Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29Le long chemin vers l’incorporati...

Le long chemin vers l’incorporation des minorités ethniques dans la vie politique britannique

Romain Garbaye et Vincent Latour
p. 33-45

Résumé

Cet article propose une analyse synthétique et diachronique de l’accès à la représentation politique des populations britanniques dites « BAME » (Black, Asian and Minority Ethnic) des années 1960 aux années 1970. La perspective adoptée est centrée sur le rôle central du Parti travailliste, qui n’a eu de cesse de fonctionner comme un puissant appareil de promotion de l’antiracisme, du multiculturalisme et de la représentation des populations issues de l’immigration coloniale dans les assemblées élues, à tous les niveaux. La thèse centrale que nous souhaitons illustrer ici est que c’est bel et bien cette relation forte –bien que régulièrement ponctuée de tensions- entre les BAME et les travaillistes qui a permis de placer les Parlement et gouvernement britanniques actuels parmi les plus multiculturels d’Europe.

Haut de page

Texte intégral

Cet article propose une synthèse de l’histoire de l’accès à la représentation politique des populations britanniques dites « BAME » (Black, Asian and Minority Ethnic) des années 1960 aux années 1970. La perspective adoptée est centrée sur le rôle selon nous central du Parti travailliste dans cet historique. De fait, depuis les années 1960, ce parti n’a cessé de fonctionner comme un appareil puissant de promotion de l’antiracisme, du multiculturalisme et de la représentation à tous les niveaux des populations issues de l’immigration coloniale dans les assemblées élues. La thèse centrale que nous souhaitons illustrer ici est que c’est bel et bien cette relation forte –bien que régulièrement ponctuée de tensions- entre les BAME et les travaillistes qui a permis de faire aujourd’hui du Parlement et du gouvernement britannique l’un des plus multiculturels d’Europe. Paradoxalement, même les membres influents des gouvernements conservateurs actuels issus de milieux BAME - Alok Sharma, Rishi Sunka, Priti Patel et d’autres- sont indirectement mais clairement tributaires de cet historique, même si leurs idées sur les questions d’immigration, de citoyenneté et d’identités collectives sont totalement opposées aux idées et aux expériences travaillistes des cinquante dernières années.

À cet égard, il faut d’emblée souligner le rôle clé par David Cameron, qui, lors des élections législatives de 2010, avait œuvré avec succès pour encourager l’élection de députés Conservateurs BAME, dans le but de débarrasser son parti de l’image de ‘nasty party’ qui lui donnait un handicap de plus en plus criant face aux travaillistes, dont la représentation parlementaire présentait alors un visage plus diversifié depuis longtemps. C’est ainsi qu’avec le début de recul historique dont nous disposons aujourd’hui, nous pouvons avancer que les expériences antiracistes et multiculturalistes des travaillistes depuis les années 1960 auront puissamment contribué à imposer progressivement la notion de sous-représentation des populations dites BAME (Black and Minority Ethnic) sur l’ensemble de l’échiquier politique. Par la même occasion, cela aura profondément contribué à la transformation de la société britannique, en rendant plus visibles et plus institutionnalisées ces populations « d’origine immigrée ». Or cet historique -déjà ancien est désormais de moins en moins connu : ce n’est pas le moindre but de cet article que de le rappeler, de manière à poser des repères essentiels pour la compréhension du cadre institutionnel et politique des évolutions culturelles qui sont évoquées dans la suite de ce numéro.

Le bilan des travaillistes en matière d’égalité des chances dans les années 1960 et 1970

  • 1 Jenkins, Roy, Speech before the National Committee for Commonwealth Immigrants (NCCI) 1966, Cité da (...)

La mise en place d’un cadre législatif antidiscriminatoire à l’égard des populations issues de l’immigration coloniale (Race Relations Acts de 1965, 1968 et 1976), conjuguée à une attitude libérale à l’égard de l’expression des différences culturelles, y compris dans l’espace public (telle que définie par le ministre travailliste Roy Jenkins dans un discours célèbre de 19661) et un accent mis sur « l’égalité des chances » (Equal Opportunity) dès les années 1960, sont à mettre entièrement au crédit des gouvernements travaillistes des années 1960 et 1970, dirigés par Harold Wilson (1964-1970 ; 1974-76) puis James Callaghan (1976-79).

Tout en acceptant et en renforçant même les restrictions migratoires mises en place par leurs prédécesseurs conservateurs dès 1962, ces deux Premiers ministres, Harold Wilson notamment, firent preuve d’un grand volontarisme en matière de lutte contre la discrimination raciale et le racisme, particulièrement répandus dans l’accès à l’emploi, aux services publics et au logement. Ces dispositifs antidiscriminatoires furent mis en place sur une toile de fond d’affranchissement accéléré de la société britannique des tabous et verrous victoriens ou édouardiens résiduels (ex. introduction du divorce par consentement mutuel ; droit à l’avortement ; dépénalisation partielle de l’homosexualité masculine ; inscription dans la loi de l’égalité salariale femmes-hommes etc.), Harold Wilson appelant de ses vœux une « société civilisée » (civilised society), que ses détracteurs conservateurs qualifiaient de « société permissive » (permissive society).

  • 2 Solomos, John, Race and Racism in Britain, Basingstoke, Macmillan, 1993, p. 207.

Si les travaillistes des années 1960 et 1970 s’employèrent, non sans mal, à légitimer la présence des populations issues de l’ancien Empire dans un climat qui leur était largement hostile, la question de leur représentation politique ou syndicale demeura un des angles morts de la stratégie du Labour, à qui les immigrés du Nouveau Commonwealth apportaient pourtant massivement leurs suffrages. On notera néanmoins des initiatives notables, comme la création du Labour Party Race Action Group, groupe de pression créé en 1975, dans le but de sensibiliser aux comportements et réflexes racistes au sein du parti 2, qui se traduisaient notamment par la relégation en position inéligible des rares candidats investis.

En septembre 1975, le gouvernement publia un livre blanc sur la discrimination raciale, qui concluait à la nécessité d’une action urgente en la matière, tant de la part du gouvernement central que des municipalités.3 Ce livre blanc allait jeter les bases du Race Relations Act de 1976, qui, on le verra plus loin, allait faire des municipalités des véritables laboratoires en matière « d’égalité des chances » (Equal opportunities), comme on le disait désormais.

Les années 1980 : polarisation politique, violences urbaines et antiracisme

  • 4 « Margaret Thatcher TV Interview for Granada World in Action (“rather swamped”) » [en ligne], The M (...)
  • 5 C’est ainsi que dans le sillage du premier Race Relations Act (1965) des villes comme Bristol, Brad (...)

Malgré la conversion du Labour aux politiques restrictives mises en œuvre par les Tories dès le début des années 1960 en matière d’immigration économique non qualifiée, les clivages entre les deux partis vis-à-vis de la diversité demeuraient criants. Ainsi, un an environ avant sa victoire historique de 1979, Margaret Thatcher déclarait dans une interview télévisée restée célèbre qu’il était légitime que les Britanniques se sentent « submergés par des gens d’une autre culture. »4, faisait voter dès 1981 le British Nationality Act (qui confirmait les mesures restrictives en matière d’immigration et d’accès à la nationalité britannique déjà mises en œuvre par le gouvernement Conservateur d’Edward Heath au début des années 1970), et soutenait ouvertement l’apartheid en Afrique du Sud. Pendant ce temps, sous le leadership de Michael Foot à partir de 1980, le parti adopte une ligne radicale, provoquant le départ d’une partie de son aile centriste qui crée alors en mars 1981 le Social Democratic Party (SDP) – qui fusionnera en 1988 avec le vieux Parti libéral pour créer le Parti Libéral-Démocrate (Lib-Dems) que l’on connaît aujourd’hui. Mais, surtout, c’est au niveau local que la radicalisation est souvent la plus spectaculaire et la plus effective. Privé de pouvoir gouvernemental pendant 18 ans (de 1979 à 1997, date du retour au pouvoir sous l’égide de Tony Blair, après le leadership déjà plus centriste de Neil Kinnock et surtout de John Smith, décédé prématurément en 1994), le parti va néanmoins se maintenir durablement dans nombre de ses bastions urbains ouvriers, industriels (ou, à ce stade, post-industriels), déjà profondément transformés dans les années 1980 par l’immigration postcoloniale des décennies d’après-guerre. En particulier, le London Greater Council (LGC), dont le leader est alors la figure de la gauche travailliste Ken Livingstone (Red Ken, « Ken le Rouge »), ainsi que certains boroughs les plus populaires de la capitale (comme Lambeth au sud ou Tower Hamlets à l’est), ou des villes comme Bristol, Leicester ou Birmingham vont se lancer les unes après les autres dans une série d’expérimentations en matière de politiques publiques antiracistes et souvent également à caractère « multiculturaliste ». Il convient de noter que dans certaines de ces villes (voire dans la plupart) ces expérimentations allaient prendre appui sur des initiatives antérieures impliquant dès le milieu des années 1960 divers acteurs de la société civile, déjà dans des municipalités travaillistes, afin d’identifier les besoins spécifiques des immigrés du Nouveau Commonwealth et de tenter d’y répondre, avec une dimension de coordination nationale.5

La polarisation de la vie politique entre une opposition travailliste radicalisée qui perd élection après élection (1983, 1987, et même 1992, dans laquelle le premier ministre Conservateur d’alors John Major, qui avait succédé deux ans auparavant à Margaret Thatcher, était pourtant donné perdant), et un pouvoir conservateur lui aussi radicalisé autour du projet néolibéral de Margaret Thatcher, est essentiel pour comprendre la multiplication de ces expériences travaillistes locales en matière de gestion de l’immigration et de ce que l’on appelle souvent « l’intégration » des migrants et de leurs descendants. En effet, les travaillistes utilisent aussi les leviers alors puissants des collectivités locales pour maintenir des politiques sociales ambitieuses dans les domaines du social et du logement, mais se heurtent vite aux tentatives fructueuses des gouvernements de Margaret Thatcher pour limiter les revenus des collectivités locales. Les politiques antiracistes et/ou multiculturalistes apparaissent alors comme des manières de s’opposer frontalement et de manière hautement visible aux conservateurs avec des politiques relativement peu coûteuses en comparaison des domaines précités. Cet aspect de l’antiracisme symbolique sera particulièrement spectaculaire à Londres, où une rue sera renommée rue Nelson Mandela, en pied de nez à Margaret Thatcher.

Un deuxième aspect du contexte politique des années 1980 est le climat de violences urbaines (pour reprendre un terme français) qui fait rage du milieu des années 1970 au milieu des années 1980. La première émeute notoire a lieu lors de festival de Notting Hill, évènement central dans la vie des populations d’origine Caribéenne qui sont alors installées en nombres dans les quartiers populaires tout autour de Londres, et qui cette année-là a dégénéré en émeute grave, faisant des centaines de blessés dans les rangs de la police. On se souvient ensuite le plus souvent de l’émeute du quartier de St Paul’s à Bristol en 1980, puis de celle de Brixton (sud de Londres) en 1981, restée à la postérité à cause du rapport Scarman qui s’y rapporte, puis de celle de Tottenham (très violente, un policier tué), puis, à nouveau, d’émeutes à Birmingham et à Nottingham en 1985.

  • 6 Voir par exemple Roché, Sébastian, Jobard, Fabien et al., Le frisson de l’émeute, violences urbaine (...)

Les causes de ces émeutes sont difficiles à distinguer et sujettes à débats entre révolte contre les contrôles policiers, révolte politique, sur arrière-plan de chômage de masse, de discrimination raciale, et de mécontentement social des couches populaires6. De même, la composition des foules émeutières est sujette à débat (ibid). Dans les comptes-rendus les plus précis et fiables, on note généralement la présence d’hommes jeunes tant blancs, d’origine indienne et pakistanaise, et antillaise – la prépondérance de ces derniers étant cependant notable. Elles sont d’ailleurs interprétées de toutes parts, à l’époque comme aujourd’hui, comme des émeutes sinon raciales, au mois à caractère racial, dont les principaux protagonistes sont noirs et d’origine antillaise. C’est aussi ainsi que ces émeutes sont interprétées dans la culture rasta, qui est alors influente parmi les jeunes d’origine antillaise, comme en témoigne le poème de Linton Kwesi : « Inglan Is a Bitch ». Quant au principal document de l’époque sur ces épisodes, le rapport Scarman, il a été perçu comme innovant car il plaçait au centre de ses analyses la question des discriminations raciales dans la police et insistait sur la nécessité de mettre en œuvre de manière plus pro-active les recommandations du Race Relations Act de 1976, qui paracheva les dispositifs antidiscriminatoires mis en œuvre par les travaillistes à partir de 1965. Pourtant peu suspect de gauchisme, le très libéral Lord Scarman a ainsi apporté une légitimité et un appui politique supplémentaire à la gauche travailliste – ce que n’a d’ailleurs pas empêché ladite gauche de le critiquer pour la timidité de ses propositions en matière de réforme des méthodes policières.

  • 7 Bleich, Erik, Race Politics in Britain and France, Ideas and Policymaking since the 1960s, Cambridg (...)
  • 8 Carmichael , Stokeley & Hamilton, C.V., Black Power : the Politics of Liberation in America, Harmon (...)

1En effet, au début des années 1980, depuis une décennie déjà, l’influence de la radicalisation du mouvement de l’antiracisme se faisait sentir au Royaume-Uni – pays sous forte influence américaine dans ce domaine dès le début du mouvement des droits civils aux USA vers le tournant des années 19607. Les idées de racisme institutionnel, issues des travaux Stokeley Carmichael8 sont alors cantonnées à une frange radicale, mais cette frange radicale occupe dans certaines municipalités, dont Londres, une certaine influence dans le contexte de polarisation politique évoqué plus haut. Pour autant, elles sont loin d’être dénuées d’effets, qui, relayées par les municipalités travaillistes, ont fini 50 ans plus tard par passer d’expérimentations radicales à des aspects consensuels de la vie britannique, ou, en tout cas, rarement mis en question.

  • 9 Latour, Vincent, "Multiculturalism Upheld? Immigration, ‘Race Relations’ and Diversity Management u (...)

2En ce qui concerne la représentation des populations issues de l’immigration coloniale, les sections locales du Parti travailliste ont joué un rôle pionnier et déterminant avec les black sections (1983-1993), autorisées localement, bien que jamais officiellement promues par le Parti travailliste. Contestées en raison de leur caractère non mixte, voire de l’ambiguïté de leur démarche, elles contribuèrent néanmoins à la montée en puissance de certaines figures politiques issues de l’immigration, notamment caribéenne, d’abord sur le plan local (victoire de Bernie Grant au Council de Haringey en 1985) puis national, avec l’élection des quatre premiers députés issus de l’immigration coloniale (Diane Abbott, Paul Boateng, Bernie Grant et Keith Vaz) à l’issue de la general election de 1987. Sans aucun doute, ce volontarisme a par la suite influencé le Parti conservateur, dès le premier mandat de John Major, soutien résolu de John Taylor, candidat conservateur d’origine jamaïcaine à Cheltenham en décembre 1990 puis artisan de la désignation de huit candidats issus de l’immigration coloniale lors des élections de 1992, soit presque autant que les neuf candidats alors alignés par le Labour.9 Pour le comprendre, il faut opérer une distinction entre les politiques antiracistes et les politiques multiculturalistes, qui, dans ce contexte bien précis de ce que l’on a appelé le « multiculturalisme municipal » dans le Royaume-Uni des années 1980

Le multiculturalisme municipal des travaillistes : antiracisme et multiculturalisme

  • 10 Source: Le Lohé, Michel, 1998, ‘Ethnic Minority participation and representation in the British ele (...)
  • 11 Le Galès, Patrick “Crise urbaine et développement économique local : l’apport de la nouvelle gauche (...)

Tout d’abord, la proximité idéologique et personnelle entre nombre de militants antiracistes et de travaillistes, singulièrement an niveau des sections locales, a puissamment contribué à faire de ce parti LE parti des minorités, lui conférant un quasi-monopole en la matière jusqu’au tournant des années 2000. L’une de leurs innovations politiques les plus audacieuses et les plus suivies d’effet jusqu’à aujourd’hui est la cooptation de militants du parti ou de partenaires associatifs comme candidats aux élections locales. Cette politique commence dès la toute fin des années 1970 et ne cesse de se répondre et de s’amplifier pendant toutes les années 1980, devenant un pilier durable des systèmes politiques travaillistes locaux. C’est particulièrement le cas pour les populations d’origine indienne, pakistanaise, et bangladaise, mais moins net pour les populations d’origine Caribéenne. En 1998, on comptait à Birmingham 13,7% de conseillers municipaux d’origine dite « Asian », pour 13,5% de la population totale, 14,2% à Blackburn 14,2% pour 10% de la population totale,13,6% à Bradford pour 12,2% de la population totale, 24,7% pour 23,2% de la population totale, etc.10 Dès les années 1970, puis encore pendant les années 1980, on a assisté dans le parti, comme d’ailleurs un peu partout dans le monde, à la montée de ce que l’on a parfois appelé la « nouvelle gauche », la « gauche post-moderne » ou, dans le contexte britannique, la gauche intellectuelle ou la gauche urbaine, en référence au rôle clé de militants de classe moyenne diplômés et à la visibilité plus nette de cette tendance dans les sections urbaines11. Cette gauche portait des enjeux nouveaux, comme la régénération urbaine, le féminisme, l’antiracisme et le multiculturalisme. C’est elle qui a concouru à l’arrivée au pouvoir au sein du Greater London Council de personnalités politiques comme Ken Livingstone. C’est aussi elle qui a suscité d’importants débats internes en opposition à la vieille garde classiquement travailliste, centrée sur des enjeux déjà anciens de redistribution des richesses, qui face à ces nouveaux enjeux se trouva peu à peu redéfinie comme une aile centriste et traditionnaliste. Ce contexte de compétition interne allait jouer en faveur de la cooptation politique des minorités dans nombre de municipalités, parce que, à l’évidence, cette nouvelle gauche recherchait activement à s’attirer le soutien d’organisations communautaires ou caritatives à caractère plus ou moins antiraciste ou multiculturaliste (réseaux musulmans, sikhs ou hindous ; mosquées, gurdwaras ou temples hindous ; centres sociaux ou centre culturels antillais), mais aussi, parce que les réseaux travaillistes plus traditionnalistes voulaient aussi avoir « leurs minorités », de manière à consolider ou tout simplement préserver sa leur majorité dans des wards (échelons électoraux dans lesquels sont élus les conseillers municipaux) ou parfois à l’échelle de circonscriptions entières.

Cette dynamique de compétition interne autour d’enjeux comme l’antiracisme prend une forme exacerbée et spectaculaire autour du débat qui fait rage au sein du parti tout au long des années 1980 autour des « Black sections ». Mais l’âpreté des débats internes autour de ces sections et la ténacité de ses tenants auront eu le pour résultat à long terme d’assoir la pleine légitimité à la fois des candidats et des élus « black and Asian » dans le parti, mais aussi des logiques antiracistes et multiculturalistes (même si l’échec des black sections a aussi montré leurs limites dans le contexte britannique).

Certains des premiers élus municipaux travaillistes issus de l’immigration postcoloniale étaient des figures de l’antiracisme et de la gauche travailliste londonienne d’origine caribéenne. Il faut en particulier citer Bernie Grant (élu à Haringey) Paul Boateng (Brent South), Keith Vaz (Leicester East), et Diane Abbott. Cette dernière incarne à elle seule tout un pan de cet historique : au départ élue locale dans le borough de Haringey, elle prend des positions soigneusement pesées mais malgré tout très controversées lors des émeutes très dures qui secouent son quartier, dont le sens était de tenter de comprendre les violences, sans les excuser. Quelques années après, aux élections législatives de 1986 1987, elle sera l’une des trois premiers élus « non-white » à la chambre des Communes, avec Boateng et Grant, ouvrant la voie à un processus régulier d’augmentation des minorités à la chambre des Communes, élus dans leur écrasante majorité avec l’étiquette travailliste jusqu’en 2010.

3En sus de cette politique active de cooptation des « ethnic minorities » dans les conseils municipaux, les municipalités vont aussi se lancer dans des politiques antiracistes qui s’inscrivent directement dans la lignée du Race Relations Act de 1976 précité, et qui sont de surcroît encouragées par le rapport Scarman, qui préconisait, outre des réformes des routines de travail des policiers pour éviter les contrôles des Noirs au faciès, une présence accrue de ces populations dans l’ensemble des institutions (administrations, médias, grandes entreprises). La section 71 de la loi de 1976 donnait pour ainsi dire carte blanche aux municipalités, afin qu’elles « prennent les dispositions nécessaires afin que leurs différentes fonctions soient accomplies dans un souci a) d’éliminer la discrimination illégale b) de promouvoir l’égalité des chances et de bonnes relations entre personnes de groupes raciaux différents ».12 En autorisant le recours à des mesures de « discrimination positive » (positive action13) la section 71 du Race Relations Act de 1976 allait ainsi permettre aux édiles travaillistes de mettre en application dans leurs bastions du Nord de l’Angleterre, des Midlands ou du Grand Londres des dispositifs d’égalité des chances inédits, parfois importés d’autre pays de l’aire anglophone.

4En matière d’accès à l’emploi John Solomos identifie deux types de dispositifs utilisés dans les années 1980 et 1990 :

  • Ceux visant l’élimination des obstacles à l’égalité des chances, en aménageant les règles de concurrence et / ou en diffusant des offres d’emploi dans la presse dite « ethnique »

    • 14 Le Local Government Act de 1966, comme l’Urban Programme de 1968 s’inscrivaient dans les politiques (...)

    Ceux visant à faciliter la pleine participation des populations issues de l’immigration coloniale dans le système scolaire et le marché de l’emploi, en adaptant les formations existantes ou en en créant des spécifiques, notamment par le biais de la section 11du Local Government Act de 1966, adopté sous le gouvernement travailliste de Harold Wilson.14

  • 15 Appelées Contract compliances, elle étaient directement inspirées d’une pratique éponyme apparue au (...)
  • 16 The Swann Report, Education for All Report of the Committee of Enquiry into the Education of Childr (...)
  • 17 Ball, Wendy & Solomos, John (editors), Race and Local Politics, Basingstoke: Palgrave Macmillan, 19 (...)
  • 18 Ball & Solomos, op.cit., p.215.

5Le Greater London Council, dirigé par le travailliste Ken Livingstone mit en place dès 1983 des politiques assez radicales, exigeant par exemple des entreprises ayant remporté des marchés publics la mise en place des « politiques de diversité » dans leur recrutement. Appelées Contract compliances (« respect » ou « exécution des contrats », littéralement), elles étaient directement inspirées d’une pratique éponyme apparue aux États-Unis dans le contexte des Civil Rights15. De la même manière, la Inner London Education Authority (ILEA) émanation du Greater London Council en matière d’éducation menaçait de retirer de la liste de ses fournisseurs les entreprises n’adhérant pas à une charte de la diversité. Plusieurs années avant l’incorporation de l’enseignement dit multiculturel dans le programme national (Education Act de 1988) en partie sur les bases des recommandations du Swann Report16 de 1985, la ILEA et d’autres Education Authorities relevant de municipalités marquées à gauche mirent en place des cours de sensibilisation à la diversité, afin de remettre en cause les préjugés individuels sur lesquels la racisme se fonde, y compris chez les personnes suivant les formations (personnels enseignants et de direction ; élèves ; éducateurs). 17De même, ces municipalités mirent en œuvre « des contrats de travail locaux » (local labour contracts), afin d’imposer aux entreprises travaillant pour elles dans ces inner cities, d’employer une main d’œuvre locale, afin d’y faire baisser le taux de chômage, particulièrement élevé.18

  • 19 Ball & Solomos, op.cit., p.216.

6Ball et Solomos rappellent que la mise en œuvre de telles mesures par les municipalités de gauche ne se fit pas sans mal et se heurta souvent à l’opposition frontale des conservateurs thatchériens. En effet, si on assista à une adhésion pragmatique des gouvernements conservateurs successifs au modèle mis sur pied par leurs prédécesseurs travaillistes et à un certain degré de reconnaissance publique de la diversité, cela ne dénotait, sur le fond, aucune adhésion de la « Dame de fer » aux politiques d’inspiration multiculturaliste. Sur le fond, les conservateurs demeuraient idéologiquement opposés au multiculturalisme, perçu comme un avatar du gauchisme qui, selon eux, avait conduit au déclin économique et moral de la nation dans les années 1970. Wendy Ball et John Solomos rappellent opportunément que le gouvernement thatchérien voyait dans ces initiatives une interférence inacceptable de la force publique avec ce qu’ils percevaient comme la régulation naturelle résultant de la loi du marché. Ainsi, en 1986, Nicholas Ridley, ministre de l’environnement du gouvernement Thatcher promettait-il « d’éliminer » (stamp out) les contract compliances, « qui ignorent la capacité d’un fournisseur à remplir une tâche ou le devoir d’une municipalité de faire en sorte que ses contribuables en aient pour leur argent ».19

  • 20 Bertrand, Mathilde, “Cultural Battles: Margaret Thatcher, the Greater London Council and the Britis (...)

7Ces pratiques, jugées radicales à l’époque mais semblant normales aujourd’hui, ne furent pas étrangères à la dissolution du Greater London Council par le gouvernement conservateur, qui se livra à un véritable charcutage électoral afin de mettre fin à la résistance protéiforme que cette assemblée lui opposait, tant en matière de politiques d’égalité des chances qu’en matière de politiques culturelles20, par exemple. La Inner London Education Authority allait connaître le même sort en 1990. Le souvenir des politiques audacieuses de Ken Livingston ne dut pas être trop pénible aux Londoniens, puisqu’ils l’élurent maire de la capitale britannique pour deux mandats consécutifs, de 2000 à 2008, à la suite de l’adoption du Greater London Authority Act (1999), loi qui donna naissance à la Greater London Authority, à l’assemblée de Londres (London Assembly) et au poste de Maire élu de Londres (Mayor of London).

Conclusion

8Aujourd’hui, soit 30 à 40 ans plus tard, cet historique de la gauche travailliste antiraciste semble loin, et même un peu obscur, et on se souvient le plus souvent – et avec raison- des années 1980 comme les années du Thatchérisme triomphant et de la naissance du néolibéralisme qui gouverne nos vies aujourd’hui. Loin de perdre leur temps pendant leur éloignement de Downing Street, es travaillistes ont en fait su, du moins dans certains domaines bien précis, faire preuve de beaucoup d’inventivité et d’innovations dans le domaine de la « gestion » de la diversité culturelle résultant des flux migratoires.

9 C’est en effet dans le contexte d’ébullition politique locale du tournant des années 1980 que l’idée de la sous-représentation, et donc du besoin d’élus de personnes dites Black and Asian, a pu émerger, et, dans une lecture historique de la politique britannique, c’est bel et bien ce phénomène qui a permis l’élection des premiers élus noirs à la Chambre des Communes en 1986, puis l’élection sans cesse croissante de Blacks and Asians tout au long des années 1990 et 2000. Or, ce contexte a été crucial en 2010 dans la détermination du jeune leader conservateur David Cameron à à encourager pour la première fois résolument l’élection en nombres véritablement significatifs d’élus dits « issus de l’immigration », même si en l’occurrence, il s’agit de profils politiques bien différents de ceux de leurs homologues travaillistes, et bien éloignés (voire fermement opposés), à l’antiracisme et au multiculturalisme. La préoccupation de Cameron était de se débarrasser de l’image de nasty party qui collait aux Tories depuis le début des années 2000, à cause de leurs critiques véhémentes des politiques d’immigration et du droit d’asile des gouvernements de Tony Blair. Aujourd’hui, la diversité ethno-raciale et culturelle est une donnée considérée comme incontournable outre-Manche, des deux côtés de la dispatch box. Le deux figures politiques de premier plan, Rishi Shunak et Priti Patel, pourraient difficilement être plus antagonistes de Dianne Abbott ou d’autres travaillistes issus de la mouvance antiraciste, mais leur ascension politique s’est faite dans un contexte d’acceptabilité accrue de minorités qui, in fine, ne se comprend que dans le fil d’un historique qui remonte au rôle déterminant du Parti travailliste depuis les années 1960.

Haut de page

Bibliographie

Ball, Wendy & Solomos, John (editors), Race and Local Politics, Basingstoke: Palgrave Macmillan, 1990, p.218.

Bertrand, Mathilde, “Cultural Battles: Margaret Thatcher, the Greater London Council and the BritishCommunity Arts Movement”, Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XXVI-3 | 2021, < http://journals.openedition.org/rfcb/8435 > ; DOI: < https://doi.org/10.4000/rfcb.8435 >. Lien actif le 20 septembre 2022.

Jenkins, Roy, Speech before the National Committee for Commonwealth Immigrants (NCCI) 1966, Cité dans : Spring 2011 issue of LSE Research Magazine. https://blogs.lse.ac.uk/politicsandpolicy/multiculturalism-immigration-support-white-population . Lien actif le 20 septembre 2022.

« Margaret Thatcher TV Interview for Granada World in Action (“rather swamped”) » [en ligne], The Margaret Thatcher Foundation, 27 janvier 1978. https://www.margaretthatcher.org/document/103485 Lien actif le 20 septembre 2022.

Latour, Vincent, « Multiculturalism Upheld? Immigration, ‘Race Relations’ and Diversity Management under John Major (1990-1997) », dans Les années John Major 1990-1997, sous la direction de Jean-Philippe Fons, Observatoire de la Société Britannique n°17, Toulon – Sud Var, 2009, p 224.

Le Lohé, Michel, ‘Ethnic Minority participation and representation in the British electoral system’, dans Saggar, Shamit, Race and British Electoral Politics, University College Press, London, 1998, pp. 73-95, cité dans Romain Garbaye, Getting Into Local Power, Blackwell, Oxford & New York, 2005, p. 89.

Le Galès, Patrick, “Crise urbaine et développement économique local : l’apport de la nouvelle gauche urbaine », Revue Française de Science Politique, 40(5), pp. 714-34.

Race Relations Act 1976 (Repealed) < https://www.legislation.gov.uk/ukpga/1976/74/enacted > Lien actif le 20 septembre 2022.

Solomos, John Race and Racism in Britain, Basingstoke, Macmillan, 1993, p. 207.

The Swann Report, Education for All Report of the Committee of Enquiry into the Education of Children from Ethnic Minority Groups, London: Her Majesty's Stationery Office, 1985. http://www.educationengland.org.uk/documents/swann/ Lien actif le 20 septembre 2022.

“White Paper on Racial Discrimination” (PDF of the original document 1975) http://filestore.nationalarchives.gov.uk/pdfs/small/cab-129-184-c-93.pdf Lien actif le 20 septembre 2022.

Haut de page

Notes

1 Jenkins, Roy, Speech before the National Committee for Commonwealth Immigrants (NCCI) 1966, Cité dans : Spring 2011 issue of LSE Research Magazine. <https://blogs.lse.ac.uk/politicsandpolicy/multiculturalism-immigration-support-white-population>

2 Solomos, John, Race and Racism in Britain, Basingstoke, Macmillan, 1993, p. 207.

3 “White Paper on Racial Discrimination” (PDF of the original document 1975) <http://filestore.nationalarchives.gov.uk/pdfs/small/cab-129-184-c-93.pdf> (lien actif le 20 septembre 2022).

4 « Margaret Thatcher TV Interview for Granada World in Action (“rather swamped”) » [en ligne], The MargareThatcher Foundation, 27 janvier 1978. <https://www.margaretthatcher.org/document/103485 (lien actif le 20 septembre 2022).

5 C’est ainsi que dans le sillage du premier Race Relations Act (1965) des villes comme Bristol, Bradford, Birmingham ou de nombreux boroughs londoniens allaient mettre en place des comités de liaison (liaison committees) afin de coordonner l’action envers les populations issues de l’immigration.

6 Voir par exemple Roché, Sébastian, Jobard, Fabien et al., Le frisson de l’émeute, violences urbaines et banlieues, Paris, Seuil, 2006, ou Waddington, Dave, Jobard, Fabien & King, Mike, dirs., Rioting in the UK and France: A Comparative Analysis, Willan Publishing, 2009.

7 Bleich, Erik, Race Politics in Britain and France, Ideas and Policymaking since the 1960s, Cambridge University Press, Cambridge, 2003.

8 Carmichael , Stokeley & Hamilton, C.V., Black Power : the Politics of Liberation in America, Harmondsworth, Penguin, 1969.

9 Latour, Vincent, "Multiculturalism Upheld? Immigration, ‘Race Relations’ and Diversity Management under John Major (1990-1997)”, dans Les années John Major 1990-1997, sous la direction de Jean-Philippe Fons, Observatoire de la Société Britannique n°17, Toulon – Sud Var, 2009, p 224.

10 Source: Le Lohé, Michel, 1998, ‘Ethnic Minority participation and representation in the British electoral system’, in Saggar, Shamit, Race and British Electoral Politics, University College Press, Londres, 1998, pp. 73-95, cité dans Romain Garbaye, Getting Into Local Power, Blackwell, Oxford et New York, 2005, p. 89.

11 Le Galès, Patrick “Crise urbaine et développement économique local : l’apport de la nouvelle gauche urbaine », Revue Française de Science Politique, 40(5), pp. 714-34.

12 Source : 1976 Race Relations Act (Repealed) < https://www.legislation.gov.uk/ukpga/1976/74/enacted >(traduit par les auteurs.) Lien actif le 20 septembre 2022.

13 Solomos, op.cit., p.109.

14 Le Local Government Act de 1966, comme l’Urban Programme de 1968 s’inscrivaient dans les politiques de ville et sinspiraient des programmes de lutte contre la pauvreté mis en œuvre outre-Atlantique (Great Society et Community Actions notamment). Financés par le gouvernement central, ils étaient destinés à améliorer la qualité de vie dans les inner cities, notamment par le biais de la rénovation urbaine et de vastes programmes de reconstruction de logements sociaux gérés par les municipalités (Council housing).

15 Appelées Contract compliances, elle étaient directement inspirées d’une pratique éponyme apparue aux États-Unis dans le contexte des Civil Rights et mise en œuvre en Irlande du Nord dans le contexte des tensions intercommunautaires entre les catholiques, alors assez largement minoritaires, et les protestants.

16 The Swann Report, Education for All Report of the Committee of Enquiry into the Education of Children from Ethnic Minority Groups London: Her Majesty's Stationery Office, 1985. < http://www.educationengland.org.uk/documents/swann >Lien actif le 15 mars 2022.

17 Ball, Wendy & Solomos, John (editors), Race and Local Politics, Basingstoke: Palgrave Macmillan, 1990, p. 218.

18 Ball & Solomos, op.cit., p.215.

19 Ball & Solomos, op.cit., p.216.

20 Bertrand, Mathilde, “Cultural Battles: Margaret Thatcher, the Greater London Council and the British
Community Arts Movement”, Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XXVI-3 | 2021, Online
since 14 December 2021, connection on 05 January 2022. < http://journals.openedition.org/rfcb/
8435
> ; DOI: < https://doi.org/10.4000/rfcb.8435 .> Lien actif le 20 septembre 2022.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Garbaye et Vincent Latour, « Le long chemin vers l’incorporation des minorités ethniques dans la vie politique britannique »Observatoire de la société britannique, 29 | 2022, 33-45.

Référence électronique

Romain Garbaye et Vincent Latour, « Le long chemin vers l’incorporation des minorités ethniques dans la vie politique britannique »Observatoire de la société britannique [En ligne], 29 | 2022, mis en ligne le 01 avril 2023, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/osb/5794 ; DOI : https://doi.org/10.4000/osb.5794

Haut de page

Auteurs

Romain Garbaye

Professeur des universités à la Sorbonne Nouvelle, spécialiste des questions de migration et de diversité au Royaume-Uni, co-directeur du GIS MIDIB (Migration et Diversité dans les Iles Britanniques et Irlandaises)

Articles du même auteur

Vincent Latour

Professeur des universités à Toulouse Jean-Jaurès, spécialiste des questions de migration et de diversité au Royaume-Uni, co-directeur du GIS MIDIB (Migration et Diversité dans les Iles Britanniques et Irlandaises)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search