Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Le Parti conservateur et la crise...

Le Parti conservateur et la crise du Brexit – Introduction

Alma-Pierre Bonnet et Agnès Alexandre-Collier
p. 9-19

Texte intégral

1Lors de sa première prise de parole officielle après les élections générales de décembre 2019, Boris Johnson, élu en juillet 2019 à la tête du parti qui venait de remporter les élections avec une majorité de 80 sièges, a déclaré :

  • 1 BBC News, “Election results 2019: Boris Johnson's victory speech in full”, BBC News, 13 décembre 20 (...)

My friends, well we did it. We did it. We pulled it off didn't we - we pulled it off, we broke the deadlock, we ended the gridlock, we smashed the roadblock1.

  • 2 Rycroft, P., “The December 2019 UK General Election: Reflections”, Revue Française de Civilisation (...)
  • 3 Heppell, T., The Tories, From Winston Churchill to David Cameron, London, Bloomsbury, 2014, p. 146.
  • 4 Il a toutefois permis la mise en place du Marriage (Same Sex Couples) Act 2013.
  • 5 Eror, A., “Why Britain’s Conservatives Cannot Shake the ‘Nasty Party’ Label”, World Politics Review(...)
  • 6 Espiet-Kilty, R., “Augmentation de la pauvreté en Angleterre depuis 2010 : crise ou idéologie ?”, R (...)
  • 7 Morgan, K. O., « Was Brexit really about Europe ? », Observatoire de la société britannique [En lig (...)

2Cette victoire représente un véritable tour de force de la part de Johnson qui a réussi à faire du Brexit une réalité en remportant des élections que, d’après certaines prédictions, le Parti conservateur n’aurait jamais dû gagner2. En effet, le processus de modernisation enclenché par David Cameron en 2005 a certes rendu le parti de nouveau éligible, mais il n’a pas totalement réussi3 à effacer l’étiquette de « nasty party »4 qui pendait à son cou5, et son bilan politique, après une décennie au pouvoir, ne plaidait pas en faveur d’une amélioration significative de son image. L’attrait électoral des conservateurs en 2019 était en effet quelque peu limité par un bilan économique et social plus que mitigé : l’austérité imposée par les gouvernements Cameron (2010-2016) à la suite de la crise de 2008 a renforcé les inégalités sociales et la pauvreté dans le pays, tout en réduisant les aides de l’Etat6. Les disparités sociales et le manque de confiance dans l’économie ont également fragilisé l’unité du Royaume-Uni, comme en témoigne le référendum de 2014 sur l’indépendance de l’Ecosse. Le pays de Galles a aussi fait pression pour plus de dévolution7. La fabrique sociale et l’unité institutionnelle du Royaume-Uni étaient donc remises en question, sinon fragilisées. Pire, au cœur de ces interrogations cruciales, le Parti conservateur a dû faire face à l’une des crises politiques les plus importantes de l’après-guerre : la gestion du « Brexit », terme qui englobe aussi bien le référendum de 2016 que les négociations qui ont suivi et la sortie effective du pays de l’Union européenne, a fait l’objet de débats sans fin aussi bien dans la sphère politique que parmi les universitaires, certains y voyant l’effondrement d’une culture libérale et la montée d’un populisme qui dépasse les extrémismes pour atteindre désormais l’un des partis établis les plus anciens de l’histoire politique, d’autres la décrivant comme l’aboutissement cohérent de son évolution idéologique. On peut la concevoir en tous cas comme une épreuve cathartique et fondamentale pour le parti après des décennies de déchirement sur la question européenne.

  • 8 Leydier, G., “Effet Brexit, effet Corbyn ou crise existentielle ? Les dimensions de l’échec travail (...)

3Bien que les ramifications du Brexit dépassent la simple sphère politique, le parti Tory s’est retrouvé à l’origine, puis au cœur de cette tempête, dont les conséquences pour la Grande-Bretagne ne sont pas encore totalement claires. Boîte de Pandore conservatrice, le Brexit a en effet eu un impact profond, et semble-t-il durable, sur le parti au pouvoir. Cependant, bénéficiant à la fois d’une opposition très faible8 et d’une capacité à se régénérer et à se réinventer, ce qui en fait, selon l’adage, le « parti naturel de gouvernement », les conservateurs ont réussi à garder les rênes du pouvoir et même à renforcer leur position au Parlement de Westminster. Ce numéro d’équilibrisme politique est l’objet d’étude de ce numéro de l’Observatoire de la Société Britannique.

Du référendum de 2016 aux élections de 2019

  • 9 Goodwin, M., Heath, O., “The 2016 Referendum, Brexit and the Left-Behind: An Aggregate-level Analys (...)

4La décision d’organiser un référendum en juin 2016 sur la continuité de l’appartenance du pays à l’Union européenne (UE), qui au départ n’était qu’une question de « gestion partisane » pour Cameron, comme le souligne Pete Dorey dans ce numéro, a révélé de graves fractures au sein de la société britannique9. Ces divisions ont été exacerbées par des mois, voire des années, d’incertitude et de confrontations politiques entre les gouvernements conservateurs de Theresa May et de Boris Johnson et le Parlement de Westminster. De fait, le Brexit semble avoir légitimé la notion de guerre culturelle (culture war), empruntée à l’Américain James Davison Hunter, et une nouvelle ligne de division politique, entre les Brexiters et les Remainers, en lieu et place de la traditionnelle opposition entre les soutiens du Parti conservateur et ceux du Parti travailliste. Cette tendance, assez récente, semble s’inscrire dans la durée, selon Maria Sobolewska et Robert Ford :

  • 10 Sobolewska, M. and Ford, R., ‘British Culture Wars? Brexit and the Future Politics of Immigration a (...)

The strong links between identity attachments and EU referendum choices mean the Brexit debate could further politicise and polarise these identity politics divisions, even as Britain continues its slow transformation into a more inclusive multicultural society.10

  • 11 Eatwell R., and Goodwin, M., National Populism: The Revolt Against Liberal Democracy. Pelican. 2018

5Si le Parti conservateur n’est pas à l’origine de cette guerre culturelle, qui émane de changements socio-économiques profonds11, ses divisions internes sur la question européenne et l’avenir géopolitique de la Grande-Bretagne n’ont pas aidé à apaiser la situation. Deux Premier ministres conservateurs ont dû gérer les conséquences du Brexit.

  • 12 Atkins, J., Gaffney, J., “Narrative, persona and performance: The case of Theresa May 2016–2017”, T (...)
  • 13 Schnapper, P., « Brexit, or Theresa May’s Headache », Observatoire de la société britannique [En li (...)
  • 14 Kavanagh, D., Cowley, P., The British General Election of 2017, London, Palgrave Macmillan, 2018.
  • 15 Atkins & Gaffney, op. cit. 2020.

6Seconde femme Premier ministre après Margaret Thatcher, Theresa May avait la lourde responsabilité de rétablir l’unité de son pays, et de son parti12, et de mettre en œuvre la décision du référendum, qu’elle interprétait comme un mandat pour sortir de l’UE. Officiellement favorable au maintien au sein de l’UE, surtout par loyauté envers le gouvernement de David Cameron dont elle était la ministre de l’Intérieur, elle a toutefois décidé d’embrasser les positions eurosceptiques des Brexiters de son parti, pour asseoir sa crédibilité13 tout en répétant le mantra suivant : « Brexit means Brexit ». Cet alignement pro-Brexit, ainsi que la difficile campagne pour les élections de 201714, a néanmoins endommagé son image unificatrice et réduit ses chances de succès15.

  • 16 Alexandre-Collier, A., “From Rebellion to Extinction: Where Have All the Tory Remainer MPs gone?”, (...)
  • 17 Johnson est notamment revenu sur sa promesse de ne pas imposer de contrôles douaniers entre la Gran (...)

7Son successeur, Boris Johnson, a quant à lui adopté une position radicalement différente, plus proche d’un Brexit dur (« hard Brexit ») prônant une rupture radicale avec l’Union européenne par le retrait du marché intérieur et de l’union douanière, que de la recherche d’un compromis cherchant à rassembler les différentes factions de son parti. Il a unifié son parti autour des Brexiters les plus radicaux, réunis pour la plupart dans le European Research Group, – en se séparant sans concertation de ses critiques anti-Brexit16 – et a sorti son pays de l’Union européenne – en ignorant les demandes de ses anciens alliés du Democratic Unionist Party (DUP)17 et en risquant, de facto, de raviver les tensions en Irlande du Nord. Il semble donc, jusqu’à présent, avoir tenu sa promesse de faire du Brexit une réalité.

  • 18 Rycroft, op. cit. 2020.
  • 19 Cité dans Perrigo, B., “'Get Brexit Done.' The 3 Words That Helped Boris Johnson Win Britain's 2019 (...)
  • 20 Stewart, H., Mason, R., “Boris Johnson leads Tories to historic general election win”, The Guardian(...)

8Cerise sur le gâteau, au cœur de cette crise historique pour le pays, le Parti conservateur est sorti vainqueur des élections de décembre 2019. Plus qu’une victoire, il s’agit véritablement d’un raz-de-marée électoral. Johnson retourne à Downing Street fort d’une majorité de 80 députés, résultat inédit depuis l’élection de Margaret Thatcher en 198718. Plus encore, il a su convaincre, avec un message simplifié à outrance et tenant en trois mots (« Get Brexit Done ») les Brexiters, tout autant que les Remainers qui voulaient passer à autre chose et pour qui, selon Tim Bale, la « Brexit fatigue » a joué un rôle prépondérant19. De façon plus surprenante, au terme d’une décennie où les services publics ont été largement impactés par les politiques d’austérité conservatrices, les Tories ont remporté des sièges dans certaines circonscriptions historiquement acquises aux travaillistes, comme Blyth Valley dans le Northumberland20. Cette chute du « Mur Rouge » (Red Wall), selon l’expression du spécialiste des sondages James Kanagasooriam, englobant le Yorkshire, les Midlands, le nord-est du pays de Galles et le Nord de l’Angleterre, souligne la nouveauté historique du résultat de décembre 2019 et confère à Johnson une certaine marge de manœuvre, bien que la crise de la Covid 19 ait quelque peu rebattu les cartes en le forçant à adopter une attitude plus mesurée.

Organisation du numéro

  • 21 Alexandre-Collier et d’Hellencourt, B. (dir), « Le Parti conservateur aujourd’hui », Observatoire d (...)

9Quatorze ans après le numéro de la revue déjà consacré au Parti conservateur et coordonné par Agnès Alexandre-Collier et Bernard d’Hellencourt21, il était temps de faire le point sur le parti qui, au-delà même du Brexit, n’est plus du tout le même qu’en 2007, entre l’épreuve du pouvoir et les multiples crises qu’il a traversées. Le numéro actuel est le fruit d’une collaboration entre spécialistes français et britanniques dont nous espérons qu’elle perdurera. La recherche en civilisation britannique, dont relève ce numéro, ne peut que s’enrichir des rencontres et des conversations qu’engagent les spécialistes français avec leurs homologues outre-Manche. A l’origine, ce numéro de l’Observatoire de la Société Britannique devait publier les actes d’une journée d’étude internationale organisée par Alma-Pierre Bonnet à Sciences Po Lyon et intitulé « The Strange Death of the Conservative Party? ». Il a toutefois été enrichi de plusieurs articles d’experts britanniques membres de la prestigieuse Political Studies Association (PSA) réunis au sein du groupe « Conservatism Studies », dont Agnès Alexandre-Collier fait partie. Ce numéro se découpe en trois parties principales qui reflètent le caractère éclectique de la journée d’étude. En effet, la pluridisciplinarité en était un élément fondamental et c’est pourquoi cet ouvrage regroupe des contributions de linguistes, de civilisationnistes, d’historiens et de politistes.

Communication politique

10La communication politique a joué un rôle prépondérant pour le Parti conservateur lors de la crise du Brexit, depuis la campagne référendaire de 2016 jusqu’aux élections de 2019 et c’est pourquoi la première partie de cet ouvrage y est consacrée. Les deux premiers articles abordent le discours conservateur à travers le prisme de la linguistique. Pauline Rodet et Denis Jamet étudient les discours de David Cameron, Theresa May et Boris Johnson pour montrer comment le Brexit est linguistiquement construit. Leur approche originale permet de mettre en exergue l’évolution de l’image de l’Europe et plus généralement de la relation entre le Royaume-Uni et l’UE à mesure que la crise du Brexit s’intensifie. Autre linguiste, Andreas Musolff s’interroge sur l’utilisation de l’expression « You cannot have your cake and eat it » par les artisans du Brexit et plus particulièrement Boris Johnson. Il démontre à quel point cette expression, et sa déformation, a influé la conception que le monde politique se faisait du Brexit.

11Anthony Ridge-Newman s’intéresse à la stratégie communicationnelle mise en œuvre par le Parti conservateur depuis 2010 et montre l’influence de certains facteurs extérieurs, comme le Brexit ou l’évolution de certaines tendances technoculturelles, comme l’essor des réseaux sociaux.

12Enfin, Alma-Pierre Bonnet se concentre sur l’impact de la communication politique conservatrice à travers l’étude des stratégies électorales des conseillers politiques, ou spin doctors, des trois derniers Premiers ministres conservateurs afin de montrer une évolution dans la façon de représenter le Brexit au peuple britannique.

Evolution idéologique

13La seconde partie de l’ouvrage aborde un thème essentiel, celui de l’idéologie politique conservatrice et de son évolution à l’aune du Brexit. Considéré comme une organisation attrape-tout et pluraliste, le Parti conservateur a dû évoluer pour tenter de répondre aux défis du Brexit, ce qui implique certains questionnements théoriques qui dépassent le cadre des clivages sur la question européenne. Agnès Alexandre-Collier interroge le positionnement de Boris Johnson en utilisant « l’hypothèse populiste » de Peter Mair. Elle souligne que la conversion du Premier ministre au populisme n’est ni confirmée, au regard de la littérature théorique sur le populisme, ni totale, à la lumière de la définition de Mair, et que sa gestion du parti, tout comme son approche de la crise de la Covid 19, témoigne d’un certain retour à une pratique plus traditionnelle du leadership conservateur. Alicia Mornington, quant à elle, cherche à savoir si Boris Johnson s’inscrit dans la lignée du libertarianisme de Margaret Thatcher, ou s’il développe plutôt un penchant pour le conservatisme One Nation, de tradition disraelienne.

14Plus précisément, Tim Heppell recentre la question du pluralisme idéologique sur les divisions du groupe parlementaire autour de l’enjeu européen en proposant une cartographie particulièrement éclairante des factions du parti. Il montre que celles-ci n’ont cessé d’évoluer depuis le Traité de Maastricht, qui demeure un tournant majeur, non seulement dans l’histoire de l’Union européenne, mais surtout dans la diffusion d’un euroscepticisme conservateur qui en plus de trente ans est devenu majoritaire et s’est même radicalisé.

15Resserrant la focale sur le référendum de 2016, Pete Dorey nous offre enfin une interprétation plus sociologique des raisons qui ont poussé David Cameron à organiser un référendum sur l’appartenance de son pays à l’UE et explique l’échec de sa campagne en faveur du Remain en 2016, tout en soulignant les changements profonds opérés par la crise du Brexit sur le Parti conservateur et sur le pays en général.

Perspectives d’avenir

16La dernière partie de l’ouvrage s’intéresse tout naturellement à ce que l’avenir pourrait réserver au Parti conservateur après la crise du Brexit. Andrew Baldwin examine la relation ambiguë que le parti entretient avec la Constitution britannique et souligne l’ironie de l’approche populiste de Boris Johnson. Fiona Simpkins montre l’évolution de la notion d’union pour le Parti conservateur et souligne certaines disparités entre le parti de Westminster et sa branche écossaise. Le manque de flexibilité de la part de Johnson, tout comme son désintérêt apparent de la question écossaise, risque d’avoir de sérieuses conséquences sur l’avenir de l’union britannique. Dans le dernier article de ce numéro, Daniel Pitt s’interroge sur la possibilité d’une approche inédite en forme d’oxymore – le socialisme tory (Tory socialism) - pour renforcer les gains engrangés dans le nord de l’Angleterre. Il conclut toutefois qu’une telle transformation idéologique, qui tient surtout de la stratégie électorale, semble peu probable.

17Parce que le Parti conservateur a dû faire face à une nouvelle crise dont l’ampleur, mondiale, semble avoir éclipsé les répercussions immédiates du Brexit sur le Royaume-Uni, il serait aisé de minimiser, voire d’oublier, l’impact que le résultat du référendum de 2016 a eu sur le parti Tory. Ce numéro est là pour nous le rappeler.

Haut de page

Bibliographie

Atkins, J., Gaffney, J., “Narrative, persona and performance: The case of Theresa May 2016–2017”, The British Journal of Politics and International Relations, 2020, Vol. 22(2).

BBC News, “Election results 2019: Boris Johnson's victory speech in full”, BBC News, 13 décembre 2019, disponible: https://www.bbc.com/news/election-2019-50777071.

Blevins, D., “Northern Ireland: Broken Brexit promises threaten to turn back the clock on fragile peace”, Sky News, 9 April 2021, https://news.sky.com/story/broken-brexit-promises-threaten-to-turn-back-the-clock-on-northern-irelands-fragile-peace-12270938.

Eatwell, R., and Goodwin, M., National Populism: The Revolt Against Liberal Democracy. Pelican. 2018.

Eror, A., “Why Britain’s Conservatives Cannot Shake the ‘Nasty Party’ Label”, World Politics Review, June 12, 2018, disponible: https://www.worldpoliticsreview.com/articles/24867/why-britain-s-conservatives-cannot-shake-the-nasty-party-label.

Espiet-Kilty, R., “Augmentation de la pauvreté en Angleterre depuis 2010 : crise ou idéologie ?”, Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XXI-2 | 2016, mis en ligne depuis le 11 septembre 2016, consulté le 19 avril 2021. URL: http://journals.openedition.org/rfcb/1060; DOI: https://doi.org/10.4000/rfcb.1060.

Goodwin, M., Heath, O., “The 2016 Referendum, Brexit and the Left Behind: An Aggregate-level Analysis of the Result”, The Political Quarterly, Vol. 87, No. 3, July–September 2016.

Heppell, T., The Tories, From Winston Churchill to David Cameron, London, Bloomsbury, 2014.

Kavanagh, D., Cowley, P., The British General Election of 2017, London, Palgrave Macmillan, 2018.

Leydier, G., “Effet Brexit, effet Corbyn ou crise existentielle ? Les dimensions de l’échec travailliste”, Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XXV-3 | 2020, mis en ligne depuis le 10 septembre 2020, consulté le 19 avril 2021. URL: http://journals.openedition.org/rfcb/5738; DOI: https://doi.org/10.4000/rfcb.5738.

Morgan, K. O., « Was Brexit really about Europe ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 25 | 2020, mis en ligne le 01 août 2021, consulté le 21 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/osb/4629 ; DOI : https://doi.org/10.4000/osb.4629.

Perrigo, B., “'Get Brexit Done.' The 3 Words That Helped Boris Johnson Win Britain's 2019 Election”, Time, 13 décembre 2019, disponible: https://time.com/5749478/get-brexit-done-slogan-uk-election/.

Rycroft, P., “The December 2019 UK General Election: Reflections”, Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XXV-3 | 2020, mis en ligne le 10 septembre 2020, consulté le 19 avril 2021. URL: http://journals.openedition.org/rfcb/5846; DOI: https://doi.org/10.4000/rfcb.5846.

Schnapper, P., « Brexit, or Theresa May’s Headache », Observatoire de la société britannique [En ligne], 21 | 2018, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 19 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/osb/2048 ; DOI : https://doi.org/10.4000/osb.2048.

Sobolewska, M. and Ford, R., ‘British Culture Wars? Brexit and the Future Politics of Immigration and Ethnic Diversity’, in G Kelly and N Pearce (eds.), Britain Beyond Brexit, The Political Quarterly, Vol 90, Issue S2, 2019, pp. 142–154. https://doi.org/10.1111/1467-923X.12646.

Stewart, H., Mason, R., “Boris Johnson leads Tories to historic general election win”, The Guardian, 13 December 2019, disponible: https://www.theguardian.com/politics/2019/dec/13/boris-johnson-leads-tories-historic-general-election-win.

Haut de page

Notes

1 BBC News, “Election results 2019: Boris Johnson's victory speech in full”, BBC News, 13 décembre 2019, disponible: https://www.bbc.com/news/election-2019-50777071.

2 Rycroft, P., “The December 2019 UK General Election: Reflections”, Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XXV-3 | 2020, mis en ligne le 10 septembre 2016, consulté le 19 avril 2021. URL: http://journals.openedition.org/rfcb/5846
DOI: https://doi.org/10.4000/rfcb.5846.

3 Heppell, T., The Tories, From Winston Churchill to David Cameron, London, Bloomsbury, 2014, p. 146.

4 Il a toutefois permis la mise en place du Marriage (Same Sex Couples) Act 2013.

5 Eror, A., “Why Britain’s Conservatives Cannot Shake the ‘Nasty Party’ Label”, World Politics Review, June 12, 2018, disponible: https://www.worldpoliticsreview.com/articles/24867/why-britain-s-conservatives-cannot-shake-the-nasty-party-label.

6 Espiet-Kilty, R., “Augmentation de la pauvreté en Angleterre depuis 2010 : crise ou idéologie ?”, Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XXI-2 | 2016, mis en ligne le 10 septembre 2016, consulté le 19 avril 2021. URL: http://journals.openedition.org/rfcb/1060
DOI: https://doi.org/10.4000/rfcb.1060.

7 Morgan, K. O., « Was Brexit really about Europe ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 25 | 2020, mis en ligne le 01 août 2021, consulté le 21 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/osb/4629
DOI : https://doi.org/10.4000/osb.4629.

8 Leydier, G., “Effet Brexit, effet Corbyn ou crise existentielle ? Les dimensions de l’échec travailliste”, Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XXV-3 | 2020, Online since 10 September 2020, connection on 19 April 2021. URL: http://journals.openedition.org/rfcb/5738
DOI: https://doi.org/10.4000/rfcb.5738.

9 Goodwin, M., Heath, O., “The 2016 Referendum, Brexit and the Left-Behind: An Aggregate-level Analysis of the Result”, The Political Quarterly, Vol. 87, No. 3, July–September 2016.

10 Sobolewska, M. and Ford, R., ‘British Culture Wars? Brexit and the Future Politics of Immigration and Ethnic Diversity’, in G Kelly and N Pearce (eds.), Britain Beyond Brexit, The Political Quarterly, Vol 90, Issue S2,
2019, pp. 142–154. https://doi.org/10.1111/1467-923X.12646.

11 Eatwell R., and Goodwin, M., National Populism: The Revolt Against Liberal Democracy. Pelican. 2018.

12 Atkins, J., Gaffney, J., “Narrative, persona and performance: The case of Theresa May 2016–2017”, The British Journal of Politics and International Relations, 2020, Vol. 22(2).

13 Schnapper, P., « Brexit, or Theresa May’s Headache », Observatoire de la société britannique [En ligne], 21 | 2018, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 19 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/osb/2048 ; DOI : https://doi.org/10.4000/osb.2048.

14 Kavanagh, D., Cowley, P., The British General Election of 2017, London, Palgrave Macmillan, 2018.

15 Atkins & Gaffney, op. cit. 2020.

16 Alexandre-Collier, A., “From Rebellion to Extinction: Where Have All the Tory Remainer MPs gone?”, The Political Quarterly, 91 (1), 2020, pp. 24-30.

17 Johnson est notamment revenu sur sa promesse de ne pas imposer de contrôles douaniers entre la Grande-Bretagne et l’Irlande du Nord faite en novembre 2018 lors de la conférence annuelle du DUP. Voir : Blevins, D., “Northern Ireland: Broken Brexit promises threaten to turn back the clock on fragile peace”, Sky News, 9 April 2021, https://news.sky.com/story/broken-brexit-promises-threaten-to-turn-back-the-clock-on-northern-irelands-fragile-peace-12270938.

18 Rycroft, op. cit. 2020.

19 Cité dans Perrigo, B., “'Get Brexit Done.' The 3 Words That Helped Boris Johnson Win Britain's 2019 Election”, Time, 13 décembre 2019, disponible: https://time.com/5749478/get-brexit-done-slogan-uk-election/.

20 Stewart, H., Mason, R., “Boris Johnson leads Tories to historic general election win”, The Guardian, 13 December 2019, disponible: https://www.theguardian.com/politics/2019/dec/13/boris-johnson-leads-tories-historic-general-election-win.

21 Alexandre-Collier et d’Hellencourt, B. (dir), « Le Parti conservateur aujourd’hui », Observatoire de la Société Britannique, n°, 4, 2007, https://doi.org/10.4000/osb.83.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alma-Pierre Bonnet et Agnès Alexandre-Collier, « Le Parti conservateur et la crise du Brexit – Introduction »Observatoire de la société britannique, 27 | 2021, 9-19.

Référence électronique

Alma-Pierre Bonnet et Agnès Alexandre-Collier, « Le Parti conservateur et la crise du Brexit – Introduction »Observatoire de la société britannique [En ligne], 27 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 13 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/osb/5285 ; DOI : https://doi.org/10.4000/osb.5285

Haut de page

Auteurs

Alma-Pierre Bonnet

PRAG de civilisation britannique à Sciences Po Lyon

Articles du même auteur

Agnès Alexandre-Collier

Professeur de civilisation britannique à l'Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search