Skip to navigation – Site map

Wach, M., & Hammer, B. La structure des valeurs est-elle universelle ? Genèse et validation du modèle compréhensif de Schwartz

Paris : L’Harmattan
Michel Huteau
p. 556-557
Bibliographical reference

Paris : L’Harmattan

Full text

1Les valeurs sont des croyances stables qui servent de critères pour adopter certaines conduites plutôt que d’autres et pour évaluer les personnes, les situations et les événements. On fait largement appel à leur pouvoir explicatif en psychologie, sociologie et anthropologie.

2Les auteurs ont choisi de s’intéresser à la structure des valeurs (une autre voie consiste à étudier leur formation et leur développement) à partir de la théorie développée depuis les années 1980 par le psychologue israélien Shalom H. Schwartz, théorie qui prolonge les travaux de Milton Rokeach. Cette théorie postule que les valeurs sont très générales et peuvent être étudiées indépendamment de leurs contextes (point de vue qui paraît discutable et mériterait d’être argumenté ; ne peut-on être conservateur dans certains domaines et progressiste dans d’autres ?). Elle affirme que les valeurs, qui entretiennent entre elles des relations de proximité et d’opposition, s’organisent en une structure qui est universelle. Schwartz a construit des questionnaires qui permettent de mettre cette hypothèse à l’épreuve.

3Dans le modèle proposé par Schwartz il y a 10 grandes valeurs que l’on positionne par rapport à deux oppositions : changement vs. continuité, affirmation de soi vs. dépassement de soi. Aux valeurs relatives à l’ouverture au changement : autonomie (de la pensée), stimulation (valorisation de ce qui est varié), hédonisme, s’opposent les valeurs relatives à la continuité : sécurité, conformité, tradition. Aux valeurs relatives à l’affirmation de soi : accomplissement et pouvoir, s’opposent les valeurs relatives au dépassement de soi : universalisme (compréhension, tolérance) et bienveillance (souci des autres). On peut donner une représentation graphique de cette théorie en positionnant les valeurs sur un cercle. À la proximité des valeurs correspond la proximité spatiale, les valeurs diamétralement opposées sont des valeurs antagonistes (cette représentation géométrique est analogue à celle que Holland donne des intérêts professionnels avec son célèbre hexagone).

4L’analyse des données recueillies par les auteurs sur des échantillons représentatifs de la population française montre que le modèle de Schwarz est valide et apporte des éléments supplémentaires en faveur de son universalité. Elle nous apporte aussi des éléments d’information sur l’état des valeurs en France. En 2000, venaient en tête les valeurs bienveillance, universalisme, autonomie, sécurité. On trouvait en queue de liste stimulation, accomplissement et pouvoir. Cette hiérarchie des valeurs est à peu près la même dans tous les pays européens. Par contre, on note des variations sensibles dans l’importance accordée à chaque valeur d’un pays à l’autre. En France, relativement aux autres pays, on valorise l’universalisme et on dévalorise le pouvoir ; en Suède, on valorise la bienveillance, la stimulation, l’hédonisme et la conformité et on dévalorise l’accomplissement, la sécurité et la tradition ; en Espagne, on valorise la tradition et on dévalorise la bienveillance...

5Les auteurs ont enrichi le modèle de Schwartz en ajoutant un couple de valeurs : la « vérité rationnelle », logique, et la « vérité irrationnelle », intuitive. La vérité rationnelle prend place entre l’autonomie et l’universalisme, dans le quadrant changement-dépassement de soi et la vérité irrationnelle entre le pouvoir et la sécurité, dans le quadrant affirmation de soi-continuité. Leurs analyses montrent la pertinence de cet enrichissement.

6Cet ouvrage devrait contribuer à mieux faire connaître en France la théorie de Schwartz. Celle-ci pourrait très bien être utilisée dans la pratique de l’orientation. Une utilisation classique consisterait à mettre en correspondance les valeurs de Schwartz et des activités professionnelles. Mais son intérêt principal provient surtout, nous semble-t-il, de ce qu’elle fournit un cadre descriptif des grandes valeurs fortement structuré, et donc susceptible de faciliter la réflexion sur soi. Notons finalement que les deux premiers chapitres constituent une bonne introduction à la psychologie des valeurs.

Top of page

References

Bibliographical reference

Michel Huteau, « Wach, M., & Hammer, B. La structure des valeurs est-elle universelle ? Genèse et validation du modèle compréhensif de Schwartz », L'orientation scolaire et professionnelle, 32/3 | 2003, 556-557.

Electronic reference

Michel Huteau, « Wach, M., & Hammer, B. La structure des valeurs est-elle universelle ? Genèse et validation du modèle compréhensif de Schwartz », L'orientation scolaire et professionnelle [Online], 32/3 | 2003, Online since 11 May 2011, connection on 21 October 2019. URL : http://journals.openedition.org/osp/3359

Top of page

About the author

Michel Huteau

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Cnam Inetop - Formation et recherche en orientation
  • OpenEdition Journals