Skip to navigation – Site map

Hommage à Maurice Reuchlin (1920-2015)

Michel Huteau

Maurice Reuchlin est décédé le 8 septembre 2015 à Bourg-la-Reine. Il était né le 15 septembre 1920 à Marseille. Son parcours scolaire a été celui de beaucoup de bons élèves des milieux populaires : l’école communale, l’école primaire supérieure et l’école normale d’instituteurs. Pendant toute la durée de la Seconde Guerre mondiale, il est instituteur au Pont-de-l’Étoile, un hameau de la commune de Roquevaire à une vingtaine de kilomètres à l’est de Marseille. Il participe à un mouvement de résistance, élève des lapins, et surtout, comme il le fera toujours, s’investit beaucoup dans son travail d’enseignant. Une de ses fiertés sera d’avoir amené dans le giron de l’école publique les élèves de l’école confessionnelle locale, contraignant ainsi celle-ci à fermer ses portes. En 1944, un peu par hasard, il apprend l’existence du centre d’orientation professionnelle de la Chambre des métiers de Marseille et de l’INETOP. Étudiant à l’INETOP pendant l’année universitaire 1944-1945, il est recruté en septembre 1945 en tant que conseiller d’orientation professionnelle par le centre d’OP du 20e arrondissement de Paris. Son expérience de conseiller de terrain sera brève.

En effet, repéré par les Piéron, il est sollicité pour venir au Service de recherches de l’INETOP qu’il rejoint en mai 1946 comme vacataire. Il est alors l’unique collaborateur de Mme Piéron et son travail consiste à étalonner les tests qu’elle a élaborés avec son époux, c’est-à-dire, dira-t-il, à remplir de petits bâtons des grandes pages de papier quadrillé. Les années 1946-1948 sont des années de formation intense : il passe les certificats de la toute nouvelle licence de psychologie et tous les diplômes de l’Institut de psychologie (où il enseigne aussitôt) en même temps qu’il s’initie aux méthodes d’analyse statistique.

En 1947, il devient attaché de recherche au CNRS, puis en 1950 directeur-adjoint du Laboratoire de psychologie appliquée de l’École pratique des hautes études, laboratoire dirigé par Raymond Bonnardel. Cette même année 1950, lorsque Mme Piéron cesse son activité, il devient directeur du Service de recherches de l’INETOP. Sous sa direction le service de recherches va s’étoffer. En 1964, il comptait 13 chercheurs et 5 collaborateurs à temps complet. Ce service de recherches va aussi se professionnaliser. La recherche sur les tests devient plus technique. Alors qu’elle se limitait à la construction d’étalonnages, elle intègre dorénavant des considérations systématiques sur la fidélité et la validité. De nouveaux tests sont construits à partir de l’analyse factorielle. La validité des procédures traditionnelles d’admission dans les centres d’apprentissage est questionnée et de nouvelles procédures sont proposées. Des questionnaires sont élaborés pour l’évaluation des intérêts professionnels. On met au point des méthodes pédagogiques d’information sur les professions. De grandes enquêtes sur le niveau scolaire et les compétences des élèves sont conduites. Piéron encourage tous ces travaux mais n’y participe pas à l’exception des recherches en docimologie. Dans le prolongement des travaux docimologiques, on construit des tests de connaissances.

Très tôt Maurice Reuchlin a pris ses distances vis-à-vis des idées de Piéron sur l’orientation et le rôle du conseiller. Pour Piéron, il existe de nombreuses aptitudes, indépendantes les unes des autres et héréditaires. Il pense que chaque individu a potentiellement un domaine de compétence. La tâche du conseiller consiste donc à découvrir, au moyen de tests, les aptitudes correspondant à ce domaine, aptitudes qui permettront l’acquisition de capacités. En 1954, Maurice Reuchlin montre que la distinction entre aptitude et capacité à laquelle Piéron tenait tant est sans fondement ou, en d’autres termes, qu’il n’est pas possible de dissocier les facteurs génétiques des influences sociales et donc d’appréhender ces aptitudes. Reuchlin constatait également – sans le proclamer – que Piéron était beaucoup moins rigoureux dans ses travaux et ses réflexions sur l’orientation que dans ses recherches en psychophysiologie qui avaient assuré sa renommée.

Pour Maurice Reuchlin la tâche du conseiller consiste à suivre le processus par lequel l’enfant, puis l’adolescent, construit une image de lui-même et du monde, et anticipe ses futurs rôles sociaux et notamment professionnels. Ce n’est qu’à partir de la connaissance de ce processus et des caractéristiques du jeune que l’on peut agir sur l’orientation, pense-t-il. Pour arriver à cette connaissance il ne suffit pas de s’entretenir avec le jeune ou avec ses proches. Des informations nombreuses et diverses doivent être recueillies (dont des données psychométriques) et il faut les intégrer, les structurer, afin de les mettre à la disposition du sujet. Reuchlin accorde une place importante à la préparation des choix au moyen d’une pédagogie de l’information professionnelle. Il situe ces choix dans une perspective développementale mais considère que l’examen psychologique débouchant sur un conseil est un moment fort du développement. On peut considérer que son point de vue représente une transition entre la conception diagnostique de l’orientation et les conceptions qui se veulent plus modernes en donnant une place importante, parfois même quasi exclusive, à l’accompagnement et à l’encouragement à l’autonomie. Maurice Reuchlin est resté fidèle au programme sociopolitique des premiers psychotechniciens français : il a toujours pensé que l’orientation professionnelle devait contribuer à la réduction des inégalités sociales.

Maurice Reuchlin, succédant à Piéron, est devenu directeur de l’INETOP en 1963 (il assumera cette responsabilité jusqu’en 1984). En 1964, le Service de recherches de l’INETOP devient un Laboratoire de psychologie différentielle rattaché à l’École pratique des hautes études, il en est le directeur. Maurice Reuchlin sera nommé professeur à Caen en 1966, puis à Paris (Sorbonne, puis Université René Descartes) en 1968. Il prend sa retraite en 1988. De 1946 à sa retraite, et même un peu après, quelles que soient ses fonctions, il a toujours été basé à l’INETOP.

Maurice Reuchlin est entré en psychologie par la voie de l’orientation professionnelle à l’époque où celle-ci était fondée pour une large part sur des diagnostics d’aptitudes ou de capacités au moyen de tests. C’est donc tout naturellement qu’il va s’intéresser aux différences individuelles et devenir le spécialiste de psychologie différentielle que l’on connaît. Deux insatisfactions sont à l’origine de ses recherches. La première concerne le statut de la psychologie différentielle. Au début des années cinquante, la psychologie différentielle est pour l’essentiel une psychologie appliquée, une technologie des tests mentaux. La sophistication de ses méthodes ne masque pas sa pauvreté théorique qui se limite à de vagues références au darwinisme et à l’hérédité. La seconde source d’insatisfaction est plus générale. Rationaliste, Maurice Reuchlin veut étudier scientifiquement les conduites humaines telles qu’elles se manifestent dans les conditions de vie habituelles (ce choix s’explique sans doute aussi par son passage par l’orientation professionnelle) mais il n’est pas persuadé que la méthode expérimentale soit bien adaptée à cet objectif.

Pour rapprocher la psychologie différentielle de la psychologie générale (qui considère alors la variabilité interindividuelle comme une variance d’erreur), Maurice Reuchlin se demande d’abord ce que l’une peut apporter à l’autre. L’apport de la psychologie différentielle est méthodologique (mesures, méthode d’observation…) ; celui de la psychologie générale est conceptuel (hypothèses, théories…). Mais, plus fondamentalement, c’est la séparation entre ces deux branches de la psychologie que Maurice Reuchlin met en cause. Constatant que le corps des hypothèses utilisables est le même en psychologie différentielle et en psychologie générale et que les faits à expliquer sont aussi les mêmes, il affirme simultanément que pour être vraiment générale la psychologie générale doit rendre compte de la variabilité des conduites et que cette variabilité, la psychologie différentielle ne peut vraiment l’expliquer qu’en référence à des lois générales. Dans cette perspective l’identité des deux approches est considérablement affaiblie. Le modèle de la vicariance (présenté en 1978), qui s’est montré heuristique notamment dans les domaines de l’apprentissage et du développement, formalise cette intégration de la psychologie différentielle et de la psychologie générale. On peut considérer que l’individu, pour s’adapter aux diverses situations auxquelles il est confronté, dispose d’un répertoire de processus qui peuvent se substituer les uns aux autres (c’est en ce sens qu’ils sont vicariants). Les propriétés de la situation feront que certains processus seront plus facilement évocables que d’autres. Dans une même situation ce ne sont pas forcément les mêmes processus qui seront évoqués par tous les sujets. Chaque individu n’est plus caractérisé par un score unique, ni par un profil, mais par une hiérarchie d’« évocabilité » de processus.

Progressivement les interrogations de Maurice Reuchlin quant à la méthode expérimentale se sont transformées en certitude, certitude que cette méthode était inadaptée à l’étude des conduites humaines complexes. Ces conduites sont structurées afin de remplir des fonctions adaptatives et la recherche en psychologie doit consister, précisément, à décrire cette structure et son fonctionnement. La méthode expérimentale, en maintenant constantes une ou plusieurs variables, peut, certes, préciser les propriétés d’une structure ou établir son existence, mais elle ne permet pas de la décrire. Dans le cheminement qui a conduit Maurice Reuchlin à cette position, il y a la pratique de l’analyse factorielle qui met en évidence des structures d’un certain type, et où il n’y a ni variables dépendantes ni variables indépendantes et où l’on fait même appel à des variables non observables. Il y a aussi une réflexion épistémologique continue dont une des premières étapes est la thèse d’État. Les méthodes quantitatives en psychologie (1962 et 1975), thèse réalisée sous la direction bienveillante et distante de Piaget. Cette réflexion épistémologique amène à penser que le complexe ne s’explique pas par le plus simple. Le programme de Maurice Reuchlin est anti-réductionniste. Enfin, il a trouvé dans l’histoire de la psychologie, à laquelle il a consacré deux livres et plusieurs articles, des arguments en faveur de son point de vue. Cette critique de la méthode expérimentale et des techniques statistiques qui l’accompagnent (les tests de signification) n’est en aucune façon, comme certains ont semblé le croire, un renoncement aux exigences scientifiques. Maurice Reuchlin était devenu un farouche partisan de l’usage des modèles structuraux (issus de l’analyse factorielle et de l’analyse de régression).

Maurice Reuchlin laissera le souvenir d’un universitaire d’une grande intégrité et totalement dévoué à la formation des étudiants. Son œuvre ne doit pas être oubliée car nous sommes loin d’en avoir tiré toutes les implications.

  • Logo Cnam Inetop - Formation et recherche en orientation
  • OpenEdition Journals