Navigation – Plan du site

AccueilNuméros264. Living together in the wake of...Montée de l'extrême-droite dans l...

4. Living together in the wake of Brexit

Montée de l'extrême-droite dans les îles britanniques : la fin d'une exception irlandaise ?

Marie-Violaine Louvet
p. 297-329

Résumé

L’article propose une analyse des nouveaux partis d'extrême-droite qui sont apparus en République d'Irlande au cours des cinq dernières années, dans le contexte d'une montée des mouvements d'extrême-droite au Royaume-Uni à l’heure du Brexit, et plus largement au sein de l'Union Européenne. Leur succès, très modéré, puisqu'ils ne bénéficient pas de représentants élus, est toutefois inédit dans l'histoire irlandaise. C'est aussi le cas de leur discours politique caractérisé, comme au sein des réseaux internationaux d'extrême-droite dans lesquels ils s'inscrivent, par un rejet de l'immigration, de l'Union Européenne, par des valeurs conservatrices et une exploitation de la culture nationale à des fins de propagande. Leurs dérapages racistes et islamophobes freinent leur popularité, tout comme l'opposition acharnée que leur livre la gauche antifasciste

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Contrairement à nombre de ses voisins européens, la République d'Irlande peut se targuer de n'avoir que marginalement assisté au développement d'une idéologie nationale d'extrême-droite sur son territoire. En effet, à l'exception du groupe paramilitaire Blueshirts, d'inspiration fasciste, mené par Eoin O'Duffy dans les années 19301, aucun parti politique d'extrême-droite n'avait, jusque là, été fondé dans ce pays, malgré les difficultés économiques qui l’ont fragilisé au cours du XXe siècle, à l'instar de la très sévère crise de 20082. Cette « exception irlandaise », par laquelle l'Irlande se distingue de nombre de ses voisins européens, a largement été commentée ces quinze dernières années par les politistes qui ont avancé différentes hypothèses pour expliquer ce phénomène : l'histoire postcoloniale de l'île, l'espace politique occupé par le parti républicain Sinn Féin et le taux d'immigration limité notamment, en dehors des fastes années du tigre celtique (1994-2007)3.

2Toutefois, au cours des cinq dernières années, dans le conteste d'une montée générale de l'extrême-droite dans les démocraties occidentales et du choix du Brexit fait par le Royaume-Uni voisin, le paysage politique irlandais a été quelque peu bouleversé. On a assisté à une remise en cause de la domination des deux partis hérités de la guerre civile irlandaise (1922-1923), tous deux centristes et aux convictions très proches : le Fine Gael et le Fianna Fáil. Les élections de 2020 se sont conclues par une majorité du vote populaire en faveur du parti nationaliste Sinn Féin, très à gauche sur l'échiquier politique4, ce qui a forcé le Fine Gael, le Fianna Fáil et, avec plus de difficultés, le Green Party à s'allier pour fonder, tant bien que mal, un gouvernement. Ces élections ont aussi été marquées par une prolifération inédite de candidats dont l'idéologie, nous le verrons, s'apparente à celle de l'extrême-droite, c'est à dire caractérisée par une hostilité aux immigrés alliée à une préférence nationale (nativism), une tendance populiste et un ancrage dans un discours autoritaire5. Il convient de souligner que cette idéologie est à la fois présente dans l'espace public par l'intermédiaire d'hommes et de femmes politiques indépendants mais aussi par celui de nouveaux partis, qui ont récemment présenté une poignée de candidats tels que le National Party (2015), l'Identity Ireland (2017) et l'Irish Freedom Party (2018). Ces partis, nous le verrons, n'obtiendront que des succès très limités en termes de résultats, mais le caractère inédit de leur apparition et leur présence dans le débat politique irlandais en font un sujet d'étude important pour comprendre les dynamiques qui animent actuellement la scène politique irlandaise.

3Dans cet article, je propose d'étudier l'émergence de ces mouvements d'extrême-droite en République d'Irlande comme une remise en cause du « vivre ensemble » à l'échelle nationale. Une typologie de ces nouveaux partis d'extrême-droite sera d'abord proposée avec une présentation de leur modeste succès et de leur inscription dans un réseau international. L'influence de ces réseaux est sensible dans l'idéologie qui transpire de leur discours politique qui prône un rejet de l'immigration, une très forte réticence vis à vis de l'Union Européenne, un fort conservatisme sur les questions sociales et l'entretien du mythe d'une Irlande traditionnaliste. Enfin, les dérapages racistes et islamophobes de ces partis seront évoqués avant d'aborder le contre-mouvement antifasciste dont ils sont à l'origine.

L'émergence de mouvements d'extrême-droite en République d'Irlande

4Dans le contexte du débat britannique autour de l'appartenance du pays à l'Union Européenne, propice au développement de mouvements de droite radicale, trois formations politiques animées par une idéologie similaire ont été créées au cours des cinq dernières années : l'Identity Ireland (2015), le National Party (2016) et l'Irish Freedom Party (2018). Elles ont toutes pour point commun de s'inscrire résolument en opposition avec l'establishment représenté par le Fine Gael et le Fianna Fáil, les médias mais aussi la gauche.

L'Identity Ireland - Aitheantas Éire

  • 6 Newstalk, « Identity Ireland sees 25%, increase in membership since yesterday », 23 juillet 2015, h (...)
  • 7 <Erreur ! Référence de lien hypertexte non valide. consulté le 11 mai 2020.
  • 8 « Identity Ireland's failure to launch », The Phoenix, 7 mai 2019.

5L'Identity Ireland est un groupe actif depuis juillet 2015, après son lancement au Buswells Hotel à Dublin. Il est officiellement enregistré comme parti politique en 2018. A ses débuts, il rassemble autour d'une centaine de membres dont le nombre croît assez rapidement les premiers mois6. Le parti prétend aujourd'hui bénéficier de l'adhésion de 700 membres, alors qu'une cinquantaine de militants seulement se déplace lors de la plupart des événements qu'il organise7. Son fondateur, Peter O'Loughlin, est un ancien instituteur originaire de la région de Cork qui s'était présenté sans succès aux élections législatives et européennes de 2014, 2015 et 2016 en tant qu'indépendant. Il n’avait alors recueilli que 1%, 1,4% et 0,36% des votes respectivement. Sous l'étiquette du parti, O'Loughlin, qui s’était présenté de nouveau aux élections européennes en 2019 dans la circonscription de Ireland South, avait remporté tout aussi peu de succès avec seulement 0,51% des voix8.

  • 9 « Do UKIP In The NIP? », Broadsheet.ie,
  • 10 « patriotic revolution sweeping over Europe ». Voir vidéo You Tube postée par The For Britain Movem (...)
  • 11 Voir photographie postée par Irish Students Against Globalisation sur Twitter le 5 janvier 2020 lor (...)
  • 12 Rachel Lavine, « Violent clashes at launch of Irish branch of Pegida », The Independent, 7 février (...)

6Il convient de souligner l'intégration de l'Identity Ireland dans un réseau international et sa proximité idéologique affichée avec les gouvernements les plus à droite de l'Union Européenne, comme ceux de la Pologne et de la Hongrie. Leur soutien mutuel se manifeste de diverses manières, par exemple avec l'extrême-droite britannique. Dès la fondation de l'Identity Ireland, O'Loughlin se targue en direct sur RTÉ, la radio nationale irlandaise, d'avoir reçu des encouragements du UK Independence Party pour son initiative9. O'Loughlin est aussi invité à divers événements internationaux afin de prendre la parole et d'assurer les militants de l'intérêt qu'ils suscitent en Irlande. C'est le cas par exemple en 2018, lors de la première conférence nationale du For Britain Movement, où il clame sa solidarité avec un large réseau d'extrême-droite en Europe englobant certains nationalistes catalans, Matteo Salvini en Italie et Viktor Orban en Hongrie. Pour O'Loughlin, tous sont les éléments d'une « révolution patriotique à l'assaut de l'Europe », des nationalistes européens qui s'élèvent courageusement contre les diktats d'un Macron ou d'une Merkel10. O'Loughlin tente de se rapprocher de la droite radicale britannique à travers des figures telles que Tommy Robinson, le fondateur de l'English Defence League, et des militants de certaines mouvances loyalistes telles que l'Ulster Volunteer Force en Irlande du Nord11. Mais c'est avec le groupe Pegida (Européens patriotes contre l’islamisation de l’Occident/Patriotic Europeans Against the Islamisation of the West), que les liens sont les plus forts. Pegida est un groupe fondé en Allemagne en 2014, présent dans une quinzaine de pays, et opposé à une islamisation qui menacerait le continent européen. Cette islamisation perçue serait une conséquence de l'immigration qui menacerait la culture nationale des différents Etats de l'Europe. O’Loughlin a rencontré le dirigeant de Pegida, Lutz Bachmann, à plusieurs reprises, comme à Dresde où il fut invité à un congrès en 2016. La même année il a tenté de fonder une branche de Pegida en Irlande (en vain nous le verrons)12.

Le National Party - An Páirtí Náisiúnta

  • 13 La loi irlandaise précise qu'un Third Party est un groupe distinct d'un parti politique et habilité (...)
  • 14 Juno McEnroe, « National Party president wants immigrants to leave », 18 novembre 2016, The Irish E (...)
  • 15 « Who Leads the Irish Far Right? », Socialist Republican Media, 15 août 2019 & Vivienne Clarke, « P (...)
  • 16 « Dublin hotel cancels launch of new extreme right-wing party which had been planned for tomorrow » (...)
  • 17 « considerably more than a few hundred ». Voir Vivienne Clarke, « Party in favour of racial profili (...)

7Le National Party a été officiellement enregistré en tant que « Third Party13 » en 2016 et a organisé sa première conférence annuelle (Ardfheis) l'année suivante au Doonbeg Hotel, propriété de Donald Trump, une personnalité appréciée par les sympathisants14. Il est présidé par deux hommes, Justin Barrett et James Reynold. Originaire de Tipperary, et évoluant dans les mouvances de l'extrême-droite religieuse, Justin Barrett (aussi connu sous le nom de Justin Slevin, emprunté à ses parents adoptifs) était dans le passé actif dans le Youth Defence (groupe opposé à l'avortement avec qui il entretient encore des liens) et le Mother and Child Campaign15. James Reynolds, originaire de Longford, était militant dans le syndicalisme fermier (Irish Farmers Association à Longford et Irish Cattle and Sheep Farmers Association16). Le National Party déclare ne pas souhaiter communiquer sur le nombre de membres tout en précisant qu'ils sont « bien plus que quelques centaines17 ».

  • 18 Ignazi, P., Extreme Right Parties in Western Europe, Oxford: Oxford University Press, 2006, pp.79-8 (...)
  • 19 Ibid. La République d'Irlande utilise le système du vote unique transférable qui permet un système (...)

8Pour la première fois, le parti présente 10 candidats lors des élections législatives (general election) de 2020, dont trois à Dublin. Les candidats, comme leur électorat, ont des professions variées telles qu'infirmière (Eileen Gunning), mère au foyer (Serina Irvine), charpentier (Paul McWeeney), chauffeur de bus (Stephen Redmond), agent immobilier, conducteur de camion, agriculteur18. Le parti ne gagne aucun siège, avec 0,2% des voix, c'est à dire 4773 votes préférentiels (first-preference vote). Il ne bénéficie donc d'aucun représentant élu. Le président du parti ne se présente à aucun siège alors que son vice-président obtient 1,74% des votes préférentiels (983 voix) dans la circonscription de Longford-Westmeath19.

  • 20 Henry McDonald, The Guardian, « Anti-Nice campaigner's dark secret boosts Ahern's chances », 13 oct (...)
  • 21 « National party president wants immigrants to leave », Juno McEnroe, The Irish Examiner, 18 novemb (...)

9Comme l'Identity Ireland, le National Party s'inscrit dans un réseau international de partis d'extrême-droite. Barrett a des liens avec le milieu loyaliste en Irlande du Nord, en particulier avec Jim Dowson, proche du British National Party. Il fait preuve d'une communauté de vue avec Nick Griffin, le dirigeant de l'homologue britannique du National Party, le British National Party, qui avait crée l'International Third Position à Londres avec l'activiste Derek Holland, dorénavant établi en Irlande. Youth Defence, tout comme Barrett, entretient des liens avec l'ultranationaliste parti italien Fuorza Nova. Barrett est l'invité de conférences du parti italien à plusieurs reprises entre 1999 et 2001. Il est aussi reçu par le Parti National Démocrate allemand en mai 2000 à Passau20. Lors de ces événements des ovations ont été réservées à des personnalités connues pour leur soutien à l'idéologie nazie21.

L'Irish Freedom Party – Cumann na Saoirse

10L'Irish Freedom Party est officiellement enregistré en tant que parti politique en 2019 mais il est en réalité actif depuis 201822. Il est l'homologue irlandais des mouvements en faveur du Brexit au Royaume-Uni. En effet, sa raison d'être est la défense d'un agenda souverainiste et le souhait de voir la République d'Irlande quitter l'Union Européenne à son tour. C'est ainsi qu'il se définit dans son métadiscours :

The Irish Freedom Party is a national movement of the Irish people which has as its primary objective the re-establishment of the national independence and sovereignty of Ireland and the restoration of national democracy to be achieved through leaving the European Union23.

  • 24 « Irexit: Could it be Ireland’s next big political movement? », Simon Carswell, 10 février 2018, Ir (...)
  • 25 « A party is being launched today that's calling for Ireland to leave the EU », The Journal.ie, 8 s (...)
  • 26 Un petit scandale a débuté quand Hermann Kelly a été vu en train de partager des verres dans un pub (...)

11Le mouvement naît suite à l'organisation d'une conférence sur le thème de l'« Irexit » - Ireland exit le 3 février 2018, à la Royal Dublin Society. Nigel Farage, le dirigeant du UK Independence Party (UKIP) et le visage du mouvement pro-Brexit, est présent24. Le parti est ensuite officiellement créé en septembre au Bonnington Hotel à Dublin, devant environ 250 personnes25. Le président du parti est Hermann Kelly, un ancien journaliste originaire du quartier ouvrier de Shantallow à Derry, qui fut le directeur de communications de Europe of Freedoom and Direct Democracy, un groupe eurosceptique au sein du Parlement européen, principalement constitué de membres du UKIP et dirigé par Nigel Farage lui-même26. La dirigeante du parti est Dolores Cahill, une chercheuse en bio-médecine, (Professor of Translational Studies) à l'école de médecine de University College Dublin qui avait travaillé pour le service Recherche et innovations de la Commission européenne

  • 27 Marie-Louise McConville, « Watch: Bizarre 'smashing' video by MEP candidate Ben Gilroy goes viral » (...)
  • 28 Site internet The Tricolour, « Election 2020: Irish Freedom Party Finalize 11 Candidates for Genera (...)

12A cause d'une erreur administrative, le parti ne parvient pas à s'enregistrer officiellement avant les élections européennes de 2019 et le président du parti, ainsi que sa dirigeante, se présentent sans étiquette. Aucune des deux candidatures n'obtient de succès avec respectivement 0,67% et 1,47% des suffrages. Certains candidats font le régal de la presse comme Ben Gilroy, sympathisant de l'Irish Freedom Party qui le rejoindra dès sa création officielle, et qui se présente sans étiquette à Dublin en se filmant en train de détruire à coups de crosse de hurling des panneaux portant divers messages tels que « corruption d'Etat », « violations de la constitution », « vol des ressources » ou encore « évictions illégales27 ». La même année, en 2019, une élection partielle à Wexford ne permet guère plus de succès pour Melissa O'Neill, reconvertie du parti nationaliste Sinn Féin qui est la première à se présenter officiellement comme candidate de l'Irish Freedom Party (1,2%). Lors des élections législatives de 2020, l'Irish Freedom Party présente onze candidats, qui se targuent de professions variées telles qu'enseignant, agriculteur, architecte, étudiant et mère au foyer28. Le parti obtient 0,3% des voix et aucun siège, avec des résultats allant de 0,19% à 2,06% des suffrages.

  • 29 Peter Stubley, « Mixed race couple from Lidl advert to leave Ireland over death threat and online a (...)
  • 30 « Election 2020: Far-right candidates put in dismal showing », Irish Times, Conor Gallagher, 10 fév (...)
  • 31 Cormac McQuinn, « TD claims Irish people who are 'hungry in the streets' should be prioritised over (...)
  • 32 « Election 2020: Far-right candidates put in dismal showing », Irish Times, Conor Gallagher, 10 fév (...)

13Enfin, il convient de souligner que les idées de l'extrême-droite ne sont pas uniquement défendues par des candidats portant les couleurs des trois formations politiques présentées précédemment, mais sont aussi portées par une poignée de candidats indépendants. C'est le cas par exemple de Gemma O'Doherty, ancienne journalise de l'Independent et adepte de théories du complot, qui se présente à Fingal en 2020. Elle est connue du public pour diverses controverses sur fond de racisme, notamment au sujet d'une publicité de Lidl qui montrait un couple mixte et pour son affirmation selon laquelle le peuple irlandais serait une « minorité ethnique dans de nombreuses villes » d'Irlande29. On peut aussi citer Niall McConnell, agriculteur dans le Donegal et éditeur du journal The Irish Patriot qui annonce le remplacement du peuple irlandais par la population immigrée30. Ces positionnements sont aussi le fait d'Indépendants élus au Parlement irlandais, le Dáil, tel Noel Grealish qui accuse les migrants africains de « pomper le système » et son collègue Michael Collins qui affirme voir une érosion importante de la culture irlandaise du fait de cette immigration dans les communautés rurales en particulier31. La remise en cause du « vivre-ensemble » en République d'Irlande a notamment été exploitée par Peter Casey qui décrit l'immigration comme une « bombe à retardement » (« ticking time bomb »), et qui arrive second à l'élection présidentielle de 2018 avec 23,3% des voix, témoignant ainsi d'une certaine adhésion à la thématique de l'immigration comme péril national.32

Une idéologie commune

Rejet de l'immigration

  • 33 Lucassen, G., Lubbers., M., « Who Fears What? Explaining Far-Right-Wing Preference in Europe by Dis (...)
  • 34 Des activistes participent aux actions de l'Immigration Control Platform et sont aussi membre des f (...)
  • 35 Yılmaz, F., « Right-wing hegemony and immigration: How the populist far-right achieved hegemony thr (...)

14Le refus de l'immigration, perçue comme une menace contre la culture nationale mais aussi contre l'intérêt économique d'une population, est la pierre d'angle de l'idéologie d'extrême-droite telle qu'elle s'exprime à travers toute l'Europe33. A l'instar de leurs homologues britanniques, la plateforme de ces formations d'extrême-droite en République d'Irlande comprend la lutte contre l'immigration légale ou clandestine et la fermeture des frontières, comme le demande aussi le groupe Immigration Control Platform fondé en 1998 qui réclame, par exemple, l'obligation du test du SIDA sur les immigrés34. L'immigration musulmane, considérée par ces groupes comme « une catégorie ontologique incompatible, fondée sur la culture » est tout particulièrement visée35.

15L'immigration est un sujet de discussion sur la scène politique irlandaise depuis le milieu des années 1990, qui marque le début la période du « tigre celtique ». En 1996 la République d'Irlande devient un pays avec un taux net positif d'immigration36. Celle-ci est généralement décrite par la classe politique comme étant bénéfique pour l'économie nationale florissante. Toutefois, la crise migratoire, qui amène des centaines de milliers de migrants vers l'Europe à partir de 2015, dans le sillage de la guerre civile syrienne qui déchire le pays depuis 2011, a joué un rôle important dans le discours sur l'immigration des partis d'extrême-droite en Europe et en Irlande37. En 2019, 88 600 immigrés sont accueillis en République d'Irlande sur une population de 4 921 500 personnes38. 34,5% de ces immigrés proviennent de l'extérieur de l'Union Européenne et de pays musulmans comme l'Afghanistan, le Bengladesh, la Malaisie, le Nigéria, le Pakistan, les Philippines, l'Arabie Saoudite et la Turquie39. On notera donc le contraste entre le discours sur la crise migratoire et la très faible immigration en provenance de Syrie. Le volet immigration du Project Ireland 2040, un projet de budget national proposé par le gouvernement centre-droit de Leo Varadkar (Fine Gael) est sous le feu des critiques de l'extrême-droite dont certains éléments n'hésitent pas à certifier que d'ici 2080, les Irlandais « de souche » ne représenteront plus une majorité de la population dans quelques régions d'Irlande comme le Munster, le Connaught et le Donegal40. L'Identity Ireland déclare ainsi sur les réseaux sociaux que d'ici 2050, les Irlandais seraient une minorité sur leur propre territoire, et distribue des prospectus évoquant le « remplacement du peuple et de la culture irlandais par l'immigration de masse41 ». Dans le projet du gouvernement, la population irlandaise augmentera d’un million d'ici 2040 et des investissements sont nécessaires pour que cette immigration, qui comprendra 660 000 travailleurs, se localise à 75% en dehors de Dublin42. Dans ce projet, l'immigration n'est pas mentionnée comme un sujet en tant que tel. Pourtant, Justin Barrett, à la tête du National Party, considère qu'il favorise une « immigration de masse » aux « conséquences désastreuses » pour la société irlandaise, tout comme Peter O'Loughlin de l'Identity Ireland qui, à l'unisson, enregistre une vidéo pour dénoncer les écueils de Project Ireland 204043. La lutte contre l'immigration est au cœur du projet de l'Identity Ireland, pour des raisons principalement économiques (compétition pour l'emploi, du coût pour le système de santé) mais aussi culturelles :

Proper border and deportation policies are a bedrock of successful societies :

Return of full border control from the European Union
An end to mass immigration and a return to natural controlled immigration
Zero tolerance approach towards demands to alter national life, culture and traditions to accommodate minority held beliefs and cultures.
Economic migrants must be capable of supporting themselves when looking for work. If migrants become incapable of supporting themselves they should be offered short term social assistance depending on how long they have worked (if they have worked). Once this ends they should be deported.
Only citizens should be able to access full social assistance
Immediate deportation of all illegal and criminal migrants44

16Le coût perçu de l'immigration est mis en avant par l'Identity Ireland, notamment en organisant des opérations de distribution de nourriture, largement médiatisées sur les réseaux sociaux, qui mettent en compétitions pour le logement les personnes sans domicile fixe d'origine irlandaise et les potentiels nouveaux-venus45. La rhétorique du Freedom Party oppose elle aussi les petites gens d'Irlande aux immigrés : « We believe immigration should be controlled effectively to suit the interests of ordinary Irish people46 ». Dans les « Neuf Principes » qui régissent le National Party, on observe une insistance toute particulière sur la menace à l'encontre de l'identité nationale : « The National Party opposes unrestricted immigration, placing above all the preservation of national identity and culture as the bedrock of a principled patriotism47 » ; « Replacement-level immigration of the type we currently experience is destabilising to the very concept of nationality. Both the scale of the influx and the 'diversity' of cultures make assimilation impossible. The first casualty in this process is our very sense of who we are, our confidence and our willingness to define ourselves48 ». Ces dernières années, ce discours a pu être entendu lors de débats concernant l'ouverture dans de petites communes rurales de centres pour accueillir les demandeurs d'asile, alors que les centres d'hébergement (direct provision centres) avaient épuisé leur capacité d'accueil49. Cette demande de contrôle de l'immigration qui, comme nous l'avons vu, est devenue un leitmotiv en République d'Irlande comme ailleurs en Europe depuis plusieurs dizaines d'années, est liée à une critique de la gestion des frontières. Or, comme c'était aussi le cas dans le débat sur le Brexit, l'Union Européenne est considérée comme la première responsable pour expliquer la perte de contrôle de l'Etat sur les flux de population qui traversent ses propres frontières50.

Méfiance vis à vis de l'Union Européenne, prédatrice de la souveraineté nationale

  • 51 Jon Stone, The Independent, « Support for EU membership above 80% in most member states amid Brexit (...)
  • 52 Rault, C., « Pooling, Gaining or Losing Sovereignty? Conflicting Definitions of Irish Sovereignty i (...)
  • 53 Garner, S., 2007, p. 116.
  • 54 « Irexit party launches billboard campaign across Ireland », Breaking news.ie, 28 mars 2019 & Irish (...)

17L'Union Européenne bénéficie d'une large popularité en République d'Irlande au temps du Brexit. Alors même que le voisin britannique remet en cause son appartenance à l'institution internationale, des sondages réalisés en Irlande montrent l'attachement des citoyens irlandais à l'Union Européenne dans leur grande majorité. 91% des interrogés répondent qu'ils ne souhaitent pas que l'Irlande quitte l'Union Européenne en 2019, 86% en 2020 lors d'un sondage mené par RED C51. Toutefois certaines organisations, d'extrême-droite comme d'extrême-gauche, souhaiteraient voir un Irexit, principalement pour des raisons de perte de souveraineté – définie comme la capacité par l'Irlande à décider pour elle-même - de perte de contrôle sur l'économie et de rejet du libéralisme économique52. A défaut d'être largement répandu au sein de la population ou sur la scène politique, le message est propagé par internet et par les réseaux sociaux, lieux où l'extrême-droite est la plus présente en Irlande53. Le soutien à l'Irexit est la raison d'être du Freedom Party qui fait de la promotion de l'euroscepticisme son cheval de bataille. Pour répandre son message, le parti finance une campagne d'affichage dans les rues du pays d'une valeur de 40 000 € en 2019, année des élections européennes54. Certains de ces panneaux mettent en scène des héros de l'histoire irlandaise de résistance contre l'Empire britannique, tels que Michael Collins (1890-1922), afin d'éveiller le même esprit de rébellion contre l'Union Européenne (voir annexe 2)

  • 55 Henry McDonald, « Anti-Nice campaigner's dark secret boosts Ahern's chances », The Guardian, 13 oct (...)
  • 56 « Irish Freedom Party unveils Irexit billboards across Ireland amid Brexit crisis », IrishCentral.c (...)
  • 57 Site internet du National Party, « National Party Principles », https://nationalparty.ie/principles(...)
  • 58 Peter O'Loughlin, « We need to take back control of our country, before it’s too late », The Journa (...)
  • 59 https://identityireland.org/europe.php [consulté le 11 mai 2020] & Peter O'Loughlin, « The Irish pe (...)

18La référence à la souveraineté nationale et à la nécessité absolue de la défendre est omniprésente dans le discours anti-européen développé par les nouveaux partis d'extrême-droite en Irlande. Ce discours s'ancre sur les arguments utilisés lors des deux référendums populaires sur le traité de Nice en 2001 et 2002, durant lesquels certains critiques du traité devinrent plus tard les figures de proue des nouveaux partis d'extrême-droite en Irlande, à l'instar de Justin Barrett, le dirigeant du National Party par exemple55. De plus, le traumatisme de la crise économique de 2008, et en particulier de la politique d'austérité budgétaire visant à éponger les dettes des banques commanditée directement par la Troika (Union Européenne, Banque centrale européenne et Fonds Monétaire International) à partir de la fin 2010 est bien présent dans les esprits. Cet état de fait cause la chute du gouvernement mené par Fianna Fáil (centre-droit), sanctionné sévèrement par l'opinion et remplacé par une coalition Fine Gael-Labour dès l'année suivante56. La notion de liberté et de servitude est largement exploitée dans le discours anti-européen de ces partis d'extrême-droite, comme le montre par exemple le Principe 5 des statuts du National Party: « The National Party approaches our membership of the European Union from the principle of refusing to accept the threatened destruction of our Nation’s freedom, and will endeavour to restore those freedoms which have already, unjustly, been given away57 ». Une telle perspective est aussi illustrée par l'appellation « nos vrais maîtres » que Peter O'Loughlin, le dirigeant de l'Identity Ireland, utilise pour désigner l'Union Européenne et ses dirigeants58. Cette servitude de l'Irlande, soumise au tyran européen « autocrate », est souvent assise avec une exploitation de l'histoire de la colonisation de l'Irlande59. L'Union Européenne est comparée à l'Empire britannique, du point de vue de l'exploitation économique, de la privation de libertés et de l'incapacité de l'Irlande à peser sur les décisions prises par l'institution internationale du fait de son faible poids démographique notamment, malgré la contribution économique du pays. Hermann Kelly, le dirigeant de l'Irish Freedom Party, le souligne en ces termes:

  • 60 Kate Demolder, « 'Irexit Freedom Party' to launch in Dublin next weekend », Irish Examiner, 3 septe (...)

Irish men and women have struggled for centuries to leave a political union we were in before; Britain. And that was called the British Empire. And the British Empire as a political union didn't serve our interests because we were 16% in the Westminster Parliament. In the EU Parliament, we are less than 1%. We are less than 1% of the EU population, less than 1% votes in the European parliament – our interests are not served. And if the EU or common market were of any benefit in the 70s and 80s, going forward it's not because now Ireland is a net contributor to the European Union' the Derry native continued.60

19L'Union Européenne comprend 446 millions d'habitants, la République d'Irlande 4.904 millions, ce qui confirme les chiffres énoncés par Kelly61. La République d'Irlande bénéficie de 13 sièges (post-Brexit) sur 705 députés européens62. Son influence est nécessairement mesurée, même si celle-ci ne doit pas être négligée, notamment dans le jeu des alliances politiques.

20L'analyse des méfaits de l'Union Européenne sur la vie politique, économique et sociale en Irlande est partagée par les trois formations politiques d'extrême-droite étudiées. Mais la solution qu'elles prônent n'est pas exactement similaire. En effet, le National Party ne souhaite pas reproduire le Brexit exactement, mais veut d'abord tenter une approche agressive similaire à celle de la Pologne et de la Hongrie au sein des institutions européennes en créant un bloc nationaliste qui puisse influencer les décisions prises par l'Union Européenne et son orientation générale. Si celui-ci ne parvenait pas à se faire entendre, il serait alors temps d'envisager que la République d'Irlande quitte l'UE63. Au contraire, nous l'avons vu, l'existence de l'Irish Freedom Party repose sur le souhait de voir la République d'Irlande quitter l'Union Européenne. Ce souhait est partagé par l'Identity Ireland qui demande un Irexit aussi rapidement que possible, afin de reprendre en main le destin du pays. D'un point de vue économique en particulier, le parti souhaite limiter l'influence de la « finance internationale » et d'un libéralisme économique débridé64. Ainsi, il prône un départ de la zone Euro et un retour à la Livre irlandaise (Punt) pour favoriser des investissements concentrés sur l'économie primaire et ainsi accroître la productivité industrielle du pays qui permettrait l'exploitation de ses ressources naturelles et humaines. En parallèle, le système judiciaire, la Cour Suprême en particulier, doit s'assurer de l'autonomie fiscale de l'Irlande en annihilant les lois européennes intégrées dans le panel législatif national65. C'est aussi une condition pour mettre fin à la libre-circulation des personnes et lutter contre le multiculturalisme et l'immigration de masse, qui, comme nous l'avons vu précédemment, représentent dans le discours de l'extrême-droite un danger économique et culturel66

Conservatisme social

  • 67 « A nation is a people », https://nationalparty.ie/the-national-idea [consulté le 11 mai 2020].
  • 68 Justine McCarthy, « National Party walkout over Varadkar gay slur Justine McCarthy », The Times, 26 (...)
  • 69 « Marriage Equality Referendum: Why I’ll tick that níl box in a pink glitter pen », The Irish Exami (...)

21Tout comme les référendums concernant le traité de Nice, les référendums concernant des évolutions sociétales telles que le mariage homosexuel (2015) et le droit à l'avortement (2018) sont l'occasion pour l'extrême-droite de se rencontrer, de faire entendre sa voix et d'attirer de nouveaux sympathisants. Le National Party en particulier fait preuve d'un conservatisme social très important, inspiré par une conception rigoriste de la religion catholique, et construisant ses valeurs sur les piliers de la famille, la paroisse et la nation67. Justin Barrett a ainsi causé un scandale en affirmant, lors de la conférence annuelle du parti en 2017, que celui-ci était réservé aux Irlandais hétérosexuels, tout en de moquant de l'homosexualité du Taoiseach Leo Varadkar68. Mais les autres partis ne sont pas en reste. Ainsi, dès sa création en 2018, l'Irish Freedom Party est officiellement soutenu par l'activiste gay Paddy Manning qui s'oppose de manière véhémente au mariage homosexuel69. Pourtant, le 22 mai 2015, 62,07% des votants se prononcent en faveur de la modification de l'article 41 de la Constitution, ce qui permet que le Marriage Right Act soit voté la même année.

  • 70 Smyth, L., Abortion and Nation: The Politics of Reproduction in Contemporary Ireland, Abingdon : Ro (...)
  • 71 Site internet du National Party, « National Party Principles », https://nationalparty.ie/principles(...)
  • 72 Hermann Kelly, « Ireland’s new pro-life party leader: Abortion is 'stain' that 'should be removed' (...)
  • 73 Mary Fitzgerald, « Special Report - Far right in Ireland: 'Dark money' and the price of democracy » (...)
  • 74 Ibid.

22Le droit à l'avortement a lui fait l'objet d'une série de référendums en 1983, 1992, 2002 et 2018. Ce dernier a permis l'abolition du 8e amendement de la Constitution, institué à la suite du premier référendum en 1983, qui donnait à la vie du fœtus une aussi grande importance qu'à celle de la mère. En 2018, les suffrages en faveur de la dépénalisation de l'avortement représentent 66,4% des votes, au terme d'une campagne très tendue, qui divise âprement la société irlandaise. Ce résultat permet le passage du Health (Regulation of Termination of Pregnancy) Act la même année qui autorise l'avortement jusqu'à la douzième semaine de grossesse, voire au delà dans le cas d'une anormalité du fœtus ou d'un risque pour la santé de la mère. Les liens entre les questions de l'avortement et du genre, telles qu'elles sont débattues en Irlande, et l'identité nationale irlandaise, notamment en rapport avec la culture catholique de ce pays, ont largement été commentés par les sociologues70. Lors de la campagne précédent le référendum de 2018, les nouveaux partis d'extrême-droite se mobilisent. Le Principe 8 des statuts du National Party est consacré à l'avortement : « The National Party insists that no law should permit the provision of Abortion in Ireland71 ». Cela n'est guère étonnant quand on sait, comme on l'a dit précédemment, que son président, Justin Barrett, a commencé l'activisme politique dans les années 1990 aux côtés de Youth Defence et du Mother and Child Campaign, qui militaient alors déjà contre l'avortement. Le parti est à l'origine de la création du groupe Abortion Never qui œuvre en faveur du refus de l'abolition du huitième amendement de la Constitution. Hermann Kelly, le dirigeant de l'Irish Freedom Party affirme lui aussi que son parti s'oppose à l'avortement, même après l'adoption de la loi de 2018 : « As no nation has a future without children, as a patriotic party we are pro-natalist and supportive of stable families for the procreation, education and rearing of children. [...] The barbarism of abortion, and the general cheapening of life at its beginning and end is a stain on the name of Ireland that should be removed72 ». D'autre part, cette question de l'avortement met de nouveau à jour les réseaux internationaux qui relient les partis d'extrême-droite en Europe. Le groupe CitizenGo, basé à Madrid, en est un exemple parlant puisqu'il s'implique dans la campagne contre l'abolition du huitièmeamendement notamment par le biais d'une pétition, qui rassemble 55 561 signatures, et de l'enregistrement de courtes vidéos à destination des votants73. Cette même campagne est aussi généreusement financée par des organisations de l'ultra-droite chrétienne américaine dont certaines ont une branche ou des relais en Irlande comme Focus on the Family, Human Life International ou encore Tradition, Family, Property74.

  • 75 En réalité, la peine de mort n'était plus à l'ordre du jour depuis bien longtemps. Le dernier conda (...)
  • 76 Site internet de l'Identity Ireland, « Law and order », https://identityireland.org/law.php [consul (...)

23Enfin, l'ordre et la sécurité nationale (law and order) viennent compléter le tableau des chevaux de bataille de ces nouveaux partis d'extrême-droite. Le National Party y consacre le neuvième et ultime Principe de sa constitution en demandant une réforme du système judiciaire pour protéger la société de la criminalité et pour rétablir la peine de mort abolie par la loi en 199075. L'Identity Ireland exploite aussi la question de l'insécurité en dénonçant en particulier la fréquence du récidivisme qui n'est pas contenu par le système judiciaire irlandais. Le parti propose des peines planchers, du travail d'intérêt général pour les infractions mineures et prône une sévérité exemplaire lors de la seconde infraction76.

Une Irlande traditionnaliste

24Le nationalisme des nouveaux partis d'extrême-droite insiste sur l'importance de la culture, de l'histoire et de la langue irlandaise comme un patrimoine (heritage) à préserver qui serait mis en danger par une immigration massive. La diaspora irlandaise est invitée à participer à l'entretien et au développement de ce patrimoine qui est le socle de la nation irlandaise77. Par ailleurs, celui-ci appartient à une population qui s'étend sur les 32 comtés de l'île d'Irlande, comprenant l'Irlande du Nord dont l'existence est en question et ne saurait être renforcée par un Brexit qui ferait de la frontière entre la République d'Irlande et l'Irlande du Nord une frontière extérieure de l'Union Européenne78.

  • 79 Site internet The Tricolour.com, « Election 2020: Irish Freedom Party Finalize 11 Candidates for Ge (...)
  • 80 Justine McCarthy, « National Party walkout over Varadkar gay slur », The Sunday Times, 26 novembre (...)
  • 81 Voir par exemple la vidéo « Those that undermine Nationalism », postée sur You Tube le 15 octobre 2 (...)

25Dans sa constitution, l'Irish Freedom Party propose de renforcer « la langue irlandaise, la culture et l'Irlandité de l'Irlande79 » et Justin Barrett, le président du National Party, reproche au parti politique Fine Gael de ne pas désigner sa conférence annuelle du traditionnel nom gaélique de ard fheis80. Hermann Kelly, le dirigeant de l'Irish Freedom Party, appelle de ses vœux un second Renouveau gaélique (Gaelic Revival), ce mouvement qui, à la fin du XIXe siècle, défend la langue et la culture gaélique dans un climat de nationalisme romantique. Il affiche même sur le site internet du parti un poème bucolique sur l'Irlande qu'il a lui-même rédigé (voir annexe 5). De manière symbolique, Peter O'Loughlin, le dirigeant d'Identity Ireland termine toutes ses allocutions par « Erin Go Brach » (L'Irlande pour toujours), slogan nationaliste qui trouverait son origine dans la rébellion de 1798 contre la couronne britannique, qui voit notamment les United Irishmen bénéficier du soutien de la France81. Cette histoire de résistance contre l'impérialisme, qui est aussi évoquée, nous l'avons vu, pour discourir de l'attaque contre la souveraineté nationale par l'Union Européenne, doit être célébrée et valorisée comme un fondement de l'identité de la nation irlandaise :

  • 82 « We need to take back control of our country, before it’s too late », The Journal.ie, 14 août 2015 (...)

From the rebels of 1798 to the men and women of 1916, Irish identity has brought us together. Catholic or Protestant, landed or un-landed, merchant or peasant, our identity has always linked us together in our drive for freedom from the rule of others. An identity forged through blood, sacrifice and beauty. An identity which defines us today as Irish men and women. An identity whose goal was to create a prosperous, free society and bring out the very best in all Irish people and those who are fully willing to become part of our identity82.

26On notera ici, de la part de l'Identity Ireland, une attention toute particulière donnée à l'inclusion des femmes dans cette histoire de résistance à l'oppresseur britannique, en particulier lors du soulèvement de Pâques de 1916 qui mène à la proclamation de la République d'Irlande. D'autre part, la possibilité d'une assimilation des immigrés ne semble pas entièrement mise de côté, puisqu'ils sont invités à s'approprier cette histoire afin de jouir de l'identité irlandaise. En plus de l'histoire et de la langue, les sports gaéliques sont aussi plébiscités par les partis d'extrême-droite comme une composante à part entière de l'identité irlandaise : « The Gaelic Games were invented to promote Irish identity. Players come from their local community to represent pride and parish. As the Irish population declines, so does the sport's attendance83 ». Les sports gaéliques, très populaires en Irlande, sont régis par la Gaelic Athletic Association et se composent principalement du football gaélique et du hurling. Certains candidats d'extrême-droite s'appuient sur une vision traditionnaliste de l'Irlande pour présenter un visage rassurant, comme John Bowler de l'Irish Freedom Party qui pose avec une casquette en tweed devant un paysage de côte irlandaise (voir annexe 4).

  • 84 Stephen O'Brien, « Irish Freedom Party fails to pull the strings over harp logo », The Times, 5 mai (...)
  • 85 Donal O'Keeffe, « Time for Ireland's new anti-immigration party to answer difficult questions about (...)

27Pour représenter leur parti, les symboles gaéliques sont plébiscités par les nouveaux partis d'extrême-droite (voir annexe 1). Les attributs des rois gaéliques, qui dirigent l'Irlande avant l'invasion normande de 1169, apparaissent sur le logo choisi par l'Identity Ireland. L'enregistrement de l'Irish Freedom Party en tant que parti politique a pris du retard car il voulait intégrer la harpe irlandaise aux trois couleurs de l'Irlande dans son logo, qui aurait ainsi été trop similaire à celui de Fianna Fáil84. D'autre part, comme la croix celtique est utilisée par le parti italien Forza Nuova, précédemment évoqué pour ses liens avec des mouvances d'extrême-droite irlandaise, la croix de Ste Brigid (St Brigid's Cross) est utilisée par des soutiens de l'Identity Ireland, qui n'auront pas manqué de remarquer sa ressemblance avec la swastika nazie85.

Dérapages racistes et résistance de l'antifascisme

Fascisme, racisme et islamophobie

  • 86 Balibar, E., Wallerstein, I., « 3. Racisme et nationalisme » dans Race, Nation, Classe: Les identit (...)
  • 87 Joyce Fegan, « Dozens of far-right social media accounts said to be spreading misinformation in Ire (...)
  • 88 Mark Moloney, « Far Right tries to capitalise on immigration fears », An Phoblacht, 7 mars 2016.
  • 89 Joe Leogue, « Political group Identity Ireland clarifies comments about senior Islamic figure », Th (...)
  • 90 Twitter Identity Ireland, 27 décembre 2016 https://twitter.com/AitheantasEire/status/81375717354523 (...)
  • 91 Vidéo You Tube, « Peter O'Loughlin at the For Britain National Conference 2018 », postée par le For (...)
  • 92 Donal O'Keeffe, « Time for Ireland's new anti-immigration party to answer difficult questions about (...)

28L'étude sociologique des mouvements d'extrême-droite montre que nationalisme et racisme peuvent être liés, même si ce n'est pas toujours le cas86. En Irlande, la plupart des incitations à la haine sont visibles en ligne, diffusés par les réseaux sociaux, comme le montre un rapport publié fin 2018 par Dublin City University, l'Irish Research Council et l'Irish Human Rights and Equality Commission87. Mais ce n'est pas uniquement le cas. Un incident en particulier a terni la réputation de l'Identity Ireland, quand le groupe a, par inadvertance, publié une déclaration au sujet d'Ali Salim, le directeur de l'Islamic Cultural Centre de Dublin et dirigeant du South Dublin Muslim Board qui comprenait la mention suivante: « The sooner we fuck him into the Irish Sea the better88 ». Le groupe a par la suite indiqué qu'il s'agissait d'un « euphémisme » pour indiquer la dangerosité de cet individu considéré comme un militant islamiste intégriste89. Le groupe appelle à fermer l'Islamic Cultural Center of Ireland, renommé « Clonskeagh Conquest Centre of Ireland » sur les réseaux sociaux90. Un discours islamophobe et cherchant à susciter la crainte de l'« islamisation » de l'Irlande est largement développé par Peter O'Loughlin, le dirigeant du parti91. D'autre part, les détracteurs d'Identity Ireland soulignent que l'inauguration du parti a eu lieu, par inadvertance ou non, un 22 juillet, le jour anniversaire du meurtre de 77 personnes par le militant d'extrême-droite norvégien Anders Behring Breivik92

  • 93 Vivienne Clarke, « Ireland’s National Party in favour of racial profiling, says leader », Irish Tim (...)
  • 94 « Leaflets From National Party Branded 'Racist' », Dublin's 98 FM https://www.98fm.com/podcasts/98f (...)
  • 95 Maitiú Ó Coimín, « Google translates Ireland’s far-right ‘National Party’ as ‘Nazi Party’ », Irish (...)

29De son côté, le National Party, lui aussi très réticent à l'immigration de culture musulmane, se déclare en faveur du profilage racial des immigrés, pour des raisons de sécurité, car on peut, d'un coup d'œil, distinguer les individus représentant une menace des autres, selon le président du parti. Justin Barrett attribue même les attentats terroristes de 2015 en France au fait que le pays n'utilise pas cette technique que les défenseurs des droits humains considèrent discriminatoire93. C'est le même parti qui diffuse des prospectus portant la mention « Ireland belongs to the Irish » et fait face à des accusations de racisme94. Une anecdote vient nourrir ce climat délétère lorsque Google Translate propose une traduction en ligne « National Party » par « Nazi Party » et provoque l'ire du parti avec une trentaine de personnes qui se mobilisent devant les locaux de Google à Dublin95.

Une opposition véhémente de l'antifascisme

  • 96 Arlow, J., « Antifa without fascism : the reasons behind the anti-fascist movement in Ireland », Ir (...)
  • 97 Copsey, N., Anti-fascism in Britain, Abingdon: Routledge, 2017, pp.187-222.
  • 98 Eoghan Ó Ceannabháin, « Resisting the Far-Right in Ireland », Rebelnews.ie, 18 décembre 2018, http: (...)
  • 99 Mark Malone, « The Far Right in Ireland », 12 décembre 2019, https://www.brexitblog-rosalux.eu/2019 (...)
  • 100 Site internet du Workers'Party, « Cancellation proves lack of support for far right 'National Party (...)

30Un facteur important dans l'absence de développement des partis d'extrême-droite en République d'Irlande est la réaction immédiate et musclée de groupes antifascistes, dès la création de ces nouveaux partis d'extrême-droite. Comme le souligne Jonathan Arlow, il s'agit d'un effort concerté et parfois préventif pour limiter l'espace politique dans lequel l'extrême-droite pourrait se développer, la museler et lui interdire la scène publique, au prix parfois de l'utilisation de la violence physique96. Exemple est pris sur l'action d'un rassemblement de groupes antifascistes (syndicats, groupes anti-racistes, groupes étudiants, groupes d'aide aux migrants, ONG) en Grande-Bretagne et en Irlande du Nord où l'influence de l'extrême-droite est présente depuis de plus nombreuses années et a tenté de se mobiliser dans le contexte du Brexit97. La force du nombre est importante pour submerger les manifestations de l'extrême-droite mais aussi, comme c'est parfois le cas, pour attaquer physiquement les participants98. Cette double stratégie n'est possible que par une veille rigoureuse, notamment en ligne et sur les réseaux sociaux, pour identifier les acteurs et les intentions de ces groupements d'extrême-droite99. Les anarchistes et les partis d'extrême-gauche comme le Workers' Party sont engagés de manière ouverte dans cette lutte100

  • 101 « The reaction to the Irish National Party shows the left has learned little from Trump and Brexit (...)
  • 102 The Kilkenny Journal, « Luas ambush was set up by RTE film company! », 1er avril 2016 & « Attack on (...)
  • 103 Olivia Kelleher, « Identity Ireland disappointed with political response to attack », Irish Times, (...)
  • 104 Eoghan Ó Ceannabháin, « Resisting the Far-Right in Ireland », Rebelnews.ie, 18 décembre 2018, http: (...)

31Tous les partis d'extrême-droite sont pris pour cible. Par exemple, le National Party ne parvient pas à tenir son inauguration devant la presse en 2016, face à la véhémence de manifestants venus perturber l'événement101. La même année, mais de manière plus musclée, Peter O'Loughlin, le dirigeant de l'Identity Ireland, est violemment attaqué par quinze activistes armés de barres de fer et masqués qui l'agressent dans le tramway de Dublin, le Luas, alors qu'il se rend au centre-ville, suivi par une équipe de RTÉ, pour lancer la branche irlandaise de Pegida102. Par la suite, O'Loughlin regrettera la faible empathie dont fait preuve la classe politique irlandaise dans son ensemble et Pegida Ireland ne verra jamais le jour103. Enfin, en 2018, l'Irish Freedom Party tente d'organiser une veille silencieuse en protestation contre le pacte de migration de l'ONU pour renforcer la coopération renforcée entre Etats dans le domaine migratoire. Les opposants sont en surnombre malgré la centaine de militants d'extrême-droite présents et parviennent à étouffer la manifestation. Certains militants antifascistes « durs » poursuivent des militants d'extrême-droite dans la rue et jusque dans les pubs et les magasins de Talbot Street104.

Conclusion

  • 105 « A look inside the angry, fractured world of Ireland's 'yellow vests' », The Journal.ie, 19 janvie (...)
  • 106 Colin Gleeson, « Hundreds clash in violent exchanges at Dublin protest », The Irish Times, 10 octob (...)

32La récente propagation de mouvements contestataires depuis l'Union Européenne jusqu'à l'occidentale Irlande et l'accentuation de clivages au sein de la société sont illustrés quand une cinquantaine de gilets jaunes (Yellow Vests Ireland) qui manifestent devant Custom House en janvier 2019, à Dublin, sont pris à parti par le mouvement antifasciste qui les accuse de racisme et de rejet des immigrés105. De la même manière, en octobre 2020, des centaines de personnes s'affrontent dans les rues de Dublin, à l'occasion de manifestations soutenues par le National Party contre les mesures prises par l'Etat irlandais pour lutter contre le coronavirus – port du masque obligatoire et limitation des rassemblements dans l'espace public, fermeture des pubs. C'est de nouveau le mouvement antifasciste qui organise une riposte musclée106.

  • 107 Pour l'expression « European patriots », voir Caiani, M., Della Porta, D., « Chapter 17: The Radica (...)

33L'étude des trois formations politiques d'extrême-droite récemment créées en Irlande a montré que leur remise en cause du « vivre-ensemble » est à la fois inspirée et entretenue par les courants internationaux qui traversent les démocraties occidentales, l'Union Européenne et le Royaume-Uni voisin en particulier. Le paradoxe de ces réseaux d'activistes qui se décrivent comme des « patriotes européens » mais qui prônent pourtant une fermeture des frontières nationales et un renfermement sur les mythes d'une culture nationale figée dans un passé fantasmé n'est pas sans susciter la critique de l'ensemble de la classe politique irlandaise, de gauche comme de droite107.

  • 108 « Sinn Féin votes to liberalise abortion law in Northern Ireland », The Guardian, 16 juin 2018.

34Il ne faut pas surestimer le soutien à ces nouveaux partis d'extrême-droite, qui demeure aujourd'hui anecdotique, mais négliger leur impact sur la scène politique plus largement serait également une erreur. Le paysage politique irlandais semble, depuis les élections de 2020, abandonner les divisions ancrées par la guerre civile irlandaise pour se redessiner suivant un clivage doite/gauche plus coutumier aux démocraties occidentales. On peut légitimement se demander quelle place prendra l'extrême-droite dans ce schéma, alors même que les revendications qui pourraient l'aider à remporter les suffrages des déçus de la mondialisation sont déjà largement exploités par le parti républicain Sinn Féin : droit au logement, accès au système de santé, soutien aux droits des travailleurs, augmentation des aides sociales, lutte contre le libéralisme économique. Les différences idéologiques avec le Sinn Féin demeurent très importantes sur toutes les thématiques constitutives de ces partis d'extrême-droite, que ce soit l'immigration qui n'est pas rejetée par le nationalisme inclusif du Sinn Féin, l'Union Européenne, que le Sinn Féin a, au cours de son histoire, appris à parfois considérer comme une alliée, ou encore le conservatisme social avec les questions du mariage homosexuel ou du droit à l'avortement soutenu par le parti en Irlande du Nord108. Les récurrentes dérives racistes et islamophobes de certains dirigeants de ces formations d'extrême-droite en font un repoussoir qui pourrait, in fine, bénéficier à ses adversaires politiques.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires :

Presse générale et politique, nationale et locale

An Phoblacht

Breakingnews.ie

Broadsheet.ie

Dublin's 98 FM

Guardian

Irish Examiner

Irish Times

Irishcentral

Newstalk

Newstalk

Rebelnews.ie

RTÉ 2

Socialist Republic Media

The Independent

The Independent

The Irish Examiner

The Irish News

The Journal.ie

The Kilkenny Journal

The Mirror

The Phoenix

Rapports et publications officielles

Project Ireland 2040, <https://www.gov.ie/en/campaigns/09022006-project-ireland-2040>

HateTrack: Tracking and Monitoring Racist Hate Speech Online, novembre 2018, <https://www.ihrec.ie/documents/hatetrack-tracking-and-monitoring-racist-hate-speech-online>

Sites internet

Chaîne You Tube de l'Identity Ireland, <https://www.youtube.com/channel/UCM8JZqPyRPSsYDpuieZNDjA>

Chaîne You Tube du For Britain Movement, <https://www.youtube.com/channel/UCwlQXl9jWV06Bb6d_GFaaEQ>

Compte Twitter de Generation Identity Ireland & Northern Ireland <https://twitter.com/gid_ireland?lang=en>

Compte Twitter de Irish Students Against Globalisation, <https://twitter.com/irishantifa?lang=en>

CSO Ireland Statistics, <https://www.cso.ie/en>

Eurostat <https://ec.europa.eu/eurostat/home?>

Life Site <https://www.lifesitenews.com>

Site internet de John Bowler, <https://www.radiokerry.ie/john-bowler-irish-freedom-party>

Site internet de l'European movement <https://www.europeanmovement.ie>

Site internet de l'Identity Ireland, <https://identityireland.org>

Site internet de l'Irish Freedom Party, <https://www.irishfreedom.ie>

Site internet du National Party, < (https://nationalparty.ie>

Site internet de Yellow Vests Ireland, <https://yellowvestireland.com>

Site internet du Workers'Party, <https://workersparty.ie>

The Tricolour <http://www.thetricolour.com>

Sources secondaires

Albertazzi, D., McDonnell, D., eds., Twenty-First Century Populism: The Spectre of Western European Democracy, Basingstoke : Palgrave, 2003.

Arlow, J., « Antifa without fascism: the reasons behind the anti-fascist movement in Ireland », Irish Political Studies, vol. 35, n° 1, 2020, pp. 115-137.

Balibar, E., Wallerstein, I., « 3. Racisme et nationalisme » dans Race, nation, classe: Les Identités ambigües, Paris : La Découverte, 2007, pp. 54-92.

Caiani, M., Della Porta, D., « Chapter 17: The Radical Right as Social Movement Organizations » dans Rydgren, J., The Oxford Handbook of the Radical Right, Oxford : Oxford University Press, 2018, pp. 327-360

Copsey, N., Anti-fascism in Britain, Abingdon : Routledge, 2017.

Cronin, M., « The Blueshirt Movement, 1932-5: Ireland's Fascists? », Journal of Contemporary History, vol.30, n°2, 1995, pp. 311-332.

Garner, S., « Ireland and immigration: explaining the absence of the far right », Patterns of Prejudice, vol.41, n°2, 2007, pp. 109-130

Garner, S., « Ireland: From racism without 'race' to racism without racists », Radical History Review, vol.104, 2009, pp. 41-56

Golder, M., « Far Right Parties in Europe », Annual Review of Political Science, vol.19, 2016, pp. 477-497, 2016

Halla, M., Wagner, A., Zweimüller, J., « Immigration and voting for the far-right », Journal of the European Economic Association, vol.15, n°6, 2017, pp. 1341-1385.

Ignazi, P., Extreme Right Parties in Western Europe, Oxford : Oxford University Press, 2006.

Lucassen, G., Lubbers., M. « Who Fears What? Explaining Far-Right-Wing Preference in Europe by Distinguishing Perceived Cultural and Economic Ethnic Threats », Comparative Political Studies vol.45, n°5, mai 2012, pp. 547-574.

Maillot, A., New Sinn Féin: Irish Republicanism in the Twenty-First Century, Abingdon : Routledge, 2005.

Massetti, E., « Left-wing regionalist populism in the ‘Celtic’ peripheries: Plaid Cymru and the Scottish National Party’s anti-austerity challenge against the British elites », Comparative European Politics, vol.17, 2018, pp. 237-253.

Mudde, C., « The war of words: Defining the extreme right party family », West European Politics, vol.19, 1996, pp. 225-248.

O'Malley, E., « Why is there no radical right party in Ireland? », West European Politics, vol.31, n°5, 2008, pp. 960-977.

Rault, C., « Pooling, Gaining or Losing Sovereignty? Conflicting Definitions of Irish Sovereignty in the Political Discourse on European Integration », Review of Irish Studies in Europe, vol.3, n°2, 2020, pp. 108-125.

Schor, R., « L'extrême droite française et les immigrés en temps de crise. Années trente-années quatre vingts », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol.12, n°2, 1996, pp. 241-260.

Smyth, L., Abortion and Nation: The Politics of Reproduction in Contemporary Ireland, Abingdon : Routledge, 2005

Yılmaz F., « Right-wing hegemony and immigration: How the populist far-right achieved hegemony through the immigration debate in Europe », Current Sociology, vol.60, n°3, 2012, pp. 368-381.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Logo du parti Identity Ireland

Annexe 2 : Affiche électorale de l'Irish Freedom Party, élections européennes de 2019

Annexe 3 : Propagande publiée par Generation Identity Ireland and Northern Ireland (2019) 109

Annexe 4 : Affiche électorale de John Bowler (Irish Freedom Party), élections législatives de 2020

Annexe 5 : Poème écrit par Hermann Kelly en 1988 et figurant sur le site de l'Irish Freedom Party110

An Bradán Feasa.

The Sun
before intense,
but now a mellow far distant glimmer.

And under the soft flowing
stream lies the silver bodied salmon beating
an ephemeral spectral shimmer.

Enshrouded in the wind’s lazy lament,
Enamoured by the water’s caress
From its final destiny,
This wild lithe creature will not digress.

Over the purple hued heather
The melodic wind meekly blows
Around the bray, between the branches of the thicket.

From Glentogher and the glacial mountains of Noire Veigh
Omnipresent a soft lilting sigh,
Permeating gently throughout the valley

Gaelic whispers of immortality.

Haut de page

Notes

1 Cronin, M., « The Blueshirt Movement, 1932-5: Ireland's Fascists? », Journal of Contemporary History, vol.30, n°2, 1995, p. 311.

2 Pour le lien direct entre crise économique et crainte de l'immigration, voir Schor, R., « L'extrême droite française et les immigrés en temps de crise. Années trente-années quatre-vingts », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol.12, n°2, 1996, pp. 241-260 et pour les caractéristiques des partis d'extrême-droite, voir Mudde, C., « The war of words: Defining the extreme right party family », West European Politics, vol. 19, 1996, pp. 225-48.

3 Voir par exemple Garner, S., « Ireland and immigration: explaining the absence of the far right », Patterns of Prejudice, vol.41, n°2, 2007, pp. 109-130; Garner, S., « Ireland: From racism without “race” to racism without racists », Radical History Review, vol.104, 2009, pp. 41-56.

4 Voir « The equality agenda » dans Maillot, A., New Sinn Féin: Irish Republicanism in the Twenty-First Century, Abingdon : Routledge, 2005, pp. 101-129. Certains commentateurs font le constat d'un même positionnement adopté par le Scottish National Party avec son discours anti-austérité qui suit la crise économique de 2008. Voir par exemple Massetti, E., « Left-wing regionalist populism in the ‘Celtic’ peripheries: Plaid Cymru and the Scottish National Party’s anti-austerity challenge against the British elites », Comparative European Politics, vol.17, 2018, pp. 237-253.

5 O'Malley, E., « Why is there no radical right party in Ireland? », West European Politics, vol.31, n°5, 2008, pp. 960-977. Comme O'Malley, nous utiliserons la définition de « populisme » proposée par Albertazzi et McDonnell, c'est à dire l'opposition entre « un peuple vertueux et homogène et un ensemble d'élites et d'altérités dangereuses » (« a virtuous and homogenous people against a set of elites and dangerous ‘others’ »). Voir Albertazzi, D., McDonnell, D., eds., Twenty-First Century Populism: The Spectre of Western European Democracy, Basingstoke : Palgrave, 2003, p. 3.

6 Newstalk, « Identity Ireland sees 25%, increase in membership since yesterday », 23 juillet 2015, https://www.newstalk.com/newstalk-breakfast/identity-ireland-political-party-protests-peter-oloughlin-migrants-economy-sovereignty-647328 [consulté le 11 mai 2020].

7 <Erreur ! Référence de lien hypertexte non valide. consulté le 11 mai 2020.

8 « Identity Ireland's failure to launch », The Phoenix, 7 mai 2019.

9 « Do UKIP In The NIP? », Broadsheet.ie,

16 janvier 2014 https://www.broadsheet.ie/2014/01/16/ukip-have-been-in-contact [consulté le 11 mai 2020].

10 « patriotic revolution sweeping over Europe ». Voir vidéo You Tube postée par The For Britain Movement, 28 septembre 2018, https://www.youtube.com/watch?v=jNl__YPyv8w [consulté le 11 mai 2020].

11 Voir photographie postée par Irish Students Against Globalisation sur Twitter le 5 janvier 2020 lors d'une conférence à Cork, https://twitter.com/IrishAntifa/status/1213905354813300741 [consulté le 11 mai 2020] et « Who Leads the Irish Far Right », Socialist Republican Media, 15 août 2019 https://socialistrepublicanmedia.home.blog/2019/08/15/who-leads-the-irish-far-right [consulté le 11 mai 2020] & Mark Moloney, « Far Right tries to capitalise on immigration fears », An Phoblacht, 7 mars 2016.

12 Rachel Lavine, « Violent clashes at launch of Irish branch of Pegida », The Independent, 7 février 2016.

13 La loi irlandaise précise qu'un Third Party est un groupe distinct d'un parti politique et habilité à accepter des contributions financières d'une valeur supérieure à 100 euros au cours d'une année civile.

14 Juno McEnroe, « National Party president wants immigrants to leave », 18 novembre 2016, The Irish Examiner & Simon Carswell, « Irexit conference: 'I am hoping something comes of this' » Irish Times, 3 février 2018. Sur le site de John Bowler, candidat aux élections législatives de 2020, les slogans de Trump sont repris à la mode irlandaise : « With a vote for me and the Irish Freedom Party, residents of Kerry will have an elected official who will put the interests of the IRISH people FIRST. FIRST for jobs, FIRST for housing, FIRST for healthcare ». Voir https://www.radiokerry.ie/john-bowler-irish-freedom-party [consulté le 11 mai 2020]. Le Doonbeg Hotel est situé sur la baie de Doughmore, dans le comté de Clare.

15 « Who Leads the Irish Far Right? », Socialist Republican Media, 15 août 2019 & Vivienne Clarke, « Party in favour of racial profiling, says leader », Irish Times, 18 novembre 2016.

16 « Dublin hotel cancels launch of new extreme right-wing party which had been planned for tomorrow », The Journal.ie, 16 novembre 2016.

17 « considerably more than a few hundred ». Voir Vivienne Clarke, « Party in favour of racial profiling, says leader », Irish Times, 18 novembre 2016.

18 Ignazi, P., Extreme Right Parties in Western Europe, Oxford: Oxford University Press, 2006, pp.79-82 & « Election 2020 : National Party field 10 Candidates in first ever Election », Elections Watch, 17 janvier 2020 http://www.thetricolour.com/Articles/183/News/politics/Election-2020-:-National-Party-field-10-Candidates-in-first-ever-Election/l4532138 [consulté le 11 mai 2020].

19 Ibid. La République d'Irlande utilise le système du vote unique transférable qui permet un système de représentation proportionnelle avec la représentation des petits partis politiques.

20 Henry McDonald, The Guardian, « Anti-Nice campaigner's dark secret boosts Ahern's chances », 13 octobre 2002.

21 « National party president wants immigrants to leave », Juno McEnroe, The Irish Examiner, 18 novembre 2016.

22 « The Irexit-focused 'Irish Freedom Party' has been officially registered », https://www.reddit.com/r/irishpolitics/comments/c0k0nc/the_irexitfocused_irish_freedom_party_has_been [consulté le 11 mai 2020] & « Irish Freedom Party Finally Registers », The Phoenix, 21 juin 2019.

23 https://www.irishfreedom.ie [consulté le 11 mai 2020].

24 « Irexit: Could it be Ireland’s next big political movement? », Simon Carswell, 10 février 2018, Irish Times.

25 « A party is being launched today that's calling for Ireland to leave the EU », The Journal.ie, 8 septembre 2018.

26 Un petit scandale a débuté quand Hermann Kelly a été vu en train de partager des verres dans un pub avec une dizaine de républicains irlandais qui chantaient des chants pro IRA à proximité du Parlement européen. Voir Lee Harpin, « Nigel Farage's key aide in IRA outrage as he's revealed as hardline Irish Republica », The Mirror, 28 mai 2016 & Harry McGee, « Political party seeking Irish EU exit to be launched », Irish Times, 2 septembre 2018.

27 Marie-Louise McConville, « Watch: Bizarre 'smashing' video by MEP candidate Ben Gilroy goes viral », The Irish News, 22 mai 2019.

28 Site internet The Tricolour, « Election 2020: Irish Freedom Party Finalize 11 Candidates for General Election », 23 janvier 2020, http://www.thetricolour.com/Articles/183/News/politics/Election-2020-:-Irish-Freedom-Party-announces-9th-Candidate-for-General-Election/l4532194 [consulté le 11 mai 2020].

29 Peter Stubley, « Mixed race couple from Lidl advert to leave Ireland over death threat and online abuse », The Independent, 6 octobre 2019.

30 « Election 2020: Far-right candidates put in dismal showing », Irish Times, Conor Gallagher, 10 février 2020.

31 Cormac McQuinn, « TD claims Irish people who are 'hungry in the streets' should be prioritised over immigrants », The Irish Independent, 17 septembre 2019.

32 « Election 2020: Far-right candidates put in dismal showing », Irish Times, Conor Gallagher, 10 février 2020 & Una Mullally, « Far-right ideology is entering mainstream politics in Ireland », Irish Times, 25 novembre 2019.

33 Lucassen, G., Lubbers., M., « Who Fears What? Explaining Far-Right-Wing Preference in Europe by Distinguishing Perceived Cultural and Economic Ethnic Threats », Comparative Political Studies vol.45, n°5, mai 2012, pp. 547-574 & Golder, M., « Far Right Parties in Europe », Annual Review of Political Science, vol.19, 2016, pp. 477-497.

34 Des activistes participent aux actions de l'Immigration Control Platform et sont aussi membre des formations politiques étudiées, comme Ted Neville pour l'Identity Ireland par exemple. Voir Mark Moloney, « Far Right tries to capitalise on immigration fears », An Phoblacht, 7 mars 2016.

35 Yılmaz, F., « Right-wing hegemony and immigration: How the populist far-right achieved hegemony through the immigration debate in Europe », Current Sociology, vol.60, n°3, 2012, pp. 368-381.

36 O'Malley, E., 2008, p. 117.

37 Halla, M., Wagner, A., Zweimüller, J., « Immigration and voting for the far-right », Journal of the Eureopean Economic Association, vol.15, n°6, 2017, pp. 1341-1385.

38 CSO Ireland statistics 2019, https://www.cso.ie/en/releasesandpublications/er/pme/populationandmigrationestimatesapril2019 [consulté le 11 mai 2020].

39 CSO Ireland statistics 2016, https://www.cso.ie/en/releasesandpublications/ep/p-cp7md/p7md/p7anii [consulté le 11 mai 2020]. Cette catégorie d'immigrés arrivés en 2019 représenterait donc 30 567 personnes, soit 1,61% de la population irlandaise totale recensée cette année-là.

40 « FactCheck: Does this tweet show the decline of the 'ethnic Irish' population from 2040 onward? », The Journal.ie, 16 janvier 2019.

41 https://twitter.com/GID_Ireland/status/1098567968227758082 [consulté le 11 mai 2020] & prospectus posté par Generation Identity Ireland & Northern Ireland le 17 mars 2019 sur Twitter : https://twitter.com/GID_Ireland/status/1107348455133990912 [consulté le 11 mai 2020].

42 Project Ireland 2040, https://www.gov.ie/en/campaigns/09022006-project-ireland-2040/

43 « IRELAND 2040 Peter O' Loughlin Identity Ireland European candidate Ireland South », 15 mai 2019, https://www.youtube.com/watch?v=WNyjL_7IQfs [consulté le 11 mai 2020] & Juno McEnroe, « National party president wants immigrants to leave », The Irish Examiner, 18 novembre 2016.

44 Site internet de l'Identity Ireland, « Immigration », https://identityireland.org/immigration.php [consulté le 11 mai 2020].

45 Post sur Twitter de Generation Identity Ireland & Northern Ireland, 1er mars 2019, https://twitter.com/gid_ireland Generation Identity Ireland & Northern Ireland & https://twitter.com/GID_Ireland/status/1101414036615380992 [consultés le 11 mai 2020].

46 Site internet du National Party, « National Party Principles », https://nationalparty.ie/principles [consulté le 11 mai 2020].

47 Ibid.

48 Site internet du National Party, « The National Idea », https://nationalparty.ie/principles/.https://nationalparty.ie/the-national-idea [consulté le 11 mai 2020].

49 Voir les exemples de Carrickmacross ou Oughterard, « 'A Lightning Rod': Anti-immigrant rhetoric, Ireland's Direct Provision system and Carrickmacross », The Journal.ie, 29 octobre 2019 & Hary McGee, « We have all nationalities in Oughterard as it is », Irish Times, 14 septembre 2019.

50 Peter O'Loughlin, « We need to take back control of our own country before it's over », The Journal.ie, https://www.thejournal.ie/readme/identity-ireland-2271968-Aug2015 [consulté le 11 mai 2020].

51 Jon Stone, The Independent, « Support for EU membership above 80% in most member states amid Brexit mess », 26 avril 2019 & European Movement, « Ireland and the EU Poll 2020 », (20-25 March 2020) https://www.europeanmovement.ie/programmes/ireland-and-the-eu-poll [consulté le 11 mai 2020].

52 Rault, C., « Pooling, Gaining or Losing Sovereignty? Conflicting Definitions of Irish Sovereignty in the Political Discourse on European Integration », Review of Irish Studies in Europe, vol.3, n°2, 2020, p. 114.

53 Garner, S., 2007, p. 116.

54 « Irexit party launches billboard campaign across Ireland », Breaking news.ie, 28 mars 2019 & Irish Examiner, « Freedom Party Launches IrExit Billboard Campaign Across Ireland », 28 mars 2019.

55 Henry McDonald, « Anti-Nice campaigner's dark secret boosts Ahern's chances », The Guardian, 13 octobre 2002; Francis O. Donnell, « Fascist Link of 'No to Nice' Chief »,
Sunday Mirror, 29 septembre 2002 & Scott Millar, « No to Nice campaign head linked to fascists », The Times, 13 octobre 2002. En 2001 et 2002, la République d'Irlande vote pour modifier la Constitution irlandaise afin de ratifier le Traité de Nice. Alors que 53,87% des voix s'opposent à l'amendement proposé en 2001, la seconde version de 2002 a plus de succès et remporte 62,89% des voix.

56 « Irish Freedom Party unveils Irexit billboards across Ireland amid Brexit crisis », IrishCentral.com, 29 mars 2019, https://www.irishcentral.com/news/politics/irish-freedom-party-irexit-billboards [consulté le 11 mai 2020].

57 Site internet du National Party, « National Party Principles », https://nationalparty.ie/principles [consulté le 11 mai 2020].

58 Peter O'Loughlin, « We need to take back control of our country, before it’s too late », The Journal.ie., 14 août 2015.

59 https://identityireland.org/europe.php [consulté le 11 mai 2020] & Peter O'Loughlin, « The Irish people are being taken advantage of », Kilkenny People, 14 mai 2016.

60 Kate Demolder, « 'Irexit Freedom Party' to launch in Dublin next weekend », Irish Examiner, 3 septembre 2018.

61 Eurostat, 2020, https://ec.europa.eu/eurostat/tgm/table.do?tab=table&language=en&pcode=tps00001&tableSelection=1&footnotes=yes&labeling=labels&plugin=1 [consulté le 11 mai 2020].

62 Le nombre de députés européens irlandais a fluctué entre 11 et 15 depuis les premières élections européennes directes organisées en 1979.

63 Site internet du National Party, « The National Idea », https://nationalparty.ie/the-national-idea [consulté le 11 mai 2020].

64 Site internet de l'Identity Ireland, « About », https://identityireland.org/about.php [consulté le 11 mai 2020].

65 Site internet du National Party, « The national idea », https://nationalparty.ie/the-national-idea [consulté le 11 mai 2020].

66 « Dublin hotel cancels launch of new extreme right-wing party which had been planned for tomorrow », The Journal.ie, 16 novembre 2016 & site internet de l'Identity Ireland, « About », https://identityireland.org/about.php [consulté le 11 mai 2020].

67 « A nation is a people », https://nationalparty.ie/the-national-idea [consulté le 11 mai 2020].

68 Justine McCarthy, « National Party walkout over Varadkar gay slur Justine McCarthy », The Times, 26 novembre 2017.

69 « Marriage Equality Referendum: Why I’ll tick that níl box in a pink glitter pen », The Irish Examiner, 20 mai 2015.

70 Smyth, L., Abortion and Nation: The Politics of Reproduction in Contemporary Ireland, Abingdon : Routledge, 2005, pp. 33-49.

71 Site internet du National Party, « National Party Principles », https://nationalparty.ie/principles [consulté le 11 mai 2020].

72 Hermann Kelly, « Ireland’s new pro-life party leader: Abortion is 'stain' that 'should be removed' », Lifesite, 28 janvier 2019, https://www.lifesitenews.com/news/hermann-kelly [consulté le 11 mai 2020].

73 Mary Fitzgerald, « Special Report - Far right in Ireland: 'Dark money' and the price of democracy », Irish Examiner, 10 juin 2019.

74 Ibid.

75 En réalité, la peine de mort n'était plus à l'ordre du jour depuis bien longtemps. Le dernier condamné à mort a été exécuté en 1954. Site internet du National Party, « National Party Principles », https://nationalparty.ie/principles [consulté le 11 mai 2020].

76 Site internet de l'Identity Ireland, « Law and order », https://identityireland.org/law.php [consulté le 11 mai 2020].

77 Sites internet de l'Irish Freedom Party – https://www.irishfreedom.ie [consulté le 11 mai 2020] et de l'Identity Ireland - https://identityireland.org/about.php [consulté le 11 mai 2020].

78 Site internet du National Party, « The National Idea », https://nationalparty.ie/the-national-idea [consulté le 11 mai 2020] & site internet de l'Irish Freedom Party, « Principles », https://www.irishfreedom.ie/principles [consulté le 11 mai 2020].

79 Site internet The Tricolour.com, « Election 2020: Irish Freedom Party Finalize 11 Candidates for General Election », 23 janvier 2020, http://www.thetricolour.com/Articles/183/News/politics/Election-2020-:-Irish-Freedom-Party-announces-9th-Candidate-for-General-Election/l4532194 [consulté le 11 mai 2020].

80 Justine McCarthy, « National Party walkout over Varadkar gay slur », The Sunday Times, 26 novembre 2017.

81 Voir par exemple la vidéo « Those that undermine Nationalism », postée sur You Tube le 15 octobre 2019 par l'Identity Ireland, https://www.youtube.com/watch?v=NZlMXdfF6PA&feature=youtu.be [consulté le 11 mai 2020].

82 « We need to take back control of our country, before it’s too late », The Journal.ie, 14 août 2015, https://www.thejournal.ie/readme/identity-ireland-2271968-Aug2015 [consulté le 11 mai 2020].

83 Post Twitter de Generation Identity Ireland & Northern Ireland, 30 juin 2019, https://twitter.com/gid_ireland [consulté le 11 mai 2020].

84 Stephen O'Brien, « Irish Freedom Party fails to pull the strings over harp logo », The Times, 5 mai 2019.

85 Donal O'Keeffe, « Time for Ireland's new anti-immigration party to answer difficult questions about its members », The Journal.ie, 4 août 2015.

86 Balibar, E., Wallerstein, I., « 3. Racisme et nationalisme » dans Race, Nation, Classe: Les identités ambigües, Paris: La Découverte, 2007, pp. 54-92.

87 Joyce Fegan, « Dozens of far-right social media accounts said to be spreading misinformation in Ireland », The Irish Examiner, 10 juin 2019 & HateTrack: Tracking and Monitoring Racist Hate Speech Online, novembre 2018, https://www.ihrec.ie/documents/hatetrack-tracking-and-monitoring-racist-hate-speech-online [consulté le 11 mai 2020].

88 Mark Moloney, « Far Right tries to capitalise on immigration fears », An Phoblacht, 7 mars 2016.

89 Joe Leogue, « Political group Identity Ireland clarifies comments about senior Islamic figure », The Irish Examiner, 20 janvier 2016.

90 Twitter Identity Ireland, 27 décembre 2016 https://twitter.com/AitheantasEire/status/813757173545234432 [consulté le 11 mai 2020].

91 Vidéo You Tube, « Peter O'Loughlin at the For Britain National Conference 2018 », postée par le For Britain Movement le 28 septembre 2018 https://www.youtube.com/watch?v=jNl__YPyv8w [consulté le 11 mai 2020].

92 Donal O'Keeffe, « Time for Ireland's new anti-immigration party to answer difficult questions about its members », The Journal.ie, 4 août 2015 & Joe Leogue, « Anti-racism protesters disrupt political party Identity Ireland’s launch », The Irish Examiner, 23 juillet 2015.

93 Vivienne Clarke, « Ireland’s National Party in favour of racial profiling, says leader », Irish Times, 18 novembre 2016.

94 « Leaflets From National Party Branded 'Racist' », Dublin's 98 FM https://www.98fm.com/podcasts/98fm-39-s-dublin-talks/leaflets-national-party-branded-racist [consulté le 11 mai 2020] & « Ireland's newest political party says racism accusations are 'nonsense' », The journal.ie, 24 juillet 2015.

95 Maitiú Ó Coimín, « Google translates Ireland’s far-right ‘National Party’ as ‘Nazi Party’ », Irish Central, 20 septembre 2019, https://www.irishcentral.com/news/the-national-party-the-nazi-party [consulté le 11 mai 2020] & « Who Leads the Irish Far Right », Socialist Republican Media, 15 août 2019 https://socialistrepublicanmedia.home.blog/2019/08/15/who-leads-the-irish-far-right [consulté le 11 mai 2020].

96 Arlow, J., « Antifa without fascism : the reasons behind the anti-fascist movement in Ireland », Irish Political Studies, vol. 35, n° 1, 2020, pp. 115-137 ; « Ireland's secretive anti-fascist group says far-right here can be 'extremely violent and dangerous », The Journal.ie, 25 février 2018.

97 Copsey, N., Anti-fascism in Britain, Abingdon: Routledge, 2017, pp.187-222.

98 Eoghan Ó Ceannabháin, « Resisting the Far-Right in Ireland », Rebelnews.ie, 18 décembre 2018, http://www.rebelnews.ie/2018/12/18/2731 [consulté le 11 mai 2020].

99 Mark Malone, « The Far Right in Ireland », 12 décembre 2019, https://www.brexitblog-rosalux.eu/2019/12/12/the-far-right-in-ireland-narratives-strategies-and-left-responses-part-1 [consulté le 11 mai 2020].

100 Site internet du Workers'Party, « Cancellation proves lack of support for far right 'National Party' », 16 novembre 2016, https://workersparty.ie/cancellation-proves-lack-of-support-for-far-right-national-party [consulté le 11 mai 2020].

101 « The reaction to the Irish National Party shows the left has learned little from Trump and Brexit », Newstalk, 19 novembre 2016, https://www.newstalk.com/news/echo-chambers-alt-right-ireland-564295 [consulté le 11 mai 2020].

102 The Kilkenny Journal, « Luas ambush was set up by RTE film company! », 1er avril 2016 & « Attack on the Luas », RTÉ2, 30 mars 2016, https://www.youtube.com/watch?v=boMVNCMJNNA&fbclid=IwAR21O6DYYxeKUfDJQxTK5Ryr4K6ccgjQu_3MLpsMOV-BSVKS7x2BFrKlqCU&has_verified=1 [consulté le 11 mai 2020].

103 Olivia Kelleher, « Identity Ireland disappointed with political response to attack », Irish Times, 9 février 2016 & Peter O'Loughlin, « We need to take back control of our country, before it’s too late », The Journal.ie, 14 août 2015.

104 Eoghan Ó Ceannabháin, « Resisting the Far-Right in Ireland », Rebelnews.ie, 18 décembre 2018, http://www.rebelnews.ie/2018/12/18/2731 [consulté le 11 mai 2020].

105 « A look inside the angry, fractured world of Ireland's 'yellow vests' », The Journal.ie, 19 janvier 2019. Site internet du mouvement Yellow Vests Ireland, « Yellow Vests Ireland », https://yellowvestireland.com [consulté le 6 octobre 2020]. Le mouvement des gilets jaunes est un mouvement de contestation apparu en France en 2018, à l'origine en réaction à l'augmentation du prix du carburant à la suite de l'introduction d'une taxe, mais qui porte un message revendicatif plus large sur le coût de la vie, le délaissement de certains territoires, la méfiance de la classe politique, le rejet de l'autorité policière de l'Etat. En République d'Irlande, leurs homologues s'organisent dès décembre 2018 et mènent plusieurs dizaines d'actions, notamment contre les inégalités dans l'accès au logement, les bas salaires, la corruption de la classe politique irlandaise et des banques, les taxes d'Etat et les privatisations d'organismes publics permettant l'accès à l'eau et aux ressources primaires, parmi de nombreuses demandes. Deux ans après la création du mouvement Yellow Vests Ireland, 50 000 sympathisants le soutiennent sur les réseaux sociaux.

106 Colin Gleeson, « Hundreds clash in violent exchanges at Dublin protest », The Irish Times, 10 octobre 2020.

107 Pour l'expression « European patriots », voir Caiani, M., Della Porta, D., « Chapter 17: The Radical Right as Social Movement Organizations » dans Rydgren, J., The Oxford Handbook of the Radical Right, Oxford : Oxford University Press, 2018, pp. 327-360.

108 « Sinn Féin votes to liberalise abortion law in Northern Ireland », The Guardian, 16 juin 2018.

109 Post sur Twitter de Generation Identity Ireland & Northern Ireland, 29 mai 2019, https://twitter.com/GID_Ireland/status/1133768087457677319 [consulté le 11 mai 2020].

110 Site internet de l'Irish Freedom Party, « Principles », https://www.irishfreedom.ie/principles/#1548703600203-188dd142-045a [consulté le 11 mai 2020].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Violaine Louvet, « Montée de l'extrême-droite dans les îles britanniques : la fin d'une exception irlandaise ? », Observatoire de la société britannique, 26 | 2021, 297-329.

Référence électronique

Marie-Violaine Louvet, « Montée de l'extrême-droite dans les îles britanniques : la fin d'une exception irlandaise ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 26 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 17 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/osb/5254 ; DOI : https://doi.org/10.4000/osb.5254

Haut de page

Auteur

Marie-Violaine Louvet

Maîtresse de Conférences en civilisation irlandaise à l'Université Toulouse Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search