Skip to navigation – Site map

Sociabilité et spatialité des lycéens de terminale : des pratiques familières aux représentations d’avenir

Sociability and environmental sphere of students in their final year of secondary school: from practices within the family’s environmental sphere to visualisations of the career’s prospects
Marie-Hélène Jacques

Abstracts

In the final year of secondary school wheather the speciality chosen is academic, technological or vocational, how do the students of a rural area contemplate their post-A level career's prospects? This essay describes how these visualisations proceed partly .from two commom attitudes: social­-intercourse and the use of space.

By offering a diversified access to information concerning post-A level fields of study, an open practice of social-intercourse contributes to a framing of visualisations less restricted by stereo­types. Besides, the influence of the groups of former students is extremely relevant: the students who are going to sit for their final exam are in touch with eiders they feel akin to, academically and socially and thus intentions are modelled onto patterns.

Moreover a widened use of space allows the emergence of visualisations that are less depending on the local possibilities, an access to less standardised information concerning the possible fields of study and a wider range of intentions.

This analysis of two standard practices – yet cleaely distinctive socio-culturally speaking – confirms that socio-adacemic determinism in terms of career still prevails.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 606 600 candidats en 1997 (année de l’enquête) et 467 000 lauréats.

1Aujourd’hui près de quatre adolescents sur cinq parviennent à l’étape baccalauréat et près de deux tiers d’une classe d’âge l’obtiennent. Cette échéance décisionnelle à laquelle doivent souscrire les six cent mille adolescents1 qui, annuellement, passent le baccalauréat est un fait si généralisé qu’il constitue une pratique sociale inhérente au système de formation. Comment se mettent en œuvre certains mécanismes personnels ou familiaux au sein de ce phénomène collectif qu’est la transition entre le lycée et les cursus post-baccalauréat ?

2De nombreuses recherches, notamment celles de Dumont (1988), Baldy et Benedetto, Étienne R., (1992), Croizier (1993) et Guichard (1993) ont mis en évidence qu'a tous les paliers du système éducatif, les représentations induites par des conditions sociales et scolaires inégales discriminaient les intentions d'orientation. Les expériences spécifiques qui sont accumulées dans ces contextes variés induisent en effet des catégorisations du monde socialement différenciées et, de ce fait, un déchiffrage différentiel du réel social et scolaire.

  • 2 Astigmatisme : défaut d'un instrument d'optique qui ne donne pas une image ponctuelle d'un point, d (...)

3Les thèses de C. Lalive d'Épinay (1989) montrent que le rapport à l'espace et les relations sociales constituent des expériences structurantes fondamentales pour l'individu, et sont deux pôles essentiels de la formation de son habitus. Par ailleurs, J. Guichard (1993) définit les « pratiques familières » comme un espace social et personnel de traits significatifs constituant un monde sensé. Ainsi, à travers les relations sociales qu'entretient le lycéen et les espaces qu'il fréquente de manière familière et régulière s'exprime un style de vie caractéristique de cet habitus, une appartenance sociale, qui produit en lui un certain savoir sur la place qui lui convient dans la société (Guichard, 1993). Le lycéen développe alors une forme d'astigmatisme2 social et scolaire dont ses actes portent les marques, comme autant d'indicateurs des conditions objectives de son existence, se révélant dans ses pratiques concrètes, en particulier en matière d'intentions post-baccalauréat. Quels sont alors les stigmates de cet astigmatisme, autrement dit les traces laissées par les arbitraires de la socialisa­tion familiale (en particulier en ce qui concerne le rapport aux autres et à l'espace) et la répercussion des modèles qu'elle met en place et qu'elle légitime dans les représentations différenciées de l'avenir post-bac ?

4Une enquête par questionnaires a été réalisée en 1996, dans cinq lycées, auprès de 733 lycéens de classes terminales générales, technologiques et professionnelles de la Corrèze, dont une trentaine ont été interviewés.

5Cette étude examine comment le « champ des situations familières » que sont la sociabilité et la spatialité, filtre les représentations sur les cursus et les emplois selon la double causalité suivante : le positionnement socio-culturel différencie les fréquentations et les usages de l'espace ; ces deux pratiques déterminent à leur tour en partie les représentations d'avenir et occupent donc un rôle intermédiaire entre le milieu d'origine et l'orientation.

La sociabilité : impact d'une pratique socialement différenciée sur les représentations d'avenir

6La socialisation familiale est une incorporation durable des manières de sentir de penser et d'agir du groupe d'origine (Dubar, 1991), ce groupe étant constitué par un ensemble de personnes vivant dans les mêmes conditions objectives. La socialisation a donc lieu au sein d'un groupe d'appartenance. Cependant, de par les divers espaces qu'il côtoie (lycée, loisirs, sport, voisinage, expériences de travail, etc.), le jeune est confronté à d'autres groupes sociaux, avec des comportements, normes et valeurs différents de ceux de son groupe d'apparte­nance, et dont certains vont constituer une référence importante.

  • 3 Notamment : Pinçon et Pincçon-Charlot, 2000 ; Pan Ke Shon, 1998 ; Alberoni, 1995.

7Cependant, les réseaux de sociabilité se bâtissent selon des processus socialement différenciés et tout laisse penser que le groupe de référence reste aussi, le plus souvent, le groupe d'appartenance. En effet, de récentes recherches sociologiques sur la sociabilité 3 ont montré que l'amitié, la fréquentation, étaient des liens sociologiquement marqués, qu'ils ne transcendaient pas les frontières sociales, et en particulier, que l'usage du réseau amical creusait les inégalités (Pan Kae Shon, 2000). Suivant ce constat, si la sociabilité des lycéens est une manifestation de leur habitus social, comment contribue-t-elle à différencier les intentions d'orientations ?

Les fréquentations familiales

8Le questionnaire interrogeait le lycéen sur la sociabilité de son milieu, sur les personnes que les fréquentations familiales (amis, voisins, collègues, fréquenta­tions liées aux loisirs, famille élargie) l'amènent à rencontrer ? Par commodité, deux ensembles ont été établis, comme indiqués dans le tableau ci-dessous : les fréquentations familiales fermées et les fréquentations familiales ouvertes.

9Certains critères du milieu socio-culturel, significatifs de différences dans le type de fréquentations ont été dégagés. Ainsi, de par leur profession en contact avec un public, les travailleurs indépendants (artisans-commerçants en particulier) ont des fréquentations ouvertes (c'est le cas pour 73 % d'entre eux contre

TABLEAU 1. Fréquentations familiales

NON RÉPONSE

PEU DE
PERSONNES

PERSONNES DU
MÉMÉ MILIEU
SOCIO-
PROFESSIONNEL
QUE LES PARENTS

l'AREOIS DES PERSONNES DE MILIEU 50C10- PROFESSIONNEL

DIFFÉRENT
DES PARENTS

RÉGULIÈREMENT
DES PERSONNES
DE MILIEU SOC IO-
PROFESSIONNEL
DIFFÉRENT DES
PARENTS

FREQUEMMIST
DI :',S PERSONNES
DE TOUS
MILIEUX

TOTAL

13

94

58

74

47

437

733

3,1 %

12.8%

79%

10,1 %

6,4%

59,6%

100,0%

soit

FAquentations t'et tuées

Fréquentations ouvertes

100,0%

226

484

710

31,8 %

68.2%

100,0%

TABLE 1. Family acquaintances

1068 % sur l'échantillon total). Au contraire, dans les familles où la mère n'exerce pas d'activité professionnelle, les fréquentations ont tendance à être plus fermées (38 % contre 32 % sur le total), ce qui conforte bien les résultats de M. Duru­Bellat (1990), montrant que l'activité de la mère est assortie, en moyenne, d'une ouverture plus grande sur l'extérieur.

11Par ailleurs, le niveau de diplôme parental a un impact sur la sociabilité familiale. En effet, si les parents n'ont aucun diplôme, alors, les fréquentations sont plutôt fermées, surtout si c'est le père. Mais dès que celui-ci détient un diplôme (C.A.P. ou C.E.P. au moins), alors les fréquentations s'ouvrent considérablement. Cependant, elles tendent à se limiter au fur et à mesure que le diplôme paternel s'élève (67,0 % de fréquentations ouvertes au niveau B.E.P.C.-B.E.P., 66,7 % au niveau bac et 65,7 % au niveau supérieur). De même, si la mère a fait des études supérieures, les fréquentations sont plus fermées que la moyenne (38 % contre 32 % sur le total). Or, les mères sont plus souvent gestionnaires de la sociabilité familiale, ou préposées à la gestion du capital symbolique de la famille (réceptions, décoration,...) (Bourdieu, 1998) et donc plus enclines à appliquer un numerus clausus par un effet dissuasif de règles de pénétration de l'espace familial qu'elles mettent en place, lorsqu'elles sont parvenues à un niveau culturel supérieur.

12Ces résultats indiquent que l'espace de sociabilité est plus fermé aux deux extrémités de l'échelle culturelle que dans les couches intermédiaires. Mais, la fermeture sociale des groupes dépourvus de capital culturel et celle des groupes qui en sont supérieurement dotés n'ont pas de point commun. Dans le premier cas, la sociabilité est guidée par le principe de nécessité, par le choix du nécessaire (Cabin, 2000). On fréquente la famille proche, quelques voisins. Prenons l'exemple de Louis, élève de section S, dont le père ouvrier, détient un C.A.P. et dont la mère, employée de maison est sans diplôme.

« Pour les fréquentations, nies parents, c'est plutôt la famille qui se résume à nous quatre ici. La ,famille la plus proche est à 100 km. On son pas souvent. Mes parents sont souvent fatigués et ça les intéresse pas trop. Ils restent à la maison ».

13Dans le second cas, la sociabilité restreinte est plutôt une pratique de distinction, visant à préserver le capital symbolique lié à une certaine rareté, pour éviter les circonstances où l'individu, du fait du grand nombre des participants, doit souvent laisser au hasard le soin de ménager des rencontres (de Singly, 1993). Aussi, dans ce cas, les activités se déroulent-elles aussi souvent que possible dans la sphère privée de la famille, renforçant un comportement de cohésion intime assez typique de ce groupe social, avec un lien familial étroit, tel que le montre O. Galland (1996). Ceci est illustré par les propos de Jean-Bernard, élève de section S, dont le père est médecin et la mère, récemment décédée, était assistante sociale.

« Mon père sort peu. Il lit beaucoup, la maison est remplie de bouquins. On fait aussi des balades de temps en temps. Son hobby à lui, c'est de partir un jour par semaine faire de la psychanalyse. Ma mère avait entrepris des études d'architecte d'intérieur. Elle aimait bien décorer la maison. Elle était abonnée à je ne sais quelle revue de décoration. C'est surtout nia mère qui avait fait les plans de la maison et on les faisait ensemble ».

14Ou bien, si une famille bien dotée en capital culturel pratique une sociabilité élargie, c'est parce que son statut lui permet d'être connue et, de ce fait, d'évoluer au milieu d'un groupe sur lequel elle a un certain pouvoir, comme chez Anna, également de section S, dont le père est universitaire et dont la mère, bachelière, est femme au foyer :

« On était toujours avec ma mère. Elle faisait le catéchisme au village, avant la communion. Mon père connaît du monde, on voit des gens. Il a des activités à côté qui le passionnent. il est maire adjoint, à X et ça l'occupe. Enfin, pour lui c'est pas une détente mais c'est une occupation forte ».

15Pratique de distinction, de pouvoir ou de repli, la sociabilité traduit donc bien des comportements différenciés selon les catégories sociales.

Sociabilité et identité socio-scolaire

16En tant que vecteur de socialisation, quel impact a cette pratique sociale discriminée par le statut socio-culturel sur la formation de l'identité socio-scolaire des lycéens ?

Auto-classement social et culturel

17Si l'on demande aux lycéens d'évaluer leur situation actuelle sur les plans culturel et économique, et si l'on compare ces déclarations à leur situation objective, il s'avère que le ressenti qu'ils ont de leur positionnement est influencé par la plus ou moins grande ouverture des fréquentations familiales, surtout dans le domaine culturel.

TABLEAU 2. Fréquentations et auto-classement social et culturel

FRÉQUENTATIONS FAMILIALES
EN FONCTION DE L'ÉVALUATION
CULTURELLE DE SON MILIEU
PAR LE LYCÉEN

.,

FRÉQUENTATIONS FAMILIALES
EN FONCTION DE L'ÉVALUATION
ÉCONOMIQUE DE SON MILIEU
PAR LE LYCÉEN

FRÉQUENTATIONS FAMILIALES -->

LE LYCÉEN DÉCLARE ÊTRE .1.

FERMÉES

OUVERTES

TOTAL

N

FERMÉES

OUVERTES

TOTAL

N

Défavorisé

55,6 %

44,4 %

100,0 %

18

36,0 %

64,0 %

100,0%

25

Moyenne inférieure

41,7 %

58,3 %

100,0%

127

39,2 %

60,8%

100,0%

209

Moyenne supérieure

31.2%

68.8%

100,0%

372

30.5 %

69.5 %

100,0%

380

Favorisé

28,0 %

72,0 %

100,0 %

168

25.0 %

75,0 %

100,0 %

76

Total

33,0 %

67,0 %

100,0 %

685

32,8 %

67,2 %

100.0%

690

Effectif

776

459

685

226 -

464

690

TABLE 2. Acquaintances and social and cultural self-assessment

  • 4 Cette échelle a été construite par addition du niveau de diplôme du père et de la mère, selon les c (...)

18Les lycéens qui se sentent économiquement et surtout culturellement sous la moyenne ont aussi plus souvent des fréquentations familiales fermées. Une sociabilité familiale élargie, de par le capital social et symbolique qu'elle procure, imprime chez les lycéens une identité de « privilégié » plus forte. Ainsi, à situation objective comparable, parmi les lycéens culturellement défavorisés (capital culturel familial au plus égal à 5 sur une échelle allant de 2 à 10 4) mais qui se disent culturellement favorisés, 75,0 % ont des fréquentations ouvertes (68,2 % sur l'échantillon total). Il en est de même pour 84,8 % des lycéens culturellement dans la moyenne supérieure (capital culturel familial égal à 6 ou 7) qui se disent culturellement favorisés. À l'inverse, 40 % des lycéens culturellement favorisés ou dans la moyenne supérieure (capital culturel familial supérieur à 6) mais qui se disent -culturellement défavorisés, ont des fréquentations fermées (31,8 % sur l'échantillon total).

19La sociabilité est donc un élément constitutif important de l'appartenance sociale, comme identification d'un individu à d'autres et classement de cet individu par lui-même sur ce qu'il est, a été, ou souhaite avoir été ou ne pas avoir été, qu'il communique aux autres (Lloyd Warner, 1957). Ainsi, le réseau de personnes côtoyées par la famille induit-il chez le lycéen un classement de lui-même et par lui-même dans la stratification sociale.

La section de baccalauréat suivie

20Intégrer une section de baccalauréat c'est entrer dans un domaine de savoir spécifique (scientifique, littéraire, technique, etc). Certains de ces secteurs disci­plinaires étant plus ou moins portés sur la relation humaine, la variable « série du bac » a été confrontée aux formes de la sociabilité familiale. Il s'avère que pour certaines sections de baccalauréat, indépendamment du milieu socio-cultu­rel d'origine, les lycéens qui les fréquentent se caractérisent par une sociabilité plutôt ouverte ou plutôt fermée.

TABLEAU 3. Fréquentations familiales en regard de la section

FERMÉES

OUVERTES

TOTAL

E.S.

28,0 %

72,0 %

100,0%

L
S

35,7%

64,3%

100.0%

36,2 %

63,8 %

100,0 %

S.T.I.

35,6 %

64,4 cr/e

100,0 %

S.T.T.

33.3 %

66,7 %

100,0%

PRO

24,0%

76,0 %

100,0%

B.T.

28,6%

714%

1000%

Total

33,3 %

66,7 q

100,0 %

TABLE 3. Family acquaintances regarding the chosen fields of study

21La section économique et sociale, en particulier, accueille des élèves dont les familles ont plutôt une sociabilité ouverte, ce qui permet de supputer que le fait d'avoir des fréquentations élargies favorise l'attrait pour un domaine disciplinaire tel que les sciences humaines. C'est ce qu'exprime Laurent, élève de E.S., très actif au sein d'un orchestre local, dont le père est conseiller municipal et la mère présidente d'association :

« Ça me permet surtout de mieux comprendre les informations. Par exemple pour les débats politiques, quand il y a eu les présidentielles, ç'a permet vraiment d'avoir un autre regard, de pas avoir l'impression d'être largué par les choses que les gens trouvent souvent très rébarbatives très complexes. Donc je trouve que c'est vraiment une très très bonne série ».

22Les sections professionnelles, de même, accueillent des jeunes caractérisés par leur sociabilité familiale étendue. Ceci est particulièrement vrai en B.T. « encadrement de chantiers » (71 %), en bureautique commerciale (75 %), et surtout en restauration (84,4 %). Il apparaît donc que, plus la spécialité est tournée vers le contact avec un public et plus elle attire des jeunes dont la famille a une sociabilité ouverte. Cet attrait pour le contact humain se manifeste par exemple chez Natacha, en section professionnelle « service hôtelier », dont la famille a des fréquentations ouvertes :

« Dans la restauration, on peut pas le faire longtemps, c’est très dur. Mais l’ambiance, entre collègues et les contacts avec les clients, c’est bien ».

23Enfin, la section S est fréquentée par des élèves dont la sociabilité familiale est plus fermée. Cela est lié, en partie, à la recherche de distinction, dans cette section socialement plus privilégiée que les autres. Mais surtout, les exigences de travail qu’elle impose laissent moins de temps aux lycées scientifiques pour avoir de nombreuses fréquentations, même à travers leur famille. Cela se traduit donc, dans leurs déclarations, par le fait que leur milieu semble moins ouvert socialement que dans les autres sections. Prenons à ce propos, l'exemple d'Annabelle :

« C'est dans cette classe qu'il y a le plus de prépas qui sont demandées. Ils nous mettent dans les conditions où ils seront pendant deux ans. On a toujours du boulot. C’est fou, c’est fou le rythme qu’il faut avoir. Moi je peux pas me prendre deux ans de ma vie, comme ça pour étudier tout le temps, tout le temps. On perd des valeurs. Moi l’amitié c’est indispensable. Toujours bosser, toujours, il y a qui ne connaissent pas grand chose ».

Sociabilité et émergence des intentions post-baccalauréat

  • 5 Voir note 2.

24Le réseau de fréquentations, en ce qu'il est un support de la socialisation, fourni des modèles identificatoires aux jeunes. Les représentations des professions notamment, sont souvent des versions simplifiées de la réalité, très dépendant s' des stéréotypes véhiculés par le milieu et par l'ensemble des personnes Côtoyées, comme l'indiquent les recherches précédemment citées 5.

Les idées professionnelles

25À ce sujet, le questionnaire interrogeait les lycéens sur ce qui avait suscité intentions professionnelles. Il s'avère que ces idées entretiennent un lien leurs avec le type de fréquentations familiales.

TABLEAU 4. Idées ayant suscité les intentions professionnelles, selon les fréquentations familiales

TABLEAU 4. Idées ayant suscité les intentions professionnelles, selon les fréquentations familiales

TABLE 4. Ideas leading to career's prospects depending on fanzily cquaintances

Dans les familles qui ont des fréquentations fermées, la discipline scolaire de réussite et les communications scolaires sont sous-représentées dans les idées génératrices du projet post-bac. Par contre, dans les familles à fréquentations ouvertes, les personnes de l'entourage et les approches du milieu professionnel visé sont plus fréquemment citées, comme ayant suscité ces idées.

Les sources d'information

26De même, les sources d'information sur les cursus et les professions sont utilisées de façon différenciée selon que le jeune se trouve dans un réseau ouvert ou fermé de fréquentations.

TABLEAU 5. Sources d'information utilisées par les lycéens selon leurs fréquentations

TABLEAU 5. Sources d'information utilisées par les lycéens selon leurs fréquentations

TABLE 5 Sources of information used by secondary school students depending on their acquaintances.

27On observe que, dans les familles à fréquentations ouvertes, les lycéens s’informent plus auprès de leur entourage et des professionnels alors que dans les familles à fréquentations fermées, ils s’informent par des modes non-relationnels tels que les revues ou institutionnels tels que les CIO. Ceci est illustré par les propos contrastés tenus par les lycées.

« Dans la région, comme notre établissement hôtelier est assez réputé, avec mes parents, on voit quand même beaucoup de personnes de restaurants, on a pas mal de renseigneemnts sur toutes les écoles. Des reponsables de ces écoles, des restaurateurs. Mon père aussi connaît un cusisinier qui travaille à Toulouse, il peut m’avoir des renseignements sur Toulouse » (Laurence, ES, père restaurateur, mère agent administratif, envisage un BTS hôtellerie) ;

... ou au contraire :

« On sort pas souvent. Mes parents sont souvent fatigués et ça les intéresse pas trop. Ils resent à la maison. Il y a eu le forum de l’étudiant. Mais en fait. c'est surtout par mon frère parce que toutes les démarches qu'il a faites, j'ai suivi derrière. J'ai repris des vieux papiers qu'il avait. Mon frère, lui, il prenait les brochures qu'il trouvait dans les lycées, il était allé voir la conseillère d'orientation et c'est M. C. qui l'a poussé à faire prépa. C'est le proviseur ». (Louis, S. parents émigrés portugais, père ouvrier, mère employée de maison).

28Par ailleurs, selon le tableau 6, les parents « à fréquentations fermées » sont plus souvent en situation de non-information ou bien utilisent plus les apports institutionnels. Au contraire, les familles à fréquentations ouvertes s'informent plus par leur capital social (professionnels, entourage).

TABLEAU 6. Sources d'information utilisées par les parents selon leurs fréquentations

TABLEAU 6. Sources d'information utilisées par les parents selon leurs fréquentations

TABLE 6. Sources of information used by parents depending on their acquaintances

29Pour résumer, les résultats des tableaux 4, 5 et 6 permettent de conclure à un impact du réseau de sociabilité sur la nature de l'information relative à l'avenir. En effet, plus ce réseau est ouvert et plus il est pris en compte, non seulement comme source d'information brute mais aussi comme initiant les idées qui président à la décision d'orientation post-bac. Ceci traduit bien le fait que, en matière d'accès aux différents émetteurs d'information, les interactions entre les ressources du lycéen et celles de son milieu sont très importantes. Notamment, le système de relations interpersonnelles qui se nouent dans les milieux d'origine et d'affiliation véhicule des images .../.. sur les étapes suivantes de la formation et du marché du travail (Kokosowski, 1983).

Le rapport à l'information par l'action des réseaux de fréquentations

Ce réseau de fréquentations, même s'il existe et s'il est large n'a cependant peut-être pas la même action ou la même efficacité quant à la précision et la teneur des informations véhiculées. Comment se diffusent ces communications sociales informelles, issues du réseau familial de sociabilité ? Le questionnaire interrogeait les lycéens sur la nature de leurs conversations avec les personnes fréquentées par la famille

TABLEAU 7. Avec les personnes fréquentées quels sont les types de conversations ?

TABLEAU 7. Avec les personnes fréquentées quels sont les types de conversations ?

TABLE 7. What are the types of conversations with the acquaintances ?

30Les conversations avec les personnes côtoyées, ayant un réel apport pour l'orientation, ne constituent pas une majorité ; mais il apparaît que le lien est très net entre une sociabilité ouverte et ce type de conversations à portée informationnelle forte :

TABLEAU 8. Fréquentations familiales et types de conversations

CONVERSATION
SANS APPORT
POUR L'ORIENTATION

CONVERSATION
AVEC APPORT
OCCASIONNEL
POUR L'ORIENTATION

CONVERSATION
AVEC APPORT

FORT POUR
L'ORIENTATION

ENSEMBLE

Fréquentations fermées

54,1%

39,4%

15,7%

31,8%

Fréquentations ouvertes

45,9 %

60,6 %

84,3 %

68,2 %

Total

100,0 %

100,0 %

100,0 %

100,0 %

TABLE 8. Family acquaintances and types of conversations

31Dans le détail, nous pouvons observer comment agissent ces conversations sur les idées qui ont suscité le projet du lycéen.

32Plus les conversations sont en rapport avec l'orientation et plus l'approche du milieu professionnel et les débouchés connus sont mentionnés, et moins le mode de vie lié à la profession est cité. Quand il y a un réel contact avec le milieu professionnel, les représentations sont donc plus objectives alors que la faiblesse

TABLEAU 9. Idées ayant suscité le projet professionnel, selon les conversations avec les fréquentations

TABLEAU 9. Idées ayant suscité le projet professionnel, selon les conversations avec les fréquentations

TABLE 9. Ideas which have brought about the career's prospects depending on the conversations with the acquaintances

33des approches professionnelles tangibles se traduit en représentations superfi­cielles. Par ailleurs, les lycéens pour lesquels les conversations sont sans apport pour l'orientation citent plus souvent les médias et la presse comme sources d'idées, se référant ainsi plutôt aux sources dépersonnalisées d'information. Ceux pour lesquels l'apport de ces conversations est faible ou inexistant affichent un attachement plus fort à une discipline scolaire, domaine plus sécurisant et connu.

TABLEAU 10. Sources d'information utilisées par les lycéens selon les conversations avec les fréquentations

TABLEAU 10. Sources d'information utilisées par les lycéens selon les conversations avec les fréquentations

TABLE 10. Sources of information used by the secondary school students depending on the conversations with the acquaintancesDe même pour les idées ayant suscité le projet, les contacts humains jouent

34bien un rôle de vecteurs relationnels d'information : plus les jeunes ont des conversations en rapport avec l'orientation plus ils citent l'entourage et les professionnels comme source d'information. Par contre, moins les conversations avec l'entourage ont de rapport avec l'orientation et plus les jeunes citent les brochures et le C.I.O., c'est-à-dire les formes institutionnelles et plus standardi­sées d'information. Quelques propos de lycéens illustrent ces faits :

« Dans ma famille, j'ai un grand oncle qui travaillait dans un I.U.T., il a pris sa retraite l'an dernier. Il a pas mal d'amis qui connaissent assez bien la branche. Et puis aussi, par les amis de mon père, qui travaillent à la Lyonnaise, on connaît pas niai de monde. J'ai réussi à me débrouiller pour avoir pas mal d'informations. Mon grand oncle, je le vois tous les jours, donc, je peux discuter, parler avec lui si j'ai besoin de quelque chose ». (Yannick, S, envisage un I.U.T. biologie de l'environnement).

« Par le biais des connaissances. Parce que je connais beaucoup de personnes qui ont suivi à peu près le même chemin que moi, qui se sont destinées à l'électronique. Et, c'est eux qui m'ont conseillé étant donné qu'ils sont sur le marché du travail depuis peu et quelques personnes qui essaient de trouver un emploi ». (Didier, S.T.I., envisage un B.T.S. électronique).

Bilan

  • 6 C'est nous qui ajoutons.

35L'extension des réseaux de sociabilité et les transmissions orales qui en sont issues, ont bien été identifiées comme sources d'information personnalisées et génératrices d'idées. L'information sur l'orientation, bien qu'omniprésente, est diffuse. Sa forme institutionnelle (C.I.O., 0.N.I.S.E.P ..... ) paraît la plus démocratique, car ouverte et accessible à tous. Mais du fait qu'elle est généraliste et standardisée, il apparaît qu'elle a un impact moins personnalisé sur la connais­sance de l'environnement socio-professionnel que l'information non-institution­nelle, issue notamment des réseaux de sociabilité, surtout lorsqu'eux-mêmes évoluent dans les circuits « avertis ». Les communications sociales directes, parce qu'elles agissent de manière émotionnelle voire affective, nourrissent plus les représentations et apportent plus d'éléments subtils (sur la sélectivité, sur les opportunités professionnelles des filières) que les brochures et données médiatiques qui activent seulement la face cognitive des représentations. L'école (et le monde du travail 6) apparaît comme un marché dont les règles sont cachées à la plupart des acteurs sociaux défavorisés. On sait bien aujourd'hui que la connaissance de ses mécanismes intimes (filières, hiérarchies) est une des ressources les plus essentielles de la réussite, nous dit à ce sujet F. Dubet (1997).

La fréquentation des lycéens des cohortes précédentes

Les élèves ayant passé leur baccalauréat dans les années précédentes peuvent être considérés, pour un lycéen en train de formuler des intentions par rapport à son avenir post-baccalauréat, comme un groupe de référence. Entretenir des relations avec eux, c'est déjà anticiper sur son cursus, recueillir des informations vécues, et se positionner quant à un type d'avenir possible, probable ou incertain.

Une pratique socio-scolairement discriminée

36Les chances scolaires (voisinage, groupe d'appartenance) contribuent à déterminer l'image sociale des études supérieures qui est objectivement inscrite dans un type déterminé de condition sociale. Selon que l'accès à l'enseignement supérieur est côtoyé de près, incarné par des proches ou au contraire, abstrait et non identifiable à travers des personnes tangibles, il va apparaître plus ou moins familier et possible. Le questionnaire interrogeait les lycéens pour savoir s'ils fréquentaient des lycéens des promotions précédentes. 77,1 % des répon­dants ont en effet ce type de fréquentation.

37Les observations ci-après montrent cependant que la fréquentation ou non-fréquentation des promotions précédentes est socialement et scolairement diffé­renciée.

38Tout d'abord, 82,2 % des filles fréquentent d'anciens lycéens alors que ce n'est le cas que pour 72,5 % des garçons. D'ailleurs, dans les sections à dominante féminine (E.S., L, S.T.T.), on fréquente beaucoup plus souvent les aînés (86 à 87 % contre 77 % sur le total). Cependant, dans ces séries, il existe plus un « effet section » qu'un « effet sexe », puisque les garçons de L et E.S. (l'échantillon de garçons de S.T.T. était trop limité pour tirer des conclusions) fréquentent plus les aînés que les autres garçons (respectivement 80 et 96 % contre 72,5 % sur le total).

39Un autre fait se dégage de ces données, à savoir que les lycéens de baccalauréats professionnels fréquentent beaucoup moins que la moyenne les anciens lycéens (56 % contre 77 % sur le total). Ayant plus vocation à entrer directement dans la vie active, la ressource informative et identificatoire que constituent les anciens bacheliers est moins importante que pour les élèves de terminale générale ou technologique, plus enclins à poursuivre leurs études. Les contenus d'interviews indiquent que les fréquentations des élèves de lycée professionnel sont plutôt tournées vers des personnes déjà situées dans le monde professionnel... :

« Je fais pas mal de sport au centre de sport du du Centre d'Instruction des Gendarmes Auxiliaires. Partant de là, c'est aussi grâce à ça que j'ai vu ce que c'était. Je côtoie des élèves gendarmes. J'ai un oncle dans la gendarmerie. Je suis allé assez souvent dans ce milieu. Dans la gendarmerie, il y a les moyens d'être transmetteur, donc le Bac Pro électrotechnique ça sert aussi. Je l'ai su par mon oncle et les amis qui sont dans la gendarmerie, certains, justement, ils sont des techniciens ». (Christian, Bac « Pro » équipements et installations électriques).

...et celles des lycéens de sections générales plus vers les étudiants :

« C'est beaucoup en discutant avec d'autres lycéens ou par des gens que je connais qui sont dans les filières qui m'intéressent. J'ai deux voisins qui font Sciences Po. C'est ça qui m'a Plus ou moins guidé vers cet objectif ». (Romuald, L.).

40Par ailleurs, il apparaît que le fait de fréquenter d'anciens lycéens est lié à la situation sociale.

TABLEAU 11. Question posée : fréquentes-tu des lycéens des dernières années, anciens élèves de ton lycée ou d'un lycée des environs ? (selon critères socio-culturels)

  • 7 Obtenu par agrégation du niveau scolaire et du niveau professionnel de chaque parent.

POSITIONNEMENT SOCIO-CULTUREL
FAMILIAL 7

NON

OUI

TOTAL

— —

Inférieur

27,6 %

72,4 %

100,0%

Nloyen

_

22,2 %

77,8 %

100,0%

Supérieur

20,0 %

80,0 %

100,0 %

PARENTS BACHELIERS

NON

OUI

TOTAL

Aucun parent bachelier

25,5 %

74,5 c/c

100,0 %

Au moins un parent bachelier

20,9 %

79,1 %

100,0%

ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE DE LA MÈRE

NON

OUI

TOTAL

Mère inactive

27,6 %

72,4 %i

100,0 %

Mère active

22,8 %

78,2 %

100,0%

Échantillon total

22,7 %

77,1 %

100,0%

TABLE 11. Do you keep in touch with former pupils of your high school or of another nearby school ? (according (o socio-cultural criteria)

  • 8 Voir note 10.

La position socio-culturelle de la famille, mais aussi, de manière plus fine, le fait d'avoir au moins un des parents bachelier sont des facteurs associés à une plus grande fréquentation des anciens élèves de lycée, donc à une plus grande familiarité des cursus post-baccalauréat. L'activité de la mère qui contribue 8 à un élargissement de la sociabilité, a également un impact sur le fait de côtoyer d'anciens lycéens : une mère active, a plus de chances d'avoir dans son entourage des personnes de même génération (collègues, clients, etc.) ayant des enfants post-bacheliers, qu'une mère qui n'exerce pas d'activité professionnelle. Ceci transparaît clairement dans les propos de deux lycéennes :

Ma mère s'en occupe moins (de l'information post-bac) parce qu'elle travaille pas, elle voit moins le inonde du travail, c'est pas les même relations. Mon père est plus à même de m'informer. Il est directement dans le métier, il voit des stagiaires, il a des employés. Il voit les choses telles qu'elles sont, le chômage. Alors que ma mère elle le voit que par la télé. En réalité, elle est plus détachée ». (Mélina, ES, mère au foyer).

«  Ma mère était plutôt réticente pour l'I.U.T. G.E.A. : « Et qu'est-ce que ça avait fait cet I.U.T. et que ça lui avait beaucoup plu et elle s'est dit « C'est peut-être pas plus mal ». Du coup, elle a demandé plus de renseignements par rapport à ce que j'avais appris aux « Portes Ouvertes » et finalement, elle est convaincue ». (Marine, S., mère infirmière).

41Ces résultats nous permettent d'identifier la fréquentation d'anciens lycéens comme une pratique socialement discriminée, et révélatrice de la plus ou moins grande familiarité individuelle et familiale avec les possibles post-baccalauréat.

Fréquentation triée des anciens lycéens et représentations d'avenir

Quels sont les profils de ces anciens lycéens fréquentés par les prétendants bacheliers ? D'après le tableau 12, les lycéens des années précédentes fréquentés par les élèves de l'échantillon correspondent assez fidèlement aux orientations classiques envisagées selon les différentes sections : En E.S. et L ce sont surtout des étudiants d'école spécialisée et d'université qui sont fréquentés. En S, ils suivent surtout des C.P.G.E. et des cursus universitaires. En S.T.I., ils sont surtout dans la vie active ou en En S.T.T,, les écoles spécialisées et la vie active sont sur-représentées. La vie active correspond à la majorité des fréquentations des lycéens en Bac « Pro ». Autrement dit, les lycéens actuels fréquentent surtout des camarades aînés ayant ou ayant eu des parcours scolaires similaires au leur.

TABLEAU 12. Filières des anciens lycéens fréquentés selon la section

TABLEAU 12. Filières des anciens lycéens fréquentés selon la section

TABLE 12. Fields of study attended by the former students they have contacts with depending on their specialities

42Par ailleurs, selon le tableau 13, la filière idéale envisagée par le lycéen est toujours sur-représentée parmi les filières suivies par les étudiants fréquentés. Ainsi un lycéen envisageant de suivre, dans l'idéal, une école spécialisée après son bac, fréquente majoritairement d'anciens lycéens qui suivent ce type de filière. Ces résultats nous permettent d'observer également les filières de repli : les anciens lycéens fréquentés sont souvent en situation de vie active ou en faculté chez les lycéens ayant un idéal d'école spécialisée ; ces aînés, fréquentés par des lycéens ayant un idéal de C.P.G.E., sont fréquemment en université ; ceux côtoyés par les postulants à des I.U.T.-S.T.S. se retrouvent souvent aussi

43en vie active.

TABLEAU 13. Filière idéale envisagée selon les filières des anciens lycéens fréquentés

FILIÈRE IDÉALE ENVISAGÉE

QUE FONT LES LYCÉENS DES ANNÉES PRÉCÉDENTES FRÉQUENTÉS PAR LES LYCÉENS-RÉPONDANTS ?

VIE
ACTIVE

ÉCOLE
SPÉCIALISEE

B:T.S.-
DUT.

UNIVERSITÉ

C.P.G.E.

ENSEMBLE

NOMBRE

DE LYCEENS DES ANNÉES PRÉCEDENTES FREQUENTÉS

_

Vie active

17,1%

10,3%

8.8%

3,0%

5,3%

7.2%

75

École spécialisée

8,6%

11,5%

4.1 %

6,0%

I 4.1 %

6,2%

65

B.T.S.-D.U.T.

31,4%

17,8%

43,4%

12.2%

4,2%

23,6%

246

Université

38,6%

55,7 %

35,3 %

66,4 %

43,8 %

50,3 %

525

C.P.G.E.

4.3%

4,6%

8,5%

12,5%

32,5%

12,7%

133

Total

100,0%

100,0 %

100,0%

100,0 %

100,0%

100,0%

1 044

Nombre de lycéens des années précédentes fréquentés

70

174

295

336

169

1 044

TABLE 13. Field of study considered as ideal depending on the classes attended by the former students they have contacts with

44Si l'on compare les lieux où les lycéens des années précédentes effectuent leur cursus et où veulent aller ceux de cette année, on constate un « repli » des souhaits idéaux d'orientation dans les académies mitoyennes (Bordeaux, Toulouse en particulier) vers la ville universitaire locale (Limoges). Cette destination d'études est celle de 43 % des « ex-lycéens » fréquentés alors qu'elle ne correspond au souhait idéal que de 30 % des répondants. Par contre, les lieux où les lycéens pensent poursuivre leurs études en réalité correspondent assez fidèlement à ceux où les « anciens » se trouvent, ce qui tend à montrer que les futurs bacheliers ont bien conscience des flux géographiques qu'ils ont le plus de probabilité de suivre.

TABLEAU 14. Comparaison des lieux d'études idéaux et des lieux d'études envisagés en réalité par les répondants en fonction des lieux où se trouvent les anciens lycéens

OÙ SONT LES LYCÉENS
DES ANNÉES PRÉCÉDENTES
FRÉQUENTÉS PAR LES
RÉPONDANTS'

.

OU SOUHAITERAIENT ALLER

LES FUTURS BACHELIERS
DANS L'IDÉAL ?

OU PENSENT ALLER
LES FUTURS SAC HaIERS
EN RÉALITÉ '?

NOMBRE

%

NOMBRE

Y,

NOMBRE

%

Lieu < 50 km

218

20.6%

169

25.3%

151

25.7%

Ville universitaire de l'académie (Limoges)

452

42,7 %

100

30.0%

240

40,5 %

Académies mitoyennes (Bordeaux, Clermont-Fd Toulouse)

261

24,7%

211

31,6%

130

23,6%

Autre académie

127

12,0%

87

13.0%

60

10,1 %

Total

1 058

100,0% 1

667

100,0%

592

100,0 %

TABLE 14. Comparison between the ideal locations for post-A level studies and the locations actually considered depending on the former students' places of studies

45Ces résultats permettent de conclure à un « effet de cohorte » tant sur le plan de la filière envisagée que sur le plan géographique, le groupe de référence, en matière d'orientation correspondant souvent au groupe d'appartenance scolaire.

Cohortes précédentes et information discriminée

46La conclusion précédente pousse à s'interroger sur la manière dont se transmet­tent ces modèles générés par les anciens lycéens : quelles formes prend l'infor­mation sur les cursus et les emplois qu'ils diffusent ? Le questionnaire demandait aux lycéens de nous renseigner sur la nature des informations transmises par ces aînés fréquentés :

TABLEAU 15. Type d'information reçue des anciens lycéens

TABLEAU 15. Type d'information reçue des anciens lycéens

TABLE 15. Type of information received from the former secondary school students

47Les informations pratiques (rubriques A, B) et celles sur les cursus (rubriques C, D, E) se partagent quasi équitablement les contenus transmis par les camarades aînés (respectivement 48,8% et 51,2 %). Les composantes de cette information sont-elles reçues par tous les lycéens de la même manière ? Certaines ne sont-elles pas plus ou moins retenues selon des critères scolaires ou socio-culturels ?

Selon la scolarité pré-bac

48Selon la scolarité pré-bac, certains éléments de cette information transmise par les camarades aînés sont en effet plus ou moins importants. Tout d'abord, les sections technologiques et professionnelles reçoivent beaucoup plus d'informa­tions sur les débouchés et les emplois que les sections générales (23 % en Bac Pro, 22 % en S.T.I. et 17 % en S.T.T. des informations reçues concernent ce domaine contre 12 % sur l'échantillon total). Par ailleurs, les sections générales, plus destinées aux études longues, reçoivent plus d'informations sur la « vie étudiante)> (27 à 28 % des informations reçues concernent ce domaine) que les sections technologiques (19 %). Cette préoccupation est plus le fait des élèves jeunes (26 % pour les élèves « en retard mineur » et 28 % pour ceux « sans retard ») que des plus âgés (21 %), ces derniers recevant plus d'informations sur les débouchés (13 % contre 9 % pour ceux « sans retard »). Enfin, les filles reçoivent plus d'informations sur les conditions matérielles des études (soit 25 % de leurs informations par les aînés contre 21 % chez les garçons), ces derniers étant plus préoccupés par les débouchés (14 % contre Il % chez les filles).

Selon la filière envisagée

49Le tableau 16 permet d'observer une résurgence de l'effet « de cohorte », selon la filière idéale envisagée : les postulants à des C.P.G.E. ou à des B.T.S.-D.U.T.

TABLEAU 16. Pour chaque filière envisagée en idéal, type d'information reçue des aînés

TABLEAU 16. Pour chaque filière envisagée en idéal, type d'information reçue des aînés

TABLE 16. For each field of study considered as ideal, type of information received front the eiders

50(filières disciplinaires « pointues ») sont plus informés par leur aînés sur les contenus ; les postulants à l'université (formation plus générale et moins ncadrée) le sont plutôt sur les conditions matérielles, la vie péri-études et les équipements scolaires ; les lycéens qui envisagent la vie active recueillent plus d'informations sur les débouchés professionnels. Selon le type d'orienta­tion envisagé, le lycéen reçoit donc des renseignements ciblés sur ses préoccu­pations, par le biais des aînés. Mais, étant donné que les aînés fréquentés suivent, le plus souvent, les filières envisagées par les lycéens, il apparaît aussi que chaque filière transmet des informations sur ce qui la préoccupe le plus.

L'impact socialement différencié des cohortes précédentes

51Selon son milieu socio-culturel, chaque lycéen reçoit par ailleurs des informations sur ce qui préoccupe le plus, de manière générale, ce type de milieu.

TABLEAU 17 ; Selon le niveau culturel familial, type d'information reçue des aînés

TABLEAU 17 ; Selon le niveau culturel familial, type d'information reçue des aînés

TABLE 17; According to the cultural background of the family,type of information received from the eiders

52Plus le capital culturel familial est élevé, plus les informations transmises par les anciens lycéens portent sur les contenus et moins elles portent sur les conditions matérielles. La familiarité des parents avec le système scolaire se retrouve dans une plus grande place accordée au cursus par rapport aux conditions « de vie » dans lesquelles ce cursus sera mené. Il apparaît même que ce rapport à l'information transmise par les camarades aînés est plus différencié par le milieu culturel que par le capital économique familial, d'après le tableau ci-après.

TABLEAU 18. Selon le type professionnel paternel, type d'information reçue des aînés

TABLEAU 18. Selon le type professionnel paternel, type d'information reçue des aînés

TABLE 18. Depending on the fathers' professional occupation, type of information received from the eiders

53Les enfants de père « sans activité » et d'ouvriers ou employés reçoivent plus d'informations sur les contraintes financières (logement, transports, jobs annexes) et sur les débouchés professionnels que les catégories économiquement plus nanties, préoccupation qui diminue au fur et à mesure que la situation professionnelle paternelle s'élève, alors que la préoccupation liée aux « équipe­ments pédagogiques » augmente avec le statut professionnel du père. Le souci du « nécessaire » domine donc dans les classes les moins dotées économique­ment mais il s'avère que le rapport à cette information est plus culturellement qu'économiquement marqué.

Bilan

54Cet ensemble de résultats permet donc de conclure que les cohortes précédentes exercent un rôle socio-scolairement différencié sur l'information en matière de cursus post-baccalauréat et, de ce fait sur les intentions d'orientation : de manière générale, les lycéens fréquentent des camarades aînés qui leur « ressemblent » scolairement et socio-culturellement et ils en obtiennent les informations qui les préoccupent par rapport à leur situation présente, tant sur le plan social que scolaire.

Pour résumer...

  • 9 Voir première partie

55La sociabilité familiale est socialement différenciée, selon qu'elle est restreinte, réduite à un réseau de personnes du même milieu ou au contraire, ouverte à tous milieux. Mais le resserrement des fréquentations a des justifications très différentes 9(12) dans les classes supérieures et inférieures. Il est intéressant de noter que que cette sociabilité laisse sa trace dans l'identité socio-scolaire des lycéens, positionnement qu'ils déclarent, identité qui se manifeste à travers le domaine disciplinaire de la section dans laquelle ils se trouvent, identité, enfin, qui s'exprime dans le conformisme de leurs fréquentations d'anciens lycéens, qui s'avèrent des modèles très suivis. Surtout, enfin, la détention et l'utilisation d'un réseau relationnel apparaît comme l'une des sources majeures de l'inégalité informationnelle sur les cursus et les professions et ce, d'autant plus, s'il est « averti » et familier des possibles post-baccalauréat.

Les usages de l'espace géographique : une pratique socialement différenciée et différenciatrice des intentions post-baccalauréat

56Claude Lalive d'Épinay (1989) définit l'espace selon quatre modalités : les espaces familiers, traversés, interdits ou rêvés. Or, chaque territoire est marqué par une spécificité locale de la structure d'emplois et de formations supérieures. Les précédentes observations sur les groupes de référence peuvent se transposer aux espaces de référence : les lycéens qui traversent et pour qui deviennent familiers d'autres espaces que les lieux proches, ouvrent par la même leurs références socio-professionnelles, en approchant des régions où la structure socio-scolaire est différente.

57Le questionnaire interrogeait les lycéens sur les lieux dans lesquels se déroulent leurs activités familiales (loisirs, fréquentations, sorties commerciales, vacances,...), lieux qui ont permis une catégorisation en pratiques spatiales élargies et pratiques spatiales repliées.

TABLEAU 19. Pratiques spatiales familiales

NON RÉPONSE

EXCLUSIVEMENT
DANS LA RÉGION

TRÈS OCCASION-
NETTEMENT
DANS D'AUTRES
RÉGIONS

„ REGULTEREMENT

DANS D'AUTRES
RÉGIONS

LE PLUS SOUVENT
POSSIBLE DANS
D'AUTRES
RÉGTONS

FRÉQUEMMENT DANS D'AUTRES RÉGIONS ET RÉGULIÈREMENT À L'ÉTRANGER

TOTAL

23

218

143

161

96

92

733

3,1 %

29,7 %

19,5 %

22,0%

13,1 %-

12,6 %

00,0%

soit

pratiques spatiales repliées

pratiques spatiales élargies

N

$61

349

710

%

50,8 %

49,2 %

100,0 %

TABLE 19. Family practices within the enviromnental sphere

Aucune majorité nette ne se marque dans les usages de l'espace, entre des pratiques élargies et des pratiques repliées. Certains critères sociologiques différencient-ils la taille de l'espace investi dans les pratiques familières ?

Espaces familiers, traversés ou interdits : des pratiques spatiales socio­culturellement différenciées

58Tout d'abord, le critère économique est déterminant pour la pratique de voyages, déplacements, ou sorties éloignées (de par les moyens financiers et matériels qu'elle requiert). La profession parentale étant indicatrice du niveau économique, la taille de l'espace investi lors des activités familiales en est nettement dépen­dante: 71 % des lycéens dont le père exerce dans des catégories supérieures ont des pratiques spatiales élargies alors que ce n'est le cas que pour 44 % des enfants d'ouvriers et employés et 26 % des « sans activité ». L'élargissement spatial des pratiques familiales reste donc bien économiquement déterminé. Par ailleurs, le niveau culturel familial a un impact sur cet usage de l'espace géographique. Soixante et onze pour cent des familles dont le père a un niveau d'études supérieures (70 % concernant les mères) ont des pratiques spatiales élargies, alors que ce n'est le cas que pour 37 % des familles dont le père est sans diplôme. Une tendance se dégage nettement : plus les parents ont fait des études et plus ils ouvrent l'espace de leurs activités familiales, traduisant ainsi une détermination culturelle des pratiques spatiales.

59Or, dans nos sociétés, le niveau scolaire est fortement corrélé à la situation professionnelle, ce qui laisse supposer que c'est bien le niveau économique qui est déterminant des déplacements familiaux. Il s'avère cependant qu'a niveau

TABLEAU 20. À catégories professionnelles comparables, pratiques spatiales selon le niveau culturel parental

TABLEAU 20. À catégories professionnelles comparables, pratiques spatiales selon le niveau culturel parental

TABLE 20. For similar professional groups, uses made of the environmental space depending on the parents cultural level

60économique égal, des familles mieux dotées en capital culturel auront plus tendance à s'éloigner géographiquement pour leurs activités, comme l'indique le tableau page précédente.

61Certes, ces résultats confirment que les familles économiquement bien dotées ont des pratiques spatiales plus élargies que celles situées dans les couches économiques inférieures. Néanmoins, au sein d'une même catégorie profession­nelle, les familles cultivées ont plus tendance à s'éloigner de leur domicile pour leurs activités.

62Cette différence sociale dans les pratiques spatiales transparaît-elle dans les déclarations que les lycéens font de leur positionnement socio-culturel ? Il s'avère effectivement que les lycéens expriment nettement le lien entre la situation familiale et l'envergure des déplacements familiaux car, de manière générale, plus ils déclarent être positionnés haut dans l'échelle socio-culturelle et plus ils expriment des pratiques spatiales élargies.

TABLEAU 21. Pratiques spatiales en fonction de l'évaluation par le lycéen de sa situation familiale

SUR LE PLAN ÉCONOMIQUE

SUR LE PLAN CULTUREL

PRATIQUES SPATIALES FAMILIALES

-'

LE LYCÉEN DÉCLARE ÊTRE

REPLIÉES

ÉLARGIES

TOTAL

N

REPLIÉES

ÉLARGIES

TOTAL

N

favorisé

680%

32.0%

100,0 (X.

25

66.7%

33.3%

100,0 %

18

Moyenne inférieure

65,6%

34.4%

100,0%

209

72,4%

27.6%

00.0%

127

Moyenne supérieure

44.5 %

55,5 %

100,0 %

380

50,0 %

50,0 %

100.0 %

372

Favorisé

40,8 %

59.2%

100,0%

76

35,1 %

64.9%

100,0%

168

Total

51,3%

48,7%

100.0%

690

50.9%

49,1 %

00,0%

685

Effectif

354

336

690

349

336

685

TABLE 21.Practices within the environmental sphere depending on the student's assessment of his family status

Ceci se vérifie à ressources économiques équivalentes et pour des familles de même capital culturel : par exemple, 52 % des enfants de père ouvrier et 47 % des enfants de « non-bacheliers » qui se disent favorisés économiquement (ou dans la moyenne supérieure) ont des pratiques élargies alors que cette spatialité vaste n'est le cas que de 47 % de l'ensemble des enfants d'ouvriers et 42 % de l'ensemble des enfants de « non-bacheliers ».

De façon générale, la mobilité spatiale familiale est donc bien une expression du sens pratique lié à l'habitus de classe. Elle traduit en effet des styles de vie, des modes d'activités familiales, caractéristiques de catégories socio-culturelles différentes.

Pratiques spatiales et orientation

63L'enquête s'est déroulée dans un département rural, à savoir la Corrèze, dépourvu de ville universitaire et comprenant une offre locale riche en I.U.T. et S.T.S. Pour ces lycéens, faire des études supérieures signifie donc bien souvent quitter le département. Comment agissent alors les pratiques spatiales familières, ce que nous pouvons appeler « l'habitus spatial », sur les intentions géographiques d'orientation ?

Orientation idéale

64En termes d'espaces rêvés, la donnée à disposition pour évaluer quels espaces les lycéens rêvent d'investir est celle qui concerne le lieu idéal dans lequel ils aimeraient poursuivre leur cursus.

TABLEAU 22. Lieu idéal post-bac selon les pratiques spatiales familiales

REPLIÉES

ÉLARGIES

TOTAL

N

À moins de 50 km du domicile

59,4 %

40,6 %

100,0 %

165

Dans la ville universitaire de l'académie

51,3 %

48,7 %

100,0%

199

Dans une académie mitoyenne située à moins de 150 km

46,7 %

53,3 %

100,0 %

30

Dans une académie mitoyenne située entre 150 km et 300 km

42,0%

58,0 %

100,0%

181

Autre lieu plus éloigné

28,7 %

71,3 c/c

100,0 %

87

Total

47,6 %

52,4 %

100,0 %

662

TABLE 22. Ideal post-A levels location depending on the enviromnental sphere of the family

65Plus le lycéen envisage, dans l'idéal, d'effectuer son parcours post-baccalauréat loin de son domicile et plus sa famille a des pratiques spatiales élargies. Il y a donc bien un rapport entre les espaces rêvés en matière d'orientation et les espaces familiers.

66Le lien entre l'habitus spatial et les espaces rêvés se retrouve ainsi dans les propos des lycéens. Ceux ayant l'habitude de déplacements fréquents et lointains envisagent plus souvent de quitter la région.

« Du point de vue familial, je pense que j'ai pas mal de chance parce qu'avec le comité d'entreprise de ma mère, on a la possibilité de partir à l'étranger. Je suis allé au Canada, en Sicile, en Sardaigne et l'an dernier au Sri Lanka. J'ai pas trop envie de me poser à un endroit. Je pense qu'à l'heure actuelle ce serait difficile. Ce côté mobile, ça me déplairait pas, même jusqu'à l'étranger ». (lérémy, Bac S.T.I. génie civil).

« Pour la suite, je suis plus attiré par la côte. Je sais pas si c'est le stuf qui m'influence ou si c'est parce que ça fait 18 ans que je vais dans la région en vacances, le climat me plaît. J’élimerais bien la montagne aussi. On va plutôt dans les Alpes à la Magne, des stations auxquelles mon père m'a habitué. Ça me dérangerait pas de faire l'expérience de partir ». (Gaétan,

Bac S.T.I. électrotechnique). Moi, c'est vraiment la région parisienne. J'y ai vécu mon enfance et c'est quand même une partie de la vie assez importante qui marque. Il y a des problèmes socialement niais quand même ça bouge tout le temps, il y a quelque chose à faire ». (Mélina, Bac E.S., dont le père a été muté de nombreuses fois).

67À l'inverse, les lycéens « casaniers » sont fréquemment issus de familles elles-mêmes attachées au milieu local....

« Non, moi, c'est ma Corrèze. J'y suis née. J'ai des racines, toute ma famille, mes grands-parents, arrières-grands-parents, tout le inonde est d'ici ou du Puy-de-Dôme, c'est pas bien loin. M'éloigner de ma mère et de mes frères et soeurs, ce serait dur à vivre. Même si on part tous les deux, avec mon copain. Ce serait dur de partir de la famille. Déjà, même si on quitte la maison, c'est dur ». (Karen, Bac Pro bureautique).

« J'ai hésité pour faire des études pour travailler à en école forestière. Je chasse, je pêche. Il fallait aller je sais plus où et je préférais rentrer chez moi tous les soirs. J'ai préféré venir ici. C'est ça qui a décidé. J'y pense pas à partir, je le prendrais mal. J'ai toujours habité ici », (Thomas, Bac Pro mécanique).

68Et si certains de ceux-là rêvent plus ou moins de voyager, c'est que leur entourage, même s'il n'a pas pratiqué le voyage, leur en a fourni un modèle :

« Avec mes parents, on n'est jamais sorti de la Corrèze, mon père tous ses frères sont là, ma mère a ses soeurs sur Paris mais elles descendent aux vacances donc on ne va pas les voir. Une sur Lyon, on devait y aller mais On 'y a jamais été. On reste toujours dans notre coin. Ils ont pas été beaucoup habitués à bouger, ils avaient une ferme, et maintenant ça leur fait peine parce qu'ils ont leurs copains ici et tout. Mais maintenant j'ai envie de bouger. Mon frère va voyager dans tous les pays ; Allemagne, Angleterre, Espagne. Quand il prend des photos, on voit que ça lui a beaucoup plu, il est allé au Viêtnam, c'est chouette ». (Nadine, Bac S.T.T.).

Spatialité et dépendance de l'offre locale

69Lorsqu'on demande aux lycéens quel est le critère primordial de leur orientation post-bac (choix d'un lieu précis qu'il soit proche ou éloigné, choix d'une filière précise plutôt proche, choix d'une filière précise plutôt éloignée, ou choix d'une filière précise quel que soit le lieu où elle est dispensée), il s'avère que la spatialité familiale laisse sa trace dans cette composante des intentions post-baccalauréat.

70Le lien est net entre les pratiques spatiales familiales et la force de la dépendance locale : des pratiques spatiales élargies engendrent plutôt une priorité à la filière, quel que soit son lieu, et des pratiques repliées engendrent plutôt une priorité accordée à la proximité du lieu des études ou de la filière.

TABLEAU 23. Priorité entre le lieu post-bac ou la filière post-bac selon les pratiques spatiales familiales

PRATIQUES SPATIALES FAMILIALES PRIORITÉ POUR L'ORIENTATION POST-BAC

REPLIÉES

ÉLARGIES

TOTAL

N

Lieu proche

69,2 %

30,8 %

100,0 %

16

Lieu éloigné

50,0 %

50,0 %

100,0 %

10

Filière proche

60,8 %

39,2 %

100,0%

217

Filière éloignée

38,1 %

61,9%

100,0%

113

Filière quel que soit son lieu

43,8 %

56,2 %

100.0%

338

Ensemble

49,1%

50,9%

100.0%

704

N

346

358

704

TABLE 23. Priority given to the post-A levels location or the field of study depending on the environmental sphere of the family

Spatialité et information

71L'impact de la spatialité familiale se retrouve aussi dans les différentes sources d'information utilisées par les parents.

TABLEAU 24. Sources d'information utilisées par les parents selon la spatialité familiale

TABLEAU 24. Sources d'information utilisées par les parents selon la spatialité familiale

TABLE 24. Sources of information used by parents according to their environmental sphere

Ceux ayant des pratiques élargies se renseignent plus par le biais des profession­nels et des personnes de leur entourage, mais aussi par le C.I.O. et les revues spécialisées, c'est-à-dire tous types d'informations qui nécessitent une démarche pour se les procurer. Au contraire, les parents moins mobiles, sont plus souvent en situation de non-information, ou bien utilisent plus les médias domestiqueset les professeurs avec lesquels le contact institutionnel nécessite moins de démarches que pour les organismes spécialisés.

Bilan

72Si l'on reprend la formulation de C. Lalive d'Épinay (1989) concernant l'espace, réparti en espaces familiers, traversés, interdits ou rêvés, il apparaît que les espaces éloignés sont non seulement plus traversés par les catégories favorisées, mais aussi qu'ils leur sont plus familiers. De plus, si les contraintes économiques des couches professionnelles inférieures leur bloquent l'accès à un espace élargi, il n'en reste pas moins que s'interdire l'éloignement provient aussi du niveau culturel. Enfin, cette spatialité imprime sa marque dans la dimension géogra­phique des intentions post-baccalauréat et dans les formes d'accès familial aux informations sur les possibles post-baccalauréat.

Conclusion

73Cette étude a permis d'observer deux formes d'actualisation de l'habitus des lycéens « en train de s'exprimer » : les groupes de référence issus des fréquenta­tions et les usages de l'espace géographique. Pour résumer, le fait d'être immergé dans un « champ de situations familières » génère des filtres, qui influencent la perception des réalités scolaires et sociales : le lycéen capte avant tout des informations et se représente donc son avenir dans un ensemble clôturé de possibilités que son champ de situations sociales et scolaires familières (notamment en fonction des personnes fréquentées et des espaces traversés), l'a amené à présélectionner comme objectivement envisageables. De manière générale, cette analyse de deux pratiques sociales familières que sont la sociabilité et la spatialité entérine donc la permanence des déterminismes socio-scolaires sur les représentations d'avenir.

74L'existence d'une information démocratique sur les cursus et les emplois serait donc un leurre car c'est en partie par le lien social de la fréquentation que certains groupes détiennent, utilisent et partagent une information de contact sur les filières post-baccalauréat et les professions et que d'autres n'ont à disposition qu'une information « par procuration ». C'est aussi en partie par l'immersion dans des espaces géographiques divers que s'élargissent les limites des représentations d'avenir scolaires, professionnelles et sociales. Ainsi, c'est en diversifiant leurs expériences sociales, notamment en ayant accès à des secteurs inconnus ou peu coutumiers (professionnels, culturels, cognitifs, géogra­phiques,...), que les adolescents repoussent les frontières mentales de leurs représentations, multiplient les images identificatoires, bousculent leurs « normes de groupe » et s'autorisent alors de nouvelles appartenances.

31

Top of page

Bibliography

Alberoni, F.(1995). L'amitié. Paris : Pocket.

Baldy, A, R. Benedetto, P., & Etienne, R (1992). Le projet personnel de l'élève. Paris : Hachette Educations.

Berthelot, J-M. (1989). Projets d’orientation de la terminale aux études supérieures. L’Orientation scolaire et professionnelle, 4, 3-22.

Berthelot, J.-M. (1993). Ecole, orientation, société. Paris. PUF.

Bourdieu, P., & Passeron, J.-C. (1971). La Reproduction : éléments pour une théorie du système d’enseignement. Paris : Editions de minut.

Bourdieu, P. (1998). La domination masculine. Paris : Le Seuil.

Cabin, P. (2000). Dans les coulisses de la domination. Sciences Humaines Dossier : le monde selon Bourdieu, 105, 24-28.

Croisier, M. (1993). Motivation, projet personnel, apprentissages. Paris : E.S.F.

de Singly, F. (1993). Sociologie de la famille contemporaine. Paris : Nathan Université.

Dubar C. (1991). La socialisation : Construction des identités sociales et professionnelles. Paris : Armand Colin.

Dubet, F. (1991). Les lycéens. Paris : Le Seuil.

Dubet, F. avec la collaboration de Cousin, O. & Guillemet, J.-P. (1991). Sociologie de l'expérience lycéenne. Revue Française de Pédagogie, 94.5-12.

Dubet, F. (1997). Ne pas être orienté, Les enjeux de l'orientation. Éducations, Janvier-Février. Dumora, B. (1988). La dynamique vocationnelle chez l'adolescent de collège. Thèse de Sciences ' Sociales, Bordeaux II.

Dumora, B. (1997). Processus d'adolescence et préférences professionnelles, in Les enjeux de l'orientation, coordonné par Guichard, J. Éducations, Janvier-Février, 25-27.

Duru-Bellat, M. (1990). L'école des filles : quelle formation pour quels rôles sociaux ? Paris : L'Harmattan.

Duru-Bellat, M. (1995). Socialisation scolaire et projets d'avenir chez les lycéens et les lycéennes. La causalité du probable et son interprétation sociologique L'Orientation scolaire et professionnelle, 1, 69-86.

Galland, 0. (1996). Le monde des étudiants. Paris'. P.U.F.

Guichard, J. (1985). Sélection, autosélection et représentations sociales des lycéens. L'orientation scolaire et professionnelle. 3, 205-228.

Guichard, J. (1993). L'école et les représentations d'avenir des adolescents. Paris', P.U.F. Guichard, J. (sous la direction de) (1994). Habitus culturel et représentation des professions. L'orientation scolaire et professionnelle, 4, 379-464.

Guichard, J. (1999). Comment démocratiser la transition lycée-enseignement supérieur ? L'Orientation scolaire et professionnelle, 4, 595-625,

Kokosowski, A. (1983). Déterminants socio-scolaires, rationnalisations et orientation des lycéens et étudiants, in Les lycéens face à l'enseignement supérieur. Publication université de Rouen. Lalive d'Épinay, C. (1989). Récit de vie, ethos et comportement, pour une exégèse sociologique. Revue Française de Sociologie. Mars.

Langouët, G. (1994). La démocratisation de l'enseignement aujourd'hui. Paris : E.S.F.

Lloyd Warner, W. (1957). The study of social stratification. Review of Sociology, New-York.

Pan Ke Shon, J.-L. (1998). D'où sont mes amis venus ? I.N.S.E.E.

Pan Ke Shon, J.-L. (2000). Interview. Le Nouvel Observateur. 42 hors série, 55.

Pinçon, M., & Pinçon-Charlot, M. (2000). Sociologie de la bourgeoisie. Paris : Repères La Décou­verte.

Pourtois, J.-P. (1991). Quelques déterminants familiaux de la trajectoire scolaire et sociale. Revue Française de Pédagogie, 96, 5-16.

Pujol, J.-C. (1995). Des attitudes parentales différenciées pour des orientations différentes. L'Orientation scolaire et professionnelle, 4, 387-402.

Wach, M. (1992). Projets et représentations des études et des professions des élèves de 3 et de terminale en 1992. L'Orientation scolaire et professionnelle, 3, 297-339.

Top of page

Attachment

Top of page

Notes

1 606 600 candidats en 1997 (année de l’enquête) et 467 000 lauréats.

2 Astigmatisme : défaut d'un instrument d'optique qui ne donne pas une image ponctuelle d'un point, donc déforme les éléments observés.

3 Notamment : Pinçon et Pincçon-Charlot, 2000 ; Pan Ke Shon, 1998 ; Alberoni, 1995.

4 Cette échelle a été construite par addition du niveau de diplôme du père et de la mère, selon les critères :I —› Sans diplôme: 2 C.A.P. ou C.E.P. ; 3 B.E.P. ou 'B.E.P.C. 4 Bac ; 5 Diplôme du supérieur.

5 Voir note 2.

6 C'est nous qui ajoutons.

7 Obtenu par agrégation du niveau scolaire et du niveau professionnel de chaque parent.

8 Voir note 10.

9 Voir première partie

Top of page

List of illustrations

Title TABLEAU 4. Idées ayant suscité les intentions professionnelles, selon les fréquentations familiales
Caption TABLE 4. Ideas leading to career's prospects depending on fanzily cquaintances
URL http://journals.openedition.org/osp/docannexe/image/4822/img-1.jpg
File image/jpeg, 260k
Title TABLEAU 5. Sources d'information utilisées par les lycéens selon leurs fréquentations
Caption TABLE 5 Sources of information used by secondary school students depending on their acquaintances.
URL http://journals.openedition.org/osp/docannexe/image/4822/img-2.jpg
File image/jpeg, 272k
Title TABLEAU 6. Sources d'information utilisées par les parents selon leurs fréquentations
Caption TABLE 6. Sources of information used by parents depending on their acquaintances
URL http://journals.openedition.org/osp/docannexe/image/4822/img-3.jpg
File image/jpeg, 228k
Title TABLEAU 7. Avec les personnes fréquentées quels sont les types de conversations ?
Caption TABLE 7. What are the types of conversations with the acquaintances ?
URL http://journals.openedition.org/osp/docannexe/image/4822/img-4.jpg
File image/jpeg, 264k
Title TABLEAU 9. Idées ayant suscité le projet professionnel, selon les conversations avec les fréquentations
Caption TABLE 9. Ideas which have brought about the career's prospects depending on the conversations with the acquaintances
URL http://journals.openedition.org/osp/docannexe/image/4822/img-5.jpg
File image/jpeg, 308k
Title TABLEAU 10. Sources d'information utilisées par les lycéens selon les conversations avec les fréquentations
Caption TABLE 10. Sources of information used by the secondary school students depending on the conversations with the acquaintancesDe même pour les idées ayant suscité le projet, les contacts humains jouent
URL http://journals.openedition.org/osp/docannexe/image/4822/img-6.jpg
File image/jpeg, 300k
Title TABLEAU 12. Filières des anciens lycéens fréquentés selon la section
Caption TABLE 12. Fields of study attended by the former students they have contacts with depending on their specialities
URL http://journals.openedition.org/osp/docannexe/image/4822/img-7.jpg
File image/jpeg, 344k
Title TABLEAU 15. Type d'information reçue des anciens lycéens
Caption TABLE 15. Type of information received from the former secondary school students
URL http://journals.openedition.org/osp/docannexe/image/4822/img-8.jpg
File image/jpeg, 276k
Title TABLEAU 16. Pour chaque filière envisagée en idéal, type d'information reçue des aînés
Caption TABLE 16. For each field of study considered as ideal, type of information received front the eiders
URL http://journals.openedition.org/osp/docannexe/image/4822/img-9.jpg
File image/jpeg, 312k
Title TABLEAU 17 ; Selon le niveau culturel familial, type d'information reçue des aînés
Caption TABLE 17; According to the cultural background of the family,type of information received from the eiders
URL http://journals.openedition.org/osp/docannexe/image/4822/img-10.jpg
File image/jpeg, 336k
Title TABLEAU 18. Selon le type professionnel paternel, type d'information reçue des aînés
Caption TABLE 18. Depending on the fathers' professional occupation, type of information received from the eiders
URL http://journals.openedition.org/osp/docannexe/image/4822/img-11.jpg
File image/jpeg, 332k
Title TABLEAU 20. À catégories professionnelles comparables, pratiques spatiales selon le niveau culturel parental
Caption TABLE 20. For similar professional groups, uses made of the environmental space depending on the parents cultural level
URL http://journals.openedition.org/osp/docannexe/image/4822/img-12.jpg
File image/jpeg, 372k
Title TABLEAU 24. Sources d'information utilisées par les parents selon la spatialité familiale
Caption TABLE 24. Sources of information used by parents according to their environmental sphere
URL http://journals.openedition.org/osp/docannexe/image/4822/img-13.jpg
File image/jpeg, 227k
Top of page

References

Electronic reference

Marie-Hélène Jacques, « Sociabilité et spatialité des lycéens de terminale : des pratiques familières aux représentations d’avenir », L'orientation scolaire et professionnelle [Online], 31/1 | 2002, Online since 01 March 2005, connection on 19 October 2018. URL : http://journals.openedition.org/osp/4822 ; DOI : 10.4000/osp.4822

Top of page

About the author

Marie-Hélène Jacques

est Docteur des Sciences de l'Éducation de l'Université Paris 5 Sorbonne, dont la thèse « Représentations d'avenir et intentions post-baccalauréat des lycéens de classes terminales. Une analyse sociologique : le cas de la Corrèze a été dirigé par le Professeur Gabriel Langouet.Elle a récemment publié, en 2001, l'article : Représentations d'avenir professionnel chez les élèves de S.E.G.P.A. : déterminisme ou probabilisme S Revue du C.E.R.F.O.P. n" 16.

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Cnam Inetop - Formation et recherche en orientation
  • OpenEdition Journals