Skip to navigation – Site map
Analyses bibliographiques

Evelyne Saint-Martin, L’entreprise du genre humain. Repenser le travail pour tous et la solidarité

Paris : L’Harmattan, 2018
Caroline Capdevila
p. 127-129
Bibliographical reference

Evelyne Saint-Martin, L’entreprise du genre humain. Repenser le travail pour tous et la solidarité

Paris : L’Harmattan, 2018

Full text

1Particulièrement intéressant pour les étudiants et les professionnels du domaine de l’orientation et de l’insertion, cet ouvrage s’adresse à toutes les personnes qui s’interrogent sur les dimensions sociales et humaines du travail et de l’emploi dans la société actuelle. L’ouvrage débute par une référence autobiographique par laquelle Evelyne Saint-Martin décrit la manière dont elle a été sensibilisée et confrontée à la pauvreté et à l’exclusion dans sa carrière. Elle explique le déclic l’ayant conduite à se reconvertir dans le secteur de l’orientation professionnelle des chercheurs d’emploi. Elle a débuté cette carrière en 1980, lors de la création des missions locales pour l’insertion professionnelle. Il s’agissait d’un environnement professionnel nouveau pour elle, confronté à la mutation du monde du travail, et à la crise du chômage. Au fil de la lecture, l’auteure nous fait part de son expérience professionnelle et retrace le cheminement de sa réflexion illustré par quelques anecdotes professionnelles et par un grand nombre de références économiques, politiques, psychologiques et statistiques. Elle offre ainsi une analyse riche, et une grille de lecture originale de l’économie du travail et de la solidarité, en mobilisant plusieurs disciplines et écoles de pensée qui traitent ces notions ; Evelyne Saint-Martin déconstruit tout au long de son récit un certain nombre d’idées reçues, et permet au lecteur d’aborder le sujet sous différents angles, lui offrant ainsi une compréhension plus globale de la question du travail. Cet ouvrage relate les crises successives du domaine ainsi que l’incapacité des différents gouvernements à y faire face au fil du temps. Il présente le bilan et l’évaluation des différentes politiques d’emploi, leurs effets en termes de stigmatisation, de discrimination, de déclassement social et professionnel. Cette synthèse complète et détaillée nous invite à repenser la question sociale telle qu’elle se pose à la civilisation contemporaine. Au travers de l’exploration de la littérature du travail, de l’emploi et du chômage, cet ouvrage offre un tour d’horizon de la communauté scientifique et politique en charge de cette question. L’ouvrage dénonce également l’incapacité des systèmes politiques à contrôler les hyperpuissances économiques et financières engendrées par le capitalisme ultralibéral. Il fustige la supériorité du droit qu’ont les multinationales à dégager des profits sur le devoir des états à favoriser le bien-être de leur population. Le document met en lumière de nombreux facteurs contribuant à l’augmentation de la productivité qui ont joué un rôle dans la formation et la persistance du chômage de masse et de l’exclusion. La diversification des formes d’emploi, la modulation du temps de travail, la polyvalence des travailleurs, les aménagements pour optimiser la productivité, la réduction des coûts du travail et la flexibilisation de la main d’œuvre en font partie. L’auteure aborde en les distinguant les problématiques liées aux métiers en tension, aux difficultés de recrutement et aux emplois non pourvus. Elle souligne tout particulièrement le problème de la déconnexion entre l’offre et la demande, et l’importance de la prise en compte des facteurs humains dans le contexte de mutation des métiers, d’accélération des innovations, et d’imprévisibilité des marchés. L’ouvrage fait également état des nouvelles formes de souffrance au travail, dues à la compétitivité accrue imposée par les marchés, les logiques de concurrence entre salariés qui contraignent à refouler les dimensions humaines et relationnelles du travail. Pour les salariés, cela se traduit par une injonction à être en situation d’apprentissage continu et à se préoccuper en permanence des évolutions de la productivité. Ces obligations nouvelles impliquent un engagement personnel total vis-à-vis de l’entreprise. Le travail apparaît comme déshumanisé. L’auteure témoigne également au cours de son récit de la pression qui pèse sur les chômeurs, des effets indésirables des mesures pour l’emploi, notamment la fragilisation des personnes confrontées à cette situation. Enfin, Evelyne Saint-Martin met en lumière l’urgence de repenser un modèle économique et social capable d’intégrer le respect non seulement de l’humain, mais également de la planète en construisant une société plus durable et plus solidaire. L’auteur tente de cerner les raisons qui rendent les dimensions éthiques, humaines et sociales difficiles à incorporer dans le monde de l’entreprise. L’intérêt principal de ce livre est donc de fournir des repères indispensables à une compréhension globale des multiples facteurs qui ont conduit aux politiques actuelles de solidarité et d’emploi et à leurs limites et à aider les lecteurs à prendre conscience de l’urgence à prendre une autre direction. Ce regard synthétique et englobant n’est pas seulement critique. Il offre de nombreuses pistes de réflexion et d’action pour rendre plus inclusif le monde du travail et la société contemporaine.

Top of page

References

Bibliographical reference

Caroline Capdevila, « Evelyne Saint-Martin, L’entreprise du genre humain. Repenser le travail pour tous et la solidarité », L'orientation scolaire et professionnelle, 48/1 | 2019, 127-129.

Electronic reference

Caroline Capdevila, « Evelyne Saint-Martin, L’entreprise du genre humain. Repenser le travail pour tous et la solidarité », L'orientation scolaire et professionnelle [Online], 48/1 | 2019, Online since 01 September 2019, connection on 21 October 2019. URL : http://journals.openedition.org/osp/10186

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Cnam Inetop - Formation et recherche en orientation
  • OpenEdition Journals