Skip to navigation – Site map

HomeVaria45/4Analyse bibliographiqueLo Monaco, G., Delouvée, S., & Ra...

Analyse bibliographique

Lo Monaco, G., Delouvée, S., & Rateau, P. (éd.). Les représentations sociales. Théories, méthodes et applications.

Bruxelles : De Boeck.
Lucie Bonnefoy
Bibliographical reference

G. Lo Monaco, S. Delouvée, & P. Rateau (éd.)

Bruxelles : De Boeck.

Full text

  • 1 . Jodelet, D. (éd.) (1989). Les représentations sociales. Paris : Presses Universitaires de France.

1Cet ouvrage collectif, paru en septembre 2016, réunit plus de 80 auteurs pour faire l’état des connaissances sur la question des représentations sociales. Coordonné par Lo Monaco, Delouvée et Rateau, il se veut être un ouvrage de synthèse sur la thématique. Le dernier en date avait été rédigé par Jodelet 1 en 1989, puis réédité pour la dernière fois en 2003. Depuis, les recherches ayant pour objet les représentations sociales ne cessent de se développer. Ce champ s’est enrichi à travers de nombreux travaux, la question des représentations sociales trouve d’ailleurs sa place dans divers domaines d’applications. C’est pourquoi les auteurs ont souhaité faire une mise à jour des concepts et théories majeurs dans cet ouvrage.

2L’introduction rédigée par Lo Monaco, Delouvée et Rateau présente les trois parties de l’ouvrage et constitue un hommage à Serge Moscovici, figure de la psychologie sociale, disparu en 2014.

3La première partie s’intéresse aux fondements théoriques des représentations sociales ainsi qu’aux principales approches méthodologiques. Les auteurs présentent alors les repères sociohistoriques fondamentaux, ainsi que des modèles et perspectives théoriques : sociogénétique, sociodynamique, etc. Par ailleurs, des exemples de recherche et diverses approches méthodologiques sont aussi présentés. Finalement, cette première partie donne à voir un tour d’horizon assez complet des différentes approches théoriques et méthodologiques.

4Dans la deuxième partie, les auteurs ont souhaité présenter les champs d’applications de la théorie des représentations sociales. Si de nombreux domaines sont balayés : santé, environnement, politique, médias, etc., deux chapitres s’intéressent au champ de l’orientation scolaire et professionnelle : le travail et l’éducation.

5Le premier chapitre en question intitulé « le travail représenté : diversité, dynamisme et spécificité de sa réalité » est rédigé par Negura et Lavoie tous deux de l’Université d’Ottawa. Ils évoquent ici l’intérêt que nous portons au travail comme objet de représentation. Ils abordent également la modification de ces représentations sociales du travail à travers l’apport de différents auteurs en fonction : des individus et de leur groupe social, de l’évolution du contexte socio-économique, d’un effet générationnel entre personnes âgées et jeunes. Les auteurs mettent aussi en avant d’autres concepts dans ce chapitre : la culture d’entreprise, ethos du travail (caractéristiques culturelles du travail), les représentations professionnelles, les valeurs au travail ainsi que le sens de celui-ci. Finalement, ces notions viennent compléter cette représentation sociale du travail pour décrire au mieux le monde dans lequel il s’inscrit.

6Suite à ce premier chapitre, deux focus sont faits sur des points parti­culiers. Le premier est centré sur une recherche menée par Cohen-Scali, De Calan et Adassen-Bouhadjar (2016) auprès de trente personnes souhaitant travailler dans le domaine de l’économie sociale et solidaire afin de les interroger sur leurs représentations sociales de ce secteur. L’étude souligne alors que les représentations de ce domaine semblent en lien avec les finalités des activités de ce secteur et viennent résonner avec les valeurs des personnes. Un second point d’entrée est fait sur la question des représentations professionnelles par Mias et Piaser. Ces derniers présentent ici différents auteurs qui se sont intéressés à cette question et concluent ainsi : « cette forme de connaissance, professionnelle, ne s’exprime qu’en fonction d’une rationalité inscrite dans un contexte particulier, le travail, et une situation spécifique, la position de l’acteur dans cet espace professionnel » (2016, p. 322). Cette citation résume bien ce que nous pouvons retenir, des représentations professionnelles. En effet, si l’on cherche à les comprendre, il est avant tout essentiel de les contextualiser. Ainsi, que le discours sur la question soit néophyte ou expert, nous ne retrouverons pas les mêmes représentations. Dès lors, chaque profession portera en elle différents types de connaissances ou savoirs sur ce qu’elle est.

7Le second chapitre rédigé par Richardet s’attarde sur les représentations sociales et l’éducation. Cet auteur regrette, en introduisant cette question, le peu de recherches sur les représentations sociales de l’éducation alors que dans ce domaine la place de celles-ci est fondamentale. Richardet traite de trois notions sur cette thématique : la perception de la justice scolaire, les représentations sociales et pratiques professionnelles du métier d’enseignant, l’échec scolaire. L’auteur met, en avant les décalages qui résident dans le champ de l’éducation : « entre conceptions idéales et expériences vécues, représentations préalables et réalité du terrain, représentations des pratiques et représentations en pratiques, représentation sociale des élèves et représentation sociale des enseignants » (2016, p. 352).

8Dans la troisième partie du livre, les auteurs viennent faire un état des principaux développements actuels. En effet, de nombreuses thématiques émergent dans le champ des représentations sociales et c’est un phénomène qui tend à croître. Ainsi, chaque chapitre de cette partie est consacré à une thématique différente : l’image de la science, l’identité, la mémoire collective, etc.

  • 2 . Huteau, M. (2007). Représentations professionnelles. In J. Guichard & M. Huteau (éd.). Orientatio (...)

9Pour finir, cet ouvrage balaye de nombreux concepts, théories et recherches tant fondamentaux qu’actuels. Ainsi, il constitue un point assez complet du domaine et c’est tout l’intérêt de cet ouvrage collectif tant pour les étudiants, chercheurs que praticiens. Ces derniers trouveront sans nul doute des pistes de réflexion à des problématiques de terrain. Quant aux étudiants, ce livre semble être un très bon point de départ sur la question avec une bibliographie particulièrement riche. Il semble ainsi se situer comme un ouvrage de référence sur la question des représentations sociales, tel que les auteurs l’avaient imaginé. Toutefois si certains thèmes ne sont qu’esquissés dans l’ouvrage, nous pouvons espérer que celui-ci saura susciter des recherches qui le prolongent, notamment dans le champ de l’orientation. Comment les élèves et les étudiants se représentent-ils leur travail futur et leur devenir ? Que savent-ils sur certains métiers socialement médiatisés ou non ? Comment ces représentations évoluent-elles au contact d’expériences professionnelles ou d’exposition à certains messages ? Voilà des questions souvent posées (Huteau, 2007 2) qui n’ont sans doute pas suscité autant de recherches qu’elles le méritent.

Top of page

Notes

1 . Jodelet, D. (éd.) (1989). Les représentations sociales. Paris : Presses Universitaires de France.

2 . Huteau, M. (2007). Représentations professionnelles. In J. Guichard & M. Huteau (éd.). Orientation et insertion professionnelle : 75 concepts clés (pp. 374-380). Paris : Dunod.

Top of page

References

Electronic reference

Lucie Bonnefoy, « Lo Monaco, G., Delouvée, S., & Rateau, P. (éd.). Les représentations sociales. Théories, méthodes et applications. », L'orientation scolaire et professionnelle [Online], 45/4 | 2016, Online since 01 December 2018, connection on 05 December 2020. URL : http://journals.openedition.org/osp/5303 ; DOI : https://doi.org/10.4000/osp.5303

Top of page

About the author

Lucie Bonnefoy

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Cnam Inetop - Formation et recherche en orientation
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search