Navigation – Plan du site

AccueilVaria35/2Analyses bibliographiquesJ. Guichard & M. Huteau. L’orient...

Analyses bibliographiques

J. Guichard & M. Huteau. L’orientation scolaire et professionnelle

Paris : Dunod
Bernadette Dumora
p. 304-305
Référence(s) :

Paris : Dunod

Texte intégral

1Avec L’orientation scolaire et professionnelle, Jean Guichard et Michel Huteau poursuivent le travail commencé avec Psychologie de l’orientation en 2001 : l’édification d’un dispositif conceptuel et la description du panorama des pratiques existantes et des institutions de l’orientation. Cette entreprise va continuer avec la réédition prochaine, largement augmentée, de l’ouvrage de 2001, par ailleurs en cours de publication en plusieurs langues, et avec un Dictionnaire de l’orientation.

  • 1  Voir l’analyse bibliographique de cet ouvrage par Claude Pierret (2001), L’Orientation Scolaire et (...)

2Pour qui est familier des publications fondatrices de Jean Guichard et Michel Huteau dans le domaine de l’orientation, le petit livre d’aujourd’hui n’apporte pas de contenus vraiment nouveaux. Version allégée de Psychologie de l’orientation1, sa trame argumentative n’en prend que plus de relief et fait donc percevoir les lignes directrices de leur entreprise :

  • Une ligne historiqued’abord : la compréhension de l’orientation en ce début du 21e siècle procède, entre autres, de l’examen de l’évolution des formes qu’ont prises au cours du 20e siècle les questions sociétales de l’orientation, le monde de la formation et le monde du travail, leurs rapports de plus en plus complexes, et la psychologie scientifique. C’est l’objet du chapitre 1.

  • Un découpage conceptuelprécis dans ces choses de l’orientation qu’on a bien souvent laissées dans l’imprécision sinon confondues : c’est ainsi que les auteurs clarifient ou élaborent des distinctions heuristiques entre orientation-répartition (objet du chapitre 2) et orientation-accompagnement (objet du chapitre 5 relatif à l’aide à l’orientation sous les trois formes les plus prégnantes : information, conseil et bilan) ou la distinction entre les finalités à atteindre sur le plan humain ou social et les objectifs concrets à mettre en œuvre.

  • Une ligne comparative : la règle étant qu’on ne peut aller voir ailleurs qu’à partir d’un corpus cohérent, le regard peut ici se porter résolument sur des productions internationales et confronter théories francophones et anglo-saxonnes. Ainsi, dans le chapitre 3 qui décrit les processus psychologiques sous-tendant les choix des individus, la théorie toulousaine des transitions psychosociales voisine avec celle de Schlossberg et avec celle de Parkes ; le modèle de la construction de soi de Guichard avec le modèle de la carrière de Young et Valach, ou encore la modélisation systémique des représentations mentales de Huteau avec le processus de construction d’une carte cognitive des professions de Gottfredson. Ce voisinage faisant apparaître les différences et les relations, il aide à polir les concepts fondamentaux actuels de l’orientation : entre autres, ceux de carrière et d’orientation tout au long de la vie, ceux de compétence, de transitions et enfin de formes identitaires.

  • Un éclairage pluridisciplinairedu monde de l’orientation qui mobilise aussi bien les différentes approches théoriques désormais attendues en psychologie de l’orientation – cognitive, différentielle, sociale et clinique –, que les approches sociologiques nécessaires pour saisir les fonctionnements et dysfonctionnements des contextes de l’orientation, l’école et l’emploi. Le chapitre 4, consacré aux facteurs sociaux de l’orientation, origine sociale et sexe, est un chapitre de sociologie de l’éducation : on y reste d’ailleurs assez français et plutôt « bourdieusien ». Ce n’est qu’avec l’examen forcément succinct des politiques de réduction des inégalités que les auteurs portent à nouveau leur regard vers ce qui se fait ailleurs. Enfin, les auteurs proposent quelques éléments de réflexion éthique et morale dans la discussion relative aux finalités des pratiques.

3L’ouvrage d’aujourd’hui est pondéré de façon différente de Psychologie de l’orientation : alors que le centre de gravité de ce dernier est théorique, le petit livre d’aujourd’hui s’équilibre en six chapitres : le premier est donc le cadre de problématisation de l’orientation, les trois suivants une description des processus sociaux et psychologiques et des facteurs d’inégalités, et les deux derniers sont consacrés aux pratiques et aux institutions de l’orientation. Ce petit livre devrait intéresser plus particulièrement les étudiants dans le domaine de l’orientation et de l’insertion, ainsi que les professionnels du conseil et de la guidance, non nécessairement psychologues, que ce soit auprès des jeunes ou des adultes : il fait en effet le point sur ce que l’on sait, en ce début du 21e siècle, sur la façon dont se pose la question de l’orientation, à l’adolescence et tout au long de la vie, sur la façon dont les individus l’affrontent et sur la façon dont les praticiens du conseil l’accompagnent.

Haut de page

Notes

1  Voir l’analyse bibliographique de cet ouvrage par Claude Pierret (2001), L’Orientation Scolaire et Professionnelle, 30, 3, 418-419.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernadette Dumora, « J. Guichard & M. Huteau. L’orientation scolaire et professionnelle », L'orientation scolaire et professionnelle, 35/2 | 2006, 304-305.

Référence électronique

Bernadette Dumora, « J. Guichard & M. Huteau. L’orientation scolaire et professionnelle », L'orientation scolaire et professionnelle [En ligne], 35/2 | 2006, mis en ligne le 28 septembre 2009, consulté le 31 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/osp/1143 ; DOI : https://doi.org/10.4000/osp.1143

Haut de page

Auteur

Bernadette Dumora

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Cnam Inetop - Formation et recherche en orientation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search