Skip to navigation – Site map
Analyses bibliographiques

D. L. Blustein. The Psychology of Working: A New Perspective for Career Development, Counseling, and Public Policy

Londres: Lawrence Erlbaum Associates
Marcelline Bangali
p. 467-469
Bibliographical reference

Londres: Lawrence Erlbaum Associates

Full text

1La psychologie de l’activité de travail : une nouvelle perspective pour les pratiques de conseil en orientation des jeunes et des adultes et pour les politiques publiques est d’ores et déjà considéré comme l’un des livres les plus importants parmi ceux récemment publiés en psychologie de l’orientation. Dans celui- ci, son auteur, David L. Blustein, professeur de psychologie du conseil et directeur de recherche au Boston College, soulève des questions peu abordées dans les recherches actuelles et tout particulièrement celles de la signification psychologique de l’activité de travail comme moyen de survie et de son rôle dans le développement de l’expérience humaine. En se fondant sur une approche pluridisciplinaire (sociologique, anthropologique, économique, littéraire, etc.), l’auteur montre avec perspicacité le rôle central du travail dans la vie des personnes. Le travail apparaît ainsi comme le premier facteur du bien-être ou du mal-être.

2Ces thèmes sont développés dans dix chapitres qui peuvent être regroupés en deux parties. L’ouvrage s’ouvre sur une présentation des changements qu’a subis le monde du travail ces dernières années et décrit leurs impacts sur les travailleurs et sur ceux qui sont à la recherche d’un emploi. Comment le travail comble-t-il les besoins humains ? Telle est la question fondamentale qui occupe les six premiers chapitres du livre. L’auteur fonde sa réflexion sur une analyse fonctionnelle de l’activité de travail comme moyen de survie et de réalisation de soi. Il repère ainsi trois fonctions :

  1. Une fonction économique. Blustein examine alors les implications psychologiques de l’activité de travail comme moyen de survie.

  2. Une fonction sociale. L’activité de travail constitue une source majeure de relations interpersonnelles et de construction de liens sociaux plus larges avec des contextes sociaux proches et lointains.

  3. Une fonction d’autodétermination. En se référant à la théorie de l’autodétermination de Deci et Ryan, l’auteur montre comment une activité extrinsèquement motivée peut devenir partie intégrante des valeurs et des motivations internes : une contrainte extérieure peut se transformer en une motivation interne, propre à l’individu. Blustein souligne ainsi la complexité de l’activité de travail en tant qu’expérience personnelle influencée par des facteurs aussi bien intrapsychiques qu’interpersonnels, culturels, politiques, économiques, etc.

3Cette première partie se conclut par un développement soulignant l’importance d’intégrer dans le champ de la psychologie de l’activité de travail l’impact des barrières sociales (la race, le sexe, le statut social, etc.) sur la répartition des ressources et des soutiens. L’objectif de l’auteur est alors clair : sensibiliser les chercheurs, les praticiens et les politiciens à l’élaboration de programmes plus équitables.

4Les quatre derniers chapitres (chap. 7, 8, 9, 10) traitent des implications des précédentes analyses en matière de recherche, de pratiques de conseil aux individus et de politiques publiques. Face à l’importance du travail dans la société contemporaine, la psychologie de l’activité de travail devrait occuper une place centrale dans le discours psychologique. Il conviendrait donc de développer une vraie psychologie de l’activité de travail explorant de façon utile les significations et les conséquences du travail au XXIe siècle. Pour y parvenir, le psychologue et le chercheur doivent se rapprocher le plus possible du vécu des travailleurs avec une attention particulière pour les travailleurs pauvres (périphériques). Ces études devraient considérer que c’est la façon dont l’individu réagit face aux situations – et, en particulier, le sens qu’il leur donne – qui est déterminante. De ce point de vue, les structures psychologiques ne sont pas rigides et fixées une fois pour toutes, elles évoluent tout au long de la vie compte tenu, notamment, des expériences vécues par les individus et le développement ne se limite pas à la période de l’enfance.

5Blustein propose deux modèles théoriques majeurs pour définir le cadre conceptuel de référence de son programme : le constructionisme social de Kenneth Gergen et l’émancipation communautaire d’Isaac Prilleltensky. Ces deux approches offrent à la psychologie de l’activité de travail des outils adéquats pour traiter la problématique fort complexe de l’expérience humaine. Elles proposent des méthodes d’analyse basées sur le vécu des personnes et poussent à la réflexion sur les fondements moraux et éthiques de la recherche. Ces perspectives opposent, dans la démarche scientifique, la recherche de vérités universelles à une recherche plus contextualisée, localisée et centrée sur le vécu des personnes. De ce fait, sans nier l’apport des méthodes quantitatives, elles privilégient les approches qualitatives qui permettent l’analyse de l’activité de travail dans sa complexité :

  1. Le récit de vie comme méthode de production de données pour une compréhension exhaustive des phénomènes sociaux et psychologiques sous-jacents à l’expérience de l’activité de travail.

  2. L’observation et différentes autres méthodes ethnologiques.

  3. L’approche des expériences de travail de personnes qui ne sont pas en activité professionnelle, etc.

6Dans cette perspective, au niveau des pratiques de conseil, le problème du consultant (du bénéficiaire) est conçu comme le produit de certaines constructions mentales individuelles (constructionisme social) et de l’oppression sociale et interpersonnelle (l’émancipation communautaire). L’objectif du conseil (qu’il soit thérapeutique ou d’orientation) est donc d’aider le consultant à la fois à mieux valoriser ses ressources et à développer une conscience critique sur le monde dans lequel il vit : l’aider à s’écouter, à construire une vie ayant du sens dans les différents domaines qui la constituent.

7Les décideurs politiques trouveront aussi dans ce livre des pistes de réflexion et peut-être aussi une source d’inspiration pour la construction d’une société plus cohérente et plus juste en général ainsi que quelques idées sur les grandes orientations à donner à leurs politiques concernant l’emploi : l’éducation, la transition école-emploi, la lutte contre les inégalités et toute forme d’oppression, le travail et la santé mentale, etc.

8Qu’il soit psychologue, étudiant, décideur politique ou conseiller en orientation, le lecteur trouvera dans cet ouvrage une invitation à la réflexion sur le rôle que chacun doit jouer dans la société humaine à laquelle il appartient pour la rendre plus juste, plus équitable et plus viable... Il s’agit d’un livre d’une richesse inestimable (qualifié de chef-d’œuvre par certains experts). On regrettera peut-être de ne pas y trouver un approfondissement des théories que l’auteur propose en vue d’analyser l’activité de travail. En tout état de cause, ce dernier atteint son objectif principal : susciter le débat sur les finalités, les objectifs, les pratiques et les recherches en psychologie de l’orientation et tracer des pistes de réflexion et d’action à développer.

Top of page

References

Bibliographical reference

Marcelline Bangali, « D. L. Blustein. The Psychology of Working: A New Perspective for Career Development, Counseling, and Public Policy », L'orientation scolaire et professionnelle, 36/3 | 2007, 467-469.

Electronic reference

Marcelline Bangali, « D. L. Blustein. The Psychology of Working: A New Perspective for Career Development, Counseling, and Public Policy », L'orientation scolaire et professionnelle [Online], 36/3 | 2007, Online since 08 December 2009, connection on 20 September 2018. URL : http://journals.openedition.org/osp/1521

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Cnam Inetop - Formation et recherche en orientation
  • OpenEdition Journals