoffrey Evans & Florian Schaffner, « Brexit identity vs party identity », Brexit and public opinio (...)
  • 26 Geoffrey Evans & Florian Schaffner, Ibid., 2019.

18A la suite du référendum et au fur et à mesure qu’elle se radicalisait la fracture identitaire entre Remainers et Leavers a pu être comparée à un affrontement de type tribal20. D’une part, la polarisation entre les deux camps est allée de pair avec une ségrégation sociale certaine. Au sein d’une même ville Leavers et Remainers ont eu tendance à vivre une vie autonome au sein de groupes cloisonnés, assimilables à des bulles sociales ou des chambres d’écho à l’intérieur lesquelles chaque camp alimentait régulièrement sa propre rhétorique et confortait ses arguments et son positionnement sans échanger avec l’autre21. Par ailleurs, la radicalisation progressive de l’affrontement sur le Brexit s’est accompagnée du développement d’une réelle intensité émotionnelle22. Le débat sur l’enjeu européen a suscité des sentiments forts comme l’angoisse, la peur, la colère, l’anxiété ou la frustration, et le processus d’identification à l’un des deux camps s’est nourri d’un fort attachement affectif, qui a pu être comparé à celui qui lie un supporter de football à l’équipe qu’il soutient23. L’étude des marqueurs psychologiques et sociaux de l’identité a mis en évidence cette « polarisation affective »24 : ainsi, par exemple, interrogés sur la manière de parler de leur propre camp (Remainers ou Leavers), le pourcentage de Britanniques utilisant le « nous » plutôt que le « ils » a considérablement augmenté dans les mois ayant suivi le référendum pour rester par la suite à un niveau très élevé d’appropriation collective25. De même, la proportion de Britanniques considérant qu’une critique des Remainers/Leavers constituait une « insulte personnelle » a doublé en quelques mois, tandis que dans le même temps le pourcentage de Britanniques estimant « avoir beaucoup de choses en commun » avec les autres partisans de son camp (Remainer ou Leaver) progressait pour atteindre une quasi-unanimité26.

19Pour expliquer pourquoi le résultat du référendum n’a pas apaisé les tensions existantes entre les protagonistes du débat sur la relation à l’Europe – bien au contraire- plusieurs éléments peuvent être avancés. Le caractère serré du résultat d’une part, mais aussi l’effet systématiquement polarisant de l’outil référendaire sur l’opinion, ont joué un rôle. En ce sens l’après-référendum sur le Brexit a reproduit le schéma de la consultation de 2014 sur l’indépendance de l’Ecosse qui a, quel qu’en ait été son résultat, installé sur la durée le clivage nationaliste/unioniste comme l’enjeu dominant du débat politique écossais.

  • 27 Cf. John Curtice, « A further Referendum ?  », Brexit and public opinion 2019, The UK in a changing (...)

20D’autre part les incertitudes liées aux suites politiques du scrutin et aux négociations du gouvernement britannique avec les responsables européens quant à la forme concrète du Brexit –soft ou hard, privilégiant les enjeux migratoires ou commerciaux, maintenant ou pas le Royaume-Uni dans l’union douanière et/ou le marché unique, débouchant sur un accord négocié avec l’UE similaire à celui de la Norvège, de la Suisse, du Canada, etc. ou s’alignant sur les règles générales de l’OMC, ou finalement sans accord -no deal, ont contribué à entretenir le débat tout en produisant un effet anxiogène au sein de l’opinion. Les prévisions économiques inquiétantes post-Brexit et l’imbroglio institutionnel constitué par le processus des négociations ont notamment renforcé la frustration et le pessimisme des Remainers, tandis que l’inquiétude et la colère des Leavers augmentait en lien avec l’apparente impuissance des responsables politiques, et l’absence de leadership fort susceptible de trouver une solution rapide respectant le résultat du scrutin et permettant de tourner la page du Brexit. Enfin l’hypothèque d’un deuxième référendum organisé sur le sujet n’a eu de cesse d’alimenter et de renforcer les espoirs et les craintes de chaque camp27.

21Mais si le débat autour du Brexit a suscité autant de passions et d’affrontements, qui se sont prolongés bien après le référendum, c’est aussi parce qu’il correspondait à une fracture sous-jacente de la société britannique et préexistant au scrutin, et que ce dernier a mise au grand jour. Le résultat du scrutin a constitué le symptôme –et non la cause- de la division de l’électorat britannique, et l’enjeu européen a de fait servi de révélateur à des clivages identitaires en place depuis quelque temps, et qui étaient en partie masqués par le système politique, le mode de scrutin ou l’affiliation partisane.

‘Cultural clash’ et ‘identity politics’ : fractures identitaires et guerre culturelle 

22La fracture apparue au grand jour à l’occasion du Brexit renvoie en effet à un double clivage de type identitaire, articulé à la fois autour du sentiment national d’une part, du mode de vie et des valeurs individuelles de l’autre.

  • 28 John Harris, « The fantasy of Britain at war could be nearing its last hurrah », The Guardian, 14/1 (...)
  • 29 Cf. Richard Wyn Jones et al., « England and its two unions: the anatomy of a nation and its discont (...)
  • 30 En juin 2019 un sondage YouGov indiquait que pour 63% des membres du parti conservateur, le départ (...)

23D’un côté les divisions sur la question européenne reflètent un trouble profond, lié à l’irrépressible montée du nationalisme anglais depuis deux décennies –concomitant avec la mise en route de la dévolution institutionnelle- et de plus en plus enraciné dans les campagnes, les villes moyennes et les anciens bastions ouvriers de Grande-Bretagne. Ce nationalisme anglais, véhiculée par une certaine presse tabloïd londonienne, est alimenté par des émotions comme la nostalgie d’un passé impérial ou glorieux, un certain sentiment de supériorité voire d’exceptionnalisme de l’identité britannique, ou une forme de rancœur anachronique à l’encontre de certains pays voisins du continent28. Il a fait des institutions européennes -tout autant que de l’establishment britannique- le bouc émissaire d’un malaise existentiel lié aux interrogations autour de la Britishness, et qui s’exprime notamment par une forte insatisfaction et une forme de détachement vis-à-vis des unions, européenne mais aussi britannique29. A cet égard le fait que la grande majorité des membres du parti conservateur interrogés sur le choix entre la réalisation effective du Brexit et le maintien du Royaume-Uni multinational en l’état avec ses quatre nations, privilégient clairement la première option, apparait particulièrement révélateur des fractures identitaires et territoriales en jeu30.

24Et par ailleurs le débat sur le Brexit a brutalement mis en lumière une fracture préexistante, révélant et exacerbant un conflit de valeurs latent mais profond.

  • 31 Robert Ford & Matthew Goodwin, Revolt on the right: explaining support for the radical right in Bri (...)
  • 32 David Goodhart, The road to somewhere: the populist revolt and the future of politics, Hurst and Co (...)
  • 33 Voir aussi les deux échelles de valeurs ‘libertarian/autoritarian’ -avec sa variante ‘GAL vs TAN’, (...)

25Entre d’une part les ‘left behind’, soit une frange non négligeable de la population se sentant déclassée, dévalorisée ou marginalisée au plan socio-économique et/ou territorial, et une autre partie de la population britannique, plus à l’aise dans les paradigmes de la mondialisation, du multiculturalisme et du pluralisme identitaire31 ; entre les ‘somewhere’, ancrés dans un territoire et/ou une communauté spécifiques –généralement dans une petite ville ou à la campagne- souvent moins éduqués, moins à l’aise avec la modernité et le changement, socialement conservateurs et parfois nostalgiques de l’ordre ancien, et d’autre par les ‘anywhere’, plus inscrits dans le mode de vie urbain et un environnement mobile et multiculturel, plus diplômés, et plus égalitaires et méritocratiques dans leurs attitudes à l’égard des enjeux liés à la race ou au genre32, cette fracture identitaire et culturelle avait déjà donné lieu à une série d’analyses sociologiques concordantes33.

  • 34 Brexit and public opinion 2018, The UK in a changing Europe, janvier 2018.

26Le clivage entre ‘cultural liberals’ et ‘cultural conservatives’ apparait particulièrement pertinent pour comprendre la nature de la fissure identitaire et l’intensité émotionnelle de l’affrontement suscité par le Brexit dans l’électorat britannique. Lors de la campagne précédant le référendum l’importance pour les Brexiters d’enjeux comme la souveraineté ou l’immigration a été fortement soulignée, tout comme l’attitude divergente entre Leavers et Remainers concernant des thèmes comme la mondialisation ou le multiculturalisme34. Pendant les trois années et demie de débats ayant suivi le référendum plusieurs enquêtes ont approfondi les contours de ce « cultural gap » entre partisans des deux camps.

  • 35 Maria Sobolewska & Rob Ford, « The Brexit vote may be the first shot fired in a British cultural wa (...)
  • 36 Seán Clarke, Niko Kommenda & Paul Lewis, « Leavers vs remainers: how Britain’s tribes compare », Th (...)
  • 37 Clarke et al, ibid, 2019.

27Le Brexit a ainsi placé les électeurs qui approuvent ou rejettent l’idée de diversité culturelle de part et d’autre d’un clivage politique majeur : d’un côté les Britanniques à l’aise avec cette notion, tout comme avec la promotion de l’égalité raciale et ethnique au sein de la population britannique, se sont engagés clairement dans le camp du Remain ; à l’opposé les Britanniques peu à l’aise avec la diversité culturelle et considérant que le soutien gouvernemental aux minorités ethniques est allé trop loin, par ailleurs démontrant une attitude largement négative vis-à-vis des immigrants européens potentiels et des réfugiés internationaux cherchant asile au Royaume-Uni, et fortement ancrés dans le camp des Leavers35. Parallèlement la polarisation est aussi révélatrice d’attitudes largement divergentes face au changement social et aux évolutions sociétales, et notamment sur la question de l’égalité des sexes et du droit des femmes, la grande majorité des Leavers considérant de façon critique les revendications de type féministe36. Enfin le conflit de valeurs exprime aussi des différences de vue importantes sur la « britannicité », les Brexiters se distinguant par l’importance fondamentale accordée à la fois à la langue anglaise et au fait d’avoir les deux parents nés au Royaume-Uni pour pouvoir considérer un individu comme britannique37.

28Au final si deux Britanniques sur trois pouvant être classés comme un social conservative ont voté Leave, le proportion est inférieure à un sur cinq pour les social liberals, et la grande majorité des votes enregistrés à l’occasion du référendum de 2016 aurait pu être anticipée avant le scrutin en fonction du positionnement individuel sur cette échelle de valeurs.38

29Le Brexit a donc non seulement mis en lumière deux conceptions différentes de la relation des Britanniques à l’environnement européen, il a aussi révélé deux façons de concevoir le vivre ensemble au sein du Royaume-Uni, et d’envisager l’avenir de la société britannique.

« Polarisation affective » et réalignement électoral

30En décembre 2019, à l’occasion des élections législatives convoquées par Boris Johnson, la « polarisation affective » entre Remainers et Leavers apparaissait plus importante que jamais au sein de l’opinion britannique.

  • 39 L’ensemble des sondages d’opinion effectués sur les deux années 2018 et 2019 atteste d’un soutien l (...)
  • 40 Cf. John Curtice, Ibid.

31Le Brexit était en effet considéré par l’électorat comme l’enjeu principal du scrutin –à égalité avec l’avenir du système de santé- et continuait de diviser l’opinion en deux camps sensiblement équivalents au plan quantitatif, même si, en raison de l’apport des nouveaux votants, une courte majorité de Britanniques penchait désormais légèrement en faveur du maintien dans l’UE39. Par ailleurs près de 90% des électeurs ayant participé au référendum de 2016 affirmaient qu’ils referaient un choix identique –pour ou contre le départ de l’UE- trois ans et demi plus tard40. Et la radicalisation progressive des points de vue à l’intérieur de chacun des deux camps avait conduit de nombreux Brexiters à privilégier l’issue d’un ‘hard Brexit’ puis du ‘no deal’, tandis que l’option de la révocation de l’Article 50 puis la revendication d’une nouvelle consultation sur le sujet par le biais d’un ‘People’s vote’, suscitait une large adhésion chez les pro-Européens.

32Le scrutin législatif de 2019 s’est donc joué pour partie autour de cette fracture identitaire entre les électorats Leaver et Remainer, que les principaux partis ont essayé de capter.

  • 41 Paula Sturridge, « Labour lost its leavers while Tory remainers stayed loyal », 13/12/2019, The Gua (...)
  • 42 Les Libéraux-démocrates et, dans une moindre mesure, les nationalistes écossais et les Verts, ont é (...)
  • 43 On estime que le parti conservateur a récupéré les votes d’environ les trois quarts des électeurs L (...)
  • 44 David Cutts, Matthew Goodwin, Oliver Heath & Paula Surridge, « Brexit, the 2019 General Election an (...)

33Dans ce contexte la victoire spectaculaire et plutôt inattendue du parti conservateur de Boris Johnson s’explique largement par sa capacité à mobiliser le camp des Leavers autour d’un objectif simple – « Get Brexit done » et d’un leader au charisme entrainant susceptible de réaliser la feuille de route promise. Dans le même temps le Labour de Jeremy Corbyn pâtissait de son discours médian incertain et du positionnement équivoque de son leader, visant à concilier les deux identités antagonistes au sein de son propre électorat, et débouchant in fine sur une désaffection certaine des Labour Leavers41. En fin de compte, si les partis britanniques favorables au Remain ont recueilli plus de voix que l’ensemble des formations favorables au Leave – un peu plus de 17 millions contre un peu moins de 15 millions – la dispersion du vote Remain42 et le transfert des électeurs des deux camps vers les deux grands partis de gouvernement, ont été nettement préjudiciables aux Travaillistes43, dont la coalition électorale traditionnelle a volé en éclats44.

  • 45 Ibid., 2020.

34Ce réalignement électoral45, largement conditionné par l’enjeu du Brexit, a ainsi assuré la nette victoire du gouvernement en place et du camp des Brexiters, qui allait déboucher deux mois plus tard sur le début de la période de transition conduisant vers le départ du Royaume-Uni de l’Union Européenne.

Conclusion : quel avenir pour la fracture Leavers/Remainers ?

35La décision unilatérale de sortie de l’UE vient donc clore une séquence historique longue de près de quatre ans et dominée par les tensions et les affrontements autour de l’enjeu européen et la polarisation affective entre Remainers et Leavers. Le Brexit étant désormais officiellement acté, cela signifie-t-il la fin de la fracture identitaire qui a été au cœur du débat britannique depuis 2016 ?

36Dans un premier temps il n’est pas illogique de voir retomber la fièvre d’identification individuelle et le déchainement de passions collectives dont la journée du 31 janvier 2020 a vraisemblablement constitué le paroxysme. D’autant qu’un évènement sociétal majeur inédit– la pandémie mondiale liée à la Covid 19- est venu subitement occuper tout l’espace médiatique, et prendre logiquement la première place parmi les préoccupations des Britanniques et des responsables politiques.

  • 46 Anan Menon, « We still don’t know what Brexit means », The UK in a changing Europe, 04/02/2020.

37Cependant on peut aussi remarquer que si les rêves visant à renverser le résultat de 2016 sont désormais enterrés, et les débats pour ou contre le Brexit effectivement clos, les contours de ce dernier demeurent en suspens, objet de controverses potentielles dans un avenir proche46.

  • 47 Tim Bale, « A Brexit extension would face serious opposition even during Coronavirus », The UK in a (...)

38Ainsi un premier sujet concret de polémiques tient à la durée de la période de transition du Royaume-Uni au sein de l’UE, fixée à un an et conditionnant la concrétisation d’un accord établissant les futures relations entre les Britanniques et l’Europe. Sans surprise au printemps 2020 les Remainers apparaissaient particulièrement favorables au principe de l’extension de la période en question, afin de donner au gouvernement britannique le temps nécessaire pour négocier les termes de l’accord de sortie de l’UE. De leur côté, les Leavers étaient – en dépit des nouvelles conditions sanitaires imposées par la pandémie – majoritairement opposés à une extension, en conformité avec l’engagement pris par le gouvernement de Boris Johnson de ne pas solliciter de prolongement, et ce, quelles que soient les conséquences sur la nature de l’accord négocié47.

39Ce qui renvoie à une deuxième source potentielle – plus importante- de réactivation de la fracture entre Leavers et Remainers – désormais Rejoiners en cas d’absence d’accord commercial ou de sortie sans accord.

  • 48 Timothy Oliver, « What happens to all that energy now that Britain has left the European Union? », (...)
  • 49 John Curtice, « Do voters want a ‘hard’ or a ‘soft’ Brexit? », The UK in a changing Europe, 12/02/2 (...)

40Au vu de la volonté clairement affichée par le gouvernement Johnson de se positionner sur le créneau le plus ‘hard’ du spectre des négociations et de finaliser un accord de libre-échange minimal avec l’UE, sur le modèle de ceux du Japon, du Canada ou de la Corée du Sud, le débat économique sur les conséquences du Brexit a de grandes chances de continuer. Et l’option choisie par le gouvernement britannique, consistant à privilégier la fraction la plus eurosceptique de l’opinion plutôt que de chercher les voies d’une conciliation et d’une solution de compromis entre les deux camps antagonistes, ne va pas apaiser les supporters du « Remain »48. Le souhait du gouvernement britannique de maximiser sa liberté par rapport au cadre européen afin de prendre ses propres décisions de façon souveraine, et d’autre part d’optimiser ses conditions d’accès au marché unique européen, risque de placer l’immigration comme un enjeu central de la période de négociations, et source de tensions au sein de l’opinion49.

  • 50 A ce sujet, certaines enquêtes sociologiques ont d’ores et déjà témoigné de la poursuite du clivage (...)

41Au-delà des enjeux économiques et migratoires, les fractures démographiques et territoriales, révélées au grand jour à l’occasion du référendum, vont continuer de peser sur le débat politique britannique. La géographie du scrutin législatif de décembre 2019 a confirmé la forte hostilité au parti conservateur de l’électorat jeune, urbain et diplômé, susceptible de se mobiliser pour l’Europe, l’environnement ou certains enjeux de société. Tout comme la fracture générationnelle, la coupure de l’opinion entre d’une part les électeurs au profil internationaliste et socialement libéraux et d’autre part les Britanniques plus traditionnalistes et fortement ancrés dans l’identité nationale, est là pour durer. Et les tensions entre les valeurs exprimées par chaque camp vont continuer de s’exprimer, quand bien même la sortie de l’UE vient rayer de la carte un sujet d’affrontement50.

  • 51 Brexit and the Union, Center on Constitutional Change, 03/02/2020.

42Enfin la matérialisation du Brexit va impacter concrètement le fonctionnement de l’Union britannique51. D’une part la question du rapatriement des compétences exercées par l’Europe vers le Royaume-Uni repose la question de l’organisation territoriale britannique et nécessite une nouvelle architecture de la dévolution et des relations institutionnelles entre le centre et la périphérie britannique. D’autre part, et surtout, les deux nations ayant voté non au Brexit vont se retrouver sur le devant de la scène politique post-Brexit : en Irlande du nord le statut très particulier de la province résultant de l’accord de sortie, pose un défi considérable à son organisation économique, et a donné une impulsion nouvelle à la question de l’unification irlandaise. En Ecosse le Brexit a eu pour effet d’accroitre légèrement le soutien à l’indépendance, relançant le débat autour de la perspective d’un deuxième référendum sur le sujet, une option fermement rejetée par le gouvernement Johnson.

43Ainsi, le Brexit et ses conséquences n’ont donc pas fini d’instiller de l’incertitude et du clivage au sein d’un système politique fragile, et de polariser une société britannique largement fracturée.

Haut de page

Bibliographie

Ashcroft, M., The Lost Majority, Londres : Biteback, 2017.

Bale, Tim, The Two Tribes of Brexit, The Continent, 07/07/2019.

Barraud, Boris (dir.), Le Brexit dans toutes ses dimensions, Paris : L’Harmattan, 2018.

Bennett, Owen, The Brexit Club: The Inside Story of the Leave Campaign’s Shock Victory, Londres : Biteback Publishing, 2016.

Bory, S. & Simpkins, F. (dir.), Moving Toward Brexit: the UK 2017 General Election, Revue Française de civilisation britannique, XXIII-2, 2018.

Carter, A. & Davies, K., Brexacerbation and the embedding of Brexit in everyday family life, University of Sheffield, octobre 2019.

Center on Constitutional Change, Brexit and the Union, 03/02/2020.

Clarke, H., Matthew Goodwin, M. & Paul Whiteley, P., Brexit: Why Britain Voted to Leave the European Union, Cambridge : Cambridge University Press, 2017

.Curtice, John, A Nation of Remainers and Leavers? How Brexit Has Forged a New Sense of Identity, The UK in a changing Europe, 22/10/2018.

Curtice, John, The Emotional Legacy of Brexit: How Britain Has Become a Country of ‘Remainers’ and ‘Leavers’, The UK in a changing Europe, octobre 2018.

Curtice, John, Why Leave Won the UK’s EU Referendum, Journal of Common Market Studies 55, 2017.

Cutts , D., Goodwin, M., Heath, O. & Surridge, P., Brexit, the 2019 General Election and the Realignment of British Politics, Political Quarterly, 2020.

Duffy, B., Hewlett, K., McCrae, J. & Hall, J., Divided Britain: polarization and fragmentation trends in the UK, Londres, The Policy Institute, King’s college, septembre 2019.

Evans, G. & Menon, A., Brexit and British Politics, Cambridge : Polity Press, 2017.

Evans, G. & Schaffner, F., Brexit identities: how Leave versus Remain replaced Conservative versus Labour affiliations of British voters, The Conversation, janvier 2019.

Finding, Susan (dir.), L’économie britannique et le Brexit, Revue « L’Observatoire de la société britannique » n°24, Université de Toulon, septembre 2019.

Ford, R. & Goodwin, M., Britain after Brexit: A nation divided, Journal of Democracy 28, 2017.

Ford, R.& Goodwin, M., Revolt on the right: explaining support for the radical right in Britain, Londres : Routledge, 2004.

Goodhart, David, The road to somewhere: the populist revolt and the future of politics, Londres : Hurst and Co, 2017.

Hanel, P. & Wolf, L., Leavers and Remainers after the Brexit referendum: more united than divided after all? British Journal of Social Psychology, janvier 2019.

Hanretty, Chris, Will the public stop caring about Brexit?, The UK in a changing Europe, 31/01/2020 2020.

Hobolt, S., Thomas J. Leeper, T. and James Tilley, J., Divided by the Vote: Affective Polarization in the Wake of the Brexit Referendum, London School of Economics, 2020.

Lawrence, John, Labour and the Culture Wars of Modern Politics, The Political Quarterly, 19/02/2020.

Leydier, Gilles (dir.), ‘Get Brexit Done!’ The 2019 General Elections in the UK, Revue Française de Civilisation Britannique, XXV-3, septembre 2020.

Menon, Anan, We still don’t know what Brexit means, The UK in a changing Europe, 04/02/2020.

Menon, A. & Wager, A., Brexit and British politics, The UK in a changing Europe, 5/12/2018.

Meredith, J. & Richardson, E., Categories, stereotypes and political identities: the use of Brexiter and Remainer in online comments, London School of Economics, septembre 2019.

Montaigu, Ian, Remainer or Leaver? The emergence of the Brexit identity prism, London School of economics, octobre 2018.

Oliver, Craig, Unleashing Demons: the Inside Story of Brexit, Londres : Hodder & Stoughton, 2016.

Oliver, Timothy, What happens to all that energy now that Britain has left the European Union?, The Conversation, 31/01/2020.

Richards, Lindsay, Both Leavers and Remainers can be nostalgic but for different things, London School of Economics, 11/02/2020.

Schnapper, P. & Avril, E., Où va le Royaume-Uni ? Le Brexit et après, Paris : Odile Jacob, 2019.

Sobolewska, M. & Ford, R., The Brexit vote may be the first shot fired in a British cultural war, The UK in a changing Europe, février 2018.

The UK in a changing Europe, Brexit and public opinion 2018, 2018.

The UK in a changing Europe, Brexit and public opinion 2019, 2019.

Tournier-Sol, Karine, (dir.), The Brexit Référendum of 23 June 2016, Revue Française de Civilisation Britannique, XXII-2, 2017.

Tournier-Sol, Karine, Prendre le large, le UKIP et le choix du Brexit, Paris : Vendémiaire, 2017.

Wyn Jones, R. et al., England and its two unions: the anatomy of a nation and its discontents, Institute for Public Policy Research 2013.

Articles de presse

Behr, Rafael, Remain is now a political identity that will shape Britain long after Brexit, The Guardian, 22/10/2019.

Burrell, Ian, Brexit is causing an identity crisis for the British mediaThe Independent, 28/02/ 2016.

Clarke, S., Kommenda, N. & Lewis, P., Leavers vs Remainers: how Britain’s tribes compare, The Guardian, 2/05/2019.

Economist (The), How Brexit made Britain a country of Remainers and Leavers, 20/06/2019.

Harris, John, The fantasy of Britain at war could be nearing its last hurrah, The Guardian, 14/10/2019.

Sturridge, Paula, Labour lost its leavers while Tory remainers stayed loyal, The Guardian, 13/12/2019.

Haut de page

Notes

1 Cf. par exemple les rapports Brexit and public opinion 2018 et Brexit and public opinion 2019, The UK in a changing Europe.

2 Evans, G & Schaffner, F., « Brexit identity vs party identity », Brexit and public opinion 2019, the UK in a changing Europe, janvier 2019.

3 Cf. par exemple l’interview de David Lodge, « La fracture la plus importante est entre les jeunes et les vieux », Brexit, le Royaume désuni, Le 1 n°239, 6/03/2019 ; et l’interview de Fintan O’Toole, « Anglais et trop fiers de l’être ? » Télérama 3655, 29/01/2020.

4 Selon les mots de l’historien A.J.P. Taylor.

5 « How Brexit made Britain a country of Remainers and Leavers », The Economist, 20/06/2019.

6 Lors des élections législatives de 2015 précédant le referendum moins de 10% des électeurs identifiaient l’Europe comme un des deux sujets les plus importants pour le Royaume-Uni. Cf. Ipsos MORI 2018.

7 Brexit and public opinion 2018 et Brexit and public opinion 2019, The UK in a changing Europe.

8 Cf. par exemple Antony Heath & Lindsay Richards, « National identity and Brexit preferences », Brexit and public opinion 2019, The UK in a changing Europe, janvier 2019.

9 Cf. Will Jennings, Gerry Stoker and Ian Warren, « Towns and Cities », Brexit and public opinion 2018, The UK in a changing Europe, janvier 2018.

10 Geoffrey Evans & Florian Schaffner, « Brexit identity vs party identity », Brexit and public opinion 2019, The UK in a changing Europe, janvier 2019.

11 Geoffrey Evans & Florian Schaffner, « Brexit identities: how Leave versus Remain replaced Conservative versus Labour affiliations of British voters », The Conversation, janvier 2019.

12 Ibid., 2019.

13 Cf. par exemple Adam Carter & Katherine Davies, « Brexacerbation and the embedding of Brexit in everyday family life », University of Sheffield, octobre 2019.

14 Joanne Meredith and Emma Richardson, « Categories, stereotypes and political identities: the use of Brexiter and Remainer in online comments », London School of Economics, septembre 2019. On peut également noter le succès du terme Brexiteer, utilisé initialement par les pro-Européens afin de tourner en ridicule les partisans du Brexit, et que se sont par la suite réappropriés certains partisans du Leave tels Michael Gove, par analogie avec des termes comme buccaneer, pioneer, ou musketeer, revendiquant la charge émotionnelle forte du terme, induisant une vision romantique d’un âge d’or à reconstruire.

15 Cf. par exemple Sara Hobolt & James Tilley, « The Brexit identity divide », in Brexit and public opinion 2019, The UK in a changing Europe, 2019.

16 Ian Montaigu, « Remainer or Leaver? The emergence of the Brexit identity prism », London School of Economics, octobre 2018.

17 Cf. John Curtice, « The emotional legacy of Brexit », The UK in a changing Europe, 2018.

18 Cf. par exemple Sara Hobolt & James Tilley, 2019, op.cit.

19 Ce que les sociologues appellent un biais de confirmation (confirmation bias), c’est-à-dire le fait de ne pas tenir compte et d’écarter une information ne correspondant pas à ses propres valeurs. Cf. par exemple Matthew Goodwin, « The perceived costs and benefits of Brexit », Brexit and public opinion 2018, The UK in a changing Europe, 2018.

20 Cf. par exemple Tim Bale, « The two tribes of Brexit », The Continent, 07/07/2019 ; Seán Clarke, Niko Kommenda and Paul Lewis, « Leavers vs remainers how Britain’s tribes compare », The Guardian, 2/05/19.

21 « How Brexit made Britain a country of Remainers and Leavers », The Economist, 20/06/2019.

22 Cf. John Curtice, « The emotional legacy of Brexit », The UK in a changing Europe, 2018.

23 John Curtice, « A nation of remainers and leavers? How Brexit has forged a new sense of identity », The UK in a changing Europe, 22/10/2018.

24 Sara B. Hobolt, Thomas J. Leeper and James Tilley, « Divided by the Vote: Affective Polarization in the Wake of the Brexit Referendum », London School of Economics, 2020.

25 Geoffrey Evans & Florian Schaffner, « Brexit identity vs party identity », Brexit and public opinion 2019, The UK in a changing Europe, janvier 2019.

26 Geoffrey Evans & Florian Schaffner, Ibid., 2019.

27 Cf. John Curtice, « A further Referendum ?  », Brexit and public opinion 2019, The UK in a changing Europe, 2019.

28 John Harris, « The fantasy of Britain at war could be nearing its last hurrah », The Guardian, 14/10/2019.

29 Cf. Richard Wyn Jones et al., « England and its two unions: the anatomy of a nation and its discontents », Institute for Public Policy Research, 2013.

30 En juin 2019 un sondage YouGov indiquait que pour 63% des membres du parti conservateur, le départ de l’UE et le Brexit étaient plus importants pour le Royaume-Uni que le fait de conserver l’Ecosse ou l’Irlande du nord au sein de l’Union britannique.

31 Robert Ford & Matthew Goodwin, Revolt on the right: explaining support for the radical right in Britain, Routledge, 2004.

32 David Goodhart, The road to somewhere: the populist revolt and the future of politics, Hurst and Co, 2017.

33 Voir aussi les deux échelles de valeurs ‘libertarian/autoritarian’ -avec sa variante ‘GAL vs TAN’, soit ‘green/alternative/libertarian’ vs ‘traditionalist/ authoritarian / nationalist’- et communitarian/cosmopolitan, de plus en plus utilisées dans la sociologique électorale à côté des échelles traditionnelles comme gauche/droite ou Etat/marché

34 Brexit and public opinion 2018, The UK in a changing Europe, janvier 2018.

35 Maria Sobolewska & Rob Ford, « The Brexit vote may be the first shot fired in a British cultural war », The UK in a changing Europe, février 2018.

36 Seán Clarke, Niko Kommenda & Paul Lewis, « Leavers vs remainers: how Britain’s tribes compare », The Guardian, 2/05/2019.

37 Clarke et al, ibid, 2019.

38 Anand Menon & Alan Wager, « Brexit and British politics », The UK in a changing Europe, 5/12/2018.

39 L’ensemble des sondages d’opinion effectués sur les deux années 2018 et 2019 atteste d’un soutien légèrement majoritaire des Britanniques au maintien dans l’UE, en dépit de la quasi-absence de changement d’avis sur le sujet des votants de 2016, la différence s’expliquant par le choix des jeunes électeurs qui n’avaient pas voté en 2016, et se prononçant dans des proportions de l’ordre de 2 contre 1 en faveur de l’Europe. John Curtice, « Do the public now agree about leaving the EU », The UK in a changing Europe, 1/02/2020.

40 Cf. John Curtice, Ibid.

41 Paula Sturridge, « Labour lost its leavers while Tory remainers stayed loyal », 13/12/2019, The Guardian.

42 Les Libéraux-démocrates et, dans une moindre mesure, les nationalistes écossais et les Verts, ont également bénéficié du vote des Remainers.

43 On estime que le parti conservateur a récupéré les votes d’environ les trois quarts des électeurs Leavers de 2016, tandis que le parti travailliste recueillait le soutien de moins d’un Remainer sur deux ; Cf. par exemple Lord Ashcroft polls, 2019.

44 David Cutts, Matthew Goodwin, Oliver Heath & Paula Surridge, « Brexit, the 2019 General Election and the Realignment of British Politics », Political Quarterly, 2020.

45 Ibid., 2020.

46 Anan Menon, « We still don’t know what Brexit means », The UK in a changing Europe, 04/02/2020.

47 Tim Bale, « A Brexit extension would face serious opposition even during Coronavirus », The UK in a changing Europe, 15/04/2020 ; John Curtice, « Transition : how voters feel about a delay », The UK in a changing Europe, 16/04/2020.

48 Timothy Oliver, « What happens to all that energy now that Britain has left the European Union? », The Conversation, 31/01/2020.

49 John Curtice, « Do voters want a ‘hard’ or a ‘soft’ Brexit? », The UK in a changing Europe, 12/02/2020.

50 A ce sujet, certaines enquêtes sociologiques ont d’ores et déjà témoigné de la poursuite du clivage entre Remainers et Leavers dans la perception de la pandémie de Covid 19 par la population britannique et dans la mise en œuvre de la « distanciation sociale » pour lutter contre la pandémie. Cf. Ben Ansell, Ben, « Social distancing and the Brexit divide », The UK in a changing Europe, 15/04/2020.

51 Brexit and the Union, Center on Constitutional Change, 03/02/2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Leydier, « La fracture Leavers vs Remainers : Autopsie d’un nouveau type d’identité politique », Observatoire de la société britannique, 26 | 2021, 239-258.

Référence électronique

Gilles Leydier, « La fracture Leavers vs Remainers : Autopsie d’un nouveau type d’identité politique », Observatoire de la société britannique [En ligne], 26 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 17 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/osb/5199 ; DOI : https://doi.org/10.4000/osb.5199

Haut de page

Auteur

Gilles Leydier

Professeur des Universités en civilisation britannique à l'Université de Toulon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search