Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Les députés conservateurs issus d...

Les députés conservateurs issus des minorités ethniques : du dilemme identitaire à l’uniformité idéologique

Agnès Alexandre-Collier
p. 73-92

Résumé

En reconstituant le profil socio-démographique et idéologique des 24 députés conservateurs élus ou réélus en 2019 et identifiés comme « BAME » (« Black, Asian and Minority Ethnic »), cet article essaie de comprendre les motivations qui animent des députés partagés entre leur appartenance à une communauté ethnique dont ils ne cherchent pourtant pas à représenter les intérêts et leur positionnement au sein du parti, attesté par un discours pro-Brexit et anti-immigration. Répondant à une logique de représentation substantive (les valeurs du parti) et non descriptive (leur communauté), ces acteurs sont ainsi au cœur d’un dilemme identitaire entre d’un côté l’image de la diversité qu’ils projettent pour répondre à la stratégie de modernisation entreprise par le parti conservateur depuis leur retour au pouvoir en 2010 et l’uniformité idéologique que produisent leur discours et leur positionnement sur les enjeux culturels et sociétaux les plus clivants pour l’identité du pays.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Mitchell, Ben (2022), “Rishi Sunak’s rise to PM is ‘our Barack Obama moment’”, The Independent, 24 (...)
  • 2 May, Theresa (2002), “Full Text: Theresa May’s Conference Speech”, The Guardian, 7 October 2002, ht (...)
  • 3 Childs, Sarah and Webb, Paul (2012) Sex, Gender and the Conservative Party, Basingstoke, Palgrave M (...)
  • 4 Alexandre-Collier, Agnès (2010), Les habits neufs de David Cameron. Les conservateurs britanniques (...)
  • 5 Schnapper, Pauline, Avril, Emmanuelle (2019), Où va le Royaume-Uni ? Le Brexit et après, Paris, Odi (...)
  • 6 Sobolewska, Maria, Ford, Rob (2019), “British Culture Wars? Brexit and the Future Politics of Immig (...)

1Comment interpréter l’arrivée d’un Premier ministre conservateur d’origine indienne, Rishi Sunak, à la tête du gouvernement ? Est-ce le symbole du succès du multiculturalisme au Royaume-Uni ? Est-ce le signe d’une meilleure représentativité du parti conservateur ? Peut-on y voir une image de modernité ? Ce que certains commentateurs ont qualifié de « moment Obama »1 présenté dans les médias comme une vague de transformation salutaire, source de progrès social et culturel, nous laisse supposer que l’arrivée d’un conservateur issu de l’immigration doit être nécessairement synonyme de changement. Cette interprétation coïncide avec la stratégie de décontamination de la marque « conservatrice » entreprise par le parti dès le début des années 2005. A la suite d’un célèbre discours prononcé en 2002 par Theresa May2, alors figure montante du parti, qui dénonçait le manque de représentativité d’un parti recentré sur un vivier électoral et militant essentiellement blanc, masculin et issu des classes moyennes et perçu dès lors comme un « méchant parti » (nasty party), le nouveau dirigeant du parti conservateur élu en décembre 2005, David Cameron, entreprit de moderniser l’image du parti en « décontaminant la marque » conservatrice associée à la défense d’enjeux culturels et sociétaux traditionnels. Il s’agissait à la fois de renouveler l’offre politique du parti et d’améliorer sa représentativité en accueillant plus de femmes et de minorités ethniques parmi leurs candidats parlementaires3. De fait, l’arrivée de députés issus de l’immigration était associée à la stratégie de modernisation partisane4. Par la suite, le référendum de juin 2016 sur le Brexit a été décrit comme la cause ou la conséquence d’une forte polarisation non seulement politique mais également sociale et identitaire5. L’imbrication de différents enjeux comme le multiculturalisme, l’immigration et la souveraineté nationale a introduit l’hypothèse de nouvelles « guerres culturelles » propres à la société britannique6. Dans cette nouvelle configuration, les divisions de la société britannique entre ceux que Sobolewska et Ford ont qualifié de conservateurs identitaires et de libéraux identitaires ont instinctivement contribué à classer la majorité des acteurs politiques issus des minorités ethniques dans la deuxième catégorie, en raison de leur expérience personnelle de l’immigration et du racisme.

  • 7 Bale, Tim (2023) The Conservative Party after Brexit. Turmoil and Transformation, Cambridge, Polity
  • 8 Saini, Rima, Bankole, Michael, Begum, Neema (2022), “The 2022 Conservative leadership campaign and (...)

2Cet article a pour objet de montrer que cette classification (conservateurs et libéraux identitaires) ne correspond pas au cas du parti conservateur7 dont les députés issus de l’immigration offrent un cas d’étude d’autant plus passionnant qu’il est contre-intuitif. Si l’on part du postulat que les minorités ethniques se rangeraient naturellement du côté des libéraux identitaires, on observe néanmoins que les députés conservateurs issus de l’immigration constituent, sur le plan de leurs idées et de leurs principes, un groupe assez homogène de conservateurs identitaires8. Cet article cherchera à expliquer le dilemme identitaire entre l’image de la diversité que projettent ces acteurs et l’uniformité idéologique que produisent leur discours et leur positionnement sur les enjeux culturels et sociétaux les plus clivants pour l’identité du pays. A partir de données quantitatives et qualitatives, permettant de reconstituer le profil socio-démographique et idéologique des 24 députés conservateurs élus ou réélus en 2019 et identifiés comme « BAME » (« Black, Asian and minority ethnic ») selon la terminologie britannique (pays où les statistiques ethniques sont légales), complétées par leurs interventions à la Chambre des communes et dans les médias, nous essayerons de comprendre les motivations qui animent des députés partagés entre leur appartenance à une communauté ethnique dont ils ne se revendiquent pas forcément et leur positionnement au sein du parti, attesté par un discours pro-Brexit et anti-immigration qui les place du côté des conservateurs identitaires. L’étude de cet échantillon montrera ainsi comment ces acteurs s’inscrivent dans une conception substantive (les valeurs du partis) et non descriptive (leur communauté ethnique) de la représentation politique puis comment leur profil socio-démographique et leur ancrage territorial très marqué dans le sud-est de l’Angleterre les identifient à l’élu conservateur moyen des bastions traditionnels. Fortement assimilés et partisans d’un conservatisme identitaire, ces acteurs, comme nous le verrons, défendent des positions autoritaires et refusent de s’afficher comme les représentants de la communauté dont ils sont issus. Nous verrons que ce phénomène s’explique principalement par la façon dont ils sont sélectionnés par le parti qui, depuis 2010, s’emploie à instrumentaliser certains groupes sociaux comme les femmes et les minorités ethniques pour tenter d’adoucir l’image du parti sans tenir compte, a priori, de leur positionnement idéologique. La conformité, voire l’uniformité idéologique qui découle de l’observation de ce groupe va ainsi de pair avec une certaine homogénéité socio-démographique, deux résultats qui contredisent en effet l’image de la « diversité » projetée par ces députés et mise en avant par le parti comme un signe de modernité.

Identité et représentation : débat et dilemme

3L’hypothèse du dilemme identitaire auquel sont confrontés les députés conservateurs issus de l’immigration ne peut se comprendre qu’à la lumière du débat académique sur la question de la représentation posée par l’étude d’un tel groupe. En science politique, le rôle institutionnel du député le place au croisement de multiples identités qui parfois se heurtent et se contredisent : en tant qu’acteur social, il relève à la fois d’un genre, d’une classe d’âge, d’un groupe ethnique, d’une classe sociale et d’une profession ; en tant qu’acteur politique, il/elle représente à la fois sa circonscription et son parti. Mais quel(s) groupe(s) social(ux) sont-ils/elles censé(e)s représenter ? Ces deux rôles distincts sont parfois difficiles à concilier et engendrent un dilemme en termes d’identité mais aussi de représentation et d’allégeance. La question de savoir qui le député se doit de représenter car il appartient à une communauté clairement identifiée ne recoupe pas forcément celle de la loyauté à une organisation politique ou professionnelle. Le lien communautaire, comparable à l’appartenance à une famille, peut être de l’ordre de l’affect et celui d’une organisation politique relever de formes d’engagement dont les ressorts sont multiples, la gratification symbolique et les motivations également intellectuelles.

  • 9 Norris, Pippa and Lovenduski, Joni (1995) Political recruitment: Gender, Class and Race in the Brit (...)
  • 10 Allen, Peter (2018), The Political Class. Why it matters who our politicians are, Oxford, Oxford Un (...)

4Associés à l’acteur politique qu’est le député, ces enjeux posent de surcroît la question centrale de la représentation : que ou qui le député représente-t-il ? La littérature scientifique fait communément la distinction entre représentation descriptive et représentation substantive9. La première consiste à représenter une catégorie sociale et défendre ses intérêts, tandis que la seconde porte sur la promotion des valeurs et des principes propres à l’organisation à laquelle on appartient. Pour Allen, la représentation descriptive renvoie plus précisément à la « présence de certains types de personnes dans des lieux et des institutions données »10.

  • 11 McKee, Rebecca (2017), The Substantive Representation of Ethnic Minorities in the UK Parliament, Do (...)
  • 12 Rappelons le vœu récent émis par Suella Braverman de rapatrier les immigrés clandestins vers le Rwa (...)
  • 13 Heath, Anthony, Fisher, S., Rosenblatt, G., Sanders, D. and Sobolewska, M. (2013), The Political In (...)

5Ceci étant dit, la littérature s’avère ambivalente sur l’expansion de la représentation descriptive comme condition nécessaire et suffisante à la représentation substantive des minorités ethniques11. Ou pour le dire plus simplement, l’élection d’un nombre croissant de minorités ethniques au Parlement sert-elle davantage les minorités ethniques au Royaume-Uni ? Si l’on observe l’intransigeance envers l’intégration sociale et économique de la population non-blanche du pays de certains membres du gouvernement comme Suella Braverman12 ou Priti Patel, la réponse est négative. Sur le plan de leur offre politique, la question de l’intégration des minorités ethniques a toujours été un enjeu politique récurrent et clivant pour les conservateurs 13. Ainsi, le dilemme identitaire de ces députés conservateurs issus de l’immigration pris en étau entre leurs communautés d’origine étrangère ou issue des pays du Commonwealth et un parti politique dont les idées vont parfois à l’encontre de leurs intérêts, s’interprète comme une incongruité, voire une anomalie. Mais elle s’explique principalement par ce qu’on pourrait appeler une tension entre deux modes de représentation qui, dans ce cas précis, sont en conflit l’un avec l’autre.

Un profil socio-démographique et territorial homogène

6Si l’on observe à présent les caractéristiques socio-démographiques de ce groupe de 24 députés conservateurs qualifié de « BAME », on constate une homogénéité qui contraste avec l’idée même de diversité ethnique, expression elle-même trompeuse car elle se réfère aux communautés autres que la population blanche du Royaume-Uni. La légalité des statistiques ethniques dans ce pays officialise l’existence de groupes non-blancs mais récemment le recours problématique à ces différentes catégories a incité le gouvernement à revoir ces dénominations. Le gouvernement précise ainsi qu’elles doivent se référer à l’ethnicité et non la « race » (le terme anglais étant connoté de manière moins polémique qu’en France) en privilégiant l’étiquette de « minorités ethniques (excluant les minorités blanches) mais en refusant l’étiquette « non blanche » et en incluant dans la catégorie « blanche » les communautés gitanes et roms14. Ainsi, les trois catégories autres que blanches qui sont utilisées sont les « Asian or Asian British », « Black, Black British, Caribbean or African » et « Mixed or Multiple Ethnic Groups »15. En mars 2021, la Commission on Race and Ethnic Disparities16a fortement recommandé que le gouvernement cesse d’utiliser l’étiquette « BME » (« Black and Minority Ethnic ») et « BAME » que certains députés concernés, comme Kwasi Kwarteng, rejetaient déjà.

7La diversité ethnique du groupe s’observe de manière effective bien qu’elle ne soit pas représentative de la population. En effet, la proportion des 24 députés ne constitue que 6,5% du groupe parlementaire dans sa totalité, ce qui est bien en deçà de la proportion de la population ethnique enregistrée à 18,3% au recensement de 2021 en Angleterre et au pays de Galles17. Dans le groupe étudié, 5 députés appartiennent à la catégorie des « Britanniques noirs » (« Black British »), 14 à celle des « Asiatiques britanniques » (« British Asians »), parmi lesquels 8 « Indiens britanniques », dont le Premier Ministre Rishi Sunak, 4 « Pakistanais britanniques », 1 « Britannique Chinois » et 1 « Srilankais britannique » et enfin, 5 appartiennent à la catégorie « mixte » (« Mixed » (Blanc/Noir, Iranien, ou Pakistanais). Les députés appartenant donc en majorité à la catégorie des asiatiques britanniques, cette répartition reflète celle des communautés ethniques dans la population du Royaume-Uni avec 7% d’Asiatiques britanniques, 3% de Britanniques noirs et 3% de mixtes. Cette donnée suggère que la plupart des pays dont sont originaires les députés appartiennent au Commonwealth (Inde, Pakistan, Sri Lanka) bien que la catégorie des « Britanniques noirs » soit plus vague mais laisse penser qu’il s’agirait aussi de pays du Commonwealth issus des Antilles britanniques ou du continent africain. Toutefois la plupart de ces députés sont nés au Royaume-Uni (18 sur 24). En tant qu’immigrants principalement de la deuxième génération, leur propre expérience de l’immigration est donc indirecte et s’appuie sur l’histoire personnelle de leurs parents, comme nous le verrons.

8La diversité du groupe s’observe également dans la variété des systèmes éducatifs qui les ont formés puisque 12 députés (50%) sont issus des écoles privés et 7 (29%) des universités d’Oxford et Cambridge, ce qui correspond aux données existant pour l’ensemble du groupe parlementaire (29% de députés issus de « Oxbridge » et 44% des écoles privées) mais pas pour les minorités ethniques dans leur ensemble.

  • 18 La question de la transidentité fait débat au sein du parti comme dans la société mais aucun élu co (...)
  • 19 Butler, Chris, Campbell, Rosie, Hudson, Jennifer (2021), “Political recruitment under pressure, aga (...)

9Toutefois, leur homogénéité socio-démographique transparaît nettement pour d’autres caractéristiques : le genre et le milieu professionnel. Parmi les 24 députés, on retrouve une grande majorité d’hommes, 17, soit 71% de l’ensemble du groupe contre 7 femmes (29%), ce qui reflète à peu près la répartition entre sexes au sein du groupe parlementaire dans son ensemble qui compte 87 femmes, soit 24% élues en 201918. Sur le plan professionnel, on retrouve cependant des caractéristiques différentes de l’ensemble du groupe parlementaire puisque 14 députés sur 24 issus de l’immigration sont issus du secteur bancaire ou du monde des affaires (soit 58,3%) contre 25% pour l’ensemble du groupe ; 6 des professions juridiques (soit 25% contre 7,9% pour le groupe), 2 des professions militaires (8,3% contre 1,9% pour le groupe) et 2 du secteur associatif (8,3% contre 1,4% pour le groupe)19.

  • 20 Uberoi, Elise, Burton, Matthew (2022), Ethnic diversity in politics and public life, SN01156, House (...)

10On observe également une homogénéité géographique liée aux circonscriptions représentées par ces députés. La cartographie électorale indique en effet une absence de députés concernés en Ecosse, au pays de Galles et en Irlande du Nord, ainsi qu’une concentration dans le sud-est de l’Angleterre, bastion électoral traditionnel du parti conservateur, qui s’avère bien plus forte encore que pour le reste du groupe parlementaire. 13 députés sur 24 sont en effet élus dans ces circonscriptions, soit 56,5% contre 34,5% pour l’ensemble du groupe parlementaire conservateur (126 circonscriptions sur 365). L’autre moitié des députés est disséminée à l’est du pays : 3 à l’est (13%), 1 à l’est des Midlands (4,3%), 2 à l’ouest des Midlands (8,6%), 1 dans le sud-ouest (4,3%) et 3 (13%) dans le nord (1 dans le nord-ouest and 2 dans le Yorkshire). Rappelons qu’aux élections de 2019, le bastion électoral du sud-est s’est effrité au profit de circonscriptions traditionnellement travaillistes, nouvellement acquises par les conservateurs et formant un mur rouge (« Red Wall ») allant des Midlands au nord-est de l’Angleterre. Parallèlement, la perte de sièges traditionnels comme Canterbury, St Albans et Putney dans le Grand Londres a incité les commentateurs à évoquer l’érosion du « Blue Wall » par réaction à la conquête du « mur rouge » par les conservateurs. Cette thèse ne s’applique pas à notre échantillon de députés issus des minorités ethniques, largement concentrés dans les fiefs conservateurs du sud-est de l’Angleterre. Autre particularité de cette sur-représentation du sud-est : toutes ces circonscriptions sont dites « sûres », c’est-à-dire solidement ancrés dans le vivier électoral du parti et acquises à une large majorité des suffrages. Comme le montre le tableau 1, tous les 24 députés conservés ont été en effet élus en 2019 avec plus de 20 000 voix et l’élection de Shailesh Vara dans le North-East Cambridgeshire, notamment, a battu le record de la 7ème circonscription ayant remporté le plus de suffrages20. Rappelons toutefois que sur ces 24 députés, 2 ont été élus en 2005, 8 en 2010, 7 en 2015, 2 en 2017 et 5 en 2019. Donc une forte majorité d’entre eux a été élue dans le contexte antérieur au référendum de juin 2016, plus stable et électoralement favorable aux conservateurs au pouvoir depuis 2019. Ces données électorales relatives à la circonscription posent la question du mode de sélection de ces députés dont on peut supposer, comme nous le verrons ultérieurement, qu’ils ont été ciblés spécifiquement par le parti pour des raisons stratégiques.

Tableau 1 Circonscriptions sûres/marginales et députés conservateurs issus des minorités ethniques

Marginalité (majorité)

Nombre de députés (première élection)

Nombre de députés

(élection de 2019)

<20000

0

0

20001-25000

11

2

25000-30000

4

4

30000-35000

6

10

35000-40000

3

8

Total

24 (100%)

24 (100%)

Des députés fortement assimilés

  • 21 Marcson, Simon (1950), “A theory of intermarriage and assimilation”, Social Forces 29, 1, p. 75–78.
  • 22 Kulu, Hill & Hannemann, Tina (2019), “Mixed marriage among immigrants and their descendants in the (...)

11On observe également plusieurs indices de forte assimilation à la population blanche qui semblent constituer un dénominateur commun de ces députés. Le mariage mixte (« intermarriage ») est sans conteste l’indice le plus visible et le plus répandu dans ce groupe. En effet, sur un total de 18 députés engagés publiquement dans des relations sentimentales de longue durée, une grande majorité d’entre eux (14 députés soit 77,7%) ont des partenaires blanc(he)s et seuls 4 d’entre eux ont des partenaires issus de communautés similaires ou non-blanches, y compris le Premier ministre Rishi Sunak dont l’épouse est d’origine indienne. Pour 5 d’entre eux, leur vie privée n’a jamais été rendue publique à l’exception de Imran Ahmad Khan qui a dû avouer son homosexualité suite à la révélation par la presse d’une affaire de harcèlement sexuel envers un mineur. Le taux de mariages mixtes est souvent interprété comme le reflet d’une volonté accrue de s’assimiler à la société britannique, la corrélation entre le mariage mixte et l’assimilation ayant souvent été établie en sociologie21. L’exogamie, règle matrimoniale qui consiste à rechercher son/sa conjoint(e) à l’extérieur de son groupe social en l’occurrence leurs communautés ethniques, se produit dans ce cas avec des partenaires blancs d’origine britannique. En tant que descendants d’immigrés, ces députés auront tendance à afficher des taux d’endogamie inférieurs au reste de la population. Toutefois, les données constatées ici contrastent avec des études réalisées à plus grand échelle qui montrent que « ceux qui se marient à l’extérieur de leur groupe ont tendance à se mettre en ménage avec une personne d’une autre minorité ethnique plutôt qu’une personne blanche »22.

12Un second indice d’assimilation réside dans la distribution démographique très déséquilibrée en faveur de la population blanche dans leurs circonscriptions, puisque comme le montre le tableau 2, seuls 2 députés (8,3%) sont élus dans des circonscriptions où la population non-blanche est supérieure à 13% (réalité qui s’applique à la population de l’Angleterre et du pays de Galles où le pourcentage de la population non-blanche était de 18,3% au recensement de 2021) et 11 députés (45,8%) sont élus dans des circonscriptions comprenant moins de 5% de minorités ethniques.

Table 2 : Population issue de l’immigration par circonscription de député conservateur issu des minorités ethniques

Recensement minorités ethniques

Total

<5%

11

5-10%

8

10-13%

3

>13%

2

Total

24 (100%)

Source House of Commons Library, Constituency data website.

Une convergence idéologique vers le conservatisme social

13Le pluralisme inhérent au parti conservateur présente depuis 2016 une cartographie de groupes et de factions qu’il est parfois difficile de démêler. Il faut dire que différents enjeux ont mis en évidence des lignes de clivage dont la plupart ne sont pourtant pas nouvelles mais qui avaient été mises en sommeil selon les circonstances. On retrouve ainsi trois grands axes. A travers les enjeux conjoints de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne et de l’immigration, le référendum sur le Brexit a tout d’abord fait rejaillir la question ancienne de la place de l’État-Nation dans le monde sur laquelle les conservateurs se sont souvent divisés entre les défenseurs de la souveraineté nationale et les partisans d’une dynamique de coopération intergouvernementale (souveraineté / coopération). Ensuite, au sortir de la crise parlementaire sur les négociations entre le gouvernement britannique et les partenaires européens, le pays a été, comme d’autres, touché de plein fouet par la pandémie de Covid19 qui chez les conservateurs a réactivé une tension latente sur l’intervention de l’Etat dans la sphère privée entre les partisans de restrictions sanitaires fermes imposées par les pouvoirs publics et ceux favorables au respect des libertés individuelles (autorité / liberté). Enfin, les débat autour des droits des minorités ethniques et sexuelles a parallèlement scindé le parti autour de ce qu’il convient d’appeler les « guerres culturelles » sur des enjeux moraux et des questions sociétales (traditionalisme / modernisation, pour reprendre l’ancien clivage des « Mods » et « Rockers » sous David Cameron).

  • 23 Alexandre-Collier, Agnès (2021), “The Post-Referendum Reconfigurations of Party cleavages around Bl (...)
  • 24 Wallace, Mark (2016), “The majority of ethnic minority Conservative MPs are backing leave”, Conserv (...)
  • 25 Lynch, Philip and Whitaker, Richard (2018), “All Brexiteers Now? Brexit, the Conservatives and part (...)
  • 26 Khan, Omar, Weekes-Bernard, Debbie (2015), “This is Still about Us. Why Ethnic Minorities See Immig (...)

14Les 24 députés concernés offrent un tableau a priori contrasté de leur positionnement idéologique sur ces trois lignes de clivages : souveraineté / coopération – autorité / liberté, tradition / modernité. Plusieurs critères sont généralement utilisés pour identifier ce positionnement : le comportement de vote sur les projets de loi les plus clivants du parti, l’appartenance avérée à des groupes ou factions existantes et des déclarations publiques. En croisant ces trois critères, il est possible, pour chacun des 24 députés, de mieux cerner son positionnement idéologique. Dans une autre enquête concernant la législature précédente (2017-19)23, nous avions déjà identifié une majorité de Brexiters chez les minorités ethniques puisque 11 sur les 19 députés concernés avaient déclaré avoir voté pour le « leave », mais certains d’entre eux avaient refusé, ce qui laissait entendre qu’il y en avait plus24. Mais pour la législature actuelle (2019 -) relative à cette étude, la question européenne n’est plus un facteur de division interne, le Brexit ayant en quelque sorte enterré le débat25. En revanche, l’immigration reste un point de friction significatif au sein du parti, de surcroît paradoxal chez les députés issus des minorités ethniques dont certains plaident bruyamment pour une réduction de l’immigration, comme Priti Patel et Suella Braverman, l’ancienne et l’actuelle ministre de l’Intérieur. Comme notre enquête préalable l’avait montré, la plupart de ces députés souhaitent œuvrer pour éradiquer l’immigration clandestine, à l’instar de la quasi-unanimité du parti mais plus largement, leur position sur l’immigration est étroitement liée à leur soutien au Brexit. L’arrivée de communautés est-européennes, notamment polonaise, suite à la vague d’élargissement de l’Union européenne de 2004, et le traitement réservé à ces nouveaux arrivants grâce au principe de libre-circulation a parfois été perçue comme une entrave inacceptable à l’immigration dite historique en provenance des pays du Commonwealth dont leurs parents ont bénéficié après la seconde Guerre mondiale jusqu’aux années 197026.

  • 27 Strick, Katie (2022), “It’s Rishi Sunak vs Liz Truss — your Tory leadership cheatsheet”, Evening St (...)
  • 28 Swinford, Steven (2022), “Teachers should not pander to trans pupils, says Suella Braverman”, The T (...)

15D’autres clivages sont également apparus sur la question de l’interventionnisme étatique face aux restrictions sanitaires auxquelles certains députés comme Adam Alfriyie, Kemi Badenoch et Nusrat Ghani se sont opposés. Pour l’ensemble des 24 députés, la principale tension réside autour des enjeux moraux comme l’avortement, l’homosexualité et l’attitude envers la pénalisation des drogues douces. Le comportement de vote de chacun d’eux, recensé par le site PublicWhip indique déjà un taux de rébellion (le fait de voter à l’encontre des instructions du leadership) particulièrement faible (entre 0% et 2,2%). Mais cette loyauté a de multiples explications possibles. Elle peut autant s’interpréter comme une forme de conformité à la ligne idéologique du parti que par le fait qu’un grand nombre de ces députés ont à un moment ou à un autre de la législature rejoint le gouvernement et souscrit au principe constitutionnel de responsabilité collective. Parmi les quelques rebelles, le principal motif de divergence est apparu dans une série de textes législatifs particulièrement clivants (notamment les Public Order Bills du 27 avril 2021 et du 18 octobre 2022 modifiant les conditions et les modalités de pratique de l’avortement en Irlande du Nord). Au sein du parti, le nombre élevé de rébellions contre la ligne adoptée par le parti indique qu’il s’agit d’un facteur de profonde division mais aussi un enjeu pertinent pour identifier les députés sensibles à une ligne autoritaire et traditionnelle sur ces questions morales. Certains noms ressortent de manière récurrente et peuvent être aisément identifiés comme des conservateurs sociaux : Kemi Badenoch, Suella Braverman, Rehman Chisti, Claire Coutinho, Nusrat Ghani, Ranil Jayawaderna, Priti Patel, Shailesh Vara, soit un total de 8 députés sur 24. Au sein du gouvernement actuel, les voix de Kemi Badenoch et Suella Braverman se sont fait souvent entendre pour contester ce qu’elles tendent à considérer comme une dérive de la culture « woke ». Comme l’explique la journaliste Katie Strick à propos de Badenoch, “In 2018 she reportedly described trans women as “men using women’s bathrooms” and asked: “We’ve got gay marriage and civil partnerships, so what are transsexuals looking for?” Trans groups say they feel “utterly [failed]” by her as a minister so far after she refused to allow gender neutral toilets at her leadership campaign launch. Instead, masking tape signs were stuck onto each generic cubicle, labelling them as for “men” and “ladies”27. Tandis que pour Suella Braverman, qui suggère que certaines écoles encouragent la dysphorie de genre, il faut que les « enseignants se montrent plus fermes ». La ministre décrit également JK Rowling, qui a fait campagne pour préserver des espaces exclusivement féminins, comme « l’une de ses héroïnes ».28 Il ressort de cette cartographie sommaire une certaine convergence idéologique des députés issus de l’immigration vers un profil de conservatisme social qui contraste avec l’image de modernité favorisée par l’inclusion de groupes minoritaires et souhaitée par le leadership de David Cameron à partir de 2005.

Des explications du côté de l’offre et de la demande

  • 29 La méthodologie empruntée est celle de la « Critical Discourse Analysis » (CDA). Cf. Van Dijk, T. A (...)
  • 30 Note 8 dans Saini et al., op. cit.
  • 31 Saini, et al., op. cit.

16Les explications du positionnement politique des minorités ethniques offrent une multitude d’interprétations possibles mais ce faisant, engendrent une confusion épistémologique. Certains pans de la littérature académique posent problème parce qu’ils sont eux-mêmes rarement exempts de parti-pris idéologique. Si certains travaux s’appuient sur une analyse des discours29 de ces députés pour défendre la thèse selon laquelle ces derniers « négocieraient leur « altérité » ethno-raciale et leur idéologie conservatrice d’ultra-droite pour se positionner, de manière unique, comme les gardiens d’un modèle politique post-racial », ces études restent bien souvent confinées à une lecture post-coloniale de la britannicité qui s’inscrit dans le cadre conceptuel de ce qu’il convient d’appeler la « hegemonic whiteness »30. Selon ces auteurs, ce paradigme postulerait l’existence d’une « hiérarchie sociale racialisée qui « récompense » le conservatisme social et une éthique protestante blanche du travail »31. Cette thèse, bien qu’intéressante, nous semble néanmoins insuffisante pour prendre en compte l’ensemble des explications (en particulier celles relevant de la sociologie politique) qui éclairent les motivations de ces députés, au-delà de leur choix individuel et notamment celles qui relèveraient d’un pur calcul partisan. Axée sur l’organisation partisane, notre étude postule que la question de la sélection des candidats parlementaires réside au cœur des explications les plus pertinentes pour comprendre le profil et le positionnement des députés concernés. Ce cadre d’analyse, relatif à la question plus large de la représentation politique et théorisé entre autres par Norris et Lovenduski (1995), s’articule autour de deux volets que constituent les motivations du parti dans la sélection de ces candidats (la demande) et celles des candidats eux-mêmes (qui fournissent l’offre).

  • 32 Akhtar, Parveen, Peace, Timothy (2019), “Ethnic minorities in British politics: candidate selection (...)
  • 33 Sobolewska, Maria (2013) ‘Party Strategies and the Descriptive Representation of Ethnic Minorities: (...)
  • 34 Uberoi, Elise, Burton, Matthew, Ethnic diversity in politics and public life, SN01156, House of Com (...)
  • 35 Hill, Michael (2013), “Arrogant Posh Boys? The Social Composition of the Parliamentary Conservative (...)

17Du point de vue de la demande, la nécessité de changer l’image du parti et de « décontaminer » la marque conservatrice a été, comme nous l’avons évoqué, au cœur des priorités partisanes depuis l’élection de David Cameron comme leader en 2005. Dans ce contexte de modernisation partisane, il s’agissait donc moins de recruter des minorités ethniques chargées de représenter des catégories spécifiques de la population que de maquiller le parti en quelque sorte. A l’inverse du parti travailliste32, la représentation descriptive n’était pas au cœur des priorités conservatrices dans la mesure où le recrutement de candidats issus des minorités ethniques ne s’effectuait pas dans des circonscriptions « non-blanches » afin que ces candidats puissent être élus par des électeurs issus, comme eux, des minorités ethniques dont ils auraient la mission de défendre les intérêts33. De fait, les données disponibles montrent que 20% des électeurs issus des minorités ethniques votent conservateur, 64% travailliste, 12% libéral-démocrate et 11% autre34. Ainsi il faut remonter au dispositif de la A-list35 mis en place par David Cameron à cet effet, pour comprendre la nécessité de diversifier le profil du groupe parlementaire et contribuer ainsi à projeter l’image d’un parti moins « blanc, masculin et issu des classes moyennes » semblable à l’adhérent moyen du parti. Seuls trois députés de notre échantillon sont issus de ce dispositif : Helen Grant, Sam Giymah et Priti Patel. Toutefois, le choix de les sélectionner dans des circonscriptions sûres et essentiellement blanches va bien au-delà de ce qu’on pourrait appeler le daltonisme racial ou « cécité aux races » (« colour-blind approach »), expression provenant des Etats-Unis dans les années 1960 et décrivant des mesures législatives destinées à mettre fin à la discrimination en mettant en place des normes aveugles à la couleur de peau, à l’inverse de la discrimination positive ou d’une politique de quotas. Dans le cas conservateur, le recrutement d’un candidat parlementaire issu des minorités ethniques dans des circonscriptions qui en sont dépourvues crée une tension dans la stratégie représentative du parti, visant à la fois à légitimer ses politiques de durcissement en matière d’immigration et à se prémunir contre les accusations de racisme. Le rejet de la représentation descriptive au profit de la représentation substantive (les idées et le programme) a ainsi pour objectif d’assainir l’image du parti ou, pour reprendre une formule de la droite française, de le décomplexer.

  • 36 Sobolewska, Maria, McKee, Rebecca and Campbell, Rosie (2018), “Explaining motivation to represent: (...)
  • 37 Sajid Javid MP, HC Debates, volume 655, col. 21, 25 February 2019.

18Du point de vue de l’offre en revanche, les motivations de ces candidats sont habituellement de trois types : l’idée d’expérience partagée, la motivation de représentation et la motivation électorale36, lesquelles relèvent d’un côté des motivations individuelles et de l’autre des pressions de leur environnement électoral, essentiellement blanc et conservateur, qui les contraint de fait à orienter leur stratégie représentative vers les idées du parti (électoralement surreprésentées dans leur circonscription) et non les minorités ethniques (sous-représentées). L’importance de la représentation substantive pour le parti conservateur est telle que sur ce point les motivations du parti (demande) rejoignent celle de ces députés (offre). Ainsi, la plupart des propos que tiennent ces élus à la Chambre des communes ne recourent presque jamais à l’idée d’une expérience partagée avec leur communauté. Il s’agit dans la plupart des cas d’un récit personnel dont l’objectif se situe ailleurs, à savoir renforcer des principes moraux ou des valeurs politiques qui sont au cœur du conservatisme porté par le parti. En recherchant ainsi, pour chaque député concerné, les mentions qu’il ou elle fait à son pays d’origine dans la base de données des débats parlementaire entre juillet 2016 et juin 2023, on trouve une moyenne de zéro à cinq références par député. Notons d’emblée que seulement un quart (6) des députés concernés sont des immigrés de la première génération (notamment Kemi Badenoch ou Nadhim Zahawi, arrivés respectivement à l’âge de 16 et 11 ans au Royaume-Uni et dont les souvenirs de leur pays d’origine sont plus vivaces que les autres). Les trois-quarts d’entre eux sont donc nés au Royaume-Uni et n’ont presque jamais vécu dans le pays de leurs ascendants. Le Premier ministre Rishi Sunak, qui est né à Southampton mais est marié à l’héritière d’une des plus riches familles d’Inde, n’évoque que deux fois ce pays dans ses interventions à la Chambre des communes. Dans de rares cas, les députés expriment leur fierté de leurs pays d’origine ou celui de leurs parents, comme Sajid Javid s’adressant à une collègue : “A little like the hon. Lady, I am very proud of the heritage of both my parents from Pakistan. I am as proud of my heritage as she is of hers, and she should be”37 ou encore Helen Grant:

  • 38 Helen Grant, MP, HC Debates, Volume 652, col. 907, 14 January 2019.

“I am in no doubt that a great future awaits the United Kingdom after we have left the EU. I saw that myself when I led a trade mission to Nigeria at the end of 2017. Being the country of my father’s birth, Nigeria is very close to my heart, but it is also a nation of huge opportunity, rich in history and culture with vibrant and charismatic people. It also has a growing service industry and manufacturing sectors.”38.

  • 39 James Cleverly MP, HC Debates, Draft Kimberley Process Certification Scheme (Amendment) (EU Exit) R (...)

19A l’exception de ces deux cas, il est toutefois intéressant de constater que l’évocation de son pays d’origine ou du pays de ses parents est souvent associée à l’idée de détresse économique ou d’instabilité politique. Ainsi James Cleverly déclare-t-il par exemple : “I have family from Sierra Leone; it was the place of my mother’s birth. The country was racked with conflict, in large part driven by the illegal diamond trade.”39.

20Il s’agit le plus souvent d’un héritage vécu par les députés comme négatif mais nécessaire pour prendre conscience de la richesse et des valeurs que leur a conféré leur intégration dans la société britannique. Le contraste est parfois délibérément mis en évidence de façon saisissante, comme dans le discours d’investiture de Kemi Badenoch :

  • 40 Kemi Badenoch MP, HC Debates, volume 627, col. 931-932, 19 July 2017.

To all intents and purposes, I am a first-generation immigrant. I was born in Wimbledon, but I grew up in Nigeria. I chose to make the United Kingdom my home. Growing up in Nigeria I saw real poverty—I experienced it, including living without electricity and doing my homework by candlelight, because the state electricity board could not provide power, and fetching water in heavy, rusty buckets from a borehole a mile away, because the nationalised water company could not get water out of the taps (…) It is no coincidence that those who seek to undermine the institutions of this island—Parliament, monarchy, Church and family—also propagate a world view that sees Britain, and the values we hold dear, as a force for bad in the world. Growing up in Nigeria, the view was rather different. The UK was a beacon, a shining light, a promise of a better life.”40.

21Deux ans plus tard, Suella Braverman adopte la même stratégie de glorification britannique :

  • 41 Suella Braverman MP, HC Debates, vol. 652, col. 911, 14 January 2019.

My parents emigrated to the UK from Kenya and Mauritius in the 1960s. They were born under the British empire and admired the United Kingdom. The UK that inspired them was confident in the world—pioneering in statecraft, and fearless in the face of adversity: a Britain that led the way for others and contributed so much good to the world. That is the vision of Britain that I have inherited, and in which I profoundly believe”41.

  • 42 Voir aussi les propos d’autres députés :
    Kwarteng, K. (2016) ‘Kwasi Kwarteng on why he doesn’t need (...)

22C’est donc la défense de valeurs nationales et conservatrices qui prévaut dans le discours de ces députés reliés par une forte conception de la représentation substantive42, plus précisément illustrée par les propos de Darren Henry au travers des valeurs thatchériennes du travail, du patriotisme et de l’accès à la propriété pour les classes moyennes :

  • 43 Darren Henry MP, HC Debates, volume 677, col. 1539, 25 June 2020.

“Dad, Harry, is from Jamaica, and Mum, Gloria, from Trinidad. Like many of that too long ignored generation, they worked hard to make a good life here. Dad worked double shifts, and Mum worked all day in a factory. They saved; they bought a house. They were ambitious, and they prospered. We were a traditional British working-class family: hard working, loyal, fiercely patriotic—and Conservative.”43

Conclusion

  • 44 Alexandre-Collier, Agnès (2022), « Rishi Sunak premier ministre : la « diversité » toute relative d (...)

23Derrière la façade de la diversité ethnique, instrumentalisée par le parti conservateur comme vitrine de sa modernisation, les 24 députés étudiés affichent des caractéristiques communes : ce sont principalement des hommes (même si ce sont surtout les femmes qui sont mises en avant au sein du Cabinet avec des personnalités controversées comme Kemi Badenoch ou Suella Braverman), ils sont issus principalement du secteur bancaire et des milieux d’affaires et élus dans le sud-est de l’Angleterre, et donc conformes au stéréotype de l’élite conservatrice du « Blue Wall ». C’est aussi une catégorie également plus fortement assimilée : ils sont très majoritairement engagés dans des unions mixtes et représentent des circonscriptions traditionnellement conservatrices et à forte population blanche. A leur assimilation accrue s’ajoute une volonté de ne jamais évoquer leurs origines ethniques dans leurs déclarations publiques, ou de le faire simplement pour renforcer leur attachement au Royaume-Uni et leur reconnaissance envers les valeurs que ce pays leur a conférées. Comme nous l’avons évoqué ailleurs, « cette diversité tant vantée dans les médias ressemble donc à une jolie vitrine qui permet [au Premier Ministre] de nommer des ministres appartenant à la ligne « dure » du parti sur les sujets les plus sensibles comme le rôle de l’État ou l’identité nationale. On pourrait même craindre qu’elle ne soit finalement qu’un alibi les autorisant à mener des réformes douloureuses au motif que leur parcours personnel les exonère d’emblée des critiques éventuelles »44. Pour les électeurs issus des minorités ethniques qui se retrouvent ainsi servis par des élus qui vont à l’encontre de leurs intérêts, la stratégie du parti est donc délétère et contre-productive.

24Peu de travaux encore se sont néanmoins attelés à expliquer les motivations de ces députés écartelés entre des logiques en apparence contradictoires. En règle générale, la question des corrélations et des clivages identitaires dans cette société multiculturelle est souvent abordée sous l’angle des théories post-coloniales ou post-raciales et du débat académique sur l’intersectionnalité, comme nous le montre par exemple l’article de Saini et al. De ce fait, elle s’inscrit bien souvent dans un débat plus idéologique auquel s’associent les universitaires et elle tend à négliger des explications plus rationnelles ou prosaïques comme le calcul partisan. L’objet de notre article était de revisiter les explications relatives au dilemme identitaire des députés conservateurs issus des minorités ethniques. Il montre que le poids de la représentation substantive et des pressions environnementales émanant de leur organisation partisane à l’échelon national pèse considérablement sur les motivations individuelles et collectives de ces élus en remplissant à la fois leurs objectifs de carrière et les ambitions de modernisation qui relèvent de la stratégie de communication du parti.

Haut de page

Bibliographie

Akhtar, Parveen, Peace, Timothy (2019), “Ethnic minorities in British politics: candidate selection and clan politics in the Labour Party”, Journal of Ethnic and Migration Studies, 45, 11, pp. 1902-1918.

Alexandre-Collier, Agnès (2010), Les habits neufs de David Cameron. Les conservateurs britanniques (1990-2010), Paris, Presses de Sciences Po.

Alexandre-Collier, Agnès (2021), “The Post-Referendum Reconfigurations of Party cleavages around Black and Asian Minority Ethnic Conservative MPs”, Journal of Contemporary European Studies, 29 (3), p. 391-404.

Alexandre-Collier, Agnès (2022), « Rishi Sunak premier ministre : la « diversité » toute relative du gouvernement britannique », The Conversation, 13 septembre 2022, https://theconversation.com/rishi-sunak-premier-ministre-la-diversite-toute-relative-du-gouvernement-britannique-190261

Allen, Peter (2018), The Political Class. Why it matters who our politicians are, Oxford, Oxford University Press.

Bale, Tim (2023), The Conservative Party after Brexit. Turmoil and Transformation, Cambridge, Polity.

Burden, Barry (2007), Personal Roots of Representation, Princeton University Press.

Butler, Chris, Campbell, Rosie and Hudson, Jennifer, “Political recruitment under pressure, again: MPs and Candidates in the 2019 General Election”, in Ford, Rob, Bale, Tim, Jennings, Will and Surridge, Paula. The British General Election of 2019, Palgrave Macmillan, 2021, p. 411-412.

Celis, Karen (2012), “On Substantive Representation, Diversity and Responsiveness”, Politics & Gender, 8, 4, p. 524-529.

Childs, Sarah and Webb, Paul (2012) Sex, Gender and the Conservative Party, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

Ehsan, Rakib (2017), “The British Asian Vote for Brexit contains a few surprises”, LSE Blogs, 20 February 2017. https://blogs.lse.ac.uk/brexit/2017/02/20/the-british-asian-vote-for-brexit-contains-a-few-surprises/ consulté le 30/06/2023.

Hayton, Richard (2010), “Conservative Party Modernisation and David Cameron’s Politics of the Family”, Political Quarterly, 81, 4, p. 492-500.

Hayton, Richard (2018), “British Conservatism after the Brexit vote: The ideological legacy of David Cameron’, The British Journal of Politics and International Relations, 20, 1, February, p. 223-238.

Heath, Anthony, Fisher, S., Rosenblatt, G., Sanders, D. and Sobolewska, M. (2013), The Political Integration of Ethnic Minorities in Britain, Oxford, Oxford University Press.

Hill, Michael (2013), “Arrogant Posh Boys? The Social Composition of the Parliamentary Conservative Party and the Effects of Cameron's A-list”, The Political Quarterly, 84, 1, p. 80-89.

Khan, Omar, Weekes-Bernard, Debbie (2015), “This is Still about Us. Why Ethnic Minorities See Immigration Differently”. The Runnymede Report on Race and Immigration, London, Runnymede, 41 p.

Kulu, Hill, Hanneman, Tina (2019), “Mixed marriage among immigrants and their descendants in the United Kingdom: Analysis of longitudinal data with missing information” Population Studies, 2019, 73 (2), p. 179-196.

Kwarteng, Kwasi (2016), “Kwasi Kwarteng on why he doesn’t need to represent ‘black’ issues”, True Africa, 9 September 2016. https://trueafrica.co/article/british-politician-kwasi-kwarteng-on-why-identity-politics-are-undemocratic/ consulté le 30/06/2023.

Lynch, Philip and Whitaker, Richard (2018), “All Brexiteers Now? Brexit, the Conservatives and party change”, British Politics, 13, p. 31-47.

Marcson, Simon (1950), “A theory of intermarriage and assimilation”, Social Forces, 29, 1, p. 75–78.

May, Theresa (2002) ‘Full Text: Theresa May’s Conference Speech’, The Guardian, 7 October 2002, https://www.theguardian.com/politics/2002/oct/07/conservatives2002.conservatives1 consulté le 30/06/2023.

McKee, Rebecca (2017), The Substantive Representation of Ethnic Minorities in the UK Parliament, Doctoral Thesis, University of Manchester.

Mitchell, Ben (2022), “Rishi Sunak’s rise to PM is ‘our Barack Obama moment’”, The Independent, 24 October 2022, https://www.independent.co.uk/news/uk/president-hindu-barack-obama-rishi-sunak-prime-minister-b2209409.html

Norris, Pippa and Lovenduski, Joni (1995), Political recruitment: Gender, Class and Race in the British Parliament, Cambridge, Harvard University Press.

Saalfeld, Thomas and Bischof, Daniel (2013), “Minority-Ethnic MPs and the Substantive Representation of Minority Interests in the House of Commons, 2005-2011”, Parliamentary Affairs, 66, p. 305-328.

Saini, Rima, Bankole, Michael & Begum, Neema (2022), “The 2022 Conservative leadership campaign and post-racial gatekeeping”, Race and Class, doi: http://doi.org/10.1177/03063968231164599

Schnapper, Pauline, Avril, Emmanuelle (2019), Où va le Royaume-Uni ? Le Brexit et après, Paris, Odile Jacob.

Sobolewska, Maria (2013), “Party Strategies and the Descriptive Representation of Ethnic Minorities: the 2010 British General Election”, West European Politics, 36, 2, p. 615-633.

Sobolewska, Maria, McKee Rebecca and Campbell, Rosie (2018), “Explaining motivation to represent: how does descriptive representation lead to substantive representation of racial and ethnic minorities?”, West European Politics, 41, 6, p. 1237-1261.

Sobolewska, Maria, Ford, Robert (2020), Brexitland Identity, Diversity and the Reshaping of British Politics, Cambridge, Cambridge University Press.

Strick, Katie (2022), “It’s Rishi Sunak vs Liz Truss — your Tory leadership cheatsheet”, Evening Standard, 21 July 2022.

Swinford, Steven (2022), “Teachers should not pander to trans pupils, says Suella Braverman”, The Times, 27 May 2022.

Uberoi, Elise, Burton, Matthew (2022), Ethnic diversity in politics and public life, SN01156, House of Commons Library, 30 September 2022, https://researchbriefings.files.parliament.uk/documents/SN01156/SN01156.pdf.

Wallace, Mark (2016) ‘The majority of ethnic minority Conservative MPs are backing leave’, ConservativeHome, http://www.conservativehome.com/parliament/2016/03/the-majority-of-ethnic-minority-conservative-mps-are-backing-leave.html, consulté le 30/06/2023.

Haut de page

Notes

1 Mitchell, Ben (2022), “Rishi Sunak’s rise to PM is ‘our Barack Obama moment’”, The Independent, 24 October 2022, https://www.independent.co.uk/news/uk/president-hindu-barack-obama-rishi-sunak-prime-minister-b2209409.html

2 May, Theresa (2002), “Full Text: Theresa May’s Conference Speech”, The Guardian, 7 October 2002, https://www.theguardian.com/politics/2002/oct/07/conservatives2002.conservatives1

3 Childs, Sarah and Webb, Paul (2012) Sex, Gender and the Conservative Party, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

4 Alexandre-Collier, Agnès (2010), Les habits neufs de David Cameron. Les conservateurs britanniques (1990-2010), Paris, Presses de Sciences Po.
Hayton, Richard (2010), “Conservative Party Modernisation and David Cameron’s Politics of the Family”, Political Quarterly, 81, 4, p. 492-500.
Hayton, Richard (2018) ‘British Conservatism after the Brexit vote: The ideological legacy of David Cameron’, The British Journal of Politics and International Relations, 20, 1, p. 223-238.

5 Schnapper, Pauline, Avril, Emmanuelle (2019), Où va le Royaume-Uni ? Le Brexit et après, Paris, Odile Jacob ;
Sobolewska, Maria, Ford, Robert (2020), Brexitland Identity, Diversity and the Reshaping of British Politics, Cambridge, Cambridge University Press.

6 Sobolewska, Maria, Ford, Rob (2019), “British Culture Wars? Brexit and the Future Politics of Immigration and Ethnic Diversity”, The Political Quarterly, 90, 52, p. 142-154.

7 Bale, Tim (2023) The Conservative Party after Brexit. Turmoil and Transformation, Cambridge, Polity.

8 Saini, Rima, Bankole, Michael, Begum, Neema (2022), “The 2022 Conservative leadership campaign and post-racial gatekeeping”, Race and Class, doi: http://doi.org/10.1177/03063968231164599

9 Norris, Pippa and Lovenduski, Joni (1995) Political recruitment: Gender, Class and Race in the British Parliament, Cambridge, Harvard University Press.
Burden, Barry (2007), Personal Roots of Representation, Princeton, Princeton University Press.
Celis, Karen (2012), “On Substantive Representation, Diversity and Responsiveness”, Politics & Gender, 8, 4, p. 524-529.
Saalfeld, Thomas and Bischof Daniel (2013), “Minority-Ethnic MPs and the Substantive Representation of Minority Interests in the House of Commons, 2005-2011”, Parliamentary Affairs, 66, p. 305-328.

10 Allen, Peter (2018), The Political Class. Why it matters who our politicians are, Oxford, Oxford University Press.

11 McKee, Rebecca (2017), The Substantive Representation of Ethnic Minorities in the UK Parliament, Doctoral Thesis, University of Manchester.

12 Rappelons le vœu récent émis par Suella Braverman de rapatrier les immigrés clandestins vers le Rwanda.

13 Heath, Anthony, Fisher, S., Rosenblatt, G., Sanders, D. and Sobolewska, M. (2013), The Political Integration of Ethnic Minorities in Britain, Oxford, Oxford University Press.

14 https://www.ethnicity-facts-figures.service.gov.uk/style-guide/writing-about-ethnicity

15 https://www.ethnicity-facts-figures.service.gov.uk/style-guide/ethnic-groups

16 https://www.gov.uk/government/publications/the-report-of-the-commission-on-race-and-ethnic-disparities

17 https://www.ethnicity-facts-figures.service.gov.uk/uk-population-by-ethnicity/national-and-regional-populations/population-of-england-and-wales/latest#by-ethnicity

18 La question de la transidentité fait débat au sein du parti comme dans la société mais aucun élu conservateur ne s’affiche pour le moment comme « transgenre » ou « non binaire ».

19 Butler, Chris, Campbell, Rosie, Hudson, Jennifer (2021), “Political recruitment under pressure, again: MPs and Candidates in the 2019 General Election”, in Ford, Rob, Bale, Tim, Jennings, Will and Surridge, Paula. The British General Election of 2019, Palgrave Macmillan, 2021, p. 411-412.

20 Uberoi, Elise, Burton, Matthew (2022), Ethnic diversity in politics and public life, SN01156, House of Commons Library, 30 September 2022, p. 10, in: https://researchbriefings.files.parliament.uk/documents/SN01156/SN01156.pdf.

21 Marcson, Simon (1950), “A theory of intermarriage and assimilation”, Social Forces 29, 1, p. 75–78.

22 Kulu, Hill & Hannemann, Tina (2019), “Mixed marriage among immigrants and their descendants in the United Kingdom: Analysis of longitudinal data with missing information” Population Studies, 2019, 73, 2, p. 192

23 Alexandre-Collier, Agnès (2021), “The Post-Referendum Reconfigurations of Party cleavages around Black and Asian Minority Ethnic Conservative MPs”, Journal of Contemporary European Studies, 29, 3, p. 391-404.

24 Wallace, Mark (2016), “The majority of ethnic minority Conservative MPs are backing leave”, ConservativeHome, http://www.conservativehome.com/parliament/2016/03/the-majority-of-ethnic-minority-conservative-mps-are-backing-leave.html

25 Lynch, Philip and Whitaker, Richard (2018), “All Brexiteers Now? Brexit, the Conservatives and party change”, British Politics, 13, p. 31-47.

26 Khan, Omar, Weekes-Bernard, Debbie (2015), “This is Still about Us. Why Ethnic Minorities See Immigration Differently”. The Runnymede Report on Race and Immigration, London, Runnymede, 41 p.

27 Strick, Katie (2022), “It’s Rishi Sunak vs Liz Truss — your Tory leadership cheatsheet”, Evening Standard, 21 July 2022.

28 Swinford, Steven (2022), “Teachers should not pander to trans pupils, says Suella Braverman”, The Times, 27 May, 2022.

29 La méthodologie empruntée est celle de la « Critical Discourse Analysis » (CDA). Cf. Van Dijk, T. A., ‘Critical discourse analysis’, in Tannen, D., Hamilton, H. E., and Schiffrin, D., eds (2015), The Handbook of Discourse Analysis, 2, London, Wiley & Sons.

30 Note 8 dans Saini et al., op. cit.

31 Saini, et al., op. cit.

32 Akhtar, Parveen, Peace, Timothy (2019), “Ethnic minorities in British politics: candidate selection and clan politics in the Labour Party”, Journal of Ethnic and Migration Studies, 45, 11, pp. 1902-1918.

33 Sobolewska, Maria (2013) ‘Party Strategies and the Descriptive Representation of Ethnic Minorities: the 2010 British General Election’, West European Politics, 36, 2, p. 615-633.

34 Uberoi, Elise, Burton, Matthew, Ethnic diversity in politics and public life, SN01156, House of Commons Library, 30 September 2022, https://researchbriefings.files.parliament.uk/documents/SN01156/SN01156.pdf, p. 54

35 Hill, Michael (2013), “Arrogant Posh Boys? The Social Composition of the Parliamentary Conservative Party and the Effects of Cameron's A-list”, The Political Quarterly, 84, 1, p. 80-89.

36 Sobolewska, Maria, McKee, Rebecca and Campbell, Rosie (2018), “Explaining motivation to represent: how does descriptive representation lead to substantive representation of racial and ethnic minorities?”, West European Politics, 41, 6, p. 1237-1261.

37 Sajid Javid MP, HC Debates, volume 655, col. 21, 25 February 2019.

38 Helen Grant, MP, HC Debates, Volume 652, col. 907, 14 January 2019.

39 James Cleverly MP, HC Debates, Draft Kimberley Process Certification Scheme (Amendment) (EU Exit) Regulations 2019, 5 February 2019, col 5.

40 Kemi Badenoch MP, HC Debates, volume 627, col. 931-932, 19 July 2017.

41 Suella Braverman MP, HC Debates, vol. 652, col. 911, 14 January 2019.

42 Voir aussi les propos d’autres députés :
Kwarteng, K. (2016) ‘Kwasi Kwarteng on why he doesn’t need to represent “black” issues’, True Africa, 9 September. Accessed at: https://trueafrica.co/article/british-politician-kwasi-kwarteng-on-why-identity-politics-are-undemocratic/ on 3 February 2019.

43 Darren Henry MP, HC Debates, volume 677, col. 1539, 25 June 2020.

44 Alexandre-Collier, Agnès (2022), « Rishi Sunak premier ministre : la « diversité » toute relative du gouvernement britannique », The Conversation, 13 septembre 2022,  https://theconversation.com/rishi-sunak-premier-ministre-la-diversite-toute-relative-du-gouvernement-britannique-190261

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Alexandre-Collier, « Les députés conservateurs issus des minorités ethniques : du dilemme identitaire à l’uniformité idéologique »Observatoire de la société britannique, 30 | 2023, 73-92.

Référence électronique

Agnès Alexandre-Collier, « Les députés conservateurs issus des minorités ethniques : du dilemme identitaire à l’uniformité idéologique »Observatoire de la société britannique [En ligne], 30 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/osb/6052 ; DOI : https://doi.org/10.4000/osb.6052

Haut de page

Auteur

Agnès Alexandre-Collier

Professeure de civilisation britannique à l’Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search