Skip to navigation – Site map

Full text

1Le présent numéro thématique fait écho à une nécessité de mieux comprendre un phénomène à la fois prégnant et étonnamment encore peu connu dans le domaine de l’orientation scolaire et professionnelle. En effet, si les reconversions professionnelles ont été minutieusement étudiées dans d’autres champs disciplinaires, notamment en sociologie par les travaux s’inscrivant dans l’approche des parcours de vie (e.g. Denave, 2015 ; Négroni, 2007), peu de recherches en ont exploré les enjeux du point de vue spécifique de la psychologie du conseil et de l’orientation. De ce fait, et bien que les travaux sur les transitions professionnelles soient relativement abondants dans notre champ (e.g. Fouad & Bynner, 2008), notre connaissance de ces transitions bien particulières que sont les reconversions est encore limitée. Et ce, alors même que ce phénomène est considéré comme un marqueur des parcours professionnels contemporains et que les adultes désirant ou étant contraints de changer de carrière frappent de plus en plus à la porte des services d’orientation scolaire et professionnelle (Boutinet, 2014).

2Tel qu’annoncé dans l’appel de textes, le terme de reconversion professionnelle renvoie à des changements de situation professionnelle qui concernent aussi bien le contenu de l’activité de travail que l’identité professionnelle des personnes qui en font l’expérience (Carless & Arnup, 2011 ; Ibarra, 2006 ; Khapova, Arthur, Wilderom, & Svensson, 2007). D’emblée, il importe de souligner la nécessité de privilégier la forme plurielle pour parler de l’objet de ce numéro. En effet, les textes retenus illustrent clairement la complexité des processus de reconversion et leur caractère multiforme. Au-delà de cette complexité et de la spécificité de chaque contexte de reconversion mobilisé au sein de ce numéro, la logique de leur agencement est celle d’un continuum allant de situations de reconversion plutôt subies et mobilisant un public en situation relativement précaire jusqu’à des situations de reconversion davantage choisies et concernant des populations plus stabilisées. Ce continuum s’inscrit d’ailleurs en droite ligne avec une logique de positionnement des transitions professionnelles, proposée dans un numéro précédent de la revue (Perez-Roux & Balleux, 2014).

3Le premier article, signé par Cocandeau-Bellanger et Fonteneau, fait état des répercussions identitaires d’une reconversion professionnelle forcée, soit celle vécue par des ouvriers suite à un licenciement. Les analyses, dont il est question dans ce texte, montrent qu’il existe une variété de manières de vivre et de composer avec une situation porteuse de risques pour la suite du parcours professionnel, ce qui témoigne de divers degrés d’emprise sur cette situation. De ce fait, la construction identitaire qui accompagne cette expérience peut, elle aussi, être plus ou moins « conflictuelle ». Dans le deuxième manuscrit, Fournier, Gauthier, Perron, Masdonati, Zimmermann et Lachance s’intéressent aux reconversions professionnelles des travailleurs et travailleuses contingent.e.s, soit des personnes dont le parcours s’éloigne de la carrière traditionnelle. Une reconstruction des récits de 34 situations de reconversion, situées en fonction de leurs antécédents et de leurs effets, permet de mettre en exergue quatre types distincts de parcours (le repositionnement stratégique, la requalification sociale, la reconversion vocationnelle et le repositionnement biographique), aux enjeux identitaires plus ou moins saillants. Dans le troisième texte, Dionne, Saussez et Bourdon se concentrent sur la question de l’accompagnement des personnes en reconversion, en l’occurrence des groupes de femmes tentant une insertion professionnelle à la suite d’une période de chômage de longue durée. La recherche dont les auteur.e.s font état montre la pertinence d’un accompagnement centré sur le développement du pouvoir d’agir, permettant à ces personnes de s’approprier les attentes normatives et de mettre en place des actions favorisant leur insertion professionnelle par la reconversion. Le quatrième article marque le passage à des reconversions dont le caractère est cette fois clairement volontaire. Dans ce texte, Chevallier décrit en effet les phases du processus de « rupture intentionnelle de carrière » mis en branle par des cadres désirant se réorienter vers un métier moins prestigieux du point de vue de la catégorie socioprofessionnelle, mais davantage porteur de sens. Particulièrement intéressant dans ce processus est le glissement d’une posture d’investissement dans l’employabilité à une posture de maintien / désengagement propice au changement. Contrairement aux contributions précédentes, le cinquième article, signé par Thibauville, Castel et Valléry, est essentiellement théorique et ne porte pas sur une population particulière. Il propose plutôt des réflexions sur l’articulation bidirectionnelle entre émotions et reconversions professionnelles, les émotions pouvant à la fois engendrer le changement et être affectées par celui-ci. Ces réflexions donnent lieu à six perspectives de recherche prometteuses et permettent ainsi de boucler ce numéro thématique sur des ouvertures qui constituent une sorte d’invitation à poursuivre les travaux sur les reconversions professionnelles.

4À la lumière des textes composant ce numéro thématique et au-delà de la définition générale des reconversions professionnelles que nous proposions plus haut, il nous semble que, pour être saisis dans leurs formes et déclinaisons multiples, les changements que celles-ci couvrent doivent être situés en fonction de plusieurs axes de compréhension. Aussi, les travaux proposés ici indiquent-ils clairement que les significations et enjeux des reconversions varient – et sont parfois carrément opposés – selon leur caractère plus ou moins choisi ou contraint : d’après le niveau de maîtrise que l’individu exerce sur le changement qu’il vit ; en fonction du degré de précarisation ou de « sécurisation » induit par ce changement ; suivant l’ampleur et la teneur des répercussions identitaires que ce dernier sous-tend ; ainsi que selon le degré de continuité ou de rupture biographique entre l’avant- et l’après-changement. C’est l’articulation des positionnements particuliers de la personne sur chacun de ces axes qui permet de saisir les enjeux de sa reconversion. À partir de cette analyse « multiniveau », il devient possible d’identifier les ressorts de l’intervention et les pistes d’accompagnement les plus adaptées aux spécificités de chaque processus de reconversion professionnelle.

Top of page

Bibliography

Boutinet, J.-P. (2014). Actualité des transitions dans les parcours de vie adulte. L’Orientation scolaire et professionnelle, 43(4), 397-412.

Carless, S. A., & Arnup, J. L. (2011). A longitudinal study of the determinants and outcomes of career change. Journal of Vocational Behavior, 78, 80-91.

Denave, S. (2015). Reconstruire sa vie professionnelle. Sociologie des bifurcations biographiques. Paris : Presses Universitaires de France.

Fouad, N. A., & Bynner, J. (2008). Work transitions. American Psychologist, 63, 241-251.

Ibarra, H. (2006). Career change. In J. H. Greenhaus & G. A. Callanan (eds.), Encyclopedia of Career Development (pp. 77-83). Thousand Oaks, CA: Sage.

Khapova, S. N., Arthur, M. B., Wilderom, C. P. M., & Svensson, J. S. (2007). Professional identity as the key to career change intention. Career Development International, 12(7), 584-595.

Négroni, C. (2007). Reconversion professionnelle volontaire. Changer d’emploi, changer de vie : un regard sociologique sur les bifurcations. Paris : Armand Colin.

Perez-Roux, T., & Balleux, S. (2014). Introduction. Transitions professionnelles désirées - contraintes : quelles dynamiques identitaires des acteurs à l’épreuve des contextes ? L’Orientation scolaire et professionnelle, 43(4), 391-395.

Top of page

References

Electronic reference

Jonas Masdonati, « Introduction Les reconversions professionnelles », L'orientation scolaire et professionnelle [Online], 46/3 | 2017, Online since 01 September 2019, connection on 21 October 2019. URL : http://journals.openedition.org/osp/5457

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Cnam Inetop - Formation et recherche en orientation
  • OpenEdition Journals